Enquete insertion professionnelle - LICENCE JORIS - Suivi des promotions 2005 à 2012 - ISTV/DREAM

912 views
693 views

Published on

Published in: Career
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
912
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
149
Actions
Shares
0
Downloads
3
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Enquete insertion professionnelle - LICENCE JORIS - Suivi des promotions 2005 à 2012 - ISTV/DREAM

  1. 1. Avril 2013 INSERTION PROFESSIONNELLE JORIS PROMOTIONS 2005 à 2012 Catherine V_PLACE Assistée de Maxime DUGUET - Florent GOKELAERE (M1 ISIS) 1
  2. 2. Total des réponses par promotion Années Total Promotion Réponses Pourcentage 2005 15 4 27% 2006 15 2 13% 2007 16 9 56% 2008 14 6 43% 2009 20 8 40% 2010 19 8 42% 2011 13 6 46% 2012 16 9 56% Total 128 52 41% 2
  3. 3. Missions/Post es JRI Journaliste biqualifié ou triqualifié Opérateur de prises de vues et de sons en reportage Monteur news, rédacteurmonteur Caméraman ou preneur de son de reportage Autre* Nombre de réponses** 31 27 9 6 9 9 Missions/Post es JRI Journaliste biqualifié ou triqualifié Opérateur de prises de vues et de sons en reportage Monteur news, rédacteurmonteur Caméraman ou preneur de son de reportage Autre* Nombre de réponses** 23 15 3 1 4 6 *autre: présentatrice, truquiste, rédacteur (2), chef de car, cadreur (2), réalisation (2). Structures TV nationale TV locale TV thématique Web Agence de presse Sté de production Autre* Nombre de réponses** 24 29 2 7 13 15 4 *autre: prestataire audiovisuel, agence de communication, club de football, organisation institutionnelle. Nombre de Structures réponses** TV nationale 14 TV locale 18 TV thématique 0 Web 2 Agence de presse 6 Sté de production 8 Autre* 11 *autre: TV internationale, auto entrepreneur free lance (4), prestataire audiovisuel, mairie, établissement public, école de danse. ** : Plusieurs réponses possibles par personne sondée 3
  4. 4. Statuts Statuts CDI CDD PIGE CDI CDD PIGE AUTO ENTREPRENEU R FREE LANCE Salaires Pourcentage 36% 32% 20% 8% 8% Nbre de reponses 25 Statuts CDI CDD PIGE CDI CDD PIGE Salaire mini 20000 19200 14400 20500 Salaire médian 27450 25700 25680 27800 Salaire maxi 40000 48000 38000 35100 AUTO ENTREPRENEUR FREE LANCE 24000 27000 30000 Nbre de reponses 25 4
  5. 5. Activités les plus demandées par les employeurs Nbre de reponses 5 Maximum 4 3 2 1 Minimum Note Moyenne Rechercher des sujets et se documenter 11 9 9 5 10 3,1 Choisir un angle de traitement, prendre des contacts, planifier la production 13 8 10 8 9 3,2 Réaliser les prises de vues et de sons 39 2 3 2 2 4,5 Monter les images, monter et mixer les sons 24 4 6 2 10 3,7 Réaliser des interviews 29 5 7 5 2 4,1 Réaliser un prêt à diffuser 20 5 9 5 7 3,6 5
  6. 6. 6
  7. 7. Parmi les compétences acquises en formation JORIS, lesquelles sont essentielles pour progresser dans votre carrière ? Nbre de reponses 5 Maximum 4 3 2 1 Minimum Note Moyenne Maîtrise des équipements de prises de vues et de sons en reportage 43 5 3 0 1 4,7 Maîtrise des outils de montages vidéo 27 11 9 3 2 4,1 Capacités rédactionnelles 28 9 10 3 3 4,1 Capacités relationnelles 25 17 10 0 0 4,3 Capacités de management 4 5 15 7 22 2,3 7
  8. 8. 8
  9. 9. Quels sont les freins à l’évolution de votre carrière ? Quels sont les freins à votre évolution de carrière ? Manque competences redactionnelle profil trop technique Contexte économique emploi rare Pigiste statut precaire Pénurie d'emploi en province Pourcentage de réponses* 28% 42% 12% 8% Nbre de reponses 25 * Réponses exhaustives page 10 Suggestions pour améliorer la formation La parole est à vous ! nous avons peut-être oublié quelque chose d'important.. competences redactionnelle essentielles; ecriture plateau poser la voix Culture Générale* Pourcentage des réponses** 57% 29% 47% Nbre de reponses 15 *Culture Générale: statuts et conventions collectives la pige selon les chaînes, boites de production ou agences de presse, politique; economie; droit, crossmedia. ** Réponses exhaustives page 12 9
