Your SlideShare is downloading. ×
Présentation mali groupes d'action
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Présentation mali groupes d'action

488
views

Published on


0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
488
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
6
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. ATELIER GROUPES D’ACTION NOVEMBRE 2011
  • 2. PLAN DE PRESENTATIONIntroductionRevue du secteur riz au maliDéfis et opportunitésZones prioritaires et contraintesDomaines prioritaires Conclusion
  • 3. INTRODUCTION- Contribution du secteur agricole à la formation du Produit Intérieur Brut (PIB): environ 40%- Occupe près de 75% de la population active.Le riz contribue Contribution des branches agricoles au PIBà lui seul pourenviron 5 % du Reste de léconomie 60%PIB du pays. Céréales sauf riz Elevage 16% Coton Riz 14% 5% 5%
  • 4. INTRODUCTIONLa consommation nationale du riz: augmentation,estimée à 742 925 tonnes en 2007.En 2007, les importations en riz marchand sechiffraient à environ 148 243 tonnes.Selon le bilan céréalier 2011: consommation par têted’habitant: 61,46 kg de riz/an.Malgré l’augmentation croissante de la production,le Mali importe du riz pour couvrir ses besoins enriz.La production riz paddy en 2009: 2 003 040 tonnes.
  • 5. UNITES AGRO ECOLOGIQUES Algérie Niger MauritanieSénégal Burkina Faso Guinée Côte d’Ivoire
  • 6. ZONES RIZICOLES: Ecosystèmes rizicoles Légende Regions système dirrigation Bas-fonds Maitrise totale NERICA Submersion contrôlée Submersion libre
  • 7. TYPES DE RIZICULTURERIZICULTURE PLUVIALE RIZICULTURE DE SUBMERSIONRIZICULTURE DE BAS - FOND RIZICULTURE IRRIGUEE
  • 8. INTRODUCTIONPROPORTION DES TYPES DE RIZICULTURE Répartition superficies rizicole entre les Répartition de la production entre les systèmes daménagement système daménagement Zone diffuse Zone diffuse 51% 28% Bas Fonds Maîtrise Maîtrise 15% Totale Totale Bas Fonds 18% Maîtrise 49% 20% Maîtrise partielle partielle 11% 8%
  • 9. SUPERFICIES EN FONCTION DES TYPES DE RIZICULTURESystèmes rizicoles Surface Surface (ha) %Maîtrise totale ( office du Niger + 145 751 21,24PPIV)Maîtrise partielle 87 460 12,75Submersion 262 667 38,28Bas-fonds 155 248 22,63Riz pluvial 35 042 5,11Total/moyenne 686 168 100
  • 10. VARIETES UTILISEESRIZICULTURE RIZICULTUREPLUVIALENERICAs SUBMERSION Khao gaenSikasoka 1500 à 3000 kg ha-1 DM 16 600 à 1500KGJigifa GambiakaKumabani VariétésDorado localesVariétés (O.locales glaberrima)RIZICULTURE DE BAS - RIZICULTUREFOND IRRIGUEEShwétassoké 150 0 à 3500KG Kogoni 91-1 4000 à 6500 kg ha-1Mut 93 BG 90-2Sik 131 NionokaBR4 SK 95-4BW348 ADNY11Variétés NERICAs L
  • 11. CULTURE DU RIZ, METHODES Types de Zone Préparati Mise en Fertilisation Entretien riziculture de on sol place culture Sud Labour Semis à la 200kg Complexe DésherbageBas – fond Sud – Piochage volée, en coton + 100kg manuel Ouest poquets, Urée Herbicidage Sans travail repiquage Sud Labour Semis à la 200kg Complexe DésherbagePluviale Sud – Piochage volée coton + 100kg manuel Ouest Semis en Urée Herbicidage Sans travail poquets Sud Labour Repiquage, recommandée 2à3Irriguée Centre hersage Semis pré- 200 urée + 100 DAP désherbages 200 urée + 200 Sugubè Nord Mise en germé manuel boue Herbicidage Centre Labour Semis à la 50kg DAP + 50kg désherbageSubmersion Nord Piochage volée urée Sans Sans désherbage travail
  • 12. PRINCIPAUX INTERVENANTS AU NIVEAU DES PARCELLES RIZICOLESLa propriété des parcelles estfonction des types de riziculture:Riziculture irriguée et desubmersion: hommesgénéralementRiziculture de bas –fond: femmesgénéralementRiziculture pluviale: femmes ethommes
  • 13. 2. LES DEFIS ET LES OPPORTUNITESDÉFIS:-Évolution démographique du pays;. Évolution rapide de la population: de 9,8 millionsd’habitants en 1998 à 14,5 millions en 2009. Taux d’accroissement annuel moyen de 4,36%== une forte influence non seulement sur lademande mais aussi sur la production du riz.
