Revue de presse ADN

4,431 views

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
4,431
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
3,553
Actions
Shares
0
Downloads
2
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Revue de presse ADN

  1. 1. La Croix – 03/07/12 28 AUTREMENT DIT mardi 3 juillet 2012QUE VONT-ILS DEVENIR LE BILLET ALAIN RÉMONDLADY LINN La jeune chanteuse belge, qui assume un style entre jazz et pop, cherche sans complexeune reconnaissance internationale qui pointe déjà, à Montréal Des effets très spéciauxUn air de Broadway Tel que vous me voyez, je suis un miraculé. Afin de ter- rasser un germe maléfique, j’ai en effet pris, pendant dix jours, un antibiotique du genre féroce, dont l’efficacité était susceptible de se payer de quelques « effets indési- rables secondaires », dont voici une liste non exhaustive : « Cry Baby ! » Le titre à douleurs et crampes abdominales, nausées, brûlures desonorité juvénile du pre- l’œsophage, pancréatite, éruption, démangeaison, lésionsmier succès de Lady Linn sévères de la peau à l’aspect de cloques et de brûlures surne doit pas donner le sen- tout le corps, douleurs musculaires et/ou articulaires,timent que No Goodbye rupture du tendon d’Achille, bourdonnement, sifflement,At All, son album sorti en larmoiement, fourmillement des extrémités, tremblements,mars, n’est qu’une suc- contraction musculaire, désorientation, atteinte des nerfscession de bluettes for- périphériques, urticaire, gonflement de la gorge, des lèvres,matées. Impression que de la langue ou de la face, réaction allergique générale,l’intéressée, malicieuse, difficultés à respirer, anémie, atteinte rénale, hépatite,s’amuse à confirmer, en jaunisse. Eh bien, mesdames et messieurs, j’ai le plaisirbrouillant les pistes  : de vous annoncer que, par un formidable coup de pot, je« Mes mots sont poppy, n’ai été victime d’aucun de ces menus effets. Du coup, j’aimais ne manquent pas de comme un doute : l’antibiotique, lui, a-t-il fait son effet ?mordant et d’ironie si onles écoute bien ! » Sitôt que résonnent lespremières notes des UNE IDÉE POUR AGIRchans ons suivantes,Good Morning, Didn’t Changer le gaspillage GENTLEMANAGEMENTknow what to say, AlwaysShine, on comprend en partagepourquoi de grands ren-dez-vous comme le Fes-tival international de jazzde Montréal inscrivent Lady Linn, qui a pourtant débuté dans un registre hip-hop, cherche ses influences d L’Agence du don en nature (ADN)cette graine de talent chez Dinah Washington, Ella Fitzgerald et Duke Ellington. récupère les invendus des industrielsdans leur programma- et les redistribue à des associations caritatives.tion. On entend dans No Goodbye At Lien de Greef, vrai nom de la Lady, fait d’instruments « très organiques » : unAll du cuivre et des vibrations qu’on ne partie de ces talents dont la Belgique trombone, une trompette, deux saxo- « Moins de gaspillage, plus de partage ». C’est le credotrouve que dans les voix éraillées qui abreuve régulièrement les ondes inter- phones, l’un ténor, l’autre baryton, une de l’Agence du don en nature (ADN). Depuis 2009,ont écrit les riches heures de la soul nationales avec des chansons en an- contrebasse, un piano, une batterie… l’association récupère les invendus destinés à la pou- glais. «  On veut se Parmi ces « Magnificent Seven », elle belle auprès d’industriels comme Célio, L’Oréal, ou p r o d u i r e d a n s l e a pris le micro « parce qu’il fallait bien Procter & Gamble. Et les redistribue à son réseau deOn entend dans « No Goodbye At All » monde anglo-saxon que quelqu’un s’y mette ». 300 associations d’aide aux plus démunis.du cuivre et des vibrations pour sentir les « La musique était instinctive chez Lorsqu’il fonde l’ADN, Jacques-Étienne de T’Serclaes choses », affirme-t- moi, mais elle s’est construite sur des est outré : chaque année en France, plus de 400 millionsqu’on ne trouve que dans les voix elle, décomplexée. Et fondations solides », précise-t-elle. Son d’euros de produits neufs invendus sont détruits alorséraillées qui ont écrit parce que la musique grand-père était clarinettiste, il y avait que 8 millions de personnes vivent au-dessous dules riches heures de la soul music. « n’a plus aucune fron- aussi un piano à la maison sur lequel seuil de pauvreté. « Les industriels renouvellent leurs tière  »… Dans son elle faisait ses gammes. Ses parents gammes tous les trois à cinq ans. Quand il leur reste sur pays, son album Here férus de rock lui ont transmis le virus les bras trois semi-remorques de produits dépassés, cemusic. Il y a un parfum rétro jazz des We Go Again, sorti en 2008, s’est