• Save
Club Santé - Le digital peut-il participer à la réduction du déficit de la Sécurité Sociale ?
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Club Santé - Le digital peut-il participer à la réduction du déficit de la Sécurité Sociale ?

on

  • 532 views

 

Statistics

Views

Total Views
532
Views on SlideShare
531
Embed Views
1

Actions

Likes
2
Downloads
0
Comments
0

1 Embed 1

http://webmail1f.orange.fr 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

CC Attribution-NonCommercial-NoDerivs LicenseCC Attribution-NonCommercial-NoDerivs LicenseCC Attribution-NonCommercial-NoDerivs License

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Club Santé - Le digital peut-il participer à la réduction du déficit de la Sécurité Sociale ? Club Santé - Le digital peut-il participer à la réduction du déficit de la Sécurité Sociale ? Presentation Transcript

    • Le digital peut-il participer à la réduction du déficit de la Sécurité Sociale ? La place du digital et les possibilités numériques dans la gestion de notre « consommation de santé ».. 23  janvier  2014  
    • Nos intervenants Nadia Auzanneau Directrice d'OpinionWay Santé Isabelle Hilali Vice President, Strategy & Marketing Orange Healthcare Raphael Mastier Responsable du marché Santé Division secteur public Microsoft France Pierre Morgon Chief Marketing Officer Cegedim Animateurs Karim Zinaï, Co-Président du Club Santé, Président de ALMEDYS Life Eric Phélippeau, Co-Président du Club Santé, Président de BY AGENCY Group
    • Pierre Morgon Chief Marketing Officer Cegedim
    • Le parcours de soins du patient est de plus en plus complexe et fragmenté, et il s’étend au delà des espaces “traditionnels”… Cabinet médical Cabinet médical Diagnostic Tests Rx Rx Résultats Examen annuel Diagnostic Résultats Résultats Tests Tests Hospitalisation Laboratoire Hôpital
    • … jusque dans les espaces “privés” du patient (domicile, famille, réseaux sociaux) qui devient un “partenaire responsable” Smartphone apps Suivi, prévention Media sociaux Insights, feedback Google’s smart contact lens Outils grand public médicalisés Capteurs données Données Contrôle Appareils médicaux Qardio “consumérisés” Télémédecine Système de santé Soins à distance Praticiens
    • Médecine personnalisée? Les opportunités résident dans les comportements, le profil génétique et le management de l’information Leviers comportementaux  régime, exercice, tabagisme, etc. Information neutre  Monitoring en temps inclure préférences réel, leviers du patient comportementaux Observance Leviers comportementaux  observance Source Ernst & Young Rechute Dx Monitoring Rx Traitement Dx Thérapies ciblées Patient diagnostiqué Comportements A risque Population générale Diagnostic moléculaire, biomarkers
    • Cegedim: Making Healthcare Business Run Efficiently Business  Intelligence   Patients & HCPs Databases Market Research Multichannel Engagement Systems Customized  Insights  &  Consul=ng   7! This document should not be distributed without Cegedim authorization – Copyright 2013
    • Cegedim: Making Healthcare Business Run Efficiently Brand Life Cycle Phases Clinical Development Clinical Development Phase 2 Phase 3 Regulatory Market Access Launch Maturity Pre Launch Scien=fic  &  healthcare  professional  community,  network,  influence  mapping   Pa=ent  Databases  &  Pa=ent  Flow   Decision  Pathway  Understanding:  Authori=es,  Payers,  Ins=tu=ons   Faster  Time   to  Market   Primary  Market  Research:  Prescrip=on  PaPerns  &  Behaviors   Business  Intelligence:  Compe==ve  Intensity   Medical  Informa=on  Management   Mul=channel  Engagement  Systems   Resource  Alloca=on   Compliance  Enforcement   Faster Time to Peak Sales 8! This document should not be distributed without Cegedim authorization – Copyright 2013
    • Cegedim: Making Healthcare Business Run Efficiently Brand Life Cycle Phases Clinical Development Clinical Development Phase 2 Phase 3 Regulatory Market Access Launch Maturity Pre Launch The only innovative and agile Pa=ent  Databases  &  Pa=ent  Flow   expert fostering fasterns=tu=ons   Decision  Pathway  Understanding:  Authori=es,  Payers,  I : Scien=fic  &  healthcare  professional  community,  network,  influence  mapping   Faster  Time   to  Market   ! Time to Market and Primary  Market  Research:  Prescrip=on  PaPerns  &  Behaviors   Business  Intelligence:  Compe==ve  Intensity   ! Time tonforma=on  Management   Medical  I Peak Sales Mul=channel  Engagement  Systems   Resource  Alloca=on   Compliance  Enforcement   Faster Time to Peak Sales 9! This document should not be distributed without Cegedim authorization – Copyright 2013