  • 14. LES DEFIS ET LES OPPORTUNITESDÉFIS (suite):- Politiques; LOA; PDES• Agriculture: moteur prioritaire pour la croissanceéconomique et la réduction de la pauvreté• satisfaction des besoins nationaux en riz, conquêtemarché malien et marché sous régional• Priorité du CSCRP: sécurité alimentaire etpromotion des exportations ; modernisation desexploitations et développement des agro-industries;infrastructures de production ; gestion durable desressources naturelles.
  • 15. 2. LES DEFIS ET LES OPPORTUNITESDÉFIS (suite):-Techniques;. accroissement des superficies à aménager enmaîtrise totale;. amélioration de la gestion de l’eau en réduisant lesconsommations d’eau;. amélioration de la production et de la productivitépar l’adoption de nouvelles techniques culturales;
  • 16. Contraintes à la productionRiziculture irriguée:-Faible proportion des terres aménagées parrapport au potentiel-Faible gamme variétale (contre saison)- Appauvrissement des sols, salinisation,alcalinisation- Présence de maladies, d’insectes
  • 17. Riziculture de bas – fond et de submersion:-Mauvaises herbes-manque de variétés performantes-sensibilité aux nuisibles (maladies,insectes)-Toxicité ferreuse-Faible fertilité-Problèmes de semences-Bas-fonds et plaines non aménagées-techniques de production inadaptées-Manque de système de crédit approprié-difficultés d’accès à la terre pour lesfemmes
  • 18. Riziculture pluviale:-irrégularité et insuffisance de la pluie-Enherbement excessif-manque de variétés performantes-sensibilité aux nuisibles (maladies,insectes)-Faible fertilité-Problèmes de semences-techniques de production inadaptées-Manque de système de crédit approprié
  • 19. 2. LES DEFIS ET LES OPPORTUNITESDÉFIS (suite):- La mobilisation des financements publics etl’implication du secteur privé:• accélération et intensification desaménagements hydro-agricoles (cadre PDA etPNISA).• renforcement et développement de partenariatpublic – privé;
  • 20. 2. LES DEFIS ET LES OPPORTUNITESDÉFIS (suite):- La structuration et renforcement des producteurset autres acteurs• une politique de promotion de la filière riz baséesur une meilleure organisation (production,conservation, transformation, commercialisation),• responsabilisation effective des principaux acteursde la filière,• augmentation et sécurisation des revenus et desexploitants agricoles.
  • 21. 2. LES DEFIS ET LES OPPORTUNITES LES OPPORTUNITES•Potentialités :. plus de 2 200 000 ha pour la riziculture irriguée. plus de 880 000 ha pour la riziculture de bas fonds. plus de 3 000 000 ha pour la riziculture pluviale. disponibilité d’une loi d’orientation agricole et d’unprogramme (PDES) qui accorde la priorité au riz. préférence pour le riz local
  • 22. 2. LES DEFIS ET LES OPPORTUNITES (suite) LES OPPORTUNITES•Régime foncier: Sécurisation des exploitationsagricoles par la LOA.•Questions sociales: diversification del’alimentation,•transformation des productions == générationd’emplois == diminution de l’exode rural,• Mise en place de la SNDR• Existence de CNU des résultats de rcherche
  • 23. 2. LES DEFIS ET LES OPPORTUNITES (suite)LES OPPORTUNITES•Système de Recherche rizicole bien développé :- Deux programmes de recherche sur le riz:Riz iriguéRiz bas fonds- Un Programme de recherche sur la mécanisation- Un Centre national de Spécialisation sur le riz
  • 24. 2. LES DEFIS ET LES OPPORTUNITES (suite) LES OPPORTUNITES•Système de Recherche rizicole bien développé :- Mise au point de technologies adaptées àl’intensification :. Agronomie: fertilité (toxicité ferreuse, salinisation-alcalinisation) fertilisation (doses optimales, sourcesde fertilisation, système de cultures)
  • 25. QUELQUES ACQUIS Rendement des différentes combinaisons (kg/ha) en condition de double culture de riz Sans matière Paille produite 5 t/ha fumier organique enfouieSans engrais 5083 (T1) 5594 (T4) 6148 (T7)90 Kg/ha N+20 7309 (T2) 6617 (T5) 7393 (T8)Kg/ha P120 Kg/ha N + 6948 (T3) 8582 (T6) 8031 (T9)26 Kg/haP+25Kg/ha K
  • 26. QUELQUES ACQUIS Bonnes dates de semis des variétés de riz : entre le 15 juin et le 15 juillet pour un objectif de rendement. Fertilisation: les traitements de 23N + 12 P2O5 et 23N + 24 P2O5 plus rentables avec un rendement moyen de plus 3 000 kg/ha en riziculture pluviale.
