Alternatives n°8

1,091 views
1,018 views

Published on

Biomasse, l'énergie vivante

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
1,091
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
4
Actions
Shares
0
Downloads
23
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Alternatives n°8

  1. 1. 4702_ARE_MAG8 10/05/05 12:46 Page 20 NUMÉRO 8 interactif… Des réponses à vos questions E BIOMASSE, L’ÉNERGIE VIVANTE E WATTS/H EN STOCK, LE STOCKAGE DE L’ÉLECTRICITÉ E COMMENT ÉCONOMISER L’ÉNERGIE ? E DU CÔTÉ DE CORK E LA SUISSE AU CŒUR DE L’EUROPE ÉNERGÉTIQUE E RELANCE DU NUCLÉAIRE EN CHINE E LYCÉES SOLAIRES À LA RÉUNION L’article sur les hydroliennes (n° 6) m’a révélé une technologie Dans le n° 7, j’ai lu l’article consacré à l’hydrogène. alternatives dont je n’avais pas connaissance. Il y est indiqué que Je voudrais avoir des précisions concernant l’installation présente un inconvénient majeur : l’émergence le « rendement » évoqué dans l’encadré « zoom ». des mâts. (…) Mais les pales n’émergent-elles pas avant le Question de M. Jacques M., Sainte-Savine (Aube) mât support ? Même sans émerger, l’ensemble de l’hydrolienne Le « rendement » est, comme lopper une énergie mécanique doit constituer un danger pour tous les bateaux, en particulier indiqué dans notre encadré, le réellement utilisable qui serait de pêche. La réglementation autoriserait-elle de créer des rapport entre l’énergie restituée la moitié de celle contenue dans obstacles invisibles nouveaux sans imposer une information et l’énergie fournie. Dans le cas de le carburant de départ, soit 1/2, des usagers de la mer ? la pile à combustible, les spécialistes donc 0,5 ou encore 50 %, comme Par ailleurs, concernant les éoliennes danoises, la rubrique estiment pouvoir arriver à déve- indiqué dans le texte principal. « vrai ou faux » indique que l’utilisation de multiplicateurs PARLER AUTREMENT DE L’ÉNERGIE installés sur les éoliennes off-shore leur permet d’avoir une puissance plus importante. Quel serait l’obstacle à une généralisation de ces multiplicateurs aux éoliennes terrestres ? Je souhaiterais connaître les dates de début et Question de M. Pierre G., Dijon (Côte-d’Or) de fin de construction du réacteur expérimental ITER. Question de M. Thierry S., Séméac (Hautes-Pyrénées) Dans l’article relatif aux hydrolien- sous-marines situées – en l’occur- Rappelons d’abord que l’objectif Européens, les Russes et les Chinois. nes, l’auteur ne fait pas référence au rence – dans le prolongement de du projet de centre de recherche Le site de Rokkasho-mura, au Japon, mât en lui-même mais à l’ensemble fjords, les zones de pêche au chalut international ITER est de démontrer bénéficie de l’appui du Japon, des mât-pales, ces dernières étant plus sont exclues d’office. la possibilité scientifique et technolo- États-Unis et de la Corée du Sud. hautes en position supérieure. Une Concernant le Danemark, la généra- gique de la production d’énergie par Au moment où nous imprimons telle installation peut en effet lisation aux éoliennes terrestres du la fusion des atomes. Deux sites sont notre numéro, aucune décision n’a constituer un problème pour les dispositif augmentant le rendement en compétition pour son implanta- été prise et les discussions se pour- bateaux de pêche, du moins pour les de 10 % est techniquement possible, tion. Le site de Cadarache (Sud de suivent, principalement entre le chalutiers. Mais, compte tenu de la mais n’est pas envisagée. Il n’est pas la France) est soutenu par les Japon et l’Union européenne. nécessité de positionner les hydro- estimé souhaitable d’avoir une liennes dans des zones à fort vitesse de rotation trop grande près courant, au débouché de vallées d’une zone habitée… POSEZ VOS QUESTIONS Cette rubrique étant la vôtre, vous êtes invité(e) à nous faire part de vos interrogations. Nous y répondrons au fil des prochains numéros. BIOMASSE L’ÉNERGIE VIVANTE ? Magazine Alternatives — Publicorp — 13, rue Rosenwald — 75015 Paris alternatives@publicorp.fr @prochain numéro… Dans le prochain numéro… Dans le prochain E Le réacteur naturel d’Oklo Incroyable mais pourtant vrai : l’homme n’a pas inventé la fission nucléaire. Une réaction de ce type s’est amorcée, voilà quelque 2 milliards d’années, dans l’actuel gisement d’uranium d’Oklo, au Gabon, dans une couche sédimentaire riche en minerai d’uranium. La configuration de ce gisement, et sa teneur, ont fait qu’une réaction en chaîne s’est déclenchée qui a chauffé les roches alentour, et s’est entretenue pendant plus de 100 000 ans ! Découvert en 1972, ce gisement a évidemment suscité l’intérêt des scientifiques, qui ont là un excellent laboratoire naturel pour étudier le devenir de déchets nucléaires. Alternatives lui consacrera son prochain « Décryptage ».
