Livre libres contributions economiques tome 2
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Livre libres contributions economiques tome 2

on

  • 2,234 views

Tome 2 / Libres contributions économiques.

Tome 2 / Libres contributions économiques.
Economie politique et éclairage sur la crise.

Statistics

Views

Total Views
2,234
Views on SlideShare
2,224
Embed Views
10

Actions

Likes
0
Downloads
13
Comments
0

1 Embed 10

https://twitter.com 10

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Livre libres contributions economiques tome 2 Livre libres contributions economiques tome 2 Document Transcript

    •   1                                                                                                              Risques,  espoirs                                                                   et  libres  contributions  économiques          
    •   2   Introduction       Six  ans.   Six  ans  que  le  mot  crise  sévit  autant  dans  nos  esprits  que  dans  les  vies  quotidiennes   occidentales  et  singulièrement  européennes.   Une  crise  économique,  c'est  autant  la  destruction  d'espoirs  humains  que  la  réalisation   de  risques,  qu'ils  soient  financiers  ou  industriels  ou  de  toute  autre  nature.   Une  crise  économique,  c'est  un  défi  pour  l'entendement  des  gouvernants  et  une  gageure   pour  les  économistes  qui  sont  supposés  être  les  mieux  à  même  de  tenter  d'esquisser  des   pistes  de  sortie  des  difficultés.   Une  crise  économique  de  cette  intensité  et  de  cette  durée  sera  forcément  la  mère  d'une   société  différente.   En  cela  nous  rejoignons  les  propos  du  professeur  Albert  Jacquard  tenu  à  Laval  lors  d'une   conférence   (   4   novembre   2008   )   :   "   Ce   qui   se   passe   à   Wall   Street   depuis   cet   été   est   grotesque.   Arrêtons-­‐nous   !   Nous   avons   la   chance   de   constater   que   le   capitalisme   a   échoué.  Pourquoi  ne  pas  essayer  une  autre  structure  ?  Nous  ne  vivons  pas  une  crise.   Nous  vivons  une  mutation  de  notre  monde.  Les  jeunes  auront  à  bâtir  ce  monde  nouveau,   et  non  perpétuer  l'ancien  ".   Effectivement,   il   s'agit   bien   d'une   mutation   en   profondeur   où   la   notion   de   confiance   chère  à  Alain  Peyrefitte  est  attaquée  de  toutes  parts.   L'évaporation  de  la  confiance  explique  la  raréfaction  du  crédit  (  "credit-­‐crunch"  )  bien   davantage  qu'une  hypothétique  rareté  des  liquidités.   Ceci   atteste   que   la   question   bancaire   n'est   pas   résolue   et   que   ce   secteur   crucial   pour   l'économie  porte  en  lui  les  ressorts  d'une  crise  systémique.   Une  première  partie  de  cet  ouvrage  est  donc  dédiée  à  la  situation  des  banques  et  à  leur   supervision.   Puis,   nous   vous   proposons   d'examiner   les   risques   d'érosion   sociétale   parmi   lesquels   figurent  le  chômage  et  la  crainte  du  déclassement  social  dont  on  relève  qu'elle  est  une   notion  en  extension.   Est-­‐il  humainement  satisfaisant  d'envisager  vivre  dans  une  société  au  sein  de  laquelle   cinq  millions  de  gens  sont  précarisés  et  dix  millions  dans  la  crainte  d'être  déclassés  ?  En   commençant  par  la  perte  de  leur  capacité  à  conserver  leur  logement.     L'érosion  sociétale  appelle  à  davantage  d'humanité  et  nous  prendrons,  à  cet  effet,  un   exemple  d'une  profession  réglementée.     Nous  aborderons  alors  le  thème  de  l'espoir  à  travers  une  analyse  critique  du  rapport  de   Louis  Gallois  et  une  série  de  chapitres  qui  traiteront  de  l'innovation.     Jamais  l'humanité  n'a  inventé  autant,  aussi  vite  et  dans  autant  de  domaines  distincts.   Certains  verront  là  le  triomphe  de  l'analyse  de  J.  Schumpeter  mais  il  faut  surtout   entrevoir  les  nouvelles  puissances  qui  vont  être  données  à  l'Homme  et  former  le  vœu   qu'il  saura  les  utiliser  à  bon  escient.  
    •   3     Pour  terminer  cette  introduction,  nous  émettons  une  parole  à  valeur  –  après  d'intenses   réflexions  –  de  postulat  :   La  crise  est  là.  Elle  apporte  détresses  et  difficultés  autant  que  perspectives  d'un  nouveau   monde.   Si  le  cycle  Juglar  se  vérifie,  nous  avons  entre  quatre  à  sept  ans  d'épreuves  :  peut-­‐être  pas   sept  ans  de  malheurs  mais  sept  ans  d'angoisses  comme  nous  l'avons  écrit  dans  "  Crise  et   Libres  contributions  économiques".   Ce  n'est  jamais  satisfaisant  que  des  millions  de  gens  aient  peur  du  lendemain  :  que  les   forces   de   l'espoir   que   nous   évoquerons   ici   soient   au   rendez-­‐vous   de   notre   histoire   collective.     Avec  l'expression  de  mon  dévouement,    Mars  2013.                                              
    •   4   Sommaire       L'INEVITABLE  QUESTION  DES  RISQUES  BANCAIRES       I.    Les  banques  et  l'archipel  de  la  cupidité     II.    La  supervision  bancaire  :  entre  progrès  et  supercherie     III.    La  BCE  et  la  supervision  bancaire  :  de  l'ambition  !     IV.  Une  supervision  bancaire  a  minima     V.    La  compliance  :  roue  de  secours  ou  outil  d'envergure  ?     VI.    Les  banques  et  le  rapport  Liikanen  :  passion  ou  raison  ?     VII.  L'obligation  de  testament  des  banques     VIII.    Les  ressorts  de  la  crise  systémique     IX.    Jusqu'où  iront  certaines  banques  ?       L'INCONTOURNABLE  EROSION  SOCIETALE  ET  SES  RISQUES       X.      La  vraie  crainte  du  déclassement  social     XI  :    Le  chômage  :  "on  a  tout  essayé"  ?     XII.      La  délicate  question  des  salaires  en  France     XIII.    A  la  rentrée,  il  faut  qu'on  se  parle  !     XIV.    Une  société  en  manque  d'humanité     XV.    Le  coût  croissant  de  la  dépendance  et  l'implosion  possible     XVI.      Jeux  en  ligne  et  poison  social  en  devenir         LES  RISQUES  VISANT  L'ETAT  :     XVII.      Des  consultants  contestables     XVIII.      Le  Défenseur  des  droits  :  complications  pour  l'entreprise  ?  
    •   5     XIX.            La  CNIL  et  le  chef  d'œuvre  en  péril     XX.            2012-­‐2015  :  vers  un  calendrier  infernal     XXI.          2013-­‐2015  :  les  "  3  sorcières  "  ?     XXII.        Confiance  et  politique  économique         L'ESPOIR    EN    ECONOMIE  :     XXIII.      Pour  que  revive  l'aménagement  du  territoire     XXIV.    Hélas,  nous  sommes  Gallois-­‐sceptiques     XXV.      Compétitivité  hors-­‐prix  et  externalités     XXVI.        Entreprises  innovantes  :  urgence  !     XXVII.      L'innovation,  pari  mais  nécessité     XXVIII.    L'innovation,  matrice  de  l'expansion         EN  GUISE  DE  CONCLUSION  :       XXIX.      De  l'espoir  en  économie       ANNEXE  :    NOS  TWEETS  CORDIAUX  AVEC  LE  MONDE  DE  L'ECONOMIE  :     Tweets  retweetés  par  le  site  web  du  journal  Le  Monde,  supplément  Economie.                  
    •   6   I   Les  banques  et  l'archipel  de  la  cupidité       Les   banques   ont   été,   une   fois   de   plus,   prises   dans   une   tourmente   médiatique   et   des   tourments  judiciaires  notamment  par  le  biais  de  ce  que  l'on  nomme  l'affaire  Barclays  au   sein  de  la  City.   Autant  le  dire  tout  de  suite,  les  choses  sont  simples  –  pour  nous  –  au  plan  du  ressenti   humain.  Quand  nous  pensons  au  courage  des  pilotes  de  la  R.A.F  en  1940  opportunément   vanté   par   Winston   Churchill,   nous   sommes   résolument   anglophiles.   Quand   nous   commençons  à  cerner  ce  qui  semble  s'être  passé  à  la  City  depuis  plusieurs  mois,  nous   sommes   pris   d'une   anglophobie   strictement   définie   à   une   petite   et   puissante   aire   géographique,   celle   de   l'archipel   de   la   cupidité   que   ses   actions   parfaitement   répréhensibles  parcourent  et  délimitent.   Archipel  géographique  car  toute  la  City  ne  saurait  être  touchée.  Archipel  de  la  cupidité   car   seule   l'envie   d'être   "   greedy   "   peut   expliquer   des   comportements   aussi   grossièrement  fautifs.   Rentrons  donc  dans  l'horlogerie  de  la  perversité  de  certains  financiers  qui  portent  beau   mais  n'ont  pas  de  concordance  entre  la  qualité  de  leurs  costumes  et  l'étroitesse  de  leurs   âmes.   Pour  aller  droit  au  but  tel  un  footballeur  espagnol  :  il  y  a  eu  fraude  sur  le  Libor  qui  est  le   "  London  Interbank  Offered  Rate  ",  c'est  à  dire  le  taux  du  marché  monétaire  à  Londres.   Ce   qui   est   important   –   et   devient   la   clef   de   la   question   –   c'est   que   le   Libor   est   une   moyenne  déterminée  entre  les  taux  du  marché  bancaire  (  toujours  à  Londres  )  à  une   certaine  maturité  et  telle  ou  telle  devise  (  Livre,  Euro  ou  Dollar  ).   Plus   concrètement,   les   banques   de   la   City   sont   consultées   chaque   jour   par   la   BBA   (   British   Banking   Association   )   qui   prend   note   des   taux   maximum   que   les   banques   acceptent   de   souscrire   lorsqu'elles   empruntent   et   des   taux   minimum   que   les   mêmes   banques  sont  prêtes  à  concéder  à  leurs  clients.  La  BBA  joue  alors  le  rôle  d'une  sorte  de   chambre  de  compensation  chère  à  l'économiste  Léon  Walras  et  fournit  la  valeur  et  la   tendance  des  taux  d'intérêts.   Comme  le  lecteur  averti  l'aura  pressenti  voire  deviné,  il  y  a  eu  entente  entre  plusieurs   grandes  banques  pour  faire  évoluer  le  Libor  dans  un  sens  qui  leur  était  favorable.   Trois  épiciers  et  une  supérette  au  coin  de  votre  rue  peuvent  aussi  se  mettre  d'accord   pour   un   bricolage   défavorable   aux   consommateurs.   Jusque   là,   rien   de   nouveau   en   économie.  Sauf  que  dans  le  cas  du  Libor,  l'archipel  de  la  cupidité  a  généré  une  fraude  de   la   taille   d'un   bloc   de   continent   car   le   Libor   est   le   taux   retenu   pour   des   millions   de   transactions.   Un  chiffre  :  un  chiffre  doit  être  cité.  Il  se  suffit  à  lui-­‐même.  Il  y  a  un  consensus  de  place   pour  considérer  que  le  Libor  sert  de  support  à  350  000  milliards  de  dollars  (  trois  cent   cinquante  mille  milliards...)  de  transaction.  On  imagine  une  fraude  ne  portant  que  sur  3   %   des   transactions   viciées   à   hauteur   de   5   %   :   à   vos   calculettes,   amis   de   la   finance   dérégulée  comme  le  Professeur  Jean-­‐Jacques  Rosa  et  autres  Alain  Madelin.  
    •   7   Concrètement,  où  en  sommes-­‐nous  ?   L'archipel  de  la  cupidité  ayant  été  démasqué,  quelques  personnes  sont  démises  de  leurs   fonctions   tel   l'emblématique   Président   de   la   Barclays.   Pendant   ce   temps-­‐là,   les   Etablissements   bancaires   toujours   subtils   négocient   –   derrière   d'épaisses   portes   capitonnées  –  l'abandon  des  poursuites  judiciaires  moyennant  le  paiement  d'amendes   records.  Le  chiffre  de  360  millions  d'Euros  est  avancé  pour  la  Barclays,  de  190  millions   d'euros  pour  la  Royal  Bank  of  Scotland,  et  le  chiffre  est  secret  pour  UBS,  HSBC,  etc.   Il  y  a  plusieurs  années,  le  Conseil  de  la  Concurrence  avait,  en  France,  infligé  des  amendes   importantes   aux   cimentiers   et   aux   lessiviers   pour   ententes   :   le   seul   défaut   de   raisonnement,  c'est  que  le  préjudice  est  reconstitué,  recalculé  et  jamais  déterminé  de   manière   quasi-­‐certaine.   Et   si   la   Barclays   avait   réussi   à   engranger   3   milliards   d'euros   depuis  le  temps  que  cette  danse  malsaine  sur  le  Libor  durait,  cela  veut  dire  qu'elle  aurait   à  régler  12  %  de  son  "erreur".  On  voit  bien  qu'il  y  a  question  et  la  proportionnalité  des   amendes  rapportée  aux  montants  probables  des  fraudes  interpelle  la  raison.   De  manière  fort  britannique  et  lucide,  le  Gouverneur  de  la  Banque  d'Angleterre  s'insurge   contre   "   la   tromperie   comme   moyen   de   faire   de   l'argent   ".   L'assistante   d'une   banque   payée  1.400  euros  nets  partage  sûrement  son  point  de  vue  et  attend  le  futur  séminaire   des  cadres  où  la  question  de  la  "  fierté  d'appartenance  à  la  firme  "  sera  traitée  par  un   consultant  assez  bien  rémunéré.  See  what  I  mean.   Nous  l'avons  déjà  énoncé  :  l'archipel  de  la  cupidité  est  un  foyer  de  grave  démotivation   des   travailleurs,   de   repoussoir   pour   les   clients   et   de   risque   pour   la   confiance   inter-­‐ bancaire  dont  le  Libor  est  le  taux  phare.   Mais  dans  cette  crise  bancaire  qui  s'étire  depuis  2008,  il  y  a  toujours  un  moment  un  rien   pathétique   :   la   City,   connue   pour   son   grand   libéralisme,   vient   de   demander   plus   de   régulation  et  vient  –  par  l'intermédiaire  de  l'Association  des  banques  britanniques  –  de   suggérer  au  Gouvernement  de  superviser  la  fixation  du  Libor.   Au  plan  méso-­‐économique,  cela  prouve  que  les  firmes  transnationales  peuvent  se  jouer   des  régulations  et  fausser  le  thermomètre  cardinal  de  la  finance  mondiale.  Insoutenable.   Au  plan  macro-­‐économique,  cela  suppose  une  révision  de  plein  de  données  quantifiées   fondées  sur  des  analyses  Libor  qui  sont  désormais  entachées  d'erreurs  de  conception  :   vaste  programme  pour  les  quantitativistes.   Au   plan   micro-­‐économique,   si   nous   étions   au   board   de   Coca-­‐Cola   et   que   nous   avions   emprunté  sur  base  Libor  plus  alpha,  nous  aurions  des  petites  questions  de  confiance    à   poser  à  nos  amis  cupides.   Suez,   Panama,   Stavisky,   La   garantie   foncière,   etc   :   tous   les   temps   ont   été   peuplés   de   scandales.   En   revanche,   dans   le   contexte   d'un   système   où   c'est   précisément   la   dynamique   inter-­‐bancaire   qui   a   fait   défaut   en   2008   suite   à   la   faillite   de   Lehman   Brothers,  n'était-­‐il  pas  très  hasardeux  de  tricoter  avec  l'authenticité  du  Libor  même  par   cupidité  ?   "  La  valeur  ou  l'importance  d'un  homme,  c'est  comme  pour  tout  autre  objet,  son  prix,   c'est   à   dire   ce   qu'on   donnerait   pour   disposer   de   son   pouvoir   :   aussi   n'est-­‐ce-­‐pas   une   grandeur  absolue,  mais  quelque  chose  qui  dépend  du  besoin  et  du  jugement  d'autrui.  "   (  Hobbes,  in  Léviathan  ).  
    •   8   Les   grands   banquiers   de   Londres   avaient   beaucoup   de   pouvoir   et   étaient   des   gens   enviés  en  valeur  absolue.  Les  banques  vont  absorber  ce  choc  et  le  monde  a  besoin  d'elles   ce   qui   rend   un   rien   fataliste.   En   revanche,   pour   certains   le   jugement   d'autrui   cher   à   Hobbes   va   s'exercer   :   l'archipel   de   la   cupidité   vient   de   les   transformer   en   fucacées   desséchées  car  loin  de  la  marée.  C'est  ainsi,  l'argent  change  de  cheval  quand  celui-­‐ci  n'a   plus  le  talent  requis  et  gageons  que  les  arrangements  en  cours  entre  les  autorités  et  les   banques  vont  faciliter  de  nouvelles  brillantes  carrières  :  puissent-­‐elles  avoir  au  revers  de   leurs  vestes  impeccables  brodé  le  mot  vertu....   Pour  conclure,  ces  récents  évènements  sont  moins  festifs  que  les  60  ans  de  règne  de  la   Reine  et  interpelle  les  travaux  de  centaines  de  personnes  :  ceux  chargés  de  l'anticipation   des  crises  à  travers  l'analyse  des  statistiques.   Pour  ne  citer  que  les  plus  grandes  institutions,  le  FMI  a  lancé  depuis  quelques  années  un   programme  "  Data  link  "  et  tend  à  développer  un  groupe  qui  réunit  les  grandes  agences   statistiques  des  principaux  pays.  Plus  compromise  par  des  affaires  de  type  Barclays,  la   BRI  (  Banque  des  Règlements  internationaux  )  collecte  des  données  à  partir  des  bilans   consolidés  des  Etablissements.  On  mesure  ici  les  limites  de  l'approche  bilancielle  si  les   conditions  d'obtention  du  produit  net  bancaire  sont  frauduleuses.   Des   efforts   sont   en   cours   pour   ce   qui   a   trait   à   l'exposition   des   banques   aux   risque-­‐ devises   et   aux   produits   dérivés   simples   mais   une   large   indétermination   subsiste   concernant   les   dettes   complexes   :   autrement   dit,   les   engagements   hors-­‐bilan,   les   contrats   d'échange   sur   le   risque   de   défaut   (CDS   ),   les   produits   structurés   du   type   obligations  adossées  à  des  emprunts  (  CDO  ),  etc.   La   capacité   des   décideurs   publics   et   des   Régulateurs   d'anticiper   l'onde   de   choc   exact   d'un  point  de  crise  (  black  spot  )  est  encore  très  en-­‐deçà  des  besoins  :  pour  schématiser,   le   seuil   de   déclenchement   des   alarmes   incendie   n'est   pas   véritablement   à   un   niveau   qualifiable  de  satisfaisant.  Quant  à  la  prévention,  elle  relève  –  en  pratique  –  de  l'illusion   tant   les   crises   successives   ont   montré   que   l'archipel   de   la   cupidité   était   un   animal   dangereux  par  la  toxicité  des  phénomènes  qu'il  induit.   Dans   un   monde   économique   où   il   est   avéré   que   les   anticipations   rationnelles   et   les   asymétries  d'information  sont  deux  notions  qui  sont  objectivement  pertinentes,  l'affaire   de  la  Barclays  et  de  la  City  nous  plonge  vers  une  zone  de  risques  du  fait  de  banquiers  qui   ne  veulent  jamais  croire  que  le  panneau  sens  interdit  de  nos  villes  peut  avoir  un  sens  en   finance.   Finalement,  à  ces  banquiers,  certainement  admirateurs  de  la  Suisse  qui  fête  Rousseau  en   ce  moment  (  pour  son  300ème  anniversaire  ),  on  a  juste  envie  de  leur  faire  écrire  à  l'infini   une  des  phrases  de  ce  beau  philosophe  :    "  L'argent  qu'on  possède  est  l'instrument  de  la   liberté;  celui  qu'on  pourchasse  est  celui  de  la  servitude  ".    J.J  Rousseau,  in  Confessions.   Par   leurs   comportements   répréhensibles,   ils   ont   directement   contribué   à   accroître   le   risque   systémique   et   l'aléa   sur   le   poste   comptable   '   dettes   bancaires   "   de   milliers   d'entreprises.      
    •   9   II   La  supervision  bancaire  entre  progrès  et  supercherie       Le  sommet  européen  du  18  Octobre  2012  a  été  l’occasion  d’une  remise  à  plat  du  dossier   délicat  du  projet  de  supervision  bancaire.  Depuis  la  crise  de  2008,  ce  projet  n’est  pas  un   luxe  superfétatoire.  Mais  de  la  nécessité  au  progrès,  il  peut  aussi  y  avoir  supercherie.     La  crise  de  2008  est  le  reflet  causal  de  surendettements  particuliers,  institutionnels  et   étatiques  :  elle  a  surtout  été  le  révélateur  des  liens  considérables  de  type  interbancaire   d’où   les   risques   issus   de   la   faillite   de   Lehman   Brothers.   A   un   moment,   de   nombreux   décideurs  ont  craint  un  effet-­‐domino  tandis  que  le  marché  interbancaire  se  tarissait  par   manifestations  de  prudence  mutuelle  des  établissements  financiers  occidentaux.   Dès  2009,  il  a  été  engagé  une  réflexion  importante  afin  de  réduire  le  niveau  de  risque.   Ainsi,  lors  du  mois  de  février  2009  paraissait  le  rapport  émis  par  Jacques  de  Larosière    (   ancien   directeur   général   du   FMI,   ancien   Gouverneur   de   la   Banque   de   France,   ancien   président  de  la  BERD  )  sur  la  refonte  du  système  de  supervision  financière  européenne.   Ce  rapport  public,  destiné  à  la  Commission  européenne,  recommandait  la  création  de   deux   structures   afin   de   pouvoir   réaliser   une   supervision   bancaire.   Après   l’action   du   commissaire  européen  McCreevy  à  la  fin  de  2009,  le  règlement  du  24  novembre  2010  (   EC  :   1093/2010   )   est   adopté   et   instaure   la   création   de   l’Autorité   Européenne   de   Surveillance  (  parfois  aussi  nommée  Autorité  Bancaire  Européenne  ).   L’objectif   de   l’ABE   est   clair  :   il   s’agit   de   veiller   à   l’efficacité   du   système   européen   de   surveillance  financière.  Cette  Autorité  est  entrée  en  fonction  opérationnelle  à  compter   du  1er  Janvier  2011  :  au  lendemain  du  Nouvel  An  pour  reprendre  le  titre  d’une  tribune   du  commissaire  Michel  Barnier  (  site  Le  Cercle  Les  Echos  :  17/10/2012  ).   L’ABE   est   dotée   de   la   personnalité   juridique   et   doit   s’assurer   de   la   transparence,   l’intégrité  et  l’efficacité  des  marchés  financiers  tout  en  veillant  au  caractère  sécurisé  des   prises  de  risques  de  crédit.   A  ce  stade,  on  pourrait  se  satisfaire  de  la  situation  mais  deux  bémols  –  parmi  d’autres  –   viennent  nuancer  le  progrès  apparent.  D’une  part,  le  calendrier  européen  est  toujours   truffé  d’aléas  :  d’une  idée  du  début  2009,  on  aboutit  à  un  outil  performant  seulement  au   début   de   2011.   Deux   ans,   donc.     Deuxième   bémol,   lorsque   la   quatrième   banque   espagnole   (   Bankia   )   frôle   la   faillite   et   conduit   l’Etat   à   une   nationalisation   précipitée   début  2012,  on  n’a  guère  vu,  lu  ou  entendu  l’ABE.  Idem  pour  la  situation  complexe  de   Dexia.  Le  progrès  se  serait-­‐il  mué  en  bureaucratie  voire  en  supercherie  ?  La  question  est   posément  et  objectivement  ouverte.     L’ABE   est   chargée   de   piloter   les   évaluations   des   risques   qui   visent   à   déterminer   la   solidité  des  banques.  Lorsque  des  "stress  tests"  ont  été  réalisés,  les  premiers  modules   n’incluaient   pas   dans   leur   périmètre   l’analyse   des   créances   liées   à   des   dettes   souveraines.   Là   encore,   une   question   de   principe   se   pose   tant   était   déjà   connue   l’ampleur  des  déficits  publics.  L’inanité  des  efforts  des  auditeurs  est  établie  s’il  y  a  un  tel   défaut   de   périmètre.   Où   est   le   progrès  ?   Faut-­‐il   y   voir   une   supercherie   au   sens   de  
    •   10   duperie  ?  Oui,  les  premiers  stress  tests  ont  été  un  marché  de  dupes  à  meilleure  preuve   les  établissements  mal  évalués  lorsque  l’ensemble  des  risques  souverains  a  été  intégré   dans  le  champ  des  tests.   Après  ce  rappel  et  la  description  de  ce  progrès  en  cours  de  déploiement  se  pose  bien   évidemment  une  question-­‐clef  :  nous  avons  tous  entendu  les  Chefs  d’Etat  déclarer  que  la   supervision  bancaire  allait  être  conduite  et  exclusivement  pilotée  par  la  Banque  Centrale   Européenne.  Quid  de  l’avenir  de  l’ABE  ?   Le   commissaire   Barnier   a   écrit   le   17   courant  :   «  Au   cours   des   négociations   actuelles,   nous  pouvons  affiner  les  rôles  des  autorités  nationales  et  européennes,  mais  l’autorité   ultime  doit  appartenir  à  la  BCE  ».  Le  propos  est  en  cohérence  avec  celui  des  exécutifs   mais  quelle  traduction  concrète  comprendre  derrière  le  verbe  «  affiner  ».   La  BCE  est  à  Francfort  et  la  Chancelière  Merkel  a  très  clairement  indiqué  que  le  siège  de   la  supervision  y  serait  aussi.  Pendant  ce  temps-­‐là,  l’ABE  a  son  siège  à  Londres...    Dilution   de  l’ABE,  Subdivision  au  sein  de  la  BCE,  Dissolution  de  la  personne  morale  ABE  devenant   alors  un  département  de  la  BCE  ?    Ce  sont  des  questions  non  encore  tranchées  où  chacun   voit  bien  les  enjeux  de  pouvoir  technique  et  supra-­‐national.   En  termes  de  calendrier,  les  décisions  prises  au  sommet  d’hier  ont  fait  glisser  les  dates   de   mise   en   œuvre   de   près   d’un   an   ce   qui   pose   certainement   problème   aux   banques   espagnoles  en  quête  de  soutien.  Le  propos  volontariste  de  Michel  Barnier    (  «    L’union   bancaire  pour  le  Nouvel  An  »)  est  donc  démenti  par  le  résultat  de  la  négociation  et  nous   amène  à  l’Hiver  –  au  mieux  -­‐,  disons  par  conséquent  à  la  fin  de  2013.   S’agissant  de  2013  et  de  propos  volontaristes,  il  a  été  assez  surprenant  de  voir  une  haute   personnalité  française  déclarer  au  journal  Le  Monde  que  la  sortie  de  crise  de  l’euro  était   tout  près  d’être  acquise.  D’une  part,  rien  n’est  moins  sûr  puisque  l’Espagne  demeure  une   mine   flottante   qui   dérive   puisque   son   gouvernement   ne   veut   pas   voir   la   réalité   des   créances  douteuses  détenues  par  son  système  bancaire  et  l’ampleur  des  engagements   financiers  des  Régions.  D’autre  part,  il  nous  semblait  que  bien  des  pays  n’ont  pas  encore   ratifié   le   Traité   instaurant   le   MES.   N’est-­‐il   pas   présomptueux   –   voire   condescendant   pour  d’autres  démocraties  –  de  considérer  ces  votes  confirmatifs  comme  certains  ?   Entre   la   position   française   du   29   Juin   (   lors   d’un   sommet   important   )   et   la   posture   actuelle,  on  sent  l’hubris  prospérer  au  détriment  de  la  lucidité  quant  à  la  complexité  des   travaux  européens.  Là  aussi,  les  progrès  réalisés  vers  la  supervision  bancaire  méritent   de  ne  pas  être  spoliés  par  des  questions  de  pouvoir  ou  d’ego.  Ceci  serait  –  au  regard  des   enjeux  –  une  supercherie  au  sens  de  tromperie  des  peuples.   Comme  le  rappelle  Michel  Barnier,  «    Entre  2008  et  2011,  les  contribuables  de  l’UE  ont   dû  mobiliser  4500  milliards  d’euros  en  aides  et  garanties  publiques  à  leurs  banques  ».   Paradoxe  non  savoureux,  les  mêmes  banques  pour  diverses  raisons  (  aversion  au  risque   en  situation  de  croissance  atone,  application  progressive  des  ratios  Bâle  III,  etc  )  font   subir   à   l’économie   un   resserrement   du   crédit   (   «  credit   crunch  »)   qui,   alliée   à   une   pression  fiscale  accrue,  n’est  pas  de  bon  augure.   Notre  Europe  a  décidément  un  rapport  au  temps  et  à  la  linéarité  qui  rend  perplexe.   Rapport  au  temps  contestable  si  l’on  songe  que  le  premier  rapport  Lamfalussy  destiné  à   permettre  l’élaboration  de  règlementations  financières  remonte  à  plus  de  dix  ans  :  2001.  
    •   11   Si  le  brillant  Nouriel  Roubini  a  eu  une  analyse  prémonitoire  et  fine  de  la  crise  de  2008,   convenons   que   l’Europe   aurait   mieux   vécu   toutes   ces   bourrasques   si   les   travaux   d’Alexandre  Lamfalussy  avaient  été  traduits  en  actes.   Rapport  à  la  linéarité  contestable.   En   matière   financière,   l’Union   européenne   a   adopté   fin   2002   (   il   y   a   dix   ans   très   exactement  )  le  «  processus  Lamfalussy  »  qui  prévoit  quatre  niveaux  pour  optimiser  le   travail  législatif.   1  )  Elaboration  de  la  législation  (  Commission  )   2   )   Mesures   d’exécution   (   concertation   avec   les   autorités   de   régulation   des   Etats   membres  )   3  )  Coopération  des  régulateurs    (  recherche  de  convergences  des  droits  nationaux  )   4  )  Contrôle  du  respect  du  droit  (  contrôles  de  la  Commission  européenne  et  éventuelle   sanctions  des  Etats  divergents  ).   Hier,   un   nouveau   type   de   supervision   bancaire   est   né.   Va-­‐t-­‐on   faire   tabula   rasa   des   travaux   de   l’ABE   ou   les   absorber   au   sein   de   la   BCE   en   respectant   le   processus   Lamfalussy  ?    Idem  pour  notre  ACP  :  Autorité  de  Contrôle  Prudentiel  (  française  ).   Quand   on   voit   ce   piètre   rapport   au   temps,   on   s’émeut.   Quant   on   voit   ce   manque   de   respect  de  la  linéarité,  on  s’insurge.   Notre  propos  est  très  net  :  il  nous  semble  que  renforcer  et  élargir  les  missions  de  l’ABE   eût  été  plus  avisé  et  moins  coûteux  en  temps  que  de  tout  basculer  vers  la  BCE.   Dans   nos   bureaux   respectifs,   nous   avons   tous   un   jour   expérimenté   une   migration   informatique  et  en  connaissons  les  risques.  Il  y  a  progrès  mais  après.  En  économie  de   crise,  il  est  risqué  de  faire  attendre  l’après.   Quant  à  dire  que  plus  de  6000  banques  seront  sous  la  coupe  réglée  du  régulateur  avant   la  fin  de  2013,  c’est  de  manière  quasi-­‐assurée  une  supercherie  de  mauvais  aloi.   Supercherie  de  calendrier,  de  linéarité  mais  aussi  –  hélas  –  de  faisabilité  technique.   "  Une  activité  notable  du  banquier  est  la  prise  ou  réception  d'engagements  significatifs  (   opérations  de  hors-­‐bilan  )  sans  qu'il  y  ait  transfert  de  fonds.  Il  peut  en  découler  que  ces   engagements   ne   génèrent   pas   d'écritures   comptables   dans   les   systèmes   généraux.   La   non-­‐prise  en  compte  de  ces  éléments  peut  être  difficile  à  déceler.  "   Jean-­‐Luc  Siruguet,  "  Le  contrôle  comptable  bancaire  ".  (  Revue  Banque  Edition  :  page  86   ).     Bien  des  banquiers  et  des  auditeurs  ne  méconnaissent  pas  cette  difficulté  de  détection   qui  rend  les  volontés  de  progrès  nettement  plus  relatives  même  s’il  faut  poursuivre  sur   ce  chemin  requis  de  la  supervision.     La  supervision  n’est  ni  superfétatoire  ni  superflue  :  aux  dirigeants  de  ne  pas  la  souiller   de  supercheries.        
    •   12   III   La  BCE  et  la  supervision  bancaire  :  de  l’ambition  !       Le  système  bancaire  est  en  position  –  assez  légitime  -­‐  d’accusé  depuis  la  crise  de  2008  et   ne  manque  pas  de  procureurs.  Ici  ou  là  des  plaidoiries  tentent  cependant  d’expliquer   que   l’autorégulation   est   une   voie   de   sortie   crédible.   Pour   notre   part,   loin   de   ces   plaidoiries  parfois  très  contestables,  nous  énonçons  un  plaidoyer  pour  une  supervision   bancaire  dotée  d’ambition  pour  répondre  au  niveau  de  risque  systémique  encouru.   Selon   un   récent   accord   entre   les   Chefs   d’Etats   européens,   la   Banque   centrale   européenne  (  BCE  )  va  se  voir  confier  la  mission  d’être  l’acteur  central  de  la  supervision   bancaire  qui  a  été  décidée.   Précision  à  titre  liminaire  :   Pour   être   précis,   il   vaudrait   mieux   écrire   que   la   supervision   a   vu   son   existence   de   principe  retenue  car  de  l’exposé  des  motifs  du  récent  sommet  européen  au  texte  finalisé,   il  va  y  avoir  des  heures  de  négociation.  Ainsi,  chacun  a  bien  retenu  que  les  membres  de   l’Union   ne   sont   pas   d’accord   sur   le   périmètre   de   la   supervision   qui   pourra   ainsi   comporter   des   seuils   en-­‐deçà   desquels   le   rôle   de   contrôle   continuera   de   relever   des   autorités   prudentielles   nationales.   Ces   seuils   pourront   être   liés   au   total   de   bilan   de   l’établissement   bancaire   concerné   ou,   de   manière   plus   singulière,   au   rapport   entre   la   taille  du  bilan  et  le  produit  intérieur  brut.   Supervision  et  effets  de  seuils  :   Sur  ce  dernier  point,  que  le  lecteur  prenne  une  calculette  basique  et  effectue  ce  type  de   raisonnement  entre  le  total  de  bilan  de  Lehman  Brothers  version  2008  et  le  PIB  nord-­‐ américain.   Sincèrement,   et   sans   volonté   de   dénigrement,   certains   ont   parfois   l’art   de   lancer   en   l’air   des   idées   qui   ne   peuvent   retomber   qu’avec   la   taille   de   grêlons   destructeurs   du   travail   du   vigneron.   Alors   qu’il   s’agit   de   parer   un   risque   systémique,   certains  utilisent  la  polémique  pour  mieux  bâtir  un  univers  de  clémence  autour  de  leurs   banques  domestiques.   Sur  ce  plan,  on  ne  peut  que  s'étonner  de  la  position  laxiste  de  l'Allemagne  loin  de  sa   rigidité  et  de  son  orthodoxie  en  matière  de  budgets  publics.   Si   la   Commission   européenne   demeure   –   à   raison   –   opposée   à   ces   introductions   de   seuils,  notre  pays  a  –  selon  des  sources  concordantes  –  fléchi  et  souscrit  à  cette  piètre   idée.  Pour  prendre  une  comparaison  crue  mais  lisible,  ce  n’est  pas  la  taille  de  la  tumeur   qui  compte,  c’est  sa  consistance  maligne  ou  non.  De  la  même  manière,  certaines  filiales   de  Natixis  (  réhausseur  de  crédit  CIFG  )  étaient  objectivement  en  zone  de  risque  et  pas  le   groupe  BPCE.     La  politique  des  seuils,  c’est  le  futur  cercueil  d’une  véritable  sécurité  bancaire  sur  notre   continent  car  elle  laissera  trop  de  clapets  ouverts  par  lesquels  le  marché  interbancaire   pourra  être  atteint.   Supervision  de  demain  et  gestion  de  l’existant  :  
    •   13   Dans  le  chapitre  précédent,  nous  avons  notamment  posé  la  question  de  l’articulation   entre  l’existant  et  le  futur  projet  :  autrement  dit,  les  liens  entre  l’actuelle  ABE  (  Autorité   Bancaire  Européenne  basée  à  Londres  )  et  la  future  commission  de  supervision  de  la   BCE.  Ce  point  d’évidence  significatif  reste  à  négocier  sauf  à  oser  dire  que  l’ABE  n’aurait   eu  aucune  valeur  ajoutée  depuis  son  entrée  en  fonction  opérationnelle  du  1er  janvier   2011.     Supervision  et  insertion  dans  le  dispositif  BCE  :     Avant  d’aborder  le  sujet-­‐clef  des  risques  bancaires,  il  convient  d’analyser  les  questions   que  draine  la  supervision  à  partir  de  la  notion  de    «  return  on  management  ».     Dans  «  Les  systèmes  de  mesure  de  la  performance  »    (  Harvard  Business  Review  et   Editions  d’Organisation  ),  Robert  Simons  et  Antonio  Davila  définissent  le  return  on   management  (ROM  )  comme  le  ratio  entre  «  l’énergie  productive  dégagée  par   l’organisation  et  le  temps  et  l’attention  consacrés  par  le  direction  ».  Ils  en  déduisent  cinq   tests  de  vérification  pour  juger  de  la  qualité  du  ROM  que  nous  rapportons  ci-­‐après  :     a  )  Le  personnel  connait-­‐il  les  opportunités  qui  ne  correspondent  pas  à  la  mission   stratégique  de  l’entreprise  ?   Autrement  dit,  les  personnels  de  la  BCE  confrontés  à  un  métier  de  taille  nettement  accru   en  supervision  seront-­‐ils  assez  formés  pour  ne  retenir  que  ce  qui  peut  constituer  un   risque  systémique  et  ne  pas  s’égarer  dans  la  masse  d’informations  à  traiter  ?     b  )  Les  dirigeants  savent-­‐ils  ce  qui  pourrait  porter  un  coup  fatal  à  la  société  ?   Autrement  dit,  le  top-­‐management  de  la  BCE  doté  d’un  outil  de  supervision  bancaire   parviendra-­‐t-­‐il  à  détecter  les  liens  éventuels  entre  les  banques  et  le  «  shadow  banking  »   réalisé  par  les  institutions  financières  non  bancaires.     c  )  Les  dirigeants  peuvent-­‐ils  se  rappeler  facilement  les  principaux  indicateurs   permettant  un  diagnostic  ?   C’est  ici  un  point  critique  de  la  supervision  qui  doit  panacher  des  grilles  de  lecture   normées  et  assez  uniformisatrices  avec  des  réflexes  opportunistes  de  fin  limier  qui   traque  l’écart  innovant  à  la  prudence  voire  à  la  sincérité  des  comptes.     d  )  L’organisation  est-­‐elle  soumise  à  un  flot  ingérable  de  documents  et  de  procédures  ?   Là  encore,  ce  n’est  pas  un  point  mineur  des  rouages  d’une  supervision  d’autant  que  la   dématérialisation  de  certaines  pièces  peuvent  laisser  la  place  à  des  pratiques   d’informations  numérisées  falsifiées.  Des  relevés  de  créances  douteuses  très  imparfaits   dans  certaines  banques  espagnoles  ont  montré  la  vraisemblance  de  ce  type  de  dérives.     e  )  Les  collaborateurs  ont-­‐ils  la  même  façon  de  voir  l’évaluation  des  performances  que   les  dirigeants  ?   Cette  question  en  recouvre  deux  :  est-­‐on  sûr  que  Messieurs  Draghi,  Noyer  et  Liikanen   ont  la  même  approche  conceptuelle  et  opérationnelle  de  la  supervision  bancaire?  Pour   nous  contenter  de  leurs  déclarations  et  écrits  publics,  nous  voyons  déjà  des  nuances,   pour  ne  pas  dire  plus.  Deuxième  paramètre  :  quels  seront  les  coïncidences  (  le  taux  de   superposition  )  de  vues  entre  les  Gouverneurs  et  les  collaborateurs  de  haut  niveau   chargés  du  pôle  supervision  de  la  BCE  ?  
