• Like
Journal ATP "5 années d'action"
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

Journal ATP "5 années d'action"

  • 1,227 views
Published

 

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
1,227
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
0
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. X è me ci r conscr i ption de S ei ne- Ma r iti me5 années d’action Légi s lati ves 10 & 17 ju i n 2012
  • 2. Alfred Trassy-Paillogues Yvon Pesquet LégiSLativeS 2012 EDITORIALLa 10ème circonscription de Seine-Maritime, qui comprenait les cantons de Bac-queville-en-Caux, Cany-Barville, Clères, Doudeville, Fontaine-le-Dun, Ourville-en-Caux, Saint-valery-en-Caux, tôtes, Yerville et Yvetot s’élargit, depuis leredécoupage, aux cantons de Bellencombre, Longueville-sur-Scie et Saint-Saënsqui faisaient jusqu’à présent partie de la circonscription de mon collègue et amiMichel Lejeune.Je serai candidat pour un nouveau mandat lors des élections législatives des 10et 17 juin prochains et je ferai équipe avec Yvon Pesquet, conseiller général du can-ton d’Ourville-en-Caux avec lequel j’ai l’habitude de travailler en complémentaritéet qui a la même vision que moi de la ruralité, de ses valeurs, de sa qualité de vie…Ce journal a vocation à résumer notre action de 5 années et la tâche n’est passimple tant nous avons été dans la quasi-totalité des dossiers, dans toutes les pro-blématiques de notre territoire...Nous souhaitons poursuivre avec une seule et unique ambition, celle de servir avecrespect, modestie et efficacité les habitantes et les habitants de cette circonscrip-tion et vous pouvez compter sur notre détermination. Alfred TRASSY-PAILLOGUES
  • 3. Une action déterminée en faveur de l’emploi et du développement économique> DeS eNtRePRiSeS et DeS SaLaRiéS SOuteNuS eN PeRMaNeNCe... Alfred Trassy-Paillogues suit attentivement la vie économique de la circonscription et les entreprises qui ensont les principaux acteurs et pourvoyeurs d’emplois. DAVIGEL installée sur la zone des vikings à varneville-Bretteville, cette entreprise produit et com- mercialise des produits surgelés pour la restauration hors foyer. Patrick Dupont, directeur du site, a pu montrer au député et à Christian Suronne, vice-président de la Communauté de Communes des trois Rivières et maire d’auffay, l’organisation exem- plaire de la logistique et les techniques utilisées pour le traçage des pro- duits. Chez Davigel en janvier 2012, avec Christian Suronne et Patrick Dupont NORMANVERtony Binard, le dirigeant, a guidé le député dans l’unité de production de double vitrage et de transformation de verre plat avec des machines à commande numérique particulièrement performantes et un système élaboré d’économie-dépollution de l’eau. Avec Tony Binard en février 2012 LES TRIPES PAILLARD Roland Rebeyrole a été amené à alerter le député dans le cadre de la législation réglemen- tant les relations entre la grande distribution et ses fournisseurs. Christine Lagarde, mi- nistre de l’économie et Hervé Novelli, secrétaire d’etat en charge du commerce, ont été amenés à répondre.
  • 4. LE GROUPE BRIOCHE PASQUIERC’est une belle unité de production de 280 salariés environ inauguréele 30 décembre 2010 qui est née du rachat, par le groupe Brioche Pas-quier, des sociétés Symphonie et Syrius appartenant à Karim Der-rouaz.La volonté du nouveau propriétaire de trouver rapidement un terrainpour construire un nouveau site de production a amené le député à in-tervenir auprès du tribunal administratif pour la désignation rapide d’un commissaire-enquêteur qui permetteà la ville de Saint-valery-en-Caux la révision simplifiée de son Plan d’Occupation des Sols. Dans le même temps, alfred trassy-Paillogues invitait ses collègues présidents de Communautés de Communes à ne “ Alfred Trassy-Paillogues a toujours pas répondre à la sollicitation de l’entreprise pour un terrainvoulu éviter la concurrence entre collecti- d’implantation tant qu’il semblait y avoir une solution pos-vités d’un même «  pays  afin de ne pas sible sur Saint-valery-en-Caux ou sur la Côte d’albâtre, ce qui » «  déménager  le territoire. » “ fut le cas.> auX CôtéS DeS aCteuRS Du tOuRiSMe... Le Tourisme est une «industrie lourde» en France, très génératrice d’emplois. Il en est de même en Seine-Maritime. e parlemen- Subvention sur la réserv Avec Hervé Novelli, le pré fet taire pour la construction du nouvel OT de int-Valery-en- el adhèrent de nom- Caron et le maire de Sa Quiberville sur Mer auqu Caux, Gérard Mauger à l’Office de Tou- … Avec le ministre sur le front de la circonscription. breuses communes de risme de la Côte d’Albâtre mer à Saint-Valery-e n-Caux (30/08/2010) “ Alfred Trassy-Paillogues suit particulièrement ce secteur d’activité sur la circonscription. “ Lors de lassemblée générale de lOffice du tourisme du canton de Clères, il a sou- ligné le dynamisme de ce territoire et sa capacité à mettre en valeur ses innom- brables atouts et à fédérer les différents acteurs dans les communes. à l’assemblée générale de Remise de la Médaille du Tourisme à la l’Office de Tourisme de Clères, présidente de l’OT de Clères Nathalie Thierry en avec Pascal Martin, président de la présence de Jean-Pierre Corlay, président de Communauté de Communes des l’Union Départementale des Offices de Tourisme Portes Nord Ouest de Rouen et Bri- et Syndicats d’Initiatives (UDOTSI 76) gitte Langlois, présidente du Pays «  Entre Seine et Bray  »
  • 5. Zoom sur... LA SUCRERIE DE FONTAINE-LE-DUNDepuis toujours, le parti socialiste dans la région deFontaine le Dun annonce la fermeture imminente dela Sucrerie, industrie importante du canton.Depuis toujours, alfred trassy-Paillogues défend cebel outil industriel et surtout la culture de la bette-rave en Seine-Maritime qu’il ne veut en aucun casvoir disparaître parce que notre sol et notre climatsont particulièrement propices, mais aussi parceque nos planteurs performants atteignent de trèshauts rendements qui leur permettent d’équilibrerleurs comptes d’exploitation lorsque les céréales, lelin… font défaut.Pendant toute la crise du règlement Sucre, le député a été la courroie de transmissionentre le ministère de l’agriculture et la société La vermandoise, la maison-mère dela SaFBa. De même, il a relayé auprès des services de l’etat les sollicitations de l’en-treprise. Récemment, dans le cadre du rachat de la ver- mandoise par le groupe Cristal union, des ré- unions ont été organisées à Fontaine-le-Dun, Yerville, grainville-la-teinturière avec les plan- teurs, ce qui a donné l’occasion à alfred trassy- Paillogues, qui a assisté aux deux premières, de rencontrer le président de Cristal union. Dans un propos particulièrement tonique, Olivier de Bohan a rappelé ses objectifs  : > Développer la production, > Conforter l’outil, > augmenter les fonds propres,avec un projet qui sera créateur de valeur et qui, grâce à l’extension géogra-phique, réduira le risque climatique.alfred trassy-Paillogues se réjouit de cette «  amicale  qui fait du nouveau groupe le cinquième acteur européen OPa »du secteur avec 9  planteurs, 14 sites industriels et 1,2  500 milliards d’euros de chiffre d’affaires. il a été impressionnépar la force de vente de Cristal union qui commercialise les marques Daddy et erstein mais aussi l’édulcorant végétal« Stévia  et par l’ambition forte du groupe qui se diversifie dans la chimie verte et la bioénergie, secteurs qui ont un »potentiel de croissance énorme, sans oublier les 4,5  millions d’hectolitres actuels d’alcool/éthanol.avec une telle « puissance de feu  face aux aléas des récoltes et »des cours et à la « dureté  de la grande distribution et malgré les »« oiseaux de mauvaise augure  alfred trassy-Paillogues penseque l’avenir du site est assuré. », “ Alfred Trassy-Paillogues est per- suadé que l’outil industriel est pérennisé et sera sans doute amené à se développer pour le plus grand bien de l’économie lo- cale et de l’emploi . “