  10. 10. Réponses questions ouvertes Quels sont les freins à votre évolution de carrière ?  Contexte économique très difficile donc peu de travail  Bien que nous soyons tri-qualifié le marché de l'emploi n'offre pas beaucoup de perspectives. Dans un contexte de crise, de réductions des finances publiques (et privées !), les JRI ont un statut précaire, ce qui pousse nombre d'entre nous, à nous tourner non plus vers le journalisme mais vers l'institutionnel, la communication...  EN REGION, POSSIBILITES REDUITES FORTE CONCURRENCE LES CADREURS SONT CHOISIS PAR LES REALISATEURS DIFFICULTE D'INTEGRER UNE EQUIPE  La rénumération n'évolue pas beaucoup; pour un pigiste la liberté peut parfois côuter chère .  La crise est le premier frein, pas de cdi à l'horizon et moins d'utilisation de pigistes .Je travaille en belgique , et il existe bcp trop d'écoles de communication. A peine 10 % des étudiants sortis de l'école avec un diplôme, trouveront un travail comme journaliste. De plus les stagiaires se sentent obligés de travailler pdt leur stage, le soir et le week end car on leur met la pression. Ce qui a pour effet de diminuer alors le travail des pigistes. On appelle ça le dumping social ,et ça a lieu un peu partout . A "notélé" où je travaille, un collectif des correspondants a été créé afin de défendre nos droits. un autre collectif vient de se créer à la rtbf. Le statut de pigiste reste problèmatique.  Pas un diplôme reconnu par la profession. Travailler en local et sur le web (peu de reconnaissance)  L'emploi dans ce milieu est parfois rare. J'ai des ami(e)s qui peinent à trouver un emploi  A moyen terme, une conjoncture dans l'audiovisuel pas très rassurante...  Évolution rapide du marché. De plus en plus de gens sont jri, les boites en profitent pour casser les prix.  Si on ne réside pas à Paris, manque de structures par rapport au Journaliste / Cameraman / Monteur sur le marché en province.  Le manque de rédaction. Les directs face caméra  Les autres journalistes déjà sur le marché du travail.  - Formation à la rédaction absente de JORIS - Manque cruel de réseau au sein de l'école, il serait très utile pour l'insertion professionnelle des élèves de trouver des télés partenaires pour les stages comme dans les écoles reconnues. Il n'y a pas ou très peu d'offres d'emploi publiées, c'est un marché caché où la cooptation est légion et où il faut faire "passer" son cv. 10
  11. 11.  Capacités rédactionnelles  - Un marché du travail semble-t-il saturé par le nombre croissant de JRI - accompagné par une baisse drastique (semble-t-il) du nombre d'employé dans les structures traditionnelles - la perte de compétences acquises au sein de la formation JORIS (rédaction, montage) liée à la quasi mono-activité exercée (JRI ou caméraman + transmission d'images) - au global, un perte d'intérêt pour le métier de JRI, lié aussi au poste essentiellement occupé, de moins en moins journalistique, et de plus en plus technique  Trop peu de piges proposées d'où ma reconversion, temporaire ou définitive.  Il faut plus de travail sur les aspects rédactionnels. Le profil Joris est trop orienté technique.  Les statuts du JRI qui sont multiples : journaliste, intermittent, auto-entrepreneur... On me propose jamais le même statut et je navigue par conséquent entre les 3. Je n'ai pas fait assez de piges comme journaliste pour obtenir ma carte de presse, je n'ai pas fait assez d'heures en tant qu'intermittent pour obtenir mon statut, et on me demande souvent de me mettre en auto-entrepreneur ! J'ai signé en Janvier un CDD à mi-temps dans une société de production. Un statut qui dépend du régime général.  Le frein le plus important que je ressens CHAQUE JOUR : les lacunes en rédaction. J'entends par là : structurer un reportage (séquences), écrire un comm pour la télé, et poser sa voix. Certes nous l'avons vu en JORIS mais pas assez du tout. Les chaînes de télé nous demandent d'être opérationnel dès notre arrivée, et ce n'est pas le cas. Mêmes lacunes pour les plateaux télé et directs, que nous avons vu trop brièvement. Résultat : je ne trouve de travail qu'en tant que JRI. Or, j'aurais besoin de pouvoir postuler aussi en tant que rédactrice pour développer mon volume d'activité et surtout progresser dans le métier. Je cherche donc aujourd'hui des solutions pour me former à la rédaction... Mais ce n'est pas simple !  