    • Isabelle Hilali Vice President, Strategy & Marketing Orange Healthcare
    • la donnée « élément fondateur » Accueil Pr vention é Suivi Examen Diagnostic Prise en charge th rapeutique é   la donnée comme outil de pilotage : mesurer, analyser, gérer la qualité, la sécurité …   la donnée comme outil de travail : coordonner, gérer les parcours, partager données-informations patient,…  la santé passe par la gestion de l’information, elle est toujours plus connectée écosystème santé Orange au service du producteur de données:   transporte   stocke   met à disposition   analyse (BI, big data) Orange Healthcare professionnels de santé modalités patients Orange   logiciels médicaux dispositifs … Orange : partenaire pour une solution globale
    • La médecine devient une affaire de réseaux   Service Mobile Téléassistance   MAD   Bracelet anti fugue une plus grande maîtrise des coûts santé   Connected Hospital étendu   Plateforme régionale   Connected Hospital at Home une plus grande fluidité de l’information entre les acteurs santé   Connected Emergency   Convergence fixe/mobile   Travail collaboratif, e-learning, visio une meilleure vie au quotidien pour tous
    • Orange Healthcare les services entre professionnels Maintien à domicile, les services pour de santé et les patients la prévention et le bien-être les professionnels de santé connecter les infrastructures pour une meilleure coordination, collaboration et fluidité des informations entre tous les acteurs faciliter l’interface patients professionnels de santé et sociaux des outils et des informations pour permettre à chacun de mieux gérer sa santé et son bien-être au quotidien
    • Raphael Mastier Responsable du marché Santé Division secteur public Microsoft France
    • Trois volets d’activité 15  
    • I - Recherche et Innovation 900 chercheurs 55 sites 9 Milliards $ en R&D 16  
    • II - Microsoft et l’Hôpital Loi  HPST-­‐  T2A  -­‐Télémédecine  -­‐  ENRS  -­‐  CPS  -­‐  MSSanté  -­‐  DMP  -­‐  Hôpital  Numérique  –  TSN     Infrastructures     &  Sécurité   Déploiement   Sécurisa=on  des  données   de  santé   Mobilité   Partenaires   Windows   System  Center   Exchange   Forefront   Efficience   individuelle  et   collecIve   Améliora=on  de  la  qualité   des  soins   Produc=on  de  la  donnée   Pilotage   Réglementaire   Financier   Médico  administra=f   Analyse  de  la  donnée     CoopéraIon   Inter  hospitalière   eSanté   Ouverture  des  données   Partage  de  la  donnée   Partenaires   Partenaires   Partenaires     Office,  Lync   Dynamics  AX   SharePoint  Yammer     SQL  Server   SharePoint   Office     Dynamics  CRM   Lync,  Biztalk   HL7,  IHE,  .Net     Usages  adaptés       ExperIse     Santé     Plateformes  industrielles  
    • III - Microsoft et la E-Santé Télémédecine Mobilité Big Data & Cloud Prévention Silver Economie
    • Vous   19  
    • Nadia Auzanneau Directrice d'OpinionWay Santé
    • Les chiffres clefs The innovative research company “OpinionWay Création 56 collaborateurs quali 6 25% quanti Répartition du CA 75% pôles d’expertises 16% 8% CAPI CATI CAWI 20% 21 Répartition du CA hors France 30% 50% 10%
    • Un département Santé dédié 4 9 % du CA Études internationale s Les études d’opinion Disposer de résultats récents pour publication ou afin de « nourrir » une conférence de presse : femmes et contraception, femmes et IVG, le sommeil des Français, les Français et le don d’organes, Études sur l’autisme 22 20% 20% Collaborateurs Les études marketing Faire le point sur un des éléments du mix marketing d’un produit ou d’un service : test de concept, test de nom, pré et posttest de communication, usages et attitudes, études de notoriété et d’image, …. Téléphone 70% Online 10% autres Les études d’environnement Mieux comprendre le vécu des patients ou l’environnement de prescription d’un médicament pour une pathologie donnée : études qualité de vie, études miroir , contexte de prescription d’un médicament, perception des chartes patient,….