  • 6. > Le PROLONgeMeNt De L’autOROute a 150 eNtRe BaReNtiN et CROiXMaRe alfred trassy-Paillogues a toujours été un ardent défenseur de l’aménagement du territoire rural et à ce titre, il avait obtenu, avec l’arrivée de l’autoroute a 29, la création d’un échangeur etd’un giratoire au Bois Saint Jacques permettant une véritable irrigation vers les cantons de Saint-valery-en-Caux, Cany-Barville, Doudeville, Yerville, …De même, il défend depuis plus de 20 ans la création d’une voie autoroutière entre Barentin et Croixmarepour réduire le trafic sur l’ancienne RN15 particulièrement accidentogène. Récemment, il n’a pas ménagéses efforts en interpellant avec insistance les ministres de l’équipement successifs et le ministre chargéde la mise en œuvre du plan de relance pour arriver à l’aboutissement tant attendu… l’annonce par le Pre-mier Ministre le 5 décembre 2008 du déblocage de 3 projets autoroutiers dans le cadre du plan de relancede l’économie, dont l’a 150.alfred trassy-Paillogues a eu plusieurs réunions de travail avec aLBea, le concessionnaire désigné aprèsl’appel d’offres, notamment pour régler les problèmesde rétablissement de voiries souhaités par les munici-palités (Flamanville, Motteville, Cideville, …) mais “aussi pour évoquer le calendrier de réalisation (mise estimé ce «  Alfred Trassy-Paillogues a toujours chaînon manquant  indispen- »en service le 28  février 2014) et les retombées en sable pour une meilleure sécurité routièreterme d’activité et donc d’emplois pour les entreprises mais aussi pour un bon développementlocales (40 millions de sous-traitance). économique du Pays de Caux. “
  • 7. > La MaiSON De L’eMPLOi, PaRteNaiRe DeS D Alfred Trassy-Paillogues a créé la Maison de l’Emploi du Plateau de Caux Maritime en 2006 avec une structure particulièrement légère de 2 personnes et sous forme associative pour pouvoir facilement ar- rêter l’activité si les résultats n’étaient pas au rendez-vous. Elle s’est donnée l’objectif de faciliter l’insertion professionnelle de tous en apportant des outils utiles et efficaces aux demandeurs d’emploi et aux acteurs locaux (entreprises, porteurs de projets, …). “ QUELQUES CHIFFRES : En 5 ans, la Maison de l’Emploi a accueilli > plus de 2 500 demandeurs d’emploi en entretiens individuels, > plus de 1 500 demandeurs d’emploi dans le cadre des journées thématiques (services à la personne, industrie, création et déve- loppement d’activité économique, handicap, café de la forma- tion,…). “ DeS OutiLS SOuPLeS et PRagMatiQueS pour lutter localement aux freins à l’embauche  : > 44 personnes ont bénéficié du Fonds de Secours et de Solidarité, véritable ré- ponse immédiate et ponctuelle à une difficulté financière, pour des dépenses de carburant pour se rendre à un emploi, un permis de conduire ou une for- mation à financer, > au titre du Micro crédit social, ce sont 12 prêts contractés, essentiel- lement pour permettre la mobilité des demandeurs, > 33 personnes ont utilisé les services du Parc Mobilité, composé no- tamment de 4 voitures sans permis, pour se rendre en formation ou à leur travail, > la Plateforme «  Compétence +  outil de remobilisation du parcours », … Avec Philippe Lethrosne, prési- professionnel, avec une remise à jour des savoirs de base, a reçu 65 per- dent de la Caisse du Crédit Agricole, qui a sonnes qui, pour plus de 70 % se sont dirigées, à l’issue, vers une formation financé une voiture sans permis ou un emploi.DeS aCtiONS CONCRèteSmenées, notamment dans le domaine de la formation et de la promotion des métiers : > plusieurs formations ont été organisées pour 40 demandeurs d’emploi sur leterritoire en maçonnerie traditionnelle, en couverture et en agroalimentaire, > le «  Peinture  aménagé spécialement pour valoriser l’image du métier Bus »,et initier les jeunes aux différents métiers de cette filière délaissée, s’est arrêté surquatre sites de notre territoire en 2008, > les « artimobiles  flotte de six voitures «  tech  présentant une dizaine », high »,de métiers de l’artisanat, ont fait escale en 2009 aux Collèges d’Yerville et de Doude-ville, … Au collège de Do > l’  explorateur de Métiers  borne interactive, a été mise à disposition des «  », udevilleétablissements scolaires, des espaces publics, … pour que les jeunes puissent explorer,à travers des témoignages vidéo, la réalité des métiers.
  • 8. DeMaNDeuRS D’eMPLOi et DeS eNtRePRiSeS uN CONStat Devant la complexité des multiples systèmes, trop de demandeurs d’emploi ne rentrent dans aucun cadre ou dispositif. Pourtant, il est humai- nement nécessaire de les accompagner, dans la “ Alfred Trassy-Paillogues souhaite une complé- mentarité avec les structures publiques existantes et non une concurrence stérile. La collaboration de la Maison de mesure où ils sont souvent confrontés à d’impor- l’Emploi avec la DIRECCTE, Pôle Emploi, Cap Emploi, les tants freins à l’employabilité (formation, mobilité, illettrisme, santé, …). Missions Locales, les établissements consulaires, les OPCA, les organisations professionnelles, les centres de formation,… est parfaite. De plus, l’implication financière des communautés de communes du Pays renforce l’ac- tion de la Maison de l’Emploi. “ ploi le de la Maison de l’Em Assemblée Généra SeS RéPONSeS Lors du Salon des Services à la Personne à St Va- Outre la poursuite et le développement des actions lery en Caux, en compagnie de Gérard Mauger, maire, et ou outils déjà mis en place, la Maison de l’emploi se de son adjointe Danièle Lefrançois propose  : > d’élargir l’offre de la Plateforme «  Compétence +  en construisant une nouvelle «  » Plateforme pour le développement territorial de l’emploi  qui accueille tous publics en proposant l’ensemble des » outils disponibles (partenaires et Maison de l’emploi) pour parvenir à une insertion réussie. Les entre- prises, indissociables de cette insertion professionnelle, pourront bénéficier d’un accompagnement per- sonnalisé adapté à leurs besoins. > d’organiser un accompagnement des personnes en insertion directement dans l’entreprise, en réelle condition du monde du “ Bien entendu, les sections locales travail, sans passer par des structures «  protégées  composées du parti socialiste critiquent inlassablement de personnes toutes en difficultés d’insertion et éloignées des le fonctionnement de la Maison de l’Emploi. contraintes de l’économie active. » Alfred Trassy-Paillogues n’en a cure > de réaliser, avec des entreprises volontaires, des bilans indi- puisqu’une large majorité d’élus apprécie viduels pour leurs salariés seniors ayant des difficultés de posi- l’action, que l’affluence du public confirme tionnement et de maintien en emploi dans l’entreprise. l’utilité et que les partenaires mêmes, qu’ils > de mettre en place un suivi individualisé des demandeurs soient issus du service public de l’emploi ou d’emploi seniors du territoire, basé sur la fourniture d’un kit per- du monde de l’entreprise, louent la collabo- sonnalisé de recherche d’emploi. ration avec la structure. “
  • 9. Zoom sur... LE DéVELOPPEMENT NUMéRIQUE DU TERRITOIRE après quil se soit avéré que le réseau Numériseine du Département napportait pas le service attendu et que, dans certains villages, plus de la moitié de la population navait pas laDSL, alfred trassy-Paillogues a suggéré que le Pays Plateau de Caux Maritime porte un projet de NRa-MeD (Nœud de Rac- cordement dabonnés – Montée en Débit) sur les cinq communautés de communes qui le composent (Yvetot, Yerville, Fontaine le Dun, Côte dalbâtre et Doudeville). Le député a obtenu auprès de Bruno Le Maire, ministre de lagriculture, et de Michel Mercier, ministre de laménagement du territoire, que cette opération soit aidée par leurope (crédits FeaDeR) à hauteur dun million deuros ; Le complément étant financé par les collectivités locales elles-mêmes. Cette accélération sur ce territoire a amené lopérateur historique, France télécom – Avec Yvon Pesquet, Jean- Orange, à accélérer le mouvement, en investissant directement, ce quil a fait à Bos-Pierre Savalle, maire de Bosville, et ville.Bruno Janet, directeur des relations avec les collectivités locales de France Télécom-Orange > L’OPéRatiON «NRa-MeD» Du PaYS Du PLateau De CauX MaRitiMe Pour ce qui est de l’opération menée à l’échelle du Pays, la convention de groupement concernant la desserte en haut débit des Communautés de Communes de la Côte d’albâtre, de Plateau de Caux–Fleur de Lin, d’Yvetot et sa région et d’Yerville – Plateau de Caux, a été signée en mai 2011. Les études de maîtrise d’œuvre ont débuté en juillet 2011 et l’ap- pel d’offres travaux a été lancé en mai 2012. Le chantier devrait débuter en août 2012 pour une mise en service du dernier NRa-MeDen mai 2013.Les travaux consisteront en 11 infrastructures passives et 45 ki- “ Alfred Trassy-Paillogues a souhaitélomètres de fibre optique, ce qui devrait rendre éligibles à plus de que les principales zones d’activités du2Mb/s environ 2  lignes, dont un tiers étaient inéligibles à 500  Pays soient desservies, tant le haut débitl’aDSL. est essentiel pour les entreprises, au même titre que les autres réseaux ou fluides (énergie, eau, assainissement, …). “