  2. 2. 4702_ARE_MAG8 10/05/05 12:46 Page 2 ÉDITO Agence internationale de l’énergie a publié DOSSIERPAGE 4 L’ à l’automne ses perspectives énergétiques à l’horizon 2030, avec en particulier un scénario BIOMASSE, tendanciel : que se passerait-il si les politiques énergétiques dans le monde restaient ce qu’elles sont aujourd’hui? Le résultat: une consommation L’ÉNERGIE VIVANTE d’énergie en croissance de 60 %, assurée à plus de 85 % par les énergies fossiles, avec notamment une forte croissance du gaz, une dépendance accrue Regroupant l’ensemble des sources énergétiques provenant à l’égard du Moyen-Orient, une stagnation du de la matière organique, la biomasse constitue, aujourd’hui nucléaire, une croissance très forte des renouvelables mais à un niveau toujours très bas. Ce scénario n’est encore, l’énergie de base de plus d’un quart de l’humanité. pas conforme au développement durable. Bien connue comme combustible, la biomasse fait également Non parce que nous risquons une pénurie physique: l’objet d’une exploitation dans le domaine des biocarburants… les ressources géologiques restent abondantes pour de longues années, même pour le pétrole. Ce qui rend ce scénario inacceptable tient en trois points: l’accroissement des “ risques et donc de la volatilité des prix, la persistance d’iné- UN ACCROISSEMENT alternatives galités criantes dans DE L’EFFICACITÉ 1e trimestre 2005 ÉNERGÉTIQUE À NOTRE Directeur de la publication le monde et l’envo- PORTÉE, AVEC LES Michel-Hubert Jamard lée des émissions TECHNOLOGIES Watts/H en stock V 10 16 Comité de rédaction de CO2. ACTUELLES ET DU Pierre Kohler (rédacteur en chef), Du microcondensateur au barrage hydraulique, il existe ancien astrophysicien du CNRS. différents moyens de stocker l’électricité ; et cela, dans des Un simple accrois- COURAGE POLITIQUE… » Directeur de Ciel et Espace (1982 à sement de l’efficacité DÉCRYPTAGE quantités très variables. Alternatives révise ses fondamentaux. GRAND ANGLE 1988). Chef du service Informations scientifiques de RTL (1981 à 2001). énergétique aurait Thierry Piérard (rédacteur). La Suisse au cœur de l’Europe énergétique déjà des effets ap- Crédit photos Pietro Cenini/Panos/editingserver.com Petit pays par la taille, la Suisse n’en est pas moins préciables. Il est à (couverture), Codina G/Urba images un acteur de premier plan sur le marché européen de notre portée, avec (p. 6), Conrad Piepenburg/Laïf-Réa (p. 6), Jonathan Blair/Corbis (p. 7), l’électricité. Au fil des ans, elle est devenue une véritable les technologies Comment économiser l’énergie ? 12 Carr Clifton/Minden Pictures/J.H. ! « plaque tournante » pour la plupart de ses voisins. actuelles et du Editorial (p. 7), Michel Jolyot/Réa ? … La hausse du prix du pétrole et les interrogations sur l’appro- courage politique. (p. 8), Joachim Lundgren/Gamma (p. 9), T.Ledoux (p. 12-13), ÉLECTRONS visionnement ont remis les économies d’énergie sur le devant Mais il faudra aller LIBRES Silvia Otte/Photonica (p. 13), H&D de la scène médiatique. Dans notre vie quotidienne comme plus loin et pour Zielske/Laïf-Réa (p. 14), Sustainable dans l’industrie, ces économies sont déjà une réalité. Energy Ireland (p. 14), François cela intensifier la CLAUDE MANDIL, 18 19 Directeur exécutif de l’Agence Henry/Réa (p. 16), ARER (p. 18), recherche et le dé- internationale de l’énergie. Christian Dumont/Réa (p. 18), Hosatte/CEA (p. 20) veloppement: plus Illustrations L’ESSENTIEL KIOSQUE de renouvelables, bien sûr, et en particulier de bio- Karambole (p. 10-11, 17) Du côté de Cork masse, très prometteuse, plus de nucléaire, et donc 14 Conception et réalisation : 4702 Confrontées à la faiblesse de leurs ressources naturelles, Une sélection de brèves, d’ouvrages et de sites des solutions pour la gestion des déchets, plus Magazine publié par NUSYS l’Irlande, et plus particulièrement la ville de Cork, prennent Internet