Je t’aime, moi non plus | Gesellschaft/SociétéJe t’aime, moi non plusLa subsistance de cultures numériques localesChloé Ja...
Gesellschaft/Société | Chloé Jaussaudréseaux sociaux et leur usage qui transcende les        rités allemandes, y voyant un...
Je t’aime, moi non plus | Gesellschaft/Sociéténales, après avoir refusé une offre de rachat par            Les Français so...
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

Réseaux sociaux France-Allemagne

1,064 views
976 views

Published on

Un petit point sur les usages et enjeux des réseaux sociaux en France et en Allemagne, paru dans la Revue du Dialogue Franco-Allemand, mars 2012

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
1,064
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
5
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Réseaux sociaux France-Allemagne

  1. 1. Je t’aime, moi non plus | Gesellschaft/SociétéJe t’aime, moi non plusLa subsistance de cultures numériques localesChloé Jaussaud*» L’usage d’Internet, généralisé dans le monde entier même s’il est plus ou moins démocratisé selon la facilité d’accès aux nouvelles technologies, laisse croire àun effacement des frontières et nourrit un idéal de monde global, cher au sociologueEdgar Morin. services ne sont pas disponibles dans le pays, des Die Freunde unserer Freunde répliques quasi identiques y ont été développées Der Siegeszug des Internets ist international comme Weibo ou Renren. Chaque pays et culture unaufhaltsam; insbesondere soziale Netzwerke réagit singulièrement à ces outils d’Internet, que wie Facebook, Xing, LinkedIn oder das vor al- les internautes s’approprient plus rapidement que lem in Frankreich bekannte Viadeo haben zu les législateurs. einer neuen Öffentlichkeit geführt, die Inter- Au niveau national, on voit même apparaître netnutzern direkten Austausch und ungefilter- en politique des « partis pirates ». Si le Parti Pirate te Information ermöglicht – eine Kernforderung français rassemble peu d’adeptes, le Piratenpartei der Piratenpartei, die in Deutschland erste po- allemand a ses représentants au Parlement ré- litische Erfolge feiert, und juristisch delikat. gional de Berlin et compte aujourd’hui quelque Beim Datenschutz etwa unterscheiden sich 18 000 membres. Des polémiques locales écla- u. a. die deutschen und französischen Geister: tent, mettant au jour la nécessité pour chaque cul- Während in Deutschland die Persönlichkeits- ture de développer sa propre réglementation vis-à- rechte der User im Mittelpunkt stehen, werden vis de cet outil. Le débat sur le téléchargement est in Frankreich Anbieter wie Blogger durch Ano- une bonne illustration de ces distinguos culturels. nymität gesetzlich geschützt. Red. Si la France adopte le principe de riposte graduée, pouvant aller jusqu’à la coupure de la connexionProtection de la vie privée et des données person- Internet, l’Allemagne l’a rejeté en juin 2010. Ennelles, lutte contre le piratage informatique et le effet, d’après la ministre allemande de la Justice,téléchargement illégal, des réglementations sont Brigitte Zypries, la mesure serait « constitution-nécessaires pour contrôler l’usage d’Internet. Un nellement et politiquement très difficile » à appli-champ législatif délicat, particulièrement dans des quer dans le pays.Etats comme la France, l’Allemagne ou encore les Les réseaux sociaux sont à étudier particulière-Etats-Unis, où la liberté d’expression est un droit ment pour plusieurs raisons : ils sont massivementfondamental. utilisés par les internautes du monde entier, ils Les outils et services proposés par Internet se prennent un rôle central dans la circulation dedéveloppent à l’échelle internationale. Même la l’information et ils multiplient les émetteurs et ré-Chine, avec ses règles spécifiques de censure, n’est cepteurs de contenus. Aujourd’hui tout le mondepas épargnée par exemple par le succès de réseaux peut écrire, contribuer, commenter, recomman-sociaux comme Facebook et Twitter. En effet, si ces der... Pourtant, malgré la suprématie de certains* Chloé Jaussaud est consultante en communication à l’agence Elan et spécialiste des médias sociaux.Dokumente/Documents 1/2012 51
