projetacadémique
académiedeParis
2 0 1 3
2 0 1 6
L’année 2013 a été placée sous le signe d’importantes réformes
prévues par la loi d’orientation et de programmation pour l...
03
équitédiversitémixitécontinuité
Faire entrer l’académie de Paris dans l’ère du numérique 4
1 - Améliorer l’acquisition ...
04
Axe 1 : Faire entrer l’académie de
Paris dans l’ère du numérique
La refondation de l’École prend en compte la révolutio...
05
équitédiversitémixitécontinuité
1-Améliorer l’acquisition des capacités et
compétences des élèves par les usages
pédago...
06
Mettre en œuvre la continuité et l’individualisation des apprentissages entre la
classe, le hors-classe et le hors-écol...
07
équitédiversitémixitécontinuité
2-Instaurer des modalités de formation
des personnels adaptées aux évolutions
technolog...
08
Mettre en place des formations spécifiques pour les référents numérique et
correspondants de la direction des systèmes d...
09
équitédiversitémixitécontinuité
3-Mettre en œuvre une gouvernance académique et
une politique du numérique plus visible...
10
Valoriser les pratiques du numérique
La valorisation des usages remarquables et de leurs auteurs est une condition
esse...
11
équitédiversitémixitécontinuité
Axe 2 : Promouvoir une politique
culturelle ambitieuse au service
de tous
L’axe culture...
12
1-Développer, avec les institutions culturelles et les
collectivités territoriales, les dispositifs d’accès
de tous à l...
13
équitédiversitémixitécontinuité
Renforcer la cohérence de la mise en œuvre de l’ensemble des dispositifs d’éduca-
tion ...
14
2-Développer le volet culturel des projets d’école ou
d’établissement, en lien avec les enseignements,
pour contribuer ...
15
équitédiversitémixitécontinuité
Construire une programmation pluriannuelle des activités scolaires et périsco-
laires c...
16
Axe 3 : Développer l’ouverture
internationale et les compétences
linguistiques de chaque élève
Des progrès notables ont...
17
équitédiversitémixitécontinuité
1-Favoriser et diversifier la mobilité en impliquant
tous les acteurs de l’École
Afin de...
18
Soutenir la signature d’appariements entre les établissements de l’académie de
Paris et leurs homologues à l’étranger
L...
19
équitédiversitémixitécontinuité
2-Améliorer la cohérence et la continuité des
parcours pour étayer les apprentissages e...
20
Développer l’enseignement d’autres disciplines en langues étrangères
En portant l’attention sur les aspects pédagogique...
21
équitédiversitémixitécontinuité
Axe 4 : Mettre en œuvre des
adaptés à chaque élève
Les indicateurs académiques témoigne...
22
1-Permettre à chaque élève de trouver
sa voie de réussite
Chaque élève doit pouvoir anticiper, construire et faire évol...
23
équitédiversitémixitécontinuité
Développer les dispositifs innovants, les expérimentations et diffuser les
«bonnes prat...
24
2-Développer des parcours pour mieux préparer,
accueillir, accompagner et faire réussir les élèves
Adapter les structur...
25
équitédiversitémixitécontinuité
Axe 5 : Créer un cadre serein et
respectueux de tous pour des
apprentissages de qualité...
26
équitédiversitémixitécontinuité
1-Accueillir, expliciter et créer du lien
Pour les élèves comme pour les adultes, la ré...
27
équitédiversitémixitécontinuité
Les indicateurs
Nombre et pourcentage d’élèves inscrits et non présents à la date du co...
28
équitédiversitémixitécontinuité
2-Prévenir et accompagner
«Refonder une école sereine et citoyenne» suppose la mobilisa...
29
équitédiversitémixitécontinuité
Prévenir les difficultés professionnelles des personnels
Professionnaliser le tutorat en...
30
équitédiversitémixitécontinuité
3-Promouvoir et valoriser
Les démarches d’encouragement, la valorisation des progrès et...
31
équitédiversitémixitécontinuité
Valoriser les initiatives au service du «bien-être» des élèves et des personnels
S’appu...
Vous pouvez suivre les actualités de l’académie de Paris sur
les réseaux sociaux : @academie_paris
paris.academie
+academi...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Projet académique 2013-2016 - Académie de Paris

812

Published on

Les cinq axes du projet académique 2013 / 2016
- Faire entrer l’académie de Paris dans l’ère du numérique
- Promouvoir une politique culturelle ambitieuse au service de tous
- Développer l’ouverture internationale et les compétences linguistiques de chaque élève
- Mettre en oeuvre des parcours scolaires fluides et adaptés à chaque élève
- Créer un cadre serein et respectueux de tous pour des apprentissages de qualité
http://www.ac-paris.fr/portail/jcms/p1_762774/projet-academique-2013-/-2016

Published in: Education
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
812
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
6
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "Projet académique 2013-2016 - Académie de Paris"

  1. 1. projetacadémique académiedeParis 2 0 1 3 2 0 1 6
  2. 2. L’année 2013 a été placée sous le signe d’importantes réformes prévues par la loi d’orientation et de programmation pour la refon- dation de l’école de la République. Le nouveau projet de l’académie de Paris décline les priorités définies par la loi en les adaptant aux réalités du territoire parisien, dont chacun sait le caractère contrasté. Nous devons être fiers de nos résultats, qui se situent au-dessus de la moyenne nationale. Mais nous devons être aussi conscients des fortes disparités que cette moyenne recouvre : l’académie ne parvient pas encore suffisamment à réduire les inégalités sociales et scolaires. Pour améliorer cette situtation, le projet académique 2013-2016 repose sur trois ambitions fortes qui seront présentes dans chacun des cinq axes présentés dans ce document : la prise en compte de la diversité du public parisien ; la recherche de l’équité et d’une plus grande mixité ; le renforcement des articulations et de la cohérence entre les différents cycles et degrés d’enseignement. Au-delà de l’acquisition des savoirs fondamentaux, nous devons informer, préparer et accompagner tous les élèves sur la voie la plus adaptée à leurs aspirations. Les parcours de certains élèves sont parfois stéréotypés et ne laissent que peu de place aux chemins de la réussite. C’est pourquoi j’attache une importance particulière à l’idée que nos élèves puissent bénéficier d’un accès accru à la culture, aux langues et à la mobilité internationale. L’entrée dans l’ère du numérique, première priorité du projet académique, doit notamment permettre de mettre les pratiques pédago- giques au service de ces objectifs. Sa présentation actuelle n’est qu’une étape : il s’agit désormais de construire en- semble, pas à pas, le programme d’actions à mettre en œuvre pendant les trois années à venir. Cette construction sera une démarche collective. Je souhaite qu’y soient associés aussi étroitement que possible les chefs d’établissement et les corps d’inspection, ainsi que les représentants des enseignants, des élèves et des parents. L’ensemble de la communauté éducative doit se mobiliser et fédérer ses forces, pour aider à la réalisation de notre plus belle mission, la réussite et l’épanouissement des élèves de la capitale. François Weil Recteur de l’académie, chancelier des universités de Paris édito/:/:/:/:/:/:/:/
