Niger africa rice_cotonou

  • 362 views
Uploaded on

 

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
362
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1

Actions

Shares
Downloads
3
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. I N R A N Institut National de Recherches Agronomiques du NigerLancement du Groupe d’Action Agronomie et du Groupe d’Action Transformation du Riz et Valeur Ajoutée Cotonou du 22 au 25 novembre 2011Les systèmes de riz au Niger et leurs contraintes Dr. MOSSI MAÏGA Illiassou Institut National de la Recherche Agronomique du Niger (INRAN) 1
  • 2. Informations générales Le Riz est la 3ème céréale produite au Niger. La consommation de riz au Niger est estimée à 14 kg/personne/an. De cette consommation, la production nationale est évaluée entre 3 et 5 kg Le riz se substitue aux autres céréales dans les villes. A Niamey, la consommation de riz atteint 39 kg/personne/an la production nationale rizicole = 132.030 t de paddy dont 70.000 t produites sur les AHA (41 AHA rizicoles totalisant 8706,7 ha ) et 52.030 t hors AHA (29.000 ha) La production ne couvre 1/3 des besoins annuels nationaux estimés à 266710 t de riz blanc. L’importation de riz par le Niger a atteint importé 221. 376 t de riz en 2008 pour une valeur de 48.394 millions de FCFA
  • 3. Systèmes de production1. La riziculture « fluviale » ou de crue : sous inondation, en bordure du fleuve ou de ses affluents. On y produit le riz « flottant » à immersion profonde. Soumis à de forts aléas climatiques (inondation ou sécheresse). Faible ou absence de fertilisation. Sup : 29000 ha. RDT = 1,5 à 2 t/ha.2. La riziculture de bas fonds non aménagés : Le système est pratiqué en saison des pluies le long des cours d’eau, sur sol hydromorphe. Absence de fertilisation, maîtrise faible de l’eau. Rdt : 1t/ha3. Le système par motopompe individuel : Le riz est repiqué sur un sol inondé au bord du fleuve avec apport en fertilisants minéraux et organiques. Rdt : 5,4 t/ha.3. Le système aménagé avec maîtrise totale de l’eau Système le plus dominant caractérisé par 2 campagnes de riz par an. RDT = 4,5 tonnes/ha/campagne. Ce système est pratiqué sur environ 8 500 ha aménagés. La production =70 000 t , 83% de la production du pays. 3
  • 4. LE SYSTÈME AMÉNAGÉ AVEC MAÎTRISE TOTALE DE L’EAUSystème le plus dominant caractérisé par 2 campagnes de riz par an. RDT = 4,5 tonnes/ha/campagne. Ce système est pratiqué sur environ 8 500 ha aménagés. La production =70 000 t , 83% de la production du pays. baisse de la fertilité, salinité, faible maîtrise des techniques culturalesMajor abiotic constraints étroitesse de la base génétique, mauvaise qualité des semence, RYMV,Major biotic constraints BLB, nématodes, oiseaux mauvaise gestion de leau, des coopératives, des finances, du foncier,Major socio-economic constraints du calendrier cultural, problèmes de commercialisation, de transformationOther constraints (technology manque de matériel de transformation, faiblesse de mécanisation, nontranfer; institutional) respect des modalités de mise en valeur, archaïsme des textes nouvelle modalité de gestion de leau, identification de gènes deRecent acheivements on résistances au BLB, identification de variétés résistantes au RYMVtechnology development (IR4768615-1-1, Giganté, tog 5681), placement profond de lurée identification des variétés résistantes à la salinité, poursuite des On-going research activities on variétés résistantes au RYMV, études socio-économiques du placement technology development profond de lurée, Collaboration work with Projet renforcement de la disponibilité et de laccès aux statistiques AfricaRice in this hub (project rizicoles name)
  • 5. LE SYSTÈME PAR MOTOPOMPE INDIVIDUELLe riz est repiqué sur un sol inondé au bord du fleuve avec apport en fertilisants minéraux et organiques. Rdt : 5,4 t/ha. baisse de la fertilité, salinité, faible maîtrise des techniques culturalesMajor abiotic constraints étroitesse de la base génétique, mauvaise qualité des semence, RYMV,Major biotic constraints BLB, nématodes, oiseaux mauvaise gestion de leau, du foncier, du calendrier cultural,Major socio-economic constraints problèmes de commercialisation, de transformationOther constraints (technology manque de matériel de transformation, faiblesse de mécanisation, nontranfer; institutional) respect des modalités de mise en valeur, archaïsme des textes nouvelle modalité de gestion de leau, identification de gènes deRecent acheivements on résistances au BLB, identification de variétés résistantes au RYMVtechnology development (IR4768615-1-1, Giganté, tog 5681), placement profond de lurée identification des variétés résistantes à la salinité, poursuite des On-going research activities on variétés résistantes au RYMV, études socio-économiques du placement technology development profond de lurée, Collaboration work with Projet renforcement de la disponibilité et de laccès aux statistiques AfricaRice in this hub (project rizicoles name)