  2. 2. Gesellschaft/Société | Chloé Jaussaudréseaux sociaux et leur usage qui transcende les rités allemandes, y voyant un jeu de cache-cachefrontières, on note dans ce domaine également des infernal : « L’Allemagne vient d’épingler Face-particularismes nationaux, montrant bien l’exis- book », note La Tribune le 26 août 2011, tandistence de cultures numériques locales. que le site d’information européenne Press Europ titre : « L’Allemagne n’aime plus Facebook ». LeFacebook et l’Allemagne site Ecrans, spécialisé dans l’information sur les médias, ose même un « Facebook se prend un murL’Allemagne a récemment pris des mesures spéci- à Berlin ».fiques concernant la réglementation de Facebooket la protection de la vie privée, montrant ainsi que Une utilisation massive des réseaux sociauxdes particularités peuvent émerger entre les paysdans leur usage d’un Cette apparente aversion des autorités allemandesréseau social et que la pour Facebook ne se retrouve pas chez les inter-limite entre vie privée nautes. En effet, Facebook gagne comme en Franceet vie publique ne se du terrain chez nos voisins allemands. Si le réseausitue pas au même niveau selon la culture natio- social enregistrait encore en mars 2011 un taux denale. La notion de vie privée, qui ne connaît ef- pénétration inférieur à la France (20 % contrefectivement pas de définition légale, est laissée à 32 %), c’est le pays qui enregistre la plus fortela libre appréciation des cultures et des époques, à croissance du nombre d’inscrits, qui y augmentetel point que des auteurs comme le sociologue A. de 7,4 % contre 2,4 % en France, d’après lesCorbin parviennent à établir une Histoire de la vie données du portail de statistiques sur les médiasprivée (1999), montrant la capacité de son accep- sociaux Socialbakers.tion à évoluer géographiquement et temporelle- L’attrait de Facebook en Allemagne se fait au dé-ment. triment des réseaux nationaux de l’entreprise VZ En janvier 2011, le commissaire d’Etat à la pro- net group. Entre janvier et juillet 2011, les réseauxtection des données allemand exigeait de Facebook nationaux du groupe VZ (Mein VZ, Schüler VZ,de ne pas transmettre les adresses e-mail des inter- Studi VZ) ont d’ailleurs perdu la moitié de leursnautes sans leur autorisation préalable. Un an plus utilisateurs, alors que le réseau Studi VZ était entard, c’est cette fois la Commission Nationale 2008 incontournable sur les campus allemands.Informatique et Libertés allemande (l’équivalent Le réseau social Mein VZ ressemble à Facebook dude la CNIL en France) qui se prononçait contre point de vue des fonctionnalités, mais annoncel’utilisation de la technologie de reconnaissance porter une attention particulière à la protectionfaciale, permettant une identification automa- des données personnelles, les informations ren-tique des individus sur une photo, en exigeant là trées par l’internaute étant par défaut configuréesaussi le consentement expresse de l’internaute comme privées. A service comparable, la con-pour être identifié par ses nom et prénom. L’un fiance semble dans le contexte culturel allemanddes derniers conflits en date entre Facebook et un argument concurrentiel. L’importance cultu-l’Allemagne concerne l’interdiction de la fonc- relle accordée par les Allemands à la protection detionnalité « gefällt mir » (j’aime) dans le Schles- ces données peut s’expliquer par le souvenir de lawig-Holstein, qui enfreindrait non seulement la dictature na-loi fédérale mais également, d’après les autorités zie, qui procé-allemandes, la réglementation européenne. Le dait au ficha-bouton « j’aime », qui permet de se recommander ge des citoyens, à en croire un article du magazinedu contenu entre utilisateurs, est à ce jour seule- Le Point, daté du 12 avril 2010. Mais elle semblement contesté par un étudiant en Autriche, ayant perdre du terrain au regard du nombre d’inscrip-porté plainte contre le réseau social. tions croissant sur Facebook. L’entreprise VZ Le voisin français observe d’un œil moqueur le Netzwerke perd des parts de marché, notammentmatch qui se déroule entre Facebook et les auto- du fait de son manque de connexions internatio-52 Dokumente/Documents 1/2012