  • 27. QUELQUES ACQUIS Rotation culturale (maïs, riz coton): après une culture de coton, 150 kg ha-1 de complexe coton donne les mêmes rendements qu’un apport de 200 kg ha -1. Les doses de 40 et 60 kg/ha pour les semis en lignes et en poquets sont économiquement rentables comparées aux autres doses (80, 100 et 120 kg/ha).
  • 28. QUELQUES ACQUIS Modes de semis en fonction de la fertilisation: le semis en poquet ou en ligne associé à 150 kg ha-1urée + 100 kg ha-1PNT et 100 kg ha-1urée + 100 kg ha-1PNT sont économiquement rentables. L’herbicide sélectif de pré-émergence ALLIGATOR, à la dose de 3,2l/ha après semis a été efficace sur toutes les adventices en riziculture pluviale.
  • 29. QUELQUES ACQUISMise en évidence de l’effet des molécules chimiques: CALRIZ, SAMORIZ, qui diminue la pression des adventices jusqu’à 70%.Le traitement des semences du riz par le Cruiser et l’INSECTOR T45 avec les doses faibles par kg de semence ont réduit les attaques des termites.
  • 30. QUELQUES ACQUISQUALITE ET TRANSFORMATION DURIZaspects de transformationLesabordés ont porté sur:- la caractérisation desvariétés de riz pluvial ycompris les NERICA (physico-chimiques et organoleptiques)- la diversification des formesd’utilisation de ces variétés.
  • 31. QUELQUES ACQUISQUALITE ET TRANSFORMATION DURIZCaractéristiques physiques - Rendement au décorticage du riz : décortiquénon blanchi: 77 à 82 %.
  • 32. QUELQUES ACQUIS QUALITE ET TRANSFORMATION DU RIZDétermination de l’aspect crayeux des grains:même score (5): 10 à 20% de grains crayeux danschaque lot analysé. NERICA 4 décortiqué non blanchi Jiguifa décortiqué non blanchi
  • 33. QUELQUES ACQUIS QUALITE ET TRANSFORMATION DU RIZLongueur du riz Variété Jiguifa: riz à grains longsavec 6,75 mm de longueur. Variétés NERICA 4, Kumabani etSikassoka : riz à grains moyens.
  • 34. QUALITE ET TRANSFORMATION DUVariétés Longueur riz Catégorie Normes de classification RIZ Blanchi (mm)Kumabani 6,25 grains moyens 6,2 mm > Longueur< 6,6 mmJiguifa 6,75 grains longs Longueur < 6,6 mmNERICA 4 6,47 grains moyens 6,2 mm > Longueur< 6,6 mmSikassoka 6,23 grains moyens 6,2 mm > Longueur< 6,6 mm Longueur des grains de NERICA 4 Longueur des grains de jigifa
  • 35. QUELQUES ACQUISQUALITE ET TRANSFORMATION DURIZ Caractéristiques chimiquesDésignation Sikassoka NERICA 4 Kumabani JiguifaTeneur en eau % 6.20 6,38 6,48 6,60Cendre % 0,58 0,58 0,58 0,48Protéines % 6,86 7,64 7,35 6,89Matière grasse % 1,33 3,37 2,78 1,49Energie brute (Kcal)/100 g 3903.25 3900,39 3832,86 3935,72
  • 36. QUELQUES ACQUISDiversification des formes d’utilisation de ces variétés
  • 37. 2. LES DEFIS ET LES OPPORTUNITES (suite) LES OPPORTUNITES•Système de Recherche rizicole bien développé :- techniques de mise en place (zéro tillage, dates,etc.)- mécanisation: mise au point de semoir, semoirépandeur, moissonneuses batteuses, sarcleusesmotorisées, etc.
  • 38. Photo 1 : mise en route de lamoissonneuse Photo 2 : mauvais équilibre de la moissonneusePhoto 3 : accès difficile de la parcelle avecla moissonneuse
  • 39. Semoir philippin Semoir Sarra traction animaleSemoir Sarra: traction Semoir Dama : semoirmotorisée épandeur d’engrais
  • 40. RESSOURCES HUMAINES Chercheurs rizicoles Techniciens en recherche rizicoleAnnée Total Permanent Contractuel Total Permanent Contractuels2008 15 12 3 20 17 32013 19 14 5 24 19 52018 24 17 7 28 21 7
  • 41. CONCLUSIO NLe Mali dispose d’énormes potentialités enriziculture :- Superficies;- ressources humaines;- intervenants publics et privéPar ailleurs, l’existence d’un cadre institutionnelfavorable avec la LOA, la SNDRActuellement des réflexions sont en cours pour lefinancement de la recherche à partir des ressourcesnationales