le manque d'offre d'emploi, le manque de confiance des employeursLa direction ne reconnaît pas ma compétence complémentaire de JRI, c'est en cours depuis mon entrée à Guadeloupe 1ère. Il faudrait que je passe devant un jury  La non-maitrise de langues étrangères Mon manque de contacts professionnels.  La saturation du marché de l'emploi.  Beaucoup de monde pour finalement peu de places.  (les seuls freins sont ceux que l'on s'impose à soi-même) 11
  12. 12. Suggestions pour l'évolution de la formation JORIS  J'aurais aimé en Licence Joris avoir des cours sur l'écriture de "plateau".  Il est parfois utile de savoir bien entretenir et même quelque fois réparer son matériel. Quelques heures consacrées à la réparation d'équipement ne seraient pas une mauvaise idée.  Quant au statut de JRI, quand il est employé de manière intelligente comme à france 3, càd pour plus de souplesse mais en continuant à travailler en équipe de 2 ou 3 ,on peut faire de la qualité. Par contre étant donné que maintenant on prend un JRI pour ne payer qu'une personne, la qualité est forcément moindre.Les cadres d'itw sont parfois inexistants, la personne centrée et ne sait où porter le regard, itw de 30 sec ,on colle une dizaine de plans pour illustrer et c'est torché . Et on vous demande de faire ça 4 fois par jour en moyenne.c'est l'usine.  J'ai trouvé que la formation n'apportait pas vraiment de qualités rédactionnelles, pourtant essentielles dans le métier. La formation est en revanche très efficace dans la captation d'image, aussi bien pour la technique que pour l'esthétique. La période de stage est essentielle mais j'avais peu apprécié le premier trimestre, composé presque uniquement de technique, vue de façon théorique, alors qu'on prend les caméras en main bien plus tard. Pour le reste impeccable, ne changez rien !  pour ma part, si j'avais les compétences techniques nécessaires (caméra et montage) pour me lancer dans la vie professionnelle à la fin de JORIS, j'ai regretté que le côté rédactionnel (poser sa voix, écrire un sujet) n'ait pas été un peu plus développé, car certaines de ces compétences m'ont manqué. Certains modules que nous avons eu (histoire de l'informatique, créer sa page internet ou atelier soudure) me paraissent moins nécessaire au quotidien pour un journaliste bi ou tri qualifié que de savoir poser sa voix ou d'améliorer son écriture.  La formation Joris est pertinente mais trop courte. Une année supplémentaire permettrait d'aborder un peu plus l'aspect rédactionnel, le travail de la voix et le cross-média. Une semaine pourrait par exemple être consacrée au reportage radio. - Pour avoir rencontré certains journalistes à la morale douteuse et provenant parfois de grandes écoles, je crois nécessaire d'insister un peu plus sur la dimension éthique du journalisme en formation. - Les intervenants pourraient de temps en temps se joindre aux équipes lors des tournages. Ils pourraient ainsi prodiguer leur conseil directement sur le terrain (donc être plus justes dans leur analyse) et conforter le cameraman dans ses choix et ses limites.  Vous devriez faire quelque cours sur les différents statuts professionnels (obtention carte de presse / intermittent du spectacle, les différentes conventions collectives dans lesquels ont est susceptible de travailler ) la réalité est compliqué (surtout quand nos employeurs nous font des contrats différents ). La première fois a Pole Emploi j'étais perdu (et eux le sont encore avec tous mes contrats) Il serait à mon sens intéressant de préparer les étudiants au fonctionnement de la pige sur le marché du travail, selon que l'on s'adresse directement aux chaînes, aux boites de production ou aux agences de presse. Les différentes façon de travailler des uns et des autres etc... Avec l'expérience d'anciens étudiants et d'intervenants. Je crois que c'est quelque chose qui se fait dans d'autres écoles de journalisme.  12