  • 6. LA RIZICULTURE « FLUVIALE » OU DE CRUEsous inondation, en bordure du fleuve ou de ses affluents. On y produit le riz « flottant » à immersionprofonde. Soumis à de forts aléas climatiques (inondation ou sécheresse). Faible ou absence defertilisation. Sup : 29000 ha. RDT = 1,5 à 2 t/ha. maîtrise de leau (inondation)Major abiotic constraints etroitesse de la base génétique, mauvaise qualité desMajor biotic constraints semence,oiseaux, BLB, nématodes, gestion de leau, du foncier, problèmes de commercialisation,Major socio-economic constraints de transformation manque de matériel de transformation, faiblesse deOther constraints (technology tranfer; mécanisation, non adaptation de certaines dispositions duinstitutional) code de leauRecent acheivements on technologydevelopment On-going research activities on technology developmentCollaboration work with AfricaRice in Projet renforcement de la disponibilité et de laccès aux this hub (project name) statistiques rizicoles
  • 7. LA RIZICULTURE DE BAS FONDS NON AMÉNAGÉSLe système est pratiqué en saison des pluies le long des cours d’eau, sur sol hydromorphe.Absence de fertilisation, maîtrise faible de l’eau. Rdt : 1t/ha maîtrise de leau (inondation ou sécheresse), problème de fertilité, faible maîtrise des techniquesMajor abiotic constraints culturales étroitesse de la base génétique, mauvaise qualité desMajor biotic constraints semence, RYMV, BLB, nématodes, oiseaux gestion de leau, problèmes financiers, fonciers,Major socio-economic constraints problèmes de commercialisation, de transformation manque de matériel de transformation, faiblesse deOther constraints (technology mécanisation, non adaptation de certainestranfer; institutional) dispositions du code de leauRecent acheivements on technologydevelopment On-going research activities on technology development Collaboration work with AfricaRice in this hub (project name)
  • 8. EXISTENCE D’UN POTENTIEL EN EAU -TERRE -RECHERCHE• L’existence d’un potentiel irrigable(270000 ha dont 20% seulement sont actuellement exploitées)• 30 milliards de m3, eau de surface• L’existence de terres aptes à la riziculture (24.000ha)• L’existence de nombreux acquis de la recherche 8
  • 9. Les acquis de la recherche•Maîtrise des techniques pour la double culture de riz•Variétés résistantes ou tolérantes au RYMV disponible (IR47686)•Homologation de 5(cinq) nouvelles variétés dont deux NERICA (L-49 et L-39)•Les courbes de réponse aux éléments nutritifs établies (N132P90K60)•Variabilité du RYMV étudiée•Les hôtes alternatifs du virus identifiés•Variabilité du BLB étudiée•Les hôtes alternatifs de la bactérie identifiés•Dynamique des nématodes associés au riz étudiée•Conditions d’utilisation du Londax (herbicide) déterminées•Nuisibilité des adventices sur le riz étudiée•L’impact économique de la recherche sur la production établi.
  • 10. POTENTIEL HUMAIN, MARCHE• L’existence d’un potentiel humain disponible et mobilisable(auto- encadrement, plus ou moins bonne maîtrise de technique de production)• L’existence de marchés intérieurs non encore satisfaits avec de perspectives favorables de commercialisation
  • 11. POLITIQUES DE DEVELOPPEMENT DE L’IRRIGATION• La politique de promotion de l’irrigation privée• SNDI/CER• La SDR, ses programmes et son plan d’action: Programme « développement de l’irrigation Programme « Barrage de Kandadji » Le « programme de lutte contre l’insécurité alimentaire par l’irrigation »• La stratégie nationale de développement de la filière rizicole (non encore adoptée).
  • 12. LES ACTIVITÉS DE RECHERCHE Identification des variétés tolérantes à la salinité Identification des variétés résistantes au froid Développement de méthodes de lutte appropriées contre les principaux ennemis du riz (insectes, maladies, adventices) Introduction et adaptation des hybrides Introduction et adaptation de nouvelles variétés de NERICA dans les différents systèmes de production de riz Gestion de l’eau Mise au point de nouvelles formules de fertilisation pour les différents systèmes de production de riz Caractérisation des bas fonds rizicultivables
  • 13. PARTENAIRES EXTERIEURS ONAHA, (Office National des aménagements hydro-agricoles) FUCOPRI, (Fédération des Unions des Coopératives de Producteurs de riz) CPS, (Centre de Prestation de Services) RINI (Société Riz du Niger) APPSN (Association des producteurs Privés de Semences du Niger)
  • 14. RESSOURCE HUMAINES DISPONIBLES3 chercheurs et deux techniciens en sols et fertilité2 chercheurs et deux techniciens en sélection2 chercheurs et deux techniciens en gestion de l’eau2 chercheurs et deux techniciens en phytopathologie2 chercheurs et 4 techniciens en socio-économie.1chercheur et technicien sur les technologies post-récoltes.
  • 15. Merci