  3. 3. 03 équitédiversitémixitécontinuité Faire entrer l’académie de Paris dans l’ère du numérique 4 1 - Améliorer l’acquisition des capacités et compétences des élèves par les usages pédagogiques du numérique . . . . . . . . . . . . . . . 5 2 - Instaurer des modalités de formation des personnels adaptées aux évolutions technologiques et scientifiques . . . . . . . . . . . . . . . 7 3 - Mettre en œuvre une gouvernance académique et une politique du numérique plus visibles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 Promouvoir une politique culturelle ambitieuse au service de tous 11 1 - Développer, avec les institutions culturelles et les collectivités territoriales, les dispositifs d’accès de tous à la culture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 2 - Développer le volet culturel des projets d’école ou d’établissement, en lien avec les enseignements, pour contribuer à la construction des parcours d’éducation artistique et culturelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Développer l’ouverture internationale et les compétences linguistiques de chaque élève 16 1 - Favoriser et diversifier la mobilité en impliquant tous les acteurs de l’École . . . . . 17 2 - Améliorer la cohérence et la continuité des parcours pour étayer les apprentissages en vue d’une meilleure maîtrise des langues vivantes. . . . . . 19 et adaptés à chaque élève 21 1 - Permettre à chaque élève de trouver sa voie de réussite . . . . . . . . . . . . . . 22 2 - Développer des parcours adaptés pour mieux préparer, accueillir, accompagner et faire réussir les élèves. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 Créer un cadre serein et respectueux de tous pour des apprentissages de qualité 25 1 - Accueillir, expliciter et créer du lien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 2 - Prévenir et accompagner . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 3 - Promouvoir et valoriser. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 projet académique académie de Paris 2 0 1 3 2 0 1 6
  4. 4. 04 Axe 1 : Faire entrer l’académie de Paris dans l’ère du numérique La refondation de l’École prend en compte la révolution opérée par le numé- rique, qui fait évoluer rapidement l’accès aux savoirs et les apprentissages. Cette mutation brise tous les cloisonnements et transforme les idées mêmes de classe et de cours. Il s’agit d’inscrire dans l’espace scolaire des moments de formation des élèves, de plus en plus fréquents, fondés sur l’individualisation des tâches, la prise en compte de l’autonomie et de la responsabilité, le goût de la recherche et de productions personnalisées, l’échange et le partage des ressources et produc- tions. La mutualisation des réflexions et des supports, le travail collaboratif sont des conditions de ces évolutions. La fracture numérique réside de moins en moins dans la possession et l’appro- priation des matériels et outils, largement diffusés dans la société. Elle se creuse dorénavant dans le domaine des usages, de plus en plus socialement et culturel- lement différenciés. L’école de la République a pour mission, dans le strict respect de ses valeurs, de faire en sorte que le numérique puisse contribuer à apporter une plus grande efficacité professionnelle aux enseignants et de plus grandes chances de réussir pour tous les élèves. Si depuis plusieurs années des étapes ont été franchies de manière incontes- table au sein des établissements parisiens, tant dans les domaines des réseaux et équipements informatiques que dans ceux des pratiques pédagogiques, il s’agit dorénavant d’apporter des réponses concrètes, plus ambitieuses et plus globales à ce qui devient un point de basculement majeur du numérique éducatif. L’impé- ratif qui s’impose à tous les acteurs de l’académie est de viser une diffusion large des pratiques pédagogiques du numérique dans l’ensemble des écoles, collèges et lycées, au sein de toutes les disciplines et auprès de l’ensemble des généra- tions de professeurs. axe1équitédiversitémixitécontinuité
  5. 5. 05 équitédiversitémixitécontinuité 1-Améliorer l’acquisition des capacités et compétences des élèves par les usages pédagogiques du numérique Le numérique permet d’améliorer l’efficacité des apprentissages en dévelop- pant des pratiques pédagogiques plus adaptées aux rythmes et aux besoins des élèves, plus interactives et attractives, en encourageant la collaboration entre les élèves, la créativité et le travail en autonomie dans la classe et hors de la classe. Développer le numérique au service des apprentissages et de l’orientation Former «par» le numérique pour vivifier les pédagogies et exploiter au mieux toutes les facultés qu’offre la technologie numérique à l’homme dans ses apprentissages. Améliorer la maîtrise de toutes les formes d’expression par les usages du numérique ; Améliorer, via le numérique, la maîtrise des langues vivantes, notamment par des échanges avec des classes étrangères ; Faciliter l’accès aux ressources culturelles et scientifiques ; Faciliter l’accès aux outils d’aide à l’orientation ; Développer et enrichir l’usage des manuels numériques ; Identifier et valoriser les plus-values pédagogiques apportées aux apprentissages. Former au numérique et dynamiser les pratiques collectives, de manière auto- nome et responsable Former les élèves «au» numérique pour développer leurs compétences trans- versales citoyennes indispensables à la réussite scolaire, à la poursuite d’études supérieures et à la vie professionnelle. Former les élèves aux usages responsables de l’informatique et de l’Internet, au respect des règles juridiques et déontologiques ; Sensibiliser les familles sur les usages responsables d’Internet et la prévention des phénomènes de cyberviolence ; Susciter le travail collaboratif entre élèves, la créativité et la production au sein des classes.