pour apporter un autre éclairage sur d’énergie fossile, et donc la capture et le piégeage FOCUS des initiatives tous azimuts dans le domaine des énergies l’actualité de l’énergie et les thèmes abordés du CO2. Et encore plus d’efficacité énergétique ! renouvelables. dans ce numéro. Gouvernements du monde entier, à vous d’agir ! www.areva.com Les opinions exprimées dans ce magazine Claude Mandil ne reflètent pas nécessairement celles d’AREVA et n’engagent que leur auteur. ISSN 1637-2603 Conformément à la loi Informatique et Liberté, toute personne ne désirant plus recevoir Alternatives est priée d’en informer Publicorp qui annulera immédiatement son abonnement. © 2005 NUSYS ALTERNATIVES / NUMÉRO 8 / 2-3
  3. 3. 4702_ARE_MAG8 10/05/05 12:47 Page 4 DOSSIER ❯ Un tour d’horizon sur l’un des enjeux liés à l’énergie LA FILIÈRE CHIMIE BIOMASSE BIOMOLÉCULES (cosmétique, pharmacie, déter- gents industriels et ménagers, produits phyto- RESSOURCES 01 EXPLOITATION 03 sanitaires…) BIOMATÉRIAUX (revêtements, ◗ Forêt conventionnelle isolations, ◗ Cultures et forêts à rotation rapide ◗ Cultures énergétiques (plantes sucrières ÉNERGIE emballages…) CONVERSION 02 et oléagineuses) et résidus agricoles ◗ Résidus animaux ◗ Déchets urbains (boues d’égouts) ◗ Déchets industriels ◗ Biochimie ◗ Thermochimie BIOCARBURANTS BIOCOMBUSTIBLES ◗ Procédés physico-chimiques (transports) (chaleur et/ou électricité) Ester/huile ➡ additif diesel Bois Éthanol/éther ➡ additif Résidus herbacés essence Biogaz (méthane) nergie renouvelable par excellence, la bio- de nombreux pays. Son exploitation nécessite toutefois VRAI Les déchets et résidus d’origine végétale, animale ou organique constituent une ressource énergétique renouvelable importante. Bien maîtriser son exploitation est aussi É masse est la plus ancienne source d’énergie que l’homme ait utilisée. Sous sa forme dite « traditionnelle » (dérivés du bois, herbacés ou déchets d’animaux), elle constitue encore l’énergie de base de quelque 1,6 milliard d’êtres humains n’ayant pas accès à l’électricité. Ainsi, en Afrique sub- saharienne, comme dans de nombreuses régions du OU FAUX L’intensification de vastes surfaces et des investissements importants. Cela limite son utilisation par rapport aux énergies fossiles (charbon, gaz, pétrole) dont les réserves permettront de dominer le paysage énergétique mondial pendant encore un demi-siècle. La première utilisation des biocombustibles concerne la production de chaleur, éventuellement associée à de la de l’exploitation indispensable qu’améliorer son rendement… sous-continent indien, d’Asie ou d’Amérique latine, des de la biomasse production d’électricité selon un principe de cogénération millions de foyers ne cuisinent, ne s’éclairent et ne se devrait permettre (voir « Mot à Mot », p. 8). Dans les pays industrialisés, chauffent qu’à l’aide de la biomasse, au risque, parfois, de satisfaire les il s’agit essentiellement d’une énergie d’appoint utilisée BIOMASSE d’une exploitation sauvage synonyme de dégradation besoins énergé- au niveau local pour le chauffage de bâtiments tels que tiques des pays des écosystèmes locaux (déforestation) et d’émissions en développement. des écoles, résidences individuelles, habitats collectifs ou polluantes amplifiant l’effet de serre… FAUX pour de petites installations industrielles. Les plus utili- La modernisation de sés sont essentiellement les dérivés à base de bois et, dans Vers une exploitation maîtrisée l’industrie dans ces pays une très faible mesure, les biogaz. La biomasse dite « commerciale » (ou bioénergie) est celle et leurs besoins en élec- Si en 2002 la biomasse commerciale représentait la seconde tricité, provoqués notam- que l’on exploite pour produire de l’énergie de manière ment par une urbanisa- source mondiale d’énergie renouvelable après l’hydro- industrielle, sous forme de chaleur et d’électricité (bio- tion