    • Des cibles multiples Les patients/associations de patients : forte expertise d’OpinionWay sur les enquêtes consommateurs/patients (consommation de médicaments, soins, information) dans ses différentes dimensions sociale, économique, comportementale, attitudinale. Les médecins généralistes Les médecins spécialistes, en ville et/ou à l’hôpital Les autres professions médicales : chirurgiens dentistes, orthodontistes, vétérinaires, … Les professions para-médicales : infirmiers, kinésithérapeutes, opticiens, diététiciens, pédicures-podologues, orthophonistes, Les pharmaciens d’officine/hospitaliers Les experts, les leaders d’opinion Etc…. 23
    • Nadia Auzanneau Directrice d'OpinionWay Santé L’Observatoire de la Santé Le Figaro - Weber Shandwick Date : 19 Novembre 2013 OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01 78 94 90 00 Toute publication totale ou partielle doit impérativement utiliser la mention complète suivante : « L’Observatoire de la Santé Le Figaro – Weber Shandwick », sondage OpinionWay et aucune reprise de l’enquête ne pourra être dissociée de cet intitulé.
    • Methodologie et échantillon   1 003 individus âgés de 18 ans et plus. Echantillon national représentatif en termes de sexe, d’âge, de catégorie d’agglomération, de région et de catégorie socioprofessionnelle.   Interrogations en ligne sur système CAWI (Computer Assisted Web Interview) Terrain réalisé sur notre panel Newpanel. Panelistes dédommagés en points miles   Le terrain a été réalisé du 13 au 14 novembre 2013 %     OpinionWay rappelle que les résultats de ce sondage doivent-être lus en tenant compte des marges d’incertitude : de 1 à 3 points au plus pour un échantillon de 1 000 répondants.   OpinionWay a réalisé cette enquête en appliquant les procédures et règles de la norme ISO 20252 25
    • Résultats 26
    • 1 27 Opinion sur le déficit de la Sécurité Sociale
    • Les fraudes et abus perçus comme la 1ère cause du déficit de la Sécurité Sociale 1003 individus Question : Selon vous, à quoi le déficit de la Sécurité Sociale est-il principalement dû ? En % er, en 2ème et en 3ème) (En 1 Total des 3 citations Aux abus et fraudes en tout genre 70% A une mauvaise organisation du système de soin 48% A une négociation des prix des médicaments qui avantagent les laboratoires au détriment du système de santé et des patients A la couverture maladie universelle (CMU/ possibilité pour les personnes ayant très peu de revenus de ne pas payer leurs consultations chez le médecin) Au vieillissement de la population Aux progrès médicaux et technologiques coûteux (médecine personnalisée, traitements coûteux pour certains cancers ou maladies rares...) A l'augmentation des maladies chroniques/des affections longue durée (diabète, cholestérol, hypertension, Alzheimer etc.) A une offre de soins toujours croissante 28 47% 39% 36% 21% 24% 13%
    • Les fraudes et abus perçus comme la 1ère cause du déficit de la Sécurité Sociale Ecarts significatifs 1003 individus Question : Selon vous, à quoi le déficit de la Sécurité Sociale est-il Total des 3 principalement dû ? En % citations (En 1er, en 2ème et en 3ème) + Femmes (74%) Aux abus et fraudes en tout genre 70% A une mauvaise organisation du système de soin 48% A une négociation des prix des médicaments qui avantagent les laboratoires au détriment du système de santé et des patients 47% A la couverture maladie universelle (CMU/ possibilité pour les personnes ayant très peu de revenus de ne pas payer leurs consultations chez le médecin) 39% Au vieillissement de la population 36% Aux progrès médicaux et technologiques coûteux (médecine personnalisée, traitements coûteux pour certains cancers ou maladies rares...) 21% A l'augmentation des maladies chroniques/des affections longue durée (diabète, cholestérol, hypertension, Alzheimer etc.) 24% A une offre de soins toujours croissante 13% 29 + Personnes désapprouvant la généralisation du tiers payant (76%) + 35-49 ans (57%) + CSP- (46%) + Personnes désapprouvant la généralisation du tiers payant (76%) + 25-34 ans (46%)
    • Près d’1 Français sur 2 souhaite une réduction du déficit pour préserver les générations futures 1003 individus Question : Selon-vous, est-il important de réduire le déficit de la Sécurité Sociale ? Oui 78% Non 43% 22% 21% 14% Oui, pour que les Oui, pour éviter la générations futures privatisation de la sécurité sociale puissent également bénéficier d'un système d'assurance maladie basé sur la solidarité 30 Oui, pour éviter des augmentations de cotisations 12% 6% Non, car le problème vient Non, car cela se fait au d'une mauvaise gestion de détriment de l'égalité de l'assurance maladie l'accès aux soins 4% Non, le déficit se réduira quand la situation économique du pays s'améliorera