    •   14   Supervision  et  monitoring  des  risques  :     La  raison  d’être  d’une  supervision,  qu’elle  soit  industrielle  (  réduction  des  rebuts  par  des   tests  qualité  )  ou  financière  (  exploitation  des  stress  tests,  examen  des  documents   comptables,  etc  )  est  toujours  le  monitoring  des  risques  dans  la  perspective  d’une   politique  de  prévention  des  risques  primaires  voire  d’une  crise  systémique.     Dans  une  série  d’articles  intitulée  «    Leur  regard  sur  les  crises  du  siècle  »  ,  Le  Monde  a   publié  le  26  Août  2009  une  analyse  intéressante  de  l’ancien  ministre  Edgar  Pisani.  Celui-­‐ ci  déclarait  :  «    Mon  rêve,  voyez-­‐vous,  serait,  qu’un  jour,  le  monde  décide  de  faire  une   étude  réelle  du  destin  qu’il  se  prépare.  Afin  de  chercher  la  meilleure  route  à  suivre  et  les   précautions  à  prendre.  Le  monde  d’aujourd’hui  me  parait  malheureusement  incapable   de  penser  celui  qu’il  fabrique  pour  demain  ».     Si  la  supervision  est  une  résultante  épuisée  de  compromis  de  négociateurs  aux  corpus   conceptuels  trop  divergents,  la  BCE  risque  de  ne  pas  avoir  les  moyens  de  l’ambition   d’une  véritable  politique  de  supervision.   Face  aux  risques  bancaires,  nous  estimons  totalement  légitimes  que  l’ambition  soit  le   mot  de  passe  confié  avec  sérieux  à  la  banque  centrale.     En  date  du  jeudi  28  novembre  2012,  le  Parlement  européen  a  adopté  un  texte  visant  à   imposer  un  contrôle  démocratique  accru  sur  la  supervision  et  notamment  le  fait  que  le   président  du  conseil  de  supervision  voit  sa  nomination  approuvée  par  ledit  Parlement.   Tout  ceci  semble  légitime.  En  revanche,  les  lobbys  étant  déjà  finement  à  l’action,  les   eurodéputés  ont  adopté  en  commission  des  Finances  un  texte  en  faveur  de   l’implantation  de  seuils  dont  nous  avons  déjà  exprimé  les  réticences  qu’ils  doivent   inspirer.     Examinons  les  principaux  risques  bancaires  :     a  )  Le  risque  de  taux  d’intérêt  :   Compte-­‐tenu  de  la  coexistence  de  taux  fixes  et  variables  au  bilan  des  banques,  Le  produit   net  bancaire  peut  être  affecté  de  manière  plus  significative  que  par  le  passé.     b)  Le  risque  de  change  :   Plusieurs  courants  de  pensée  économique  tablent  sur  un  risque  de  choc  monétaire   croissant  qui  ne  manquerait  pas  d’exposer  certains  opérateurs  bancaires.     c)  Le  risque  opérationnel  :   Normalement  couvert  par  l’existence  de  PRA  (  plan  de  reprise  d’activités  )  ce  risque   n’est  pas  à  négliger  compte-­‐tenu  de  possibilités  d’aléas  informatiques  (  accidentels  ou   malveillants  ).     d  )  Le  risque  souverain  :   Celui-­‐ci  était  traditionnellement  cantonné  à  une  série  de  pays  (  approche  risque-­‐pays  de   la  Coface  par  exemple  )  mais  peut  désormais  concerner  un  nombre  nettement  plus   important  de  zones  géographiques  à  commencer  par  la  zone  euro  avec  le  risque  de   défaut  grec  et  les  incertitudes  espagnoles.    
    •   15   e  )  Le  risque  d’illiquidité  :   Ce  risque  est  avéré  lorsque  l’établissement  bancaire  est  en  crise  de  trésorerie  suite  à  un   volume  d’emplois  dépassant  ses  ressources  et  suite  à  une  défiance  des  marchés  qui  ne   veulent  pas  le  refinancer.  Un  exemple  récent  traité  dans  l’urgence  :  Bankia.  Un  exemple   récent  traité  dans  le  temps  étiré  (  mais  salvateur  ?  )  :  Dexia.     f  )  Le  risque  de  contrepartie  :   Ce  risque  essentiel  recouvre  le  risque  de  défaut  d’un  client  qui  provoque  des  pertes  pour   l’établissement  bancaire  (  créances  irrécouvrables  )  et  peut,  par  effet-­‐domino,  atteindre   les  conditions  de  survie  de  l’ensemble.     «    Le  monde  d’aujourd’hui  me  parait  malheureusement  incapable  de  penser  celui  qu’il   fabrique  pour  demain  »  (  E.  Pisani  )  est  ici  notre  boussole.  Il  suffit  de  relire  le  livre  de   Mathieu  Pigasse  et  Gilles  Finchelstein  (  «  Le  monde  d’après,  une  crise  sans  précédent  »  )   qui  démontre  clairement  que  la  crise  de  2008  n’avait  pas  été  envisagée  à  l’échelle  qui  fût   véritablement  la  sienne.     La  zone  euro  a  prêté  environ  250  milliards  d’euros  à  la  Grèce.  Que  se  passerait-­‐il  en  cas   de  défaut  ?    Comment  les  créanciers  privés  qui  ont  abandonné  en  2011  un  peu  plus  de   100  milliards  d’euros  ont-­‐ils  pu  répercuter  ces  pertes  dans  leurs  bilans  ?     La  supervision  doit  avoir  de  l’ambition  car  le  monde  financier  demeure  soumis  à  des   forces  dont  la  traction  destructrice  de  valeur  est  importante.       Poser  des  seuils,  c’est  gommer  le  nombre  de  jurisprudences  françaises  «  d’extension  de   la  procédure  collective  »  au  groupe  lorsque  la  trésorerie  d’une  filiale  est  déficiente.   Poser  des  seuils,  c’est  oublier  la  triste  aventure  de  la  chaîne  de  télévision  «  La  5  »    qui   avait  failli  altérer  la  continuité  d’exploitation  de  tout  le  groupe  Lagardère.  Poser  des   seuils  c’est  priver  le  régulateur  central  européen  d’une  vision  périscopique  face  aux   mines  flottantes  dérivantes  que  sont  certains  établissements.     Trois  remarques  additionnelles  :     a  )  Les  dangers  miltoniens  :   L’idée  qu’une  banque  centrale  soit  cantonnée  dans  un  rôle  de  stricte  définition  d’une   politique  monétaire  et  qu’elle  ne  puisse  pas  être  interventionniste  relève  de  la  théorie   de  Milton  Friedman  qui  a  montré  sa  nocivité.  Nous  avons,  en  Occident,  jugulé  l’inflation   dans  de  telles  conditions  qu’une  politique  de  crédit  à  très  faible  taux  a  rendu  éligible  des   citoyens  à  la  condition  de  fort  emprunteur  alors  qu’ils  n’auraient  pas  dû  s’engager  dans   cette  voie  risquée.  (  subprimes,  etc  ).   Cette  monétarisation  étendue  du  risque  est  une  des  clefs  pour  l’étiologie  de  cette  crise   qui  désiormais  frappe  près  de  18,9  millions  de  sans-­‐emplois  en  Europe.     b  )  L’apport  validé  d’Hyman  Minsky  :   Minsky,  reprenant  un  point  de  l’analyse  keynésienne,  a  démontré  le  rôle  de  la  monnaie   et  de  ses  agents  traitants  directs  (  banque,  outils  de  crédit,  endettement,  etc  )  et  a   formulé  dès  1977  son  «    hypothèse  d’instabilité  financière  ».  De  ces  travaux  nous   semblent  découler  une  bonne  intelligibilité  de  la  crise  présente  et  donc  un  foyer  de  notre   plaidoyer  pour  une  supervision  dotée  d’ambition.  
    •   16     c  )  La  tentation  bureaucratique  :   Evidemment  la  supervision  de  la  BCE  peut  tourner  à  la  tentation  bureaucratique  en   devenant  plus  procédurière  et  inquisitoriale  que  pertinente.  Des  systèmes  de  garde-­‐fou   sont  à  prévoir  de  même  que  des  systèmes  de  droits  de  la  défense  (  voir  article  d’Olivier   Bernardi  et  de  Benjamin  Delaunay  :  Agefi,  régulation  bancaire,  28  novembre  2012  sur   les  sanctions  devant  l’ACP  ).  Comme  l’a  toujours  écrit  le  Doyen  Georges  Vedel,  «    les   institutions  deviennent  ce  que  les  hommes  veulent  en  faire  ».  A  tout  prendre,  entre  le   risque  d’un  sinistre  massif  (  voir  la  situation  tendue  de  Groupama  décrite  par  plusieurs   auteurs  dont  l’éminent  Eric  Verhaeghe  )  et  une  supervision  même  trop  tâtillonne,  nous   n’avons  plus  les  moyens  d’hésiter  sauf  à  vouloir  broyer  la  confiance  internationale  qui,   précisément,  nous  aide  à  nous  refinancer.     Conclusion  de  chapitre  :     Dans  cette  affaire  de  supervision  bancaire,  nous  posons  que  demain  est  moins  à   découvrir  qu’à  inventer  voire  façonner.  Il  est  urgent  de  comprendre  que  l’échelle  des   risques  est  réelle  et  que  l’échelle  du  temps  de  l’action  est  nettement  plus  courte.     Techniquement,  pour  ceux  qui  doutent  de  l’opportunité  d’une  supervision  par  idéologie   ou  analyse,  qu’ils  relisent  posément  ces  quelques  lignes  à  nouveau  offertes  à  leur   réflexion  :   "  Une  activité  notable  du  banquier  est  la  prise  ou  réception  d'engagements  significatifs  (   opérations  de  hors-­‐bilan  )  sans  qu'il  y  ait  transfert  de  fonds.  Il  peut  en  découler  que  ces   engagements   ne   génèrent   pas   d'écritures   comptables   dans   les   systèmes   généraux.   La   non-­‐prise  en  compte  de  ces  éléments  peut  être  difficile  à  déceler.  "   Jean-­‐Luc  Siruguet,  in  "  Le  contrôle  comptable  bancaire  ".  (  Revue  Banque  Edition  :  page   86  ).                
    •   17         IV   Une  supervision  bancaire  a  minima       Le  principe  de  l'Union  bancaire  demandait  de  l'ambition  :  il  faut  dresser  un  constat  de   carence  et  se  contenter  d'un  accord  du  13  décembre  2012  qui  instaure  une  supervision   bancaire   a   minima.   La   prévention   du   risque   systémique   en   Europe   n'est   donc   pas   valablement  assurée  pour  les  années  à  venir.  Tout  ceci  est  objectivement  regrettable.     Les   négociateurs   européens   ont   travaillé   des   heures   pour   aboutir   à   un   résultat   que   certains  ont  qualifié  avec  un  triomphalisme  qui  n'est  pourtant  pas  de  mise.   Reprenons  posément  les  faits.   Il  y  a  un  peu  plus  de  6000  banques  à  superviser.  Par  l'introduction  d'un  seuil  élevé  (  30   milliards   d'euros   d'actifs   ou   plus   de   20%   du   PIB   du   pays   d'origine   ),   la   BCE   ne   sera   compétente   que   pour   environ   200   banques.   Autrement   dit,   les   200   plus   importantes   mais  la  supervision  nationale  restera  de  mise  pour  96%  des  établissements.   Est-­‐celà   une   ambition   européenne   ?   Est-­‐celà   une   prévention   européenne   du   risque   systémique  ?    Le  lecteur  attentif  pourra  reprendre  les  seuils  qui  existent  dans  différents   domaines   du   droit   communautaire   (   concurrence   et   concentrations,   ententes,   etc   )   et   constater   que   l'Europe   n'est   pas   aussi   démunie   que   dans   le   cas   de   la   pseudo   Union   bancaire.   Nous  avons  eu  l'occasion  de  développer  l'effet  pervers  du  système  de  seuils  et  sommes   véritablement  perplexe  face  à  un  tel  accord  que  feu  le  diplomate  Claude  Cheysson  aurait,   à  regret,  qualifié  de  "traité-­‐croupion".   De   surcroît,   tout   praticien   ou   analyste   du   monde   bancaire   sait   bien   que   la   création   monétaire  va  bien  au-­‐delà  des  actifs  et  qu'en  plus  les  engagements  hors-­‐bilan  sont  non   négligeables  et  par  essence  exclus  du  calcul  du  seuil.   Autrement  dit,  ce  sont  les  très  grandes  banques  qui  vont  être  contrôlées  et  on  laissera   les  superviseurs  nationaux  tenter  de  réaliser  leur  mission  face  à  des  entités  bancaires   transnationales.   Pour  convaincre  clairement  et  frontalement  le  lecteur  :  est-­‐on  certain  que  l'Autorité  de   Contrôle  Prudentiel  et  la  Banque  de  France  avaient  une  vision  claire  de  l'exposition  du   Crédit  Agricole  au  risque  de  sa  filiale  grecque  Emperiki  il  y  a  encore  quelques  semaines  ?  
    •   18   L'accord  ménage  la  susceptibilité  de  certains  pays  dont  l'Allemagne  qui  ne  voulait  pas  de   supevision  BCE  pour  ses  banques  régionales  et  certaines  caisses  d'épargne.  Que  le  pays   vertueux  en  orthodoxie  budgétaire  soit  aussi  souple  en  matière  de  supervision  bancaire   est,  à  tout  le  moins,  une  énigme.  Nous  le  répétons.   L'accord  reconnait  une  compétence  limitée  à  la  BCE  à  la  seule  zone  euro  ce  qui  se   conçoit  au  plan  des  faits  et  du  droit.  Il  reste  donc  à  bâtir  une  articulation  pertinente  des   futures  actions  de  supervision  entre  l'ABE  et  la  BCE.  Nous  avions  écrit  qu'il  faudrait  être   minutieux  sur  ce  point  et  n'aurions  pas  imaginé,  étant  donnée  la  profondeur  de  la  crise   bancaire,  un  accord  aux  contours  aussi  flous  sur  ce  noeud  gordien.   Décidément   le   souffle   chaud   des   pères   fondateurs   de   l'Europe   ou   la   rigueur   des   analystes  du  monde  bancaire  n'auront  pas  atteint  les  paragraphes  de  cet  accord.   Comble   de   la   situation,   le   pays   européen   le   plus   bancarisé,   à   savoir   le   Royaume-­‐Uni,   ainsi  que  la  Suède  et  la  Tchéquie  ne  sont  pas  parties  prenantes  à  l'accord.  Autant  dire   que  des  tensions  de  compétences  et  d'interprétation  vont  exister  entre  l'ABE  basée  à   Londres  et  la  BCE.   Ce   matin,   certains   banquiers   doivent   être   déçus   car   ils   savent   qu'ils   vont   devoir   continuer  à  travailler  avec  la  notion  de  risque  de  contrepartie.  D'autres  moins  friands  de   rectitude  doivent  fêter  le  réveillon  de  la  Saint-­‐Sylvestre  avant  l'heure.  Il  faut  dire  que  le   ministre   français   Pierre   Moscovici   a   cru   opportun   de   dire   que   cet   accord   était   "   un   cadeau  de  Noël  pour  l'ensemble  de  l'Europe".  Comme  l'a  écrit  un  de  ces  prédécesseurs   au  poste  de  ministre  de  l'Economie,  le  reconnu  François  Baroin,  dans  "Journal  de  crise  (   p.  62  )  :  "  L'oubli  pousse  sur  l'histoire  comme  la  mousse  sur  les  tombeaux".   L'ensemble  de  l'accord  dit  du  "cadeau  de  Noël"  n'est  pas  exhaustif  puisque  trois  pays   manquent  à  l'appel  et  la  supervision  est  réduite,  par  le  niveau  important  des  seuils,  à   une   expression   qui   fait   d'elle   une   couverture   radar   poreuse   alors   même   que   les   superviseurs  nationaux  ont  déjà  publiquement  émis  le  besoin  d'un  cran  européen  pour   cette  notion-­‐clef.   L'industrie   bancaire   est   au   cœur   de   nos   vies   de   producteurs   ou   de   consommateurs   :   nous  le  voyons  bien  en  la  période  actuelle  de  resserrement  du  crédit  (  "credit-­‐crunch"  ).   Elle   est   donc   un   maillon   fort   de   la   chaîne   qui   forge   la   confiance   indispensable   aux   rouages  (  marché  inter-­‐bancaire  )  comme  à  l'ensemble  des  échanges.   Ce  maillon  fort  peut  être,  ici  ou  là,  pour  de  multiples  raisons  entaché  par  des  faiblesses   de  certains  de  ses  éléments.   La  supervision  était  un  bouclier  pertinent  pour  la  sécurité  des  transactions  :  elle  a  été   vue  comme  une  contrainte  et  réduite  a  minima  au  prix  de  notre  liberté  future  et  de  notre   quiétude  de  contribuables.   Regrettable.   Il  restera  à  suggérer  aux  amateurs  de  cadeau  de  Noël  la  relecture  de  Léon  Blum  dans  ses   "Nouvelles   conversations   de   Goethe   avec   Eckermann   "   :   "   Toute   société   qui   prétend   assurer  aux  hommes  la  liberté  doit  commencer  par  en  garantir  l'existence".   Si  un  établissement  de  moyenne  taille  fait  défaut  et  qu'il  y  a  un  "bank-­‐run",  nul  doute   que  les  épargnants  inquiets  voudront  que  l'on  rende  sa  liberté  à  leur  argent  et  nul  doute   qu'ils  n'auront  plus  en  tête  les  noms  et  visages  des  négociateurs  de  cet  accord  tristement   marqué  du  sceau  de  l'imprévoyance.    
    •   19         V   La  compliance  :  roue  de  secours  ou  outil  d'envergure  ?       La   compliance   (   conformité   )   est   une   fonction   désormais   répandue   et   opérationnelle   dans   nombre   d'entreprises,   pas   seulement   bancaires.   Sa   définition   recouvre   un   vaste   champ  de  prérogatives  mais  l'extension  de  la  notion  pose  question  :  est-­‐ce  une  roue  de   secours  face  aux  dérives  de  certains  exploitants  ou  un  outil  d'envergure  ?   Est-­‐ce  un  moyen  crédible  de  lutter  contre  les  risques  bancaires  ?   La  compliance  mérite,  en  première  approche,  un  rappel  de  son  contenu.  Cette  notion  est   issue   des   travaux   de   Bâle   II   et   du   Règlement   97-­‐02   du   CRBF   (   Comité   de   la   Règlementation  Bancaire  et  Financière  )  qui  concerne  l'activité  des  établissements  de   crédits  mais  aussi  des  entreprises  d'investissement.  Cette  idée  de  supervision  par  une   sorte   de   déontologue   se   trouvait   déjà   dans   une   modification   du   4   Janvier   1989   du   règlement  CBV.   La  Directive  européenne  sur  les  Marchés  d'Instruments  Financiers,  publiée  au  Journal   Officiel  de  l'Union  en  2004,  est  entrée  en  application  en  2007.  Cette  Directive  MIF  (  ou   MIFID   )   a   singulièrement   changé   la   donne   et   rendue   incontournable   la   fonction   de   conformité.   Cette   fonction   est   normalement   indépendante   et   doit   identifier   et   jauger   le   degré   de   non-­‐conformité  de  l'entité  :  c'est  à  dire,  son  taux  d'exposition  aux  risques  de  sanction   judiciaire,   administrative   mais   aussi   son   exposition   à   des   pertes   financières   significatives  voire  (  notion  plus  subtile  )  son  risque  d'atteinte  à  la  réputation.   On  peut  bien  entendu  se  contenter  de  l'approche  littéraire  de  Jean  Grenier  :  "  Dans  une   vie   qui   repose   sur   un   perpétuel   pari,   le   risque   peut   être   un   perpétuel   bonheur   "   (     "Inspirations  méditerranéennes"  ).   Dans   une   première   logique,   les   choses   paraissent   simples   :   l'homme   ou   la   femme   chargée  de  la  conformité  est  là  pour  exercer  une  fonction  de  contrôle  assez  large  et  tous   azimuts.  En  cas  de  risque  excessif,  il  doit  tirer  un  signal  d'alarme  auprès  de  la  Direction   Générale  dont  il  est  généralement  proche  dans  les  organigrammes.   Mais   cette   fonction   de   contrôle,   aux   méthodes   de   travail   assez   voisines   des   investigations   des   commissaires   aux   comptes   (   contrôles   par   sondages,   suivi   de   la   notion   de   continuité   d'exploitation,   droit   de   révélation   )   n'est   pas   si   évidente   car   la   pratique  enseigne  que  la  conformité  contient  une  dimension  pédagogique  (  best  practice   )  et  que  les  opérationnels  en  agences  sont  parfois  heureux  de  trouver  cette  "  roue  de   secours  "  pour  les  dégager  de  l'ornière  de  certains  dossiers  complexes  et  hostiles.   Cette  "  roue  de  secours  ",  la  conformité  doit  l'être  pour  toute  l'entité  elle-­‐même  à  partir   d'une  notion  –  là  encore  –  très  vaste  :  l'exposition  aux  risques  de  pertes  significatives.  
    •   20   Or,  nous  pensons  que  la  vitesse  de  décision  des  processus  opérationnels  est  largement   supérieure  au  temps  de  la  compliance  qui  suppose  réflexion  et  enquêtes.  Vers  la  fin  des   années  1980,  la  COGEMA  avait  perdu  des  volumes  significatifs  d'argent  sur  le  MATIF  de   l'époque.  (  Cf.  François  de  Wissocq  )  Quid  d'un  déontologue  ?    Plus  récemment  ENRON   était   dotée   d'outils   de   contrôle   interne   dont   l'histoire   a   montré   qu'ils   pouvaient   être   contournés.   On  pourrait  multiplier  les  exemples  où  les  exploitants  ont  dérivé  jusqu'aux  récifs  avant   d'implorer  la  bouée  de  la  compliance.   Et  pourtant,  nous  considérons  la  fonction  de  conformité  comme  utile  (  par  sa  dimension   pédagogique   interne   )   appropriée   (   voir   ses   finalités   fondamentales   )   actuelle   (   lutte   contre  le  blanchiment  )  légitime  (  image  de  marque  et  loyauté  en  informations  dues  au   client  ).   La  conformité  est  aux  côtés  des  clients  dans  les  cas  douloureux  de  perte  de  contact  client   et  d'avoirs  non  réclamés.  Elle  contribue  grandement  à  garantir  la  sureté  des  banques   même   si   chacun   pressent   d'évidence   que   la   compliance   n'est   pas   derrière   chaque   opérateur  dans  une  salle  de  marché....  La  compliance  est  là  pour  éviter  le  pire  dans  le   cadre  de  programmes  de  type  KYC  (  Know  your  Customer  )  qui  détectent  des  risques  de   blanchiment  de  capitaux.   La  compliance  fonctionne  donc  comme  une  roue  de  secours  dans  le  coffre  du  bolide  des   exploitants  et  représente  bien  un  outil  d'envergure.   Pour   le   Groupe   GDF-­‐SUEZ   :   "   Ethique   et   compliance   constituent   ainsi   les   deux   faces   d'une   même   réalité   qui   concerne   tous   les   collaborateurs   du   Groupe   et   qui   par   conséquent  doit  être  portée  à  leur  connaissance  à  travers  une  organisation  dédiée  et  des   référentiels  existants  ".   Sauf  que  l'éthique  est  rarement  définie  dans  un  Code  Dalloz  là  où  des  jurisprudences   concernant  la  compliance  y  seront  bientôt.  Telle  est  notre  conviction  profonde  issue  de   nos  contacts  de  travail  préparatoires  à  cete  contribution.   La  crise  est  rude  et  pousse  à  la  tentation  les  exploitants  en  matière  d'arrangements  de   toutes  sortes  (  window-­‐dressing  )  réalisés  parfois  à  l'insu  des  Comités  d'audit  voire  des   auditeurs  légaux  externes    (  commissaires  aux  comptes,  Autorité  prudentielle  ).   Selon  notre  approche,  la  compliance  devrait  faire  rapport  aux  mandataires  sociaux  voire   à   l'Assemblée   Générale   qui   pourrait   poser   des   questions   pertinentes   de   nature   à   orienter  le  programme  de  travail  des  équipes  de  conformité.   Qui  sait,  au  fond  des  choses,  les  pressions  que  subissent  –  en  interne  –  les  responsables   de  conformité  ?   La  compliance  est  une  notion  vivante  et  ce  chapitre  a  tenté  de  vous  le  rapporter.   Oui,  la  compliance  est  évolutive  et  chaque  décennie  apporte  –  step  by  step  -­‐  sa  pierre  à   l'édifice  d'un  monde  qui  se  veut  moins  incertain.   "  Chacun  d'entre  nous,  dans  ce  vaste  concert  des  mondes,  en  fonction  du  peu  de  temps   qui  lui  est  imparti,  n'a  guère  plus  d'importance  qu'une  fourmi  dans  l'évolution  de  l'infini   ".    Phrase  écrite  par  un  vrai  banquier  et  propriétaire  :  Jean  de  Beaumont  (    "  Au  hasard   de  la  chance  "  1987  ).      
    •   21           VI   Les  banques  et  le  rapport  Liikanen  :  passion  ou  raison  ?       Dans   une   France   marquée   par   le   poids   de   la   Loi   de   finances   pour   2013   et   par   l’accumulation  –  hélas  -­‐  des  plans  sociaux,  une  information  importante  a  été  engloutie   par  le  flot  incessant  des  «  news  ».  Il  s’agit  de  la  parution  d’un  rapport  européen  relatif  à   l’avenir  des  banques.  Alors  que  le  Gouvernement  propose  au  Parlement  d'adopter  une   loi  bancaire  (  début  2013  )  à  la  française  dite  loi  Moscovici,  examinons  les  enjeux  de  la   future  Directive  européenne.   Même  si  la  matière  que  nous  allons  traiter  est  sérieuse,  commençons  par  une  anecdote   savoureuse.  En  Février  2012,  le  Commissaire  européen  Michel  Barnier  a  demandé  que   soit   composé   un   groupe   d’experts   afin   de   proposer   des   adaptations   structurelles   à   l’exercice   de   la   profession   bancaire.   Un   peu   plus   de   dix   personnes   se   sont   réunies   régulièrement   sous   la   présidence   de   Erkki   Liikanen,   Gouverneur   de   la   Banque   de   Finlande  et  membre  du  directoire  de  la  BCE.   Le  clin  d’œil  franco-­‐français  vient  du  fait  que  le  seul  français  membre  de  la  commission   Liikanen  n’était  autre  qu’un  certain  Louis  Gallois.  On  observera,  au  scanner,  sa  puissance   de  travail  incontestable  tout  en  pensant  aux  travaux  de  l’historien  et  sociologue  Gérard   Vincent   qui   stigmatisait   dans   son   ouvrage   «  Les   jeux   français  »   le   danger   de   ce   «  multipositionnement  »  (sic)  d’éminentes  personnalités.  A  l’heure  où  le  rapport  Gallois   relatif   à   la   compétitivité   reçoit   un   accueil   assez   étonnant   et   ingrat   de   la   part   de   ses   commanditaires,  on  observera  que  le  rapport  Liikanen  remis  le  2  Octobre  2012  n’a  pas   reçu  –  fort  heureusement  –  le  même  traitement.   Cette  remarque  d’introduction  effectuée,  passons  donc  au  centre  du  sujet  résumé  par  le   titre   même   du   document  :   «  Rapport   de   la   commission   d’experts   européen   sur   la   réforme  bancaire  ».  Ce  rapport  se  veut  à  finalité  opérationnelle  :  autrement  dit,  il  sera   pour   une   large   partie   la   matrice   de   futures   Directives   de   Bruxelles   visant   à   assurer   l’efficacité  et  la  stabilité  des  banques.   En  premier  lieu,  le  rapport  Liikanen  a  été  influencé  par  l’idée  d’un  retour  aux  principes   du  Glass-­‐Steagall  Act  de  1933  malencontreusement  abrogé  par  le  Président  Clinton  en   1999.  De  nombreux  analystes  et  économistes  militaient  pour  cette  solution.  Le  rapport   la  repousse  et  milite  pour  une  séparation  des  activités  de  marché  fortement  risquées  du   reste  des  établissements  bancaires.   Autrement  dit,  les  travaux  du  groupe  du  Gouverneur  Liikanen  rejette  l’idée  en  vogue  qui   viserait   à   séparer   les   activités   de   banques   de   dépôts   de   celles   des   banques   d’investissement.  
    •   22   Le   dispositif   préconisé   est   plus   subtil  :     les   experts   se   prononcent   en   faveur   d’une   «  compartimentation  »   (ring-­‐fencing)   des   fonds   dédiés   à   des   activités   de   marché   pour   compte  propre  de  celles  effectuées  pour  compte  de  tiers.  Ainsi,  il  s’agit  de  prévenir  les   risques  et  d’établir  un  véritable  pare-­‐feu  crédible  avec  les  activités  de  «  retail-­‐banking  ».   Concrètement,  cela  signifie  que  le  trading  devrait  être  juridiquement  isolé  en  ayant  ses   propres   dotations   en   capital   et   ses   propres   résultats   sans   que   ceux-­‐ci   ne   puissent   impacter   les   activités   de   banques   de   dépôts.   Cette   quête   d’autonomie   comptable   des   traders  est  une  idée  notamment  issue  de  la  commission  britannique  Vickers  et  de  la  loi   américaine  Dodd-­‐Franck.   Si   cette   proposition   fait   son   chemin,   elle   visera   les   seules   activités   de   trading   à   haut   risque  et  d’autres  produits  comme  le  crédit  aux  hedges  funds,  etc.   Pour  la  Fédération  Française  des  Banques  (  FFB  ),  ce  «    rapport  reconnait  l’efficacité  du   modèle   de   banque   universelle   au   service   des   clients  »   mais   «  laisse   ouverte   de   nombreuses  questions  ».  Il  convient  d’en  citer  une  qui  n’est  pas  neutre  pour  l’activité   économique   d’un   pays,   on   ne   sait   pas   si   le   «  private   equity  »   sera   englobé   dans   le   périmètre  de  la  zone  d’activité  à  hauts  risques.   En  deuxième  lieu,  on  ne  peut  qu’être  un  peu  sur  la  réserve  face  à  un  projet  de  réforme   aux  frontières  d’application  incertaine.  Pour  oser  une  formule  simple  à  mémoriser  :  le   rapport   Liikanen   ne   casse   pas   la   banque   universelle   mais   ne   sera   pas   d’application   universelle.   En   effet,   du   fait   des   seuils   d’application   définis   par   le   rapport,   seule   une   vingtaine   de   banques   seront   concernées   dans   l’Union.   Dont   quatre   en   France  :   BNP   Paribas,  BPCE,  Société  Générale  et  Crédit  Agricole  (  encore  convalescent  de  son  aventure   grecque).   Au  plan  conceptuel,  on  se  dit  que  des  contrats  de  sous-­‐traitance  entre  grandes  et  petites   banques  vont  faire  florès  et  reporter  le  risque  à  l’étage  d’en-­‐dessous.  Or,  par  les  liens   interbancaires,   n’est-­‐ce   pas   une   voie   venimeuse   pour   le   pare-­‐feu   que   l’on   cherche   à   élaborer  ?   En  troisième  lieu,  les  experts  réunis  autour  du  Gouverneur  Liikanen  recommandent  une   réforme  des  rémunérations  et  une  meilleure  cohérence  de  celles-­‐ci  face  à  l’intérêt  social   des   établissements   bancaires.   Notamment   en   versant   des   bonus   sous   forme   d’obligations   à   maturité   assez   longue   pour   motiver   les   traders   à   la   durabilité   du   caractère  sain  de  l’exploitation  bancaire  qui  les  fait  travailler.   En  quatrième  lieu,  concernant  ce  chantier  d’envergure,  nous  rappellerons  notre  position   qui   consistait   à   vivement   préconiser   d’accorder   le   statut   de   mandataire   social   aux   principaux  traders  opérant  dans  des  filiales  dédiées.  Double  avantage  :  la  possibilité  de   la   révocation   ad   nutum   et   aussi   l’exigence   de   loyauté   juridiquement   définie   par   des   chartes  de  bonne  gouvernance  mais  surtout  encadrée  par  des  jurisprudences  rendues   sous   l’impulsion   du   Doyen   Pierre   Bézard   de   la   chambre   commerciale   de   la   Cour   de   cassation.   Pour  mémoire  et  en  guise  de  conclusion,  un  extrait  de  notre  ouvrage  "  Crise  et  libres   contributions  économiques"  en  son  chapitre  II  intitulé  «  Quatre  ans  après,  désarroi  et   maintien  de  l’industrie  bancaire  »  :   «  Au   prix   de   modifications   de   formes   organisationnelles   évidemment   admissibles   et   gérables,  l'industrie  bancaire  pourrait  aisément  élargir  le  nombre  de  ses  mandataires   sociaux  dans  le  but  avoué  d'une  diffusion  de  la  responsabilité.  
    •   23     Cette   extension   numérique   –   que   les   Pouvoirs   publics   pourraient   quant   à   eux   sans   difficultés   majeures   requérir   –   permettrait   ainsi   d'intégrer   les   rémunérations   –   par   exemple  des  traders  –  sous  le  coup  des  dispositions  de  l'article  L  225  –  102  –  1  du  Code   de  commerce  (  traitant  du  Rapport  annuel  sur  les  rémunérations  et  avantages  )  dont  on   observera   au   demeurant   que   leur   respect   est   soumis   à   attestation   (   en   exactitude   et   sincérité  )  des  commissaires  aux  comptes  depuis  la  promulgation  du  décret  de  2006.  (  D.   2006  –  1566  du  11  Décembre  2006,  article  54  ).     Notre   proposition   a   certes   un   impact   organisationnel   à   calibrer   (   créations   de   filiales   thématiques   dédiées   entrainant   la   création   de   mandats   sociaux   )   mais   peut   être   déployée  à  strict  droit  constant  ce  qui  constitue  un  atout  au  regard  de  deux  éléments   bien  identifiés  :  d'une  part,  l'encombrement  parlementaire    post-­‐présidentielle...  )  du  fait   d'autres  réformes  à  mettre  en  œuvre,  d'autre  part,  la  nécessaire  recherche  d'une  quote-­‐ part  maximale  de  stabilité  des  situations  juridiques.     Si  décisions  il  y  a  dans  le  secteur  bancaire,  notre  analyse  nous  conduit  à  énoncer  qu'elles   seront   tôt   ou   tard   transposées   à   d'autres   secteurs   ce   qui   n'altère   pas   la   faisabilité   opérationnelle  de  la  proposition.     Une  certitude  demeure  ancrée  :  ce  n'est  pas  le  montant  nominal  des  rémunérations  qu'il   faut   soumettre   à   la   toise,   c'est   l'exposition   au   risque   que   l'exercice   irrationnel   d'un   métier  fait  courir  à  l'ensemble.  »     Puisse  l’Europe  bancaire  faire  un  vrai  pas  vers  des  filiales  thématiques  dédiées  à  valeur   de  compartiments  étanches  d’un  sous-­‐marin  nommé  stabilité  bancaire.   Convenons   qu’il   serait   irresponsable,   à   l’heure   du   HFT   (   high   frequency   trading   )   d’attendre  les  méfaits  sociaux  et  sociétaux  d’un  futur  Nick  Leeson  (  Banque  Barings  en   2001  )  ou  d’un  autre  Jérôme  Kerviel  (  Société  Générale  ).      
    •   24           VII   L'obligation  de  testament  des  banques       Le  projet  de  loi  bancaire  présenté  en  conseil  des  ministres  le  19  décembre  2012  prévoit   plusieurs   changements   dont   on   voit   mal   la   portée   opérationnelle   et   la   pertinence   du   calendrier.   Sauf   revirement   parlementaire,   il   devrait   être   instaurée   une   obligation   de   rédiger  leur  «  testament  »  pour  les  grands  établissements  porteurs  d’un  éventuel  risque   systémique.   Que   recouvre   cette   idée   de   «  testament  »   bancaire   déjà   en   vigueur   aux   Etats-­‐Unis  ?     Les   responsables   du   démantèlement   de   la   banque   Lehman   Brothers,   dont   la   faillite   remonte   à   2008,   ont   dès   2009   alerté   les   régulateurs   américain   et   britannique   de   la   complexité  de  l’opération.  Identifier  les  créances  et  les  dettes  mais  surtout  localiser  les   engagements  hors-­‐bilan  a  représenté  un  défi  sérieux.  Dès  lors,  peu  avant  le  sommet  de   Pittsburgh   du   G20,   Lord   Ader   Turner   qui   avait   en   charge   la   FSA   (   Financial   services   authority   )   a   émis   l’idée   que   les   plus   grands   établissements   bancaires   soient   dans   l’obligation  de  rédiger  leur  testament  en  amont  de  l’apparition  d’un  risque  systémique.   En  tant  que  responsable  du  FMI,  Madame  Christine  Lagarde  a  officiellement  approuvé   cette  idée  qui  consiste,  de  manière  matérielle,  à  énoncer  dans  un  document  la  structure   et  les  modalités  des  transactions  de  telle  ou  telle  banque.  Ces  «  living  wills  »  ne  devraient   être   examinés   qu’en   cas   de   sinistre   et   seraient,   en   mode   normal,   de   nature   confidentielle.   Depuis  2009  et  ce  schéma  de  départ,  la  situation  a  évolué  :  ainsi,  la  BaFin  allemande  a   demandé  fin  octobre  dernier  aux  principales  banques  de  rédiger  leur  testament  afin  que   l’on   puisse   identifier   aisément   les   modalités   de   leur   liquidation   en   cas   de   risque   systémique  avéré.   Au  passage,  cela  atteste  que  le  régulateur  financier  allemand  n’écarte  pas  l’hypothèse  du   risque  systémique  et  le  signale  même  comme  du  domaine  du  possible.     Aux   Etats-­‐Unis,   la   loi   de   réforme   financière   Dodd-­‐Franck   Wall   Street   impose   à   l’ensemble   des   banques   de   déposer   un   testament   auprès   des   autorités   de   régulation.  
