La 42è édition Accès Canada news version complète
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

La 42è édition Accès Canada news version complète

on

  • 1,133 views

 

Statistics

Views

Total Views
1,133
Views on SlideShare
1,127
Embed Views
6

Actions

Likes
0
Downloads
17
Comments
0

4 Embeds 6

https://www.facebook.com 3
https://m.facebook.com&_=1377597317504 HTTP 1
https://m.facebook.com&_=1377598883023 HTTP 1
http://iframehost-a.iframehost.com 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

La 42è édition Accès Canada news version complète La 42è édition Accès Canada news version complète Document Transcript

  • P. 10 Le Bulletin d’informations et d’analyses au service de l’immigration au Canada 42ème parution Leprixdeschoses P. 25 Education professionnelle au quebec P. 11 à 12 P. 10 acheter des aspirateurs auQuébec Vousaveziciquelquespropositionsdesprix desaspirateursauQuébec. P. 2 à 5 P. 6 à 7 Cesformations où lesdiplômésn’éprouvent aucune difficulté à trouverun emploi d’aprèS leS réSultatS d’une récente étude de StatiStiQue canada LeCanadaalaplusfortepopulationimmigrante auseindespaysduG8 Juin 2013 LaSaskatchewanenregistreleplusfaibletauxdechômage • La diversité de la religion au Canada •Plusde200différentesoriginesethniquesdéclaréesaupays Québec A la découverte des immigrants dans la région d’Ottawa-GatineauLaministreDianedeCourcyveut accélérerl’obtentiondespermis d’exercicedesprofessions reconnaiSSance deS compétenceS deS profeSSionnelS immigrantS au Québec indice du mieux vivre danS le monde ÊtrepauvreauCanadaseraitmieuxqu’êtrericheenFrance Photo:PC/SeanKilpatrick Le meilleur canal pour réussir son immigration P. 23 P. 13 Classement 2013 du Centre international de CommerCe, imd LeCanadadansletop7desmeilleures économiesmondiales •La Franceàla 28ème placedu classement Selon le ‘‘ Better Life Index’’ ou l’ ‘’ Indicateur du Mieux Être ‘’, l’étude sur la qualité de vie mondiale au cours de cette année montre que dans une certaine mesure, les Canadiens les plus pauvres vivent désormais mieux que les personnes plus nanties de l’Europe. Au Canada, il y a des formations pour les lesquelles les diplômés n’éprouvent aucune difficulté à trouver un emploi. Taux de chômage 0 % (...). Voici la liste des programmes qui permettent de gagner en moyenne plus de 800 $ par semaine dès l’entrée sur le marché du travail au Québec. Au Québec, le marché du travail paraît plus accessible à ceux qui prennent le temps de bien se former. Ces mains-d’œuvre qualifiées sont comme des perles rares.... EDITORIAL Lesecret du marché de l’emploi québécois P. 8 L’équipe d’Accès Canada a le plaisir de souhaiter à tous ses clients musulmans un bon mois de Ramadan Formationsgagnantes:lesmeilleurssalaires P. 14 Société Deux villes de l’Ontario parmi les plus intelligentes du monde P. 21
  • Acces cANADA News 42ème parution2 EditorialEditorial é Suite à la page 3 A u Québec, le marché du travail paraît plus accessible à ceux qui prennent le temps de bien se former. Ces mains- d’œuvre qualifiées sont comme des perles rares. La huitième édition des ‘’Journées Québec’’, un salon de l’emploi organisé en territoire parisien en est une parfaite illustration. La pénurie de main-d’œuvre étant devenue une évidence au Québec, c’est désormais à Paris que des dizaines d’entreprises québé- coises tentent de pourvoir des centaines de postes. Pour 600 postes offerts, ce sont près de 12 000 candidats européens qui se sont inscrits et postés autour des nombreux stands installés dans le cadre des ‘’Journées Québec’’. « Ce sont des expertises très pointues, qui sont presque impossibles à trouver au Québec (…) on a un chasseur de têtes qui ratisse sur nos postes, jusqu’à Toronto, et on n’est pas capables de trouver », confie Chantal Lacroix, Directrice-technologie à CCH (Wolters Kluwer), firme spécialisée dans les logiciels comptables. Pour les quatre (04) postes à pourvoir en Technologie de l’Information (TI), cette firme a reçu 77 candi- datures. Au Québec comme au Canada, le niveau d’éducation vaut son pesant d’or sur le mar- ché du travail. Les autorités compétentes estiment qu’une population dotée d’un bon niveau d’éduca- tion et de formation est le gage d’un bien être social et économique. L’idée est comprise par les employeurs qui privilégient de plus en plus une main-d’œuvre plus qualifiée au cours de leurs différents recru- tements. Lors des ‘’Journées Québec’’, organisées il y a quelques semaines à Paris, le niveau et la qualité des formations ont servi de critères à des recrute- ments très sélectifs. « L’exercice est presque chirurgical (…) le suc- cès de ces opérations repose essentiellement sur la capacité d’arrimer les exigences très pointues des employeurs québécois avec les compétences de ces employés-là », témoignent Louis Arseneault, Vice-président Attraction de talents de l’organisme Montréal International. Au QuébEc cOmmE Au cAnADA, LE nIvEAu D’éDucATIOn vAuT sOn pEsAnT D’OR suR LE mARché Du TRAvAIL. Le secret du marché de l’emploi québécois L’importance de la formation professionnelle sur le marché de l’emploi québécois
  • Acces cANADA News 42ème parution 3 EditorialEditorial é Suite à la page 4 Une chronique paru dans le tout récent docu- ment : ‘’ Les carrières d’avenir-2013 ’’ publié par Jobboom, insiste également sur la néces- sité d’un meilleur niveau de formation pour une bonne intégration professionnelle au Québec. « Il y aura des emplois d’avenir pour tous. A une seule condition : il faudra être diplômé ! Et détenir le bon diplôme. Malgré des débouchés intéressants, bien des jeunes boudent des for- mations qui peinent à remplir des classes. Et désormais, avec tous les systèmes de passerelles entre les différents niveaux de formation, on aura toujours la chance de continuer plus loin si on a le goût », mentionne le chroniqueur favo- rable à un certain nombre de métiers actuel- lement recherchés à Montréal : les ambulan- ciers, les audiologistes, les ergothérapeutes, les gestionnaires de services informatiques, les hygiénistes dentaires, les infirmiers, les ingénieurs en génie civil et mécaniciens, les inhalothérapeutes, les pharmaciens. Le plus important ratio diplômés /offres d’emploi au cours de l’année 2012 et établi par ‘’Les carrières d’avenir 2013’’ édifie davantage cette situation. L’on découvre par exemple jusqu’à 20 offres d’emploi pour chacun des diplômés de la filière Sciences et technologie des aliments à l’Université Laval. Les 20 diplômés en Génie informatique (bac- calauréat) de l’Université de Sherbrooke devraient par exemple faire face à 373 offres d’emploi contre 500 offres d’emploi pour les 44 diplômés en Génie des technolo- gies de l’information (baccalauréat) de l’École de technologie supérieure ; 121 offres d’em- ploi pour les 15 diplômés en Génie industriel (baccalauréat) de l’Université du Québec à Trois-Rivières ; 64 offres d’emploi pour les 10 diplômés en Génie minier (baccalauréat) de l’Université Laval ; 50 offres d’emploi pour les 8 diplômés en Environnement, hygiène et sécurité au travail (DEC) du Cégep de Sorel-Tracy ; 54 offres d’emploi pour les 9 diplômés en Techniques de bureautique (DEC) du Cégep de Drummondville ; 40 offres d’emploi pour les 11 diplômés en Technologie des procédés et de la qualité des aliments (DEC) de l’Institut de technologie agroalimen- taire … En effet, le besoin de main-d’œuvre est tel qu’aujourd’hui de nombreux futurs diplômés obtiennent des promesses d’embauche avant la fin de leurs études grâce aux stages en entreprises. « Dans certains programmes, comme ceux qui visent à former les futurs cuisiniers, en formation professionnelle, la plupart des étudiants travail- lent déjà à temps partiel pour leur futur vrai employeur. En technologie de l’information, jusqu’à 78% des étudiants ont un emploi garanti à la fin de leurs études parce qu’ils ont fait leurs preuves en stage », note le magazine ‘’ Les carrières d’avenir-2013 ’’. Autant les besoins en main-d’œuvre sont donc évidents aujourd’hui sur le marché de l’emploi québécois, autant les niveaux de formations y demeurent une nécessité. DE nOmbREux fuTuRs DIpLômés ObTIEnnEnT DEs pROmEssEs D’EmbAuchE AvAnT LA fIn DE LEuRs éTuDEs gRâcE Aux sTAgEs En EnTREpRIsEs.