    • Des personnes âgées encore plus soucieuses de la préservation du système pour les générations futures 1003 individus Question : Selon-vous, est-il important de réduire le déficit de la Sécurité Sociale ? Oui 78% + 65 ans et plus (50%) 31 + 18-24 ans (23%)
    • Le développement de la chirurgie ambulatoire : 1er moyen pour diminuer le déficit 1003 individus Question : Selon-vous, comment peut-on diminuer le déficit de la Sécurité Sociale en France ? (En 1er, en 2ème et en 3ème) En développant la chirurgie ambulatoire, c'est-à-dire les actes chirurgicaux pratiqués à l'hôpital permettant la sortie le jour même afin de réduire le nombre d'hospitalisations En recourant aux génériques systématiquement En limitant la durée d'hospitalisation dans les établissements hospitaliers traditionnels grâce à l'hospitalisation à domicile En déremboursant totalement les médicaments qui sont considérés comme peu efficaces En multipliant les campagnes d'information et de sensibilisation (ex. ' Les antibiotiques, c'est pas automatique ') En affichant le niveau d'efficacité des médicaments (Service Médical Rendu) sur les boîtes 32 Total des 3 citations 69% 53% 56% 42% 40% 36%
    • Le développement de la chirurgie ambulatoire : une idée encore plus en vigueur chez les plus de 50 ans 1003 individus Question : Selon-vous, comment peut-on diminuer le déficit de la Sécurité Sociale en France Total des 3 (En 1er, en 2ème et en 3ème) En développant la chirurgie ambulatoire, c'est-à-dire les actes chirurgicaux pratiqués à l'hôpital permettant la sortie le jour même afin de réduire le nombre d'hospitalisations citations 69% En recourant aux génériques systématiquement 53% En limitant la durée d'hospitalisation dans les établissements hospitaliers traditionnels grâce à l'hospitalisation à domicile 56% En déremboursant totalement les médicaments qui sont considérés comme peu efficaces 42% En multipliant les campagnes d'information et de sensibilisation (ex. ' Les antibiotiques, c'est pas automatique ') 40% En affichant le niveau d'efficacité des médicaments (Service Médical Rendu) sur les boîtes 36% + 50-64 ans (75%) + Plus de 65 ans (75 ans) + Inactifs (74%) 33 + Inactifs (61%) + Femmes (56%)
    • Seul 1 Français sur 2 approuverait l’application du système du tiers payant aux médecins 1003 individus Question : Le gouvernement envisage d’appliquer le principe du tiers payant chez le médecin, ce qui veut dire que le patient n’aurait plus à payer sa consultation et que le médecin serait directement payé par la Sécurité Sociale. Selon vous est-ce une bonne idée ? Oui 54% 34
    • Seul 1 Français sur 2 approuverait l’application du système du tiers payant aux médecins Ecarts significatifs 1003 individus Question : Le gouvernement envisage d’appliquer le principe du tiers payant chez le médecin, ce qui veut dire que le patient n’aurait plus à payer sa consultation et que le médecin serait directement payé par la Sécurité Sociale. Selon vous est-ce une bonne idée ? Oui 54% + 35-49 ans (41%) 35 + 65 ans et plus (57%)
    • Les 35/49 ans et les CSP- , plus favorables au tiers payant pour les médecins Approuveraient Désapprouveraient l’application du tiers payant l’application du tiers payant aux médecins (base 542 aux médecins répondants) (base 456 répondants) Sexe Hommes Femmes Age 18-24 ans 25-34 ans 35-49 ans 50-64 ans 65 ans et plus Age moyen Catégorie CSP+ socioprofessionnell CSPe Inactifs Régions Région Parisienne Nord Ouest Nord Est Sud Ouest Sud Est Catégories Moins de 2 000 hab. d’agglomérations 2 000 à moins de 20 000 hab. 20 000 à moins de 100 000 hab. Plus de 100 000 hab. Agglomération parisienne Situation familiale Célibataires Mariés Sans enfants Avec enfants 48% 52% 12% 17% 30% 25% 16% 46% 54% 9% 16% 24% 25% 26% 46 ans 27% 34% 39% 49 ans 30% 29% 41% 17% 23% 22% 12% 26% 22% 20% 11% 19% 23% 24% 11% 23% 24% 14% 16% 32% 15% 32% 68% 38% 62% 28% 18% 32% 68% 35% 65% Ecart significativement supérieur à un niveau de confiance de 95% par rapport à l’autre sous-cible. 36
    • 2 37 La surconsommation de médicaments