bien avec leurs vinyles… « Les premiers mor- n’est rien pour eux. Mais c’est énorme pour une asso-années 1960, plus proche de la liqueur installé au point de devenir disque de ceaux que nous jouions, dans les cafés ciation  », explique cet ancien dirigeant dans la distri-entêtante que du bonbon acidulé, dans platine (35 000 albums vendus en et les salles pour personnes âgées, bution.le timbre de cette brune aux grands Flandre). Il lui a valu les honneurs aux étaient hors de toute mode, directement Pour éviter ce gâchis, « l’ADN construit une passerelleyeux qui dit aller chercher ses in- MIA 2010, les Victoires de la musique inspirés des big bands des années 1940. entre industriels et associations  », se réjouit son pré-fluences chez Dinah Washington, Ella locales, où la jeune femme a été sacrée J’adorais ce style, j’en écoutais sans sident. Une quarantaine de donateurs livrent leursFitzgerald et Duke Ellington. interprète féminine de l’année, et où cesse, j’étudiais les compositions jusqu’à invendus à l’entrepôt de la structure. « Ils évitent ainsi Du bon classique, donc, qui arrive son CD l’a emporté dans la catégorie l’obsession, pour comprendre comment le coût de destruction et la mauvaise image liée aunon pas des clubs de Broadway ou de « Meilleur album pop ». elles étaient construites… » gaspillage. » Les associations, elles, font leur choixla 7e Avenue… mais de Gand, où elle Lady Linn s’est lancée à l’adoles- Puis le style a évolué. Mais il reste dans ce stock de produits. Et les distribuent aux per-vit, et de Wetteren, où elle a grandi, en cence, dans un registre hip-hop où le quelque chose de cette belle époque, sonnes démunies dont elles s’occupent. Le tout contreFlandre orientale et néerlandophone. texte cingle, et en intégrant un groupe pas si lointaine. Dans l’écriture, Lady une petite contribution financière pour le stockage, Linn n’hésite pas à confier qu’elle a la manutention et pour la livraison lorsqu’elles ne longuement décrypté un morceau des peuvent se déplacer à l’entrepôt. Beach Boys avant de sortir Love Song, Un clic suffit pour commander stylos, matériel in- un titre de son album. Ou qu’elle a formatique, vêtements, produits d’hygiène ou cosmé-En décembre 2009, passé des heures à regarder un DVD de Nina Simone avant de composer tiques sur un catalogue en ligne. Pour Jacques-Etienne de T’Serclaes, l’ADN est la première association nu-elle enregistre à Paris son hommage, Nina. Comme un dia- logue à distance avec quelques mythes mérique  : « Internet était une évidence pour créer une solution moderne, rapide et efficace. »L’album No Goodbye At All a été enregistré deux ans avant sa sortie avec la modernes. Depuis sa création, l’association a récupéré et dis-contribution du réalisateur Renaud Letang. Ce nom prestigieux a notamment JEAN-YVES DANA tribué 11 millions d’euros de produits invendus. Etaccompagné depuis vingt ans les carrières prestigieuses d’Alain Souchon, d’ici à 2015, elle espère sauver un montant dix foisManu Chao ou Gonzales. « Je lui dois énormément car c’est certainement No Goodbye At All, Universal Classic et Jazz. supérieur du gaspillage.grâce à lui que nous avons pu signer chez Universal », confie la chanteuse En concert le 7 juillet à Chambéry (Savoie), le LÉONOR LUMINEAUqui, à partir de cette date, a pris confiance. « Ce fut un changement impor- 21 juillet à Bonneville (Haute-Savoie), le 29 juillettant, le plus déterminant à ce jour, il m’a permis de découvrir que les gens à Andernos-les-Bains (Gironde). SITE : http://www.adnfrance.org/aimaient ma musique au-delà du cercle de mes proches. » INFORMATIONS : www.ladylinn.be 18, rue Barbès, 92128 Montrouge Cedex | Rédaction : 01.74.31.68.36 | fax : 01.74.31.60.02 | www.la-croix.com | courriel : lecteurs.lacroix@bayard-presse.comPOUR S’ABONNER « La Croix » Contact de 8 h 30 à 19 heures. CHANGEMENT D’ADRESSE 24H/24, 7J/7 dans votre espace client www.la-croix.com/abo PUBLICITÉ Tél. : 01.74.31.60.60. PETITES ANNONCES De 9 h à 18 heures.Tél. : 0.825.825.832 (0,15 € TTC/mn). Fax : 0.825.825.855. QUALITÉ RÉCEPTION « la Croix » administration générale, service qualité réception, CARNET De 9 h à 18 heures. Tél. : 01.70.36.20.21. Fax : 01.74.31.60.00.bpcontact@bayard-presse.com 18, rue Barbès, 92128 Montrouge Cedex. (Si le journal vous arrive en retard de façon répétitive.) Tél. : 01.74.31.66.06. Fax : 01.74.31.60.03. CONTACT POUR LES MARCHANDSou écrire à : « La Croix », TSA 70008 59714 Lille Cedex 9. AUTRES RENSEIGNEMENTS ABONNÉS Tél. : 01.74.31.15.02. bpcontact@bayard-presse.com COURRIEL : carnetlacroix@bayard-pub.com DE JOURNAUX Tél. : 0.800.29.36.87.