    •   25   S’agissant  des  plus  grands  établissements,  il  faut  savoir  qu’ils  avaient  pour  date-­‐butoir  le   1er  juillet  2012  et  que  certains  de  leurs  «  living  wills  »  atteignent  le  chiffre  de  4000  pages   tant  les  obligations  à  remplir  sont  complexes.   Les  banques  étaient  déjà  astreintes,  par  exemple  en  France,  à  la  tenue  de  PRA  (  plan  de   reprise  d’activité  )  issus  de  la  prévention  du  risque  terroriste,  informatique,  incendiaire,   etc.   Désormais,  elles  auront  à  rédiger  un  testament.  Pour  faire  un  détour  illustratif  opportun   par   le   Code   civil,   il   existe   une   distinction   entre   le   testament   olographe   que   l’on   peut   rédiger  sur  un  morceau  de  nappe  en  papier  de  brasserie  –  sous  forme  manuscrite  –  et  le   testament  authentique  qui  doit  être  recueilli  en  présence  de  deux  notaires  dont  l’un  a   pour  charge  la  transcription  physique  des  volontés  de  l’auteur  du  testament.  Ceci  selon   des   modalités   très   encadrées   comme   vient   de   l’énoncer   un   arrêt   de   la   1ère   chambre   civile  de  la  Cour  de  cassation  en  date  du  10  octobre  2012.   Pour   notre   part,   le   caractère   de   rédaction   unilatérale   du   «  living   will  »   par   la   banque   nous  semble  laisser  ouverte  les  portes  des  omissions  involontaires  ou  non.  Il  aurait  été   judicieux   d’imposer   un   régime   strict   de   responsabilités   des   administrateurs   si   ce   document   n’est   ni   exhaustif   (   notamment   pour   d’évidentes   raisons   fiscales   )   ni   sécurisant  puisque  telle  est  sa  finalité.   Aux   Etats-­‐Unis,   le   seul   descriptif   de   ce   qui   doit   figurer   dans   un   testament   bancaire   comporte  74  pages  :  comment  sera  rédigée  la  version  du  cahier  des  charges  dans  notre   droit  ?   Sera-­‐t-­‐elle   compatible   avec   la   future   Directive   Liikanen   qui   traitera   d’ici   fin   2013,   au   niveau   européen,   de   la   structure   des   banques  ?   Directive   qui   conduira,   de   facto,   à   modifier  la  loi  Moscovici  dont  le  calendrier  s’illustre  comme  faussement  adéquat.   Cette  version  du  testament  obligera-­‐t-­‐elle  à  bien  préciser  les  liens  avec  les  institutions   financières  non  bancaires  qui  alimentent  de  manière  croissante  ce  que  l’on  nomme  le   «  shadow  banking  »  ?   La   future   loi   Moscovici   s’articule   autour   de   quatre   préoccupations   énoncées   dans   le   document  officiel  :   «    Séparer  les  activités  utiles  au  financement  de  l’économie  et  les  capacités  spéculatives  ;   Renforcer  la  capacité  d’intervention  des  autorités  publiques  lors  d’une  crise  bancaire  ;   Prévenir  et  limiter  les  risques  systémiques  ;  Protéger  le  consommateur  »   De  ces  quatre  points-­‐clefs,  il  ressort  la  création  d’une  «  Autorité  de  résolution  des  crises   bancaires  »   que   l’on   souhaite   voir,   dans   le   futur,   plus   appropriée   que   ses   équivalents   dans  le  domaine  du  médicament.   Puis,  l’ancien  COREFIS  (  conseil  de  régulation  financière  et  du  risque  systémique  )  est   remplacé  par  un  «  Conseil  de  stabilité  financière  »  dont  le  seul  vocable  aurait  fait  bondir   l’éminent   économiste   Hyman   Minsky   célèbre   pour   son   pertinent   article   de   1977   sur   l’hypothèse  de  l’instabilité  financière.   Associée   par   nature   aux   obligations   juridiques   de   la   future   supervision   bancaire   (   en   cours  de  négociations  après  l’accord  de  principe  des  Chefs  d’Etat  ),  cette  instauration   testamentaire  pose,  en  fait,  une  série  –  probablement  non  limitative  -­‐  de  six  questions  :   1  )  Imposera-­‐t-­‐on  un  document  normé  et  codifié  ou  sera-­‐t-­‐on,  comme  dans  un  testament   civil,  en  liberté  rédactionnelle  formelle  ?  
    •   26   2   )   Parviendra-­‐t-­‐on   à   visualiser,   à   temps,   que   cet   exercice   suppose   une   forme   de   validation  de  la  Puissance  publique  ?   3   )   En   interne,   qui   validera   ce   document  ?     Le   management   ou   le   conseil   d’administration  ?   4  )  Au  plan  de  la  transparence  due  aux  actionnaires,  quelle  information  synthétique  leur   sera-­‐t-­‐elle  fournie  lors  de  l’Assemblée  générale  annuelle  ?   5  )  Les  commissaires  aux  comptes  émettront-­‐ils  une  opinion  sur  ce  document  ?   6   )   En   cas   de   possibilités   de   consultation   de   ce   document   par   les   actionnaires,   cette   faculté  sera-­‐t-­‐elle  universelle  ou  limitée  –  par  l’instauration  de  seuils  –  aux  actionnaires   significatifs  ?   Georges   Bernard   Shaw   a   écrit   que   «     les   médecins   ont   cet   avantage   sur   toutes   les   professions  qu’ils  enterrent  leurs  erreurs  ».  Méfions-­‐nous  des  pseudo-­‐savants  qui  tels   les  médecins  de  Molière  croient  pouvoir  opérer  à  chaud  le  secteur  bancaire.   Selon  notre  entendement,  une  loi  bancaire  au  printemps,  une  directive  Liikanen  dans  la   foulée  et  une  supervision  bancaire  début  2014  composent  une  potion  savante  pour  un   secteur  qui  détient  une  portion  de  la  solution  à  la  crise  :  qu’il  s’agisse  du  resserrement   du  crédit    (  «  credit  crunch  »  )  ou  qu’il  s’agisse  du  risque  systémique.   Les  règlementations  qui  vont  devoir  s’appliquer  d’ici  18  mois  apporteront  une  garantie   partielle  si  une  vision  partiale  interne  ou  publique  préside  à  leur  application.   Pour  l’instant,  en  cas  d’enterrement  d’un  établissement,  il  nous  semble  que  l’on  devrait   davantage   songer   à   moderniser   le   mécanisme   de   «  solidarité   de   Place  »   et   à   aider   la   consolidation  du  secteur  (  qui  interviendra  volens  nolens  )  plutôt  que  de  promulguer  un   texte  sédimentaire  chronophage  pour  les  dirigeants  bancaires.   Autrement  dit,  nous  sommes  –  à  regret  -­‐  pour  le  moins  éloigné  des  positions  affichées  et   revendiquées  par  Madame  la  députée  Karine  Berger,  estimable  rapporteur  du  projet  de   loi  bancaire.                    
    •   27   VIII   Les  ressorts  de  la  crise  systémique.       Le   projet   de   supervision   bancaire   européen   que   les   chapitres   précédents   ont   abordé   commence  à  subir  des  modifications  substantielles  alors  que  de  nombreux  dérèglements   continuent  d’exister  sur  les  marchés  financiers.  Selon  toute  vraisemblance,  le  projet  de   régulation   n’aboutira   qu’en   2014.   Officiellement   au   1er   janvier.   De   manière   opérationnelle,  plus  vraisemblablement  dans  le  courant  du  premier  semestre.   Couvrira-­‐t-­‐il  l’essentiel  des  ressorts  de  la  notion  de  crise  financière  systémique  ?     1  )  Système  bancaire  ou  système  anisotropique  ?   Il   est   d’usage   de   parler   de   système   bancaire   au   sens   de   la   définition   donnée,   par   exemple,  par  l’éminent  Joël  de  Rosnay  qui  considère  un  système  comme  «    un  ensemble   d’éléments  en  interaction  dynamique,  organisés  en  fonction  d’un  but  ».  Pour  notre  part,   nous   avons   déjà   écrit   que   nous   estimons   que   les   institutions   financières   et   bancaires   forment   une   agrégation   d’acteurs   micro-­‐économiques   qui   peuvent   être   mus   par   des   visées  divergentes.  Leur  organisation  institutionnelle  peut  revêtir  une  forme  similaire  et   ainsi  donner  l’impression  d’une  direction  commune,  il  n’en  demeure  pas  moins  que  le   moteur   de   leur   survie   concurrentielle   respective   peut   les   conduire   à   des   choix   radicalement  différents  sur  tel  ou  tel  compartiment  de  marché  sur  lequel  elles  évoluent.   En  revanche,  il  est  clair  que  les  éléments  composant  l’univers  bancaire  et  financier  sont   en  interaction  dynamique  ce  qui  rend  précisément  complexe  la  prévision  des  incidents   majeurs  et  le  risque  de  défaut  de  tel  ou  tel  acteur.   Selon   nous,   il   est   fondamental   de   considérer   le   caractère   anisotropique   du   système   financier  et  d’intégrer  que  le  premier  ressort  du  risque  de  crise  systémique  vient  des   capacités  fulgurantes  d’adaptation  du  secteur  à  un  changement  majeur.  Autrement  dit   nous  sommes  confrontés  à  un  milieu  dont  les  propriétés  changent  selon  la  direction.   2  )  La  zone  grise  omniprésente  :   Dès  lors,  on  mesure  la  difficulté  théorique  qui  atteint  la  notion  de  supervision  bancaire.   Le  célèbre  Professeur  Frank  Knight  a,  de  surcroît,  démontré  l’existence  d’une  incertitude   (  où  l’avenir  ne  peut  être  modélisé  )  distincte  de  la  situation  de  risque  où  les  possibilités   d’évolution  peuvent  relever  du  régime  des  probabilités.  (  Risk,  uncertainty  and  profit,   1921  ).  Il  y  a  donc  d’office  une  zone  grise  où  l’inconnu  est  le  maître-­‐mot  alors  que  nous   sommes   dans   un   système   dynamique   qui   rend   plausible   l’hypothèse   d’une   zone   gris   fonçée  aux  contours  fluctuants  dans  le  temps.   Le  rapport  du  gouverneur  de  la  banque  centrale  de  Finlande  Erik  Liikanen  remis  début   octobre  2012  à  la  Commission  européenne  préconise  principalement  de  séparer  les   activités  à  haut  risque  du  reste  des  activités  bancaires  usuelles.  (  voir  chapitre  VII  ).     3  )  Les  évolutions  de  la  supervision  européenne  :  
    •   28   Les  derniers  développements  du  débat  technique  et  démocratique  sont  à  la  fois  positifs   et   préoccupants.   Il   est   positif   de   noter   que   le   Parlement   européen   souhaite   que   le   président   de   la   commission   de   supervision   bancaire   de   la   BCE   voit   sa   nomination   ratifiée  par  les  eurodéputés.  Il  est  nettement  plus  préoccupant  de  devoir  enregistrer  que   la   commission   des   Finances   du   Parlement   européen   et   d’autres   voix   autorisées   ont   réussi   à   aboutir   quant   à   l’introduction   de   seuils   en-­‐deçà   desquels   la   supervision   ne   trouvera  pas  à  s’appliquer.     Quand  on  cherche  à  contrôler  la  vitesse  d’un  véhicule  sur  une  route,  ni  la  longueur  de   celui-­‐ci  ni  les  chevaux  fiscaux  ne  rentrent  en  ligne  de  compte.  Face  au  risque  systémique,   la  taille  de  l’établissement  est  lui  aussi  un  paramètre  relatif.  De  la  même  manière,  les   auditeurs  internes  et  les  commissaires  aux  comptes  connaissent  bien  les  risques  liés  aux   montages  déconsolidants  et  à  la  création  de  SPE  (  Special  purpose  entity  ).   Le  périmètre  incertain  de  la  supervision  bancaire  de  l’Union,  son  calendrier  repoussé  –   au  mieux  –  au  début  de  2014,  l’incertitude  de  ses  modalités  opérationnelles  (  exemple  :   quelle   coordination   entre   l’actuelle   ABE   et   le   futur   rôle   de   la   BCE  ?   )   sont   autant   d’éléments  factuels  qui  vont  laisser  notre  zone  économique  en  plus  grande  situation  de   risque  qu’il  ne  le  faudrait  alors  même  que  2013  restera  définie  comme  une  année  de   récession  avérée.   4  )  Les  incertitudes  de  tout  mécanisme  de  supervision  :   Le  principe  de  la  supervision  repose  sur  des  fondements  techniques  et  sur  une  vision   que  l’on  nomme  en  droit  «  l’effet  Macédonien  ».  Pour  le  Doyen  Carbonnier  «    on  désigne   ainsi,  en  sociologie  de  la  législation,  du  nom  d’un  fameux  sénatus-­‐consulte  rendu  sous   l’empereur  Vespasien,  le  phénomène  par  lequel  le  législateur  est  porté  à  restreindre  la   liberté  de  tous  quand  il  constate  que  quelques-­‐uns  ont  abusé  de  la  liberté.  Parce  que   l’avidité  d’un  usurier  avait  conduit  au  crime  le  jeune  Macedo,  il  fut  défendu  à  tous  les  fils   de  famille  de  contracter  des  emprunts.  »    La  force  de  l’effet  macédonien  vient  de  l’idée   qu’ont  les  citoyens  qu’une  situation  anormale  ne  doit  pas  se  reproduire  et  que  l’Etat  doit   réguler  la  situation.  Rappelons  le  chiffre  donné  publiquement  par  le  Commissaire  Michel   Barnier  :   «     Les   citoyens   ont   consacré   4500   milliards   d’euros   aux   banques   de   2008   à   2012  ».     Dans  ce  contexte,  on  mesure  la  portée  des  propos  de  la  Professeure  Laurence  Scialom  (   Paris  X  )  qui  écrivait,  dans  Le  Monde  du  8  octobre  dernier  :  «    La  séparation  des  activités   est  donc  une  condition  nécessaire  à  l’avènement  d’une  finance  responsable  davantage   tournée   vers   les   intérêts   de   la   société.   Espérons   que   le   gouvernement   français   ne   se   laissera  pas  enfermer  dans  une  vision  trop  étriquée  et  osera  reprendre  la  main.  C’est  un   enjeu  démocratique  majeur  ».   5  )  Contenu  et  consistance  des  états  financiers  :   La   prévention   des   risques   systémiques   suppose   la   maîtrise   des   asymétries   d’information.  Or,  l’univers  financier  est  très  significativement  marqué  par  cet  état  de   faits.  Au  moins  à  deux  titres  :  le  contenu  des  engagements  hors-­‐bilan  et  la  consistance   des  bilans.   S’agissant  des  engagements  hors-­‐bilan,  rien  n’est  plus  clair  et  préoccupant  que  de  lire  et   redonner  à  lire  l’approche  de  Jean-­‐Luc  Siruguet.  :  "  Une  activité  notable  du  banquier  est   la  prise  ou  réception  d'engagements  significatifs  (  opérations  de  hors-­‐bilan  )  sans  qu'il  y   ait   transfert   de   fonds.   Il   peut   en   découler   que   ces   engagements   ne   génèrent   pas   d'écritures   comptables   dans   les   systèmes   généraux.   La   non-­‐prise   en   compte   de   ces  
    •   29   éléments  peut  être  difficile  à  déceler.  "  in  "  Le  contrôle  comptable  bancaire  ".  (  Revue   Banque  Edition  :  p.  86  ).     S’agissant   de   la   consistance   des   bilans,   elle   a   fort   bien   été   décrite   par   le   Professeur   Philippe  Herlin  (    «  Repenser  l’économie  »  :  p.  233  )  :  «    De  la  même  façon,  le  bilan  (  et  le   compte   de   résultat   )   n’est   pas   une   image   fidèle   de   l’entreprise,   comme   on   l’entend   souvent,  puisqu’en  additionnant  tout  il  fait  disparaître  l’organisation  en  réseau  qu’est   toute  entreprise  avec  ses  clients,  ses  fournisseurs  et  ses  processus  internes.  Si  un  client   représente  à  lui  seul  un  tiers  des  ventes,  une  rupture  à  ce  niveau  s’avère  catastrophique,   si  une  matière  première  importante  provient  d’un  pays  en  guerre,  si  un  processus  de   production  comprend  plusieurs  maillons  faibles,  etc.  Une  entreprise  qui  sous-­‐estime  ses   risques  sera  d’autant  plus  exposée  aux  cygnes  noirs,  que  vaut  alors  son  bilan  ?  Il  faut  se   méfier  des  additions.  »         6  )  Limites  de  la  VaR  et  interdépendances  stratégiques  :       Marché   inter-­‐bancaire,   risque-­‐pays,   risque   de   défaut   partiel   sur   dettes   souveraines,   afflux   de   créances   douteuses   (   voir   le   cas   de   Bankia   )   sont   des   ressorts   de   risque   systémique   que   les   états   financiers   à   un   instant   donné   ne   peuvent   refléter   avec   exactitude.   Sans   évoquer   les   cas   toujours   possibles   de   fraudes,   force   est   de   constater   qu’un  outil  de  supervision  généralement  fondé  sur  les  modèles  standard  d’évaluation   des  risques  de  marché  (  VaR  :  value  at  risk  )  peut  être  pris  à  contre-­‐pied  selon  le  principe   des  conclusions  d’une  étude  de  Borio,  Furfine,  Lowe  qui  ont  démontré,  dès  2001,  que   l’évaluation  du  risque  est  appropriée  lorsque  les  pertes  commencent  à  se  réaliser  mais   pas  lorsque  les  faits  générateurs  (  des  futures  pertes  )  sont  en  phase  d’éclosion.     La  VaR  est  un  point  central  du  contrôle  des  risques  qui  intègre  nombre  de  paramètres   parmi  lesquels  :  les  variations  de  cours  boursiers,  le  suivi  des  courbes  de  rendements,   les   taux   d’intérêt,   les   taux   de   change,   les   prêts   immobiliers,   les   différents   produits   dérivés  sur  ces  actifs,  etc.    Pour  reprendre  la  formule  d’Edgar  Morin,    «    il  faut  mettre  sur   toute  chose  l’accent  «  circomplexe  »  :  la  complexité  à  la  base,  la  complexité  à  la  barre  »  (   «  La  méthode  »,  tome1,  p.  100  ).   Or  deux  questions  se  posent  alors  aux  praticiens.  D’une  part,  le  biais  connu  sous  le  nom   «  d’overfitting  »  où  l’on  abuse  des  données  tellement  abondantes  qu’elles  nuisent  à  la   compréhension  de  la  situation  en  cours  de  déploiement.  Au  lieu  de  les  exploiter  avec   pertinence,   les   responsables   en   déduisent   des   interprétations   erronées.   D’autre   part,   comme  l’a  maintes  fois  démontré  le  professeur  Michel  Aglietta,  la  VaR    n’enregistre  pas   les  interdépendances  stratégiques  entre  les  opérateurs  ce  que  le  cas,  grandeur  nature,   de  la  faillite  de  Lehman  Brothers  a  démontré.     La  supervision  est  donc  revêtue  d’utilité  sociale  et  technique  mais  elle  comporte,  à  ce   stade,  des  imperfections  dues  à  la  structure  même  des  bilans  des  institutions  qu’elle  doit   réviser.  Sans  omettre,  en  matière  de  risque  systémique  croissant,  la  dynamique  actuelle   du  «  shadow-­‐banking  »  réalisé  par  les  institutions  financières  non  bancaires.  Nul  doute   que  la  théorie  de  H.  Minsky  –  formulée  dès  1977,  sur  l’instabilité  financière  trouvera  ici   application   sous   moins   de   cinq   ans.   L’erreur   est   de   penser   que   ces   agents   sont   des   «  stand  alone  »    alors  qu’ils  agissent  souvent  sur  ordre  de  banques  désormais  soumises  à   régulation.    
    •   30   7  )  Segmentation  du  marché  et  risque  systémique  différencié  :     Depuis   les   conséquences   du   cas   Lehman   Brothers,   les   pays   membres   du   G20   ont   tacitement,  et  parfois  explicitement,  reconnu  qu’une  politique  de  soutien  systématique   serait  mise  en  place  en  cas  de  défaut  d’un  établissement  important.  D’un  établissement   susceptible  d’entraîner  un  risque  systémique.  On  retrouve  là  le  célèbre  TBTF  :  too  big  to   fail  (  trop  grand  pour  être  laissé  en  faillite  ).     Là  où  les  opérations  vont  être  plus  délicates,  c’est  lorsque  la  taille  des  établissements   bancaires   aura   sérieusement   augmenté   (   suite   à   un   mouvement   attendu   de   consolidation  du  secteur  d’ici  à  2015  )  et  que  l’expression  anglo-­‐saxonne  :  too  big  to  be   bailed  out  (  trop  grandes  pour  pouvoir  être  sauvées  )  risque  de  trouver  à  s’appliquer.   Compte-­‐tenu   des   structures   d’endettement   durable   des   Etats,   nombre   d’entre   eux   ne   seront   plus   en   position   de   sortir   d’une   difficulté   consistante   de   très   grandes   institutions  :   il   s’agit   là   d’une   nouvelle   variable,   d’un   nouveau   ressort   pour   une   crise   systémique  sérieuse.     A  l’heure  où  la  BCE  a  doublé  la  taille  de  son  bilan  en  quelques  années  et  s’occupe  d’une   partie   de   l’intermédiation   des   échanges   de   liquidité   entre   banques   commerciales,   ce   prêteur  en  dernier  ressort  nous  semble  doté  de  légitimité  pour  imposer  une  supervision   digne  de  ce  nom.     L’économiste  Richard  Thaler  a  montré  la  nocivité  de  certaines  anomalies  de  marché  et   l’importance  de  la  finance  comportementale.  Par  des  approches  théoriques  différentes   Robert  Prechter  (  reprenant  les  travaux  de  la  théorie  des  vagues  d’Elliott  des  années  30  )   a  lui  aussi  montré  l’importance  de  la  psychologie  humaine  et  de  la  notion  de  confiance   pour  comprendre  l’évolution  des  marchés.     Pour   notre   part,   depuis   l’incroyable   scandale   du   Libor   et   d’autres   errements,   nous   estimons   que   le   chantier   de   la   supervision   est   une   nécessité   face   au   dynamisme   des   ressorts   d’une   possible   crise   systémique   au   sein   de   laquelle   la   notion   de   perte   de   confiance  est  un  carburant  virulent.     A  voir  la  durée  de  certains  échanges  entre  nos  Chefs  d’Etat,  à  voir  par  exemple  patent  la   durée   d’aboutissement   des   travaux   européens   sur   le   brevet   communautaire,   nous   songeons  à  un  Président  qui  aimait  l’Europe  mais  qui  savait  hélas  la  longueur  du  temps   et  de  la  maturation  des  grands  projets.   François  Mitterrand  a  ainsi  écrit  :  «    Dans  les  cimetières  ne  résident  pas  seulement  de  la   poussière  des  hommes  mais  aussi  de  leurs  rêves  ».     Puisse  la  prévention  des  risques  systémiques  être  un  rêve  collectif  réalisable  à  brève   échéance  !      
    •   31   IX   Jusqu’où  iront  certaines  banques  ?       A   l'issue   de   la   lecture   des   chapitres   qui   précèdent,   cette   fois,   c’est   clair  :   il   existe   un   problème  bancaire  d’ensemble  qui  n'est  que  partiellement  traité  et  qui  demeure  donc   lourd  de  menace  sur  le  système  capitaliste  occidental.     L’objectif  de  ce  chapitre  à  valeur  de  conclusion  de  section  est  de  rappeler  quelques  faits   marquants  et  de  tenter  de  situer  les  localisations  des  dysfonctionnements.     Certaines   banques   sont-­‐elles   parties   à   l’assaut   de   la   raison  ?     Le   citoyen   passif   ou   le   décideur   d’un   certain   rang   sont   en   droit   de   se   poser   la   question   de   manière   aussi   franche  et  aussi  abrupte.   Dans  les  grands  magasins  d’autrefois,  un  liftier  annonçait  depuis  l’ascenseur  les  rayons   auxquels  étaient  arrivés  les  clients.  Pour  les  banques,  la  situation  est  identique.  Loin  du   commissaire  priseur  de  Walras  ou  d’un  teneur  de  criée  aux  poissons,  les  médias  nous   irriguent  d’informations  relevant  de  faits  qualifiables  de  graves.  Mais  surtout  de  sérieux.   Quand  on  y  songe,  en  moins  de  5  ans,  le  grand  public  aura  découvert  le  métier  de  trader   et   ses   excès   (   Affaire   Barings,   Affaire   Jérôme   Kerviel   vs   Société   Générale   ),   l’illégalité   d’une  vente  et  le  conflit  majeur  d’intérêts  (  Vente  Adidas  et  Crédit  Lyonnais  vs  Bernard   Tapie  ),  les  questions  de  blanchiment  d’argent  (  HBUS,  filiale  nord-­‐américaine  de  HSBC  ),   la  contribution  active  à  l’évasion  fiscale  (  UBS  ),  la  manipulation  du  taux  pivot  qu’est  le   Libor  (  Affaire  Barclays,  etc  dont  la  Société  Générale  et  le  Crédit  Agricole  ),  etc.   Chacun  conviendra  tout  d’abord  de  la  taille  unitaire  de  ces  égarements  et  du  fait  qu’ils   concernent  des  établissements  de  premier  rang.  Puis,  circonstance  aggravante,  là  où  des   dispositions   semblent   avoir   été   prises   (   suites   de   l’affaire   Kerviel   ),   on   découvre   néanmoins   des   problèmes   de   trading   à   la   fin   de   2011   tant   pour   UBS   que   pour   la   vénérable  JP  Morgan  (  près  de  10  milliards  de  dollars  ).   Tels  sont  les  faits  marquants  qui  donnent  à  penser  à  la  fameuse  citation  de  Cicéron  :  «     Quo  usque  tandem,  Catilina,  abutere  patentia  nostra  ?  «      (  Jusqu’à  quand  enfin,  Catilina,   abuseras-­‐tu  de  notre  patience  ?  ).  Car  c’est  bien  de  patience  au  sens  noble  du  terme  dont   il  nous  faut  parler.   Démarrons  par  l’affaire  Kerviel  soumise  à  jugement  devant  la  Cour  d’Appel  de  Paris  à   l'automne  2012  :  l’impression  est  diffuse  mais  il  est  clair  que  l’autonomie  du  trader  pose   question  au  regard  de  la  notion  de  subordination  salariale.  Il  flotte  un  vent  d’autonomie   voire  de  clair  irrédentisme  dans  ces  salles  de  marchés  qui  n’existe  heureusement  pas   dans  les  lignes  d’assemblage  de  l’avion  Rafale.  On  s’est  beaucoup  focalisé  sur  les  bonus   des  traders  là  où  nous  pensons  qu’il  aurait  mieux  valu  s’attaquer  à  un  plafonnement  des   risques  que  tout  un  chacun  pouvait  faire  courir  à  son  établissement.   Des  premières  déclarations  du  Président  Daniel  Bouton  à  certains  entretiens  dans  les   médias,   il   appert   que   le   top-­‐management   d’une   grande   banque   ne   maîtrisait   que   partiellement  les  rouages  d’une  salle  de  marchés.  Les  récentes  déclarations  d’importants   dirigeants  de  la  JP  Morgan  sont  tout  aussi  désarmants.  La  technologie  et  l’usage  qu’en   font   certains   a   dépassé   le   système   de   fonctionnement   de   l’entreprise.   Autrement   dit,  
    •   32   dans  le  cas  du  trading,  le  principe  de  Peter  a  frappé  les  mandataires  sociaux  de  bien  des   établissements  :   cette   question   ne   relève   pas   de   régulation   publique   mais   de   gouvernance   d’entreprise   comme   pourrait   le   démontrer   l’éminent   Didier   Serrat   ou   le   président  Daniel  Lebègue  (  Institut  Français  des  Administrateurs  ).   A   l’inverse,   s’il   pouvait   être   démontré   que   les   dirigeants   savaient   et   monitoraient   les   salles   de   marchés,   les   arguments   du   pertinent   Maître   Jean   Veil   viendraient   à   être   fragilisés   puisqu’alors   la   responsabilité   des   dirigeants   serait   engagée   ne   serait-­‐ce   que   vis-­‐à-­‐vis   des   informations   trompeuses   données   au   marché   et   aux   commissaires   aux   comptes.   Nous   pensons   davantage   au   principe   de   Peter   qu’à   la   théorie   trop   médiatique   et   fantasque  du  complot.   Il  n’empêche  que  certaines  banques  persistent  à  vouloir  fonctionner  dans  une  bulle  et   refusent  de  traiter  les  questions  de  fond,  de  front.  Les  pertes  de  la  Morgan  recevront  tôt   ou  tard,  en  justice,  une  explication  qui  renverra  à  la  cupidité  de  certains  et  à  la  naïveté   d’autres.   Prenons   maintenant   l’exemple   du   blanchiment   d’argent.   En   l’état   actuel   des   informations  révélées,  la  filiale  d’HSBC  aurait  contribué  à  blanchir  de  l’argent  venant  de   la   drogue   mexicaine,   à   réaliser   des   opérations   illicites   avec   des   banques   du   Moyen-­‐ Orient   et   à   contourner   l’embargo   financier   affectant   l’Iran.   On   ne   sait   plus   si   c’est   un   inventaire   à   la   Prévert   ou   le   catalogue   de   La   Redoute   mais   convenons   que   cela   fait   beaucoup  :    «    quo  usque  tandem….  «     Sur  ce  sujet  précis,  tout  semble  avoir  volé  en  éclats.   En   premier   lieu,   quid   des   investigations   du   Gafi   (   Groupe   d’action   financière   sur   le   blanchiment  de  capitaux  )  qui  est  un  organisme  intergouvernemental  instauré  en  1989   par  le  G7  et  qui  regroupe  plus  d’une  trentaine  de  pays  sans  compter  sa  collaboration   technique  avec  la  Banque  centrale  européenne  ?   En   deuxième   lieu,   quid   des   déductions   du   rapport   Montebourg-­‐Peillon   sur   le   blanchiment  d’argent  et  des  travaux  de  l'ancien  ministre  François  d’Aubert  ?    Le  principe   du   smurfing   (   beaucoup   de   personnes   chargées   de   disséminer   les   flux   d’argent   ),   le   principe   du   raffinage   (   utilisation   de   petites   coupures   moins   voyantes   ),   etc   ont   été   utilisées  :    "  business  as  usual  "  ?   Normalement  un  logiciel  assez  courant  AML  (  Anti-­‐Money  Laundering  )  a  un  seuil  de   sensibilité  de  10.000  $  :  il  a  su  être  contourné.  Idem  pour  les  programmes  de  compliance   et  le  fameux  KYC  :  know  your  customer.   Concrètement,  nous  le  répétons,  les  règles  ont  été  contournées  ou  mises  en  pièces  ce   qui,  là,  posent  deux  questions  :  une  de  responsabilité  juridique  des  auteurs  de  ces  délits,   une  de  refonte  de  la  lutte  antiblanchiment.  Ce  qui  vaut  par-­‐delà  l’Atlantique  vaut-­‐il  dans   l’hexagone  ?     De   quelle   épaisseur   de   blindage   dispose   la   cellule   TRACFIN   face   à   ces   nouvelles  voies  de  contournement  des  Lois  ?   L’affaire   Clearstream,   révélée   par   les   travaux   de   Denis   Robert   et   Ernest   Backes,     (   distincte   de   l’affaire   entre   Messieurs   Sarkozy   et   de   Villepin   )   avait   déjà   montré   les   libertés  que  la  finance  s’octroyait  avec  les  règles.   Autant  dire  que  la  prochaine  Directive  bancaire  européenne,  programmée  à  l’automne   2013,  devra  être  fondatrice  comme  le  fût  celle  la  loi  bancaire  française  de  1984  inspirée   et  analysée  en  son  temps  par  l’éminent  Olivier  Pastré.  
    •   33   S’il  s’agit  de  se  contenter  de  séparer  les  banques  de  détail  des  banques  d’investissement,   cela  nous  renverra  au  Glass  Steagall  Act  des  années  30  de  Franklin  Delano  Roosevelt  et   aussi   aux   écrits   préalables   (   nous   soulignons   préalables   )   d’Henri   Germain,   puissant   directeur  du  Crédit  Lyonnais  il  y  a  exactement  un  siècle.   Cela  peut  être  constructif  mais  certainement  en  retrait  des  besoins  que  l’ordre  public   impose.   Oui,   lorsqu’un   secteur   s’émancipe   à   ce   point,   et   aussi   vertement,   des   lois   et   règlements,  il  y  a  manquement  à  l’ordre  public.   Dans  un  texte  relatif  au  Libor,  nous  avons  rappelé  que  ce  sont  des  dizaines  de  bilans  qui   sont  frappés  d’inexactitudes  à  partir  du  moment  où  le  poste  de  l’endettement  bancaire   est  représenté  par  un  chiffre  inexact  du  fait  des  manipulations  du  taux  de  référence.  Si   nous  avions  vu  cela  dans  un  film  d’Oliver  Stone  (  Wall  Street  )  ou  de  Michael  Moore,  nous   ne  l’aurions  pas  cru.   Quand  on  songe  à  l’ampleur  pécuniaire  de  ses  fraudes  sur  le  Libor  qui  resteront  à  jamais   impossibles  à  évaluer  finement,  une  autre  phrase  de  Cicéron  –  auteur  plus  respectable   que  certains  banquiers  contemporains  –  s’impose  à  la  pensée  :    «    Quem  ad  finem  sese   effrenata  iactabit  audacia  ?  «     Jusqu’où   ton   audace   effrontée   se   déchaînera-­‐t-­‐elle  ?       Oui,   cher   lecteur,   jusqu’où   certaines  banques  iront-­‐elles  ?   Pour  notre  part,  nous  regrettons  qu'à  côté  de  régulations  publiques  ne  soit  pas  ouvert   un  chantier  sérieux  d'autorégulation  sectorielle.              
    •   34       X   La  vraie  crainte  du  déclassement  social       Détenir   un   emploi   et   pouvoir   en   vivre   dignement   :   deux   souhaits   qui   sont   désormais   complexes   à   obtenir   et   à   maintenir   dans   la   durée.   Le   sous-­‐emploi   est   en   effet   un   marqueur  de  la  société  française.  Pour  contenir  cette  attaque  contre  la  sécurisation  des   parcours  professionnels  que  2013  et  probablement  2014  annoncent  en  progression,  que   faudrait-­‐il   essayer   ?   De   plus   serait-­‐ce   suffisant   pour   maintenir   en   état   de   marche   l’ascenseur  social  ?   Selon  l’un  des  fondateurs  de  la  sociologie,  Durkheim  :  «    La  cause  déterminante  d’un  fait   social  doit  être  cherchée  parmi  les  faits  sociaux  antécédents  »    (  "  Règles  de  la  méthode   sociologique  "  ).  Ainsi  donc  les  angoisses  qui  traversent  et  orientent  les  pensées  de  nos   concitoyens  seraient  à  trouver  dans  des  faits  antérieurs  à  la  crise  de  2008.  Ceci  semble   un  vrai  paradoxe  et  pour  l’instant  une  sorte  d’énigme.  Tentons  d’y  voir  plus  clair.   En  1974  est  paru  un  petit  livre  de  l’agrégé  Serge  Lacrampe  consacré  au  «  changement   social  »  (  Editions  Scodel  )  où  il  expose  que  le  statut  d’une  personne  se  résume  le  plus   souvent  à  la  situation  professionnelle  (  p.  22  )  mais  qu’il  faut  aussi  intégrer  le  fait  que   l’individu  occupe  plusieurs  statuts  (  père  de  famille,  etc  ).  Il  effectue  ainsi  une  distinction   entre   le   «  statut   actuel   et   les   statuts   latents  ».   Ce   point   est   important   au   plan   méthodologique  car  dans  sa  critique  du  livre  du  sociologue  Eric  Maurin  (  «    La  peur  du   déclassement,   une   sociologie   des   récessions  »   paru   au   Seuil   en   2009   )   son   brillant   confrère  Camille  Peugny  lui  reproche  précisément  de  limiter  le  déclassement  à  la  notion   de  perte  d’un  emploi  stable.  De  même,  il  n’est  pas  convaincu  par  le  contenu  maurinien   du  concept  de  «  déchéance  sociale  »  qu’il  trouve  trop  restrictif.   Premier  point  d’étape,  il  y  a  donc  une  définition  plus  ou  moins  extensive  de  la  notion  de   déclassement  social.     Pour  notre  part,  et  en  mémoire  de  notre  regretté  Professeur  en  Sorbonne  –  le  Doyen   Henri  Bartoli  -­‐,  nous  reprenons  certains  de  ces  développements  (  "  Economie  et  création   collective  "  )  et  considérons,  à  son  instar,  que  «    l’économie  s’inscrit  au  cœur  d’un  fait   social   infiniment   plus   complexe  »  :   ainsi,   le   déclassement   ne   saurait   se   limiter   au   fait   d’avoir  un  métier  moins  valorisé  (  hiérarchie,  salaire,  perspectives  de  carrière  )  que  ses   parents.  Le  déclassement  social  est  une  notion  que  nous  revendiquons  comme  –  hélas  –   plus  vaste  et  donc  plus  ravageuse  pour  les  citoyens.   Dans  un  rapport  remis  le  9  Juillet  2009  à  Madame  la  ministre  Kosciusko-­‐Morizet,  une   équipe   de   chercheurs   dans   la   mouvance   du   CAS   (   Centre   d’Analyse   Stratégique   qui   dépend  des  services  du  Premier  ministre  )  ont  été,  de  manière  assez  impressionnante,   très  en  phase  avec  les  travaux  de  Camille  Peugny  (  "  Le  déclassement  ",  Grasset  ).  