  6. 6. 06 Mettre en œuvre la continuité et l’individualisation des apprentissages entre la classe, le hors-classe et le hors-école La différenciation et l’accompagnement personnel sont facilités par le numérique qui permet la personnalisation des tâches et des rythmes, ainsi que le prolonge- ment de l’apprentissage hors de la classe. Développer les usages pédagogiques des espaces numériques de travail (ENT) au sein de la communauté scolaire élargie aux familles ; Offrir et développer l’usage des services sécurisés permettant le suivi et l’ac- compagnement d’élèves rencontrant des difficultés d’apprentissage ou de scolarisation ; Mettre en œuvre de nouvelles modalités d’évaluation utilisant les potentialités du numérique, pour faciliter le suivi individuel. Les indicateurs Taux des enseignants utilisant le numérique dans leur pédagogie ; Niveau de maîtrise de la compétence 4 du socle commun au palier 2 en fin de CM2 ; Niveau de maîtrise de la compétence 4 du socle commun au palier 3 en fin de 3e  ; Taux des aptitudes du B2i lycée validées en fin de terminale ; Indices de fréquentation des ENT sur les services pédagogiques ; Nombre et pourcentage d’établissements mettant en œuvre une plate-forme virtuelle d’aide aux devoirs. axe1équitédiversitémixitécontinuité
  7. 7. 07 équitédiversitémixitécontinuité 2-Instaurer des modalités de formation des personnels adaptées aux évolutions technologiques et scientifiques La formation initiale au numérique des futurs enseignants au sein de l’ESPE en lien avec les universités constitue un enjeu important. De même, la formation continue des personnels au numérique – classiquement fondée sur le principe de candida- ture individuelle, axée sur la technique et organisée en présentiel – doit explorer d’autres pistes pour être plus globalisante et centrée sur l’usage pédagogique. Instaurer une veille pédagogique et technologique sur le numérique éducatif Dans un domaine technologique aussi mouvant, il est nécessaire de scruter les évolutions pédagogiques dans les usages du numérique, mais aussi de se doter de moyens d’expérimentation pour innover. Créer un observatoire des usages et du mouvement des idées, ouvert sur les autres académies et l’étranger, chargé de promouvoir une veille scientifique et technologique et de nourrir les décisions du comité de pilotage académique ; Développer des centres de ressources sur des usages du numérique pédago- gique dans les établissements coordonnés par l’observatoire du numérique ; Développer l’expérimentation des usages des technologies émergentes par les formateurs en informatique pédagogique (FIP) et groupes pour l’intégration pédagogique des TIC (GIPTIC). Développer un plan ambitieux de formation Faire entrer les pratiques pédagogiques dans l’ère du numérique nécessite une stratégie d’impulsion en établissement, de formation des personnes et d’accom- pagnement des projets. Des formations moins centrées sur la technique et la discipline mais davantage sur la pédagogie permettront de mieux accompagner tous les enseignants dans ce changement. Collaborer avec l’école supérieure du professorat et de l’éducation (ESPE) et les universités pour proposer aux futurs enseignants des parcours de professionnali- sation intégrant la formation par et au numérique ; Mettre en place un cycle de séminaires pour l’encadrement afin de créer une culture commune sur le numérique éducatif ;
  8. 8. 08 Mettre en place des formations spécifiques pour les référents numérique et correspondants de la direction des systèmes d’information (DSI) ; Intégrer la dimension numérique dans la majorité des stages disciplinaires et transversaux ; Former et accompagner les équipes de direction ; Impulser, former et accompagner les équipes pédagogiques au sein des établissements par des animations in situ avec le réseau des conseillers numé- rique et des formateurs. Développer la formation par le numérique Les formations hybrides – en présentiel et à distance – doivent faciliter l’organisa- tion des formations et permettre aux enseignants de développer la pratique de ces outils numériques. Conférer au portail pédagogique académique une dynamique accrue en matière de formation à distance et de mutualisation des pratiques au plan académique (espaces membres) ; Développer l’accès aux ressources numériques dans les établissements par une politique de rénovation des centres de documentation et d’information (CDI) ; Impulser l’utilisation de didacticiels en ligne ainsi que les parcours de forma- tion hybrides M@gistère pour des apprentissages autonomes, différenciés et plus nombreux. Les indicateurs Nombre d’articles mis en ligne sur l’espace pédagogique Taux de consultation des articles sur le portail pédagogique Nombre d’animations en école et en établissement Nombre d’accompagnements de projets dans les établissements Nombre d’heures de formation au numérique par an et par enseignant, ainsi que le pourcentage de ces formations par rapport à la totalité de la formation continue des enseignants Nombre d’heures de formation en ligne par enseignant. axe1équitédiversitémixitécontinuité
  9. 9. 09 équitédiversitémixitécontinuité 3-Mettre en œuvre une gouvernance académique et une politique du numérique plus visibles Le développement des usages pédagogiques du numérique passe par une stra- tégie concertée entre l’académie et les collectivités territoriales, par une plus grande visibilité des services qu’offre le rectorat aux usagers, par une déclinaison de la priorité du numérique dans les politiques d’établissement et enfin par une valorisation de ces pratiques. Créer une nouvelle organisation centrée sur la pédagogie Un travail concerté entre l’académie et les collectivités est nécessaire pour clarifier les rôles et les contributions de chacun dans les projets partagés et conven- tionnés. Une offre cohérente et lisible des services numériques éducatifs offerts par le rectorat doit également faciliter le travail des équipes en établissement. Instaurer un mode de pilotage articulant le comité de pilotage, l’observatoire des pratiques et la délégation académique au numérique chargée de mettre en œuvre les orientations ; Améliorer la lisibilité de l’offre des services numériques et du rôle fonctionnel de chaque service concourant à son déploiement ; Associer les collectivités territoriales aux orientations académiques dans le cadre du comité académique de pilotage. Développer et dynamiser les actions et relais au plan local Des actions s’imposent pour accompagner les établissements à conduire cette politique du numérique localement et renforcer le rôle des réseaux de proximité pour les y aider. Trouver les conditions d’un pilotage pédagogique partagé (chefs d’établisse- ment, inspecteurs) pour une impulsion conjointe ; Intégrer un axe consacré au numérique pédagogique au sein du projet d’éta- blissement ou d’école ; Encourager le rôle du référent numérique dans l’établissement, comme anima- teur local des équipes pédagogiques sur le plan des usages, et celui des CoDSI pour la maintenance ; Structurer et organiser le travail en équipe en établissement ; Créer et suivre, à l’instar du collège connecté, une école et un lycée numé- riques, en lien avec la collectivité compétente.