  2. 2. LExpress - 6 juin 2012 1 sur 1 L’Express – 06/06/12 EMPLOIRÉUSSIR Le mécénat de compétences , c est tendance Du 11 au 15 juin les Défis Mecenova mobilisent les salariés autour d actions d intérêt général. , Un signe fort pour le bénévolat de plus en plus encouragé par les entreprises. quelques jours , 30 %% des salariés d « MOBILISER LES SALARIÉS » des salariés déclarent comme La entreprises epuis2007 je travaille être bénévoles. Dans Poste le Crédit agricole ou encore Bouygues vont accueillir et coacher , « D bénévolement don en nature pour l , Agence du ( ADN ) qui Cette participation des collaborateurs est collecte et distribue des produits entreprise proche des jeunes dans leur recherche d d emploi Parmi ces bénévoles se . neufs au profit des associations de l engagement moyen trouveront des collaborateurs du caritatives et pour laquelle j ai des Francais ( 36 %% cabinet d avocats d affaires apporté mes compétences millions d euros de 88%% Linklaters Pour cette PME de 3oo . logistiques.13 personnes très investie dans le , produits ont ainsi été redistribués des salariés sont mécénatde compétences la semaine , depuis trois ans Les Défis . favorables à ce que leur Mecenova vont être l occasion de des Défis Mecenova permet ainsi entreprise leur propose de renforcer la culture du mobiliser nos salariés autour d un des actions de bénévolat. bénévolat et de promouvoir le mécénat projet avec l association nouveau interentreprises. Fondalim Bourgogne positionnée 80%% Agir ensemble permet de sur l aide alimentaire Nous « . des salariés sont d ailleurs porterdes projets ambitieux et à plus « Christophe Elyn , voulons y ajouter les produits prêts à participer grande échelle » déclare Pierre directeur logistique redistribués par l ADN. » " , à des actions lancées Tourres associé chez Linklaters. chez Seb. , É par leur entreprise. Réunis par le même engagement auprès de l association Unis-Cité , après avoir assisté à une de ces également de cette semaine pour 20 %% pionnière du service civique les rencontres à Nice en 2011 D autres faire connaître les associations . , des collaborateurs collaborateurs de ces secteurs d entreprises ont choisi de rejoindre qu elles soutiennent et les possibilités offertes à leurs salariés de de moins de 30 ans activité vont pouvoir se rencontrer , J accède une plate-forme , qui recense les bonnes s y investir « J ai toujours fait du sont bénévoles échanger et pourquoi pas unir leur , , collaborative . force sur d autres projets Si l axe pratiques d accessibilité des villes bénévolat mais en rejoignant HSBC mais ce chiffre . , , interentreprises ale vent en poupe , aux personnes à mobilité réduite. mon engagement a pris une autre passe à 38 %% pour beaucoup d autres opérations sont Pour les groupes dont le dimension J ai découvert des . les plus de 45 ans. prévues par les 3o entreprises est déjà structuré cette semaine mécénat , associations je m y suis investie sur , Source : et vous mon temps de travail mais aussi enquête Le Bénévolat participantes « Les plus grandes « permet d impliquer encore . , IMS-Entreprendre pour la Cité. lancent leur propre programme mais , leurs collaborateurs sur des davantage en dehors » témoigne Consuelo , nous proposons aussi des actions projets phares « Cette année nous . , Valdez chargée de relations avec , clefs en main comme des speed , communiquerons sur nos actions la clientèle internationale pour la dating avec les associations » de tutorat aux côtés de l banque d entreprise chez HSBC. , précise Géraldine Guilluy , Passeport Avenir et association Durant la semaine des Défis cette , mécénat et solidarités au sein espérons ainsi recruter de nouveaux cadre très engagée va participer à " " responsable d IMS-Entreprendre pour la Cité. parrains pour la rentrée scolaire. la course de l association Action LES ÉVÉNEMENTS EMPLOI DE »MID Et , pour certains mécènes plus Nous voulons aussi donner un coup contre la faim à Paris-La Défense , novices c est souvent l occasion , de projecteur sur notre partenariat pour laquelle HSBC avait récolté " Jeudi 14 juin de marquer le coup d envoi d un avec MicroWorld la plate-forme , 100 000 euros en 2011 Et le samedi . , 13e Salon engagement plus structuré La . de microcrédit solidaire du groupe 16 juin elle ira en famille dans la , , , des io 000 emplois société de télémarketing Convers PlaNet Finance » précise , forêt de Sénart ( Essonne pour ) De io heures à i8 heures , a ainsi signé un partenariat avec les Plenier directrice Géraldine , arracher les plantes invasives dans Espace Champerret C Donneurs de voix une association , sociale et environnementale responsabilité le cadre des chantiers nature en hall libre Entrée , Paris XVlle créatrice de bibliothèques sonores chez Capgemini France. RSE ) partenariat avec l Office national ( www.jobrencontresfr au service des déficients visuels , Beaucoup d entreprises profitent des forêts " CATHERINE TROCQUEMÉ . 