  • Acces cANADA News 42ème parution4 EditorialEditorial L’exemple émane des récentes données de Jobboom , où près de 130 formations de niveaux professionnel, collégial et universi- taire proposent d’excellentes perspectives d’avenir sur le marché de l’emploi au Québec en 2013. Et parmi ces 130 formations gagnantes, 80 se concentrent dans les paliers de formation professionnelle et collégiale. « Le déséquilibre entre l'offre et la demande est saisissant dans plusieurs de ces programmes de formation cruciaux pour l'économie du Québec, et souvent de façon récurrente depuis nombre d'années, (…) La situation est telle que, faute de diplômés, les entre- prises sont parfois contraintes de recru- ter des travailleurs à l'étranger afin d'assurer leur croissance », a confié Patricia Richard, directrice générale de l'information de Jobboom. D’après cette même source, au moins 7 500 postes seront à pourvoir dans les professions liées aux technologies de l’information d’ici 2014. Dans le domaine des mines, le roulement de personnel et les départs à la retraite devraient exiger 10 000 embauches d’ici 2016. Ici, il ne s’agit pas seulement d’un besoin de mineurs, mais également des menuisiers, soudeurs, électriciens, mécaniciens, administrateurs et ingénieurs. Par ailleurs, le secteur de la santé serait aussi frappé par deux grands problèmes au Québec à savoir : le vieillissement non seule- ment de la population mais aussi de la main- d’œuvre. Le premier augmenterait les besoins en pres- tations de services, tandis que le second réduirait le nombre des professionnels desti- nés à rendre ces services. Plus de 22 000 agents de santé devraient ainsi être recrutés d’ici 2016 pour combler les besoins tant dans le privé que dans le public. En vérité, l’avantage est ici grand pour les personnes qui prennent le soin d’allier besoin du marché de l’emploi à une formation pro- fessionnelle pertinente. Vu sous un tel angle, les différentes politiques de sélection des immigrants devraient favoriser une meilleure intégration des nouveaux arri- vants au Québec dotés de diplômes inclus dans la liste des professions en demande, confor- mément à certaines décisions réglementaires de la procédure d’immigra- tion. Au Québec, il existe des domaines de forma- tion où le taux de chômage est généralement nul à cause des taux de placement très éle- vés : Il s’agit par exemple des métiers de l’acupuncture, du conseil en assurance et en services financiers, de la gestion et exploitation d’entreprise agricole (produc- tion végétale), de la technique de l’informa- tique (spécialisation en informatique indus- trielle), de la technologie de thanalogie, de la technique d’hygiène dentaire, de la tech- nologie de médecine nucléaire… On comprend alors aisément l’alerte donnée par Patricia Richard, lors du dévoilement du Bilan des perspectives du marché du travail 2013. « Le manque de diplômés se fait sentir de façon récurrente dans plusieurs secteurs cruciaux de l'économie, notamment les TIC et les mines ». pLus DE 22 000 AgEnTs DE sAnTé DEvRAIEnT AInsI êTRE REcRuTés D’IcI 2016 pOuR cOmbLER LEs bEsOIns TAnT DAns LE pRIvé QuE DAns LE pubLIc. é Suite à la page 4
  • Acces cANADA News 42ème parution 5 C’est la raison pour laquelle avec un mini- mum de niveaux requis dans le cursus de l’enseignement professionnel et collégial, de nombreux corps de métiers s’en sortent avec des rémunérations très encourageantes. Par exemple, pour un titulaire du Diplôme d’Etudes Professionnelles (DEP) en Mécanique de véhicules lourds routiers, le salaire hebdomadaire moyen est évalué à 1 387 dollars canadiens contre 1 175 dollars canadiens pour un titulaire du Diplôme d’Etudes Professionnelles (DEC) en Montage en ligne électrique ; 813 dollars canadiens pour un titulaire du Diplôme d’Etudes Professionnelles (DEC) en Technique d’hy- giène dentaire ; 700 dollars canadiens pour un titulaire du Diplôme d’Etudes Professionnelles (DEC) en Conseil en assu- rances et en services financiers. Est-il encore utile de le rappeler, l'Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE) dans une de ses récentes études indiquait qu’au « Canada, le salaire et autres prestations en espèces qui vont de pair avec l’emploi sont un aspect majeur de la qualité d’un emploi ». Selon l’organisme, « la rémunération moyenne est de 42 253 dollars canadiens par an au Canada, contre 34 466 dollars cana- diens en moyenne dans l’OCDE ». Au Québec comme au Canada, détenir un niveau de formation acceptable, constitue un véritable atout sur le marché du travail. Les nouveaux immigrants sont justement sélectionnés en fonction de ces nouvelles réalités. EditorialEditorial faites savoir à vos parents et amis qu'en matière d'immigration comme dans tout autre domaine, il ne faut jamais envoyer de l'argent à des personnes qu'ils ne connaissent pas. le nombre de fraudes par internet en matière d'immigration et autres est très important et, en général, les noms de firmes existantes sont utilisés par les fraudeurs. par Sécurité
  • Acces cANADA News 42ème parution6 Nouvelles du CanadaNouvelles du Canada L’économie canadienne En brèves… Au Canada, il y a des formations pour les lesquelles, les diplômés n’éprouvent aucune difficulté à trouver un emploi : Taux de chômage 0 %. Vous avez à ce sujet les nouvelles données publiées par ‘’ Les Carrières d’Avenir 2013’’…un indi- cateur intéressant pour jauger la demande des employeurs. formation professionnelle (dep) Conduite de grues Conduite et réglage de machines à mouler Mécanique de protection contre les incendies formation collégiale (dec) Acupuncture Conseil en assurances et en services finan- ciers Gestion et exploitation d’entreprise agri- cole (spécialisation en productions végétales) Techniques de bureautique Techniques de denturologie Techniques d’électrophysiologie médicale Techniques de l’informatique (spécialisation en informatique industrielle) Techniques de thanatologie Techniques d’hygiène dentaire Techniques d’orthèses et de prothèses ortho- pédiques Techniques du meuble et d’ébénisterie (spé- cialisation en menuiserie architecturale) Technologie de la géomatique Technologie de l’estimation et de l’évalua- tion en bâtiment (spécialisation en estimation en construction) Technologie de médecine nucléaire Technologie de radio-oncologie Technologie des productions animales Technologie minérale (spécialisation en exploitation) formation universitaire Audiologie (maîtrise) Chiropratique (doctorat de premier cycle) Criminologie (baccalauréat) Ergothérapie (maîtrise professionnelle) Génie géomatique (baccalauréat) Génie minier (baccalauréat) Médecine dentaire (doctorat de premier cycle) Optométrie (doctorat de premier cycle) Orthophonie (maîtrise) Physiothérapie (maîtrise) Pratique sage-femme (baccalauréat) Psychoéducation (maîtrise) Sciences géomatiques (baccalauréat) Source : Les Carrières d’Avenir 2013 Voici la liste des programmes qui permettent de gagner en moyenne plus de 800 $ par semaine dès l’entrée sur le marché du travail au Québec. Cependant, ces données ne pré- cisent pas, par exemple, si les diplômés ont dû effectuer des heures de travail supplé- mentaires ou s’ils ont obtenu des primes pour atteindre ces salaires. eduCation professionnelle Cesformationsoùlesdiplômésn’éprouventaucunedifficulté àtrouverunemploiauCanada Lasélectiondesformationsgagnantes:lesmeilleurssalaires é Suite à la page 7