  • 10. > Le SOutieN SaNS aMBiguité au NuCLéaiReLe 2 décembre 2008, sous la conduite d’antoine Rufenacht, «  l’homme quiouvre les portes  alfred trassy-Paillogues a été reçu par Jean-Louis Borloo, »,ministre de l’environnement avec les élus concernés, de tous bords poli-tiques. Consensus salué aussi bien par le maire de Dieppe que par la députée socialiste... Les atouts du site “ Alfred Trassy-Paillogues a toujourssoutenu ce projet  : de Penly ont été déve- loppés par cette « union sacrée  devant le ministre pour ame- » > parce qu’il est un défenseur de cette ner ce dernier à prendre, au plus vite, une décision positive enfilière d’excellence qu’est le nucléaire avec faveur du site de Penly qui avait été «  battu  sur le poteau par »des opérateurs aussi prestigieux et perfor- Flamanville en 2004.mants qu’EDF, AREVA… qui exportent, pour le en janvier 2009, le Président de la République a confirmé leplus grand bien de notre commerce extérieur, lancement de la réalisation d’une deuxième centrale de typela technologie française dans le monde entier, ePR et l’etat a validé le projet d’eDF sur le site de Penly. > parce qu’il s’agit d’une «  manne  en »matière d’activité sur le département de et depuis, c’est la valse hésitation, qui veut quoi  ?Seine-Maritime et sur la région Haute-Nor- Les verts veulent fermer 24 réacteurs nucléaires (contremandie, 24 circonscriptions législatives) puis… «  acceptent  la fer- » > parce que beaucoup d’entreprises de meture de la seule Fessenheim avant «  d’aller à la soupe  en »sous-traitance, de maintenance… implan- déclarant que, s’ils obtiennent des ministères, ils se «  fi-tées dans la circonscription, autour de Paluel, chent  un peu du nucléaire… et tout ça avec 2% des voix  » !bénéficieront d’un accroissement de leur vo- un peu plus tôt en octobre 2011 sur BFM tv, Pierre Moscovici,lant d’affaires, ce qui est bon pour l’emploi directeur de cam- pagne de Françoislocal. “ Hollande et pas en- core ministre del’économie, avait déclaré «  fermera la centrale de Fessenheim… et il ne ilfera pas le 2ème ePR de Penly  et les communistes mécontents des revi- ».rements à gauche réclament un débat national ! “ Comme dirait Martine Aubry : «Quand c’est flou, il y a un loup ! “ > LeS éOLieNNeS alfred trassy-Paillogues est favorable aux projets importants de parcs éoliens offshore au large de Fécamp et du tréport qui, loin du trait de côte et avec la cour- bure de la terre, ne sont pas visibles. ils permettront sans doute de développer une véritable filière. “ Alfred Trassy-Paillogues est beaucoup plus sceptique sur l’éo- lien terrestre, surtout lorsqu’il déna- ture nos paysages, nos villages... “
  • 11. Une action sociale efficace en faveur de la santé et de la solidarité> L’autiSMe et L’aSSOCiatiON «BéBé BuLLeS 76» ... Sébastien Blot, Sandrine Cocagne, présidente de lassociation "Bébé Bulle 76" et toutes leurs familles, tous leurs amis, tous leurs sponsors, se mettent au travail et réhabilitent et adaptent lancienne école pri- maire mise gracieusement à leur disposition par la Mairie dYerville. Létablissement ouvre ses portes à la rentrée de septembre 2010 et le député obtient, après de nom- breuses interventions, que Sébas- Lors de l’inauguration teur général de tien Blot, père motivé, compétent “ Après avoir permis la ren- et performant, accepte d’aban- contre de parents denfants au- donner sa carrière profession- tistes avec Nadine Morano, par Gilles Lagarde, direc l’Agenc e Régionale de Santé nelle pour œuvrer pour cette secrétaire d’Etat chargée de la Fa- noble cause et en assure la direction. mille et de la Solidarité, le 10  dé- cembre 2010, rencontre que ces derniers attendaient depuis long- temps et nespéraient plus, Alfred Trassy-Paillogues obtient en un temps record le financement dune école pour enfants autistes selon la méthode américaine A.B.A à Yer- La salle de jeux ville. “ > La Lutte CONtRe L’iLLettRiSMe... alfred trassy-Paillogues, président de la Maison de l’emploi du Pays du Pla- teau de Caux Maritime, avait invité le 1er février 2010 Luc Ferry, ancien mi- nistre de l’éducation nationale, pour l’inauguration de la plateforme de lutte contre l’illettrisme «  Compétence +  au Pôle multiservices de Fontaine le » Dun. au cours d’une conférence passionnante, le philosophe a détaillé l’ac- Avec Luc Ferry tualité politique, les attentes des français… avec force pédagogie et surtout en émaillant son discours d’anecdotes toutes plus intéressantes, voire plus amusantes, les unes que les autres. Luc Ferry a tenu son public en haleine et c’est presque frustré qu’il fallut se séparer après deux heures d’écoute attentive. Dans le prolongement de cette plateforme, la Maison de l’emploi, en partenariat avec la ville de Doudeville et l’union Commerciale et arti- sanale (uCaD), a mis en place, en 2011, sur la commune un projet expérimental appelé «  en Pays Lire de Caux  en des endroits ciblés, un ». “ Alfred Trassy-Paillogues choix d’ouvrages est mis à la dispo- soutient toutes les actions amenant sition de la population qui peut les la lecture pour tous avec un mini- emprunter et les remettre à nou- Lanc mum de contraintes d’accès et veau en service en tout endroit par- de Caux ement de «Lire en Pays » à la mairie de Doudev d’échange. “ tenaire de l’opération. 24 juin 2011 ille le
  • 12. > L’aSSOCiatiON MéDiCO-éDuCative ROueNNaiSe (aMeR) ... L’aMeR a donné une grande fête à l’iMe Dominique Lefort de Mont-Cauvaire pour ses 50 années d’existence le 19 septembre 2009  L’occasion pour sa présidente ; Françoise taupin de retracer les grandes étapes du développement de son association depuis le 2 février 1959 avec l’accueil de 20 enfants dans les locaux du centre aéré allorge à Rouen jusqu’aux 4 struc- tures actuelles avec 240 enfants et adultes pris en charge et un effectif salarié de plus de 140 personnes. en milieu d’après-midi et de manière très symbolique a été planté «  hêtre un pour un être en devenir  Dans son propos, alfred trassy-Paillogues a vanté ». les mérites de cette véritable chaîne de la solidarité et a souligné le dévoue- ment des membres du conseil d’administration, l’engagement des personnels et encadrants et la qualité de l’accompagnement des familles. Le député était aussi présent lorsque Françoise taupin a été décorée de l’Ordre National du Mérite par Claude d’Harcourt, préfet et directeur général de l’agence Régionale de Santé (aRS) et il a rendu hommage à l’abnégation de la présidente, à son opiniâtreté… devant une assistance nombreuse dont la famille de Françoise taupin et son fils Philippe. alfred trassy-Paillogues est intervenu en avril 2011 auprès de l’aRS pour relayer la demande de l’aMeR d’une médicalisa- tion partielle du foyer de vie «  Lauriers  à Bosc-le-Hard. Les » “ Alfred Trassy-Paillogues pense que le vieillissement des per- sonnes handicapées est un défi au- quel la société doit impérativement répondre. “ > La Petite eNFaNCe et La gaRDe DeS eNFaNtS ... La présence de la secrétaire d’etat chargée de la famille et de la famille, prenant son temps avec les enfants, les familles, les personnels, les élus… a été particu- lièrement appréciée lors de l’inauguration de la crèche halte-garderie d’Yerville le 10 décembre 2010. a cette occasion, alfred trassy-Paillogues a dit l’inté- rêt de structures de ce type qui viennent en complément des assistantes maternelles et qui créent un véritable maillage en monde rural au service des familles et de leurs enfants en adéquation totale avec une politique remarquable (allocations, quotient familial...) qui place la démographie française dans le peloton de tête des pays européens.