  10. 10. 10 Valoriser les pratiques du numérique La valorisation des usages remarquables et de leurs auteurs est une condition essentielle pour donner de l’ampleur au mouvement souhaité d’entrainement du plus grand nombre d’enseignants. Valoriser les réussites académiques à l’occasion de rencontres locales, natio- nales ou internationales et en les diffusant sur les réseaux sociaux publics ; Organiser la production d’un patrimoine numérique collectif, de l’établisse- ment à l’académie, fondé sur des ressources validées et des équipements sécurisés et performants ; Créer une lettre numérique sur les orientations académiques, le suivi de mise en œuvre du projet académique et les événements ; Repérer les enseignants usagers du numérique pour leur confier des missions académiques ; Valoriser l’engagement et le travail des formateurs et des enseignants dans ce domaine par une politique de promotion. Les indicateurs Nombre de projets d’établissement et d’école intégrant un axe consacré au numérique Nombre et pourcentage de collèges et lycées ayant désigné un référent numérique et un correspondant DSI (CoDSI) Nombre et pourcentage d’établissements ayant une commission numérique Nombre de rencontres, séminaires et actions de valorisation Nombre de ressources académiques remontées au niveau national axe1équitédiversitémixitécontinuité
  11. 11. 11 équitédiversitémixitécontinuité Axe 2 : Promouvoir une politique culturelle ambitieuse au service de tous L’axe culturel du précédent projet académique a permis de développer les parte- nariats avec des institutions culturelles, d’accroître sensiblement la fréquentation du public scolaire parisien et de renforcer les relations au profit de la culture scientifique et technique. Les écoles, collèges et lycées se sont appropriés cet axe culturel en mettant en place un volet culturel de leur projet spécifique. Il reste à renforcer le fonction- nement des équipes éducatives en matière d’action culturelle (liens entre les disciplines et inter-degrés). L’attention particulière portée à l’éducation priori- taire (chaque réseau ECLAIR ayant construit un projet culturel appuyé sur des ressources locales) doit être maintenue et servir d’exemple. Il faut valoriser les actions contribuant à la mixité et à l’équité. Les perspectives, dans le cadre d’une poursuite de l’objectif général, sont marquées par le renforcement des relations avec les collectivités locales, la mise en place des parcours de l’éducation artistique et culturelle, la mobilisation des équipes éducatives au service de ces parcours et la mise à profit des ressources numériques culturelles.
  12. 12. 12 1-Développer, avec les institutions culturelles et les collectivités territoriales, les dispositifs d’accès de tous à la culture Les dernières années ont vu le développement des partenariats avec des institu- tions culturelles et l’essor de leur fréquentation par les élèves parisiens. L’académie entend poursuivre cette politique, en s’appuyant sur le renforcement des relations avec les collectivités territoriales et la mise en place des parcours de l’éducation artistique et culturelle. Valoriser les relations partenariales avec les institutions culturelles dans la diver- sité de leurs apports (notamment pour l’exploitation des ressources numériques et leurs contributions à la formation continue) Valoriser les pratiques d’utilisation des ressources numériques culturelles. Cette action débute par une présentation en Sorbonne, le 15 janvier 2014, d’ateliers proposés aux enseignants sur le thème : «Culture et numérique : appropriation et partage de ressources, dans et hors la classe» ; Développer le recours aux relations partenariales menées en direction de certains publics spécifiques ou les plus éloignés des pratiques culturelles, en mettant mieux à profit les propositions généralistes des institutions culturelles, en suscitant le développement de ressources et dispositifs spécifiques et en inscrivant le recours à l’action culturelle comme un véritable outil de formation et d’ouverture ; Faire de «2015, année de l’accessibilité pour les personnes handicapées» un temps fort pour la mise à profit de «ressources culturelles accessibles», en prenant en compte la variété des situations des élèves concernés et en valori- sant les collaborations menées avec certaines institutions culturelles. axe2équitédiversitémixitécontinuité
  13. 13. 13 équitédiversitémixitécontinuité Renforcer la cohérence de la mise en œuvre de l’ensemble des dispositifs d’éduca- tion artistique et culturelle (EAC) proposés aux écoles et établissements scolaires Généraliser l’utilisation d’outils de suivi de l’action culturelle de chaque école ou établissement, en lien avec la mise en place des parcours d’EAC. Prendre en compte les actions menées et en garder trace au niveau de l’établissement ; Améliorer la synergie des actions menées au sein des écoles et des établis- sements, notamment en développant au niveau académique les échanges d’informations avec les partenaires institutionnels sur les dispositifs mis en œuvre et en améliorant leur articulation. Les indicateurs Nombre de conventions académiques Nombre et pourcentage d’établissements secondaires ayant bénéficié de ces conventions académiques (dont éducation prioritaire) Liste des actions culturelles menées chaque année qui contribuent transver- salement aux missions de la DAAC, de la MASESH, de la DAREIC et de la DAN Pourcentage d’établissements ayant fait de l’action culturelle un objectif prioritaire pour la contractualisation Nombre et pourcentage d’établissements secondaires ayant désigné un référent