    •   35   Tout   d’abord,   ils   ont   souligné   la   multiplication   des   déclassements   à   l’embauche  :   autrement   dit,   le   poste   obtenu   est   significativement   inférieur   à   la   formation   de   son   titulaire.  C’est  le  syndrome  du  Bac  +5  qui  démarre  sa  vie  professionnelle  dans  un  fast-­‐ food.     Puis,  il  y  a  un  chiffre  impressionnant  de  violence  qu’il  faut  citer  :  au  début  des  années   1980,  18%  des  trentenaires  estimaient  détenir  une  position  professionnelle  inférieure  à   leurs  parents.  En  2009,  ce  chiffre  est  passé  à  25%.  Gardant  vivace  à  l’esprit  la  phrase   précitée  de  Durkheim,  on  voit  que  les  faits  antécédents  sont  confirmés  et  alourdis  de   plus   d’un   tiers   (   NDLR  :   un   tiers  !   )   en   trente   ans.   Les   crises   de   1974,   1979,   etc   sont   passées  par  là  et  font  l’effet  d’une  boule  de  bowling  pour  nombre  de  formations  que  des   jeunes  ou  des  universitaires  se  sont  battus  pour  obtenir.  Dans  l’analyse  du  rapport  de   2009,  il  est  même  indiqué  que  les  diplômes  universitaires  ne  sont  un  bouclier  à  peu  près   certain  face  au  chômage  que  s’il  s’agit  de  troisième  cycle.  On  mesure  l’exclusion  sociale   que  la  France  produit  car  quelle  famille  peut  «  offrir  »  des  scolarités  aussi  longues  à  sa   descendance.   Puis,   à   côté   des   déclassements   à   l’embauche,   on   note   –   par   exemple   chez   les   quadragénaires  –  une  ascension  sociale  inter-­‐générationnelle  limitée  et  parfois  factice.   De  même  qu’il  n’y  aurait  plus  d’aveugles  mais  des  non-­‐voyants,  il  n’y  aurait  plus  de  bas   de  hiérarchie  industrielle  mais  des  opérateurs  confirmés,  etc.  L’évolution  du  salariat,  ce   n’est   pas   l’inflation   des   salaires   (   comme   le   Credoc   le   montre   –   à   l’inverse   -­‐   régulièrement  )  mais  parfois  l’inflation  des  titres  qui  sont  aussi  beaux  sur  le  papier  que   les  conditions  de  travail  demeurent  difficiles.  Pour  des  millions  de  salariés,  par  rapport  à   la   situation   passée   de   leurs   parents,   l’appartenance   à   la   même   CSP   (   catégorie   socio-­‐ professionnelle   )   est   une   gageure   et   la   stabilité   de   l’emploi   une   possibilité   non   confirmée.   Lors  de  la  Conférence  sociale  tenue  sous  la  présidence  du  Premier  ministre  en  Juillet   2012,  une  table  ronde  était  consacrée  à  la  sécurisation  des  parcours  professionnels  :  un   thème   central   pour   la   paix   sociale   future   et   pour   la   motivation   professionnelle   de   demain.   Enfin,   nous   situant   dans   une   conception   extensive   de   la   notion   de   déclassement   (   et   formaté   au   niveau   du   plein   individu   et   non   du   seul   salarié   ),   nous   sommes   dans   l’obligation  d’énoncer  les  thèmes  qui  éloignent  la  génération  qui  suit  de  celle  qui  a  connu   les  Trente  glorieuses  (  Jean  Fourastié  ).  La  pollution  dans  les  conurbations  urbaines,  le   stress   de   la   vie   dite   moderne,   l’allongement   continu   de   la   durée   des   trajets   domicile-­‐ travail  (  qui  n’ont  jamais  pu  être  pris  en  compte  dans  la  notion  de  pénibilité  du  travail   abordée   lors   de   la   dernière   réforme   des   retraites   ),   le   slogan   «  à   travail   égal,   salaire   égal  »   toujours   chimérique   pour   les   femmes,   la   croissance   des   contrats   précaires   (   stages,   CDD,   etc   )   font   que   nous   considérons,   comme   Louis   Chauvel   (   «  Les   classes   moyennes  à  la  dérive  »  2006  ),  que  le  déclassement  n’est  pas  un  concept  à  la  périphérie   de  la  nouvelle  société  française  en  gestation  mais  qu’elle  en  représente  un  axe  central.   Les   médecins   du   travail   ont   une   vision   millimétrique   du   déclassement  :   ils   savent   les   salariés  qui  se  replient  dans  une  attitude  critique  pire  que  celle  des  «  Indignés  »  des  rues   d’Espagne  et  ils  savent  hélas  aussi  les  ravages  du  repli  et  de  la  mésestime  de  soi  qui   atteignent   le   salarié   qui   plafonne   et   dont   l’asymptote   professionnelle   est   digne   du   plafond  de  verre  qui  concerne  la  capacité  des  femmes  à  atteindre  de  hautes  fonctions.   Le  déclassement  va  s’étendre  avec  la  continuation  de  la  crise  de  2008  muée  en  quasi-­‐ récession   et   ses   points   saillants   vont   se   perpétuer   avec   un   danger   plus   accusé  
    •   36   qu’autrefois  sur  un  paramètre  important  :  celui  du  logement.  Selon  les  études  crédibles   sur   le   sujet,   il   ressort   qu’en   moyenne   le   logement   représentait   10%   du   revenu   disponible  des  ménages  en  1984  et  plus  de  20%  en  2008.  Rien  n’est  plus  poignant  que   ce   phénomène   dit   des   travailleurs   pauvres   qui   ont   un   job   mais   doivent   dormir   dans   leurs  voitures  faute  de  pouvoir  accepter  la  notion  de  loyer  dans  leur  pouvoir  d’achat.   Lorsque  les  maraudes  des  courageux  travailleurs  sociaux  ont  durant  l'hiver,  en  plus,  à   vérifier  si  les  voitures  sont  vides  ou  «  habitées  »,  je  ne  suis  pas  certain  que  La  Fayette,   Aristide  Briand  ou  Joseph  Fontanet  seraient  fiers  de  la  France.  Tout  est  compliqué  par  la   crise  économique  bien  sûr  mais  il  y  a  ici  où  là  des  reculs  du  droit  social  :  exemple  des   temps  partiels  «  subis  »  car  annoncés  à  la  dernière  minute,  rémunérations  incertaines,   etc.   Sur   ce   thème   essentiel   de   notre   évolution   sociétale,   la   lucidité   du   sociologue   Robert   Castel   (   «  Les   métamorphoses   de   la   question   sociale  »,   Fayard   1995   )   est   intellectuellement   impressionnante.   Les   tenants   de   la   fracture   sociale   de   l’époque   auraient   du   se   faire   résumer   ce   livre   pour   asseoir   des   dynamiques   politiques   de   changement  au  lieu  de  laisser  s’installer  «    un  avenir  marqué  du  sceau  de  l’aléatoire  »   pour  reprendre  un  mot  de  l’auteur.   Dans  son  Traité  de  sociologie,  l’éminent  Georges  Gurvitch  énonce  un  fait  crucial  :  «    La   sociologie  est  une  science  qui  étudie  les  phénomènes  sociaux  totaux  dans  l’ensemble  de   leurs   aspects   et   de   leur   mouvement   en   les   captant   dans   des   types   dialectisés   microsociaux,  groupaux  et  globaux  en  train  de  se  faire  et  de  se  défaire  ».  Marqué  par  ce   que  l’on  a  nommé  l’hyperempirisme,  Gurvitch  a  toujours  insisté  sur  les  transformations   des   structures   sociales   héritées,   selon   lui,   d’un   vaste   mouvement   simultané   de   déstructuration  et  de  structuration.   A  l’heure  du  XXIème  siècle  commencé  dans  le  fracas  du  11  Septembre  2001  et  dans  le   tumulte   de   la   crise   mondiale   de   2008,   bien   des   innovations   et   bien   des   progrès   apparaissent   chaque   jour   et   sont   porteurs   d’espoirs  :   il   y   a   in   concreto   de   beaux   moments  qui  s’annoncent  et  l’humanité  progresse.  C'est  pourquoi  cet  ouvrage  contient   des  pages  dédiées  à  l'espoir.  Mais  pour  autant  faudrait-­‐il  nier  benoîtement  la  réalité  de   la  crise  ?   Parallèlement   à   ces   progrès,   il   y   a   une   compétition   véritablement   exacerbée   entre   l’homme  et  la  machine  :  Raymond  Aron  (  «  Dix-­‐huit  leçons  sur  la  société  industrielle  »)   et  Alfred  Sauvy  avaient  prédit  que  le  progrès  technique  allait  s’accélérer  et  qu’il  serait   récessif   d’emplois.   Ce   sujet   va   être   une   des   clefs   de   demain   en   Europe   où   bien   des   emplois  sont  menacés  par  la  substitution  capital-­‐travail.    
    •   37       XI   Le  chômage  :  "  on  a  tout  essayé  "  ?         Par-­‐delà  la  querelle  des  chiffres,  chaque  septennat  aura  vu  le  nombre  total  de  chômeurs   augmenter.   Sous   le   Général   de   Gaulle,   notre   pays   a   eu   à   faire   face   à   l'arrivée   des   rapatriés  et  ce  ne  fut  pas  une  mince  affaire,  démunis  et  déracinés  qu'ils  et  elles  étaient.   Le  chômage  a  commencé  son  inexorable  progression  dès  1966.  Ainsi,  il  faut  se  rappeler   qu'un  certain  Jacques  Chirac,  Secrétaire  d'Etat  à  l'emploi,  parvient  à  obtenir  la  création   de  l'ANPE  (  Agence  Nationale  Pour  l'Emploi  )  par  ordonnance  du  13  Juillet  1967.   L'indemnisation  étatique  et  via  les  partenaires  sociaux  (  Unedic  )  date  donc  de  45  ans  :   près   d'un   demi-­‐siècle,   par   conséquent.   Le   dispositif   est   monté   en   puissance   six   mois   avant   les   évènements   de   Mai   68   dont   les   sociologues   ont   montré   la   profondeur   de   l'interpellation  pour  les  décideurs.   Sous  le  Président  Pompidou,  le  niveau  du  chômage  parait  insignifiant  avec  notre  regard   quantifié  actuel  mais  il  était  ici  ou  là  déjà  un  souci  pour  la  classe  ouvrière.  Souvenons-­‐ nous   des   travailleurs   confrontés   à   la   restructuration   du   secteur   horloger   et   au   trop   tristement  fameux  "  Lip,  c'est  fini  !  "  du  Premier  ministre  excédé  Pierre  Messmer.  Son   contradicteur  syndical  de  l'époque,  Charles  Piaget,  avait  dit  sur  les  ondes  et  écrit  que   tous  les  secteurs  seraient  concernés.  Peut-­‐on  aujourd'hui  raisonnablement  le  prendre   pour  un  syndicaliste  haut  en  couleurs  et  excité  ou  pour  un  connaisseur  du  terrain  ?   L'Etat  de  l'époque  a  manqué  de  relais  d'information  et  les  branches  professionnelles  se   sont  accrochées  à  la  notion  de  crise  conjoncturelle  sans  savoir  ou  sans  vouloir  détecter   les   prémisses   d'une   crise   structurelle   très   vite   analysée,   en   1972,   par   le   patron   de   la   Confédération   Générale   des   Cadres   André   Malterre.   Vers   1976,   les   économistes   théoriciens  de  l'école  de  la  régulation,  comme  Messieurs  Boyer  et  Mistral,  ont  montré   que  dès  le  début  des  années  70,  l'accumulation  du  capital  est  moins  rentable  que  dix  ans   avant.   Lors  du  mandat  du  Président  Georges  Pompidou,  un  virage  déjà  pris  a  été  confirmé  :  au   lieu   de   moderniser   l'appareil   de   production   (   machines-­‐outils,   et   bien   plus   tard   machines  à  commandes  numériques  et  robotique  ),  le  choix  collectif  a  été  de  recruter   des  travailleurs  peu  qualifiés,  souvent  d'origine  étrangère,  ou  venant  de  l'exode  rural.   En   cas   de   baisses   de   carnet   de   commandes,   on   sortait   un   "   surplus   "   de   l'effectif   qui   pouvait  alors  bénéficier  de  la  loi  sur  les  90  %  du  salaire  indemnisé  qui  n'a  évidemment   jamais   été   incitative   à   une   reprise   rapide   d'un   emploi   comme   le   démontre   la   théorie   libérale  du  "  job  search  ".  (  Georges  Stigler  1961  ).  
    •   38   Par  rapport  à  nos  concurrents,  l'intensité  capitalistique  s'est  étiolée  et  nous  avons  eu   une  sur-­‐présence  du  facteur  travail  au  sein  de  la  fonction  de  production.   Les  deux  crises  économiques  internationales  de  1973  et  1979  ont  eu  raison  des  efforts   de   ministres   tels   que   Messieurs   Durafour   et   d'Ornano.   Sous   le   septennat   de   Valéry   Giscard  d'Estaing,  près  d'un  million  de  chômeurs  additionnels  sont  venus  s'ajouter  au   solde  net  des  sans-­‐emploi.   Il  faut  en  effet  garder  à  l'esprit  que  le  chômage  d'alors  était  essentiellement  un  flux  :  on  "   tombait  "  au  chômage,  on  cherchait  quelques  mois  et  on  rebondissait  sur  un  nouveau   CDI.  En  2012,  trente  cinq  ans  plus  tard,  on  subit  le  chômage  de  manière  plus  violente   selon   quatre   registres.   Tout   d'abord,   une   fois   au   chômage,   la   durée   moyenne   pour   reprendre  un  emploi  s'est  véritablement  allongée  (  voir  la  question  brûlante  des  fins  de   droits  ).  Puis,  cette  reprise  d'un  emploi  consiste  le  plus  souvent  en  un  CDD  et  parfois   dans  un  contrat  qui  n'est  pas  à  temps  plein    (  question  corrélée  du  pouvoir  d'achat  ).   Troisièmement,  il  y  a  bien  souvent  déclassement  de  catégorie  socio-­‐professionnelle  ce   qui   pose   là   une   question   d'estime   de   soi   mais   aussi   de   ressources   pécuniaires.   Quatrièmement,  contrairement  à  la  majorité  des  cas  de  la  fin  des  années  70,  la  reprise   d'un   emploi   est   conditionnée   à   une   mobilité   géographique   du   fait   que   toute   la   zone   environnante  est  sinistrée  (  exemple  du  Trégor  et  de  la  téléphonie  et  électronique,  idem   pour  Brest  avec  les  sureffectifs  chez  Alcatel  et  Matra,  idem  pour  Romans  et  le  bassin  des   confections  de  chaussures  ).   Le   chômage   a   donc   augmenté   en   solde   net   de   demandeurs   d'emploi,   il   s'est   durci   et   couvre  une  période  plus  longue  qu'auparavant  et  surtout  son  point  de  sortie  est  en-­‐deçà   de  la  situation  générale  (  revenus,  estime  de  soi,  attachement  à  son  "  job  ",  cadre  de  vie  )   qui  était  détenue  par  le  ou  la  salariée  précédemment.   Le  chômage  est  donc  une  crainte  plus  forte  qu'il  y  a  trente  ans  et  une  peur  plus  lucide   d'un  déclassement  véritablement  tangible.   De  surcroît,  tel  un  virus  grippal,  le  chômage  présente  un  inégal  danger  selon  l'âge  des   populations   atteintes.   Clairement,   les   seniors   sont   mal   admis   en   France   :   à   part   des   secteurs  particuliers  comme  l'agriculture  et  l'artisanat  (  héritage  du  compagnonnage  ),   on  sait  que  la  date  critique  se  situe  entre  53  ans  et  au-­‐delà  mais  parfois  dès  50  ans.  Au   plan  européen,  la  France  est  le  pays  où  les  seniors,  riches  de  leurs  expériences,  sont  le   plus  sous-­‐employés.   Nul   ne   saurait   valablement   anticiper   les   effets   du   contrat   de   génération   voulu   par   le   Président  Hollande.  Une  chose  est  sûre,  il  est  toujours  émouvant  de  voir  un  homme  de   51  ans  boire  un  verre  de  vin  blanc  dès  10  heures  du  matin  dans  certains  cafés  loin  des   regards  de  sa  famille  et  en  compagnie  de  ses  compagnons  d'infortune.   Dans   le   Morvan,   terre   qui   a   connu   la   désindustrialisation   des   bassins   d'emplois   de   Nevers   et   d'Autun,   les   médecins   généralistes   devraient   être   interviewés   par   des   enquêteurs   de   l'Insee   afin   que   les   dirigeants   ultimes   de   notre   Nation   approximent   le   coût  complet  du  sous-­‐emploi.   Oui,  nous  posons  ici  que  le  chômage  n'est  désormais  pas  qu'une  question  de  production   économique  et  d'indemnisation,  il  est  –  par  sa  dureté  croissante  –  devenu  une  question   de  santé  publique.  Pour  être  simplificateur  mais  loyal,  les  jeunes  fumeraient  moins  de   joints  s'ils  avaient  un  outil  à  la  main  ou  un  clavier  sous  les  doigts.  Quant  à  leurs  aînés,  le   fruit  de  certains  contrôles  routiers  montrent  dans  quel  état  le  désespoir  et  le  fait  de  se   croire  inutiles  mettent  ces  personnes.  
    •   39     Le  Président  François  Mitterrand  n'a  pas  échappé  à  la  règle  de  la  croissance  du  chômage   et  tout  le  monde  se  souvient  d'une  de  ses  rares  expressions  publiques  malheureuses  :  "   sur  le  chômage,  on  a  tout  essayé  ".  (  14  juillet  1993  ).   La   France   a   effectivement   essayé   de   mieux   indemniser,   de   mieux   accompagner   ces   travailleurs  et  travailleuses  privés  d'emploi.   Cela   étant,   d'expérience,   nous   connaissons   tous   des   bévues   cocasses   de   ces   grandes   machines  administratives  :  erreurs  comptables  sur  les  indemnités  dues,  tracasseries  sur   le  motif  réel  du  départ  au  chômage  lorsque  l'employeur  ne  veut  pas  être  correct  vis  à  vis   de  son  salarié,  Sarl  de  complaisance  pour  bulletins  de  paye  fictivement  améliorés,  etc.   Pour  être  bref,  le  chômage  est  –  pour  certains  –  un  business  sur  le  dos  de  la  crédulité  de   la  personne  virée.    Où  sont  les  contrôles  de  ces  officines  ?   De   même,   on   a   l'habitude   de   monter   en   épingle   le   nombre   intéressant   de   créations   d'entreprises  en  omettant  que  ce  sont  bien  souvent  des  chômeurs  qui,  en  fin  de  droits,   font   un   cumul   peu   légal   le   temps   d'essayer   de   trouver   un   contrat   quelconque   aux   ressorts   parfois   peu   clairs.   Il   suffit   d'ailleurs   de   croiser   le   chiffre   des   créations   d'entreprises  avec  le  chiffre  des  firmes  qui  n'ont  aucun  salarié  autre  que  le  dirigeant.   L'ancien   Premier   ministre   Raymond   Barre,   chahuté   dans   une   réunion   publique,   avait   conseillé  "  aux  chômeurs  de  créer  leur  propre  emploi  ".    On  peut  essayer  mais  on  voit   bien  que  la  question  relève  d'un  alphabet  plus  complexe.   S'agissant   des   jeunes,   des   initiatives   incroyables   fleurissent   et   donnent   lieu   à   des   réussites.  Pas  du  niveau  d'Airness,  mais  il  y  a  ici  ou  là,  en  villes  ou  en  banlieues,  des   germes  de  talents.  Des  fonds  d'investissements  (  CitizenCapital,  partenaires  américains   ou  du  Quatar  )  s'en  occupent  et  il  est  tout  à  fait  clair  que  les  jeunes  se  sentent  écoutés  et   considérés  là  où  ils  ont  l'impression  d'être  un  matricule  à  Pôle  emploi.   L'économiste  Robert  Salais  (  et  Olivier  Favereau,  etc  )  ont  avancé  quant  à  des  recherches   sur  l'économie  des  conventions.  Pour  notre  part,  nous  posons  comme  pierre  angulaire   de  la  lutte  contre  le  chômage  le  combat  contre  la  perte  d'estime  de  soi.   Il  serait  donc  opportun  que  des  partenariats  public  privé  PPP  réunissent  des  acteurs  des   deux   secteurs   qui   auraient   un   regard   opportunément   bienveillant   sur   les   personnes   avant  de  décider  si  un  dossier  peut  être  élaboré.  Certaines  Chambres  de  commerce  le   font  mais  n'ont  pas  les  relais  financiers  que  ces  PPP  pourraient  avoir.   Autre  approche,  la  dernière  campagne  électorale  a  été  assez  sidérante  sur  un  point  :  le   Président  sortant  a  reconnu  que  depuis  des  années,  nombre  de  demandeurs  inscrits  à   Pôle  emploi  ne  se  voyaient  pas  proposer  de  formation  crédible  :  il  a  même  demandé  un   rapport   en   Avril   2012   à   l'ancien   Président   du   Sénat   et   ancien   Ministre   des   Affaires   sociales  Gérard  Larcher.   Nous  passerons  sur  l'opportunisme  de  la  demande  et  ne  garderons  que  l'opportunité  de   la   question   :   si   elle   se   pose,   elle   se   pose   depuis   combien   de   mois   pour   combien   de   dizaines  de  milliers  de  personnes  ?    Vous  voyez  bien,  tout  n'a  pas  été  essayé.  Pire,  bien   peu   a   été   fait   au   regard   de   l'exploitation   des   travaux   des   économistes   du   travail   qui   auraient  pu  éclairer  la  décision  publique.  
    •   40   Le   chômage   frictionnel   (   qui   ne   vient   que   d'une   mauvaise   qualité   de   rencontre   entre   l'offre   et   la   demande   )   devrait   est   derrière   nous   à   l'heure   d'internet.     Que   fait-­‐on   à   grande  ampleur  sur  ce  sujet  ?   Le  chômage  structurel  –  souvent  lié  à  des  inadéquations  entre  besoins  des  employeurs   et  capacités  des  demandeurs  d'emploi  –  nous  ramène  à  la  question  de  la  formation  des   sans-­‐emplois  où  des  fonds  existent.   Le  chômage  keynésien  (  qui  consiste  en  des  anticipations  pessimistes  des  employeurs  en   matière  de  carnet  de  commandes  )  est  actuellement  le  plus  dangereux  car  la  récession   est  clairement  à  nos  portes.  Les  chiffres  de  ce  jour  font  ressortir  un  taux  de  chômage  à   10,3  %  en  France  métropolitaine.   Il  ne  serait  pas  aberrant  d'avancer  l'hypothèse  de  350000  chômeurs  nets  de  plus  pour   l'année  2013  :  autant  dire  que  le  chômage  keynésien  est  celui  qui  alimente  le  plus  cette   poussée  de  fièvre  destructrice.   Dans  la  Théorie  Générale  (  1936  ),  Lord  Keynes  a  écrit  que  ce  n'était  pas  seulement  le   volume  de  l'emploi  qui  doit  s'ajuster  à  l'offre  mais  qu'il  est  fondamental  de  prendre  en   compte   ce   qu'il   a   nommé   la   "   consistance   "   de   l'emploi   c'est   à   dire   son   contenu   professionnel.   En  matière  de  consistance  de  l'emploi,  cela  serait  chimère  que  de  dire  que  tout  a  été   essayé.  Dans  ce  sombre  tableau,  il  y  a  donc  quelque  part  de  la  lumière  sous  la  porte  :  ce   chapitre  l'a  montré.   A   l'Etat   et   à   des   partenariats   de   permettre   que   la   poignée   de   cette   porte   soit   collectivement  saisie  avant  que  la  Nation  ne  gronde  ou  ne  croule  sous  les  anxiolytiques.        
    •   41             XII   La  délicate  question  des  salaires  en  France       Plus  de  six  mois  après  l'élection  présidentielle  du  Dimanche  6  Mai  2012,  et  hors  toute   considération  partisane  et  politicienne,  force  est  de  constater  que  les  choses  n'auront   guère  changé  pour  des  millions  de  salariés  en  termes  de  "  net  à  payer  "  sur  la  fiche  de   paye.     La   question   des   salaires   en   France   est   désormais   devenue   électrique.   Elle   semble   fanatiser  le  débat  ce  qui  fausse  l'analyse  par  excès  de  passions.   En  fait,  que  peut-­‐on  essayer  de  penser  de  cette  délicate  question  des  salaires  ?     Un  point  d'évidence  partagé  par  les  statisticiens  ou  les  nombreux  économistes  de   banques,  les  salaires  sont  dans  une  quasi-­‐stagnation.  Leurs  niveaux  augmentent  un  peu   plus  vite  que  l'inflation  mais  chacun  sait  que  l'indice  des  prix  pose  question  depuis  des   années  en  France.     Même  le  regretté  et  éminent  Francis-­‐Louis  Closon  (  Directeur  Général  de  l'I.N.S.E.E  de   1946  à  1961  )  et  ancien  Directeur  des  finances  de  La  France  Libre  (  à  Londres  )  l'a  admis   :  l'indice  est  techniquement  fiable  mais  l'échantillon  d'articles  le  composant  ne  recouvre   pas  une  fréquence  identique  d'achats.  Pour  caricaturer,  le  prix  du  beurre  et  autres   denrées  alimentaires  devraient  être  davantage  surpondérés  par  rapport  à  des  achats   exceptionnels  ou  à  tendance  déflationniste  structurelle  tels  que  les  produits  hi-­‐tech   importés  dont  le  prix  relatif  n'a  cessé  de  baisser.     Souvenons-­‐nous  du  prix  des  premiers  magnétoscopes  VHS  des  années  1980  (  autour  de   5.500  Francs  )  rapportés  au  SMIC  de  1982  :  3980  Francs  par  opposition  à  une  tablette   iPad  qui  coûte,  dans  sa  première  configuration,  moins  de  la  moitié  du  SMIC  actuel.    
    •   42   Si  l'indice  et  les  personnes  qui  l'élaborent  sont  sûrs  et  honorables,  il  est  aussi  sûr  que   l'introduction  de  produits  numériques  à  forte  décélération  de  prix  unitaire  apporte  un   biais  cognitif  qui  influe  le  résultat  final.     Depuis  la  rentrée  de  Septembre  2012,  tout  le  monde  a  pu  constater  la  reprise  d'une   inflation  assumée  (  le  prix  est  visiblement  plus  cher  )  ou  dissimulée  (  changement  de   poids  à  l'occasion  d'un  nouveau  packaging,  etc  ).  Le  rapport  annuel  du  gouverneur  de  la   Banque  de  France  y  fait  explicitement  référence.  Parallèlement,  tout  le  monde  a  ressenti   le  ralentissement  économique  en  France,  en  Grande-­‐Bretagne  mais  aussi  en  Chine  et   hélas  en  Grèce,  peuple  cobaye  de  l'austérité  victime  des  cigales  qui  le  dirigèrent  pendant   des  décennies.     Nous  répétons  notre  conviction  déjà  énoncée  :  nous  marchons  hardiment  vers  une   phase  de  "  slumpflation  "  où  inflation  et  foyers  de  récession  se  coaliseront.     Dans  ce  contexte  difficile,  la  question  des  salaires  est  délicate  mais  leur  seul  alignement   légèrement  supérieur  au  chiffre  contestable  de  la  hausse  des  prix  pose  question.       Le  salaire  est  un  moyen  de  subsistance  et  de  nombreuses  études  intellectuelles  ou  des   remontées  d'information  sur  le  terrain  montrent  que  les  "  gens  ne  s'en  sortent  pas  ":   même  Laurent  Fabius  a  eu  cette  formule  :  "  pour  certains,  la  fin  du  mois  commence  vers   le  quinze  ".     L'auteur  du  livre  déjà  ancien  "  La  France  inégale  "  pourrait  le  réécrire  mot  pour  mot  des   décennies  plus  tard  ce  qui  montre  la  résistance  à  l'évolution  sociale,  au  progrès  inter-­‐ générationnel  (  Serge  Lacrampe  )  de  notre  pays  même  en  temps  de  conjoncture   convenable.     En  temps  de  crise,  nous  devons  loyalement  convenir  que  l'analyse  marxiste  s'applique   sur  deux  points  :    d'une  part,  il  y  a  pression  à  la  baisse  des  salaires  tant  la  crainte  du   chômage  et  du  déclassement  social  est  grande.  D'autre  part,  bien  des  ménages  sont   soumis  à  la  Loi  d'Airain  qui  postule  que  le  travailleur  voit  son  salaire  fixé  au  niveau  de   son  seul  seuil  de  subsistance.     Sur  ce  sujet,  sans  même  traiter  la  question  du  surendettement  des  ménages  qui  mobilise   chaque  jour  davantage  les  commissions  Banque  de  France,  on  doit  noter  l'explosion  en   flèche  des  crédits  à  la  consommation.     De  la  même  manière  que  l'Espagne,  emprunteur  à  6  voire  8  %,  aura  des  difficultés  à   honorer  sa  dette  sans  une  pression  fiscale  accrue  ou  des  coupes  budgétaires  frontales,   on  voit  mal  comment  un  jeune  ménage  qui  voit  ses  salaires  augmenter  de  2  %  pourra   honorer  des  crédits  à  10  ou  15  %.....    
    •   43   La  question  salariale  est  donc  ardue  pour  le  bénéficiaire  mais  elle  est  délicate  aussi  pour   l'entreprise  qui  voit  sa  trésorerie  obérée  par  le  choc  récessif.   Qui  pourrait  valablement  nier  que  la  paye  est  une  charge  d'exploitation  pour  l'entreprise   qui  la  verse  ?    Qui  pourrait  nier  que  chaque  société  est  un  cas  particulier  ?     La  question  du  salaire  est  souvent  centralisée  (  Décret  d'évolution  du  Smic  )  là  où  la   réalité  économique  et  financière  impose  une  fine  capillarité  de  type  micro-­‐économique   et  éventuellement  sectorielle  (  méso-­‐économique  ).   Essayons  de  clarifier  un  débat  tendu  et  délicat.     De  prime  abord,  la  question  des  salaires  est  souvent  présenté  au  grand  public  comme   simple  et  binaire  :  le  chef  d'entreprise  veut  les  minimiser  et  les  travailleurs  les  voir   augmentés.   Les  économistes  néo-­‐classiques  sont  à  leur  aise  et  peuvent  appliquer  des  courbes   simples  sur  une  matière  humaine  complexe.               Pris  au  dépourvu,  le  décideur  ou  l'homme  de  la  rue  convergent  pour  dire  que  les  salaires   sont  trop  élevés  en  France  dans  le  contexte  de  mondialisation  que  nous  connaissons   voire  que  nous  avons  à  subir.   Tout  le  monde  comprend  qu'un  couteau  abusivement  baptisé  Laguiole  fabriqué  au   Pakistan  est  préférable  à  un  vrai  couteau  de  Thiers  ou  de  Laguiole.     La  crise  aidant,  les  Français  ne  veulent  plus  de  cette  mondialisation-­‐là  chère  au  brillant   Pascal  Lamy  (  OMC  )  mais  dans  l'inconscient  collectif,  l'idée  que  "  nous  "  serions  trop   chers  et  trop  payés  chemine.   Focalisés  sur  le  prix,  les  élites  et  le  grand  public  regardent  le  miroir  aux  alouettes  du   low-­‐cost  (  cher  à  Charles  Beigbeder  )  et  gomme  le  talent  français.   Des  viticulteurs  du  Languedoc  se  sont  battus  pour  élever  la  qualité  de  leur  production  et   ainsi  séduire  plus  de  consommateurs  avec  des  prix  réajustés  et  des  marges  restaurées.   Les  talentueux  exploitants  de  notre  belle  Bourgogne  exportent  des  flacons  d'exception   et  pas  du  rouge  en  bouteille  plastique.   Où  sont  passés  les  travailleurs  de  Matra  et  Renault  de  Romorantin  (  qui  avait  réussi  la   production  de  l'Espace  )    à  qui  on  a  donné  l'ordre  de  fabriquer  une  voiture   invraisemblable  (  Avantime  )  ?   Pourquoi  Renault  fabriquait-­‐il  plus  d'un  million  de  véhicules  en  France  contre  un  peu   plus  de  400000  désormais  ?   Pourquoi  son  dernier  modèle  haut  de  gamme  ne  va  pas  continuer  à  être  référencé  par   une  célèbre  compagnie  de  taxis  parisiens  ?   Pourquoi  avoir  abusé  le  public,  les  salariés  et  l'Etat  actionnaire  en  indiquant  qu'aucune   Dacia  ne  serait  jamais  importée  en  France  ?   Non  seulement,  on  a  raté  la  fusion  Renault  et  Volvo  qui  aurait  pu  réunir  le  volume  de   Volkswagen  et  le  haut  de  gamme  d'Audi,  mais  désormais  cette  firme  au  losange  dégage   quelques  petites  centaines  d'€uros  par  véhicule  vendu.  
    •   44   Notre  déception,  face  à  un  tel  misleading  management,  nous  fait  suggérer  que  Renault   vende  des  fers  à  repasser  à  35  €uros  l'unité....  là  doit  résider  la  marge  comme  dirait   BMW  ou  autres  avec  compassion  et  vrai  cynisme.   La  question  des  salaires  –  et  ce  triste  exemple  le  démontre  de  manière  aveuglante  –  est   d'abord  issu  d'un  choix  stratégique  patronal  :  celui  du  mix  produit  et  celui  du  segment   de  marché  choisi.   Chez  Faiveley  industries,  chez  Alstom,  chez  L'Oréal,  etc  l'effet  gamme  et  la  qualité  sont   au  rendez-­‐vous.  Ceci  donne  du  "  grain  à  moudre  "  aux  travailleurs  pour  reprendre  la   célèbre  phrase  du  syndicaliste  André  Bergeron.   Par-­‐delà  cette  condition  de  nature  stratégique,  la  question  des  salaires  suppose  un   détour  instrumental  par  la  vie  observée  car  il  y  a  confusion.   En  matière  de  salaires,  la  première  confusion  analytique  vient  du  fait  que  les  salariés   parlent  du  salaire  net  alors  que  l'employeur  ne  parle  même  pas  du  salaire  brut  mais  fait   systématiquement  référence  au  coût  du  travail  avec  son  ensemble  de  charges  à  la  fois   salariales  et  patronales.   Autrement  dit,  l'incompréhension  est  profonde  puisque  les  deux  parties  ont  une  lecture   optique  simplifiée  de  deux  documents  distincts  :  la  fiche  de  paye  "  en  bas  de  page  "  pour   l'un  et  les  comptes  de  classe  64  pour  l'autre  et  leurs  impacts  sur  le  Résultat  Brut   d'Exploitation.   La  méfiance  est  accrue  par  la  tendance  continue  à  la  hausse  des  charges  sociales  qui   n'est  pas  assez  explicitée  aux  travailleurs.   L'effort  social  de  la  Nation  qui  porte  sur  le  facteur  travail  –  depuis  30  ans  -­‐  lui  est  très   largement  méconnu  ou  sous-­‐estimé.    Même  le  bruit  fait  autour  du  rapport  Gallois  qui   proposait  fort  opportunément  de  basculer  une  part  des  charges  sociales  vers  l'impôt,   n'aura  pas  été  fort  pour  que  la  Nation  et  ses  décideurs  percoivent  derechef  l'enjeu.   Nous  considérons  par  conséquent  qu'il  y  a  une  vraie  carence  en  matière  de  pédagogie  du   bulletin  de  paye  qui  est  un  document  fondamental  mais  digne  d'un  iceberg.   Cet  iceberg  dérive  et  frappe  la  coque  du  navire  baptisée  "  confiance  sociale  "  :  il  avance   masqué  par  le  brouillard  de  la  complexité  que  les  taux  d'erreurs  sur  bulletins  de  paye  (   rapportés  par  les  contrôles  Urssaf  )  illustrent  avec  netteté.   Bien  des  Commissaires  aux  comptes  savent  que  les  comptes  de  personnels  sont  inexacts   mais  demeurent  en-­‐deçà  des  seuils  de  signifiance.   Le  compte  6412  (  congés  payés  )  donnent  lieu  à  des  provisions  anticipatrices  souvent   erronnées.    Le  compte  6451  (  cotisations  à  l'Urssaf  )  est  devenu  très  complexe  à  suivre   du  fait  de  la  sédimentation  des  régimes  dérogatoires  et  des  exonérations  de  charges  (   pour  tout  ou  partie  du  salaire,  etc  ).  Le  compte  6214  (  Personnel  détaché  ou  prêté  à   l'entreprise  )  est  parfois  un  casse-­‐tête  dans  les  groupes  (  relations  inter-­‐filiales  ).   Autre  angle  d'approche  qui  permet  d'apporter  des  éléments  de  preuve  à  notre  propos  :   les  Liquidateurs  judiciaires  sont  de  plus  en  plus  contraints  de  soumettre  aux  Tribunaux   des  reprises  d'écritures  parfois  pluri-­‐annuelles  en  matière  de  salaires  tant  les   contestations  sont  fondées.   La  somme  de  ces  approximations  (  généralement  de  bonne  foi  )  rapportent  l'ampleur  du   défi,  la  taille  du  "  glaçon  "  qui  se  promène  au-­‐dessus  d'un  volet  crucial  du  contrat  de   travail  à  savoir  la  rémunération.  
