Ad6 Review - Tv connecte - 10 Janvier 2013

275
-1

Published on

L’année 2013 commence avec l’arrivée de la TV Connectée mis en avant par des offres de TV intégrant la technologie connectée comme chez Sony ou Panasonic par exemple, ou les boitiers permettant de connecter votre TV actuelle comme les box des FAI Free, Orange, Numericable…

Published in: Business
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
275
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
3
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Ad6 Review - Tv connecte - 10 Janvier 2013

  1. 1. Ad6 Review!Du 10 Janvier 2013 : “E-marketing, la TV connectée” L’année 2013 commence avec l’arrivée de la TV Connectée mis en avant par des offres deTV intégrant la technologie connectée comme chez Sony ou Panasonic par exemple, ou lesboitiers permettant de connecter votre TV actuelle comme les box des FAI Free, Orange,Numericable…Le secteur est suivi de très près par les géants du numérique possédant leurs propresenvironnement à l’image de Google avec sa propre Google TV, ou Apple et son propre iTV (?). Eneffet ces derniers voient une opportunité d’intégrer le téléviseur à l’environnement Android ouiOS en connectant ce dernier au Smartphone et/ou tablette et/ou ordinateur. Le systèmed’exploitation Android étant utilisé par divers constructeurs à la différence d’iOS propre à Apple,les fabricants de terminaux (Smartphones, tablettes) lancent leurs propres boitiers pourconnecter votre TV comme la Archos TV Connect sur environnement Android.La TV connectée est un véritable levier pour l’économie Numérique, en France on a comptabilisé750 000 ventes en 2010 et plus de 2,65 millions en 2011 d’après GFK, soit une hausse de30%. Les Français ont un engouement de plus en plus fort pour ce support qui permet d’accéderà divers services tels que la VOD, broadcast, réseaux sociaux, vidéo en ligne…Un air de déjà vu dans les services? En effet, la France est le pays le plus en pointe en termesd’IPTV, c’est-à-dire de TV par ADSL grâce à la forte concurrence entre les box des FAI et leurs
  2. 2. offres de triple play bon marché (TV, Internet, Telephonie). La répartition est d’aujourd’hui de30,8% de foyers reliés en ADSL ou Fibre, l’lPTV occupe la deuxième place derrière la TNT avec61% des foyers et devant le satellite avec 22,5% (source : CSA). La concurrence est telle que lesbox ne cessent d’innover, proposant déjà des services comme la vidéo en ligne, la VOD, descasual gaming, réseaux sociaux sur la TV…Cela n’empêche pas la venue du géant du web Google qui voit en plus d’une opportunitéd’intégrer la télévision dans l’écosystème Android tout connecté, le moyen de gérer la publicitéautour d’un contenu audiovisuel. En vendant de la publicité ciblée et interactive, les fabricants etnotamment la firme Américaine pourront générer de nouveaux revenus. Cependant les Box desFAI Français ne laisseront pas facilement s’installer un tel concurrent, l’objectif étant deremonter la chaine de valeur publicitaire.Mais Google tente une attaque frontale envers les FAI en effectuant des projets pilote outreAtlantique en tant que nouveau fournisseur internet.Quoi qu’il en soit, une chose est sûre d’après Pascal Dasseux, Président Directeur Générald’Havas Digital : « En France, 44% des personnes interrogées déclarent regarder la télévisionavec un ordinateur portable allumé devant eux et 33% avec un Smartphone connecté. Cettetransition technologique ouvre les portes d’une nouvelle ère digitale, mobile, multi-écrans, multi-usages et multi-sensorielle avec le développement de nouvelles interfaces faisant de plus en plusappel à l’ensemble de nos sens et par conséquent une efficacité accrue de la publicité digitale liéeau fait d’être toujours connecté ce qui donne une légitimité à l’évolution vers une TV qui soitconnectée. »Lors du CES 2013, des sociétés présenteront déjà des technologies pour la publicité sur latélévision à l’instar de Gracenote prêt à lancer un système qui adaptera les spots TV en fonctiondu profil de ce que regarde le téléspectateur.Cependant ce nouveau support offre différents formats publicitaires, il n’y aura plus seulementl’achat d’espace pour diffuser un spot TV classique mais on pourra y intégrer les formats
  3. 3. classiques que l’on retrouve sur le web mais aussi au sein des fils de conversation lors d’uneémission. D’après Christine Balagué titulaire de la chaire «réseaux sociaux» à l’Institut Mines-Telecom et co-présidente du Think-tank Renaissance Numérique «La télévision connectée a unimportant potentiel pour les réseaux sociaux. A terme, les marques devront décider si ellesachètent un espace publicitaire sur la chaîne ou sur les fils de conversation qui se créent dans sonenvironnement».Du coup les chaînes comme TF1 n’auraient plus le contrôle du contenu et de la publicité, du faitque le téléspectateur pourrait devenir à tout moment internaute, ne plus prêter attention aucontenu TV pour aller sur les réseaux sociaux, ou aller sur les nouveaux formats de publicités quiappartiendraient aux divers acteurs du web, Google étant le leader du secteur. En effet une étudeIpsosMediaCT pour Time Warner montre même que le multitasking peut réduire le zapping :lorsque l’intérêt pour un programme diminue, le téléspectateur connecté se reportetemporairement sur son réseau social plutôt que de zapper… En attendant que l’écran principal neravive à nouveau son attention.Comme Olivier Frigara journaliste à Onrefaitlemac l’indique concernant l’apparition de la TVconnectée d’Apple : « Les médias sont totalement opposés à l’arrivée d’Apple. Ils ne veulent pasperdre le contrôle de leurs audiences et voir leur modèle économique être bouleversé. En France,TF1 et Canal+ sont effrayés. » En d’autres termes la TV a peur de ne plus être un media mais dedevenir un format absorbé par le média Internet qui comprend déjà comme support les PC, lesSmartphones et les tablettes.L’instance de régulation CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel) dont l’existence est liée à la TVest amené à travailler en étroite collaboration avec l’ARCEP (autorité de régulation descommunications électroniques et des postes), D’après Emmanuel Gabla, membre du Conseilsupérieur de l’audiovisuel, « La TV connectée est un sujet sur lequel les deuxrégulateurs devront collaborer. Pour nous, ce travail n’a du sens que si les deux institutions serapprochent plus : la régulation du contenu nécessite aussi la régulation du contenant », il
  4. 4. légitime donc la collaboration des deux entités plutôt qu’une fusion de ces dernières. Commel’indique Guénaël Pépin journaliste à Le Monde : « L’objectif, pour le CSA, est bien ici d’affirmer lanécessité de sa régulation des contenus audiovisuels sur Internet. Sans quoi son poids seréduirait à mesure que la télévision classique perdra de son importance. »Il s’agit donc d’une double évolution, d’un coté une bataille sur le moyen d’accès où les Box(Free, SFR, Orange, Numericable..), les téléviseurs connectés (Google, Apple, Sony, Panasonic…),un terminal Android (Archos, Asus…) se disputent la place. De l’autre côté, la conquête desbudgets publicitaires digitaux, segment sur lequel Google est déjà bien ancré. Adriano RUIZ, Chargé de marketing et de communicationSources:cnetfrance.fr nouvelobs.com nouvelobs.com zdnet.fr ipsos.fr frenchweb.fr clubic.com commentcamarche.net iabfrance.com dslvalley.com freenews.fr lemonde.fr pcworld.fr

×