  • 13. > Le BeRCaiL SaiNt-DeNiS à HéRiCOuRt-eN-CauX ... Le Bercail Saint-Denis à Héricourt-en-Caux est un magnifique établis- sement qu’alfred trassy-Paillogues et Yvon Pesquet fréquentent ré- gulièrement (inaugurations, kermesses, décorations, …). après avoir obtenu le financement par l’etat d’un foyer d’accueil mé- dicalisé (FaM) qui est ouvert depuis le 5  septembre 2011, le député et son suppléant se sont investis dans des re- cherches de financement pour la construction d’une maison d’accueil spécialisé (MaS), structure qui prendrait en charge de jeunes adultes polyhandicapés et en situation de pathologie mentale sévère. “ Alfred Trassy-Paillogues et Yvon Pesquet se réjouissent du rap- prochement du Bercail avec les deux autres structures exemplaires que sont l’ADEPHA à Imbleville et Tôtes, et l’ADAPHI à Autigny. “ > Le geiSt et DiM à CaNY-BaRviLLe ...Depuis des années, alfred trassy-Paillogues est impressionné par l’action du geSt et DiM de Cany-Barvilleet par le dévouement de sa présidente Marie-Pierre vaslin et de toute son équipe de bénévoles auprès d’han-dicapés atteints de la trisomie 21, de maladies génétiques rares ou présen-tant une déficience intellectuelle.Dès 2006, le député avait souhaité mobiliser toutes les Communautés de “ En revanche, sur le Pays duCommunes sur la zone d’intervention du geiSt à hauteur de 0,10 € par ha- Plateau de Caux Maritime, les Com-bitant partant du principe que cette association exerçait une véritable mis- munautés de Communes commen-sion de service public. La somme récoltée devait permettre l’embauche cent à régler leur participation et led’un salarié à temps partiel pour épauler la structure. député compte bien insister pouren fait, sur les Pays des Hautes-Falaises, de Caux vallée de Seine, Bray et que la totalité des 5 structures ré-Dieppois, la sollicitation d’alfred trassy-Paillogues du 22 décembre 2006n’a pas reçu d’écho. pondent à cet appel du cœur. “
  • 14. Zoom sur... L’HôPITAL LOCAL DE SAINT-VALERY-EN-CAUx a l’initiative d’alfred trassy-Paillogues, le directeur général de l’agence Régionale de Santé (aRS) gilles Lagarde a visité l’hôpital le 27 mai 2010, accueilli par gérard Mauger, maire, et Martial Blan- quet, le directeur de l’établissement, pour évoquer le devenir du service de médecine de l’établissement. Le député avait auparavant relayé auprès du préfet Rémi Caron Rencontre avec le conseil les inquiétudes locales sur la situation financière de l’hôpital. au d’administra tion de l’Hôpital terme de ces échanges, il a été décidé un transfert de lits de mé- decine en lits SSR (Soins de Suite etde Réadaptation) sans incidence sur l’équilibre budgétaire et le maintiende l’hôpital a été assuré. “ En organisant une visite sur place du directeur général dePar ailleurs, une convention a été signée avec l’hôpital de Dieppe qui pré- l’ARS et en intervenant auprès duvoit l’intervention hebdomadaire de 3 spécialistes (rhumatologie, gériatrie, Préfet, Alfred Trassy-Paillogues amédecine interne) et une négociation est en cours pour un partenariat permis que la pérennité de l’hôpitalavec un spécialiste en addictologie. soit assurée. “ > L’aRCauX arcaux (aide Rurale Cauchoise) à Bois-Himont est une institution fondée en 1961 dont l’objet est de favoriser le respect de la dignité et la reconnaissance des personnes en si- tuation de handicap mental et de déficience intellectuelle. alfred trassy-Paillogues, membre du conseil d’administration, Lors de l’inauguration du Village Senior s’intéresse à la diversification des activités de cet établisse- ment exemplaire avec le foyer Mousset, les ateliers occupa- tionnels de conditionnement et de menuiserie, la blanchisserie... et récemment en 2008 le «village senior», sans parler de la coopération avec la société de restauration «la cuisine évolutive». Avec Philippe Bodard Le député est admiratif de la présidence exercée par Philippe Bodard et a été présent au cinquantenaire de l’association.
  • 15. Une attention constante au maintien d’un enseignement de qualité> LeS etaBLiSSeMeNtS SCOLaiReS Pour le lycée agricole, le lycée Queneau, le collège Camus, le collège Bobée, le lycée Jean xxIII sur Yvetot...mais aussi sur l’ensemble de la circonscription, Alfred Trassy-Paillogues est présent et répond aux sollicitations...des élèves, des familles, des enseignants... alfred trassy-Paillogues estime que le maillage et la diversité des enseignements sur la circonscription per- mettent de s’adapter à toutes les situations, à toutes les personnalités, à tous les profils pour préparer nos jeunes soit à un cursus universitaire, soit à une entrée dans la vie professionnelle par la voie de l’apprentis- sage. “ Alfred Trassy-Pailloguesprône l’accroissement massif del’alternance et de l’apprentissagepour une intégration plus facile,plus rapide et plus efficace dans l’entreprise. “ à l’école primaire de Valliquerville à l’occasion de la signature de la convention école numérique rurale en compagnie du maire Jacques Cahard et du recteur Marie-Danièle Campion uveaux Inauguration des no bée d’Yvetot locaux du collège Bo le 20 juin 2008 Accueil à l’Assemblée Nationale de deux groupes d’élèves du lycée Queneau d’Yvetot pour une visite du Palais-Bourbon Académiques à Remise des Palmes Alain Lefebvre, an xxIII d’Yvetot directeur du Lycée Je Visite du lycée agricole d’Yvetot en septembre 2009, en compagnie de Brun o Le Maire Visite à l’école primaire de nie du Cailly en juin 2009 en compag recteur Marie-Daniè le Campion et du maire Léon Levasseur
  • 16. > LeS étaBLiSSeMeNtS aSSOCiatiFS D’eNSeigNeMeNt Les Maisons Familiales et Rurales (MFR)alfred trassy-Paillogues a toujours été très présent auprès des Maisons Familiales et Rurales (MFR) dontil estime quelles dispensent un enseignement totalement adapté aux valeurs de la rura-lité, du monde agricole et des populations implantées depuis des décennies dans notreterroir.Cest ainsi quil a financé un tableau numérique interactif à tôtes et l’équipement d’uneclasse mobile de 10 ordinateurs à Saint-valery-en-Caux. Le tableau interactif à Tôtes financé sur la réserv e parlementaire Sollicité par Jean-Claude Démares, président de la Fédération Ré- gionale, il a obtenu de Bruno Le Maire, le ministre de lagriculture, la créa- tion d’un baccalauréat professionnel « élevage canin félin » à anneville-sur-Scie. De même, il a subventionné à Coqueréaumont un voyage des élèves de BtSa gestion et pro- tection de la nature au Canada et il suit régu- lièrement ce dernier établissement en participant à des échanges avec les élèves, en suggérant des sujets détudes comme la méthanisation conjointe de déchets agricoles et dordures ména- “ Alfred Trassy-Paillogues fait gères fermentescibles sur tout un sien le souhait des MFR du respect de leur identité car, économes des territoire. Le député a récemment réaffirmé deniers publics et aptes à dévelop- son soutien aux MFR en félicitant per des compétences et des capa- les organisateurs et les sportifs cités d’analyse, elles permettent de lors des Olympiades organisées au construire un véritable projet pro- CRJS d’Yerville, moment privilégié fessionnel, ce qui se résume très d’échange et de convivialité entre bien dans le slogan «  Réussir autre- Avec Gaël Fouldrin, Maire de Saint- le corps enseignant, les élèves et ment ».Georges-sur-Fontaine et Pascal Martin lorsde la mise en service de la chaudière à bois de Coqueréaumont l’équipe de direction. De même, à l’occasion de la mise en service de la “ chaudière à bois à Coqueréaumont, il adit combien, d’après lui, il convenait de donner les moyens d’exister, voire dese développer aux MFR, car ces établissements offrent une qualité d’enseigne-ment qui ne concurrence en rien les filières classiques mais qui s’adaptent àun public soucieux de suivre un cursus enprise directe avec un futur métier. Avec Pascal Martin, Léon Levasseur venu en « champion cycliste », Sylvain Lambert, président, et Gaël Fouldrin
  • 17. Une action vigilante pour la défense du monde rural et le maintien des services publics Pas de politique-spectacle, de l’efficacité avant tout !> La POSte De veuLeS-LeS-ROSeS Devant le non-respect des horaires d’ouverture et la crainte de restrictions, des contacts ont eu lieu entre le délégué aux relations territoriales du groupe La Poste et Jean- Claude Claire, maire, appuyés par le député auprès de la hiérarchie de l’entreprise. Ces contacts ont permis, grâce à une ressource supplémentaire de 170 millions d’euros allouée à La Poste par le biais d’un décret du 30 dé- cembre 2011, de maintenir le volume d’heures d’ouverture. De plus, une plateforme de «  répartition  va être mise en place qui de- » vrait faciliter le remplacement éventuel des agents. Avec Pascal Thiel, Danièle Paulmier, Claude Berville, Jean-Claude Claire etJean-Claude Canu > POuR uNe CaRte SCOLaiRe COHéReNte après s’être entretenu avec les élus et les représentants des parents d’élèves et être intervenu auprès de l’inspecteur d’académie, Philippe Carrière, et du recteur Marie-Danièle Campion, alfred trassy-Paillogues et Yvon Pesquet ont obtenu que 4 classes, qui risquaient la fermeture, soient maintenues (au SivOS du val-des-Mares, au SivOS des Castels, à Longueville-sur-Scie et dans le RPi Bosville-Hautot l’auvray). Dans tous les cas, le député et son suppléant ont informé les intéressés au moins 24 heures avant la tenue du Conseil Départemental de l’education Nationale. ille-l’Esneval L’école primaire d’Auzouv Bien entendu, quelques sections socialistes locales ont vociféré pour s’at- Val-des-Mares appartenant au SIVOS du tribuer la totale paternité du résultat. “ Alfred Trassy-Paillogues et Yvon Pesquet, pour ce qui les concerne, sont ravis du résultat et peut-être de la conjonction et l’ad- dition d’actions qui ont permis l’heu- reux dénouement. Ils sont surtout heureux pour les enfants et leurs fa- milles. “