152 6 JUIN 20121 L EXPRESS N?3179
  3. 3. Le Monde Eco – 15-05-12
  4. 4. Le Parisien – édition Oise – 18/02/11
  5. 5. Les Échos – 07/11/11
  6. 6. Supply Chain Magazine – avril 2010 R e t o u r d ’ E x p é r i e n c e De g. à d. : Christophe Le Ferrand et Vincent Nicollet (Fairplace), Gérard Guérin et Mounia Nasser (ADN) ADN Une chaîne efficace entre donateurs et associations Créée en mars 2009, l’Agence du Don en Nature (ADN) est une association qui assure l’interface logistique entre des entreprises donatrices de produits non alimentaires et des associations bénéficiaires, en France pour le moment. Elle s’appuie pour ce faire sur un site internet depuis24 lequel les associations, grandes et petites, passent des commandes facturées uniquement aux coûts logistiques correspondants. Et elle partage une plate-forme de 4.000 m2 à Chambly-sur-Oise (60), gérée par 13,2 Fairplace, prestataire logistique de la Compagnie du Commerce Equitable. % de la population française vit en dessous du seuil de pauvreté, soit avec moins de 30 € par jour (source Insee 2009). D’un autre côté, avec l’augmentation du sour- cing lointain, l’accélération du cycle de vie des produits de dans un environnement sécurisé pour l’entre- consommation ou pour diverses raisons, des prise », précise Mounia Nasser, Consultante entreprises se retrouvent avec des produits Logistique. En effet, ADN s’engage à ce que obsolètes à écouler. Certains multiplient les les produits ne soient pas revendus sur un mar- magasins d’usine, d’autres recourent aux sol- ché parallèle, via la convention de partenariat deurs. Une nouvelle alternative est née début que signent les associations retenues comme 2009 : celle de confier ces invendus à l’Agence partenaires. Elle s’assure également que ces du Don en Nature (ADN) qui se charge de les associations respectent les règles d’éthique et acheminer aux associations caritatives qui en de transparence en étudiant leurs comptes, ont besoin. « Nous facilitons le don produit leurs statuts, leur objet, le rapport de leur prési-   N°43 - SUPPLY CHAIN MAGAZINE - AVRIL 2010    
  7. 7. Naissance d’ADN L ’Agence du Don en Nature est une éma- dent… Par ailleurs, elle s’appuie sur une nation d’une association beaucoup plus ancienne : Gifts in Kind International, équipe de professionnels aguerrie qui a ache- qui existe déjà depuis un quart de siècle. miné 5.000 palettes en 2009 et répond sous Jacques-Etienne de T’Serclaes était adminis- 48h aux propositions de dons. Et par construc- trateur de cette association internationale tion, seuls les produits correspondants aux depuis quatre ans lorsqu’il a décidé début besoins réels des associations caritatives sont 2008, avec le soutien des Américains, de Jacques-Etienne desservis. doter les associations et entreprises fran- de T’Serclaes, Fondateur de çaises d’une plate-forme dédiée. L’idée était l’Agence du Don Un e-catalogue de produits gratuits d’offrir une interface logistique plus efficace en Nature « D’un côté, de grosses quantités de produits en créant l’Agence du Don en Nature en sortent en semi-remorques des entrepôts des France, puis en développant par la suite un réseau européen fabricants. De l’autre, des associations cari- sous la marque Eurogiki. Avec sa vision d’entrepreneur social, tatives n’ont besoin que de quelques colis. Jacques-Etienne de T’Serclaes est parvenu à mobiliser des par- Notre rôle est de réunir les deux en tant que tenaires prestigieux. Ainsi, les Fondations Carrefour et L’Oréal facilitateur et catalyseur, par un système de même que le cabinet Leyton & Associés ont soutenu de pro- logistique performant », résume Gérard jet dès l’origine. Activa Capital, les Fondations