  • Acces cANADA News 42ème parution 7 Nouvelles du CanadaNouvelles du Canada entre 900 $ et 1 000 $ Génie industriel (baccalauréat) .................................................................... (994 $) Sciences de l’informatique (baccalauréat) ................................................. (937 $) Arpentage et topographie (DEP) ................................................................. (935 $) Génie informatique (baccalauréat) ............................................................. (933 $) Audiologie (maîtrise) ....................................................................................... (923 $) Orthophonie (maîtrise) .................................................................................... (923 $) Gestion des ressources humaines (baccalauréat)....................................... (915 $) Physiothérapie (maîtrise) ................................................................................ (908 $) Transport par camion (DEP) ........................................................................... (908 $) Mécanique de machines fixes (DEP) ............................................................. (902 $) Pratique sage-femme (baccalauréat) .......................................................... (900 $) 1 000 $ et plus Médecine dentaire (doctorat de premier cycle) ....................................... (2 095 $) Génie minier (baccalauréat) ......................................................................... (1 827 $) Pharmacie (baccalauréat) .............................................................................. (1 701 $) Forage et dynamitage (DEP) ......................................................................... (1 610 $) Conduite de grues (DEP) ................................................................................ (1 601 $) Extraction de minerai (DEP) ........................................................................... (1 387 $) Médecine vétérinaire (baccalauréat)........................................................... (1 320 $) Montage de lignes électriques (DEP) .......................................................... (1 175 $) Sciences infirmières (baccalauréat) ............................................................. (1 080 $) Ergothérapie (maîtrise professionnelle) ...................................................... (1 066 $) Actuariat (baccalauréat) ................................................................................ (1 064 $) Technologie minérale (spécialisation en exploitation) (DEC) .................. (1 025 $) Génie civil et Génie de la construction (baccalauréats) ......................... (1 008 $) Génie mécanique (baccalauréat) ................................................................ (1 008 $) Génie des technologies de l’information (baccalauréat) ....................... (1 005 $) Génie logiciel (baccalauréat) ...................................................................... (1 005 $) entre 800 $ et 900 $ Technologie de l’électronique industrielle (DEC) ....................................... (839 $) Psychoéducation (maîtrise) ............................................................................. (896 $) Administration des affaires (baccalauréat) ............................................... (881 $) Géomatique (Arpentage) (baccalauréat) .................................................. (877 $) Sciences géomatiques (baccalauréat) ......................................................... (877 $) Technologie du génie civil (DEC) .................................................................. (871 $) Sciences et technologie des aliments (baccalauréat) ............................... (866 $) Mécanique d’ascenseur (DEP) ........................................................................ (861 $) Comptabilité et sciences comptables (baccalauréat) ............................... (857 $) Traduction (baccalauréat) ............................................................................. (852 $) Relations industrielles (baccalauréat) .......................................................... (845 $) Nutrition/Sciences de la nutrition (baccalauréat) ..................................... (841 $) Service social (baccalauréat) ....................................................................... (831 $) Acupuncture (DEC) ........................................................................................... (829 $) Orientation, information scolaire et professionnelle (maîtrise) .............. (827 $) Techniques de denturologie (DEC) ................................................................... (823 $) Formation des enseignants spécialistes au primaire et au secondaire (baccalauréat) (815 $) Techniques d’hygiène dentaire (DEC) .......................................................... (813 $) Technologie de médecine nucléaire (DEC) .................................................. (809 $) Architecture (maîtrise professionnelle) ......................................................... (807 $) Techniques de laboratoire (spécialisation en chimie analytique) (DEC) ....... (806 $) Mécanique industrielle de construction et d’entretien (DEP) ........................... (806 $) Formation des enseignants au secondaire (baccalauréat) .............................. (802 $) Source : Les Carrières d’Avenir 2013
  • Acces cANADA News 42ème parution8 Nouvelles du CanadaNouvelles du Canada l’IMD, une célèbre école internationale de commerce vient d’établir pour l’an- née 2013, le 25ème classement des 60 meil- leures économies du monde. Selon les conclusions de l’étude réalisée à cet effet, le Canada se retrouve dans le top 7 du classement pendant que des pays comme l’Allemagne et la France occupent respectivement la 9ème et 28ème position. Bien avant le Canada, ce sont les Etats- Unis d’Amérique qui occupe la tête de peloton suivis de la Suisse, Hong-Kong (la Chine), Singapour, et la Norvège. Ces pays demeurent aujourd’hui des modèles stables et durables de compétiti- vité qui s’appuient sur des avantages à long terme comme la technologie, l’éduca- tion et une infrastructure développée. En Europe, cette performance mondiale tenue par des pays comme la Suisse, la Suède et l’Allemagne est due, selon l’étude, aux économies diversifiées, aux Petites et Moyennes Entreprises (PME) et à la fiscalité. Au bas du tableau on retrouve des pays comme le Venezuela, l’Argentine, la Croatie, la Bulgarie, la Grèce et la Roumanie. l’installation de trois entreprises euro- péennes dans la région de Montréal a contribué à la création de 200 nouveaux emplois dans le secteur de l’aéronautique. La nouvelle a été annoncée au Palais des congrès de Montréal, au cours de ’’ l’Aéromart Montréal ’’, un événement international consacré aux industries aéro- nautique et spatiale. Pour la ministre déléguée à la Politique industrielle, Elaine Zakaïb, l’arrivée de ces trois compagnies confirme les avantages concurrentiels du Québec reconnus partout dans le monde. Au nombre de ces avantages l’on pourrait citer par exemple l’expertise de la main- d’œuvre québécoise dans ledit domaine, l’important réseau d’universités et de cen- tres de recherches, ainsi que la présence de chefs de file mondiaux implantés dans la province. Il faut noter que le secteur aérospatial canadien compte plus de 500 entreprises et environ 87 000 salariés. Le Québec concentre plus de 50% de l’industrie aéro- nautique en termes d’effectifs et de ventes, et plus de 70% des dépenses totales du pays. Le Canada, et particuliè- rement le Québec, constitue une porte d’entrée incontournable pour le marché nord-américain. Classement 2013 du Centre international de CommerCe, imd LeCanadadansletop7desmeilleureséconomiesmondiales • La France à la 28 ème place du classement seCteur aéronautique 200nouveauxemploisdanslarégiondeMontréal