  13. 13.  Pendant les études, j'ai regretté qu'on ne travail pas plus sur le mix en tant que tel, pourtant lorsqu'un employeur regarde un de nos sujets c'est un élément clé qu'il regarde. Par contre, il est important de continuer à travailler sur des directs face caméra car nous sommes amenés de plus en plus à faire cet exercice par la suite, même en télé locale.  - Faire un sujet news tous les jours ou tous les 2 jours pendant un mois avant de partir en stage nous rendrait plus aguerri (et pas seulement pendant l'évaluation) - Un cours pour écrire et faire un duplex serait un plus - certains cours - d'informatique par exemple - sur la création de blog semblent peu utiles et trop étalés dans le temps. A l'inverse d'autres cours sont trop courts (cours d'Avid avec monteur pro) - Ecriture AV devrait devenir analyse AV car il ne s'agit pas d'une préparation à l'écriture de commentaire comme son titre l'indique  Bonjour, Après avoir terminé la formation JORIS il y a quelques années, j'ai remarqué quelques éléments qui pourraient être intéressants de partager. Il est évident que les connaissances techniques enseignées au pôle DREAM me sont extrêmement indispensables à ce jour, que se soit dans l'utilisation du matériel de prises de vues comme celles des outils de montage. Même si je ne suis aujourd'hui, quasiment plus derrière un banc de montage, il m'est très utile d'en connaitre le fonctionnement pour appréhender le rendu final de mes sujets. Ce qui peut être un frein à mon évolution professionnelle à ce jour, sont mes compétences rédactionnelles. Le placement de voix sur un sujet me semble être une aptitude très déterminante. Je me rappel que la formation JORIS est divisée en plusieurs périodes, ce qui est à mon avis une bonne organisation. En tout début d'année, nous avions des cours de droit ainsi que des cours théoriques de technique. En tant que journaliste nous sommes amenés à aller un jour dans un palais de justice. Avec le recule j'aurais apprécié que les cours de droit à l'image, soient complétés par des cours sur le fonctionnement de la justice plus généralement. Il est vrai également que des cours de politique et d'économie seraient un grand plus pour l'insertion professionnelle. J'ai conscience en disant cela, que la durée de formation est limitée en Licence pro, néanmoins je suis certain qu'en apportant un condensé de culture générale, les étudiants de JORIS en ressortiraient avec des compétences réellement bénéfiques pour leurs carrières. Néanmoins ces quelques observations n'ont pas vocations à remettre en cause la qualité de l'enseignement que j'ai reçu à Valenciennes, j'en suis toujours convaincu. A bientôt.  Quelques suggestions : - Il faut absolument développer les cours de rédaction : structure d'un sujet, séquences, écriture de commentaire sur image, et voix off. - Cours de droit : nos cours communs avec d'autres filières audiovisuelles nous empêchent de voir CONCRETEMENT le droit spécifique à la presse et le droit à l'image. Or chaque jour nous sommes confrontés à des personnes qui invoquent leurs droits pour éviter l'enquête et le tournage d'un reportage. Il est donc primordial que ces cours soient adaptés à JORIS. - En Joris, l'idéal serait de faire du news quotidiennement sur une période assez longue. En laissant d'abord deux jours pour réaliser un sujet en tri-qual puis en passant peu à peu en rythme quotidien, comme dans une rédaction. - Faire une conférence de rédaction systématique, quotidienne et obligatoire dès le mois de décembre/janvier. Pour que chaque étudiant prenne l'habitude de consulter la presse, de s'intéresser à tous les sujets et de rebondir sur l'info, même dans sa vie quotidienne. Cela permet aussi d'apprendre à décliner 13