    •   45   Après  ce  premier  point  matériel  mais  sincèrement  non  négligeable  (  et  très  rarement   évoqué...),  il  convient  de  se  poser  une  vraie  question  économique  :  Quelle  est  la  part  des   salaires  dans  le  total  des  charges  d'exploitation  ?   Pour  faire  sourire  quelques  amis  banquiers,  nous  pourrions  dire  que  cette  part  est   systématiquement  minorée  dans  les  Business  Plans  où  les  Fondateurs  tirent  ce  poste   vers  le  bas  dans  des  proportions  parfois  ridicules  car  irréalistes.   Comme  l'a  montré  Alfred  Sauvy,  nous  sommes  dans  une  ère  où  le  progrès  technique  est   récessif  pour  l'emploi.  On  peut  se  souvenir  de  feu  Antoine  Riboud  inaugurant  une  usine   de  Danone  près  de  Lyon  et  expliquant  qu'il  fallait  quatre  fois  moins  de  personnel  à   équivalence  d'unités  produites.   La  crise  économique  actuelle,  le  niveau  relatif  très  défavorable  des  salaires  en  Europe   militent  pour  une  "  réduction  de  la  voilure  "  ou  des  accords  de  co-­‐traitance  avec  l'Asie.   Tentons  néanmoins  une  démonstration  en  prenant  le  cas  du  Groupe  Lvmh  :  sur  23659   millions  d'€uros  de  Chiffre  d'affaires  en  2011,  il  ressort  des  éléments  comptables  que  les   charges  de  personnels  en  coûts  complets  (  salaires,  charges,  pensions  )  représentent  la   somme  de  4074  M€  là  où  le  coût  des  ventes  est  de  8092  et  les  charges  commerciales  de   8360  M€   Autrement  dit,  les  salaires  pèsent  un  peu  moins  de  25%  des  deux  postes  principaux  de   charges.  Un  effort  de  2%  sur  ces  coûts  (  matières,  publicités,  etc  )  pourraient  autoriser   une  hausse  de  6  à  8  %  de  la  masse  salariale  soit  une  hausse  du  salaire  net  de  4%.  Tout   ceci  sans  altérer  le  Résultat  opérationnel  :  5154  M€   Dans  le  cas  de  L'Air  Liquide,  les  charges  de  personnel  s'élèvaient  en  2011  à  2482   millions  d'€uros,  le  résultat  opérationnel  étant  voisin  :  2436,5  M€  pour  un  C.A  de  14457   M€  renvoyant  à  près  de  8  M€  d'achats  et  assimilés.   La  même  analyse  peut  être  généralisée  :  quand  les  achats  et  autres  représentent  50  %   du  montant  H-­‐T  du  C.A,  les  salaires  chargés  dépassent  rarement  22  à  25  %  dudit  C.A.   Un  effort  soutenu  en  amont  de  la  production  pourrait  autoriser  de  desserrer  l'étau  du   pouvoir  d'achat  de  milliers  de  familles.   Dans  le  cas  de  L'Air  Liquide,  il  convient  de  surcroît  de  rappeler  que  leurs  effectifs   mondiaux  sont  passés  de  31900  en  2003  à  46200  en  2011.   Comme  dirait  le  brillant  dirigeant  de  Renault  "  citoyen  du  monde  "  (  selon  le  titre  de  son   ouvrage  ),  on  peut  donc  être  un  leader  mondial,  développer  l'emploi  et  ne  pas  courir  voir   l'Etat  pour  un  plan  de  secours  de  plus  de  trois  milliards  pour  la  filière.  Affligeant.   Pour  rencontrer  nombre  de  Pme  qui  sont  sur  le  fil  du  rasoir,  il  est  patent  qu'une   augmentation  généralisée,  brutale  et  significative  des  masses  salariales  n'est  pas   crédible.   En  revanche,  il  est  impératif  d'effectuer  un  salutaire  détour  par  la  recherche   économique  et  d'évoquer  la  loi  du  salaire  d'efficience  issue  des  travaux  de  Stiglitz  et   Yellen  en  1982  :  il  y  a  pile  30  ans.    Puis  Shapiro.   Cette  théorie  du  salaire  d'efficience  postule  qu'il  existe  une  relation  croissante  entre   l'effort  consenti  par  les  salariés  –  dont  dépend  leur  efficience  (  ou  productivité  )  –  et  leur   rémunération.  
    •   46   En  vertu  de  cette  relation,  le  coût  salarial  par  unité  produite  (  salaire  /  productivité  )   n'évolue  plus  comme  le  seul  salaire.   Le  surcroît  perçu  de  rémunération  est  précisément  perçu  (  en  psychologie  )  comme  une   reconnaissance  du  travailleur  et  son  efficience  s'en  ressent.   L'estime  de  soi  devant  son  poste  de  travail  est,  selon  nous,  un  élément  du  nouveau   facteur  résiduel  de  la  croissance  économique.  Cette  estime  est  un  atout  pour  l'Occident   dont  la  main-­‐d'œuvre  est  très  qualifiée,  en-­‐dehors  de  ceux  qui  hélas  n'ont  pas  réussi  leur   intégration  scolaire  puis  professionnelle    (  illéttrisme,  etc  ).   La  théorie  du  salaire  d'efficience  est  fondée  sur  l'hypothèse  (  assez  évidente  )   d'asymétrie  d'information  :  l'anti-­‐sélection  (  un  salaire  plus  élevé  attire  les  meilleurs  )  et   sur  le  fait  qu'un  salarié  bien  payé  est  plus  fidèle.   Cette  fidélité  a  plusieurs  ressorts  positifs  :  d'abord,  elle  réduit  les  coûts  d'embauche  (  qui   sont  moins  nombreuses  ).  Puis,  elle  rejoint  l'effet  d'expérience  que  les  matrices  du  Bcg   ont  démontré  depuis  des  années  et  qui  est  un  foyer  ardent  de  productivité.  Enfin,  elle   permet  à  l'entreprise  d'avoir  des  idées  bottom-­‐up  car  un  opérateur  qui  connait  bien  son   job  est  mis  en  mesure  de  faire  remonter  des  propositions  d'amélioration  technique  ou   de  gestion.   En  matière  de  salaires,  les  choses  sont  délicates.  (  rôle  de  la  négociation  collective,  etc  )   mais  les  chiffres  demeurent  "  têtus  "  comme  aimait  à  le  répéter  le  Président  Jacques   Delors.   Gagner  sur  l'achat,  c'est  donner  de  l'air  au  pouvoir  d'achat.   Indispensable  alors  que  l'inflation  revient.   Et  que  la  slumpflation  "  est  au  coin  de  la  rue  "  pour  paraphraser  le  Président  Hoover.   Donner  du  pouvoir  d'achat  quasi-­‐gelé  depuis  les  années  des  35  heures  dites  de  "   modération  salariale  ",  c'est  éviter  les  tensions  sociales  et  les  drames  humains.   Notre  conviction  vous  est  confiée  :  la  notion  de  salaire  d'efficience  fait  sens.   Il  restera  toujours  les  délocalisations,  la  désintégration  spatiale  du  facteur  travail  mais  il   y  aura  une  nouvelle  appétence  pour  "  aller  bosser  "  chez  des  milliers  de  travailleurs.   Décideurs,  prenez  garde  à  l'idée  durable  d'austérité  à  l'efficacité  plus  qu'hasardeuse  et  à   cette  hérésie  du  low-­‐cost  comme  spécialisation  ricardienne  pour  la  France.   Ces  deux  concepts  –  sous-­‐jacents  à  de  beaux  esprits  –  ne  seraient  pas  validés  par  la  vie   de  la  Nation  devenue  couverte  d'esquarres  de  paupérisation.   "  La  Société  est  composée  de  deux  grandes  classes  :  ceux  qui  ont  plus  de  dîners  que   d'appétit  et  ceux  qui  ont  plus  d'appétit  que  de  dîners  ".  Chamfort,    in    Maximes.   Si  la  situation  actuelle  ne  permet  pas,  faute  de  surface  budgétaire  publique,  une  relance   keynésienne,  il  peut  être  démontré  qu'une  hausse  raisonnable  des  salaires  est  possible,   selon  les  secteurs,  en  modifiant  les  politiques  d'achats  et  en  acceptant  de  faire  bouger  les   lignes  du  partage  de  la  valeur  ajoutée.   Sans  consommateurs  solvables  et  sans  desserrement  du  crédit  aux  entreprises,  la   croissance  atone  se  maintiendra.  D'évidence.    
    •   47   XIII   A  la  rentrée,  il  faut  qu’on  se  parle  !       Fin  Juillet,  à  l’heure  du  grand  départ  aoûtien  traditionnel,  nombre  de  salariés  ont  déjà   entendu   la   formule   escomptée   et   classique  :   bonnes   vacances.   Certains   d’entre   eux   –   assez  nombreux  selon  nos  sources  –  ont  aussi  entendu  un  curieux  :  «    A  la  rentrée,  il  faut   qu’on  se  parle  !  »  D’aucuns  sont  indifférents,  d’autres  sont  anxieux  au  regard  de  cette   perspective  qui  ne  concerne  plus  que  les  congés  d'été.   Tous  les  responsables  de  trésorerie  de  bien  des  PME  savent  que  le  mois  d’Août  est  un   cap  délicat  à  passer  particulièrement  en  ce  moment.  Parallèlement,  il  est  clair  que  les   carnets   de   commandes   sont   reformatés   à   la   baisse   parfois   dans   des   proportions   drastiques.  Dès  lors,  bien  des  options  sont  ouvertes  sur  le  contenu  du  dialogue  qui  va   exister  dans  certaines  firmes,  par  exemple,  en  Septembre.   L’hypothèse  des  derniers  échanges     Compte-­‐tenu   des   prévisions   convergentes   des   Instituts   privés,   de   l’INSEE   et   de   Pôle   Emploi   pour   2013   et   2014,   nombre   de   salariés   sont   légitimement   anxieux   quant   au   maintien  de  leur  contrat  de  travail.  En  clair,  ils  se  demandent,  entre  deux  bains  de  mer   du  mois  d’Août,  s’ils  ne  vont  pas  être  passés  par-­‐dessus  le  bastingage  en  Septembre  au   nom  d’un  plan  de  licenciements  décrit  comme  incontournable.  Ils  redoutent  ces  derniers   échanges  car  ils  savent  que  la  France  a  cette  spécificité  singulière  d’imposer  des  durées   de   chômage   plus   longues   que   dans   les   pays   du   Nord   de   l’Europe.   De   surcroît,   les   conditions  de  départ  risquent  d’être  moins  favorables  que,  par  exemple,  les  mutations   de  pilotes  chez  Air  France.   Cette  hypothèse  de  départs  massifs  n’est  pas  une  perspective  volontairement  alarmiste   pour  attirer  l’attention  du  lecteur  :  elle  ressort  de  notre  analyse  fondée  sur  l’idée  que   nous  traversons  une  crise  relevant  du  cycle  de  Juglar,  soit  un  phénomène  allant  de  7  à  11   ans.  De  2008  à  2013,  cinq  années  sont  passées  :  nous  serions  donc  à  mi-­‐chemin  de  la   crise  et  notamment  de  celle  de  l’emploi.  Chacun  pressent  qu’avec  les  taux  de  croissance   anticipés  pour  2013  et  2014,  la  France  continuera  de  détruire  des  emplois.   Lorsque   l’économiste,   étonnant   de   facilités   intellectuelles,   Nouriel   Roubini   avait   annoncé   le   7   Septembre   2006   au   cours   d’une   conférence   tenue   au   FMI   qu’une   importante  crise  immobilière  puis  financière  allait  atteindre  les  Etats-­‐Unis,  des  sourires   narquois  ont  accompagné  son  discours.  Crédibilité  de  la  parole  face  à  crédulité  du  vent   dominant  est  un  sujet  classique  dans  bien  des  domaines.  Et  comme  on  le  sait,  il  y  eut   pleine  sagacité  de  sa  parole.   Dès  lors,  l’interpellation  «    il  faut  qu’on  se  parle  »  est  et  sera  lourde  de  sens  pour  nombre   de  travailleurs.   L’hypothèse  du  monologue   Définition  même  de  la  parole  unilatérale,  il  se  pourrait  que  la  rentrée  ne  voit  prospérer   un   discours   à   sens   unique   portant   modification   substantielle   du   contrat   de   travail.   Autrement  dit,  mutation  ou  déclassement  avec  réajustement  du  niveau  de  rémunération   ou  transfert  chez  un  sous-­‐traitant.  Face  à  des  plans  de  restructuration  souverainement  
    •   48   concoctés,  les  salariés  seront  –  selon  notre  entendement  –  une  forte  majorité  à  préférer   descendre  une  marche  plutôt  que  d’aller  au  chômage.  La  fameuse  phrase  :  «    il  faut  qu’on   se   parle  »   sera   de   facto   un   non-­‐sens   puisque   seul   l’employeur   ou   son   représentant   hiérarchique  pourra  prendre  la  parole.     La  plupart  des  grandes  entreprises  ont  désormais  des  Chartes  (  comme  Ikéa...)  ou  des   Principes   d’action   pour   reprendre   le   mot   retenu   par   le   groupe   Lafarge.   Parmi   ses   principes,   il   y   a   celui   qui   consiste   à   «     donner   le   meilleur   de   soi-­‐même  »   (sic)   où   l’on   détecte  l’intérêt  de  la  firme  mais  où  l’on  ne  peut  omettre  de  dire  que  les  contreparties   sont   proportionnellement   plus   minces   pour   l’ouvrier   de   base   dans   une   cimenterie.   A   l’heure  où  lui  était  confiée  la  gestion  du  port  d’Abidjan  par  le  Président  Laurent  Gbagbo,   Vincent   Bolloré   a   entendu   son   interlocuteur   caler   sa   parole   sur   la   logique   du   «     win-­‐ win  »  :  combien  d’entre  nous  n’a  pas  entendu  cette  expression  pernicieuse  placée  ici  ou   là.  On  peut  être  certain  que  des  restructurations  finalement  au  désavantage  du  salarié   vont  lui  être  présentées  comme  gagnant-­‐gagnant.   Sans  tomber  dans  le  schéma  marxiste  ou  les  analyses  de  l’ancien  inspecteur  du  Travail   Gérard  Filoche  pourtant  souvent  confortées  par  les  faits  (  voir  affaire  Samsonite  dans  le   Nord,  voir  restructurations  Arcelor-­‐Mittal  dans  l’Est,  etc  ),  la  crise  risque  de  donner  des   ailes  à  des  dirigeants  peu  soumis  à  la  loyauté  du  dirigeant  chère  au  Doyen  honoraire   Pierre   Bézard   (   Chambre   commerciale   de   la   Cour   de   Cassation   )   et   la   parole   ne   s’accordera  alors  plus  aux  faits  vécus  par  le  subordonné.   L’hypothèse  du  dialogue   Et  si  cette  fameuse  accolade  qui  avait  accompagnée  le  «    il  faut  qu’on  se  parle  !  »  était   moins  noire  que  dans  les  deux  cas  précédemment  examinés.  Autrement  dit,  si  elle  était   animée   d’un   respect   mutuel   et   de   déontologie   professionnelle.   En   fait,   si   elle   était   l’amorce   d’un   dialogue   fructueux   entre   un   responsable   et   ses   collaborateurs.   La   crise   suppose  des  adaptations  et  si  les  notes  de  service  subsistent  encore,  tout  ne  se  fait  pas   encore  par  courriels  (  sauf  parfois  dans  des  cas  iniques  des  annonces  de  licenciements  ).   Il  y  a  toujours  lieu  et  place  pour  des  réunions  où  l’échange  existe  entre  les  êtres.  Le  père   de  la  Ministre  des  Affaires  sociales,  l’érudit  Alain  Touraine  a  suffisamment  plaidé  dans   ses  écrits  pour  ce  dialogue.   Suite  à  la  rupture  du  modèle  de  travail  issu  de  Taylor  ou  de  Ford,  l’entreprise  est   désormais  une  suite  de  nœuds  relationnels  à  hiérarchie  plus  courte  et,  comme  l’ont   démontré  les  économistes,  elle  est  truffée  de  conventions  plus  ou  moins  apparentes.   C’est  un  système  complexe  où  l’écrit  a  son  rôle  mais  où  les  postures  orales  font  sens.   Dans  bien  des  cas,  le  reporting  sur  une  affaire  délicate  est  d’abord  échanges  de  paroles   avant  la  trop  fameuse  note  de  synthèse  ou  le  PV  de  réunion.  Citons  à  ce  sujet  le  Président   de  l’IDP  (  Institut  de  la  Parole  )  le  magistrat  honoraire  Philippe  Bilger  (  qui  fut   notamment  Avocat  général  dans  l’affaire  dite  du  gang  des  barbares  )  qui  énonce  avec   lucidité  et  pertinence  :  «  A  vrai  dire,  la  plupart  du  temps,  je  suis  moins  obsédé  par  les   échanges  eux-­‐mêmes  que  par  les  comportements  et  les  attitudes,  la  qualité  de  la  parole,   la  force  des  caractères  et  l'affirmation  de  l'intelligence.  L'être  humain  qui  parle  et  qui   répond  plus  que  par  l'homme  ou  la  femme  politique  qui  ânonne  ».   Le  risque  est  en  effet  toujours  présent  dans  l’entreprise  de  croiser  des  comportements   claniques,  courtisans  et  étroitement  politiques  ce  qui  impacte  l’échange  de  paroles.  :  "  La   conversation  est  un  jeu  de  sécateur,  où  chacun  taille  la  voix  du  voisin  aussitôt  qu'elle   pousse   "     Jules   Renard   (   Journal,   1893   )   devient   la   boussole   souillée   de   l’échange   dénaturé.  
    •   49     Pour  conclure  ce  chapitre,  il  convient  de  citer  le  brillant  économiste  George  Akerlof  (   Prix  Nobel  en  2001  )  qui  a  toujours  voulu  ouvrir  les  fenêtres  de  la  science  économique  à   des  notions  «    faisant  appel  à  toute  la  gamme  des  émotions  et  actions  humaines  :  justice,   confiance,  cupidité,  identité,  procrastination,  etc  »  (  in  Le  visage  humain  de  l’économie,   FMI,  Juin  2011  ).   Il  a  travaillé  sur  les  asymétries  d’information.  Un  vendeur  de  voiture  d’occasion  en  sait   plus  sur  l’objet  de  la  vente  que  l’acquéreur.  De  la  même  manière,  dans  une  multitude   d’échanges,   la   parole   est   le   bras   armé   de   cette   asymétrie   d’information.   Jusqu’à   un   certain   stade,   ce   n’est   que   logique   de   rapports   de   forces.   Passé   un   stade,   c’est   tout   simplement  répréhensible  et  dolosif.   Formons  le  vœu  que  la  parole  –  «  arme  de  persuasion  pour  vaincre  et  convaincre  »  selon   Philippe  Bilger  –  puisse  s’inscrire  dans  la  «    Logique  de  l’honneur  «    (  livre  de  1989  )   étudiée  et  rencontrée  dans  certaines  firmes  par  Philippe  d’Iribarne.   Ailleurs,  la  lutte  est  inégale  et  la  parole  peut  servir  l’abus  au  détriment  du  droit  :  là  où  la   phrase  pure  et  simple  du  linguiste  Claude  Hagège  n’est  plus  respectée  :  «    le  mot  est  une   institution  »  (  "  L’homme  de  paroles  ",  p.  99  ).   Dans  tous  les  cas,  «    la  parole  a  beaucoup  plus  de  force  pour  persuader  que  l’écriture  »   comme  l’a  si  bien  écrit  (  ndlr  :  écrit...)  Descartes  dans  sa  Lettre  à  Chanut  en  1648.    
    •   50                 XIV   Une  société  en  manque  d'humanité       La  société  française  de  ce  début  de  XXIème  siècle  est  fort  contrastée.  Par  moment  on   reste   ébahi   face   à   la   générosité   (   temps,   argent,   etc   )   de   nos   concitoyens.   A   d'autres   périodes,  on  demeure  interdit  devant  la  montée  du  peu  de  considération  pour  autrui.   Les  livres  nous  enseignent  la  solidarité  ouvrière  ou  syndicale.  Les  temps  présents  nous   montrent  la  montée  de  l'indifférence  et  de  certaines  intolérances.   Le   présent   chapitre   a   pour   objectif   de   prendre   une   profession   pour   exemple   :   celle   d'avocat  et  de  montrer  qu'il  peut  exister  –  source  d'espoir  –  un  modèle  français.   Plusieurs   professions   sont   appelées   à   voir   leurs   membres   prêter   serment.   Bien   évidemment   les   avocats   n’échappent   pas   à   cette   obligation   qui   est   si   singulière   dans   notre  pays.  Voyons  pourquoi.   La  tradition  du  serment  professionnel  est  ancienne  et  a  prospéré  sous  la  Royauté  pour   être   maintenue   sous   la   République   en   France   ou   sous   les   règnes   monarchiques   européens.   Face   à   ce   long   sillage   que   l’Histoire   impose,   le   serment   n’est   pas   babillage   et   encore   moins  habillage  à  valeur  uniquement  formelle.   Un  serment  professionnel  est  un  engagement  de  l’impétrant    (  ou  de  l’impétrante  )  qui  a   valeur  d’obligation  universelle  pour  toute  parcelle  de  dossier  à  traiter  dans  le  futur.  
    •   51   Alors   commissaire   aux   comptes   en   2003,   la   vie   m’a   donné   le   plaisir   d’échanger   avec   Monsieur   le   Procureur   Général   Yves   Bot   sur   la   portée   du   serment   du   Cac  :   «     Je   jure   d’exercer   ma   profession   avec   honneur,   probité   et   indépendance,   de   respecter   et   faire   respecter  les  lois  ».   Sans  tomber  dans  une  critique  de  mauvaise  aloi,  la  bonne  foi  conduit  à  émettre  que  ce   serment   est   une   gageure   car   si   le   professionnel   du   chiffre,   intègre,   peut   aisément   respecter  la  loi,  il  lui  est  beaucoup  plus  difficile  de  la  faire  respecter  car  il  ne  dispose  que   de   peu   de   moyens   à   l’exception   de   la   redoutable   procédure   de   révélation   des   faits   délictueux  au  Procureur.   Peu  de  serments  visent  l’assiduité  au  travail  de  l’impétrant.  Ainsi,  seul  le  serment  des   conseillers  prud’hommes  a  trait  au  zèle  :  «    Je  jure  de  remplir  mes  devoirs  avec  zèle  et   intégrité  et  de  garder  le  secret  des  délibérations  ».   S’agissant  de  l’avocat,  la  palette  des  serments  est  recouverte  de  plus  de  nuances  qu’on   ne  le  pense  d’où  l’objet  de  cette  contribution.   Au   Québec,   le   jeune   avocat   doit   prononcer   deux   serments  :   l’un   d’allégeance,   l’autre   d’office.   «    Je  jure  que  je  serai  loyal  et  porterai  vraie  allégeance  à  l’autorité  constituée  et  que  je   remplirai  les  devoirs  de  la  profession  avec  honnêteté  et  justice  ».   Parallèlement  :   «     Je   jure   que   je   remplirai   les   devoirs   de   la   profession   d’avocat   avec   honnêteté,  fidélité  et  justice.  Je  maintiendrai  dans  mes  actes  et  mes  paroles  une  attitude   et   une   conduite   respectueuse   envers   les   personnes   chargés   de   l’administration   de   la   justice  »   On  retrouve  là  l’importance  de  la  parole  chère  au  Président  de  l’Institut  de  la  Parole,   l’éminent  et  estimé  magistrat  honoraire  Philippe  Bilger.   Au  Luxembourg,  le  serment  est  relié  à  l’ordre  public  puisqu’il  est  ainsi  rédigé  :  «    Je  jure   obéissance   à   la   Constitution   et   fidélité   au   Grand-­‐Duc  ;   de   ne   rien   dire   ou   publier   de   contraire  aux  lois,  aux  règlements,  aux  bonnes  mœurs,  à  la  sûreté  de  l’Etat  et  à  la  Paix   publique  ;   de   ne   jamais   m’écarter   du   respect   dû   aux   tribunaux   et   aux   autorités   publiques  ;  de  ne  conseiller  ou  défendre  aucune  cause  que  je  ne  croirais  pas  juste  en   mon  âme  et  conscience  ».   Ce  texte  est  un  vrai  travail  pour  le  féru  d’exégèse.     Tout   d’abord   comme   l’aurait   dit   le   regretté   bâtonnier   Mario   Stasi,   le   respect   dû   aux   autorités   publiques   ne   doit   pas,   ne   doit   jamais   altérer   la   liberté   du   plaideur   face   au   Ministère  public.     Puis,   que   penser   de   cette   interdiction   de   publication   qui   parait   –   pris   à   la   lettre   –   contraire  à  la  liberté  d’opinion  même  si  des  usages  professionnels  la  codifie.  Ecrire  une   tribune   dans   La   Gazette   du   Palais   n’est   pas   même   ambition   que   de   participer   à   un   meeting  du  tribun  Jean-­‐Luc  Mélenchon.     Enfin,   la   formule   finale   liée   à   la   défense   d’une   cause   «     juste  »   selon   son   âme   et   conscience  est  nécessairement  soumise  à  la  pression  du  principe  de  réalité.  Comme  l’a   écrit   Maître   Jacques   Vergès,   même   Klaus   Barbie   avait   droit,   en   nos   démocraties,   à   disposer  d’une  défense.  
    •   52   En  Allemagne,  le  serment  des  avocats  est  d’inspiration  différente.  Il  est  ainsi  rédigé  :  «    Je   jure   devant   Dieu   tout-­‐puissant   et   omniscient   de   ne   pas   porter   atteinte   à   l’ordre   constitutionnel  et  d’accomplir  les  devoirs  de  l’avocat,  aussi  vrai  que  Dieu  m’assiste  ».   Dans  une  France  opportunément  laïque,  les  références  divines  relèvent  de  l’intime.  En   revanche,  le  lecteur  aura  remarqué  que  la  première  puissance  européenne  fait  mention   dans   ce   serment   à   l’ordre   constitutionnel   et   demeure   imprécise   quant   aux   droits   et   devoirs  de  l’avocat  en  son  cœur  de  métier.   S’agissant  de  notre  Nation,  le  serment  ne  fait  aucune  référence  à  un  quelconque  respect   constitutionnel  ou  à  une  forme  de  soumission  graduée  aux  autorités  publiques.   Issu  de  la  loi  n°  71-­‐1130  du  31  décembre  1971  portant  réforme  de  certaines  professions   judiciaires   et   juridiques   et   modifié   par   la   loi   n°90-­‐1259   du   31   décembre   1990,   le   serment  est  le  suivant  :  «    Je  jure,  comme  avocat,  d’exercer  mes  fonctions  avec  dignité,   conscience,  indépendance,  probité  et  humanité  ».   Le   droit   à   la   défense   est   d’office   implicitement   établi   mais   il   est   inséré   entre   deux   notions  importantes  :  la  dignité  et  la  conscience.   Quant   certains   praticiens   plongent   dans   l’outrance   dans   des   procès   médiatiques,   ne   sont-­‐ils   pas   tangents   par   rapport   à   leur   dignité   et   désinvoltes   vis   à   vis   de   leur   conscience  ?   Etre  avocat  c’est  s’attacher  à  tous  les  gains  possibles  pour  son  client  grâce  aux  moyens   de  droit  et  de  talent  à  l’audience  (  voir  le  si  pertinent  ouvrage  de  Jean-­‐Denis  Bredin  et   Thierry   Lévy   sur   «  L’éloquence  »   )   et   savoir   autocensurer   tout   propos   ou   acte   superfétatoire.  Un  prétoire  ne  saurait  être  une  patinoire  où  glisseraient  les  patins  d’un   héros  en  robe  noire  à  l’ego  couleur  garance.   Un   prétoire   ou   un   cabinet   de   juge   est   un   lieu   de   travail   pas   de   démonstration   narcissique.   D’ailleurs,   un   seul   autre   serment   inclut   une   notion-­‐clef   sur   laquelle   nous   souhaitons  conclure  cette  analyse.   Le  canton  de  Vaud  :  «    Je  promets,  comme  avocat,  d’exercer  ma  fonction  avec  dignité,   conscience,   indépendance,   probité   et   humanité   et   de   respecter   les   obligations   professionnelles  prévues  par  la  loi  ».   Le  lecteur  attentif  aura  relevé  l’étonnante  superposition  textuelle  des  serments  français   et   vaudois.   Mais   surtout,   il   aura   relevé   que   ce   sont   les   deux   seuls   qui,   en   Europe,   introduisent  la  notion  d’humanité.   Ce  sentiment  de  bienveillance,  de  compassion  envers  autrui  suppose  de  comprendre  les   souffrances   de   son   client   et   les   peines   de   son   entourage.   Par   symétrie   républicaine,   l’humanité  du  serment  d’avocat  suppose  aussi  de  comprendre  la  partie  adverse.  Gagner   un  procès  ne  se  joue  pas  avec  des  arguments  à  l’emporte-­‐pièce  conçus  pour  mettre  la   partie  adverse  en  pièces.   Gagner  un  procès  relève  de  l’art  de  la  conviction  comme  l’ont  écrit  Maîtres  Bredin  et   Lévy  et  suppose  de  pré-­‐concevoir  ce  que  sera  la  vie  des  parties  après  l’instance  et  le   jugement  rendu.   Un  Président  venu  du  Morvan,  et  avocat  de  formation,  est  réputé  pour  avoir  dit  à  des   proches  d’André  Rousselet  :  «    Pour  les  avocats,  c’est  simple  :  j’en  ai  deux.  Badinter  pour   le  droit,  Dumas  pour  le  tordu  ».  
    •   53   Cette   phrase   montre   que   le   serment   de   l’avocat   semble   donner   quelques   marges   d’appréciation  dans  l’exercice  quotidien  de  cette  noble  fonction.   Si   le   lecteur   a   quelques   instants,   qu’il   se   reporte   au   blog   du   futur   bâtonnier   Pierre-­‐ Olivier   Sur   dans   la   rubrique   «  in   memoriam  »,   on   y   trouve   un   texte   débordant   d’humanité  à  l’occasion  du  déchirement  collectif  que  fût  le  départ  du  talentueux  Maître   Olivier  Debouzy.   Avec  un  bâtonnier  aussi  épris  d’humanité  et  d’humanisme,  il  est  clair  que  le  Barreau  de   Paris  va  continuer  sa  marche  en  avant.     Comme  l’a  écrit  un  homme  qui  a  connu  tant  d’épreuves  :  «    L’humanité  n’est  pas  un  état   à  subir.  C’est  une  dignité  à  conquérir  »  Vercors  (  in  «    Les  animaux  dénaturés  »  ).   Alors   que   vive   ce   beau   serment   d’avocat   issu   de   la   législation   française   et   de   notre   héritage   collectif   des   Lumières  !     Oui,   qu’il   soit   un   rempart   aux   tentations,   de   toutes   sortes,  qui  peuvent  corroder  la  lucidité  du  professionnel  du  droit  et  porter  alors  atteinte   à  la  pertinence  d’une  défense.   Oui,  qu'il  soit  une  preuve  que,  sous  certaines  conditions,  notre  société  peut  être  revêtue   d'humanité  voire  d'humanisme  et  de  fraternité.   La  crise  n'est  qu'une  force  d'érosion  sociétale  à  laquelle  notre  raison  et  notre  volonté  de   vivre  ensemble  doivent  faire  entendre  leurs  voix.      
    •   54                 XV   Le  coût  croissant  de  la  dépendance  et  l'implosion  possible       La  dépendance  concerne  la  prise  en  charge  résidentielle  et  médicale  des  grands  seniors,   c'est  à  dire  du  quatrième  âge  que  l'on  situe  généralement  à  compter  de  80  ans.     Les  dérives  du  coût  de  la  dépendance  sont  un  vrai  sujet  à  hauteur  de  plusieurs  milliards   d'euros  par  an  et  qui  sont  bien  entendu  liées  au  vieillissement  de  la  population  mais  pas   seulement.     Face  à  un  tel  sujet,  il  faut  recourir  à  une  méthodologie  rigoureuse  sinon  il  y  a  un  fort   risque  d'énoncer  des  vérités  d'aujourd'hui  que  l'avenir  démentira.     Les  chiffrages  prévisionnels  démentis  :     Souvenons   que   les   chiffrages   prévisionnels   des   équipes   de   Monsieur   Michel   Rocard                     (   Premier   Ministre   en   1988   )   sur   le   Revenu   Minimum   d'Insertion   (   R.M.I   )   ont   été   totalement  démentis  par  les  faits  et  que  le  coût  de  cette  mesure  a  été  sous-­‐estimée  d'un   facteur  6.   Il  n'avait  pas  été  anticipé  1,2  million  de  bénéficiaires  pour  un  coût  actuel  de  5  milliards.     Même   type   de   situation   pour   l'évolution   du   coût   de   l'APA   :   Allocation   Personnalisée   d'Autonomie   qui   pèse   sur   les   budgets   des   Conseils   généraux   et   dont   l'évolution   à   la   hausse  est  continue.  
    •   55       La  dépendance  :  une  équation  composée  de  variables  dynamiques  :     Tout  d'abord,  même  les  meilleurs  actuaires  ne  sont  pas  certains  des  limites  techniques   de  la  vie.  Autrement  dit  de  la  configuration  réelle  des  plafonds  des  tables  de  mortalité.     On  pensait  que  100  ans  était  une  barre  de  type  asymptotique  :  on  voit  désormais  des   centaines  de  personnes  s'éteindre  à  près  de  108  à  111  ans.   L'âge  maximal  possible  est  une  variable  dynamique  et  mal  appréhendée.    (  Variable  A  )     Puis,  les  équipes  médicales  confirment  toutes  qu'il  y  a  de  nombreuses  personnes  âgées   qui  coûtent  peu  pendant  longtemps  et  qui  nécessitent  des  soins  coûteux  dans  leurs  deux   dernières  années  de  vie.       Quelques  études  statistiques  tentent  de  dégager  un  modèle  mais  là  encore  la  prédiction   est  incertaine.   Le  coût  de  la  "  dernière  ligne  droite  de  la  vie  "  (  et  particulièrement  des  six  derniers  mois   )   est   généralement   élevé   mais   on   connait   mal   sa   distribution   dans   la   population.     (   Variable  B  ).     Si   les   choses   se   maintiennent   voire   s'accélèrent,   le   coût   des   soins   est   une   variable   à   tendance  fortement  inflationniste  :  le  coût,  par  exemple,  de  la  lutte  contre  la  douleur  et   les  soins  palliatifs,  le  coût  de  nouveaux  moyens  thérapeutiques    (  Variable  C  ).     La   demande   de   soins   des   personnes   très   âgées   ne   cesse   d'augmenter   :   certaines   opérations  (  qui  n'auraient  autrefois  pas  été  réalisées  )  ont  lieu  même  à  plus  de  90  ans         (  exemple  de  prothèses  de  la  hanche,  etc  )  ce  qui  est  là  encore  une  variable  dynamique   inflationniste    (  Variable  D  ).     Notre   pays   n'est   pas   très   bien   équipé   et   il   y   a   un   manque   entre   la   simple   maison   de   retraite  et  l'hôpital.  Ainsi  sont  générées  des  hospitalisations  de  personnes  qui  sont  en   manque  de  place  dans  des  maisons  médicalisées  mais  moins  coûteuses  que  la  structure   hospitalière.      (  Variable  E  ).     Le   maintien   à   domicile   "   le   plus   longtemps   possible   "   supposera   des   réformes   de   certaines   professions   comme   celle   des   infirmières   libérales,   des   aménagements   des   logements,    d'où  un  coût  pour  la  collectivité    (  Variable  F  ).     L'ensemble   de   ces   6   variables   –   probablement   non   exhaustif   –   suffit   à   montrer   la   vivacité  des  dérives  du  coût  de  la  dépendance.     Le   décideur   public   est   confronté   à   une   demande   sociale   importante   et   sensible   qui   présente  des  zones  d'incertitude  quantitative  puisque  les  variables  sont  toutes  orientées   à   la   hausse   et   qu'il   est   presque   certain   que   les   prévisions   d'aujourd'hui   seront   les   erreurs  de  demain.     A  ce  titre,  il  convient  donc  de  bien  isoler  l'effort  de  la  Nation  en  matière  de  dépendance   et  de  créer  une  cinquième  branche  au  sein  de  notre  protection  sociale.    Autrement,  le  
    •   56   citoyen   et   contribuable   ainsi   que   les   entreprises   auront   un   cœfficient   moindre   d'acceptation  des  futures  dérives  financières  hélas  envisageables.     Les  modes  de  financement  classiques  de  la  dépendance  :     Première   hypothèse   :   le   principe   de   la   cotisation   sociale   de   type   assurance-­‐maladie   faisant  appel  aux  travailleurs  et  aux  employeurs.   Même  si  ce  n'est  pas  dans  l'air  du  temps  de  l'affirmer,  nous  voyons  mal  comment  nous   pourrons,  en  France,  ne  pas  financer  ainsi  une  partie-­‐socle  de  la  dépendance.   Jamais   cette   situation   de   dépendance   ne   pourra   être   intégralement   confiée   à   des   solutions   de   type   assurantielle     (   Deuxième   hypothèse   )   pour   des   raisons   essentiellement  de  consensus  social.   La  crise  de  2008  a  déjà  écarté  des  milliers  de  Français  des  mutuelles  et  on  sait  le  coût   sanitaire  et  social  que  cela  va  représenter  dans  quelques  années.   L'assurance-­‐dépendance   plus   ou   moins   à   la   charge   des   descendants   est   un   risque   humain  et  social  :  il  serait  absurde  de  le  nier.    Ici,  on  fera  tout  pour  sauver  son  vieux   père,  là  on  fera  si  peu  que  celui-­‐ci  sera  dans  une  situation  de  misère  médicale.   A  défaut  de  cotisation  sociale  (  qui  aurait,  selon  nous,  le  mérite  de  la  clarté  des  comptes  )   qui  peuvent  attaquer  la  compétitivité  du  fameux  "  made  in  France  ",  il  y  a  la  solution   budgétaire  donc  purement  fiscale  qui  semble  trop  incertaine  d'une  année  sur  l'autre.   Si   l'on   retient   l'idée   d'un   socle   des   dépenses   sur   cinquième   risque   par   cotisations,   il   reste  les  solutions  plus  innovantes  étant  entendu  que  l'on  est  en  face  d'une  situation  de   rationnement  car  bien  des  besoins  ne  seront  pas  satisfaits,  ne  pourront  pas  l'être.   La  dépendance  c'est  donc  la  dynamique  aléatoire  de  la  dépense  confrontée  à  un  certain   degré  de  rationnement  dans  la  ou  les  réponses  thérapeutiques  et  résidentielles.     Les  solutions  innovantes  :     Parmi  celles-­‐ci,  il  y  a  bien  entendu  le  traditionnel  viager  qui  permet  à  une  personne  de   vivre  avec  sa  rente  mais  qui  pose  une  question  juridique.  Le  bénéficiaire  du  viager  (  au   sens   de   l'acheteur   )   acceptera-­‐t-­‐il   de   voir   son   bien   gelé   par   des   hospitalisations   à   répétitions  d'une  personne  dans  le  quatrième  âge  ?   S'il   s'agit   d'absences   de   courte   durée,   contractuellement,   les   situations   seront   claires   lors  de  la  signature  de  l'acte.   S'il   s'agit   d'un   dispositif   trop   favorable   à   la   personne   âgée,   les   acquéreurs   vont   se   détourner   de   ce   marché   qui   suppose   le   décès   effectif   de   la   personne   et   pas   une   occupation  à  éclipses  rendant  aléatoire  la  table  de  mortalité  pour  exprimer  les  choses  de   manière  frontale.   A  l'inverse,  s'il  s'agit  de  viager  (  peut-­‐être  plus  avantageux  en  bouquet  ou  en  rente  )  mais   qui  inclut  des  clauses  défavorables  à  la  personne  en  longue  maladie  et  absente  de  chez   elle,  cela  pose  le  problème  social  et  sociétal  de  la  fin  de  vie.      