  • Acces cANADA News 42ème parution 9 Nouvelles du CanadaNouvelles du Canada Suite à la page 10 é le gouvernement du Canada met en circulation dès le mois de novembre 2013 de nouveaux billets de 5 dollars et de 10 dollars canadiens. Pour le ministre canadien des Finances, Jim Flaherty, ces nouveaux billets à travers leurs coupures, retracent « le courage, la détermination et l’ingéniosité hors du commun de notre nation et ses habitants ». L’objectif visé ici est de lutter contre la contrefaçon avec ces billets qui selon la Banque du Canada comportent deux par- ties transparentes, l’une traversant le billet de haut en bas avec des images hologra- phiques et l’autre avec la forme d’une feuille d’érable. en mai 2013, le Canada a enregistré 95 000 nouveaux emplois sur le marché du travail. Selon Statistique Canada, il y a plus de 10 ans que cette performance mensuelle n’avait plus jamais été atteinte. Il s’agit donc de la première progression impor- tante enregistrée dans le secteur de l’emploi au cours de cette année au Canada. Cette création d’emplois a fait chuter le taux de chômage d’un dixième de point de pourcen- tage pour se fixer à 7,1% au cours du mois de mai. Les secteurs de la construction, du commerce de détail et de gros ainsi que les services aux entreprises ont été plus pourvoyeurs d’emplois que les autres secteurs. La construction a enregistré un gain d’environ 43 000 emplois contre 27 000 dans le secteur du commerce de détail et de gros. L’emploi dans les « autres services », comme les services de réparation et d’entretien ou les ser- vices aux ménages privés, a connu une hausse de 22 000 emplois au cours de la période, tan- dis que le nombre de travailleurs dans les ser- vices relatifs aux bâtiments et les autres ser- vices de soutien a augmenté de 21 000 postes. Selon l’économiste principal de Desjardins, Benoit Durocher, ces données permettent « d’écarter certaines inquiétudes quant à la santé de l’écono- mie canadienne ». Plusieurs provinces canadiennes ont connu cette hausse au cours de la période. L’Ontario s’est trouvée à la tête du classement avec 50 600 travailleurs. Elle est suivie du Québec (20 100 emplois) et de l’Alberta (18 600 emplois). Nouveau billet canadien de 5 $ monnaie Canadienne Denouveauxbilletsde5dollarsetde10dollarscanadiens en circulationdèsnovembre2013 95 000 nouveaux emplois enregistrés en mai 2013 «Ilyaplusde10ansque cetteperformancemensuelle n’avaitplusjamaisétéatteinteauCanada» Photo:BanqueduCanada
  • Acces cANADA News 42ème parution10 Nouvelles du CanadaNouvelles du Canada d’après le dernier communiqué de l’Enquête sur la Population Active (EPA) paru le 05 juillet de cette année, c’est la province de la Saskatchewan qui a enregistré le plus faible taux de chômage en juin 2013, soit 3,7%. Selon les données publiées par Statistique Canada, le taux d’emploi est resté inchangé sur toute l’étendue du territoire canadien au cours de cette période avec un taux de chômage maintenu à 7,1%. L’emploi a surtout augmenté dans les pro- vinces du Manitoba et de la Saskatchewan. La première province comptait 7 300 nou- veaux travailleurs en juin. Cette progres- sion a fait chuter le taux de chômage pro- vincial de 0,7 point de pourcentage pour se fixer à 5%. La seconde province a quant à elle enre- gistré 4 300 nouveaux postes sur le mar- ché de l’emploi pour faire régresser le taux de chômage de 0,8 point de pour- centage. Au Québec, l’emploi est resté inchangé avec un taux de chômage de 7,9%. La croissance de l’emploi a été surtout remarquée dans les services profession- nels, scientifiques et techniques qui ont enregistré 27 000 nouveaux postes au cours la période sans oublier également le secteur de la construction qui a connu une hausse de 6,2% par rapport à 12 mois plus tôt. Découvrez ci-dessous, les taux de chômage des différentes provinces du Canada. Ils sont issus du récent communiqué de l’Enquête sur la Population Active (EPA) pour la période de mai à juin 2013. Juin 2013 LaSaskatchewanenregistreleplusfaibletauxdechômage Alberta…………..........................................................…de 4,8% à 5,0 % Saskatchewan…….............................................…....…..de 4,5 % à 3,7 % Manitoba ………….........................................................de 5,7 % à 5,0 % Colombie- Britannique................................................... de 6,8% à 6,3 % Ontario………....….....................................................…. de 7,3% à 7,5 % Québec…..........................................................................de 7,7% à 7,9 % Nouvelle-Ecosse…............................................................ de 8,7 % à 9,0 % Nouveau-Brunswick….................................................... de 10,5 % à 11,2 % île-du-Prince-Edouard…................................................ de 11,2% à 10,9 % Terre-Neuve-et-Labrador .............................................. de 11,6% à 10,9 % Taux de chômage / mois de mai à Juin 2013 Provinces canadiennes « Je suis particulièrement fière de mentionner qu’entre septembre 2012 et avril 2013, il s’est créé en moyenne 79 000 emplois au Québec. Le gou- vernement a contribué à la création de ces emplois, surtout en favorisant des investissements, soit par un appui direct, soit par des mesures fiscales attrayantes, ou soit en créant un climat d’intégrité et de rigueur qui donne confiance aux investisseurs », a confié Pauline Marois, Première Ministre du Québec.
  • Acces cANADA News 42ème parution 11 Nouvelles du CanadaNouvelles du Canada é Suite à la page 12 Société… marChé de l’emploi Tauxdechômageen juin2013danslesgrandesvillesduCanada d’après les résultats d’une réCente étude de statistique Canada LeCanadaalaplusfortepopulationimmigranteauseindespaysduG8 • l’étude révèle également que l’immigration dynamise la religion au canada — Saint-Jean (Terre-Neuve-Et-Labrador) .......... 6,2% de mai 2013 à 6,1% à juin 2013 — Halifax (Nouvelle-Ecosse).................................. 6,5 % de mai 2013 à 6,6 % à juin 2013 — Moncton (Nouveau-Brunswick)........................... 6,9% de mai 2013 à 7,1% à juin 2013 — Saint-Jean, (Nouveau-Brunswick).................... 10,2% de mai 2013 à 11,2 % à juin 2013 — Québec (Québec)............................................... de 4,6% à 4,8% — Trois-Rivières (Québec)...................................... de 8,3 % à 9,2% — Sherbrooke (Québec)......................................... de 6,6% à 7,4% — Montréal (Québec)............................................. de 8,2% à 8,2% — Gatineau (Québec)............................................ de 5,9% à 5,8% — Ottawa (Ontario)............................................... de 6,2 % à 6,5% — Toronto (Ontario)................................................ de 8,0% à 7,8 % — Winnipeg (Manitoba)........................................ de 6,9% à 6,2% — Regina (Manitoba)............................................. de 3,6% à 3,7% — Saskatoon (Saskatchewan)............................... de 3,9% à 3,9% — Calgary (Alberta).............................................. de 4,9% à 5,0% — Edmonton (Alberta)............................................ de 4,5% à 4,6% — Vancouver (Colombie-Britannique).................. de 6,8% à 6,5% — Victoria (Colombie-Britannique)....................... de 5,5% à 5,5% Vous avez ci-dessous, les taux de chômage dans les grandes villes du Canada au cours de la période de mai à juin 2013. les conclusions de l’enquête menée par Statistique Canada sont claires : le canada devient résolument un pays dont la population est à forte dominance immi- grante. En effet, entre 2006 et 2011, environ 1,2 million d’immigrants se seraient installés au Canada. Selon l’étude réalisée, le pays pos- sède la plus forte population née à l’étran- ger (20,6%) suivis de l’Allemagne (13%) et des Etats-Unis d’Amérique (12,9%). Toronto, Montréal et Vancouver demeurent les premières destinations des immigrants foulant le sol canadien. Bien d’autres villes comme Calgary, Edmonton, Winnipeg, Saskatoon, Regina et Ottawa accueillent aujourd’hui un important nombre d’immigrants.