Bettencourt Schueller et Coca Cola, le Groupe Seb, HSBC et Neodicio se sont Guérin, Responsable logistique & opérations aussi révélés des partenaires stratégiques. Enfin, pour garantir d’ADN (et ancien Directeur logistique inter- rigueur et professionnalisme, l’Agence du Don en Nature s’est nationale de Promodès). Sur quoi repose ce adjoint les compétences de mécènes sur le plan juridique système ? Principalement sur un site web et (Cabinet August & Debuzy), fiscal (Landwell) et comptable un entrepôt mutualisé capable de livrer aussi (PricewaterhouseCoopers). C’est grâce à l’ensemble de ces par- les petites commandes de quelques colis. tenaires qu’ADN peut donner à son projet une dimension pro- « Nous avons trouvé un prestataire informa- fessionnelle et industrielle et avoir toutes les chances d’at- tique, qui a un savoir faire dans les sites e- teindre son objectif de plus de 10 M€ de produits distribués à commerce et nous lui avons transmis un plus d’un million d’exclus d’ici fin 2011. cahier des charges orienté client visant à faci- Pour en savoir plus : www.adnfrance.org liter la prise de commandes pour les associa- tions. En tant que membre bienfaiteur, sa prestation a été quasi gratuite », révèle vée ou livrée. Dans ce dernier cas, elle fait Gérard Guérin. Ainsi, après avoir saisi son l’objet d’une demande de devis spécifique à 25 Login et son Mot de passe, l’Association par- Fairplace, prestataire logistique gérant l’entre- tenaire accède au catalogue en ligne et peut pôt de 4.000 m2 à Chambly sur Oise. ADN sélectionner dans son panier les produits dis- compte pour l’heure 25 Associations parte- ponibles dont elle a besoin en voyant s’affi- naires dont l’Armée du Salut, Force Femmes, cher au fur et à Les Restaurants du Cœur, Samusocial, SOS mesure, non pas le Villages d’Enfants, etc. prix du produit, bien sûr gratuit, mais le Les mêmes valeurs que Fairplace cumul du coût logis- ADN a commencé par confier sa logistique tique correspondant à physique, soit 100/150 palettes, à FM Logistic chaque unité choisie à Orléans. « Mais pour un entrepôt qui traite de (Unité de vente, gros volumes pour la grande distribution, l’hé- Colis, Palette…). Ce térogénéité des produits et de nos processus est coût est estimé, hors compliquée à gérer », observe Gérard Guérin. transport, à partir du C’est lors d’une conférence que Jacques- coût d’entrée/sortie Etienne T’Serclaes, Fondateur d’ADN (voir de l’unité logistique encadré ci-dessus), rencontre Jean-Marc et d’un coût de stoc- Borello, Délégué général du Groupe SOS. Ce kage réel sur une Stock de jouets groupe de l’économie sociale, qui emploie pour ADN durée théorique (ex : six mois pour les jouets). sur l’entrepôt de environ 3.000 personnes, est constitué d’asso- « Nous cherchons à appréhender le coût Chambly-sur-Oise ciations et d’entreprises et développe des acti- logistique au plus juste car notre but n’est pas vités dans le sanitaire et social, l’éducation, de faire du profit sur la logistique », souligne l’insertion, le logement, le développement Gérard Guérin. La commande peut être enle- durable et la solidarité internationale. Il com- AVRIL 2010 - SUPPLY CHAIN MAGAZINE - N°43      
  8. 8. R e t o u r d ’ E x p é r i e n c e porte notamment un pôle Commerce Equitable Mounia Nasser. Un contrôle qualitatif et quan- auquel la Compagnie éponyme appartient. titatif des marchandises est effectué. Pour faci- « En 2004, Alter Mundi, réseau spécialisé dans liter le stockage, des palettes 100 x120 peuvent le commerce équitable comptait 15 magasins. être repalettisées en 80 x 120. Le logiciel de La Compagnie du Commerce Equitable s’est gestion d’entrepôt Magellan qu’utilise Fair- dotée d’une plate-forme logistique pour les place édite des étiquettes ADN qui comportent imports. Puis, en 2005, elle a créé Fairplace, notamment la désignation complète du produit un prestataire logistique capable d’offrir ses en clair et un code barre GS1 128. De même, la services à d’autres affaires du commerce équi- préparation de commande suit un processus table. Jusqu’en août 2008, nous avions un classique. Les palettes constituées sont recou- entrepôt de 1.000 m2 à Saint Denis. Et depuis vertes d’un film opaque et étiquetées en attente un an, nous louons un entrepôt de 4.000 m2 à du retrait ou de la livraison. En partenariat