  14. 14. 14 2-Développer le volet culturel des projets d’école ou d’établissement, en lien avec les enseignements, pour contribuer à la construction des parcours d’éducation artistique et culturelle Le développement de l’action culturelle est lié à la mise à profit du fonctionnement en équipe éducative qui permet de renforcer les liens entre disciplines et entre degrés. Cela engage la mobilisation des équipes éducatives, avec l’utilisation de l’ensemble des ressources qui peuvent être mises à leur disposition. Favoriser, par les pratiques artistiques et culturelles, l’acquisition du socle commun Renforcer le recours à la formation continue pour contribuer à l’efficacité du volet culturel du projet d’école ou d’établissement et pour contribuer au déve- loppement des pratiques pluridisciplinaires, notamment en développant à compter de la rentrée 2014 des formations d’initiative locale ; Définir, au sein de chaque conseil école /collège, des objectifs partagés pour la construction des parcours d’éducation artistique et culturelle (EAC), en renforçant les pratiques communes entre équipes pédagogiques et en valo- risant notamment le recours aux ressources locales de proximité, comme par exemple les bibliothèques municipales. Encourager les pratiques interdisciplinaires et les relations inter-degrés dans le cadre de l’éducation artistique et culturelle Travailler à la connaissance et l’articulation entre activités scolaires, en lien avec les enseignements, et extrascolaires, notamment en mettant à profit : - dans le premier degré, les relations avec les relais de l’action de la Ville, - en collège, les activités culturelles proposées dans le cadre de l’accompa- gnement éducatif ; Mutualiser, au niveau des bassins, des pratiques de mise en œuvre de l’édu- cation artistique et culturelle et de construction des parcours d’EAC. axe2équitédiversitémixitécontinuité
  15. 15. 15 équitédiversitémixitécontinuité Construire une programmation pluriannuelle des activités scolaires et périsco- laires contribuant aux parcours d’EAC Inscrire dans une progression pluriannuelle les activités culturelles (artistiques et scientifiques) menées en écoles et en établissements, en veillant à ce qu’elle bénéficie à tous les élèves et en mettant à profit la programmation de certains événements fédérateurs ; Mettre à disposition de chaque élève les éléments lui permettant de garder trace de son parcours d’éducation artistique et culturelle. L’académie de Paris s’est portée volontaire pour participer à une expérimentation nationale en ce sens. Les indicateurs Nombre et pourcentage d’établissements secondaires engageant une démarche de formation continue interdisciplinaire en EAC (Formations d’ini- tiative locale) Nombre et pourcentage d’écoles consacrant une part de l’accompagnement pédagogique complémentaire (APC) à l’EAC Nombre et pourcentage de projets artistiques et culturels associant écoles et collèges Suivi de la part de l’action culturelle dans l’accompagnement éducatif en collège Nombre et pourcentage de lycées ayant associé le CVL à l’EAC Nombre et pourcentage d’écoles et d’établissements ayant élaboré un volet culturel du projet d’école ou d’établissement
  16. 16. 16 Axe 3 : Développer l’ouverture internationale et les compétences linguistiques de chaque élève Des progrès notables ont été réalisés par l’académie de Paris dans le domaine de l’ouverture européenne et internationale grâce à la création de la fonction d’en- seignant référent pour l’action européenne et internationale (EREAI) dans chaque établissement secondaire, grâce au développement de mobilités d’élèves selon des protocoles pédagogiques précis, grâce enfin au développement de partenariats de coopération décentralisée avec les académies capitales européennes et internatio- nales (Londres, Pékin, Chicago, Berlin). Certains freins restent cependant à lever : Entrer dans une culture de l’appel et du suivi de projet à tous les échelons professionnels de l’académie, en utilisant de façon fluide la langue anglaise et la culture numérique ; Travailler davantage avec les collectivités territoriales, les institutions natio- nales et européennes en charge des programmes éducatifs, ainsi qu’avec les secteurs privé et associatif. Ces points de faiblesse levés, une meilleure articulation entre l’ouverture et les compétences linguistiques pourra être mise en place. Elle répondra mieux aux objectifs qualitatifs de maîtrise de ces compétences linguistiques par chaque élève. Les dispositifs spécifiques (sections bi-langues, sections européennes et de langues orientales, sections préparant aux baccalauréats binationaux et sections internatio- nales), implantés en nombre, montrent la priorité accordée aux langues vivantes. Tous les élèves, qu’ils suivent ou non un enseignement dans une section particu- lière, doivent pouvoir atteindre les niveaux fixés par l’institution à chaque étape de la scolarité. On constate cependant : Des projets “langues vivantes” insuffisamment formalisés dans les établissements ; La modestie des liens inter-cycles et inter-degrés et l’absence de parcours individualisés de l’élève ; Une marge de progrès quant à la réflexion menée en amont sur l’évaluation et sur l’évolution des pratiques pédagogiques. axe3équitédiversitémixitécontinuité
  17. 17. 17 équitédiversitémixitécontinuité 1-Favoriser et diversifier la mobilité en impliquant tous les acteurs de l’École Afin de préparer les élèves à un monde ouvert fondé sur les mobilités des personnes et les échanges d’informations, de services et de biens, l’académie de Paris soutient les actions entreprises dans le sens d’une plus grande synergie entre l’enseignement des langues vivantes et les mobilités des élèves, des enseignants et des cadres. Pour ce faire, elle a décidé de favoriser les programmes de coopération européenne et internationale des établissements, en faisant en sorte que les mobilités physiques comme numériques deviennent un des fils conducteurs de l’enseignement des langues vivantes et en langues étrangères ; ces programmes permettent la mise en place d’échanges d’informations et d’innovations en matière de pratiques pédago- giques, de vie scolaire et d’organisation interne des établissements. Ainsi associé à l’ouverture internationale, aux échanges numériques, aux mobilités des élèves, des professeurs et des cadres, l’enseignement des langues étran- gères doit contribuer à la construction chez l’élève d’une véritable citoyenneté européenne ainsi qu’à la prise de conscience des diversités culturelles du monde d’aujourd’hui. Renforcer et développer les partenariats Conforter les accords de coopération inter-académiques décentralisés déjà engagés et en signer de nouveaux (Europe et pays émergents) ; Signer des accords de coopération éducative avec des régions, des villes et des entreprises françaises et étrangères, ce qui permettra de créer un cadre qui facilite les échanges et la mobilité. Inscrire l’ouverture internationale dans les projets d’écoles et d’établissements. Renforcer le rôle auprès des directeurs et des chefs d’établissements, des maîtres-ressources et des enseignants référents pour l’action européenne et internationale (ERAEI) afin d’apporter de la cohérence à l’ensemble des projets éducatifs ; Prendre appui sur toutes les personnes ressources au niveau académique et au sein des écoles et des établissements (inspecteurs, équipes disciplinaires, admi- nistratives et de gestion, professeurs lauréats du programme Jules Verne…).