  • Acces cANADA News 42ème parution12 Nouvelles du CanadaNouvelles du Canada la diversité de la religion au canada Il a été également observé des modifications en matière de religion au sein de la popula- tion après l’étude menée par Statistique Canada. L’enquête indique par exemple que 23,9% (un quart) des Canadiens n’avaient aucune affiliation religieuse l’année dernière alors que cette donnée était au dessus de 15% une décennie plus tôt. Pourtant la religion est bien dynamique au Canada : environ 22,1 millions de Canadiens (63,3% de la population) sont des chrétiens avec une forte dominance de catholiques romains. L’année dernière, 2,4 millions de Canadiens (7,2%) étaient Musulman, Hindou, Sikh ou Bouddhiste alors qu’une décennie plus tôt, cette même donnée tournait au dessus de 4,9%. les points saillants de l’enquête effeCtuée par statistique Canada Plusde200différentesoriginesethniquesdéclaréesauCanada Société… • Près d'un Canadien sur cinq appartient à un groupe de minorités visibles. Statistique Canada définit les « minorités visibles » comme des personnes « autres que les autochtones, qui ne sont pas de race blanche, ou qui n'ont pas la peau blanche ». • Neuf municipalités ont une population com- posée de plus de 50% de membres de groupes de minorités visibles. • Les trois groupes de minorités visibles les plus nombreux au pays sont les Sud- Asiatiques, les Chinois et les Noirs. • Un peu plus d'une personne sur cinq au Canada est née à l'étranger. • Des pays du G8, c'est le Canada qui a la proportion la plus élevée de personnes nées à l'étranger. • Plus de 200 différentes origines ethniques ont été déclarées dans le sondage de 2011 et 13 d'entre elles ont franchi la barre d'un million de personnes. • Plus des trois quarts des immigrants récents vivent en Ontario, au Québec et en Colombie-Britannique. • Les deux tiers des citoyens du Canada appartiennent à une religion chrétienne et 12,7 millions sont des catholiques romains, le groupe le plus important. • Près d'un Canadien sur quatre affirme n'appartenir à aucune religion. • Seulement la moitié des enfants autoch- tones de moins de 14 ans vivent avec leurs deux parents, comparativement aux trois quarts des enfants non autochtones. ces données ont été récoltées en 2011 et rendues publiques en 2013 au cours du mois de juin. Source : Statistique Canada
  • Acces cANADA News 42ème parution 13 l’Indice du Mieux Vivre de l’OCDE classe et compare le bien être des popula- tions des pays à partir du revenu et du chô- mage jusqu’au nombre de minutes que les citoyens desdits pays peuvent disposer pour aider les étrangers. Sur la base de critères plus humanitaires qu’éco- nomiques, l’on retient après les résultats de l’étude qu’être pauvre au Canada serait mieux qu’être riche en France. Pour le ‘’ better life index’’ ou l’ ‘’ Indicateur du Mieux Être ‘’, l’étude sur la qualité de vie mondiale au cours de cette année montre que dans une certaine mesure, les Canadiens les plus pauvres vivent désormais mieux que les personnes plus nanties de l’Europe. En effet, l’étude établit que les 10 derniers des Canadiens sont mieux lotis que les 10 premiers au Portugal de même que les plus riches en France, en Grèce et en Italie. Les résultats de cette étude n’ont donc rien de commun avec la richesse des ménages ou l’égalité des revenus. Par exemple la plupart des Canadiens détiennent un niveau collégial ou universi- taire en matière d’éducation. L’étude indique également que les Canadiens prennent 146 minutes par jour pour faire le ménage, c'est- à-dire 15 minutes de plus que leurs cama- rades des autres pays de l’OCDE. Le système de service médical canadien d’après les résultats de l’étude, est capable de consommer des budgets provinciaux. En la matière, environ 80% des Canadiens les plus démunis avouent être en bonne santé : un pourcentage plus élevé que celui des pays comme la France, l’Allemagne, l’Italie et le Portugal, selon les résultats de l’Indice du Mieux Vivre de l’OCDE. Le ‘’ Better Life Index ’’ est un outil de l’Organisation de Coopération et de Développement Economique (OCDE) dont le but est de permettre aux populations d’être mieux informées et plus engagées dans les décisions qui influent sur leur vie. « Les Canadiens les plus pauvres vivent désormais mieux que les personnes plus nanties de l’Europe ». Nouvelles du CanadaNouvelles du Canada Société… indiCe du mieux vivre dans le monde Être pauvre au Canada serait mieux qu’être riche en France
  • Acces cANADA News 42ème parution14 la Région Métropolitaine de Recensement (RMR) d’Ottawa-Gatineau demeure l’unique aire urbain au Canada qui traverse une frontière provinciale. Elle couvre une superficie de 5 318,36 Km2 entre les provinces de l’Ontario et du Québec. Elle est encore appelée la région de la capitale nationale à cause non seule- ment de la désignation fédérale officielle pour la capitale d’Ottawa, mais aussi de la ville voisine de Gatineau et ses environs. Au Canada, la région d’Ottawa-Gatineau restent l’une des destinations privilégiées des immigrants, après les régions métropo- litaines de Toronto, Vancouver, Calgary et Montréal. Selon les données de la toute récente Enquête Nationale auprès des Ménages (ENM) de 2011 publiée au cours du mois de juin 2013, les immigrants forment 19,4% de la population de la région d’Ottawa-Gatineau pour occuper la cin- quième place dans ce domaine. Les immigrants seraient plus nombreux à Ottawa qu’à Gatineau avec 22,6% de présence dans la première ville contre 9,9% dans la seconde sur la rive québé- coise. Les Libanais, Français, Haïtiens et Portugais constituent une part importante des com- munautés immigrantes à Gatineau sans oublier l’origine colombienne, marocaine de bien d’autres immigrants constatée depuis 2006. A Ottawa, une grande proportion d’immi- grants originaire de la Chine, des Philippines et d’Haïti vient renforcer les fortes communautés américaines et britan- niques. Mais il faut préciser que dans la région d’Ottawa-Gatineau, trois principaux groupes de minorités visibles s’affichent : les noirs, les arabes et les chinois. Les « minorités visibles », selon Statistique Canada, se définissent comme des per- sonnes « autres que les Autochtones, qui ne sont pas de race blanche, ou qui n'ont pas la peau blanche ». l’arabe, une langue beaucoup parlée dans la région d’ottawa-gatineau L’arabe demeure la langue la plus parlée dans la région après le français et l’an- glais. On y rencontre également bien d’au- tres langues à savoir le chinois, le somali en sol ontarien, et l’espagnol et le portugais en sol outaouais. Le Québec, 2ème province privilégiée des immigrants au Canada québeC A ladécouverte desimmigrantsdanslarégion d’Ottawa-Gatineau Les nouvelles duLes nouvelles du QuébecQuébec
  • Acces cANADA News 42ème parution 15 Les nouvelles duLes nouvelles du QuébecQuébec De façon générale, le Canada se caracté- rise par une grande diversité linguistique. En plus du français et de l’anglais, on y dénombre plus de 200 langues mater- nelles déclarées lors de l’Enquête NationaleauprèsdesMénages(ENM)de2011. En matière de religion, 80% des immi- grants sont chrétiens à Gatineau contre 66,4% à Ottawa. Il y a également une importante part de non chrétiens parmi cette population immi- grante. Ces derniers déclarent n’apparte- nir à aucune religion. A Ottawa, ils compo- sent 22,3% de la population contre 2,3% à Gatineau. En plus des chrétiens, les musulmans for- ment le groupe religieux le plus nombreux au Canada. Le Québec, 2ème province privilégiée des immigrants au canada Selon des données de Statistique canada, entre 2006 et 2011, la pro- vince du Québec demeure la deuxième destination privilégiée des immigrants au canada. les immigrants de cette province représentent 19,2% des immigrants du canada au cours de la période 2006- 2011. c’est la province de l’ontario qui vient en première position avec 42 % des immigrants canadiens reçus au cours de la même période.