    •   57   Le  prêt  viager  hypothécaire  (  tel  que  celui  commercialisé  par  le  Crédit  Foncier  depuis   2009  )  nous  semble  promis  à  un  avenir  plus  établi.   Le  bien  immobilier  du  senior  est  apporté  en  garantie  du  prêt  qui  apporte  les  liquidités   requises  à  la  vie  lorsque  la  retraite  ne  suffit  pas  ou  plus  (  cas  des  veuves  ).   Dans   le   cas   d'un   attachement   à   "   une   maison   de   famille   ",   les   héritiers   peuvent   se   rapprocher   de   la   banque   et   solder   le   prêt   là   où   le   viager   peut   être   une   forme   de   "   déchirement  "  affectif  de  surcroît  ressenti  peu  de  temps  après  le  départ  de  l'ascendant.   Le   Pvh   a   donc   notre   faveur   par   rapport   au   viager   à   moins   qu'une   Loi   actualisant   les   conditions   du   viager   ne   vienne   résoudre   les   incertitudes   interprétatives   que   les   nouvelles  configurations  de  fin  de  vie  ont  introduites.   Le  risque  du  Pvh  étant  toutefois  l'oligopole  bancaire  qui  pourrait  décider,  de  facto,  des   prêts  sur  des  valeurs  d'hypothèques  loin  du  prix  du  marché.  Ceci  sous  le  double  prétexte   du  risque  de  décote  future  et  de  la  marge  unitaire  sur  dossier.   Pour  conclure,  la  question  de  la  dépendance  sera  un  marqueur  de  l'inégalité  sociale  de  la   France   de   demain   sauf   à   ce   que   nous   acceptions   un   effort   collectif   qualifiable   de   considérable.   Bien  des  familles  vont  être  traversées,  déchirées  par  les  réponses  à  apporter  :  formons  le   vœu  que  les  Pouvoirs  publics  élaborent  un  dispositif  à  la  hauteur  des  charges  financières   et  émotionnelles  de  ce  dossier  d'envergure.   A   défaut   d'apporter   du   réconfort   à   l'entourage   et   aux   personnes   concernées,   notre   Nation  serait  alors  confrontée  à  un  risque  de  fracture  sociale  et  à  une  forme  d'implosion   sociale  dépassant  en  violence  la  notion  d'érosion  sociétale.                                      
    •   58   XVI   Jeux  en  ligne  et  poison  social  en  devenir       Tout  le  monde  peut  réaliser  un  test  facile  :  rentrer  dans  un  bar  tabac  à  n'importe  quelle   heure  de  son  ouverture  et  constater  l'agitation  autour  du  comptoir  dédié  aux  jeux.  On   est  loin  des  photos  de  Robert  Doisneau  et  de  la  vendeuse  de  billets  de  loterie  dans  sa   guérite  exposée  au  froid.  Désormais,  le  jeu  c'est  sérieux.     Le  jeu  est  en  effet  sérieux  car  il  brasse  des  sommes  considérables.  La  Française  des  Jeux   a  ainsi  collecté  plus  de  11,4  milliards  de  mises  soit  une  progression  de  8,5%  par  rapport   à  2010.  Sur  ces  11,4  milliards,  65  %  sont  restitués  aux  parieurs  ce  qui  laisse  augurer  de   l'intérêt  stratégique  de  ce  secteur  pour  un  Etat  soumis  à  la  disette  budgétaire.   Le  cas  est  entendu,  le  Loto,  l'Euromillion  (  et  autres  jeux  de  tirages  )  ainsi  que  les  jeux  de   grattage  sont  une  activité  quotidienne  pour  des  millions  de  Français  par-­‐delà  les  temps   de   crise   économique.   La   croyance   du   gain   faramineux   l'emporte   donc   sur   la   gestion   parcimonieuse   de   ses   deniers.   Bien   des   citoyens   et   citoyennes   en   situation   financière   domestique  tendue  font  de  sérieux  écarts  de  budget  une  fois  arrivés  dans  ce  fameux  bar   tabac  du  coin  de  la  rue.  La  communication  publicitaire  de  FDJ  est  pleinement  maîtrisée   et  entretient  activement  le  besoin  du  joueur.   Bien  évidemment,  le  site  web  de  FDJ  contient  une  section  dédiée  au  "jeu  responsable"   qui  a  valeur  de  maigres  consignes  face  à  des  cas  où  les  commissions  de  surendettement   de  la  Banque  de  France  ont  à  statuer  sur  des  dossiers  de  personnes  que  le  jeu  a  ruinées.   Oui,  le  jeu  est  une  activité  lucrative  pour  les  uns  et  ludique  pour  les  autres.  Non,  ce  n'est   pas   une   activité   anodine   à   voir   les   petits   héritages   engouffrés   dans   ce   système   omniprésent.   Comme   souvent,   la   France   se   nourrit   de   paradoxes   :   ainsi,   le   1er   Mars   2012,   la   très   respectable   Académie   Nationale   de   Médecine   a   posé   des   conditions   sévères   pour   décréter   la   situation   de   dépendance   au   jeu   vidéo   et   a   recommandé   que   le   terme   d'addiction   soit   délaissé   au   profit   de   celui   de   "pratique   excessive   "   jugé   moins   "   stigmatisant   "   (   sic   ).   Honnêtement,   on   s'y   perd.   Autrefois,   dans   les   campagnes   on   appelait   un   homme   vraiment   porté   sur   la   boisson   un   ivrogne   (   ou   autre   terme   plus   méprisant  ).  Si  face  à  un  phénomène  de  santé  mentale  (  risque  d'épilepsie,  de  troubles   du  comportement,  ophtalmologiques,  etc  )  comme  le  jeu  vidéo,  les  grands  mandarins  en   sont  à  ergoter  sur  les  termes,  il  n'y  aura  plus  jamais  d'obèses  en  France  mais  de  vagues   personnes  en  surcharge  pondérale.   A   l'heure   où   la   variole   revient   et   où   certains   appellent   au   retour   de   la   vaccination   systématique,  à  l'heure  où  la  tuberculose  réapparait  ici  ou  là  liée  aux  foyers  de  pauvreté,   l'Académie  de  médecine  s'est  mise  une  seringue  dans  le  pied  d'autant  qu'aucun  chiffre   n'est  certain.   En  effet,  nous  n'avons  ici  traité  que  des  jeux  de  FDJ  mais  nul  ne  saurait  oublier  la  Loi   N°2010-­‐476  du  12  Mai  2010  "  relative  à  l'ouverture  à  la  concurrence  et  à  la  régulation   du  secteur  des  jeux  d'argent  et  de  hasard  en  ligne  ".  
    •   59   En  clair,  la  loi  qui  fait  rentrer  le  café  de  tabac  dans  l'écran  de  votre  micro-­‐ordinateur  et   fait  jouer  au  poker  en  ligne  des  cadres  supérieurs  quand  leur  famille  dort.  Et  comme   chacun  sait,  le  poker  n'est  pas  une  activité  pour  petits  joueurs  d'où  une  pratique  de  mise   généralement  supérieure  à  toute  attitude  rationnelle.   Il   ne   s'agit   pas   ici   de   penser   à   une   prohibition   ou   à   des   interdictions   en   rafale   mais   souvenons-­‐nous  de  la  majestueuse  phrase  du  philosophe  Michel  Serres  :  "  L'homme  a   mis  des  siècles  à  maîtriser  l'écriture,  cela  sera  pareil  pour  l'image  ".  Même  remarque   pour   le   temps   d'apprentissage   réaliste   des   jeux   en   ligne.   Nul   médecin   ne   saurait   contester  la  concentration,  la  mise  sous  tension  du  joueur  en  ligne  qui  n'accepte  pas  les   revers  ou  à  l'inverse  se  lance  encore  plus  après  un  succès.   L'Autorité  de  Régulation  des  Jeux  En  Ligne  (  ARJEL  )  finement  présidée  par  le  tacticien   Jean-­‐François  Vilotte  est  absorbée  par  sa  mission  de  délivrance  d'agréments  et  autres   homologations.  Sur  son  site,  il  est  effectivement  rappelé  qu'une  de  ses  missions  est    "  de   protéger   les   populations   vulnérables   et   de   lutter   contre   l'addiction   "   mais   aucune   décision  n'a  été  rendue,  à  ce  jour,  sur  ce  sujet.   HADOPI  fut  l'occasion  de  débats  homériques  sur  les  pratiques  des  internautes  chez  eux  :   s'agissant  des  jeux  en  ligne,  le  silence  étatique  est  étouffant  comme  un  soir  d'orage.   Parfois,   d'aucuns   appellent   à   la   raison   et   à   mesurer   l'échelle   des   risques   sociaux   encourus  :  ainsi  l'INSERM  (  Institut  National  de  la  Santé  et  de  la  Recherche  Médicale  )  a   publié  une  étude  le  20  Septembre  2011  réalisée  à  partir  d'un  échantillon  de  448  joueurs.   28%  étaient  considérés  comme  dépendants  et  jouaient  en  ligne  en  moyenne  37  heures   par  semaine.  Avec  bien  entendu  des  conséquences  en  termes  de  fatigue  et  d'irritabilité.   Actuellement  une  étude  est  en  cours  avec  pour  thème  "  les  marqueurs  de  vulnérabilité   aux  jeux  pathologiques  ".   En   cette   période   de   crise   où   bien   des   Français   ont   hélas   plus   de   temps   de   "loisirs"   (   population   au   chômage   ),   déstructuration   de   la   famille   (   taux   de   divorce   ),   jeunes   retraités   (   etc   ),   la   question   des   jeux   en   ligne   va   rapidement   devenir   une   question   sociale.   Madame   la   Ministre   Touraine   a   évidemment   d'autres   priorités   plus   urgentes   et   plus   pesantes  mais  l'Etat  devrait  toutefois  avoir  une  cellule  de  vigilance  sur  ce  thème.   Au  lieu  de  cela,  il  semblerait  que  l'Etat  roule  en  sens  interdit  tous  feux  éteints  :  ainsi,  le   rattachement  du  Comité  consultatif  des  jeux  en  ligne  semble  poser  question.   La  Loi  du  12  Mai  2010  précitée  avait  prévu  de  rattacher  directement  aux  Services  du   Premier  Ministre  le  Comité  consultatif  chargé  notamment  de  la  "  prévention  du  risque   sanitaire  lié  à  l'augmentation  prévisible  du  nombre  de  joueurs  ".   Comme  le  souligne  avec  pertinence  et  attention  le  19  Octobre  2011  le  Député  Gaëtan   Gorce  (  devenu  depuis  Sénateur  de  la  Nièvre  )  dans  une  question  au  Gouvernement,  un   décret   a   modifié   ce   rattachement   et   l'a   confié   conjointement   aux   Ministères   de   l'Intérieur  et  du  Budget.     On  l'aura  compris,  l'Etat  a  réduit  les  prérogatives  de  ce  Comité  au  contrôle  des  activités   financières  du  secteur  des  jeux  et  est  quasiment  désarmé  en  matière  de  prévention  d'un   poison  social  qui  abîme  les  plus  vulnérables.   A  propos,  vit-­‐on  vraiment  mieux  en  France  rivé  devant  son  écran  au  risque  d'y  perdre   bien  des  plumes  ?  
    •   60   N'est-­‐ce  pas  une  forme  d'érosion  sociétale  où  le  tête-­‐à-­‐tête  avec  un  écran  remplace,  par   exemple,  la  pratique  détendue  d'un  sport  collectif  ?   Le  débat  entre  les  admirateurs  de  Léo  Lagrange  et  les  geeks  est  ouvert.  Faîtes  vos  jeux…                                                          
    •   61   XVII   Des  consultants  contestables       Le  passage  à  l’ère  numérique,  les  nouvelles  règles  de  management  avec  des  hiérarchies   aplaties  sont  autant  de  sujets  qui  nécessitent  le  recours  à  des  prestations  de  conseils.  Si   le  monde  n’est  jamais  parfait,  il  est  clair  que  celui  des  consultants  est  contestable.     De  prime  abord,  le  métier  du  conseil  a  un  certain  talent  :  celui  de  laisser  répandre  l’idée   d’un  consulting  freeze  en  période  de  crise  alors  qu’aucun  indicateur  consolidé  ne  permet   de  le  confirmer  et  que  ce  métier  a  une  immense  souplesse  d’adaptation  de  ses  effectifs  à   la   demande   solvable   avérée.   Autrement   dit,   quand   bien   même   le   nombre   d’heures   facturées   diminuerait,   il   n’est   pas   certain   que   la   marge   s’en   ressentirait   à   juste   proportion.   Deuxièmement,   le   marché   du   conseil   est   un   marché   contestable   au   sens   de   l’analyse   économique.  On  rappelle  que  depuis  les  travaux  de  Baumol,  Panzar  et  Willig  de  1982,  il   est  établi  qu’un  marché  "contestable"  est  un  lieu  qui  réunit  deux  conditions  :  d’une  part   une   liberté   d’entrée   aisée   et   d’autre   part   des   coûts   de   sortie   relativement   faibles.   Convenons   que   le   conseil   n’est   pas   l’industrie   pharmaceutique   et   que   n’importe   quel   cadre  licencié  de  55  ans  peut  «  mettre  sa  plaque  »  et  devenir  conseil  en  management  ou   conseil   en   stratégie.   A   l’opposé,   sortir   du   conseil   ne   coûte   pratiquement   rien   tant   les   conditions  de  redéploiement  sont  aisées.   Les   consultants,   au   sens   de   l’économie   politique,   évoluent   donc   sur   un   marché   contestable  ce  qui  n’est  pas  toujours  une  garantie  pour  le  client  qui  peut  voir  disparaitre,   en  cours  de  mission,  son  prestataire.   Dans  un  autre  sens  –  plus  classique  –  quelles  sont  les  racines  analytiques  qui  permettent   de  conclure  que  les  consultants  sont  contestables  ?   Huit  points-­‐clefs  méritent  d’être  rapportés.  Tout  d’abord,  les  conditions  de  prospection   (1),   les   termes   de   la   mission   (2),   le   déroulement   des   travaux   (3),   la   synthèse   de   restitution   (4),   la   porté   opérationnelle   (5),   les   conditions   de   facturation   (6),   l’environnement  juridique  de  la  mission  (7)  et  le  bénéfice  coût-­‐avantages  (8).   1  )  Les  conditions  de  prospection  :   A  la  différence  du  vendeur  de  photocopieur,  le  consultant  chevronné  chargé  d’une  belle   prospection   doit   mettre   en   avant   son   cabinet   et   ses   méthodes   sans   expliciter   excessivement  celles-­‐ci.  Bien  entraîné,  notre  consultant-­‐prospecteur  y  parvient  dans  un   contexte   où   les   économistes   détectent   une   double   asymétrie   d’information.   Bien   évidemment,  le  futur  client  n’explique  pas  tout  au  futur  prestataire.  Bien  évidemment,  le   consultant  ne  dévoile  pas  tout  à  son  client  potentiel.  C’est  donc  –  pour  parler  simple  –   une  sorte  de  bal  masqué  digne  de  celui  de  Venise  où  la  sincérité  peut  être  au  rendez-­‐ vous  mais  pas  la  transparence.  On  est  plus  proche  d’une  vente  de  voiture  d’occasion  que   de  la  vente  d’un  scanner  hi-­‐tech  de  dernière  gamme.   Les   conditions   de   la   prospection   revêtent   un   caractère   technique   (   exemple   du   consultant  en  logistique  face  à  un  problème  d’optimisation  de  stockage  )  mais  aussi  un  
    •   62   volet  plus  humain  voire  politique.  C’est  la  fameuse  phrase  tellement  entendue  par  les   consultants  :  «  vous  vous  souvenez  que  c’est  celui  qui  vous  paye  qui  a  raison,  n’est-­‐ce-­‐ pas  ?  »   Autrement   dit,   la   prospection   peut   comporter   une   dimension   de   contraintes   éloignées  des  matrices  du  Boston  consulting  group  ou  des  approches  de  McKinsey.   Enfin,  on  ne  saurait  nier  –  sous  peine  de  complaisance  ou  d’aveuglement  suspect  –  que  la   prospection   peut   s’accompagner   d’une   zone   grise   où   le   client   cherche   clairement   à   obtenir   des   gains   de   la   mission.   Des   gains   hiérarchiques   tout   comme   des   gains   plus   tangibles  et  légalement  contestables.  L’ouverture  des  frontières  européennes  a  permis  à   certaines  officines  de  se  doter  de  moyens  de  réponse  à  ce  type  de  demande  parfois  dans   des  proportions  significatives.   La   prospection   n’est   pas   toujours   légalement   contestable  :   elle   l’est   –   presque   systématiquement  –  en  matière  d’asymétrie  d’informations.   2  )  Les  termes  de  la  mission  :   Forts  de  ces  premiers  entretiens,  le  consultant  et  son  équipe  rédigent  une  proposition   d’intervention   comportant   un   mini-­‐diagnostic,   le   descriptif   des   enjeux   et   les   buts   de   l’intervention   ainsi   que   son   budget   (   sur   une   feuille   volante...).   Toute   personne   ayant   travaillé   plus   de   dix   ans   dans   le   conseil   sait   fort   bien   le   «  gap  »   qui   existe   entre   la   proposition   et   les   termes   réels   de   la   mission.   Une   fois   signée,   la   proposition   n’est   généralement  plus  qu’un  canevas  et  les  asymétries  d’informations  se  réduisant,  on  entre   dans  le  vif  du  sujet.  Typiquement,  on  part  pour  une  mission  de  redéfinition  des  postes   pour  arriver  –  en  réalité  -­‐  à  une  mission  qui  consiste  à  légitimer  un  futur  plan  social.   Typiquement,   on   part   pour   une   optimisation   fiscale   du   groupe   pour   aboutir   à   un   document  visant  à  étayer  la  fermeture  de  telle  filiale.   Les  termes  de  la  mission  qui  relèvent  du  client  sont  donc  un  outil  contestable  au  regard   de  la  future  tâche  qui  sera  demandée  aux  consultants.   3  )  Le  déroulement  des  travaux  :   L’audit   n’est   pas   le   conseil   mais   les   deux   supposent   un   minimum   de   confiance.   Pour   nous  rajeunir  et  citer  un  exemple  mémorable  en  matière  d’audit,  il  faut  citer  le  sabotage   du   bateau   de   Greenpeace  :   le   Rainbow   Warrior   en   1984.   Voulant   loyalement   tirer   l’affaire  au  clair,  le  Premier  ministre  Laurent  Fabius  confia  une  mission  à  un  homme  rare   et  intègre  :  Monsieur  Bernard  Tricot,  ancien  Secrétaire  général  de  la  Présidence  de  la   République   sous   le   Général   de   Gaulle.   Moins   de   quinze   jours   après,   la   France   devait   convenir  que  la  Dgse  avait  bien  effectué  l’opération  et  que  le  conseiller  Tricot  avait  été   abusé.  A  ce  niveau  de  l’Etat,  tout  le  monde  se  souvient  des  pensées  et  regards.   Autrement   dit,   si   le   client   veut   abuser   une   équipe   de   consultants   et   noyer   leurs   déductions,  il  en  a  largement  la  possibilité.   C’est  ici  qu’il  faut  rappeler  une  rapide  typologie  des  missions.   3.1  La  mission  sablier  :   Le  client  –  pour  x  ou  y  raisons  –  veut  gagner  du  temps  par  rapport  à  une  banque  ou  un   comité  de  direction  et  convoque  une  mission  de  consultants  qui  va  lui  faire  habilement   et   opportunément   gagner   du   temps.   Le   job   des   consultants   est   techniquement   contestable  mais  ils  n’y  sont  pour  rien.   3.2  La  mission  autruche  :  
    •   63   Le  dirigeant  –  conscient  d’une  difficulté  –  veut  la  rendre  moins  apparente  possible  :  dès   lors   les   consultants   peuvent   être   en   connivence   pour   rendre   complexe   l’équation   et   l’intelligibilité  de  la  situation.  Cette  méthode  est  contestable  :  elle  demeure  répandue.   3.3  La  mission  parapluie  :   Le   dirigeant   se   sent   en   difficultés   –   comme   un   ancien   Président   d’un   grand   groupe   d’hypermarchés   récemment   remercié   –   et   se   met   à   commander   des   études   qui   n’ont   pour   véritable   fonction   que   de   lui   servir   de   parapluie   face   aux   actionnaires   ou   aux   «  stakeholders  »   de   l’entreprise.   Ici   on   trouve   une   symbiose   d’intérêts   financiers   et   commerciaux  entre  le  monde  du  conseil  et  celui  du  donneur  d’ordre.  Hors  question  de   morale  et  de  vision  contestable.  On  roule  à  chéquier  ouvert...   3.4  La  mission  rénovation  :   Le  client  est  saturé  par  le  flux  d’informations  qui  lui  montrent  qu’il  doit  se  moderniser.  Il   fait  appel  à  un  œil  neuf  et  à  une  dream-­‐team  capable  d’élaborer  un  chantier  crédible  de   rénovation.  Ces  missions  sont  fructueuses  pour  les  partenaires  et  incontestables.   3.5  La  mission  innovation  :   Différente  de  la  rénovation,  la  mission  innovation  a  pour  but  d’introduire  un  nouveau   process  de  fabrication  ou  d’intégrer  une  nouvelle  unité  de  production.  Là  encore  –  sauf   impéritie  –  ces  missions  sont  incontestables.   3.6  La  mission  paravent  :   Clairement   la   plus   contestable   de   toutes  :   elle   consiste   à   présenter   le   visage   d’une   mission  quelconque  alors  qu’elle  n’a  pour  fonction  que  de  préparer  la  fermeture  d’un   site.   Récemment   la   mission   d’expertise   sur   PSA   Aulnay   mandaté   par   le   Ministre   Montebourg  a  effectué  des  amalgames  contestables  dans  le  temps  et  l’espace  de  sorte   que   le   groupe   paraissait   fautif   tout   en   ayant   de   justes   motifs   de   fermer   l’usine   considérée.  Ce  mélange  des  genres  où  on  pioche  dans  la  comptabilité,  le  commercial  et  la   stratégie  est  toujours  délicat  à  approuver  intellectuellement.   4  )  La  synthèse  de  restitution  :   C’est  un  grand  moment  qui  a  ses  rites  :  on  peut  restituer  en  chuchotant  devant  un  comité   de   rédaction   devenu   confessionnal.   On   peut   devoir   restituer   devant   une   équipe   de   cadres.  On  peut  aussi  devoir  présenter  ses  conclusions  devant  le  Comité  d’entreprise  sur   ordre   de   la   direction.   L’essentiel   demeure   la   rectitude   du   propos,   autrement   dit   qu’il   n’existe  pas  plusieurs  modèles  de  rapports  selon  les  publics.  Or,  de  manière  contestable,   ceci  existe  parfois  et  ne  peut  qu’être  censuré.   5  )  La  portée  opérationnelle  :   Celle-­‐ci  dépend  de  la  typologie  de  la  mission  et  du  respect  de  principes  déontologiques.   Parfois  des  équipes  de  consultants  ont  contribué  à  «  dézinguer  »  des  organisations  qui   fonctionnaient.  A  l’inverse,  d’autres  ont  sauvé  des  entreprises  qui  s’éloignaient  de  leur   core  business  et  allaient  bientôt  échouer.  Nulle  étude  sérieuse  ne  peut  conclure  sur  la   véritable   valeur   ajoutée   des   consultants  :   elle   existe   certainement   mais   n’est   pas   quantifiable.     6  )  Les  conditions  de  facturation  :  
    •   64   La  facturation  a  souvent  été  rustique  :  elle  se  résumait  à  une  équation  taux  horaire  du   consultant   par   nombre   d’heures   à   effectuer.   De   manière   contestable,   certains   indépendants   gonflaient   artificiellement   les   CV   de   leurs   équipes   afin   d’alourdir   la   facturation.   Les   pure   players   d’importance   (   Accenture,   etc   )   n’ont   pas   ce   type   de   pratique   et   ont   parfois   mis   au   point   des   équations   de   facturation   plus   complexes   pouvant  intégrer,  de  manière  indirecte,  des  success  fees.   Au   mythe   du   consultant   cher,   il   faut   garder   en   mémoire   la   formule   de   Jean-­‐Marie   Descarpentries  (  ancien  dirigeant  de  McKinsey  )  qui  fut  Président  de  Carnaud  Metalbox,   groupe  Wendel  :  «    cher,  très  cher  mais  très  rentable  !  »   Sur  ce  sujet  le  débat  reste  ouvert  selon  les  expériences.   Pour   notre   part,   nous   avons   relevé,   de   visu,   des   missions   effectuées   par   des   cabinets   privés  en  soutien  de  la  Rgpp  (  Revue  générale  des  politiques  publiques  )  qui  faisaient   effectivement  sens  là  où  d'autres  missions  n'étaient  que  des  recyclages  de  poncifs  sur  de   jolis   "slides"   où   Powerpoint   avait   sévi.   L'argent   public   a   du   bon,   pour   certains   marchands.   7  ),  L’environnement  juridique  de  la  mission  :   Là  où  des  progrès  peuvent  être  certainement  réalisés,  c’est  en  matière  d’environnement   juridique  de  la  mission.  Alors  que  le  démarchage  financier  (  CIF  )  fait  désormais  l’objet   de  codification,  tout  un  chacun  peut  s’improviser  consultant  avec  la  première  Eurl  venue   comme   support   d’activité.   Pour   reprendre   l’analyse   économique   des   marchés   contestables  vue  supra,  cette  liberté  d’entrée  et  d’installation  peut  représenter  un  risque   face   à   des   dirigeants   éventuellement   crédules.   Des   jurisprudences   sans   sanction   exemplaire  l’ont  montré.   Parallèlement,   le   consultant   n’est   soumis   qu’à   la   discrétion   professionnelle   et   non   au   secret  professionnel  (  pénalement  défini  et  réprimé  )  des  avocats,  des  notaires  et  des   commissaires  aux  comptes.   En   cas   d’intervenant   spécialisé   dans   un   secteur,   cela   pose   de   toute   évidence   une   profonde   question   de   rectitude  :   après   une   mission   chez   un   concurrent,   quelle   est   sa   capacité  juridique  et  sa  fiabilité  s’il  travaille  chez  un  autre  acteur  du  secteur  ?       8  )  Le  bénéfice  coût-­‐avantages  :   Depuis   Planus   dans   l’après-­‐guerre,   Bossard,   la   Cegos,   Arthur   Andersen,   nombre   de   firmes   de   conseils   ont   montré   qu’elles   apportaient,   de   manière   incontestable,   un   bénéfice  et  que  le  coût-­‐avantages  leur  était  favorable.   Comme   dans   tout   secteur,   il   y   a   des   moutons   gris   sombre   et   c’est   aux   clients   d’être   vigilants.  Il  y  aura  peut-­‐être  un  jour  un  organisme  de  régulation  à  l’instar  du  H3C  (  Haut-­‐ conseil  du  commissariat  aux  comptes  )  qui  valide  des  normes  d’exercice  professionnel  et   organise  des  contrôles  qualité.   Pour  l’instant,  bien  des  points  demeurent  contestables  à  commencer  par  l’entrée  dans  le   métier  qui  est  aussi  flou  que  celle  du  métier  de  coach.   Une  chose  est  certaine,  à  l’échelle  de  ce  métier  palpitant  et  exigeant,  il  y  aura  eu  des   leaders  incontestés  comme  Dominique  Mars,  Yves  Cannac,  Aldo  Cardoso  ou  l’éminent   Jean-­‐René  Fourtou.  
    •   65   Il  y  aura  aussi  des  funambules  que  l'appât  du  gain  guidera  au  point  de  nuire  aux  intérêts   de  l'Etat  
    •   66                                  
    •   67   XVIII   Le  Défenseur  des  droits  :  complications  pour  l’entreprise  ?       Alors  que  notre  pays  commençait  à  assimiler  l’existence  bienvenue  de  la  Halde  (  lutte   contre  les  discriminations  ),  un  profond  changement  est  intervenu  avec  la  création  du   Défenseur  des  droits  qui  a  des  attributions  bien  plus  larges.  Cette  institution  sera-­‐t-­‐elle   source  de  complications  pour  l’entreprise  ?   Avant  d’examiner  les  potentielles  complications  que  pourraient  subir  les  entreprises,  il   convient   de   rappeler   ce   que   représente   le   Défenseur   des   droits   en   tant   que   nouvelle   institution  et  les  interrogations  techniques  qu’elle  suscite.   Définition  du  Défenseur  des  droits  :   Le  Défenseur  des  droits  est  issu  de  la  réforme  constitutionnelle  de  2008  mais  n’a  été   officiellement  instauré  qu’au  terme  du  vote  de  la  Loi  organique  du  29  Mars  2011.   Selon   l’article   71-­‐1   de   la   Constitution,   «  Le   Défenseur   des   droits   veille   au   respect   des   droits   et   libertés   par   les   administrations   de   l’Etat,   les   collectivités   territoriales,   les   établissements   publics   ainsi   que   par   tout   organisme   investi   d’une   mission   de   service   public  ou  à  l’égard  duquel  la  loi  organique  lui  attribue  des  compétences  ».   Nul  n’est  besoin  d’être  fin  juriste  pour  comprendre  l’étendue  de  ses  prérogatives.  Elles   visent   l’Etat,   le   reste   du   millefeuille   administratif   à   la   française   mais   aussi   la   petite   société   qui   bénéficie   d’une   délégation   de   service   public   pour   effectuer   du   ramassage   scolaire  ou  de  l’entretien  de  piscines  municipales.  Autrement  dit,  en  ne  voulant  passer   sous  silence  que  peu  de  cas  de  figures,  la  Constitution  a  mis  sur  pied  un  filet  de  pêche  de   taille  impressionnante  par  le  nombre  de  salariés  concernés.   Concrètement,   le   Défenseur   des   droits   a   absorbé   la   Halde   (   Haute   Autorité   de   Lutte   contre  les  Discriminations  ),  le  Médiateur  de  la  République,  le  Défenseur  des  enfants  et   la   Commission   nationale   de   déontologie   de   la   sécurité.   On   notera   qu’il   s’agissait   d’institutions   reconnues   et   que   le   rôle   du   Médiateur   n’était   pas   qu’une   fonction   de   défense   mais   aussi   une   force   de   proposition   dans   bien   des   domaines   notamment   sociaux.   Interrogations  techniques  :   Une  première  interrogation  vient  de  la  nomination  de  son  Président  (  pour  6  ans  non   renouvelable   )  :   initialement   prévue   par   le   Parlement,   elle   échoit   finalement   au   seul   Président   de   la   République   ce   qui   n’apporte   rien   de   plus   sinon   une   légitimité   moins   assurée  d’autant  que  ce  Président  est  inamovible  sauf  empêchement  ou  démission.   Une  deuxième  interrogation  vient  des  différents  collèges  qui  composent  et  alourdissent   le  Défenseur  des  droits.  Ainsi,  pour  prendre  le  seul  exemple,  du  collège  de  déontologie   de  la  sécurité,  il  comprend  un  vice-­‐Président,  trois  personnes  désignées  par  le  président   du  Sénat,  trois  par  le  président  du  Sénat,  un  membre  du  Conseil  d’Etat,  un  membre  de  la   Cour   de   Cassation.   Ainsi,   on   peut   convenir   que   le   Défenseur   des   droits   est   utilement   épaulé   dans   sa   tâche  :   à   l’inverse,   on   peut   y   voir   une   institution   alourdie   de   manière   excessive.  A  la  française,  en  somme.  
    •   68   Troisième   interrogation,   il   est   assez   surprenant   de   voir   que   le   Défenseur   des   droits   compte  trois  adjoints  nommés  là  encore  par  l’Exécutif  :  à  savoir  par  le  Premier  ministre,   certes   sur   proposition   du   Défenseur   des   droits.   Les   pays   nordiques,   notamment   la   Suède,  ont  instauré  une  institution  du  type  Défenseur  des  droits  à  la  différence  majeure   que  l’ombudsman  est  nommé  par  le  pouvoir  législatif  comme  dans  la  plupart  des  pays   qui  ont  recours  à  ce  mécanisme.   Quatrième   interrogation,   la   France   a   trop   fait   dépendre   son   Défenseur   des   droits   du   pouvoir  exécutif  mais  le  législateur  a  été  plus  loin  :  selon  l’article  2  de  la  loi  organique  de   2011,  le  Défenseur  des  droits  ne  peut  recevoir  aucune  instruction  de  quiconque  ce  qui   revient  à  donner  un  pouvoir  considérable  à  un  homme  ou  une  femme  durant  6  ans.  Est-­‐ ce  légitime  ?  N’aurait-­‐il  pas  mieux  valu  imaginer  une  procédure  éventuelle  de  destitution   par  une  majorité  qualifiée  de  parlementaires  ?   Les  moyens  d’investigation   Après  avoir  –  raisonnablement  –  relevé  les  biais  textuels  qui  donnent  une  toute  autre   allure  à  cette  institution,  il  convient  de  traiter  la  question  de  ces  moyens  d’investigation.   Le  Défenseur  des  droits,  actuellement  Monsieur  Dominique  Baudis,  est  en  capacité  de   demander   toutes   explications   à   toute   personne   physique   ou   morale   mise   en   cause.   (   Articles   18   et   20   de   la   loi   organique   ).   Ces   personnes   se   doivent   de   permettre   l’accomplissement  de  la  mission  du  Défenseur  des  droits,  éventuellement  assistées  par   un  conseil.  Un  procès-­‐verbal  est  établi  et  si  le  Défenseur  l’estime  approprié,  il  peut  saisir   le  juge  des  référés.   Parallèlement,  le  Défenseur  des  droits  est  habilité  à  des  vérifications  sur  place  où  il  peut   entendre   toute   personne   susceptible   de   lui   fournir   des   informations.   Normalement,   selon  les  termes  de  l’article  4  du  Décret  2011-­‐904  du  29  Juillet  2011,  le  Défenseur  des   droits  doit  prévenir  au  préalable  de  sa  décision  de  procéder  à  un  contrôle  sur  place.   Le  temps  des  complications     Mais,  complication  certaine,  l’article  22  de  la  loi  organique  (  2011-­‐333  du  29  Mars  2011   )   prévoit   que   si   l’urgence,   la   gravité   des   faits   ou   le   risque   de   destruction   ou   de   dissimulation   de   documents   le   justifient,   alors   la   visite   peut   avoir   lieu   sans   que   l’employeur  en  ait  été  informé  sur  autorisation  préalable  du  JLD  :  juge  de  la  liberté  et  de   la  détention.  Dans  ce  cas,  l’employeur  ne  peut  nullement  s’opposer  à  cette  visite.   C’est   ici   qu’un   point   de   droit   mérite   d’être   souligné.   Si   le   JLD   rend   une   ordonnance   rendant  légale  la  visite  du  Défenseur  des  droits,  l’employeur  peut  –  selon  les  termes  du   Décret  :  articles  7  et  8  )  soit  saisir  ce  juge  d’une  demande  de  suspension  ou  d’arrêt  de  la   visite,  soit  faire  appel  devant  le  premier  Président  de  la  Cour  d’appel.  Là  où  réside  la   difficulté,  c’est  qu’aucune  de  ces  éventuelles  saisines  n’a  d’effet  suspensif  et  ne  saurait   empêcher  la  visite.  Là  réside  un  problème  de  libertés  publiques  pour  les  employeurs  de   bonne  foi  qui  peuvent  se  retrouver  avec  une  visite  inopinée  sur  la  base  d’une  saisine   d’un  salarié  ou  d’un  concurrent  peu  frappés  de  fair-­‐play.   Conclusion,  en  l'état  actuel  :   Il   faut   en   effet   conclure   cette   contribution   par   l’alinéa   2   de   l’article   71-­‐1   de   la   Constitution  :  «    Il  peut  être  saisi,  dans  les  conditions  prévues  par  la  loi  organique,  par   toute   personne   s’estimant   lésée   par   le   fonctionnement   d’un   service   public   ou   d’un   organisme  visé  au  premier  alinéa.  Il  peut  se  saisir  d’office.  
    •   69   Voilà  donc  une  institution  aux  fondements  louables  et  justifiés  qui  peut  se  transformer   par  sa  saisine  d’office  en  système  de  type  inquisitorial  où  aucun  recours  n’est  suspensif   et  où  la  saisine  usuelle  peut  venir  d’une  simple  personne  lésée.   Tout  le  monde  se  souvient  que  la  France  a  été  condamnée  plusieurs  fois  pour  des  délais   non   raisonnables   en   matière   de   tenue   de   procès.   Si   vous   lisez   la   Constitution,   le   justiciable  peut  ici  s’estimer  lésé  par  le  fonctionnement  d’un  service  public.  De  même,  si   votre   eau   du   robinet   est   excessivement   chargée   en   nitrates,   c’est   bien   un   organisme   investi  d’une  mission  de  service  public  qui  vous  l’a  fournie.   Comme   on   le   voit,   le   Défenseur   des   droits   ne   va   pas   demeurer   inerte   et   risque   de   s’étoffer  au  fur  et  à  mesure  des  saisines  et  auto-­‐saisines.  De  rang  constitutionnel,  il  est  là   pour  s’inscrire  dans  la  durée.  La  gratuité  (  prévue  par  la  Loi  organique  )  de  sa  saisine   viendra  augmenter  le  risque  de  contentieux  dilatoire  effectué  au  détriment  de  la  bonne   marche  de  l’entreprise.   En  conservant  en  mémoire  les  prérogatives  des  institutions  que  le  Défenseur  des  droits   a  remplacées,  on  peut  songer  posément  à  la  phrase  :  «  Et  si  le  mieux  était  l’ennemi  du   bien  ».   Si   cet   édifice   supposé   renforcer   les   droits   n'a-­‐t-­‐il   pas   déjà   contribué   à   augmenter   les   risques  de  confusion  pour  l'Etat  et  la  Nation  ?    