  18. 18. 18 Soutenir la signature d’appariements entre les établissements de l’académie de Paris et leurs homologues à l’étranger Les appariements sont indispensables pour favoriser la mobilité individuelle et collec- tive des élèves, des classes, des enseignants et des personnels d’encadrement. Mettre à disposition une boîte à outils pour favoriser l’accès aux programmes de mobilité européens et internationaux ; Utiliser le service conseil de la délégation académique aux relations euro- péennes et internationales et à la coopération (DAREIC) et l’expertise des chargés de mission (compétences géographique et thématique) ; Développer les stages, les périodes de formation et les missions en milieu professionnel à l’étranger pour les personnels. Développer en lien avec les autres axes du projet académique deux formes de communication complémentaires sur les actions menées dans l’académie Communication interne : développer une plate-forme collaborative ; Communication externe : faire connaître et valoriser les réalisations et aider aux mobilités européennes et internationales. Les indicateurs Nombre de conventions académiques  Nombre de projets d’établissements ayant un volet mobilité Europe et Inter- national intégrant les appariements à jour  Nombre de participants aux actions de formation (DAFOR et programmes européens) Nombre de mobilités (jours élèves et jours professeurs) Proportion de collèges et lycées ayant établi un partenariat scolaire avec un établissement étranger Pourcentage de mobilité par catégorie (élèves et personnels) axe3équitédiversitémixitécontinuité
  19. 19. 19 équitédiversitémixitécontinuité 2-Améliorer la cohérence et la continuité des parcours pour étayer les apprentissages en vue d’une meilleure maîtrise des langues vivantes Les programmes d’enseignement des langues vivantes (LVE), adossés au Cadre européen commun de référence des langues vivantes (CECRL), ont permis de créer des outils cohérents pour évaluer les compétences des élèves. Les évalua- tions des compétences doivent jalonner les parcours d’apprentissage afin de permettre une organisation plus efficiente des enseignements, tout en attestant les performances des élèves. Il convient à la fois de faire progresser les compétences des élèves en langues vivantes étrangères dans la logique de la coopération européenne et internationale et de faire de la mobilité liée aux échanges numériques un des fils conducteurs de l’enseignement d’une langue vivante. Généraliser la continuité inter-cycles et inter-degrés des apprentissages La continuité des parcours implique la cohérence pédagogique tout au long des apprentissages. Élaborer un protocole académique définissant les actions de liaisons (école collège / collège lycée général et technologique ou lycée professionnel) ; Faire évoluer les pratiques pédagogiques en renforçant l’oral et en tenant compte de la place de l’erreur. Développer une offre cohérente d’enseignement des langues et des différents types de sections selon les impératifs pédagogiques La continuité des parcours implique également l’existence de structures et dispo- sitifs permettant la consolidation et la diversification de l’offre en langues vivantes. Élaborer une carte des langues décrivant l’implantation et l’organisation des dispositifs existants.
  20. 20. 20 Développer l’enseignement d’autres disciplines en langues étrangères En portant l’attention sur les aspects pédagogiques, l’enseignement de disciplines non linguistiques (DNL) et autres que linguistiques (DAL) en langue étrangère afin de favoriser des apprentissages innovants. Utiliser les outils existants et mettre en synergie les apprentissages en utilisant le numérique ; Former les professeurs à la construction et à l’évaluation des compétences. Les indicateurs Nombre d’actions de continuité inter-cycles et inter-degrés (observations de pratiques, comptes rendus d’expériences, production d’outils) Mesure des effets des dispositifs spécifiques sur les apprentissages (compé- tences en LV, ouverture, actions culturelles) Nombre de participants aux actions de formation Évaluation des pratiques par visites conjointes LV-DNL axe3équitédiversitémixitécontinuité
  21. 21. 21 équitédiversitémixitécontinuité Axe 4 : Mettre en œuvre des adaptés à chaque élève Les indicateurs académiques témoignent d’une course à l’excellence dont la contrepartie est une difficulté à adapter au mieux les enseignements à la diver- sité et à l’hétérogénéité des élèves parisiens. Au regard des résultats nationaux, la réussite aux examens est seulement moyenne, bien que le pourcentage de mentions soit élevé. Il apparaît bien que la prise en charge des élèves moyens est trop peu efficiente. Seule la réussite au baccalauréat STI2D et aux baccalau- réats professionnels du domaine de la production est supérieure aux résultats nationaux, ce qui montre que les voies technologique et professionnelle peuvent être des voies de réussite. Par ailleurs, si l’on observe une forte attractivité de l’offre de formation supérieure parisienne en particulier en BTS et CPGE, la poursuite d’études en BTS pour les bacheliers professionnels et technologiques parisiens demeure insuffisante. Plus généralement, les parcours de formation restent très peu diversifiés, carac- térisés par un fort déterminisme social et par des inégalités liées au genre persistantes, comme en témoignent : Un taux de passage important en 2GT répondant à une forte demande des familles et une faible valorisation de l’enseignement professionnel. En 2013 : 72,3% de passage en 2de GT contre 64,5 au niveau national. Une survalorisation de l’orientation en 1re générale et tout particulièrement en 1re S négligeant les séries professionnelles et technologiques. En 2013 : 70% de passage en 1re Générale dont 37,4% en 1re S, 17% de passage en 1re Techno. Enfin, on note une rupture marquée entre primaire et collège, collège et lycée, lycée et enseignement supérieur, qui ne facilite pas le suivi et l’accompagnement du parcours des élèves.
  22. 22. 22 1-Permettre à chaque élève de trouver sa voie de réussite Chaque élève doit pouvoir anticiper, construire et faire évoluer son parcours tout au long de sa scolarité. Tous les acteurs qui accompagnent l’élève, chefs d’éta- blissement, corps d’inspection, enseignants, personnels d’orientation, conseillers principaux d’éducation doivent se mobiliser, chacun dans sa professionnalité, pour lui permettre de trouver la meilleure voie de réussite. Développer les compétences permettant à tous les élèves de progresser et de réussir au mieux leur parcours S’appuyer sur le socle de compétences, de connaissances et de culture comme cadre de référence : - Pour tous les élèves, afin de donner de la cohérence aux apprentissages ; - Pour les élèves à besoins éducatifs particuliers, coordonner les différentes structures existantes sur les exigences du socle, en particulier dans les enseignements obligatoires, afin d’assurer une cohérence de contenu et permettre une poursuite d’études, une qualification et une insertion réussie. De l’école au collège, développer l’évaluation par compétences dans les livrets périodiques, les programmes personnalisés de réussite éducative (PPRE), les actions des réseaux d’aides spécialisés aux élèves en difficulté (RASED), les projets personnalisés de scolarisation (PPS), en cohérence avec le livret personnel de compétences (LPC). Adapter l’enseignement à la diversité des besoins des élèves dès l’entrée en maternelle Accompagner l’élève dans l’acquisition de ses apprentissages en combi- nant exigence sur les contenus, bienveillance et adaptation de la progression pédagogique. Donner toute sa place au volet «continuité des enseignements» dans les projets d’école ; Réduire les retards d’âge, en veillant en particulier aux élèves de CP et CE1 ; Permettre des adaptations et des accélérations dans les cycles ; Assurer le suivi des acquisitions des élèves à tous les niveaux ; axe4équitédiversitémixitécontinuité