  • Acces cANADA News 42ème parution16 Les nouvelles de l’Les nouvelles de l’ AlbertaAlberta L’industrie minière est une grande pour- voyeuse d’emplois dans l’Ouest canadien. Les nombreux investissements qui y sont réali- sés génèrent plusieurs emplois. Ce secteur enregistre plus de 20 000 travail- leurs dans l’Ouest canadien et les nouveaux projets énergétiques et miniers qu’il enregis- tre, demeurent ici le signe d’un essor bien visible. C’est donc à juste titre que chaque année, dès le deuxième lundi de mai, les Canadiens et Canadiennes célèbrent la Semaine minière du Canada, qui souligne l’importance de l’in- dustrie minière canadienne dans le dévelop- pement économique du pays. L’honorable Lynne Yelich, ministre d’État char- gée de la Diversification de l’économie de l’Ouest canadien, précise ici la contribution de ce secteur à l’économie nationale : « L’Ouest canadien abrite les principales grappes d’entreprises minières internationales et figure parmi les plus grands producteurs de minéraux au monde, tels l’uranium et la potasse. La région est devenue un chef de file de l’ex- ploitation minière et de la prospection minérale », a-t-il indiqué. De nouveaux projets énergétiques et miniers, d’une valeur de 500 milliards de dollars, sont prévus au cours des dix prochaines années dans l’ensemble du Canada. Il est cependant indiqué que l’Ouest peut compter sur d’innombrables possibilités pour tirer parti de cet important secteur. La Cité francophone d’Edmonton a abrité une séance d’information en vue de mieux orien- ter les nouveaux arrivants originaires de la France. C’est dans le cadre d’un projet pilote du Conseil de Développement Economique de l’Alberta et de l’entreprise Greentree Outdoor Living que ce service a été offert aux immi- grants. Ces derniers ont été entretenus autour des thèmes comme les services de santé et juri- diques de la province, les systèmes de location ou d’acquisition de logement, trouver une école ou une garderie pour les enfants… Marie-Laure Polydore, responsable de projets spéciaux au Conseil de développement Economique de l’Alberta, a expliqué la perti- nence d’une telle initiative. « Quand on quitte son pays d’origine, on a déjà un gros changement. Quand on a un encadre- ment qui facilite cette intégration, c’est déjà un plus », a-t-elle confié. L’industrie minière et la création d’emplois dans l’Ouest canadien eConomie L’industrieminièreetlacréationd’emploisdansl’Ouestcanadien intégration des immigrants en alberta Séanced’informationpourmieuxorienterlesnouveauxarrivants originairedelaFrance
  • Acces cANADA News 42ème parution 17 les autorités compétentes de la province de la Saskatchewan ont annoncé un investissement de 1,6 million de dollars visant à appuyer la réalisation de 40 pro- jets dans la province. Ces fonds seront versés à des chercheurs en sciences humaines œuvrant dans les diffé- rents établissements postsecondaires. « Notre gouvernement s'engage à faire du Canada une destination mondiale d'excel- lence pour la recherche, l'innovation et l'en- seignement supérieur, (…). Nous comprenons que le fait d'investir dans la recherche permet de renforcer l'économie, de créer des emplois bien rémunérés, d'accroître la compétitivité et d'améliorer la qualité de vie des Canadiens. », a noté l'honorable Gerry Ritz, ministre de l’Agriculture et ministre respon- sable de la Saskatchewan. Il s’agira de financer par exemple plus de 3 700 bourses de maîtrise, de doctorat et post doctorales par l'intermédiaire du programme Talent du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH). « Ces subventions favorisent l'excellence de la recherche canadienne menée en sciences humaines en appuyant le développement du talent et en encourageant la création de partenariats entre le milieu universitaire et l'industrie », a indiqué le ministre d'État (Sciences et Technologie), l’honorable Goodyear. la région de Saskatoon-Biggar est venue en tête des régions ayant obtenu une forte croissance de l’emploi au cours de l’année 2012. Elle a dépassé toutes les régions écono- miques de la province après avoir connu tout récemment son sixième mois consécutif de gains d’emplois. D’une année à une autre, Saskatoon-Biggar a enregistré une augmentation de 11 800 postes sur le marché du travail. Les nouvelles de laLes nouvelles de la SaskatchewanSaskatchewan Près de 40 projets devraient permettre de dynamiser le domaine de la recherche en Saskatchewan développement 40projets pour dynamiser ledomaine de larecherche enSaskatchewan eConomie En2012,larégionde Saskatoonaenregistréla plusforte croissance del’emploi
  • Acces cANADA News 42ème parution18 ConférenCe des premiers ministres de l’ouest Canadien Lapénurie de main-d’œuvreau cœur des débats, l’immigrationappeléeen renfort intégration des nouveaux arrivants à Winnipeg LesjeunesimmigrantsdeWinnipegreçoiventdusoutien de la partdugouvernement canadien les premiers ministres de l’Ouest cana- dien se sont rencontrés au cours du mois de juin 2013 pour débattre des questions liées à l’économie de cette riche région du pays. L’importante pénurie de main-d'œuvre et de travailleurs compétents qui affectent leurs provinces et leurs territoires a fait l’ob- jet de grandes réflexions. Les Premiers ministres se sont entendus sur la nécessité : • de faire augmenter les effectifs par le recours à la formation axée sur les compétences; • d'attirer de nouveaux travailleurs grâce à une démarche efficace en matière d'immigration; • de veiller à ce que les Autochtones soient en mesure de participer pleinement à l'économie; • et de collaborer avec le secteur privé pour encourager et soutenir sa nécessaire participation à la résolution du problème de pénurie de travailleurs compétents. En ce qui concerne par exemple le domaine de l’immigration, les différents participants optent pour un régime d'immigration plus adapté et plus souple. Ils ont exprimé leur satisfaction aux efforts déployés pour la création de nouveaux modèles d'immigration économique, mais feront également remarquer que les pro- grammes existants des candidats des pro- vinces et des territoires demeurent des outils essentiels pouvant les aider à répondre à leurs propres besoins dans les domaines de l'économie et du marché du travail. Les débats ont également tourné autour de bien d’autres sujets à savoir les investisse- ments stratégiques dans les infrastructures, l'avenir énergétique du Canada, l’accrois- sement du commerce et des investissements internationaux. dans le cadre du programme ‘’ Stratégie emploi jeunesse’’, un important fonds est mis à la disposition des jeunes immi- grants de cette ville pour leur réelle inté- gration professionnelle. La pénurie de main-d’œuvre au cœur des débats, l’immigration appelée en renfort Les nouvelles duLes nouvelles du ManitobaManitoba é Suite à la page 19
  • Acces cANADA News 42ème parution 19 Au nom de la ministre des Ressources humaines et du Développement des compé- tences, l’honorable Diane Finley, le ministre de la Sécurité Publique, Vic Toews, a expli- qué le bien fondé de cette initiative : « La création d’emplois, la croissance écono- mique et la prospérité à long terme sont les grandes priorités de notre gouvernement(…). La Stratégie emploi jeunesse du gouverne- ment du Canada aide les jeunes à acquérir les compétences et l’expérience dont ils ont besoin pour décrocher un emploi dès mainte- nant et se préparer à former la main-d’œuvre de demain ». Il s’agit d’aider les bénéficiaires à obtenir de l’information sur les carrières, à trouver un emploi et à le conserver. Cette stratégie comprend les programmes Connexion compétences et Objectif car- rière, ainsi que l’initiative Emplois d’été Canada, qui crée chaque été des milliers de possibilités d’emplois pour les étudiants. Ces nouveaux arrivants sont ainsi sensés acquérir à l’issue des différentes formations, des compétences qui leur seront précieuses dans leur vie personnelle et professionnelle, notamment en matière de communication efficace, d’alphabétisation, de santé et sécurité au travail. Il faut noter que les programmes d’emploi des jeunes font partie de la stratégie glo- bale du gouvernement du Canada qui vise à jumeler les Canadiens et les emplois dis- ponibles. Les nouvelles duLes nouvelles du ManitobaManitoba Les jeunes immigrants de Winnipeg reçoivent du soutien de la part du gouvernement canadien
  • Acces cANADA News 42ème parution20 le récent rapport ‘’ Paving the road to Higher Performance: Benchmarking Provincial Health Systems ’’ a classé la Colombie-Britannique à la tête des pro- vinces ayant un excellent système de santé au Canada. Cette province a obtenu comme l’Alberta et l’Ontario la note globale de « A » au cha- pitre de santé. Au nombre des indicateurs ayant permis d’atteindre ce résultat il y a : La consommation excessive d’alcool, l’em- bonpoint ou l’obésité chez les adultes, le tabagisme, la consommation des fruits et légumes et l’activité physique. La Colombie-Britannique a remporté de loin les meilleures notes avec des « A » pour presque tous les indicateurs. Selon le rapport, ces résultats remarquables ont fait que les autres provinces avaient besoin d’une note moyenne très élevée pour obtenir également un « A » final. En effet, avant d’attribuer une note à chaque indicateur, il est calculé l’écart entre la province qui obtient le meilleur rendement et celle qui a le rendement le plus faible, puis ce chiffre obtenu est divisé par quatre. Lorsqu’une province reçoit un « A » pour un indicateur, cela signifie que son résultat se situe dans le premier quartile. Le « B » pour le deuxième quartile, le « C » pour le troi- sième et le « D » pour le dernier. La Colombie-Britannique a obtenu le « A » parce que c’est la province ayant la popula- tion en meilleure santé. L’Ontario doit ses excellents résultats au rendement de son régime de soins de santé malgré que par habitant cette province alloue moins de res- sources que les autres. L’Alberta a également obtenu le « A » en partie en raison de ses dépenses impor- tantes dans les soins de santé. Pour la Directrice Politique, Innovation et Evaluation en matière de Santé, Gabriela Prada, l’objectif d’une telle étude est de « signaler les succès et les écarts, pour que toutes les provinces soient en mesure de pren- dre les décisions qui leur permettront d’amé- liorer leur régime de santé et la santé de leur population ». Pour le reste du classement la Nouvelle- Ecosse et le Nouveau-Brunswick ont reçu chacune une note globale de « B ». Le Québec a également obtenu la note « B » car les ressources allouées aux soins de santé sont plus élevées par habitants que dans la majorité des provinces. santé LaColombie-Britanniqueparmilesmeilleures provincesayant unbonsystèmesanitaire Les nouvelles de laLes nouvelles de la Colombie-BritanniqueColombie-Britannique LesCanadiensetleurstyledeviesain Selon le même rapport ‘’ Paving the road to Higher Performance: Benchmarking Provincial Health Systems ’’, les canadiens ont non seu- lement un style de vie sain, mais peuvent encore faire beaucoup pour améliorer leur façon de prendre soin de leur santé. gabriela prada précise à cet effet, que « ces résultats soulignent à quel point les pro- grammes de promotion de la santé et de pré- vention des maladies contribuent à réduire la demande de services de soins de santé ». car pour elle, les provinces qui obtiennent de meilleurs résultats pour les facteurs liés au style de vie se distinguent aussi par un meil- leur état de santé général de leur population. le rapport informe que dans presque toutes les provinces, la proportion d’adultes déclarés comme souffrant d’embonpoint ou d’obésité a augmenté depuis 2003. pour ce qui est du nombre de cigarettes fumées quotidiennement, la tendance est à la baisse depuis les dernières années. le canada a réussi à faire baisser ses taux de tabagisme qui sont relativement faibles en comparaison de ceux des autres pays de l’ocde.