  • 18. > Le CHOiX De L’iMPLaNtatiON De La NOuveLLe PRiSON Un dossier suivi de près par Alfred Trassy-PailloguesLa prison « Bonne Nouvelle » de Rouen est vétuste et doit être remplacée.alors que, dans un premier temps, l’agglomération de Rouen était pressentiepour l’implantation, les services de la Direction Départementale des territoireset de la Mer (DDtM), au cours d’une réunion le 12 octobre 2011 en Préfecture,ciblent le monde rural et, pour notre circonscription, les communes de Quin-campoix, Saint-georges-sur-Fontaine, Saint-andré-sur-Cailly et La-Rue-Saint- Pierre. alfred trassy-Paillogues écrit au Préfet Caron en s’étonnant de ce choix « rural », alors que les terres agricoles se font rares et doivent être « protégées » et interroge l’ePFN (etablissement Public Foncier de Normandie) et la SNCF pour connaître les friches industrielles qui existent sur Rouen et son agglomération. il obtient l’assurance du garde des Sceaux d’alors, Michel Mercier, qu’ « aucun choix d’implantation ne se ferait sans l’accord de la collectivité concernée en l’occurrence la commune ». Le député suit ce dossier avec ses col- lègues Michel Lejeune, Pascal Martin et Patrick Chauvet et prévient le Préfet de “ Le dossier est en stand–by et Alfred Trassy-Paillogues espère la promesse ferme du ministre de la que le nouveau gouvernement ne justice et connaissant trop bien l’admi- ciblera pas à nouveau les com- nistration et son empressement quel- munes rurales. quefois « aveugle », il valide une “ deuxième fois auprès de Michel Mercier le 22 novembre 2011 en demandant àBruno Clément, conseiller du ministre chargé de l’administration pénitentiaire, de confirmer auprès du Préfet et auprèsde Madame Bousseton, directrice adjointe de l’agence Publique pour l’immobilier de la Justice (aPiJ).> LeS geNS Du vOYage Les gens du voyage envahissent régulièrement, sans droit ni titre, des sites de communes (Saint-valery-en-Caux, Cailly, Yerville,…) qui ne sont pas adaptés à de telles concentrations (zones d’activités, terrains de football, …). tout en respectant ces groupes, le député s’est étonné, auprès du Pré- sident de la République et du ministre de l’intérieur, de la brutalité de ces « invasions », des menaces exercées à l’encontre des élus… alors que le schéma départemental prévoit des endroits tout-à-fait réperto- riés que les intéressés récusent souvent. alfred trassy-Paillogues a aussi souligné auprès des autorités un train de vie hors du commun (caravanes luxueuses, véhicules étrangers de grosses cylindrées…) qu’aucune activité régulière et déclarée ne semble justifier. De telles présences massives et longues peuvent être perturbatrices pour la population de nos villages et le député a interrogé, en juin 2010, le gouvernement à ce sujet.
  • 19. > L’agRiCuLtuRe alfred trassy-Paillogues et Yvon Pesquet connaissent bien l’agriculture, c’est un monde qu’ils fréquentent régulièrement dans leurs nombreux déplacements. ils sa- vent que ce secteur d’activité est straté- gique pour les indépendances alimentaire et énergétique auxquelles il peut contri- buer, économique, pour les revenus qu’il doit appor- ter à nos agriculteurs et pour le solde commercial positif (12 milliards en 2011) qu’il génère. Lettre de xavier Beulin, président de la FNSEA Le député et son suppléant ont toujours été favorables par le passé :> à la contractualisation pour éviter la spéculation et la volatilité des prix, “ Alfred Trassy-Paillogues et Yvon Pesquet souhaitent la pour- suite de la modernisation avec l’or-> à la préservation du foncier agricole,> à la sanctuarisation des moyens permettant l’installation de 7  jeunes 000 ganisation des filières (c’est ceagriculteurs par an, qu’ils font lorsqu’ils soutiennent la> au renforcement de la compétitivité de notre modèle par des allégements filière lin, l’élevage, la sucrerie dede charges pour les travailleurs (710 millions d’euros en 2010) ou pour les Fontaine le Dun, les Etablissementsemployeurs du régime agricole (450 millions d’euros),> Ledun, le projet d’extension de la> au maintien du budget de la PaC (40% du budget de l‘union européenne) as- société Weber et Ricoeur, …), lasuré sur la période 2014-2020 alors que la commission européenne envisa- lutte contre la spéculation sur lesgeait une baisse de 30 à 40 %. prix alimentaires, l’évolution vers une activité agro-environnemen- tale génératrice d’emplois. “ > L’éLevage alfred trassy-Paillogues et Yvon Pesquet sont des habitués des concours pour ani- maux de boucherie depuis des années (grainville-la-teinturière, Cany-Barville, auf- fay, Yvetot, Yerville, Saint-valery-en-Caux, Longueville-sur-Scie, …), qui soutiennent la démarche vertueuse des éleveurs et notamment la race Normande dont la qualité gustative est reconnue et exceptionnelle. à Yer ville Arnaud Bocachard, primé Cany-Barville La tradition avec les sonneurs Au Concours Agricole de de Bolbec à la Chandeleur de Grainville-la-Teinturière
  • 20. Zoom sur... LA FILIèRE «LIN» alfred trassy-Paillogues, a consacré toute une journée à la filière lin avec une visite de « Dehondt technologies » à Notre- Dame-de-gravenchon. Cette entreprise si- tuée hors de la circonscription est en effet une véritable «  locomotive  de ce secteur avec des performances remar- » quables en matière de recherche et de développement (matériaux composites, le tricycle électrique «  scube  »…) et aussi en machinisme agricole (arra-Guillaume Dehondt guide cheuses, retourneuses, round-balleuses…) et puis la grande famille Dehondt ses visiteurs est connue et reconnue dans notre région pour sa performance et sa créativité. Ce fut ensuite la visite de Naturaulin où Mireille Legendre a présenté l’atelier de couture dédié, au lin textile, de son entreprise avec des créations aussi remarquables qu’originales des couturières. a technilin à valliquerville, Karim Beh- louli a présenté à alfred trassy- Paillogues et Yvon Pesquet ses productions et a dit la difficulté d’être Mireille Legendre et ses couturières dépendant du secteur automobile sujet à soubresauts en période de crise mais aussi très exigeant au niveau de sa politique d’achats avec ses fournisseurs. Le député s’est ensuite fait guider par Jean-Claude Lambert, président, et François auger, directeur, dans la coopérative du vert-galant à Saint- andré-sur-Cailly où il a pu apprécier le travail sur la fibre, l’optimisation des co-produits (fabrication de litière pour animaux en direction de l’al- lemagne) et la boutique avec des créations de tous styles dont des jeans en lin. S’en est suivi un échange pas- sionnant sur l’agriculture avec une quarantaine de liniculteurs au cours duquel alfred trassy-Paillogues a dit la nécessité de préser- ver la PaC, de fonctionner par filière, de sécuriser le revenu des producteurs, de lutter contre la volatilité des prix et la spéculation sur les produits ou les matières premières. “Alfred Trassy-Paillogues a conclu que, dans le contexte de concurrence mondiale dans lequel nous sommes, il ne faut avoir aucun complexe et jouer la carte du tou- jours plus de valeur ajoutée, du tou- jours plus d’inventivité. “
  • 21. > La CHaSSe et La PÊCHe alfred trassy-Paillogues a toujours considéré la chasse comme une tradition populaire et ancestrale dans notre pays et il s’inscrit dans la dé- Inauguration du Festival animalier le marche de la Fédération Départe- “ Alfred Trassy-Paillogues mentale de Seine-Maritime qui, veut permettre aux chasseurs de sous la houlette de son président perpétuer leur tradition et de de-15 juin 2009 avec Denis Guillebert, maire de alain Durand, conjugue chasse,Belleville-en-Caux, et Alain Durand, président meurer au cœur des politiques ru-de la fédération départementale, à la Maison nature et environnement dans un rales et environnementales. Il est de la Nature et de la Chasse. même élan. bien entendu opposé à l’interdiction Le député se réjouit que les de la chasse le dimanche, seul jour connaissances scientifiques sur les possible pour bon nombre de sala- espèces ne servent pas unique- riés qui s’adonnent à cette activité ment à restreindre les périodes de chasse mais aussi à les étendre lorsque l’état des populations le per- “ populaire. Com ptage cynégétique met. De même, il trouve logique que les à Auffay chasseurs et pêcheurs soient représentés au titre de la protection de la nature au Conseil economique, Social et environnemental (CeSe) et dans la quasi-totalité des CeSe régionaux. il souhaite  : > la vigilance sur l’évolution de la notion de «  dérangement  qui «  Remise des prix des » 24 H de pêche  organisé » es au ne doit pas devenir un nouvel outil d’entrave à l’exercice de la chasse, profit du Téléthon par l’éc ole de > la poursuite de la réforme engagée en matière de nuisibles, pêche de Montville et son > la présence permanente des chasseurs dans toutes les agences président Jean-Claude Caudron de gestion de la biodiversité. > LeS MOuLiNS Devant l’inquiétude de nombreux propriétaires de moulins de la val- lée de la Durdent relativement à la restauration de la continuité éco- logique sur les cours d’eau, conséquence de la Directive-cadre sur l’eau du 23 octobre 2000, alfred trassy-Paillogues, en compagnie de Roland Paumelle d’Oherville, a rencontré Patrick vauterin conseiller «  et biodiversité  au ministère de l’écologie et du eau »développement durable.Patrick vauterin a bien indiqué à ses interlocuteurs qu’en aucun cas il ne pouvaits’agir d’un effacement systématique des moulins. il a rappelé qu’une mission d’ins- pection avait été lancée avec vocation d’observer la mise en œuvre de la directive par les DDtM et “ Alfred Trassy-Paillogues a de recueillir les difficultés rencontrées afin d’évi-pris l’initiative d’une réunion au mi- ter tout intégrisme et tout excès en ce domainenistère de l’écologie afin de rassu- et de prioriser les interventions. Le député a reçu rer les propriétaires de moulins. “ confirmation de cette position par un courrier du ministère.