  14. 14. de l'info nationale en locale. Autre atout et non des moindres : l'exercice met en condition pour proposer des sujets, élément absolument indispensable dans le métier ! - Les cours d'accueil vidéo son sont redondants avec ceux de bases tv et colorimétrie de Jean-François Lerible. Il faut juste garder ceux de JF Lerible, ils sont plus pratiques, plus accessibles et plus adaptés à notre métier, tout en étant très techniques et pointus. Indispensables ! - Enfin, développer les cours de Grégory Bocage, excellents, pratiques et 100% utiles. Nous n'avosn que trois jours avec lui et c'est franchement trop peu. Par contre, les cours TP Avid avec A. Durand ne sont pas adaptés. Quelques sessions d'une semaine dédiées à un thème seraient très utiles. L'idée : rencontre avec des responsables et des experts sur le sujet, avec réalisation de reportages. Quelques suggestions tirées de mon expérience : -Une session sur l'enquête. Comment enquêter? Comment trouver l'info sensible? Quel crédit accorder à ses sources? Comment s'assurer de la fiabilité d'un document? Comment recouper ses infos? Comment protéger ses sources... etc... Session assurée par un journaliste d'investigation. Utile même pour du news, je l'ai vérifié récemment. - Une session qui regrouperait le fait div, le fonctionnement de la police, de la gendarmerie et de la justice serait très utile. Rencontre avec un avocat, un policier (rapports police/journalistes) un juge, ou un proc... Comment traiter un fait div, un procès (déroulement d'un procès, termes en cours d'assise ou en correctionnelle différents), trouver des infos, respect du off, présomption d'innocence, quand citer les noms des mis en cause... - Une session politique : les principaux partis, les règles démocratiques, pouvoir exécutif et législatif, le fonctionnement des institutions politiques et des collectivités territoriales (notamment domaines de compétences)... etc... Rencontre avec un élu (député ou maire), visite de l'assemblée nationale (la promo peut être accueillie pendant une journée par un député qui montre une journée type au Palais Bourbon, avec un passage obligé par la salle des quatre colonnes). Je l'ai fait lors de mes études à l'ESJ, avec Alain Bocquet, c'était très intérssant et instructif. - Une session sur le syndicalisme : les syndicats représentatifs, dialogue social et grands chantiers sociaux, droit de grève et préavis, manifestations...principaux syndicats patronaux, etc... Rencontre avec des syndicalistes et des responsables du Medef et/ou de la CGPME pour connaître le fonctionnement de ces organisations et leurs positionnements. - Enfin, une session sur les grandes religions en France serait très profitable à tous, histoire d'éviter les poncifs et les erreurs... Il s'agirait une fois de plus, sur une semaine de rencontrer des responsables religieux, des fidèles et des experts. Voilà quelques suggestions ! Pour finir, je tiens à préciser que JORIS est une très bonne formation, qui m'a beaucoup apporté. La preuve? Je ne me suis pas sentie dépassée quand je suis arrivée en stage, et j'ai assez facilement trouvé du travail, même si ce n'est qu'en piges le week-end et seulement en tant que JRI. La formation pourrait passer de "très bonne" à "excellente" en accordant plus de temps aux enseignements spécifiques au journalisme et à la presse télé : rédaction, plateaux télé, direct, et thèmes variés cités plus haut. Car la formation est reconnue sur le plan technique mais pas assez sur le plan journalistique et rédaction. Il faudrait peu de choses pour qu'elle atteigne la notoriété qu'elle mérite. Et si le temps manque pour tout faire en un an, rien n'interdit de passer à une formation sur deux ans, type master. Enfin, une dernière suggestion : développer la formation continue courte. Ex :si session d'une semaine sur le commentaire sur image, permettre à des salariés ou des demandeurs d'emploi ou des pigistes dans le cadre du DIF d'y assister.  Durant la formation Joris 2010, il aurait ete important de plus travailler sur l'ecriture.  La formation JORIS est une TRÈS bonne formation avec des intervenants professionnels et pédagogues, nous en sortons polyvalents et autonomes. Aux étudiants de bien choisir le lieu de leur stage, bien se renseigner au préalable pour en tirer le meilleur parti. Pour ma part, j'avais choisi de l'effectuer dans 14