  • Acces cANADA News 42ème parution 21 soCiété Deuxvillesdel’Ontarioparmilesplusintelligentesdumonde eConomie Dusoutienauxentrepreneursinnovateursdanslesuddel’Ontario une ville intelligente est définie par le ‘’ Forum des Communautés Intelligentes ’’, comme une communauté urbaine qui permet, à travers l'utilisa- tion des technologies de l’information et des com- munications, de construire un modèle économique et social de développement, en générant de la crois- sance tout en répondant aux défis sociaux et cultu- rels actuels. Il s’agit donc d’une ville innovante, axée sur la technologie. Le récent classement établit par le ‘’ Forum des Communautés Intelligentes ’’, un institut de recherche américain travaillant sur les modèles de développement économique et social, mentionne deux villes canadiennes dans le top 8 des villes les plus intelligentes du monde : Stratford et Toronto, toutes deux dans la province de l’Ontario au Canada. La première ville canadienne, Stratford, occupe la 4ème place tandis que toronto vient en 8ème position. Selon le ‘’Forum des Communautés Intelligentes’’, la ville de Stratford dispose d’un des meilleurs réseaux internet du monde avec une technologie de pointe. Le Stratford General Hospital par exemple, utilise les réseaux innovants pour permettre aux médecins de mettre à jour les dossiers de chaque patient quelque soit l’endroit où il se trouve. C’est donc son caractère de ville connectée au service de sa population qui lui a valu la 4ème place dans ledit classement. En dehors de ses cinq universités spécialisées dans les nouvelles technologies et l’innovation des entre- prises, la ville de Toronto a réussi à faire valoir un argument de poids : la reconstruction du bord de mer de la ville à partir de friches. mieux, à partir d’un cimetière industriel laissé à l'abandon, la mairie et ses partenaires sont en train d'en faire un centre ultra-moderne destiné à devenir l'une des plus belles vitrines du pays. Ce projet affiche déjà près de 3 500 emplois dans les cinq pro- chaines années. Lyon (France) vient en tête de peloton, suivie des villes de Columbus (Etats-Unis), d’Oulou (Finlande), et après la ville de Stratford (Ontario au Canada) en 4ème position, viennent Taichung (Taiwan), Tallinn (Estonie), Taoyuan Country (Taiwan) puis enfin Toronto (Ontario au Canada). Il s’agit ici des huit meilleures villes innovantes du monde, axées sur la technologie. dans le cadre du programme Scientifiques et ingénieurs en affaires de FedDev Ontario, le gouvernement du Canada apporte du soutien aux entrepreneurs installés dans le sud de la province de l’Ontario. L’objectif principal de cette initiative est de créer des emplois et d’assurer la croissance et la prospé- rité à long terme dans le Sud de l'Ontario Dix entrepreneurs dans les domaines des sciences, de la technologie, de l'ingénierie et des mathéma- tiques (STIM) devraient bénéficier dans ce sens des cours de compétences en affaires ainsi qu’un finan- cement de démarrage. Pour M. Stephen Woodworth, député fédéral de Kitchener-Centre, ce programme favorisera la création de nouvelles entreprises en démarrage et de nouveaux emplois de grande valeur dans le sud de l’Ontario. Il faut préciser que le gouvernement du Canada reste concentré sur ce dont se soucient le plus les Canadiens et les Canadiennes : leur famille, la sécurité de leurs rues et de leurs collectivités, leur fierté d'être citoyens de ce pays et leur sécurité financière personnelle. Les nouvelles de l’Les nouvelles de l’ OntarioOntario
  • Acces cANADA News 42ème parution22 perspeCtives éConomiques Terre-Neuve-Et-Labradorpourraitafficherunemeilleurecroissance économiquequelesautresprovincescanadiennesen2013 une croissance économique « exceptionnelle » serait en train de s’annoncer dans la pro- vince de Terre-Neuve-Et-Labrador. Selon des récentes données annoncées par le Conference Board, la province de Terre-neuve- Et-Labrador devrait être en tête des provinces canadiennes en matière de croissance économique. Pour le Conference Board, le Produit Intérieur Brut (PIB) réel de la province avait chuté de 4,8% l’année dernière, mais au cours de l’an- née 2013, Terre-Neuve-Et-Labrador devrait se rattraper et plus encore avec une croissance estimative de 6%. En effet, la production pétrolière prévoit une hausse de 12,5% tandis que les investissements du secteur privé continueront de grimper pour atteindre des records. Il faut noter que d’autres provinces cana- diennes comme l’Alberta, la Saskatchewan et le Manitoba devraient également connaître une croissance importante au cours de l’année 2013. La Saskatchewan par exemple entend profiter d’une production de potasse et de pétrole en plein essor tandis que ses secteurs de la construction et de la fabrication continue d’af- ficher une solide progression. le Canada-Atlantique est sur le point de devenir l’une des destinations de choix des étudiants internationaux au Canada. Selon les données de l’Association des universi- tés de l’Atlantique, le nombre d’étudiants étrangers dans les provinces de l’Atlantique a triplé de 2002 à 2012. A l’Université de Moncton (Nouveau-Brunswick) par exemple, les 712 étudiants internationaux représentent 15% des inscrits, ce qui représen- terait le plus haut taux du Canada. Cette université offre de nombreuses facilités à ses apprenants étrangers en vue de leur permettre une meilleure intégration. Cela implique l’accueil à l’aéroport, la mise en place d’activités d’intégration sur le campus sans oublier le mentorat et le jumelage d’étudiants. Il faut noter qu’en dehors de ces différentes gammes de services d’intégration bien d’autres mesures sont désormais prises pour une inté- gration professionnelle par non seulement les autorités de l’Université de Moncton mais aussi des autres universités canadiennes. « Les universités s’intéressent maintenant à la rétention de ces étudiants, à ce qui se passe après les études et à leur intégration au marché du travail (…).», a confié Chedly Belkhodja, professeur du Département de science poli- tique à l’Université de Moncton. Cela pourrait expliquer la venue massive des étudiants internationaux au Canada au cours de l’année dernière. Selon Statistique Canada, près de 105 000 étudiants internationaux sont venus poursuivre leurs études universitaires en 2012 au Canada. Les nouvelles dans les Autres Provinces Canadiennes eduCation Le nombred’étudiants internationauxa triplé de2002 à2012dans les provincesde l’Atlantique