galopante, exigeront électricité, sa part reste aujourd’hui faible dans les pays combustibles), ou pour les transports (biocarburants). des sources d’énergie industrialisés (entre 1 et 3 %), à l’exception de la Finlande, L’ÉNERGIE VIVANTE Elle fait alors l’objet d’une gestion maîtrisée et devient plus efficaces et d’une pays de grande ressource forestière où elle atteint près de meilleure régularité une énergie renouvelable à part entière. Produite par la 14 %. Même un pays comme le Brésil, premier producteur … d’approvisionnement, nature, elle constitue une ressource quasi inépuisable et comme les énergies mondial de canne à sucre, ne l’utilise qu’à concurrence de s’avère, par conséquent, particulièrement attractive pour fossiles ou nucléaires. 3 % pour son électricité. ALTERNATIVES / NUMÉRO 8 / 4-5
  4. 4. 4702_ARE_MAG8 10/05/05 12:47 Page 6 DOSSIER LA BIOMASSE CONSTITUE L’ÉNERGIE DE BASE DE QUELQUE 1,6 MILLIARD D’ÊTRES HUMAINS N’AYANT PAS ACCÈS À L’ÉLECTRICITÉ. » … La part des biocombustibles dans le domaine industriel énergétique. Ils génèrent également des emplois grâce les tensions géopolitiques autour des pays producteurs PHOTOSYNTHÈSE PHOTOSYNTHÈSE est en revanche plus significative dans les pays en déve- au développement conjoint de cultures énergétiques de pétrole et le renchérissement des prix du brut, les bio- VRAI OU CO2 CO2 loppement tels que le Brésil, l’Afrique ou l’Inde. Mais au nationales et d’installations de distillation. Ils participent carburants bénéficient à l’heure actuelle d’un contexte fur et à mesure que ces pays moderniseront leurs indus- en outre au maintien d’une activité agricole de plus plutôt favorable. tries, ils devraient se tourner davantage vers d’autres en plus respectueuse de l’environnement, ainsi qu’à la ÉMISSION ÉMISSION sources d’énergie dont les énergies fossiles convention- nelles, en raison de l’augmentation de leurs besoins. préservation d’une certaine biodiversité (optimisation des jachères). Néanmoins, les biocarburants n’interviennent Les biocarburants dans le monde La place des biocarburants dans les économies nationales FAUX Les biocarburants que faiblement par rapport aux carburants d’origine découle, pour une grande part, de facteurs locaux. sont moins per- ÉNERGIE TRANSPORT La contribution positive fossile. Ainsi, en France, quelque 50 Mtep (Méga tonnes Premier producteur d’éthanol avec 70 % de part mon- formants que CHAUFFAGE (ÉTHANOL-ESTER) des externalités équivalent pétrole) sont consommées chaque année, diale, le Brésil se trouve être ainsi le plus gros utilisateur les carburants Les biocarburants constituent uniquement dans le domaine du transport. Des experts de biocarburants (40 % de sa consommation automobile). conventionnels. EXTERNALITÉS : De la photosynthèse est exploitée de manière durable – Incidences l’autre grande utilisation de la ont pu calculer que pour remplacer intégralement le Second pays producteur avec 23 % de part mondiale, les VRAI on ne consomme pas plus que ce Leur contenu énergétique à l’énergie, le cycle sociétales biomasse commerciale. Dérivés pétrole et le gaz naturel par du biocarburant issu de États-Unis ont également lancé une politique d’envergure (la quantité de biocarbu- que la nature produit naturellement et environ- du carbone – le cycle se perpétue de lui- nementales de sources agricoles, sous forme la betterave (qui offre le meilleur rendement de pro- en faveur de l’éthanol et du biodiesel, mais cela ne repré- rant qu’il faut consommer La chlorophylle des même et l’équilibre est associées liquide ou gazeuse, ils intéressent duction d’éthanol à l’hectare, voir sente guère que 1 % de leurs carburants routiers. pour produire la même maintenu. à la produc- quantité d’énergie qu’un plantes capture l’éner- tion des principalement le secteur des encadré « Biocarburants : éthanol L’Europe, quant à elle, est en retard et sa législation ne gie solaire en transformant En revanche, les combustibles fos- carburant fossile) est glo- biocarburants. transports qui dépend presque ou esters ? », p. 8), il faudrait y fait que compenser un décalage persistant. Elle n’a produit le dioxyde de carbone (CO2), siles dégagent dans l’atmosphère MTEP : balement inférieur : il faut exclusivement du pétrole et affecter 23 % du territoire français. 