  • 22. Une action de proximité et une implication constante auprès des habitants et des acteurs locaux> LeS COLLeCtivitéSL’assainissement collectif et le site de traitement des communes deLa Houssaye-Béranger, Frichemesnil et Grugny ainsi, depuis cette date, ce furent de mul- “ Depuis 2007, AlfredTrassy-Paillogues et PascalMartin ont conjugué leurs ef- tiples interventions auprès des Préfets suc- cessifs Jean-François Carenco et Michel thénault, de l’agence de l’eau, du trésorierforts pour qu’aboutisse ce pro- Payeur général Jean-Pierre Conrié… et dejet cher aux trois communes et nombreuses réunions, notamment à la Pré- à leurs populations. “ fecture avec les maires, le président du Syndicat d’eau et d’assainissement de la ré-gion d’auffay-tôtes, Claude Picard, le directeur de l’etablissement Public Départe-mental de grugny, l’agence de l’eau, le Conseil général, la Police de l’eau, …Dès le départ, les deux élus et les maires avaient mis en évidence la lenteur de l’avancement de ce dossieraprès dix réunions infructueuses du groupe de pilotage et surtout 572  € dépensés en études et achat 000de terrain. L’opiniâtreté a payé puisque les travaux, pour un montant de 7 millions d’euros, ont démarré en janvier 2012 et seront terminés en fin d’année pour le plus grand bien des habitants des trois communes, mais aussi de l’environnement qui sera ainsi préservé. Avec Jean Vasseur, Claude Picard, Jean-Pierre Petit et les représentants du bureau d’études SOGETI et de l’entreprise ETDE Le patrimoine Les édifices cultuels sont très coûteux à entretenir pour nos collectivités et nos popu- lations ne comprendraient pas que lon aban- donne cet "héritage culturel" que constitue ce à la collégiale d’Auffay patrimoine religieux exceptionnel. alfred trassy-Paillogues a organisé une visite “ Alfred Trassy-Paillogues a mobilisé sa réserve parlementaire avec Luc Liogier, le nouveau DRaC (Directeur Régional des affaires pour de nombreux projets : Her- Culturelles en Haute-Normandie) manville, Anglesqueville-la-Bras- avec des étapes à Clères, auffay Long,-Canville-les-Deux-Eglises, La et veules les Roses pour rencon- Gaillarde, Ancourteville-sur-Héri- trer des élus qui sont confrontés court, Cleuville, Montérolier, Gueut- à des problèmes de restauration teville-les-Grés, Fresnay-le-Long, de patrimoine et qui sollicitent Varneville-Bretteville, Etoutteville, lappui de létat. Auzebosc, Tocqueville-en-Caux, Ful- à l’église Saint-Martin de Veules-les-Roses tot, Prétot-Vicquemare, ... “
  • 23. Les équipements sportifs Les activités sportives sont essentielles notamment pour lépanouisse- ment de nos jeunes dans nos villages. Le 23 mars 2012, le président du SivOSSSe (Syndicat Inauguration des vestiaires intercommunal à vocations Scolaire, Sportive et de Motteville Socio-educative) de Doudeville, Olivier thillais, avec quelques membres de son bureau, a souhaité inviter le député pour “ Alfred Trassy-Paillogues est lui présenter les tapis de sols achetés très attentif à la vie des clubs et avec la réserve parlementaire pour participe au financement d’équipe- équiper le gymnase intercommunal gé- ments en direction des communes : rard Ducastel à Doudeville. Saint-Martin-aux-Buneaux, Bosc- Les élus en ont profité pour faire une vi- Guérard-Saint-Adrien, SIVOSSSE de site plus approfondie du lieu qu’alfred trassy-Paillogues a trouvé Doudeville, Yvecrique, Ancourteville- fonctionnel et bien entretenu. sur-Héricourt, Héricourt-en-Caux, Motteville, Bois-Himont, ... “> LeS StRuCuReS veNaNt eN aiDe auX PeRSONNeS eN DiFFiCuLtéSLes structures d’hébergement pour personnes âgées Le 1er juillet 2008, alfred trassy-Paillogues posait la première pierre de ce projet intéressant pour Yvetot et sa région en direction des seniors et pour lequel il avait dû, à la demande de Seine Manche immobilière à l’époque, intervenir auprès de Jean-Louis Borloo, mi- nistre de l’emploi, de la cohé- sion sociale et du logement, pour obtenir rapidement un financement de 39  PLS, ce Alfred Trassy-Paillogues «  la à qui avait été le cas. truelle  devant les responsables de » SMI et Michel Fillocque, entrepreneur L’accompagnement des malades L’association « Détente arc en Ciel  qui œuvre dans l’accompagnement de la fin », de vie en relation avec l’équipe de soins palliatifs du CHu de Rouen, a une action remarquable que le député a souhaité honorer d’une subvention au titre de la ré- serve parlementaire en 2011. Lors de la journée d’information au Centre Régional Jeunesse et Sports d’Yerville, alfred trassy- Paillogues a loué le dévouement exceptionnel des bénévoles.
  • 24. Les accidentés de la vie alfred trassy-Paillogues est très attentif à la condition des accidentés et tra- vailleurs handicapés et il est assidu aux réunions de la FNatH à Fécamp pour la partie littorale de la circonscription et à Yvetot pour l’intérieur. a ces occasions, le député a rappelé les mesures qui avaient été prises depuis 5 années où les moyens consacrés aux personnes handicapées ont augmenté de 23 %  : > la revalorisation de 25 % de l’allocation adulte Handicapé (aaH), > le doublement de la Prestation de Compensation du Handicap (PCH), > la création de 34 490 places supplémentaires en établissements, > le doublement de la déduction fiscale accordé sur les intérêts des emprunts immobiliers, ... à Fécamp, >…. avec Jean-Claude Capron il a dit et redit combien la cause dé- fendue par la FNatH était noble et combien les ob- servations formulées auprès des parlementaires étaient justifiées, utiles à leur action et permet- taient de faire progresser ce dossier sensible. ... à Yvetot avec le dévoué Maurice Levillain, Jean-Claude Capron et Alain Frébourg, le président du Groupement Haute-Normandie L’association «Handi’chiens» alfred trassy-Paillogues a visité à allouville-Bellefosse l’exposition de l’association Han- di’chiens spécialisée dans la mise à disposition gracieuse de chiens d’assistance pour des personnes en situation de handicap, mais aussi de chiens d’éveil pour des enfants atteints de troubles autistiques. Le député a assisté à une démonstration tout à fait éloquente et a félicité les représen- tants d’Handi’Chiens et les bénévoles pour leur dévouement et leur abnégation.Le secours catholiquealfred trassy-Paillogues était invité par le Secours Catholique à une table ronde sur lesdifficultés rencontrées par les familles. après avoir rappelé les actions de sa communeet de son territoire (l’internat de Réussite educative pour des enfants des Hauts deRouen au Centre Régional Jeunesse et Sports, le chantier d’insertion «  Brigades Lesvertes  la banque alimentaire, l’espace Delahaye, (centre d’animation sociale qui or- »,ganise des centres aérés, des ateliers «  cuisine  la Semaine du goût…), le député-maire a dit combien étaient im- »,portants pour lui l’aide, l’assistance et l’accompagnement doublés de proximité et de convivialité, sans oublier lapédagogie qui doit amener à une plus grande responsabilisation des publics concernés notamment dans la gestiondu foyer et des dépenses courantes qui peuvent apparaître contraintes (téléphones portables, voitures,…).