  • Acces cANADA News 42ème parution 23 Nouvellesrelatives aux programmes d’intégration la ministre de l’Immigration et des Communautés Culturelles et ministre respon- sable de la charte de la langue française, Diane De Courcy, a annoncé un important sou- tien financier pour faciliter l’accès des per- sonnes immigrantes formées à l’étranger aux professions d’ergothérapeute, d’huissier de jus- tice, d’orthophoniste, de physiothérapeute et de travailleur social. Il s’agira de faciliter les démarches de recon- naissance des compétences de professionnels formés à l’étranger et d’accélérer l’obtention de leurs permis d’exercice des professions. « En exerçant leur profession, ces personnes contribuent à répondre aux besoins de main- d’œuvre dans les domaines qui, selon Emploi- Québec, présenteront des perspectives profes- sionnelles favorables au cours des prochaines années », a confié la ministre Diane De Courcy. En effet, les projets réalisés par l’Ordre des ergothérapeutes du Québec, l’Ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec et l’Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec devraient améliorer l’accès à des for- mations d’appoint et faciliter l’acquisition de compétences liées au contexte d’exercice de ces professions dans la province. Les projets de la Chambre des huissiers de jus- tice du Québec et de l’Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et fami- liaux du Québec, visent quant à eux, la conception des outils d’évaluation adaptés à la reconnaissance des compétences acquises à l’étranger. reConnaissanCe des CompétenCes des professionnels immigrants au québeC La ministre Dianede Courcyveutaccélérerl’obtention despermis d’exercice desprofessions proCédure d’immigration Dèsle 2janvier 2014,le nouveauprogramme desparents etgrands-parentsentreraenvigueur citoyenneté et Immigration Canada devrait accepter, de nouveau, des demandes pour le Programme des parents etgrands-parents(PGP)dèsle02janvier2014. Selon le Ministre de la Citoyenneté, de l’Immigration et du Multiculturalisme, Jason Kenney, ce programme réuni les familles plus rapidement. « Le but de ces nouveaux critères est de faire en sorte que les répondants subviennent bien aux besoins des membres parrainés de la famille pendant leur séjour au Canada », explique le ministre Jason Kenney. En effet, il s’agira d’avoir désormais des délais de traitement des dossiers encore plus rapide, de réduire davantage l’ar- riéré, d’éviter une nouvelle accumulation de dossier en attente, de veiller à ce que les familles aient les moyens financiers pour subvenir aux besoins des personnes qu’elles parraineront, et de protéger les intérêts des contribuables. é Suite à la page 24
  • Acces cANADA News 42ème parution24 « Il est très important que nous continuions à faire des progrès et que nous ne retournions pas au vieux système défectueux où les délais pouvaient atteindre dix ans. Ce serait injuste pour les familles. », ajoute le Ministre de la Citoyenneté, de l’Immigration et du Multiculturalisme. Il faut rappeler que le Canada a l’un des pro- grammes de réunification familiale les plus généreux au monde. Les Etats-Unis, l’Australie et la Nouvelle-Zélande n’autorisent pas du tout le parrainage des grands-parents, ou que dans des circonstances extrêmement rares avec des critères assez contraignants. 15%d’augmentationdesimmigrantsdelacaté- gorieduregroupementfamilialen2012 au cours de l’année 2012, le canada a eu une augmentation de 15% des immi- grants de la catégorie du regroupement familial. en effet, le super visa aurait permis d’of- frir une certaine souplesse aux parents et aux grands-parents qui ne souhaitent pas immigrer de façon permanente, mais qui veulent rejoindre leurs proches rapide- ment et séjourner avec eux pour une longue période. Nouvellesrelatives aux programmes d’intégration intégration des immigrants au Canada Désormaisdes vidéospouraiderlesnouveauxarrivants àréussir leurétablissement le ministère de la Citoyenneté, de l’Immigration et du Multiculturalisme met désormais à la disposition des nouveaux arrivants deux nouvelles vidéos en vue de les aider à s’orienter avant et pendant leurs premières semaines au Canada. Ces vidéos de 10 minutes disponibles sur le site cic.gc.ca demeurent des outils conçus par le gouvernement du Canada pour aider les immigrants à bénéficier du meilleur départ possible dans leur nouveau pays. La première vidéo recommande par exem- ple aux nouveaux arrivants d’avoir en main tous leurs documents d’identité et de faire traduire en anglais ou en français tous leurs documents officiels avant de venir au canada. La seconde vidéo explique aux nouveaux arrivants l’importance d’obtenir un numéro d’assurance sociale, de contacter un orga- nisme local d’aide à l’établissement et de trouver un emploi. Il faut noter que ces vidéos viennent s’ajou- ter au nouveau guide Bienvenue au Canada. Ils fournissent à leurs bénéficiaires une liste de contrôle pratique des choses à faire pour préparer leur venue au Canada et pour faciliter leur installation au pays. « Le gouvernement est déterminé à s’assurer que les nouveaux arrivants au Canada s’intè- grent et réussissent bien, et le plus tôt possible, dans le contexte de l’économie et de la société canadienne », a précisé le ministre Jason Kenney.
  • Acces cANADA News 42ème parution 25 acheter des aspirateurs auQuébec vous avez ici quelques propositions des prix des aspirateurs au Québec. Produits Prix 339,99 dollars canadiens, soit 248,19 euros 210,00 dollars canadiens, soit 153,3 euros. 275,00 dollars canadiens, soit 200,75 euros. 279,99 dollars canadiens, soit 204,39 euros. aspirateur robot roomba d’irobot (660) (neuf) Peut nettoyer vos planchers même lorsque vous n’êtes pas à la maison avec le The Roomba 660. Peut être programmé à différentes heures et permet d’utiliser son système de nettoyage breveté en 3 étages même pendant que vous travaillez. A trouver sur le site : http://www.futureshop.ca/fr-CA/product/irobot-aspira- teur-robot-roomba-d-irobot-660-660/10215813.aspx?path=d235e 2a64d4d510ef862eb40e3e75bfbfr02 aspirateur electrolux (usagé) Filtre HEPA lavable, ultra silencieux 60 dB, tuyau de 2,1m, cordon de 6,4 ; trois (03) sacs de rechange Electrolux. A trouver sur le site : http://qc.kijiji.ca/c-acheter-et-vendre-appareils-elec- tromenagers-aspirateurs-Aspirateur-Electrolux-Electrolux-Vacuum- W0QQAdIdZ501030345 aspirateur moderne 2000 xb4 (usagé) Aspirateur à cuve extra large et filtre auto nettoyant remis à neuf. Garanti 6 mois. A trouver sur le site : http://www.lespac.com/ameublement/articles-mena- gers/levis/d-moderne-2000-xb4-LPaZZ27662376WWcpZZ88WWgrZZ1 aspirateur à main animal de dyson (dc34) L’aspirateur à main Animal de Dyson est conçu pour les foyers hébergeant des animaux de compagnie. Il comprend la technologie puissante Root Cyclone qui permet d’attraper et d’éliminer les poils d’animaux incrustés dans les tapis et les meubles. A trouver sur le site : http://www.bestbuy.ca/fr-CA/product/dyson-aspira- teur-a-main-animal-de-dyson-dc34-dc34-an/10169676.aspx?path= 1d34802507cf6f629d831cb9e5946c06fr02&SearchPageIndex=1 Le prix des choses ………..… 479,63 F CFA ………..... 0,73 Euro …………. 8,13 Dirhams (Maroc) ………..... 1,59 Dinar (Tunisie) ….........… 0,95 Dollar américain (USA) …............ 3,24 Ron (Roumanie) Ce tableau permet d’effectuer la conversion du dollar canadien en certaines devises internationales en fonction du taux de change sur le marché. Ainsi, à la date du 03 juillet 2013 : 1 dollar canadien valait : Conversion du dollar canadien Il est à mentionner que ces taux ne sont pas applicables au versement des frais gouvernementaux par nos clients qui doivent tenir compte de potentielles variations mais aussi de frais de rapatriement incluant des commissions de change et des retenues à la source du pays d’origine. Ces éléments expliquent la différence. Chaque client peut, s’il le désire, fournir sa propre traite bancaire pour acquiter ses frais gouvernementaux . *