1 Mtep est égale en 2002 qu’environ 2,9 millions d’hectolitres d’éthanol 1,52 fois plus d’éthanol contenu dans l’air et l’eau du sol, du C02 produit par des plantes à 1 000 000 tep. représente plus de 30 % de la Si l’on ajoute à cela intermédiaire contre 122 millions au Brésil et 76 millions aux États-Unis. que d’essence, mais seu- en hydrates de carbone, mélanges il y a des millions d’années et piégé Une « tonne consommation énergétique de l’Union européenne. Les consommée pour les engrais, la Adoptée le 8 avril 2003, une directive pour la promotion des lement 1,06 fois plus de complexes constitués de carbone, depuis dans le sous-sol. Tout le équivalent pétrole » (tep) correspond diester que de gazole. d’hydrogène et d’oxygène. En brû- carbone extrait de ces combustibles coûts de production sont certes plus élevés que ceux culture, la récolte elle-même, ainsi biocarburants a fixé des objectifs de référence: leurs ventes lant, ces hydrates de carbone se fossiles (gaz, charbon, pétrole) vient à la quantité des carburants traditionnels, mais leurs externalités sont que tout le processus de broyage, d’énergie obtenue devront représenter 2 % de celles de l’essence et du gazole décomposent en CO2 et en eau, donc en surcroît des émissions en brûlant une intéressantes. purification et distillation, ce pour- dans l’Union européenne d’ici à 2005 et 5,75 % d’ici à 2010. restituant ainsi l’énergie solaire provenant de la biomasse existante tonne de pétrole. En effet, les biocarburants contribuent à la réduction des centage dépasserait 120 % ! Pour combler son retard, l’Europe privilégie un dévelop- … emmagasinée. Tant que la biomasse et déséquilibre l’ensemble. émissions de gaz à effet de serre ainsi qu’à l’indépendance Il n’en reste pas moins qu’avec pement de la filière éthanol par la création de nouvelles ALTERNATIVES / NUMÉRO 8 / 6-7
  5. 5. 4702_ARE_MAG8 10/05/05 12:47 Page 8 DOSSIER AVIS D’EXPERT … distilleries et l’accroissement des éthanol ou esters ? », ci-dessous). De plus, en enrichissant L’intérêt cultures énergétiques appropriées. le carburant en oxygène, ils améliorent l’efficacité MOT À MOT Constituées de plantes à croissance soutenue, CULTURES Ce qui, pour la France, permettrait ÉNERGÉTIQUES : de la combustion dans les moteurs et diminuent ainsi d’économiser 918000 tep, soit 1 % Cultures spécifi- la pollution atmosphérique. Enfin, ils permettent de BIOCARBURANT les cultures énergétiques à rotation rapide sont de ses importations de pétrole quement dédiées à la production diminuer l’incorporation dans les essences de composés Matière solide, liquide ou synonymes de récoltes annuelles, de rendements gazeuse, d’origine végétale brut, en remplaçant 5,75 % de de biomasse énergétique cancérigènes comme le benzène ou les aromatiques. ou animale, utilisée pour élevés et d’équilibre de l’environnement. l’essence par de l’éthanol. Enfin, par opposition produire de l’énergie de la rotation rapide depuis le 1er janvier 2004, les États aux cultures alimentaires. De faibles rendements à la production destinée aux transports. membres ont la possibilité d’ap- Si le renouvellement des biocombustibles tels que le bois- pliquer une exonération partielle énergie s’effectue de manière quasi naturelle, les cultures BIOCOMBUSTIBLES ou totale de taxes (hormis la TVA) énergétiques servant à la fabrication des biocarburants Combustibles d’origine végé- sur les biocarburants, reconnaissant ainsi que l’industrie requièrent des