Ad6 Review!Du 6 Février 2013 :                                   « Mega, le retour.»Fermé le 21 janvier 2012 de l’année de...
Cependant avec une absence de volonté d’agir et surtout une énorme pression de la part desautorités Américaine plaidant po...
Il est encore trop tôt pour se prononcer, cependant nous pouvons clairement voir que la nouvelleplateforme est beaucoup pl...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Ad6 Review - Mega, le retour - 6 février 2013

64

Published on

Fermé le 21 janvier 2012 de l’année dernière, Megaupload revient dans sa version Mega, « plus puissant et plus sécurisé ». Comme vous vous en souvenez, c’était un site d’hébergement de fichiers qui comptait jusqu’à 100 millions d’internautes par mois. Le service d’hébergement en ligne de fichiers permettant de télécharger/regarder en direct (streaming) ces derniers depuis n’importe quel endroit connecté à Internet, et de partager ses fichiers personnels avec ses proches, source de nombreux problèmes juridiques.

Published in: Business
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
64
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Ad6 Review - Mega, le retour - 6 février 2013

  1. 1. Ad6 Review!Du 6 Février 2013 : « Mega, le retour.»Fermé le 21 janvier 2012 de l’année dernière, Megaupload revient dans sa version Mega, « pluspuissant et plus sécurisé ». Comme vous vous en souvenez, c’était un site d’hébergement defichiers qui comptait jusqu’à 100 millions d’internautes par mois. Le service d’hébergement enligne de fichiers permettant de télécharger/regarder en direct (streaming) ces derniers depuisn’importe quel endroit connecté à Internet, et de partager ses fichiers personnels avec sesproches, source de nombreux problèmes juridiques.En effet, la plateforme était devenue le support privilégié des pirates pour diffuser des films,musiques, jeux video illégalement. Avec une telle quantité d’informations, la plateforme nepouvait pas contrôler la nature des fichiers hébergés, et estimait ne pas être responsable del’utilisation faite par les utilisateurs de la plateforme. Lors du procès les réactions sur la toile nese sont pas fait attendre, certains s’expriment « J’ai une voiture. Cette voiture peut aller à 230km h. Pourtant, les routes sont limitées au maximum à 130. Pourtant, si je roule à 230 et je faisun accident, la marque de voiture ne sera pas poursuivie», mais également les Anonymousinterviennent.
  2. 2. Cependant avec une absence de volonté d’agir et surtout une énorme pression de la part desautorités Américaine plaidant pour le manque à gagner des ayant droit, et prônant ainsi le droitd’auteur (SOPA). Le site a été fermé lors d’une intervention par le FBI dans la villa de KimDotcom. Certains parleront d’un complot soutenu par des sociétés comme Apple avec iTunes, etsurtout des majors qui voyaient d’un très mauvais œil le lancement prochain de Megabox etMegamovie. Des plateformes permettant l’écoute de musique/films gratuite par l’internaute touten accordant un taux de rémunération de 90% pour les ayants droit. En effet, selon les dires dufondateur de Megaupload « De cette manière, nous générerons suffisamment de revenuspublicitaires pour fournir des services premium gratuits et des contenus sous licence afin que nosutilisateurs puissent les avoir gratuitement », bien que cela ne puisse être vérifié on peutaisément en déduire les craintes pour l’industrie du disque, du cinéma, ou encore des autresservices tels que iTunes d’Apple.Quoi qu’il en soit, cette année a été lancé le site mega.com.nz,hébergé en Nouvelle Zélande et par conséquent hors de la juridiction Américaine, crypté, onpourrait penser à un grand retour de Megaupload. Cependant, avec ses problèmes avec la justiceAméricaine qui courent toujours, la plateforme a désormais un système de sécurité poursupprimer les données illicites. Le système a été montré du doigt ses derniers temps pour lasuppression d’un bon nombre de données licites. De plus pour répondre aux critiques sur lasécurité du site, le fondateur n’hésite pas à mettre en jeu des sommes d’argents pour leshackers.
  3. 3. Il est encore trop tôt pour se prononcer, cependant nous pouvons clairement voir que la nouvelleplateforme est beaucoup plus stricte et parfois trop dans une volonté de prouver (aux autorités,majors… ?) que la société s’est rangée dans le « droit chemin ». Adriano RUIZ, Chargé de marketing et de communicationSource

×