    •   70                 XIX   La  CNIL  et  le  chef  d'œuvre  en  péril.       La  Commission  nationale  informatique  et  libertés  a  34  ans  puisqu'elle  est  issue  d'une  Loi   de  1978.  En  pleine  force  théorique  de  l'âge,  le  citoyen  et  le  chercheur  ne  peuvent  que   constater  que  certains  pans  de  ses  compétences  sont  imparfaitement  accomplis  et  que   bien   des   questions   se   posent   quant   à   l'avenir   concret   des   méthodes   et   travaux   de   la   CNIL.     Les   tâches   de   la   CNIL   sont   immenses   et   l'objet   de   cette   contribution   n'est   pas   de   stigmatiser  le  travail  au  quotidien  des  160  personnes  qui  la  composent.  Notre  propos  est   fondé  sur  une  approche  déterminée  des  Libertés  publiques  ou  individuelles  et  sur  une   expérience  acquise  tant  auprès  de  particuliers  que  d'entreprises.   Si  l'immense  René  Cassin  (  directeur  juridique  de  la  France  Libre  et  inspirateur  de  la   Déclaration  des  Droits  de  l'Homme  de  1948  )  était  encore  parmi  nous,  il  ne  pourrait  que   valider  notre  titre  emprunté  à  une  ancienne  et  célèbre  émission  de  télévision.   Oui,  la  CNIL  fait  son  travail.  Non,  elle  ne  peut  assumer  pleinement  son  rôle  de  protection   des  citoyens  de  France  faute  de  moyens  humains,  techniques  et  juridiques.   Le  droit  à  l'oubli  numérique   A  ce  stade,  il  faut  prendre  quelques  exemples.  Si  vous  décidez  de  clôturer  votre  compte   Facebook,   la   procédure   est   assez   aisée   et   semble   irréversible   et   définitive.   Or,   si  
    •   71   quelques  mois  après  (  ndlr  :  mois  ),  vous  souhaitez  vous  connecter  avec  votre  adresse   mail  et  votre  mot  de  passe,  Facebook  vous  adresse  un  message  de  remerciements  pour   avoir  rejoint  à  nouveau  la  communauté  où  vous  retrouvez  bien  évidemment  toutes  vos   données   comme   si   vous   n'étiez   jamais   parti.   Cet   exemple   qui   concerne   nos   vies   mais   surtout  celles  de  nos  adolescents  pose  de  manière  éclatante  la  question  dite  du  droit  à   l'oubli.  En  d'autres  termes,  si  vous  décidez  de  cesser  toutes  relations  commerciales  ou   autres   avec   des   réseaux   sociaux,   combien   de   temps   ont-­‐ils   le   droit   de   conserver,   de   commercialiser   (   ?   ),   vos   données   personnelles   et   vos   opinions   exprimées   sur   le   Président  Obama  ou  Poutine  ?  Sans  parler  bien  entendu  d'opinions  plus  intimes  encore   touchant  à  votre  sphère  relationnelle  proche  voire  vraiment  personnelle.   Sur   ce   sujet,   la   Commissaire   européenne   aux   droits   fondamentaux   Viviane   Reiding   a   proposé  un  avant-­‐projet  (  le  25  Janvier  2012  )  relatif  au  "droit  à  l'oubli  numérique"  mais   connaissant   les   rouages   de   l'Union,   il   y   a   fort   à   craindre   qu'il   n'aboutisse   à   un   texte   contraignant  qu'en  2014  voire  2015  du  fait  des  délais  de  transposition  en  droit  national.   Sur   ce   sujet   du   droit   à   l'oubli,   il   y   a   péril   pour   nos   Libertés   publiques   et   la   CNIL   s'apparente  davantage  à  une  officine  publique  bridée  qu'au  légitime  et  escompté  bras   armé  de  l'Etat  dans  une  matière  aussi  sensible.   Si   la   CNIL   parait   bridée   sur   ce   droit   à   l'oubli   face   à   des   méga-­‐sites   lointains,   elle   a   positivement  œuvré  en  étant  aux  côtés  de  citoyens  dont  les  noms  avaient  été  conservés   trop  longtemps  dans  le  STIC  ou  carrément  cité  à  tort  dans  JUDEX.  Comme  on  le  constate,   le  bilan  est  contrasté.   Il  faut  toutefois  noter  que  dans  son  rapport  annuel  2011  (  présenté  le  10  Juillet  2012  ),   la  CNIL  rapporte  l'existence  de  5738  plaintes  (  soit  19%  de  plus  qu'en  2010  )  et  que  le   droit   à   l'oubli   représente   désormais   1000   plaintes   soit   une   augmentation   de   42%   au   regard   de   l'année   précédente.   Loin   d'être   un   simple   appel   vertueux   aux   Libertés   publiques,  cette  contribution  est  un  vif  plaidoyer  pour  que  les  choses  changent.   Les  mails  répétitifs  et  indésirables  :   De  la  même  manière  que  le  droit  à  l'oubli  est,  pour  l'instant,  une  chimère  pour  le  citoyen   lambda,   nous   avons   tous   expérimenté   le   cas   de   mails   indésirables   et   répétitifs.   Avec   application   digne   d'un   écolier,   nous   demandons   à   être   désinscrits   :   le   fameux   "   unsuscribe  "  alors  même  que  nous  n'avions  rien  souscrit  (  ...).   Moins  de  quinze  jours  après,  généralement,  le  même  fournisseur  réapparait  dans  votre   listes  de  réception  de  mails  parfois  en  ayant  le  cynisme  de  rappeler  que  vous  pouvez   saisir  la  CNIL  en  cas  de  difficultés.  A  titre  d'échantillonnage,  si  vous  recevez  une  dizaine   de  mails  indésirés  par  jour,  cela  revient-­‐il  à  dire  que  vous  devez  saisir  la  CNIL  dix  fois   par  jour  ?    Il  est  urgent  de  doter  la  CNIL  de  serveurs  capables  de  traiter  ce  marketing   sauvage  et  de  sanctionner  les  contrevenants  les  plus  omniprésents  :  à  défaut,  la  gêne   réelle   de   tout   un   chacun   continuera   tel   un   tapage   informatique   aussi   polluant   qu'un   tapage  nocturne.   La  divulgation  de  données  personnelles     Le  nombre  de  plaintes  concernant  cette  divulgation  inopportune  a  augmenté  de  27%   entre  2010  et  2011  :  elles  visent  l'accès  indu  au  numéro  de  sécurité  sociale,  aux  revenus   des  salariés,  etc.  Autant  d'informations  loyalement  qualifiables  de  confidentielles  et  qui   rentrent   typiquement   dans   le   champ   de   compétences   de   la   Loi   n°78-­‐17   du   6   Janvier  
    •   72   1978  modifiée  le  6  Août  2004  qui  assigne  à  la  CNIL  un  rôle  majeur  de  protection  des   libertés  individuelles  ou  publiques.   De  surcroît,  l'évolution  technique,  la  marche  accélérée  vers  les  nano-­‐technologies  vont   étendre   l'univers   des   possibles   en   matière   de   violations   législatives.   Ce   point   est   d'ailleurs  un  des  thèmes  centraux  du  livre  de  l'ancien  Sénateur  et  ancien  Président  de  la   CNIL  :  Alex  Türk  (  in  "La  vie  privée  en  péril,  des  citoyens  sous  contrôle  "  Odile  Jacob,   2011   ).   Convenons   que   face   à   ce   bond   en   avant   technologique   dont   nous   profiterons   dans  un  usage  quotidien  (  super-­‐smartphones,  etc  ),  il  y  a  aura  une  face  cachée  porteuse   de  risques  non  négligeables.   L'e-­‐réputation   Sur  ce  site,  la  CNIL  elle-­‐même  s'est  exprimée  il  y  a  un  peu  moins  d'un  an  (  25  Août  2011   )  sur  le  sujet  de  l'e-­‐réputation  et  après  avoir  exposé  pédagogiquement  les  enjeux,  elle   conseillait   alors   aux   lecteurs   de   recourir   à   "   ma   présence   sur   le   web"   inventé   par   Google...   Plus  préoccupante  était  la  formulation  du  paragraphe  consacrée  aux  réclamations  :  "  /.../   la   CNIL   pourra   intervenir   à   l'appui   de   sa   demande   auprès   du   responsable   du   site   en   veillant  à  ce  qu'une  réponse  soit  apportée.  Si,  malgré  tout,  le  webmaster  refuse  par  écrit   de  donner  une  suite  favorable  à  la  demande,  il  faudra  s'adresser  à  la  Justice  ".  Plus  loin,  "   il  peut  s'avérer  très  difficile  de  contraindre  un  site  à  retirer  du  contenu,  surtout  si  celui-­‐ ci  est  hébergé  hors  de  l'Union  européenne  ".  Objectivement  tout  ceci  est  exact  mais  feu   René  Cassin  ou  l'éminent  Doyen  Georges  Vedel  l'aurait-­‐il  accepter  ?   Sur  ce  point,  un  constat  de  carence  doit  être  établi  :  il  ne  vise  pas  la  CNIL  mais  le  champ   de  ses  prérogatives  définies  par  le  Parlement.  Sur  la  route,  il  y  a  des  gendarmes  et  des   radars.  Pourquoi  la  France  n'aurait-­‐elle  pas  un  organisme  d'Etat  chargé  de  nettoyer  les   choses  alors  que  de  modestes  PME  proposent  et  vendent  ce  service  de  nettoyage  d'e-­‐ réputation   ?   L'inertie   publique   masque   maladroitement   la   gêne   pour   des   milliers   (   millions  ?  )  d'usagers  d'internet.  Est-­‐ce  bien  pertinent  ?   Les  cookies  et  l'opt-­‐in   Les   cookies   sont   assimilables   à   des   fichiers   de   taille   limitée   qui   facilitent   le   suivi   de   l'utilisateur  sur  un  site  donné.  Ils  sont  précieux  en  matière  de  marketing  personnalisé  et   de  datamining.  Une  ordonnance,  qui  date  d'environ  un  an,  (  Ordonnance  n°2011-­‐1012   du  24  Août  2011  )  a  eu  pour  objet  de  transposer  en  droit  national  les  directives  Paquet   Telecom  et  a  élargi  les  compétences  de  la  CNIL.  Par  la  modification  de  l'article  32  de  la   Loi   de   1978,   il   est   désormais   rendu   obligatoire   que   l'internaute   donne   son   accord   préalable  à  la  création  de  cookies  le  concernant  :  ce  dispositif  est  dit  :  système  "  opt-­‐in".   Des   dérogations   à   cette   obligation   sont   prévues   et   trouvent   à   s'exercer   lorsque   les   cookies   sont   "   strictement   nécessaires   à   la   fourniture   d'un   service   expressément   demandé  par  l'internaute  ".  Les  dérogations  ont  parfois  bon  dos  :  combien  d'entre  nous   ont-­‐ils  été  appelés  à  donner  un  accord  préalable  depuis  fin  Août  2011  ?    On  pressent   aisément  que  la  qualité  extensive  de  la  rédaction  des  dérogations  de  l'article  32  permet   à  l'industrie  du  web  d'agir  quasiment  comme  bon  lui  semble.   "   Le   maintien   de   l'utilisation   de   cette   technique   des   cookies   devrait   passer   par   l'application  des  principes  habituels  de  la  protection  des  données;  il  ne  devrait  pas  être   possible  d'inscrire  une  information  sur  le  disque  dur  d'un  utilisateur  sans  qu'il  en  soit   averti,   sans   qu'il   puisse   s'y   opposer   et   sans   qu'il   puisse   en   connaître   la   teneur   de  
    •   73   manière  intelligible  ".  Cette  déclaration  formelle  et  ô  combien  idoine  est  issue  de  la  page   36   d'un   document   fort   respectable   :   "   Les   études   du   Conseil   d'Etat,   Internet   et   les   réseaux  numériques,  1998  "  (  La  Documentation  française  "  ).   Vingt   ans   après   le   Rapport   Nora-­‐Minc   sur   l'informatisation   et   treize   ans   avant   l'Ordonnance   précitée,   ses   lignes   n'ont   pas   vu   leur   aspect   potentiellement   impératif   suivi   d'effets.   Dans   une   Nation,   quand   une   Institution   comme   le   Conseil   d'Etat   n'est   guère  écoutée  par  le  Parlement,  l'Exécutif  et  bien  d'autres,  il  y  a  des  problématiques  à   soulever  qui  relèvent  de  Tocqueville  et  même  de  Montesquieu.   La  vidéosurveillance     La  CNIL  a  vu  ses  pouvoirs  accrus  pour  ce  qui  concerne  la  vidéosurveillance  (  Loi  LOPPSI   2  du  14  Mars  2011  )  mais  elle  est  –  hélas  –  confrontée  à  des  difficultés  concrètes  issues   de  jurisprudences  quasi-­‐contradictoires  selon  les  Chambres  de  la  Cour  de  Cassation.  La   chambre  criminelle  a  estimé  que  des  enregistrements  vidéos  constituaient  un  moyen  de   preuve  dans  une  affaire  de  vol  de  la  part  d'un  employé  (  Arrêt  du  6  avril  1994  )  là  où  la   chambre   sociale   estiment   illicites   de   telles   pratiques   si   elles   sont   réalisées   sans   information  préalable  des  salariés  (  Arrêt  du  20  novembre  1991  ).   Allant   plus   loin,   l'arrêt   de   la   Chambre   sociale   rendu   le   10   Janvier   2012   exige   non   seulement  l'information  préalable  des  salariés  mais  aussi  le  futur  usage  qui  sera  fait  par   l'employeur   d'un   tel   système   de   vidéosurveillance.   En   revanche,   le   dispositif   jurisprudentiel  est  plus  souple  pour  ce  qui  concerne  la  surveillance  et  la  sécurité  des   abords  de  l'entreprise.   Google  et  le  droit  à  l'oubli  informatique  et  visuel     Point  d'actualité,  il  a  été  récemment  dévoilé  que  Google  avait  écrit  à  la  CNIL  début  Juillet   afin  de  l'informer  que  l'intégralité  des  données  collectées  par  ses  "Google  cars  "  pour  son   outil   "Street   View"   n'avaient   effectivement   pas   été   totalement   "   supprimées   pour   l'instant  ".  Sur  ce  sujet,  la  CNIL  se  veut  incisive  et  réclame  d'examiner  les  données  avant   leur  suppression.  Il  faut  se  souvenir  que  depuis  ces  véhicules,  Google  avait  eu  accès,  à   l'insu  des  personnes  concernées,  "  à  des  données  dites  de  contenu  (  identifiants,  mots  de   passe,  données  de  connexion,  échanges  de  courriels  )  "  (  source  CNIL  )  ce  qui  lui  avait   valu  en  Mars  2011  une  amende  de  100000  Euros.   Au  regard  du  bilan  de  Google  et  de  la  gravité  des  faits  avérés,  on  se  croirait  face  à  une   amende  pour  stationnement  :  ici,  la  CNIL  est  loin  de  la  lucidité  juridique  et  financière  de   l'Autorité  des  Marchés  Financiers  ou  de  l'Autorité  de  la  Concurrence.   Composée   d'éminentes   personnalités   dont   le   méthodique   et   rigoureux   sénateur   de   la   Nièvre  Gaëtan  Gorce  ou  Madame  Claire  Daval  (  Présidente  de  la  formation  contentieuse   ),  il  faut  former  le  vif  espoir  que  les  sanctions  soient  à  l'aune  des  écarts  à  la  Loi.   Vers  la  constitutionnalisation  ?   La  CNIL  souhaite  que  certains  des  éléments-­‐clefs  qui  fondent  son  action  soient  inscrits   dans  la  Constitution.  En  première  approche,  l'adhésion  à  cette  initiative  semble  acquise.   Puis,  en  travaillant  la  question,  on  découvre  plusieurs  difficultés.   La   première   est   très   simple   :   si   la   CNIL   a,   pour   partie,   l'acquiescement   quant   à   une   constitutionnalité   de   son   dispositif,   pourquoi   l'analogie   ne   serait-­‐elle   pas   poursuivie   avec  l'AMF  ou  l'Autorité  de  Contrôle  prudentiel  ou  d'autres  ?  
    •   74   La  deuxième  est  plus  complexe  :  Madame  la  Professeur  émérite  Danièle  Lochak  a  écrit   dès   1990   dans   "   Après-­‐demain   "   :   "   L'expérience   montre   que   les   règles   n'offrent   par   elles-­‐mêmes  que  des  garanties  limitées  :  l'ensemble  du  système  mis  en  place  en  1978   repose   sur   le   "postulat   démocratique   ",   c'est-­‐à-­‐dire   sur   le   postulat   d'une   application   loyale   des   textes   par   les   parties   prenantes   dont   l'Administration   ".   Donner   valeur   constitutionnelle   à   des   fragments   de   l'activité   de   la   CNIL,   c'est   s'offrir   davantage   un   plaisir  médiatique  qu'un  renforcement  de  la  sécurité  juridique  de  notre  Nation.   Troisième  difficulté,  si  des  vents  porteurs  devaient  permettre  à  ce  projet  d'intégration   explicite   au   bloc   de   constitutionnalité   d'être   sur   le   point   d'aboutir,   il   faudrait   se   retourner  vers  des  experts  en  droit  constitutionnel.  L'exceptionnel  Doyen  Georges  Vedel   nous  a  quittés  il  y  a  exactement  dix  ans.  Dans  les  hommages  prononcés  le  6  Juin  2002,   l'ancien   membre   du   Conseil   constitutionnel,   le   Professeur   François   Luchaire,   indique   que   c'est   Georges   Vedel   qui   "   a   inauguré   une   pratique   consistant   à   auditionner   des   personnalités   donnant   leur   sentiment   sur   la   constitutionnalité   des   lois   soumises   au   Conseil  "  (  in  Revue  française  de  Droit  constitutionnel,  numéro  hors-­‐série  2004,  page  47   ).  Fort  de  cette  information  discrète,  nous  estimons  qu'une  éventuelle  Loi  traitant  des   fondements   constitutionnels   de   l'action   de   la   CNIL   devrait   être   soumise,   avant   promulgation,   au   Conseil   constitutionnel   par   le   Président   de   la   République   sur   le   fondement  de  l'article  61.   Pour  notre  part,  nous  aurions  une  préférence  pour  que  les  souhaits  actuellement  émis   par  la  CNIL  ne  passent  pas  par  l'inscription  au  sein  de  la  Constitution  mais  rejoignent   formellement   les   PGD   :   principes   généraux   du   Droit.     On   connait   l'opposition   de   M.   Waline   qui   écrivait   en   1958   :   "   Pourquoi   invoquer,   les   principes   non   écrits   du   droit,   lorsque   ces   principes   sont   écrits   noir   sur   blanc   dans   le   plus   élevé   de   nos   textes,   la   Constitution   elle-­‐même   ?   "     Face   à   cette   école   juridique,   le   Conseil   d'Etat   a   toujours   préféré  fonder  ses  décisions  à  partir  des  PGD  (  voir  le  célèbre  arrêt  Barel  de  1954  )  afin   de  pouvoir  adapter  l'application  de  ceux-­‐ci  avec  la  souplesse  requise  par  le  cas  d'espèce.   Les  PGD  étant  reconnus  comme  ayant  une  valeur  infra-­‐législative  et  supra-­‐décrétale  (   Arrêt  Syndicat  général  des  ingénieurs-­‐conseils  du  26  Juin  1959  ),  il  y  aurait  déjà  là  une   marge  de  manœuvre  constructive  pour  la  CNIL.   Nous   sommes   convaincus   qu'introduire   des   problématiques   de   la   CNIL   dans   la   Constitution  reviendrait  à  rendre  bancales  certaines  décisions  et  ainsi  générer  un  flux  (   pour  ne  pas  dire  un  flot  )  de  QPC  :  question  prioritaire  de  constitutionnalité.     Selon  la  Cour  des  Comptes,  la  France  doit  trouver  33  milliards  d'économies  budgétaires   en  2013  pour  respecter  ses  engagements  européens.  Le  budget  de  la  CNIL  était  de  15,8   millions   d'Euros   en   2011   pour   160   personnes.   Au   regard   des   défis   que   cette   contribution  a  évoqués  (  qui  complète  l'annexe  unique  de  notre  ouvrage  "  Crise  et  libres   contributions  économiques  "  :  "La  C.N.I.L  face  à  une  probabilité  de  QPC  :  où  se  dira  le   droit  ?  "  ),  il  nous  semble  que  l'épaisseur  du  blindage  de  la  CNIL  est  à  renforcer  sur  le   plan  du  droit  et  des  moyens.  Que  l'on  trouve  dix  millions  "ailleurs"  doit  quand  même   être  possible  et  convenons  qu'une  CNIL  dotée  de  25  millions  et  de  moyens  juridiques   plus  affirmés  serait  gage  d'éloignement  du  risque  de  délabrement  de  l'édifice.   En   respectant   les   femmes   et   les   hommes   de   la   CNIL   de   2013,   nous   confirmons   –   en   conclusion   –   le   fruit   de   notre   analyse   :   si   rien   n'est   fait,   la   technologie   permettra   de   contourner  le  dispositif  français  et  donnera  à  un  Préfet  virtuel  la  capacité  de  signer  un   arrêté  de  péril.    
    •   75   Comme   le   disait   une   des   références   en   matière   de   Libertés   publiques,   le   Doyen   Jean   Rivero,  "  lors  d'une  garde  à  vue,  il  y  a  toujours  une  difficulté  prétendue  d'identifier  les   auteurs   de   sévices   commis   ".     Puisse-­‐t-­‐il   en   être   autrement   lorsque   des   sévices   non   corporels   (   détournement   de   fonds,   usurpation   d'identités,   violation   du   secret   des   correspondances,  etc  )  tenteront  d'atteindre  l'internaute  du  Morvan  ou  du  Morbihan.   Voire  l'Etat  lui-­‐même  dans  des  cyber-­‐attaques  venues  de  l'extérieur.    
    •   76                                  
    •   77   XX   2012-­‐2015  :  vers  un  calendrier  infernal       La   presse   a   récemment   largement   titré   sur   les   cinq   années   de   la   crise   économique   (   2008-­‐2013   )   et   aucun   analyste   n’a   sombré   dans   l’optimisme   pour   les   mois   à   venir.   Autrement   dit,   nul   n'a   avancé   de   date   de   sortie   de   crise   ou   d'amorce   de   reprise   économique.  Sans  alimenter  de  fausses  inquiétudes,  il  est  toutefois  requis  de  scruter  la   ligne  d’horizon  et  de  réfléchir  posément  sous  un  terme  de  trois  ans.   Dans  les  grandes  firmes  privées,  les  plans  stratégiques  sont  calés  sur  des  périodes  de   temps   allant   de   3   à   5   ans.   De   même,   l’Etat   –   par   sa   politique   structurante   d’infrastructures  publiques  est  à  la  tête  de  programmes  pluriannuels  –  et  en  début  de   quinquennat  a  forcément  un  horizon  sinon  dégagé  du  moins  à  moyen  terme.   Rémanence  et  habitus     Avant  de  tenter  un  exercice  à  dominante  conjoncturelle  et  prospective,  il  faut  répéter  la   distinction  qui  réside  entre  les  sciences  économiques  et  l’économie  politique  comme  l’a   toujours  fait  Raymond  Barre.  Pour  nous,  on  ne  peut  en  effet  valablement  dissocier  une   réflexion   conjoncturelle   d’une   prise   en   compte   des   interactions   sociales   que   la   crise   génère.   L'époque  présente  démontre  en  effet  déjà  avec  certitude,  à  tout  observateur  attentif  et   patient,  la  pertinence  de  certains  écrits  déjà  anciens  de  Michel  Foucault  :  "Désormais,     les    identités    ne    se    définissent    plus    par    des    positions  mais    par    des    trajectoires  ."       La   crise   actuelle   est   d'abord   et   sera,   a   minima   pour   la   décennie   à   venir,   inflexion   de   trajectoires  humaines.    Inflexion  de  niveau  de  vie  pour  ceux  qui  souffrent.     Inflexion  de  conditions  d'exercice  professionnel  et  matérialisation  de  la  peur  déjà  très   répandue  du  déclassement  social.   A  côté  de  cette  inflexion  tangible  et  objective,  il  y  a  la  perception,  par  le  corps  social  de  la   vigueur   de   la   crise  :   il   y   a   ce   nuage   de   souvenirs   qui   circule,   selon   les   neurosciences,   quelque  part  en  chacun  d’entre  nous.   Selon  notre  définition  –  à  valeur  micro-­‐économique  –  les  souvenirs  sont  constitués  d'un   ensemble  non  maîtrisable  en  conscience  de  faits  et  chiffres  qui  sont  assez  puissants  dans   notre  mémoire  pour  inféoder  certaines  de  nos  actions,  pour  conditionner  –  à  raison  ou   hélas  à  tort  -­‐  notre  "  univers  des  possibles  "  pour  prendre  un  terme  de  programmation   linéaire.     Plus   fondamentalement,   cette   notion   nommée   rémanence   se   définit   comme   "   le   phénomène   par   lequel   la   sensation   visuelle   subsiste   pendant   un   court   instant   après   la   disparition  de  l'excitation  objective  (  phénomène  qui  permet  l'existence  du  cinéma  )  "   (  in  le  Dictionnaire  culturel  en  langue  française  /  Le  Robert  ).     Les  publicitaires  ont  bâti  des  succès  et  des  fortunes  (  David  Ogilvy  )  sur  l’appropriation   de  la  rémanence.  
    •   78     Quand   la   pensée   est   perturbée   et   loin   de   l’homo   economicus   théorique,   il   faut   comprendre  qu'elle  est  productrice  à  l'excès  de  biais  cognitifs  (  cf.  Daniel  Kahneman  )  ce   qui,   en   matière   de   crise   produit   des   effets   difficiles   à   intégrer   dans   les   modèles   de   prévision.     Quand   on   songe   que   les   «  stress  tests  »  effectués  sur  les  banques  en  2010  en  Europe   n’ont   pas   intégré   le   risque   de   défaut   de   paiement   –   même   partiel   –   sur   dettes   souveraines,  on  voit  à  quel  point  notre  représentation  analytique  ex  ante  peut  altérer  la   pertinence  d’un  exercice  de  prévision.     Nous  posons  donc  la  rémanence  comme  une  donnée  essentielle  à  la  compréhension  des   trois  années  à  venir.  Un  exemple  ?  Le  taux  d’épargne  des  ménages  n’a  jamais  été  aussi   élevé  et  tout  le  monde  s’accorde  à  recourir  au  terme  d’épargne  de  précaution.  Preuve   irréfragable  que  nos  concitoyens  ont  bien  enregistré  que  la  crise  était  loin  d’être  finie  et   qu’il  fallait  «  mettre  de  côté  »  pour  aider  les  jeunes  générations  ou  honorer  les  futurs   alourdissements  de  pression  fiscale.     A  côté  de  la  rémanence,  notre  analyse  nous  conduit  à  souligner  l’importance  de  la  notion   d’habitus   explorée   finement   par   feu   Pierre   Bourdieu.   Pour   ce   méritant   Professeur   au   Collège   de   France,   «  l’habitus   est   ce   que   l’on   a   acquis   et   qui   s’est   incarné   de   façon   durable  dans  le  corps,  sous  forme  de  dispositions  permanentes  ».     L’habitus   recouvre   les   apprentissages   sociaux   (   famille   et   milieu   social,   éducation,   collectifs  de  travail  )  et  fonctionne  comme  une  «  matrice  de  perceptions,  d’appréciations   et  d’actions  »  (  in  Esquisse  d’une  théorie  de  la  pratique  ).     Pour  être  concret,  la  rémanence  est  prépondérante  quand  vous  pensez  à  votre  voisin  qui   cherche  du  travail  depuis  près  de  deux  ans  là  où  l’habitus  vous  fait  vous  positionner  par   rapport   à   vos   parents   et   vous   poser   des   questions   de   mobilité   sociale   intergénérationnelle.     Ce  qui  est  sincèrement  préoccupant,  c’est  que  l’intensité  et  l’étirement  dans  le  temps  de   la   crise   de   2008   placent   nombre   d’entre   nous   dans   des   dispositions   d’esprit   où   la   rémanence   conduit   à   de   forts   niveaux   de   stress   et   l’habitus   au   développement   d’une   mésestime  de  soi.     2013  n’est  pas  finie     Il   est   assez   surprenant   de   voir   des   analystes   considérer   que   2013   est   un   peu   «  game   over  »  alors  même  que  les  trois  premiers  mois  ont  confirmé  brutalement  un  mauvais   basculement  de  conjoncture.     Si  l’on  peut  imputer  la  récession  qui  existe  en  Espagne  ,  en  Italie  et  -­‐  hélas  lourdement  -­‐   en   Grèce   aux   politiques   de   rigueur,   nul   ne   s’attendait   à   des   chiffres   faibles   pour   le   Royaume-­‐Uni  et  l’Allemagne  tandis  que  la  France  cultive  une  croissance  zéro  ou  voisine   de  l'atonie.     La  Banque  de  France,  elle-­‐même,  prévoit  un  recul  de  l'activité  pour  2013.  
    •   79     D’ici  fin  2013,  il  est  réaliste  et  assez  urgent  de  poser  que  le  mouvement  de  récession   aura  atteint  toute  l’Europe  de  l’Ouest  ce  qui  a  quatre  conséquences  pour  notre  pays.     Première   conséquence,   à   zéro   pourcent   de   croissance   voire   en   récession,   la   France   risque  de  détruire  des  milliers  d’emplois  et  il  n’est  pas  illusoire  de  retenir  un  chiffre  de   350000  chômeurs  additionnels  en  2013.     Deuxième  conséquence,  une  telle  déflagration  consécutive  au  million  de  chômeurs  que   la  crise  a  déjà  provoqué  va  dérégler  toute  une  partie  du  tissu  économique  :  disparition   de   sous-­‐traitants,   plans   sociaux   massifs   dans   les   grandes   firmes.   Ceci   n’est   pas   gage   d’efficacité   collective   et   donc   de   gains   nets   de   compétitivité   d’autant   que,   comptablement,  les  coûts  de  licenciements  affecteront  précisément  les  comptes  de  2013   ce   que   les   Assemblées   Générales   et   autres   «  road-­‐shows  »   du   premier   semestre   2014   auront  à  analyser.     Troisième   conséquence,   en   matière   d’effort   de   discipline   des   finances   publiques,   l’objectif   de   réussir   à   améliorer   notre   situation   de   33   milliards   d’Euros   comme   le   préconisait   vivement   le   rapport   de   la   Cour   des   comptes   remis   par   Monsieur   Didier   Migaud  au  Premier  ministre  début  Juillet  2012  va  se  heurter  au  principe  de  réalité  et  à  la   correction  sévère  du  taux  de  croissance  initialement  escompté  pour  2013.     Chacun   sait   bien   que   moins   de   croissance,   c'est   encore   plus   d'effort   pour   obtenir   les   engagements  pris  en  matière  de  déficits  publics     Collectivement,  nous  serions  enthousiastes  de  réussir  à  atteindre  un  taux  de  1,5%  mais   la  quête  de  sincérité  oblige,  dès  ce  jour,  à  affirmer  que  la  France  ne  sera  peut-­‐être  même   pas  en  mesure  d’atteindre  le  tiers  de  ce  chiffre.     Dès   lors   que   les   rentrées   fiscales   –   notamment   d’impôt   sur   les   sociétés  :   variable   particulièrement  fluctuante  –  seront  moindres  du  fait  de  la  vague  récessive,  on  imagine   le  casse-­‐tête  pour  le  dynamique  ministre  du  budget  Jérôme  Cahuzac.  A  trop  alourdir  la   charge  fiscale  pour  combler  le  manque  à  gagner,  on  déclencherait  une  récession  auto-­‐ entretenue.   A   ne   rien   faire   –   ce   qui   n’est   pas   le   style   de   cet   ancien   chirurgien   –   on   s’éloignerait  de  nos  engagements  européens.     Quatrième  conséquence,  notre  secteur  bancaire  est    -­‐  disons  –  convalescent    et  malgré   les   liquidités   injectées   par   la   BCE   (   qui   a   doublé   la   taille   de   son   bilan   en   trois   ans   ),   l’économie   productive   et   les   ménages   ont   des   difficultés   de   financement.   Une   entrée   claire   en   récession   va   renforcer   la   sélectivité   bancaire   et   compliquer   encore   plus   la   tenue  de  l’appareil  productif.     2014  filleule  de  2013     Le   mouvement   récessif   européen   se   poursuivra   et   dès   lors   les   stabilisateurs   sociaux   vont  engendrer  des  coûts  supplémentaires  pour  la  Puissance  publique.  Autrement  dit,   moindres  rentrées  fiscales  et  alourdissements  des  budgets  sociaux  (  Etat,  départements   )  iront  logiquement  de  pair.    
    •   80   En  géopolitique,  l’élection  américaine  (  investiture  début  2013  )  ne  changera  guère  de   choses  puisque  la  réélection  du  Président  Obama  en  novembre  2012  s'est  accompagnée   d'une  victoire  républicaine  à  la  Chambre  des  Représentants.     L’entrée  de  la  Russie  dans  l’OMC  (  Organisation  mondiale  du  commerce  )  qui  est  une   nouvelle   favorable   n’aura   pas   encore   porté   ses   fruits   tandis   que   la   Chine,   en   ralentissement  économique  et  en  transition  politique,  n’aura  pas  de  regards  particuliers   pour  la  zone  Euro  sauf  pour  y  réaliser  des  achats  opportunément  servis  par  la  décote   des  entreprises.     2014   sera   donc   aussi   une   année   rude   sauf   si   on   reprend   les   fondamentaux   du   capitalisme  et  que  l’on  se  souvient  que  les  crises  sont  une  épreuve  pour  les  faibles  mais   une  source  d’opportunités  pour  les  forts.  Prenons,  à  titre  d’exemple,  la  belle  opération   de  la  BNP  lors  de  son  rachat  de  Fortis.     Autrement  dit,  ce  qui  pourrait  modifier  la  donne  dans  la  sphère  productive  devrait  venir   d’une  reprise  du  mouvement  de  concentration  particulièrement  dans  les  banques  et  les   assurances   où   la   dépréciation   sincère   des   actifs   (   appelée   de   ses   vœux   par   Monsieur   Daniel  Lebègue  en  sa  qualité  de  Président  de  l’Institut  Français  des  Administrateurs  )  va   être  un  moment  rugueux.     2015  arc  en  ciel  ou  fumerolles  ?     Nous  pensons,  après  examen  de  nombreux  paramètres,  que  nous  nous  situons  dans  une   crise  qui  relève  du  cycle  de  Juglar  autrement  dit  que  les  difficultés  peuvent  s’étendre  de   7  à  10  ans.     En  calant  le  point  de  départ  en  2007  (  crise  des  subprimes  et  de  «  l’overdraft  economy  »   ),   on   pourrait   estimer   que   2015   pourrait   être   le   début   d’un   arc   en   ciel   du   fait   de   la   gestion  –  enfin  maîtrisée  –  de  la  crise  de  l’euro  et  du  fait  que  les  nouvelles  technologies  (   biotechnologies,  automobile,  domotique,  communications,  etc  )  vont  générer  un  flux  de   croissance  que  Schumpeter  a  traditionnellement  décrit  et  analysé.     A   titre   personnel,   l’idée   d’un   rebond   de   la   croissance   par   l’irruption   de   produits   nouveaux  est  notre  point  d’entrée  en  2015.  Autrement  dit,  ces  produits  ne  seront  pas   assez   bien   placés   en   2014   mais   auront   décollé   (   sur   la   courbe   du   cycle   de   vie   de   Raymond  Vernon  )  en  2015.     Mais,  à  côté  de  cette  lumière  verte,  on  note  encore  bien  des  aléas  qui  peuvent  faire  que   2015  soit  l’année  où  les  fumerolles  du  volcan  commenceront  à  être  visibles.     Cinq  remarques  visant  notre  Europe  :  2014-­‐2015     Nous  pouvons  avoir  échoué  à  bâtir  une  zone  monétaire  optimale  issue  des  travaux  de   Gunnar  Mundell  et  chère  à  l’éminent  Christian  Saint-­‐Etienne.     Nous  pouvons  être  confrontés  à  une  crise  du  financement  public  du  fait  de  paramètres   d’évolution   négative  :   voir   travaux   d’Hippolyte   d’Albis   sur   le   coût   de   la   longévité   (   dépendance  )  et  importance  des  budgets  sociaux  anti-­‐crise.  
    •   81     Nous  pouvons  voir  le  pilier  fondamental  de  la  croissance  française,  à  savoir  la  demande   intérieure,  (  par  opposition  aux  exportations  et  aux  commandes  publiques  )  demeurer   faible  du  fait  de  l’effet  Modigliani-­‐Duesenberry.  Ils  ont  démontré  que  la  consommation   nationale   au   temps   (t)   dépend   bien   entendu   du   revenu   au   temps   (t)   mais   aussi   des   revenus   du   proche   passé.   Le   lecteur   retrouve   ici   notre   attachement   intellectuel   aux   notions   de   rémanence   et   d’habitus   qui   pourraient   avoir   pour   conséquence   de   nous   placer  face  à  une  demande  modérée.     Nous   avons,   pour   l’instant,   des   taux   bas   et   une   politique   expansionniste   monétaire   semble  se  profiler  à  Francfort.  Pour  l’heure,  ce  hiatus  entre  les  injections  de  liquidités  et   leur   non-­‐arrivée   dans   le   circuit   productif   nous   incite   à   penser   que   l’on   retrouve   la   propension  pour  la  liquidité  et  la  thésaurisation  décrite  par  Keynes  lorsque  la  faiblesse   des   taux   nous   place   dans   la   «  trappe   à   liquidités  ».   Ce   phénomène   nous   semble   aussi   important   à   juguler   que   les   déficits   publics   nominaux   car   il   nous   écarte   du   chemin   vertueux  de  la  croissance.     Nous  sommes  convaincus  que  la  crise  qui  va  reprendre  de  l’énergie  du  fait  de  l’ampleur   géographique   et   quantifiée   de   la   récession   va   nous   contraindre   à   réviser   bien   des   schémas.   Il   y   a   dix   ans,   une   telle   contribution   ne   vous   aurait   pas   entretenu   de   rémanence.     D’une   crise,   il   sort   des   citoyens   usés   et   largement   éprouvés   mais   aussi   des   gens   innovants   et   bâtisseurs   comme   le   furent   Henri   Lachmann,   Claude   Bébéar,   Michel   Pébereau  ou  Antoine  Riboud.  A  ces  futurs  décideurs  de  garder  en  tête  –  voire  dans  le   cœur  –  la  phrase  de  Julles  Vallès  dans  l’Insurgé  :  «    Le  capital  mourrait  si,  tous  les  matins,   on  ne  graissait  pas  les  rouages  de  ses  machines  avec  de  l’huile  d’homme  ».     Quant  on  pense  à  l’agence  de  publicité  BDDP  des  années  80,  quand  on  pense  à  Apple  ou   Google,  il  y  a  un  management  nouveau  qui  devra  se  coaguler  avec  l’essor  de  l’innovation   dans  nos  sociétés  complexes.     D’une   crise   comme   celle   que   nous   traversons,   il   faut   aussi   savoir   déceler   les   conséquences   micro   et   macro-­‐économiques   de   ce   que   Kenneth   Boulding   a   appelé   le   «  capital  de  réciprocité  ».  Il  a  longtemps  étudié  les  rapports  sociaux  contemporains  et   relevé   que   la   logique   de   marché   n’explique   pas   tous   les   flux   d’échanges.   Il   y   a   des   solidarités   familiales,   sociales,   syndicales   qui   forment   un   ensemble   de   relations   d’échange   qui   vont   aider   nos   concitoyens   à   traverser   la   crise.   Entre   l’économie   ouvertement  souterraine  et  l’économie  de  la  main  tendue,  la  crise  apporte  son  lot  de   variables  que  les  modèles  de  prévision  n’intègrent  pas  exhaustivement.     Une  conviction  contestée  :  l’inflation     Sur   la   période   considérée,   2013-­‐2015,   nous   avons   pris   connaissance   de   nombres   d’études  qui  tendent  à  conclure  avec  netteté  que  la  déflation  sera  le  processus  dominant   à  l’instar  de  l’immobilier  espagnol,  par  exemple.    