    • La surconsommation de médicaments : un sujet clivant 1003 individus Question : Selon vous la surconsommation de médicaments (évaluée à 40% selon la direction des Recherches et des Statistiques) est-elle due à un système de remboursement trop généreux ? Oui 48% 38
    • Les 18/24 ans et les CSP+ font davantage le lien entre surconsommation et système de remboursement 1003 individus Question : Selon vous la surconsommation de médicaments (évaluée à 40% selon la direction des Recherches et des Statistiques) est-elle due à un système de remboursement trop généreux ? Oui 48% + 18-24 ans (62%) + CSP+ (24%) 39 + 18-24 ans (45%) + Personnes approuvant la généralisation du tiers payant (48%)
    • Les 2/3 des répondants déclarent toujours respecter les ordonnances du médecin 1003 individus Question : En général, est-ce que vous prenez tous les médicaments inscrits sur l’ordonnance que vous délivre votre médecin Oui 90% 40
    • Les plus âgés a priori plus respectueux de l’ordonnance du médecin 1003 individus Question : En général, est-ce que vous prenez tous les médicaments inscrits sur l’ordonnance que vous délivre votre médecin Oui + 50-64 ans (94%) 90% + 50-64 ans (76%) + Plus de 65 ans (75%) + Inactifs (73%) + Pas de surconsommation de médicaments liée à un système trop généreux (70%) + 18-24 ans (26%) + 25-34 ans (26%) + CSP- (21%) 41
    • Le trop grand nombre de médicaments : principal frein au suivi de l’ordonnance Question : Si non, quelle en est la raison principale ? 345 individus 42 Base : Individus ne prenant pas toujours l’intégralité du traitement prescrit par le médecin
    • On retiendra…Opinion sur le déficit de la Sécurité Sociale Points clés   Les abus et fraudes en tout genre constituent pour les Français (31% de citations en 1er, 70% au global) la 1ère cause de déficit de la Sécurité Sociale ! Loin devant la mauvaise organisation du système de soin (16%/48%), le système de négociation du prix des médicaments (16%/47%) la CMU (13%/39%) ou encore le vieillissement de la population qui n’est cité qu’en 5ème position !   Les Français dans leur majorité s’accordent à dire qu’il est important de réduire le déficit de la Sécurité sociale (78%), principalement pour que les générations futures puissent bénéficier du système actuel (43% mais 50% pour les 65 ans et plus) mais également pour éviter la privatisation de la Sécurité Sociale (21%).   Et étonnamment c’est le développement de la chirurgie ambulatoire (29% de citations en 1er, 69% au global) qui constituerait la 1ère mesure permettant de diminuer ce déficit, loin devant le recours systématique aux génériques (20%/53%) ou le développement de la HAD (16%/56%).   Enfin une courte majorité de Français (54%) approuverait le principe du tiers payant chez le médecin, en 1er lieu afin de permettre de réduire l’inégalité d’accès aux soins (35%) mais également car il s’agit d’une mesure bienvenue en période de crise (19%).   On notera que les 35/49 ans et les CSP- sont les catégories de population qui y seraient le plus favorable ! 43
    • On retiendra…La surconsommation de médicaments Points clés   La surconsommation de médicaments n’est liée à un système de remboursement généreux que pour un Français sur 2, ce qui traduit sans doute un attachement profond des Français à leur système de remboursement !   On notera que les plus jeunes (18/24 ans) et les CSP+ sont les catégories de population qui font le plus le lien entre ces deux phénomènes.   Par ailleurs les 2/3 des Français déclarent prendre à chaque fois l’ensemble des médicaments inscrits par le médecin sur l’ordonnance (et davantage les plus de 50 ans, qui font sans doute davantage confiance au médecin et sont plus respectueux de ses prescriptions).   Et c’est le trop grand nombre de médicaments prescrits (38% de citations) qui expliquerait qu’1/3 des Français ne respecte pas stricto sensu l’ordonnance du médecin, loin devant la peur des effets indésirables ou le manque de confiance dans certains médicaments (22%). 44
    • La table ronde Nadia Auzanneau Directrice d'OpinionWay Santé Isabelle Hilali Vice President, Strategy & Marketing Orange Healthcare Raphael Mastier Responsable du marché Santé Division secteur public Microsoft France Pierre Morgon Chief Marketing Officer Cegedim
    • Merci ;-) En 2014 rejoignez le Club Santé de l’Adetem www.adetem.org 23  janvier  2014