Les règles du cadrage

29,271 views
30,985 views

Published on

Notes de cours sur les techniques audiovisuelles. Mis en ligne à l'attention des étudiants de la filière de sociologie de Mohammedia, parcours Anthropologie des Mondes urbains (5ème sem.).

Published in: Education
0 Comments
3 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total views
29,271
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
9
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
3
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Les règles du cadrage

  1. 1. Université Hassan II – MohammediaFaculté des Lettres et des Sciences humaines deMohammediaFILIERE DE SOCIOLOGIEU.E. : ANTHROPOLOGIE AUDIOVISUELLENiveau: 4ème semestreAnnée: 2007-2008Enseignante: Souad AZIZILES REGLES DU CADRAGETechniques cinématographiques
  2. 2. LES REGLES DU CADRAGEI. VOCABULAIREII. REGLES DE COMPOSITION 2
  3. 3. I. VOCABULAIRE 1. Unités de construction d’une vidéo 2. Les types de champ 3. Les échelles de plan 4. Les types d’angle de vue 5. Les mouvements de la caméra 3
  4. 4. II. REGLES DE COMPOSITION 1. Éléments du cadre2. Règles de composition3. Règles de continuité 4
  5. 5. Qu’est-ce que le cadrage ? L’organisation de l’image délimitée par le cadre (les 4 côtés de l’écran). Le cadrage joue avec l’échelle des plans, les angles de prises de vues, la profondeur de champ, les mouvements de caméra, l’éclairage et la composition. 5
  6. 6. I.1 – Les unités deconstruction d’une vidéo 1. – Le Plan 2. – La Séquence 3. – Le Plan-Séquence 4. – Les Prises 6
  7. 7. LE PLAN Unité de base d’une vidéo Le plan est tourné sans interruption et ne subit aucune coupure au moment du montage. 7
  8. 8. LA SEQUENCE Ensemble de plans successifs constituant une unité de temps, de lieu ou d’action. 8
  9. 9. LE PLAN-SEQUENCE Une séquence qui se déroule en un seul plan (pas d’arrêt au moment du filmage et pas de coupure au moment du montage). Les plans-séquences utilisent souvent un mouvement de caméra. Ils sont pour cela difficiles à réaliser. 9
  10. 10. LES PRISES Filmages répétés d’un même plan. Identifications des différentes prises par l’usage d’un clap sur lequel sont notés les numéros de la séquence, du plan et de la prise. 10
  11. 11. I.2. LES TYPES DE CHAMP LE CHAMP : C’est l’espace que peut voir le spectateur sur l’écran. 11
  12. 12. LE CONTRE-CHAMP C’est l’opposé dun champ. La technique du champ/contre-champ est très utilisée pour filmer des dialogues. Elle permet de passer d’un personnage à l’autre. 12
  13. 13. LE HORS-CHAMP L’espace qui n’est pas visible au spectateur sur l’écran. Les réactions des personnages à ce qui se passe dans le hors-champ (notamment les jeux de regards : effroi, étonnement, amusement, etc.) permettent de créer un certain suspens. 13
  14. 14. LA PROFONDEUR DE CHAMP C’est la mise en perspective des avants et arrières plans par le jeu de la netteté de l’image. 14
  15. 15. LE BLOC OPTIQUE 15
  16. 16. LE BLOC OPTIQUE Un jeu de lentille qui projettent l’image cadrée sur le capteur CCD. Permet d’assurer la luminosité globale du caméscope et la qualité du piqué des images. 16
  17. 17. Son réglage assure: LE ZOOM (ou focale) L’OUVERTURE (diaphragme) LA NETTETE DE L’IMAGE (focus) 17
  18. 18. LE ZOOM Réglage manuel qui permet d’éloigner ou de rapprocher le sujet cadré. Une petite focale correspond à un grand angle (éloignement du sujet cadré) et une grande focale correspond à un zoom (rapprochement du sujet cadré). 18
  19. 19. L’OUVERTURE Une série de pièces mécaniques (le diaphragme) qui se ferment ou s’ouvrent pour laisser passer plus ou moins de lumières après les lentilles. Ceci permet d’adapter la quantité de lumière sur le CCD pour assurer un éclairement ni trop fort, ni trop faible. En plein été le diaphragme sera fermé au maximum; pour un sujet à l’ombre il s’ouvrira pour compenser. 19
  20. 20. LA NETTETE DE L’IMAGE Généralement automatique ( autofocus). L’autofocus se cale sur une zone centrale et assure en permanence le réglage qui permet d’avoir cette zone le plus nette possible. Si le sujet principal n’est pas au centre mais sur un bord l’autofocus risque de se perdre et l’image devient “flou”... Si une personne passe en avant-plan du sujet, l’aufocus cale sa netteté sur ce passant. Possibilité de débrailler l’automatisme pour passer en manuel. 20
  21. 21. La profondeur de champ dépend deplusieurs paramètres : distance du sujet (focus) ouverture du diaphragme (luminosité) focale de l’objectif (zoom) 21
  22. 22. Influence de ces paramètres Plus le sujet est éloigné du caméscope plus la profondeur de champ augmente. Plus la focale est petite (éloignement virtuelle du sujet cadré), plus la profondeur de champ augmente. Plus l’ouverture est petite (diaphragme fermé) plus la profondeur de champ augmente. 22
  23. 23. I.3. LES ECHELLES DE PLAN LE PLAN D’ENSEMBLE (ou plan général)Cadrage très large qui permet de présenter les lieux où se déroule l’action.Souvent utilisé en début de scène pour situer l’action et en fin de séquence pour donner aux spectateurs l’impression de quitter le lieu de l’action. 23
  24. 24. PLAN DE DEMI-ENSEMBLE (ou plan large)Cadrage large qui permet deprésenter une partie des décors etplusieurs protagonistes de l’action. 24
  25. 25. PLAN MOYENCadrage qui permet de présenterle(s) personnage(s) en pied. 25
  26. 26. PLAN ITALIENCadrage présente seulement la partiedu corps des acteurs au dessus desgenoux. 26
  27. 27. PLAN AMERICAINCadrage qui coupe le corps desacteurs à mi-cuisse.Souvent utilisé pour filmer les scènesde duels dans les westerns, d’où sonnom. 27
  28. 28. PLAN RAPPROCHE (ou plan buste)Cadrage qui coupe les personnagesau niveau de la ceinture. Dans lesfilms de fiction, le plan rapprochépermet aux spectateurs d’entrer dansl’intimité des personnages. 28
  29. 29. GROS PLANCadrage serré qui permet deprésenter le visage (ou une autrepartie du corps) d’un acteur ou d’unobjet.Dans les films de fiction, ce type decadrage permet de dramatiser, et demettre l’accent sur les émotionsexprimées par les personnages etd’amener ainsi les spectateurs à lesressentir. 29
  30. 30. TRES GROS PLAN Gros plan très serré sur les yeux ou les mains par exemple. Dans les films de fiction, le très gros plan est utilisé pour attirer l’attention sur un détail dramatiquement important dans le récit. 30
  31. 31. On peut faire varier l’échelle d’un plangrâce aux mouvements de caméra etgrâce au zoom. 31

×