  • 25. > LeS iNitiativeS PROtégeaNt NOtRe eNviRONNeMeNtLe CHENE d’Allouville-Bellefosse alfred trassy-Paillogues était présent à la salle Pierre Belain d’esnambuc pour l’assemblée gé- nérale du C.H.e.N.e. à allouville-Bellefosse au cours de laquelle le président Didier Féray, dans son rapport moral, a rappelé toutes les actions menées en 2011, le Réseau Na- tional d’echouage (RNe), l’analyse des cadavres de cétacés, le projet eu- ropéen d’élimination des plastiques flottants en Mer du Nord, le suivi des ani- maux soignés équipés de balises aRgOS… Le président a aussi évoqué le difficiledossier du legs de Claude thiesselin pour lequel le député est intervenu auprès du ministre de l’intérieur qui y a répondufavorablement. Les coureurs de Grève alfred trassy-Paillogues a toujours été impressionné par laction remarquable des coureurs de grèves qui régulièrement dépolluent notre littoral, nettoient nos plages (veulettes sur Mer, Paluel, Saint aubin sur Mer, veules les roses, …) et à Yvon Pesque t représentant le député contribuent à maintenir en un bel état de pro- ion l’assemblée générale de l’associat preté ce joyau quest la côte dalbâtre. Le député a toujours été proche du fondateur Jean-Claude Le- clerc et des présidents successifs (Jean-Louis Breton, Patrick Raulet, …) auxquels il a pu attribuer une aide au titre de la ré- serve parlementaire en 2007. à Veulettes, avec le maire Christian Legrand et les bénévoles La station de monte de Bacqueville-en-CauxLe CREB à Bacqueville alfred trassy-Paillogues a assisté aux côtés de gérard Savoye, ancien maire et ancien vétérinaire, à la journée «  Portes Ouvertes  de l’an- »cienne station de monte du Haras du Pin reprise par cinq vétérinaires dynamiques duPays de Caux issus des cliniques de Bacqueville-en-Caux, Doudeville, Sainte-Marie-des-Champs et Yerville.Le député se réjouit de cette initiative qui va d’abord permettre de préserver ce site ... Avec Gérard Savoyeconnu et réputé et sans doute de le développer, confortant ainsi la notoriété de Bacque-ville-en-Caux dans le monde du cheval.
  • 26. L’animation dans nos villages Le comité Saint-Roch, présidé par andré Bertin, est une association dynamique qui anime la vallée du Dun, notamment lors de la Fête du Lin. alfred trassy-Paillogues suit et soutient les activités de cette association et de ses bénévoles en assistant régulièrement aux différentes manifestations et en ayant attribué des aides en 2003, 2007 et 2008 qui ont permis l’acquisition d’équipe- es a ac- ments (chapiteau, …). Alfred Trassy-Paillogu du Comité Saint- cueilli les membres Nationale Roch à l’Assemblée> La ReCONNaiSSaNCe Du tRavaiL et Du MéRite Les médailles du travail Soirée pleine d’émotion au cabinet médical Carnot à Yvetot où était célébré le dé- part à la retraite de Françoise Foloppe après plus de 40 années d’activité profes- sionnelle. tous les médecins, en activité et retraités, les infirmières… ayant travaillé avec Françoise, étaient présents pour témoigner leur sympathie. Pierre Bobée, ancien conseiller général et maire d’Yvetot mais surtout fondateur du cabinet médical a remis la lettre du Préfet Pierre de Bousquet indiquant que “ Pierre Bobée, après avoir rappelé Françoise ferait partie de la quelques souvenirs du cabinet, a dit son promotion du 14 juillet de plaisir de participer à cette manifestation la Médaille du travail et al- aux côtés d’un député qui ne partageait Alfred Trassy-Paillogues aux côtés fred trassy-Paillogues a of- pas ses idées mais qui avait toujours ré- de la récipiendaire et de Pierre Bobée fert une médaille de pondu à ses sollicitations. l’assemblée Nationale gra- Alfred Trassy-Paillogues a confirmé qu’il vée au nom de Françoise Foloppe. avait toujours suivi les dossiers d’Yvetot et Le député a conclu en soulignant l’ambiance particulière- de son canton et qu’il avait toujours trouvé ment amicale et conviviale qui régnait au sein du cabinet en Pierre Bobée un interlocuteur de qualité entre les différents acteurs. qui était mû, comme lui, par l’intérêt géné- ral et le service à nos concitoyens “ La Saint-Fiacre La Confrérie de la Saint-Fiacre et l’un de ses dirigeants gérard Farcy, le célèbre jardinier de France Bleu Haute- Normandie, qu’alfred trassy-Paillogues rencontre réguliè- rement comme à Yvetot ou à Saint-Hellier et avec lequel il manie régulièrement l’humour.
  • 27. L’Ordre National du Mérite Le 17 mars 2012, lassociation départementale des membres de lOrdre National du Mérite tenait son assemblée générale à Yerville. Dabord au Monument aux Morts de la commune où des gerbes furent déposées par le Président Bernard Bon, par la directrice de cabinet du Préfet, par le député, par la mu- Au monument aux Morts nicipalité dYerville et les anciens combattants. d’Yerville au cours de la réunion plénière au Centre Régional Jeu- nesse et Sports, alfred trassy-Paillogues a dit son admiration et son respect pour les ti- tulaires de lOrdre National du Mérite qui portent en eux des valeurs de solidarité, de dévouement, de service de l’intérêt général… qui sont les fondements de notre Répu- blique. Le Maire dYerville a cité en exemple danciens ... Félicitant Françoise Taupin et prestigieux membres de lOrdre, Lucie aubrac grande résistante, Jacques-Yves Cousteau océanologue précurseur de la préservation de la planète, Christian Ca- brol chirurgien exceptionnel auteur de la première greffe du cœur, Léopold Sedar-Senghor académicien français et Henri troyat écrivain remarquable dorigine russe. toutes personnalités hors du commun qui font honneur à la France et à l’Ordre National du Mérite. Avec Bernard Bon et les nouveaux membres de l’ONM > Le DevOiR De MéMOiRe Les anciens combattants alfred trassy-Paillogues est attentif à l’attente de nos compatriotes sur les questions mémorielles et tout particulièrement des anciens combattants qui incarnent l’héroïsme et l’histoire de la France, et qui doivent être, à ce titre, reconnus et respectés. Les choses ont bien évolué en cinq ans : > la retraite du combattant a progressé de 35 %, > les anciens des opérations extérieures (OPeX) bénéfi- Passage de témoin entre les cient depuis 2010 de la carte du combattant, deux députés, Michel Lejeune et Alfred Trassy-Paillogues à Notre- > l’allocation différentielle permettant aux veuves et or-Dame-du-Parc le 10 mars 2012 à l’oc- phelins de guerre de ne pas vivre au dessous du seuil de pau- casion de la remise de la médaille vreté a été portée à 834 euros par mois en 2011. militaire à Jacques Goujon, aux côtés Il y a quelques jours, avec du maire Bastien Vidal ; En effet, le Yvon Pesquet, lors de l’inauguration Mais il faut poursuivre en faisant sauter le verrou du 2 juillet du Monument aux Morts de nouveau découpage des circonscrip-tions législatives affecte à compter du 1962 pour l’obtention de la carte du combattant. Beuzeville-la-Guérardmois de juin le canton de Longueville– De même, le député souhaite aller plus loin dans les liens sur-Scie à la 10ème circonscription. entre les anciens combattants et les jeunes générations, dans le rappel des fonde- ments de notre mémoire collective, en un “ Alfred Trassy-Paillogues et Yvon mot, dans le rappel des fondements de Pesquet sont très attentifs au monde l’histoire de France. combattant, notamment aux manifesta- En compagnie d’Yvon Pesquet, aux tions orgénisées par la FNACA à Yvetot, côtés de Jacques Vieuxmaire, président de l’UNC de Normandie, et de Luc Bréant, maire de Cany-Barville..., où ils sont toujours pré- Beuzeville-la-Guérard sents l’un ou l’autre. “