avec Chambly-sur-Oise, que nous allons racheter », la Fondation Vinci, Fairplace a acquis une raconte Vincent Nicollet, DGA camionnette qui permet au Chef d’équipe d’ef- en charge de la Supply Chain, fectuer des livraisons. Cie du Commerce Equitable. Avec Christophe Le Ferrand, Des résultats encourageants Directeur logistique, Respon- Pour son premier anniversaire, ADN affiche un sable des équipes et de l’acti- bilan très positif puisqu’elle a collecté pour vité Fairplace, il fait la con- 6,4 M€ de produits auprès d’une vingtaine de naissance de Gérard Guérin et sociétés donatrices. Elle a redistribué pour le courant passe. « Nous avions 1,4 M€ de produits à 25 Associations parte- les mêmes valeurs. Notre par- Une étiquette naires, aidant ainsi 50.000 personnes dému- tenariat avait du sens », justi- éditée par le WMS nies. Elle cherche à présent à collaborer avec fient-ils en chœur. Ainsi, Fairplace accepte-t-il Magellan utilisé d’autres Associations partenaires. « Nous nous par Fairplace de travailler en open book pour ajuster au comportant sommes limités à l’Ile-de-France, mais des mieux les coûts logistiques. la désignation du demandes de province nous arrivent », déclare produit en clair et Mounia Nasser. Par ailleurs, ADN doit encore un code GS1 128. Un entrepôt à deux pas du TER écouler les produits qu’elle a en stock (trois à26 Pourquoi Fairplace a-t-il choisi Chambly-sur- quatre mois de couverture). Elle va s’efforcer Oise ? Pour sa proximité de l’autoroute A1, de livrer aux Associations partenaires les pro- certes… mais aussi pour celle de Paris par le duits demandés en travaillant sur une meilleure train. En effet, Chambly est à une demi-heure adéquation de l’offre à la demande. Un de la Gare du Nord, ce qui est pratique pour le Programme Ambassadeurs lancé par quatre personnel de cette entreprise d’insertion. Sans étudiants de Sciences Po est d’ailleurs chargé oublier également des raisons de contrainte de l’aider à identifier les besoins, à trouver les budgétaire. Le site employait sept personnes en fournisseurs potentiels, à effectuer des relances, 2009, et en fait travailler 10 grâce à ADN en si nécessaire… « Certains produits sont diffi- 2010, dont sept emplois en insertion. L’entrepôt ciles à obtenir, comme les couches pour bébés est organisé par typologie de produits. Il compte par exemple, car les industriels ont déjà leurs 2.000 emplacements picking au sol et du stoc- propres circuits », observe Mounia Nasser. Les kage de masse sur un à deux niveaux, pour le produits dont ADN a besoin sont en effet prin- réapprovisionnement picking. Il gère un peu de cipalement des couches pour bébés, des duvets produits suspendus, mais aussi des cosmétiques et des sacs de couchage, des fournitures sco- (dont les expéditions sont gérées à l’unité laires et de bureau (y compris du matériel infor- consommateur), du mobilier, de la décoration, matique) , du dentifrice et des brosses à dents, des arts de la table… en plus du stock d’ADN. des piles, des collants et chaussettes, du linge Ce dernier entrepose des références en palettes de maison, de la vaisselle, de la petite puéricul- homogènes et d’autres en colis. A la réception, ture et des vêtements pour bébés. Poursuivant un Bon de réception en clair est édité. « Nous sa contribution concrète à la lutte contre l’ex- retravaillons le document de l’industriel sur clusion, ADN s’est fixé pour objectif d’aider un Excel pour éditer un Bon de réception compor- million de personnes démunies d’ici fin 2011. tant la référence ADN du produit, la taille des N’hésitez pas à y contribuer ! colis, les dimensions des palettes… », précise Cathy Polge N°43 - SUPPLY CHAIN MAGAZINE - AVRIL 2010      