  23. 23. 23 équitédiversitémixitécontinuité Développer les dispositifs innovants, les expérimentations et diffuser les «bonnes pratiques» ; Veiller à l’inclusion de tous les élèves en situation de handicap. Permettre à l’élève de construire un parcours individuel d’information, d’orienta- tion et de découverte du monde économique et professionnel Dès le primaire, développer le partenariat avec les familles. Créer les conditions d’une diversification des choix d’orientation des familles et des élèves, au collège et au lycée, en particulier en 3e et en 2de . Déployer la formation des acteurs : équipes éducatives, encadrement, pour les sensibiliser notamment aux représentations et aux stéréotypes ; Développer l’usage du Webclasseur, expérimenter le FOLIOS et les différents outils numériques dont dispose l’académie. Les indicateurs Mesure de la maîtrise des compétences du socle commun pour chaque élève à tous les paliers  Taux d’élèves en situation de décrochage, contactés et pris en charge Retards d’âge à l’entrée au CE2 Évaluation des expérimentations et des dispositifs de sécurisation des parcours et de lutte contre le décrochage mis en place (FOLIOS, Passpro, micro-lycée, pôle innovant lycéen) : taux de réussite des élèves (orientation, examens) en ayant bénéficié Taux d’orientation et de passage : tendances et évolutions Nombre et diversité des formations proposées. Nombre de personnels concernés par ces formations Nombre d’actions menées dans le cadre du Club des Partenaires, de l’égalité filles/garçons et taux de participation
  24. 24. 24 2-Développer des parcours pour mieux préparer, accueillir, accompagner et faire réussir les élèves Adapter les structures de formation à la diversité des élèves de l’académie. Disposer de pôles innovants et de passerelles variées pour diversifier et sécuriser les parcours. Identifier, créer et faire vivre des réseaux filières et plus généralement des réseaux d’établissements complémentaires Installer dans les usages la tenue du conseil école-collège ; Mettre en œuvre des parcours adaptés aux différents profils des élèves parisiens ; Développer la mise en réseau d’enseignements pour mutualiser des ressources et faciliter les parcours d’élèves. Sécuriser les parcours en développant les accompagnements personnalisés et assurer ainsi un véritable suivi, du primaire au supérieur Mettre en œuvre une démarche concertée de suivi de l’élève. Améliorer la prévention des difficultés dès l’école maternelle, développer les outils de suivi école-collège-lycée-enseignement supérieur, et par là même développer une plus grande mixité sociale et scolaire. Développer les démarches de type «cordées de la réussite» ; Développer l’usage pédagogique des outils numériques de personnalisation des parcours et en assurer la cohérence ; Impulser une évolution des pratiques pédagogiques pour mieux répondre aux besoins de tous les élèves et augmenter la plus-value globale des établisse- ments parisiens. Les indicateurs Nombre d’affectations prioritaires à l’issue de stages “passerelle”, mini- stages, PASSPRO Nombre de connexions aux outils numériques d’accompagnement des élèves (CARBONE, WEBCLASSEUR, FOLIOS) Indicateurs de valeur ajoutée des collèges et des lycées (IVAC - IVAL) axe4équitédiversitémixitécontinuité
  25. 25. 25 équitédiversitémixitécontinuité Axe 5 : Créer un cadre serein et respectueux de tous pour des apprentissages de qualité En engageant une dynamique collective, le projet académique 2010-2013 a permis de mettre en évidence de nombreux points de réussite, mais aussi de dresser des perspectives d’évolution. Les effets positifs induits par l’inscription dans le projet de l’académie ont, notam- ment, porté sur les deux volets suivants : La prise en compte des élèves à besoins éducatifs particuliers et la formation des personnels spécialisés ; Le développement d’actions inter-catégorielles à destination de l’Encadre- ment, autour d’objectifs et de références communs. Ainsi, ont été introduites les notions de «conditions de vie», de «bien-être» pour les élèves comme pour les adultes et de «climat scolaire» dans la mise en œuvre des priorités de l’académie. En 2013, le bilan du projet académique a montré la nécessité de faire des condi- tions pédagogiques et éducatives de la réussite des élèves un axe fort du nouveau projet triennal. En effet, si la réussite de tous et de chacun demeure étroitement liée aux pratiques pédagogiques, elle est largement favorisée lorsque tous les acteurs impliqués dans l’acte éducatif font l’expérience de relations apaisées. Celles-ci supposent l’instauration à l’École d’un cadre de travail bienveillant, attentif aux progrès et résolument tourné vers la mise en confiance des élèves comme des adultes : l’apprentissage se nourrit de motivation et de la valorisation des compé- tences individuelles et collectives. L’impulsion nouvelle portée par l’axe 5 se fonde sur une triple ambition : Prendre en compte, plus largement, tous les personnels dans la réflexion commune sur les conditions favorables aux apprentissages ; Mieux former tous les acteurs à la prévention et à l’évaluation du climat scolaire ; Impliquer de manière plus efficace les familles dans l’ensemble des actions engagées. Cette dynamique globale pourra utilement prendre appui sur des démarches inno- vantes et sur l’expérimentation.
  26. 26. 26 équitédiversitémixitécontinuité 1-Accueillir, expliciter et créer du lien Pour les élèves comme pour les adultes, la réussite d’un parcours dépend, notam- ment, des conditions dans lesquelles les individus sont accueillis à l’Ecole et accompagnés ; rendre l’Ecole plus lisible, faciliter les mises en relation permet à chacun de comprendre des contextes, des environnements et ainsi de donner du sens aux projets singuliers, aux apprentissages. Faciliter l’appropriation des codes scolaires, des enjeux et des règles de fonction- nement de l’École Faire de l’accueil des élèves et des adultes un objet de travail partagé ; actua- liser et/ou créer des outils académiques adaptés aux différents publics et partenaires, en faciliter l’appropriation ; Améliorer la communication et la circulation de l’information entre les différents personnels concernés et avec les partenaires de l’école, dont les familles ; Accueillir dans l’académie, chaque année, tous les nouveaux personnels dans un cadre concerté. Permettre aux élèves, aux personnels de s’approprier leur(s) environnement(s) de travail Identifier les pratiques «qui fonctionnent» (impliquant les familles, les élèves) et échanger sur ce sujet dans les bassins de formation. Favoriser, encourager, accompagner le travail d’équipe au service de la continuité pédagogique Accompagner la mise en place des instances au service de la continuité (école / collège / lycée /supérieur) ; Développer les formations académiques sur les collaborations pédagogiques et éducatives (objets de travail définis en commun) ; Encourager le travail en réseau (cité scolaire, établissements publics locaux d’enseignement (EPLE) de proximité). axe5
  27. 27. 27 équitédiversitémixitécontinuité Les indicateurs Nombre et pourcentage d’élèves inscrits et non présents à la date du constat de rentrée scolaire (2nd degré) Taux de participation des représentants des parents d’élèves aux élections (conseils d’école, CA) Nombre de programmes personnalisés de réussite éducative (PPRE) passerelle Nombre de formations d’initiative locale (FIL) inter-degrés (école/collège ; collège/lycée).