  • 28. Zoom sur... LES SAPEURS-POMPIERSalfred trassy-Paillogues comme député et Yvon Pesquet en tant que membre de la commis-sion administrative des services de Secours et dincendie, sont dardents défenseurs dessapeurs pompiers volontaires qui sont la trame du secours aux personnes et aux biens enmilieu rural et qui sont engagés dans 70% des interventions ; ils estiment quils doivent êtresoutenus et confortés dans leur rôle, dans leur mission, dans leur statut…C’est ce qui a été fait avec les législations récentes qui ont permis  : > la revalorisation des vacations, > l’indemnisation des heures de formation au même niveau que les heures d’intervention, > le déplafonnement du nombre de semaines d’astreinte, > les dispositifs au profit des conjoints des bénéficiaires d’allocation de Lettre d’Hervé Tesnière, vétérance et de fidélité, président de l’union départemen- tale des Sapeurs-Pompiers > l’assouplissement des règles d’accès à l’honorariat pour prolonger l’engagement au-delà de 6 ans, > le renforcement de la protection en cas de poursuites pénales, > le remplacement du terme « vacations » par celui « d’indemnités » pour éviter toute assimilation à une activité salariale, “ Alfred Trassy-Paillogues et Yvon Pes- > le versement immédiat par le SDiS des indemnités quet ont toujours considéré que la recon- naissance de l’engagement des volontaires sociales, > l’extension des droits du partenaire pacsé ou était un facteur essentiel de leur fidélisation, concubin, voire la pierre angulaire qui permettrait de > la revalorisation de l’allocation de vétérance, répondre à l’érosion des effectifs. De même, > l’assouplissement et la valorisation de la formation, le député et son suppléant savent qu’il > l’extension du dispositif de validation des acquis de existe un lien particulier entre la Nation et l’expérience (vae), ses sapeurs-pompiers qu’il convient de re- > la valorisation des élèves engagés comme JSP ou connaître, de respecter et de consolider. SPv. “ Départ en retraite du Capitaine Christian Bertin (Fontaine-le-Bourg) avec Pascal Martin, le regretté Colonel Christian Ménage et le capitaine Hervé Tesnière, pré- sident de l’Union Départementale Départ en retraite du Capitaine Yvan Bunel (Cany-Barville) Assemblée Générale de l’Union Départementale des Sapeurs Pompiers (Yvetot – 3 octobre 2009) Le Grand Décalage à Sainte-Barbe à Yerville Montville
  • 29. Le soutien aux grands dossiers locaux > L’aXe SeiNe et La LigNe NOuveLLe PaRiS NORMaNDie alfred trassy-Paillogues trouve remarquable le travail effectué par antoine Rufenacht, commissaire général pour le développement de la vallée de la Seine, qui préfigure ce concept prémonitoire d’une ca- pitale, Paris, qui «irradie» économiquement le long du fleuve jus- qu’au «port de la capitale» constitué de l’entité Rouen - Le Havre, avec une mobilité nouvelle pour les habitants sous forme d’une ligne à grande vitesse et de transports en communs modernes. alfred trassy-Paillogues souscrit à ce projet ambitieux et souhaite que notre territoire bénéficie de retombées, de même qu’il espère des «rabattements» de la Ligne Nouvelle Paris Normandie (LNPN) vers nos gares actuelles pour que nos conci- toyens puissent profiter de cette nouvelle fluidité vers Paris, vers Roissy, vers l’europe, vers le monde... Le député veut aussi préserver l’environnement et puisque l’autoroute a29 et la ligne Paris -Le Havre «cou- pent» déjà nos contrées, il appelle de ses voeux l’utilisation de la bande actuelle formée par ces deux infra- structures, ce qui préserverait d’autant les terres agricoles déjà touchées par la future liaison a 150 Barentin - Croixmare. alfred trassy-Paillogues aimerait aussi que se développent, dans ce cadre, des filières : > de déconstruction d’automobiles, de matériels ferroviaires, de navires, de matériels utilitaires... puisque des opérateurs performants existent dans notre département, le fleuve et le fer étant particulière- ment pratiques pour véhiculer du frêt lourd, > de valorisation des déchets, > de développement de chimie et énergie vertes. “ Alfred Trassy-Pailloguesespère que le nouveau gouverne-ment n’enterrera pas cette « am-bition pour la France ». “
  • 30. > La FiLièRe autOMOBiLeL’usine Renault de SandouvilleCette entreprise est emblématique dans la circonscription puisque nombreux sont ceux qui sont salariés ou retraitésde cette unité de production du grand constructeur national.Le 6 octobre 2008, alors que la crise bat son plein, antoine Rufenacht et alfred trassy-Paillogues obtiennent que lePrésident de la République vienne sur place et rencontre Carlos ghosn. Le Président de la République obtient que ledirigeant de Renault confirme la promesse qu’il a faite de pérenniser les sites français ; ainsi, Sandouville sera préservégrâce à la mise en place d’une ligne de production de véhicules utilitaires « trafic ». Le 7 octobre 2011, Carlos tavarès, n° 2 du groupe, confirme 230 millions d’euros d’in- vestissement pour produire 100 000 trafic par an avec 2 400 salariés en 2 équipes à partir de 2014 ; ainsi, 100 % des salariés en contrat à durée indéterminée seront effec- tivement employés. Audition de Carlos Ghosn à l’Assemblée NationaleLe Groupe RenaultLe député suit aussi avec attention la stratégie du constructeur national dans le domainedu véhicule décarboné en sa qualité de membre du Club des voitures ecologiques et toutparticulièrement les voitures électriques Kangoo Ze, Fluence Ze, Zoé, twizzy, qu’il dé-couvre au technocentre de guyancourt. De même, il participe à toutes les tables rondesorganisées par le ministère de l’industrie sur l’automobile. Essai du Kangoo ZE Visite du Technocentre de Guyancourt électrique Table ronde sur le véhicule au ministère de l’industrie Signature de la Charte des Voitures Ecologiques au Mondial de l’Automobile 2010
  • 31. Ils nous soutiennent... Antoine Rufenacht ancien ministre - ancien maire du Havre commissaire général pour le développement de la vallée de la Seine Pascal Martin “ Alfred Trassy-Paillogues est un compagnon de route avec lequel j’ai beaucoup Conseiller Général - maire de Montville travaillé notamment pour «décrocher» l’EPR de Penly. Il a une grande connaissance de son ter- ritoire et une réelle proximité avec les habitants “ Je travaille depuis longtemps avec Alfred Trassy-Paillogues sur des dossiers importants du canton de Clères de sa circonscription. Il est particulièrement (le refus d’implantation de la prison, l’assai- actif pour faire avancer les dossiers, quels que nissement tant attendu des communes de soient les obstacles, administratifs ou finan- Grugny, Frichemesnil et La Houssaye-Bé- ciers... . Sa forte personnalité fait de lui un ac- range, la restructuration du centre bourg de teur important de notre département et il a des Montville...) où nous avons unis nos efforts. qualités humaines que j’apprécie et qui ont de- Je souhaite poursuivre notre collaboration et puis longtemps transformé notre collaboration en amitié. “ lui apporte mon entier soutien “ Christine Boutin Présidente du Parti Chrétien Démocrate Hervé Morin Président du Nouveau Centre “ J’ai siégé avec Alfred Trassy- Paillogues, député de Seine-Mari- time très soucieux d’un développement harmonieux de son territoire et imprégné de “J’apporte à Alfred Trassy- Paillogues le soutien du Nouveau Centre. Le député de la 10ème circonscrip- valeurs auxquelles je suis attachée et is- tion de Seine-Maritime défend bien ses sues de l’histoire, de notre histoire. Alfred dossiers et je l’ai perçu lorsque j’étais au Trassy-Paillogues a toujours eu, dans son gouvernement . Il est élu rural comme moi, action, une démarche équilibrée et je suis ancré sur le terrain et respectueux de ses sûre que, si vous l’élisez une fois de plus, il concitoyens et, à n’en pas douter, il pour- ne vous décevra pas. “ suivra efficacement son action. “ DERNIèRES GRANDES RéUNIONS PUBLIQUES AVANT LE 1ER TOUR Jeudi 7 juin à 20 heures 30 à la salle polyvalente des GRANDES-VENTES en présence de Nicolas Bertrand, conseiller Général et d’Annick Bocandé, maire, ancienne sénatrice et conseillère générale Vendredi 8 juin à 20 heures 30 à la salle de la mairie d’YERVILLE en présence d’Antoine Rufenacht, ancien ministre - ancien maire du Havre - commissaire général pour le développement de la vallée de la Seine R.C.S. Le Havre B 340 651 629CONTACT : 06.98.85.10.76 ; legislatives2012@alfredtrassypaillogues.frsite internet : www.alfredtrassypaillogues.fr facebook.com/alfredtrassypaillogues ATPaillogues crédit photos : Ludovic Brissez - Frédéric Malandain - alfred trassy-Paillogues