  15. 15. différents structures ce qui m'a permis d'approcher différentes façons de travailler et par la suite de pouvoir m'adapter facilement aux conditions de travail dans d'autres structures. Ce qui pourrait manquer à la formation est l'apprentissage des logiciels de montage avec un intervenant. Je me souviens avoir fait une petite formation sur Avid avec M. Bocage mais Final Cut...difficile le premier reportage de début d'année en solo avec M. Bouchez.  Merci à vous  Je souhaite qu'aucune recherche ne soit fait faite pour contacter mon employeur.Joris serait encore plus professionnalisant s'il y avait plus de partenariats avec les entreprises d'information. France 3, par exemple. Quel est votre(s) employeur(s) actuel(s) ?                      Notélé Headline Bruxelles Indépendant Grand Lille TV 101 boulevard Descat 59200 Tourcoing TF1 USA 2000 M St Washington, DCAMP VISUAL TV Genevilliers (92) MANGANELLI EVENTS Marcq en Baroeul (59) ALFACAM France Vitrolles (13)Gthp Zoomdici.fr 2, bis Faubourg Saint-Jean 43 000 LE PUY EN VELAY NCtv,société de télévision radio Télévision Pays de la Nouvelle Calédonie adresse: Immeuble la grange koné rue de la Caférie 98 860 Koné Nouvelle Calédonie BFM TV 12, rue d'Oradour sur Glâne 75015 PARIS TVR 35 Bretagne 15 rue de la Quintaine, 35000 RENNE STGA News correspondance de TF1 15 rue du Général Catroux 87000 LIMOGES Concept-Image 33 bd St Martin 75003 Paris je travaille en freelance à l'étranger pour des télévisions (TV5 Monde, Itélé, RTS en Suisse et RTL LVI en Belgique) mais ma collaboration avec ces chaînes est trop récente pour les contacter comme étant mes "employeurs". Vous pouvez en revanche contacter mon ancien employeur Yvelines Première. francetélévisions, spica production (occasionnel) à Boulogne Billancourt, société de production Qatar TV à Doha. La télé étant en restructuration, je n'ajouterai pas les contacts de mes supérieurs. Ligne de front, 9 rue du commandant pilot, Neuilly sur seine Ankama Animations (Société de production) 75 boulevard d'armentières 59100 ROUBAIX Wéo - TV locale nord pas de calais 17 place Mendès France - 59000 Lille France 3 -7, esplanade Henri de France 75015 Paris NepTv 14, rue du Sec Arembault, 59000 Lille Canal Coquelicot place des rencontres à Torcy (77) 15
  16. 16.                pas d'employeur à l'heure actuelle BABEL PRESS NEW DELHI INDIA BFM TV 12 rue d'Oradour Sur Glane 75015 Paris Weo 17 Place Mendes France 59000 Lille Agence régionale de santé Nord - PAs-de-Calais NewscastWire/ Pollen Média Je suis salariée d'une agence de presse audiovisuelle et je travaille pour BFMTV PARIS. Je ne souhaite pas qu'on contacte cette agence de presse pour lui demander son avis sur l'avenir du métier. En effet, mon employeur est malhonnête. Mes astreintes du week-end ne sont pas payées si je ne tourne pas, même si je passe une journée en veille d'actu, en recherche de sujet et en calage de rendez-vous. Cette agence tire les conditions de travail vers le bas et précarise les journalistes. Son avis n'a donc aucune valeur. Je suis aux prud'hommes contre mon employeur pour non-paiement de salaires alors que j'avais obtenu un CDI dans une web tv locale et entreprise de production audiovisuelle, aujourd'hui pour palier aux manques d'offres je me suis lancée en indépendante. France Télévisions Pôle Guadeloupe France 3 rédaction Nationale 8, esplanade Henri de France 75015 Paris Africa 24 TV Afrimedia 47 Quai du Président Carnot 92210 Saint-Cloud Agence de presse Windies Press Agency pour Antilles Télévision. Zone Californie 2 Habitation La Trompeuse 97232 Le Lamentin – Martinique TF1, 1 quai du Point du Jour 92000 Boulogne-Billancourt LBC, société de production de documentaires et d'émissions jeunesse basée à Paris 16

×