investissements significatifs qui posent le tale (agricole ou forestière), des biocarburants est naissante et nécessite, pour se déve- problème de leur rendement. animale ou organique, per- “ lopper, un traitement fiscal spécifique. En amont, la culture des sols implique en effet des mettant la production d’éner- Alternatives : En quoi les cultures gie (chaleur et/ou électricité). consommations intermédiaires importantes : énergie mo- énergétiques à rotation rapide Écobilan et effet de serre : trice requise par la mécanisation (tracteurs, équipements diffèrent-elles de la biomasse un gain positif À la différence d’autres énergies renouvelables, les bio- de récolte, de broyage et de tri, transport…), épandage de pesticides et d’engrais de synthèse azotés (à base de gaz BIOGAZ Essentiellement le méthane traditionnelle ? Dr Theo VERWJIST : Un système de Privilégier les combustibles – à commencer par le bois – dégagent du naturel comme matière première). La fabrication de ces qui provient des déchets urbains (eaux usées, ordures production de biomasse idéal, consti- espèces végétales dioxyde de carbone (CO2) lors de leur combustion. Leur impact net sur l’effet de serre est cependant quasi nul, derniers est fortement consommatrice d’énergie. Par ailleurs, outre leur propre contribution à l’émission de ménagères) ou animaux (déjections du bétail). tué de cultures à rotation rapide, doit offrir une différence minimale entre et les modes de du fait qu’ils restituent dans l’atmosphère le CO2 emmaga- siné par les plantes lors de leur croissance. gaz à effet de serre (dioxyde d’azote), ils ont un impact négatif sur la qualité des sols et sur celle des nappes phréa- son rendement brut et son rendement net (voir « Zoom »). On constate en croissance les Pour les biocarburants, le bilan est encore plus positif : tiques. De plus, les procédés industriels de distillation des COGÉNÉRATION C’est la production de cha- effet une perte importante dans l’éner- plus performants. » le remplacement d’un seul litre d’essence par un litre biocarburants, particulièrement l’éthanol, sont pollueurs leur et d’électricité à partir gie solaire que la plupart des végétaux d’éthanol libère 75 % d’émissions à effet de serre en moins. à leur niveau, onéreux et hautement énergivores! La filière d’un même combustible : cultivés sont censés fixer. Une perte sur tique intensive. Nous avons donc Pour exprimer ce gain en équivalent carbone, il faut savoir des biocarburants apparaît donc comme une filière néces- gaz de fermentation (métha- laquelle nous ne pouvons pas intervenir. sélectionné pour nos cultures énergé- qu’une tonne d’éthanol produit 2,7 tonnes de CO2 sitant des équipements de production et de traitement ne), gaz naturel, charbon, Nos cultures énergétiques privilégient tiques à rotation rapide des saules, des fioul, etc. de moins que l’essence, et une tonne de diester, 2,5 tonnes qui obèrent singulièrement le rendement global et ne sont donc les espèces végétales et les modes peupliers, certains types d’herbes hau- de moins que le gazole ! (voir encadré « Biocarburants : pas neutres en termes d’environnement. ■ de croissance les plus performants. tes, des eucalyptus et d’autres espèces Pour être clair, un système de récolte de récoltes annuelles et pérennes à rotation rapide peut fournir un comme les roseaux et le miscanthus1. rendement dix à vingt fois supérieur Grâce à leurs propriétés biologiques à celui de nos forêts les plus intensi- spécifiques, ces espèces jouent un rôle C Dr Theo VERWJIST, université suédoise des sciences de l’agriculture.