  3. 3. Je t’aime, moi non plus | Gesellschaft/Sociéténales, après avoir refusé une offre de rachat par Les Français sont d’autre part moins friands desFacebook en 2008, l’estimant trop faible. réseaux professionnels que leurs voisins alle- En France, Facebook est massivement utilisé, mands – une différence qui s’explique par le goûtsans commune mesure avec le réseau Copains des Français pourd’Avant, beaucoup moins élaboré, qui marqua le les réseaux de loi-début des Français sur les réseaux sociaux. Entre sirs plutôt que les2008 et 2009, le nombre d’utilisateurs de réseaux professionnels, privilégiant les réseaux so-Facebook a été multiplié par quatre, tandis que ciaux pour prendre contact avec leurs amisCopains d’Avant qui était le deuxième réseau soci- (70 %), alors que l’on observe simultanément queal le plus utilisé en 2008, derrière l’hébergeur de l’e-mail est de moins en moins utilisé. En Alle-blogs Skyblogs, était en décembre 2010 relayé à la magne, d’après une étude du Cabinet Deloitte,quatrième position en nombre de visiteurs, seuls 54 % considèrent que les réseaux sociauxFacebook occupant la première. sont un moyen privilégié pour entrer en contact Alors que les législateurs réagissent nationale- avec leurs amis. Par contre l’importance de la re-ment de manière différente à la massification de commandation des employeurs précédents dans lel’usage des réseaux sociaux, les utilisateurs sem- monde du travail, avec la délivrance obligatoireblent avoir besoin d’outils qui dépassent leurs d’une attestation de travail (Arbeitszeugnis), peutfrontières. Facebook génère une méfiance à l’échel- justifier du succès des réseaux sociaux profes-le nationale de la part des législateurs, les utilisa- sionnels en Allemagne, qui permettent une re-teurs quant à eux semblent conquis et abandon- commandation online, rendue publique pour lesnent les services nationaux, en France comme en employeurs potentiels.Allemagne. Une pratique adaptéeDifférences dans les usages professionnels Malgré une tendance globale à l’harmonisationDu côté des réseaux professionnels pourtant, on des pratiques sur les réseaux sociaux et une hégé-note encore des préférences nationales entre la monie difficilement contestable de Facebook, onFrance et l’Allemagne. constate néanmoins des divergences dans les régle-Les réseaux nationaux mentations et les craintes inspirées par les médiassemblent encore avoir de sociaux, entre pays pourtant frontaliers, prouvantl’avenir en Allemagne, la que derrière une apparente mondialisation il existenotion de proximité pouvant prendre son sens bien des cultures numériques locales.dans le monde du travail si l’on ne vise pas une car- En Allemagne, la protection des données per-rière internationale. sonnelles de l’usager lambda est un enjeu de poli- Du côté allemand, les réseaux locaux comme tique nationale. En France, la question est prise àXing sont privilégiés, là où les Français s’inscrivent revers. Ce n’est pas l’internaute que l’on entendplutôt sur LinkedIn et Viadeo. Une pratique qui protéger en tant que subissant un viol de ses don-déboussole parfois les Français. Un simple exemple : nées personnelles à son insu. C’est au nom de lapour participer à des rencontres franco-alleman- liberté d’expression que la notion d’anonymat ré-des organisées via Facebook, il faut que les Français apparait comme un droit fondamental, non pasrejoignent le réseau Xing. En effet, si LinkedIn, le sur les réseaux sociaux mais sur les blogs, autreréseau social professionnel le plus international, a pilier du web collaboratif, pour protéger des émet-atteint les 100 millions d’utilisateurs dans le teurs de contenus, potentiellement experts d’unmonde, dont plus de 2 millions en France, Viadeo, sujet et de ce fait leaders d’opinion. Citons pourconcurrent français, en compte 30 millions dont mémoire le projet de loi déposé en mai 2010, qui4,5 millions en France et Xing seulement 10 mil- avait suscité une vague de polémiques online, carlions, mais reste le réseau professionnel préféré des il obligeait les blogueurs à indiquer leurs coordon-allemands. nées personnelles.Dokumente/Documents 1/2012 53

×