  9. 9. Le Monde Magazine – 14/12/10LMH066-M-ENQ Agence du don 14/12/10 17:06 Page 32 L’ E N Q U Ê T E DONNER C’EST LEUR NATURE Annie Kahn 400 millions d’euros d’invendus d’un côté, 8 millions de démunis de l’autre : l’Agence du don en nature récupère les uns à l’intention des autres. Efficace. A CHAMBLY, DANS L’OISE, à pour Noël ? de sacs ? d’ordinateurs titre, il sillonne le monde entier pour 41 km au nord de Paris, un vaste entre- pour trouver du travail ? Il suffit au res- étudier les « bonnes pratiques » des en- pôt abrite les produits d’une entreprise ponsable de l’association de se connec- treprises de ce secteur. Audit comp- pas comme les autres. A l’entrée, en bor- ter au catalogue en ligne de l’Agence du table, aspects juridiques et fiscaux, or- dure de route, un panneau indique le don en nature (ADN). Ou de venir, s’il ganisation des super et hypermarchés nom de son occupant : l’Agence du don le souhaite, voir les produits au « show- n’ont plus de secret pour lui. en nature. Dans le bâtiment, une petite room » de l’entrepôt. Et de passer com- Au début des années 2000, il se rend pièce, le showroom, présente quelques- mande, comme avec une entreprise de à Davos pour assister au Forum écono- uns des produits stockés. Robes, man- vente par correspondance – mais sans mique mondial qui réunit une fois par teaux, sous-vêtements, électroména- débourser un euro. L’entrepôt est géré an, fin janvier, politiques et dirigeants ger, produits de beauté… Tout ce que pour ADN par Fairplace, société d’in- du monde entier. Il entend Klaus l’on trouve dans un centre de stockage sertion du Groupe SOS d’entreprises Schwab, le fondateur du Forum de pour hypermarché, à l’exception des sociales. Les préparateurs de com- Davos, parler de sa Fondation pour l’en- denrées alimentaires. Dans le vaste mandes et les magasiniers, des chô- trepreneuriat social. « Ce fut le premier hangar de plus de 4 000 m2, des di- meurs de longue durée ou des jeunes déclic », explique Jacques-Etienne de zaines de palettes de produits neufs sans emploi, sont encadrés par Chris- T’Serclaes. Les entreprises sociales sou- – caisses de shampoing, gel-douche, tophe Le Ferrand, un jeune ingénieur, tenues par la Fondation Schwab fonc- cosmétiques, pantalons de marque… – et par Simon Blin, diplômé d’une tionnent avec l’efficacité de firmes tra- pas encore déballés. Des employés s’ac- grande école de commerce, l’EM-Lyon, ditionnelles. Mais plutôt qu’enrichir des tivent pour sélectionner, parmi les et directeur général du pôle «commerce actionnaires, elles soutiennent des as- 250 produits référencés, ceux corres- équitable » du Groupe SOS. sociations, des œuvres charitables ou pondant à la commande d’un client et des particuliers en détresse. Jacques- préparent son colis. Rien que de très ENTREPRISES SOCIALES Etienne de T’Serclaes s’interroge. Il normal, penserait n’importe quel spé- Jacques-Etienne de T’Serclaes est à cherche une activité bénévole mais pé- cialiste de la logistique dans la grande l’origine d’ADN. Cet homme élégant renne, à laquelle il puisse contribuer en distribution. connaît bien le secteur de la grande dis- donnant du temps, et surtout en appor- Sauf qu’ici les biens entreposés ne tribution. Ancien directeur général tant ses connaissances et compétences. sont pas vendus mais… donnés. Les d’Euromarché (revendu ensuite à Le second déclic survient au milieu bénéficiaires sont des associations en Carrefour), il crée en 1990 le pôle des années 2000. Lors d’une tournée relation avec des personnes en grande « consommation et grande distribu- professionnelle, il entre en contact avec pauvreté. Celles-ci ont-elles besoin de tion » de la société d’audit et de conseil Gifts in Kind International (GIKI). draps ? de couvertures ? de vête- Coopers & Lybrand (intégrée désor- Cette association américaine, créée ments ? de jouets à offrir à un enfant mais à PricewaterhouseCoopers). A ce en 1983, récupère des invendus k 32 18 décembre 2010 Le Monde Magazine LM2H066_032.A90079.pdf
  10. 10. LMH066-M-ENQ Agence du don 14/12/10 17:06 Page 33 A l’œuvre. Stéphanie Goujon, déléguée générale de l’Agence du don en nature (ADN), avec deux manuten- tionnaires de l’entrepôt de Chambly (Oise). Diplômée d’HEC, elle travaillait dans une agence de publicité. L’aspect « développement durable » du projet l’a séduite. 115 4,2 EN CHIFFRES 30 BAUDOUIN POUR LE MONDE MAGAZINE sociétés donnent à l’ADN plus de 250 références de produits. associations ou établissements partenaires, dont 75 en Ile-de-France et 40 en régions, utilisent les services de l’Agence du don en nature (ADN) pour venir en aide à 350 000 personnes. 8,3 millions d’euros de produits ont été collectés depuis le lancement de l’ADN en 2008. millions d’euros de produits ont été distribués par l’ADN depuis sa fondation ; 1 300 tonnes de déchets auraient résulté de leur destruction. 33 18 décembre 2010 Le Monde Magazine LM2H066_033.A91532.pdf