  28. 28. 28 équitédiversitémixitécontinuité 2-Prévenir et accompagner «Refonder une école sereine et citoyenne» suppose la mobilisation de l’ensemble des acteurs de la communauté éducative, au service d’une action volontariste et ambitieuse, visant un «climat scolaire» apaisé, dans une Ecole exigeante et bienveillante. Cette contribution collective s’appuie largement sur le volet «culture commune» mis en œuvre dans la formation initiale des enseignants et des person- nels d’éducation À l’école, au collège, au lycée, viser une justice réparatrice Aider les équipes à faire du règlement intérieur un outil fonctionnel au service de l’éducation citoyenne et de l’engagement scolaire de l’élève ; Repérer, promouvoir et mutualiser les pratiques de justice réparatrice. Améliorer la connaissance, le repérage, la prévention et le traitement des violences et du harcèlement entre élèves en particulier ; prévenir les situations de crise S’approprier les outils nationaux de formation, développer la formation acadé- mique sur site, les réunions inter-CVL (conseil pour la vie lycéenne) ; Mettre en place des protocoles de gestion des menaces et des crises ; Accompagner la mise en place des “équipes relais” dans le 1er degré ; Accompagner les équipes de direction pour élaborer une «politique éducative globale» dans le cadre de la contractualisation ; Proposer une formation sur l’évaluation du climat scolaire ; Elaborer un tableau de bord académique sur le climat scolaire. Renforcer l’approche personnalisée des apprentissages : développer l’estime de soi, faire évoluer l’approche de l’évaluation Développer les formations et l’accompagnement des équipes sur l’approche par compétence et une évaluation bienveillante. axe5
  29. 29. 29 équitédiversitémixitécontinuité Prévenir les difficultés professionnelles des personnels Professionnaliser le tutorat en direction des personnels ; Mieux communiquer sur les modalités académiques d’accompagnement personnalisé ; Renforcer l’accompagnement individuel et/ou collectif des cadres dans leur mission de gestion de ressources humaines ; Mieux accompagner les personnels en souffrance ou victimes de violence Accompagner les personnels d’encadrement dans le repérage, la prévention et le traitement des situations de souffrance au travail ; Faire vivre le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) comme «espace de réflexion et de dialogue», en s’appuyant notamment sur des experts et des partenaires ; Favoriser la mise en place d’espaces de parole formels (type CHSCT) ou informels ; Aider les écoles, les EPLE à établir un diagnostic sur les conditions de travail et à en exploiter les résultats. Les indicateurs Analyse des résultats du tableau de bord (nombre de conseils de discipline, d’exclusions, d’actes de violence signalés, etc.) Nombre de formations sur le harcèlement Nombre de formations sur l’approche par compétence, sur l’AP Nombre de personnels signalés et suivis par la cellule RH Nombre de personnels victimes de violence (et suivis) Nombre d’EPLE ayant mis en place un CHSCT
  30. 30. 30 équitédiversitémixitécontinuité 3-Promouvoir et valoriser Les démarches d’encouragement, la valorisation des progrès et des réussites individuels et collectifs constituent des points essentiels à mettre en œuvre auprès des élèves, mais aussi dans le cadre de la gestion des ressources humaines de l’académie. Renforcer l’acquisition par les élèves des compétences sociales et civiques, leur évaluation et leur prise en compte dans le parcours de formation S’appuyer sur les expériences innovantes, diffuser «des actions réussies» ; Proposer une formation académique interprofessionnelle sur l’évaluation des compétences sociales et civiques des élèves. Encourager la participation et l’engagement des élèves dans à la vie de l’école, de l’EPLE Pérenniser la formation des référents Vie lycéenne, produire des recomman- dations académiques, en s‘appuyant sur les bilans de la formation, assurer leur diffusion ; Accompagner la mise en place de conseils de vie collégienne, de conseils d’élèves à l’école ; Favoriser la mutualisation des projets initiés par les élèves ; Accompagner la mise en œuvre des Semaines de l’engagement, de la Charte de la laïcité. Développer les collaborations entre écoles, EPLE, le travail en réseau pour faire connaître les projets valorisant initiative et responsabilisation Intensifier le travail en réseau en s’appuyant sur les bassins (projets école/ collège, inter-EPLE, inter-CVL, inter-CESC [comité d’éducation à la santé et la citoyenneté]) ; Proposer une formation inter-catégorielle sur la mise en œuvre de l’Acte 2 de la vie lycéenne. axe5
  31. 31. 31 équitédiversitémixitécontinuité Valoriser les initiatives au service du «bien-être» des élèves et des personnels S’appuyer sur les expérimentations pour initier, dans les bassins, une réflexion sur la notion de «bien-être» pour tous ; repérer et diffuser les «pratiques intéressantes» ; Identifier les dispositifs facilitant l’implication des parents ; Prendre en compte, dans la carrière, la mission de tutorat. Les indicateurs Taux d’acquisition des compétences 6 et 7 du Socle commun Nombre de maisons des lycéens (MDL) Nombre de projets émanant des CVL, des MDL Taux de participation des lycéens aux élections des CVL Nombre et proportion de CESC inter-degrés, inter-EPLE Nombre d’EPLE utilisant l’enquête DIESE, l’enquête climat scolaire
  32. 32. Vous pouvez suivre les actualités de l’académie de Paris sur les réseaux sociaux : @academie_paris paris.academie +academieparis AcademieParis academie_paris academieparis les sites de l’académie de Paris www.ac-paris.fr www.sorbonne.fr 1 rectorat / 2 s ites E N S E I G N E M E N T S C O L A I R E 94, avenue Gambetta, 75984 Paris cedex 20 E N S E I G N E M E N T S U P É R I E U R en Sorbonne / 47, rue des Écoles, 75230 Paris cedex 5

×