* vement exploitées ou encore égaler clé dans l’équilibre hydrique des sols, les meilleurs niveaux de production dans leur enrichissement et dans leur Autobus alimenté par du biodiesel. agricoles actuels. réhabilitation. En Suède, par exemple, Biocarburants : par l’ajout d’isobutylène (un dérivé communément appelés biodiesels du pétrole) et incorporé alors aux États-Unis et en Europe, à elles forment des barrages naturels alimentaires. Enfin, on en tire des bio- éthanol ou esters ? Il existe deux filières pour la jusqu’à 15 % dans l’essence. Au Brésil, l’éthanol provient l’exception de la France qui utilise le terme de « Diester » (marque Alternatives : Ce nouveau mode d’exploitation est-il sans inconvé- pour empêcher la dispersion des nutriments nécessaires aux sous-sols ZOOM combustibles comme des charbons actifs ou du charbon de bois pour fabrication des biocarburants. essentiellement de la canne à déposée, contraction de diesel Rendement brut nient pour l’environnement ? des cultures alimentaires voisines, tout et rendement net la métallurgie au Brésil, ou encore L’éthanol est extrait par distillation sucre. Il est mélangé à l’essence et d’ester). Le mélange autorisé est de 5 % à la pompe en Europe Dr Theo VERWJIST : Si l’on considère en générant une quantité de biomasse Rendement brut : des biomatériaux pour l’aména- des plantes à forte teneur en sucre dans une proportion pouvant et jusqu’à 30 % pour les flottes l’utilisation des sols dédiés à l’agricul- exceptionnelle et en filtrant les eaux rendement à l’hectare gement d’espaces verts (en Suède, (betterave, canne à sucre) ou en atteindre 24 % ou même utilisé captives*, sans modification des ture ou la gestion des forêts destinées d’alimentation de rivières et de lacs. entre l’énergie solaire au Danemark et en Belgique). ■ amidon (blé, pomme de terre, pur dans des véhicules dédiés moteurs. Autre avantage à souli- emmagasinée et le maïs…). C’est un alcool éthylique (près de 13 % du parc automobile). au bois de coupe industriel, on De plus, on peut les fertiliser à l’aide gner : le processus de fabrication volume de plantes 1. Roseau de Chine. Plante graminée vivace à résultant de la fermentation des Les esters proviennent des huiles constate qu’en matière d’hydrogra- de déchets urbains comme les boues à partir des graines d’oléagineux effectivement récolté. croissance rapide, feuilles longues persistantes sucres, selon un processus végétales (colza, tournesol, soja…) donne un résidu solide, le tourteau, phie, d’érosion, de pollution et d’autres d’égouts ou les eaux usées, qu’elles en hiver. complexe. Pur, il peut être mélangé et sont un additif du gazole. Rendement net : 2. Métal blanc, lourd, comparable au zinc, jusqu’à 5 % à l’essence dont il Pour les adapter à l’alimentation destiné à l’alimentation animale, conséquences négatives, les choses filtrent naturellement. Elles ont biocombustible prêt anti-corrosion et très toxique, utilisé notam- améliore la qualité de la combustion directe des moteurs actuels, on tandis que la fabrication des EMHV sont par bien des aspects peu satisfai- en outre la capacité de fixer certains à l’emploi, prenant en ment dans les piles. On le retrouve dans et réduit les émissions polluantes. les mélange à du méthanol (alcool donne de la glycérine. santes au regard du développement métaux lourds. Elles peuvent aussi compte le traitement certains engrais contaminés par de la bio- En Europe, il est plutôt utilisé méthylique provenant du méthane) des sols, les engrais, masse exploitant les déchets urbains. * Véhicules d’entreprise ou municipaux durable. Par ailleurs, la vocation assainir des sols contaminés par des sous forme de mélange d’ETBE et ils deviennent alors des EMHV la mécanisation de dotés de caractéristiques identiques et même de ces sols ne les prédispose pas engrais au cadmium2 et les rendre à (éthyl-tertio-butadiène-éther) (esters méthyliques d’huile végétale), gérés par un organisme unique. la récolte, les procédés * Responsable du département, chaire de à une exploitation à caractère énergé- nouveau disponibles pour des cultures industriels en aval, etc. sylviculture à rotation rapide. ALTERNATIVES / NUMÉRO 8 / 8-9

×