  11. 11. LMH066-M-ENQ Agence du don 14/12/10 17:06 Page 34 D O N N E R , C ’ E ST L E U R N AT U R E « J’AI DIT À ETAM : “JE VEUX CE QUE VOUS ALLEZ JETER.” ILS ONT TOUT DE SUITE COMPRIS. » FRANKLIN BERREBI, D E L’A D N qu’elle distribue à ceux qui en ont un be- soin vital sans avoir les moyens de les acheter : ateliers parascolaires, maisons de retraite et, bien sûr, associations di- verses. Mais ce n’est pas cet objectif que GIKImet en avant. Sa raison d’être:«ai- der les entreprises à être charitables ». Pour caricaturer : aider les riches à don- ner aux pauvres. Pas facile, en effet, pour WILLIAM BEAUCARDET / NOUVEL OBS / SIPA une grande entreprise, de savoir à qui donner ; de vérifier que les produits ainsi remis ne seront pas vendus sur des marchés parallèles, qui feraient concur- rence à son propre réseau ; et surtout de donner de petites quantités de mar- chandise à des bénéficiaires qui ne sau- raient que faire d’un semi-remorque de trente palettes. Pas pratique non plus, Professionnel. Jacques-Etienne de T’Serclaes travaillait pour la grande pour une association, de frapper aux distribution avant de fonder l’ADN, inspirée de l’association américaine GIKI. portes de multiples fournisseurs pour satisfaire des besoins très divers. Pragmatique avant tout, GIKI cher- çaise vivent en dessous du seuil de pau- tants de Leyton & Associés, la Société che à faire le lien entre deux mondes, vreté, c’est-à-dire dispose de moins de générale. D’autres partenaires les re- économiquement aux antipodes l’un de 30 euros par jour, selon l’Insee. La joignent : juristes du cabinet August & l’autre : celui du profit et celui du non- France compte 8 millions d’exclus dont Debouzy, fiscalistes de Landwell, comp- lucratif. Plus de la moitié des grands 3 millions pour la seule Ile-de-France. tables de PricewaterhouseCoopers, groupes américains figurant au classe- Le « marché » existe bel et bien ! D’un consultants d’AT Kearney. ment du magazine Fortune lui donnent autre côté, les entreprises sont confron- Les plus grands noms l’appuient bé- des produits. Voitures, vêtements, or- tées, chaque année, à plus de 400 mil- névolement. Franklin Berrebi, respon- dinateurs, produits de beauté, meubles, lions d’euros de produits non alimen- sable des relations avec les entreprises GIKI distribue ainsi gratuitement cha- taires invendus, selon une étude réalisée donatrices, est un ancien directeur gé- que année pour plus de 400 millions de en mars 2010 par la société de conseil néral de L’Oréal Europe, à la retraite dollars d’objets neufs. Le magazineForbes AT Kearney. Faute de savoir qu’en faire, depuis 2004. Son réseau est idéal : «J’ai l’a classée comme l’une des associations ces biens sont souvent détruits. Envoyés parlé du projet à Lindsay Owen-Jones et les plus efficaces des Etats-Unis. à la casse. Quel gâchis ! Coûteux, démo- à Béatrice Dautresme [NDLR : respec- ralisant, écologiquement désastreux. tivement président et vice-présidente, GÂCHIS Jacques-Etienne de T’Serclaes va directrice générale chargée de la com- Quand Jacques-Etienne de T’Serclaes donc s’inspirer de GIKI. En 2008, il crée munication et des relations extérieures entre en contact avec GIKI, rien de tel l’Agence du don en nature. Désormais de L’Oréal], on a tout de suite eu leur sou- n’existe en France. Les banques alimen- retraité, il a le temps de s’en occuper. tien. Je connais tout le monde là-bas ! J’ai taires, créées en 1984, ne distribuent que Passionné, il transmet son enthou- mis à contribution Etam, Procter, Lotus, de la nourriture. Rien d’autre. En Eu- siasme à nombre de ses anciennes re- Mattel. J’avais voulu faire des affaires rope, une seule initiative comparable à lations professionnelles, qu’il convainc avec Etam, dans le passé. Ça n’a pas mar- GIKI a alors vu le jour : In Kind Direct, sans peine. Parmi les fondateurs de ché, mais j’avais gardé le contact. Je leur au Royaume-Uni (lire l’encadré page 36). l’ADN figurent des industriels tels le ai dit : “Je veux ce que vous allez jeter.” Ils Les besoins sont pourtant patents dans groupe SEB ou L’Oréal, des distribu- ont tout de suite compris. On sécu- l’Hexagone. 13,2 % de la population fran- teurs, comme Carrefour, des consul- rise leur surplus », explique cet ex- k 34 18 décembre 2010 Le Monde Magazine LM2H066_034.A92032.pdf

×