    •   82   Après   examens   de   différents   travaux   et   d’études   reconnues,   notre   conclusion   est   divergente.   Nous   pensons   que   des   tensions   inflationnistes   vont   apparaître   pour   plusieurs  raisons.     D’abord,  tout  simplement  du  fait  du  prix  des  matières  importées  telles  que  l’énergie  et   certains  produits  manufacturés  dont  la  crise  n’affecte  pas  le  prix  nominal.     Puis,  en  vertu  de  la  théorie  des  anticipations  rationnelles,  ceux  qui  pourront  être  «  price-­‐ maker  »   comme   disait   Walras   tenteront   de   préserver   leurs   marges   voire   d’avoir   un   comportement   de   mark-­‐up   décrit   en   son   temps   par   Boyer   et   Mistral   (   école   de   la   régulation  ).  De  manière  simple,  à  peine  le  gel  est  annoncé,  que  les  salades  pourtant  déjà   récoltées  voient  leurs  prix  monter  au  marché  de  Rungis.   En   matière   de   prix,   la   crise   peut   signifier   braderie,   elle   peut   aussi   signifier   effet   d’aubaine  surtout  dans  un  pays  qui  escompte  une  pression  fiscale  plus  forte  à  (  t  +  1  ).     L’économiste  Serge-­‐Christopher  Kolm  avait  démontré  dans  les  années  80  les  conditions   de  transmission  sectorielle  de  l’inflation  :  en  reprenant  une  approché  méso-­‐économique,   nous  souscrivons  à  sa  perception.     Ainsi,  à  l’encontre  de  nombreux  contributeurs  et  analystes,  nous  estimons  que  2013  sera   l’année  de  la  slumpflation  :  terme  issu  de  l’expérience  britannique  de  la  fin  des  années   70  où  le  pays  a  du  subir  à  la  fois  la  récession  et  l’inflation.     Dans  «    Plaidoyer  pour  une  France  qui  doute  »  de  Jean  Boissonnat  (  2004  ),  l’auteur  nous   donne   des   raisons   d’optimisme   et   nous   les   partageons   par-­‐delà   les   chocs   qui   nous   attendent.     Dans  une  émission  (  «  C  dans  l’air  »    du  22  Août  2012  )  le  Professeur  Philippe  Dessertine   et  l’estimé  Jean-­‐Michel  Six  (  Economiste  en  chef  pour  l’Europe  de  l’agence  de  notation   Standard  &  Poor’s  )  sont  convenus  de  dire  que  la  solution  à  la  crise  mondiale  doit  venir   de  l’Europe  et  que  les  mois  à  venir  vont  être  décisifs.     Abondant  dans  leurs  sens,  notre  conclusion  viendra  d’Edgar  Morin  car  la  crise  est  aussi   un   défi   neuronal  :   «     Quand   on   arrive   par   des   voies   empirico-­‐rationnelles   à   des   contradictions,   cela   ne   signifie   pas   nécessairement   une   erreur   mais   l’atteinte   d’une   nappe  profonde  de  la  réalité  qui  ne  peut  pas  être  traduite  dans  notre  logique  »    (  Science   et  conscience  1990).                    
    •   83     XXI   2013  –  2015  :  "  Les  3  sorcières  "  ?         La  crise  économique  et  sociale  de  l'Occident  est  un  fait  historique  que  2012  est  venue   conforter.  A  horizon  trois  ans,  que  penser  ?    Résilience  du  système  et  reprise  tangible  ou   survenue  plausible  de  trois  sorcières  ?   Lorsqu'en  2007,  la  crise  des  subprimes  a  éclaté  aux  Etats-­‐Unis,  nul  n'aurait  pu  concevoir   qu'elle  irait  jusqu'à  faire  frôler  le  précipice  à  l'édifice  financier  mondial  après  que  les   autorités   aient   malencontreusement   refusé   d'apporter   leur   aide   à   la   célèbre   banque   Lehman  Brothers  en  2008.   L'économiste   Nouriel   Roubini   avait   pris   –   avec   lucidité   -­‐   la   parole   sur   les   risques   encourus  en  amont  de  la  survenue  de  la  crise  de  2007  mais  n'avait  pas  totalement  fait   l'hypothèse  d'une  telle  thrombose  sur  le  marché  inter-­‐bancaire.   Finalement,   qu'on   le   veuille   ou   non,   la   crise   a   pour   origine   une   triple   action   d'ordre   politique.   Tout   d'abord,   le   mot   d'ordre   de   l'Administration   du   Président   Georges   W.   Bush  qui  voulait  développer  le  nombre  d'accédants  à  la  propriété  aux  Etats-­‐Unis  et  a   laissé   la   FED   avoir   une   politique   laxiste   afin   de   financer   ces   endettements   multi-­‐ compartiments   et   massifs.   Puis,   il   y   a   eu   les   conditions   de   financement   de   l'effort   de   guerre  :  quand  la  première  armée  du  monde  est  lancée  dans  des  opérations  extérieures   aussi   lourdes   et   que   sa   monnaie   n'est   pas   en   danger   (   puisque   devise   de   réserve   mondiale   )   on   profite   de   la   notion   de   "   déficit   sans   pleurs"   de   feu   Jacques   Rueff   (   économiste-­‐conseil  du  Général  de  Gaulle  )  avant  d'aboutir  à  une  exigibilité  croissante  de   dettes   significatives.   Enfin,   l'équipe   qui   entourait   le   Président   Bush   –   partiellement   composée   d'anciens   de   Goldman   Sachs   –   a   totalement   écarté   de   sa   vision   le   risque   systémique   lié   à   la   chute   de   Lehman   Brothers.   Nos   enfants   ou   petits-­‐enfants   apprendront  le  prix  de  ces  décisions  majeures  dont  il  faut  avoir  conscience  qu'elles  ont   dû  dépendre  de  l'analyse  et  de  la  décision  d'une  poignée  d'hommes  plus  restreinte  que   les  dix  doigts  des  mains  de  l'être  humain.   S'agissant   de   la   crise   immédiatement   apparue   avec   la   faillite   de   Lehman   Brothers,   la   relecture  du  livre  de  Gilles  Finchelstein  et  de  Matthieu  Pigasse  (  "Le  monde  d'après,  une   crise  sans  précédent"  )  est  toujours  aussi  éclairante.  Comme  se  plaisent  à  le  résumer  les   auteurs  :  "  le  monde  a  dansé  sur  un  volcan  ".   Par-­‐delà   le   sauvetage   public   des   banques   commerciales   par   apports   de   liquidités   publiques,  la  période  2009-­‐2012  de  trois  ans  restera  marquée  par  l'effritement  sérieux   de  la  croissance,  les  difficultés  de  financement  de  l'économie  liées  aux  préoccupations   internes  des  banques  (  on  prête  quand  on  est  certain  de  sa  survie  ),  l'émergence  de  la   crise  des  dettes  souveraines,  les  attaques  spéculatives  contre  la  monnaie  européenne  et   hélas  la  survenue  d'un  chômage  de  masse.   Reprenons  ces  points  pour  tenter  de  cerner  leur  trajectoire  balistique  d'ici  à  3  ans.  
    •   84   1  )  L'effritement  sérieux  de  la  croissance  est  une  donnée  certaine  en  2013  et  2014.  2015   pouvant  venir  nous  surprendre  favorablement.  Nous  avons  déjà  écrit  que  2013  sera  une   année  de  récession  pour  la  France  pour  trois  raisons  centrales  :  la  politique  budgétaire   pro-­‐cyclique  qui  va  contracter  l'activité,  notre  perte  de  compétitivité  plus  durable  qu'on   ne  le  pense,  l'environnement  économique  récessif  (  Espagne,  Italie,  fort  ralentissement   en  Allemagne  ).   2  )  Le  financement  de  l'économie  est  actuellement  une  difficulté  majeure.  Nous  sommes   en  pleine  phase  de  "credit-­‐crunch"  (  resserrement  du  crédit  )  et  les  normes  dites  Bâle  III     de  ratios  prudentiels  et  d'autres  facteurs  n'incitent  pas  les  banques  à  s'exposer.  Ayant   souffert  de  la  chute  de  leurs  cours  boursiers,  confrontées  à  des  exigences  renforcées  en   fonds   propres,   préoccupées   de   la   qualité   des   créances   qu'elles   détiennent   dans   leurs   bilans,   les   banques   sont   fort   logiquement   des   agents   économiques   en   position   d'expectative.  D'autant  que  trois  législations  les  attendent  à  court  terme  (  d'ici  à  24  mois   )   :   la   loi   bancaire   Moscovici   dont   on   situe   mal   le   cadre   analytique   (   et   davantage   le   respect  d'une  parole  de  candidat  à  l'élection  présidentielle  ),  la  Directive  Liikanen  sur  la   structure  des  banques  (  qui  obligera  à  modifier  la  loi  française  de  2013...  )  et  enfin  la   supervision  bancaire  de  2014  dont  on  peut  regretter  le  format  a  minima  (  voir  notre   chapitre  supra  sur  cette  question  ).   3  )  La  confirmation  de  la  crise  des  dettes  souveraines.  Beaucoup  reste  à  accomplir  en   Grèce,   l'Espagne   demeure   incertaine   et   porte,   selon   nous,   un   risque   bancaire   systémique.   L'Italie   risque   de   connaître   une   incertitude   politique   préjudiciable   tandis   que  la  France  ne  parviendra  pas  –  au  grand  dam  de  bien  des  acteurs  économiques  –  à   tenir  ses  objectifs.  Tout  ceci  ne  milite  guère  pour  une  stabilité  de  l'euro  loin  de  la  notion   de  "zone  monétaire  optimale"  définie  par  Gunnar  Myrdall.   Selon  l'Agence  France  Trésor    (  publication  du  20/12/2012  :  "  Programme  indicatif  de   financement  de  l'Etat  pour  2013  "  ),  le  besoin  de  financement  de  l'Etat  sera  de  170,8   milliards  d'euros  en  2013  répartis  en  quatre  postes  :  amortissement  de  la  dette  à  long   terme   (   60,8   Mds   ),   amortissement   de   la   dette   à   moyen   terme   (   46,1   Mds   ),   amortissement  de  dettes  reprises  par  l'Etat  (  1,6  Mds  )  et  déficit  budgétaire  (  62,3  Mds  ).   D'un  côté,  ce  communiqué  nous  apporte  une  source  de  réconfort  :  "  Les  rachats  de  titres   par  l'AFT  avant  leur  échéance  ont  été  d'un  montant  de  23,5  Mds  en  2012.  Cela  a  ainsi   permis  de  réduire  de  18  Mds  les  amortissements  de  la  dette  arrivant  à  maturité  en  2013   et  de  commencer  à  réduire  le  montant  des  amortissements  de  dette  arrivant  à  maturité   en  2014  pour  un  montant  supérieur  à  5  Mds  d'euros  ".   D'un  autre  côté,  l'actualité  récente  nous  indique  que  des  engagements  budgétaires  non   financés   sont   pris   et   que   le   ralentissement   économique   pourrait   aller   jusqu'à   représenter  25  milliards  de  manque  à  gagner  sur  le  plan  des  recettes  fiscales.  Autrement   dit,  nous  n'adhérons  pas  au  chiffrage  de  62,3  Mds  d'euros  de  déficit  budgétaire  qui  est   exact  (  au  moment  de  sa  publication  à  l'instant  t  )  avec  des  prévisions  hasardeuses  (   +0,8%  de  croissance  du  PIB  dans  le  PLF  2013  ).  La  conclusion  opérationnelle  étant  qu'un   collectif   budgétaire   (   mi-­‐mars   2013   ?   )   recalera   nécessairement   'hypothèse   de   croissance,  le  déficit  et  définir  de  nouvelles  quêtes  de  rentrées  budgétaires.   Sur  différentes  places  boursières,  notamment  Wall  Street,  les  troisièmes  vendredis  de   chaque   mois   sont   surnommés   les   trois   sorcières   du   fait   de   l'expiration   de   différentes   options   et   contrats   à   terme.   Face   à   cet   événement   technique,   les   marchés   sont   historiquement  reconnus  comme  étant  déstabilisés  par  l'énoncé  des  "futures"  au  terme   mensuel  (  ou  autre  )  suivant.  
    •   85   Dans   le   cas   de   l'AFT,   les   adjudcations   des   titres   indexés   sur   l'inflation   se   tiennent   le   troisième  jeudi  du  mois  (  à  l'exclusion  des  mois  d'août  et  de  septembre  ).   Compte-­‐tenu  de  la  structure  de  notre  dette  détenue  à  62,7%  (  Juin  2012  :  source  AFT  )   par  des  non-­‐résidents,  il  y  a  fort  à  parier  que  les  conditions  de  notre  refinancement  d'ici   à  deux  ans  vont  être  plus  complexes  qu'à  ce  jour.  La  matière  est  trop  sérieuse  pour  dire   que  nous  sommes  dans  la  période  de  la  "  drôle  de  guerre"  mais  il  est  clair  que  le  flou   entourant   la   maîtrise   de   la   dépense   publique   coagulé   avec   la   certitude   de   charges   nouvelles  vont  créer  un  point  de  fixation  :  sur  ce  sujet,  les  trois  sorcières  sont  devant   nous.   Crise  budgétaire,  croissance  évanouie,  chômage  de  masse  sont  les  faits  qui  se  masquent   derrière  la  référence  aux  trois  sorcières.   Ayant  évoqué  le  budget  et  le  risque  de  récession,  il  convient  d'examiner  la  variable-­‐clef   que  représente  le  sous-­‐emploi.   Comme   l'ont   écrit   Alfred   Sauvy   et   Raymond   Aron,   le   progrès   technique   permet   de   produire  davantage  et  plus  vite  avec  moins  de  personnels.  Cette  réalité  tendancielle  n'a   aucune   raison   sérieuse   d'être   démentie   d'ici   à   trois   ans.   Dès   lors,   certains   grands   groupes  continueront  à  se  moderniser  et  à  être  –  hélas  –  destructeurs  d'emplois.   Parallèlement,   Keynes   a   décrit   l'importance   de   la   notion   de   demande   anticipée   qui   conditionne   la   propension   à   investir.   Les   anticipations   des   ETI   et   des   PME   étant   médiocres,  il  en  découle  une  politique  d'embauche  économe  voire  auto-­‐censurée.   Enfin,  il  y  a  un  point  important  que  le  rapport  de  Monsieur  Louis  Gallois  n'a  pas  estimé   utile  de  développer.  Ayant  évoqué  le  déficit  de  notre  commerce  extérieur,  ce  document  a   abordé  essentiellement  la  compétitivité-­‐prix  et  est  resté  assez  discret  sur  les  éléments   hors-­‐prix  (  tenue  des  délais,  qualité,  degré  d'innovation  incorporée,  etc  ).  De  plus,  il  est   surtout  resté  dans  une  logique  que  l'économiste  David  Ricardo  a  démontrée  il  y  a  deux   siècles  :  celle  des  avantages  comparatifs  et  celle  de  la  spécialisation  internationale.   Or,  Paul  Krugman  (  prix  Nobel  d'économie  en  2008  )  a  réussi  à  établir  que  les  échanges   ne   portent   pas   nécessairement   entre   des   économies   complémentaires   mais   souvent   entre   des   économies   semblables   du   fait   de   "   la   préférence   pour   la   diversité   des   consommateurs  "  :  préférence  qui  induit  une  spécialisation  par  marque  et  pas  seulement   par  produit.  Son  exemple  de  l'industrie  automobile  est  clair.   Dès  lors,  L'Oréal  ou  Danone  seront  nos  atouts  là  où  bien  d'autres  entreprises  ne  sont   mises  en  capacité  de  se  hisser  au  niveau  de  la  notion  de  marque  de  référence.  Ce  point   rarement  explicité  justifie  la  faiblesse  de  certains  carnets  de  commande  hexagonaux  et   le  sous-­‐emploi  que  celle-­‐ci  génère.   L'ancien   président   de   l'Union   des   Fabricants   (   et   actuel   secrétaire   général   du   groupe   LVMH   )   Marc-­‐Antoine   Jamet   a   fréquemment   communiqué   sur   l'aspect   positif   d'un   capital  immatériel  bien  exploité.   D'ici  trois  ans,  notre  pays  doit  accomplir  un  bond  en  avant  en  matière  de  fiabilité  et  de   notoriété  de  ces  produits  manufacturés  et  savoir  conserver  ses  avantages  concurrentiels   dans  tel  ou  tel  secteur  de  services.   La  crise  qui  va  se  déployer  en  2013  s'atténuera-­‐t-­‐elle  en  2014  ?  Rien  n'est  moins  sûr  car   de   profonds   déséquilibres   vont   apparaître   lors   de   la   future   année   et   induire   des   ricochets  en  2014  et  2015.  
    •   86   On  imagine  en  effet  mal  2014  avec  un  taux  de  croissance  frôlant  les  2%  :  or,  c'est  à  partir   de  ce  chiffre  que  l'économie  française  n'est  plus  destructrice  d'emplois.  Autrement  dit,   l'effort   demandé   au   corps   social   et   à   des   milliers   d'hommes   et   de   femmes   n'est   pas   encore  dans  sa  phase  conclusive.   A  l'issue  de  cette  contribution,  nous  devons  ajouter  notre  conviction  sur  le  redémarrage   de  l'inflation  (  que  le  gouverneur  de  la  Banque  de  France  évoque  explicitement  dans  un   bulletin  récent  :  "Politique  monétaire,  action  pour  la  stabilité  et  reprise  économique",   chapitre   1   du   Rapport   annuel   de   la   Banque   de   France   )   qui   nous   amènerait   à   de   la   stagflation  voire  à  de  la  slumpflation  si  la  récession  est  concomitante  de  cette  hausse  des   prix.  Pour  les  chartistes,  se  reporter  à  la  situation  espagnole  où  l'inflation  succède  à  une   courte  phase  de  déflation  :  source  IFE.   Tout  cela  ne  dresse  pas  un  tableau  facile  à  accepter  mais  il  ressort  de  nos  analyses  et  de   nos  échanges  avec  des  opérateurs  économiques  et  bancaires  variés.   On   ne   soigne   pas   un   diabétique   sans   lui   dire   son   taux   de   glycémie   :   la   France   ne   se   redressera   que   si   des   choses   exactes   et   sincères   lui   sont   dites.   Il   y   a   trop   longtemps   qu'une  certaine  partie  de  la  classe  politique  a  remis  à  demain  ce  qu'aujourd'hui  exigeait   déjà  d'accomplir.   Face  aux  trois  sorcières,  nous  avons  les  atouts  du  courage  et  de  l'intelligence  de  notre   pays.  Kenneth  Boulding  a  nommé  "  le  capital  de  réciprocité"  l'ensemble  des  relations   informelles  qui  aide  une  population  à  traverser  une  crise.  L'économie  de  la  main  tendue   et  l'économie  informelle  alliées  aux  amortisseurs  sociaux  devraient  nous  permettre  de   traverser  les  peurs  objectives  du  déclassement  social.  Tel  est  bien  entendu  notre  souhait   personnel  déjà  exprimé  dans  le  présent  ouvrage.   Pour  le  reste,  n'oublions  pas  la  pertinence  d'Emile  Zola  (  "La  vérité  en  marche"  )  :  "  La   vérité  et  la  justice  sont  souveraines,  car  elles  seules  assurent  la  grandeur  des  Nations".   Oui,   être   respectueux   et   sincères   sont   des   moyens   de   réduire   les   trois   sorcières   et   d'alimenter  la  nécessaire  résilience.    
    •   87           XXII   Confiance  et  politique  économique       Plusieurs  informations  venues  d’Allemagne  nous  indiquent  que  la  politique  économique   de   la   France   de   2012   et   de   2013   inquiète.   Tant   les   milieux   privés   que   les   Pouvoirs   publics.  En  France,  par-­‐delà  les  options  partisanes,  de  nombreuses  questions  se  posent   sur  l’ensemble  de  l’échiquier  politique.  Examinons  donc  les  rapports  entre  la  notion  de   confiance  et  la  politique  économique.     La   politique   économique   est   définie   de   manière   académique   comme   recouvrant   trois   fonctions.   1  )  Une  fonction  d’allocation  des  ressources  par  laquelle  les  dépenses  de  l’Etat  assurent   les   lignes   directrices   de   la   politique   générale   du   Gouvernement.   Dans   le   cas   du   Gouvernement   Ayrault,   il   s’agit   ici   notamment   des   dépenses   d’éducation   ou   des   investissements  en  recherche  et  développement.   2  )  Une  fonction  de  stabilisation  macro-­‐économique  par  laquelle  l’Etat  assure  la  stabilité   des   prix   et   notamment   parvient   à   contenir   le   différentiel   d’intérêts   qui   concerne   le   financement  de  notre  dette  souveraine.   3  )  Une  fonction  de  redistribution  par  laquelle  l’Etat  utilise  le  levier  fiscal  pour  assurer   une  justice  sociale  définie  selon  les  critères  de  l’équipe  au  pouvoir.  En  ce  moment,  on   parle  ici  de  «  redressement  juste  »  dans  le  cadre  d’un  puissant  effort  fiscal  demandé  aux   ménages  et  aux  entreprises.   Au   plan   conjoncturel,   la   France   est   dans   une   position   délicate   clairement   située   en-­‐ dehors  du  corridor  d’Axel  Leijonhufvud  (  1968  )  qui  préconisait  alors  –  dans  ce  type  de   cas  de  figure  -­‐  de  revenir  à  de  classiques  méthodes  keynésiennes.  De  fait,  le  choix  d’une   pression  fiscale  (  au  détriment  d’économies  accrues  sur  les  dépenses  publiques  )  dans  la   Loi   de   finances   pour   2013   risque   d’être   pro-­‐cyclique   et   d’accroître   les   altérations   portées   à   la   croissance   par   la   conjoncture   environnante.   Autrement   dit,   un   premier   manque  de  confiance  vient  d’une  politique  qui  n’est  pas  contra-­‐cyclique  alors  que  les   prévisions  de  croissance  du  PIB  pour  2013  ne  cessent  d’être  revues  à  la  baisse.  Loin  des  
    •   88   0,8%   du   PLF   2013,   le   consensus   s’établit   autour   de   0,2%,   dans   la   meilleure   des   hypothèses.   La   politique   économique   retenue   par   le   Président   Hollande   retient,   au   grand   dam   de   l’aile  gauche  de  sa  majorité,  des  points  invariants  de  référence  :  adhésion  à  l’OMC  et  à  la   mondialisation,   maintien   dans   l’euro,   accord   sur   l’intensification   de   l’intégration   européenne.  Pour  notre  part,  au  risque  d’être  vilipendé  par  certains,  cette  trilogie  nous   parait   crédible   pour   les   intérêts   futurs   de   notre   pays   mais   délicate   à   tenir   en   phase   d’atonie  de  la  croissance  et  de  chômage  de  masse.   L’économiste  Antony  Downs  a  expliqué  dès  1957  (  An  economic  theory  of  democracy  )   que   «  les   partis   définissent   des   politiques   pour   gagner   des   élections   plutôt   qu’ils   ne   gagnent   les   élections   pour   définir   des   politiques  ».   Or,   c’est   précisément   le   sentiment   que   donnent   certains   signaux   gouvernementaux.   Pour   une   large   partie   de   l’opinion   publique   française   orpheline   des   seules   compétences   macro-­‐économiques   incontestables  de  Dominique  Strauss-­‐Kahn,  il  y  a  questionnement  et  derrière  celui-­‐ci  il  y   a  objectivement  érosion  de  la  confiance.   Nombre   d’agents   économiques   vivent   ce   ressenti   et   leur   instinct   les   place   sur   la   défensive  vis  à  vis  des  Pouvoirs  publics  :  «  L’oiseau  construirait-­‐il  son  nid  s’il  n’avait  son   instinct  de  confiance  au  monde  ?  ».  Gaston  Bachelard.  (  La  poétique  de  l’espace  ).   Pour  reprendre  et  exploiter  une  information  connue  en  marketing,  à  savoir  la  règle  des   4P  (  product,  price,  place,  promotion  ),  on  va  pouvoir  observer  que  la  confiance  est  là   aussi  abîmée  selon  plusieurs  niveaux  distincts.    Les  4P  sont  produit,  prix,  distribution  et   promotion.   S’agissant   de   la   politique   française,   le   contenu   (   produit   )   est   contesté   au   plan  de  l’analyse  économique.  (  Keynes  et  autres  points  cités  infra  ).  Son  prix  (  les  efforts   fiscaux   vs   le   faible   apport   de   l’Etat   )   est   incompris.   Sa   distribution,   c’est   à   dire   la   diffusion   du   message   a   été   incertaine   voire   erratique   selon   les   contradictions   publiquement  exposées.  Sa  promotion  visant,  par  exemple,  à  mieux  expliquer  que  les   efforts  de  2013  seraient  utiles  à  la  Nation  dans  une  deuxième  étape  n’est  pas  passé.  Seul   le   dynamique   ministre   Jérôme   Cahuzac   a   réussi   à   rendre   audible   son   équivalence   sémantique   entre   dette   et   «  impôt   à   la   naissance  ».   Pour   le   reste,   les   communicants   pourraient  démontrer  que  le  trio  cible,  message,  tuyau  a  été  mis  dans  l’ornière.   Une   idée   et   une   visualisation   simple  :   mettez   dans   le   même   compartiment   de   TGV   le   Ministre   Bernard   Cazeneuve,   le   Ministre   Benoît   Hamon   et   les   Sénateurs   Jean-­‐Vincent   Placé  et  Pierre  Laurent.  Comme  dirait  la  porte-­‐parole  du  Gouvernement  :  pas  de  couacs  !   Au  stress  de  la  crise  qui  râpe  méthodiquement  bien  des  existences  depuis  une  demie   décennie,  à  l’angoisse  induite  du  déclassement  social,  les  Pouvoirs  publics  ont  ajouté  –   par   leur   souhait   du   débat   démocratique   qui   demeure   respectable   par   ailleurs   –   une   irritation   citoyenne   face   à   cette   série   de   haut-­‐parleurs   cacophoniques.   Ceci   a   été   et   demeure  un  foyer  d’altération  de  la  confiance  y  compris  de  nos  partenaires  étrangers  (   Mme  Merkel,  M.Monti  notamment  )  et  de  la  Commission  de  Bruxelles.   En  1990  dans  son  livre  (  Institutionnal  change  et  economic  fundamentals  )  le  prix  Nobel   d’économie  (  1993  )  Douglass  North  a  démontré  l’importance  de  l’histoire  économique.   Si   l’on   fait   un   peu   d’histoire   française   contemporaine,   il   est   aisé   de   se   souvenir   de   l’immense  espérance  soulevée  par  l’élection  en  Mai  1981  de  l’élu  du  Morvan  François   Mitterrand.  Quelques  semaines  plus  tard,  son  truculent  Premier  ministre  Pierre  Mauroy   décidait  de  se  jeter  dans  un  combat  anti-­‐chefs  d’entreprise.  Certains  d’entre  nous  ont  en   mémoire  le  trop  célèbre  cri  :  «  il  faut  faire  rendre  gorge  aux  patrons  »  de  1981.  Très  vite  
    •   89   un  certain  recadrage  a  eu  lieu  alors  qu’en  2013,  même  après  le  surprenant  mouvement   des   pigeons,   l’opinion   ressent   un   fossé   sérieusement   perceptible   entre   le   monde   des   entrepreneurs  et  celui  du  pouvoir  en  place.  Ceci  est  probablement  normal  compte-­‐tenu   des  options  politiques  supposées  ou  affichées  des  uns  et  des  autres  mais  passé  un  stade   de   normalité,   on   tombe   vite   dans   l’anomalie   de   leadership   qui   sape   la   confiance   et   engendre   des   initiatives   un   peu   hasardeuses   (   appel   de   98   grands   patrons   dans   le   Journal  du  Dimanche    fin  2012  )  au  regard  de  l’attractivité  de  notre  pays.   Après  cette  mention  à  l’histoire  économique  (  chère  au  Professeur  Jean-­‐Charles  Asselin  )   et  à  un  certain  choc  des  cultures,  il  faut  aborder  une  question  économique  d’importance   qui   a   été   élaborée   et   démontrée   par   Kenneth   Arrow   dès   1951   (   Choix   collectifs   et   préférences  individuelles  )  :  le  théorème  du  «  no  bridge  »  (  de  l’impossibilité  )  qui  établit   qu’il  ne  peut  y  avoir  de  relation  de  préférence  collective  cohérente  à  partir  des  relations   de  préférence  de  chacun  des  agents.  Autrement  dit,  la  politique  économique  décidée  ne   peut   se   fonder   sur   une   relation   prévisible   et   quantifiée   entre   la   micro-­‐économie   (   le   corps   social   )   et   l’impact   de   son   contenu   (   macro-­‐économie   ).   A   l’heure   présente,   l'incontournable  révision  à  la  baisse  de  l’hypothèse  de  croissance  retenue  dans  le  PLF   2013,  l’aspect  hélas  pro-­‐cyclique  des  choix  effectués,  le  maintien  des  forces  récessives  en   Europe   sont   des   éléments   qui   ont   conduit   le   Gouvernement   à   élaborer   un   collectif   budgétaire  dès  le  début  2013.  Certains  le  savaient.  Certains  le  sentaient.  Or,  la  confiance   ne   peut   s’installer   dans   une   telle   instabilité   du   climat   des   affaires  :   les   décisions   publiques  –  notamment  fiscales  –  prises  de  manière  récursive  n’y  aident  pas.   Une   politique   économique   maîtrisée   suppose   un   «  fine   tuning  »,   un   peaufinage   conjoncturel   et   des   socles   de   cohérence.   On   voit   bien   que   le   Gouvernement   n’est   pas   unanime  sur  le  choc  devenu  trajectoire  devenue  «  pacte  de  compétitivité  »  lié  au  rapport   Gallois  sur  la  compétitivité.  Derrière  ce  texte,  il  y  a  possiblement  400000  destructions   d’emplois   si   rien   de   crédible   n’est   rapidement   engagé   ou   à   l’inverse   le   début   d’une   courbe   en   J   où   notre   Nation   pourra   espérer   rebâtir   une   industrie.   Là   encore,   les   atermoiements  –  difficiles  à  ne  pas  déceler  –  posent  question  sur  le  cap  tandis  que  le   bruit  des  aiguilles  du  temps  filent  sous  nos  yeux  inquiets.   Le  génial  publicitaire  David  Ogilvy  avait  réalisé  une  publicité  pour  une  voiture  de  haut   de  gamme  en  indiquant  «  qu’à  60  miles  le  bruit  le  plus  fort  viendra  de  la  pendule  du   tableau   de   bord  »   (   «  At   60   miles   an   hour   the   loudest   noice   in   this   new   Rolls-­‐Royce   comes  from  the  electric  clock  »  ).   Le  tableau  de  bord  économique  de  la  France  est  difficile  pour  la  nouvelle  majorité  et  ses   mesures   sont   nécessairement   impopulaires.   Toutefois,   la   confiance   en   sa   politique   économique  dépend  autant  de  paramètres  techniques  que  du  bruit  de  l’horloge  dans  le   char  de  l’Etat  qui  s’apparente  –  à  ce  jour  -­‐  davantage  à  Big  Ben  qu’à  un  discret  et  feutré   réveil  de  voyage.   Si   ces   conditions   devaient   perdurer,   le   voyage   serait   alors   aussi   chaotique   que   les   déplacements   sur   les   vieux   chemins   de   terre   qu’appréciait   le   marcheur   François   Mitterrand  dans  le  Morvan.    Or  comme  l’a  si  bien  écrit  Paulo  Coelho  :  «  Quand  on  voyage   vers  un  objectif,  il  est  très  important  de  prêter  attention  au  chemin.  C’est  toujours  le   chemin  qui  nous  enseigne  la  meilleure  façon  d’y  parvenir,  et  il  nous  enrichit  à  mesure     que  nous  le  parcourons  ».   Vu  de  Londres  ou  de  Berlin  qui  interpelle  ouvertement  la  notion  de  confiance,  la  France   doit  ressembler  à  une  drôle  de  République  dont  le  précédent  Président  était  parfois  un   peu   "commis   voyageur"   par   son   nombre   de   déplacements   et   dont   l’actuel   semble  
    •   90   craindre  de  se  commettre  à  fixer  un  cap  tenable  pour  le  voyage  historique  inscrit  dans  la   durée  que  lui  confère  les  institutions  de  Vème  République.   Tel   est   l'état   de   la   cartographie   des   risques   que   nous   soumettons   loyalement   à   notre   lectorat.    
    •   91                                  
    •   92   XXIII   Pour  que  revive  la  flamme  de  l’Aménagement  du  territoire  !       Une  Nation,  c'est  d'abord  un  territoire  où  résident  avec  plus  ou  moins  de  bonheur  des   hommes   et   des   femmes   et   leurs   enfants.   C'est   à   l'Etat   de   leur   rendre   espoir   en   leur   fournissant  un  cadre  de  vie  le  plus  épargné  possible  des  méfaits  de  la  modernité.  Des   méfaits   des   pollutions   sonore,   atmosphérique,   etc.   Des   méfaits   issus   des   excès   de   certains  urbanistes.   La  France  a  un  effort  à  accomplir  en  quantité  et  en  qualité  de  logement.   Nous  pensons  qu'une  nouvelle  donne  en  matière  d'aménagement  du  territoire  serait  de   nature  à  améliorer  la  qualité  de  vie  de  nos  concitoyens.     Selon   les   termes   du   décret   paru   le   16   Mai   2012,   le   ministère   du   Logement   s’est   vu   adjoindre  une  responsabilité  et  appellation  nouvelle  :  celle  de  «  l’égalité  des  territoires   «    .  Or,  si  Madame  Duflot  a  déjà  pris  plusieurs  initiatives  en  matière  de  logement  (  dont   un  décret  sur  les  loyers  ),  un  certain  mutisme  entoure  la  politique  destinée  à  l’égalité  des   territoires.  Alors,  stand-­‐by  ou  arlésienne  ?   Tout  ne  peut  pas  être  fait  en  six  mois  ou  presque  mais  on  peut  toutefois  s’interroger  sur   l’énergie  réelle  qui  va  porter  cette  innovante  dénomination  administrative  d’égalité  des   territoires.   Un   géographe   incontestable   comme   Yves   Lacoste   a   montré   depuis   des   décennies  que  notre  pays  est  inégal.  Un  postier  des  Landes  sait  bien  que  son  travail  est   moins  périlleux  que  celui  que  doit  assurer  son  collègue  pour  la  distribution  de  courrier   par  temps  d’hiver  dans  le  fond  des  Vosges.   Si  l’on  schématise  en  quatre  grandes  familles  de  territoires  (  grandes  villes,  villes,  espace   rural  traditionnel  comme  le  bocage,  espace  rural  complexe  comme  l’Ariège  ),  on  perçoit   assez  vite  que  la  notion  d’égalité  des  territoires  supposera  précisément  d’organiser  la   gestion  des  inégalités  que  la  nature  et  le  développement  économique  ont  imposées.   En   fait,   d’aucuns   s’interrogent   sur   un   intitulé   qui   viserait   la   seule   inégalité   entre   les   banlieues  et  le  reste  du  pays  là  où  il  y  a  tant  à  faire  partout  !   Pour   l’heure,   par-­‐delà   cette   question   non   neutre   et   étatico-­‐freudienne   du   libellé   ministériel,   l’harmonie   du   territoire   nous   semble   l’arlésienne   de   la   politique   actuellement  conduite  :  nous  pensons  que  ce  signal  faible  est  un  très  mauvais  présage   alors  que  les  besoins  demeurent  immenses.   Dans   le   cas   de   Paris,   le   réaménagement   contesté   des   voies   sur   berges   récemment   confirmé   n’est   pas   une   quête   d’égalité   des   territoires  :   c’est   une   décision   politique   d’aménagement  du  territoire  en  fonction  de  priorités  stratégiques  et  d’un  souhait  de  «     rendre  la  ville  à  ses  habitants  «    (  sic  )  et  non  à  des  flux  d’automobiles.   Au  risque  de  tenter  une  synthèse,  il  nous  apparaît  que  l’égalité  est  une  chimère  là  où   l’aménagement  est  un  devoir  de  l’ensemble  des  collectivités  publiques  à  commencer  par   l’Etat  et  les  fonds  structurels  européens.   "  Travailler  et  vivre  au  pays  "  était  un  slogan  des  partis  de  gauche  dans  les  années  1970   immédiatement  postérieur  aux  luttes  paysannes  du  Larzac  qui  refusaient  l'extension  de  
    •   93   terrains  militaires.  Autant  dire  que  la  bataille  autour  de  l'espace  foncier  est  une  vieille   histoire  et  que  la  notion  d'aménagement  du  territoire  est  toujours  une  idée  neuve.  Hélas   cette   idée   est   portée   par   des   outils   dont   la   rouille   rend   certains   rouages   fragiles   et   transparents.   En  1979,  le  jeune  Jean-­‐Louis  Bianco  (  futur  directeur  de  la  campagne  présidentielle  de   Ségolène  Royal  en  2007  )  développait  dans  les  Alpes  de  Haute-­‐Provence    –  avec  l'accord   du   Ministère   de   l'Intérieur   -­‐   le   concept   d'Agence   de   Service   Public   qui   réunissait   plusieurs  villages  autour  de  sujets  mis  en  commun.  Sans  schématiser,  ceci  a  contribué  à   l'émergence   des   futures   communautés   de   communes   issues   de   la   loi   de   1992   par   opposition  aux  regroupements  autoritaires  de  communes  posés  par  la  loi  du  16  Juillet   1971  dite  loi  Marcellin.   La  décentralisation  des  lois  Defferre  de  1982  et  autres  décrets  d'application  ont  donné   leur  liberté  aux  communes  qui  exercent  désormais  leurs  pleines  compétences  :  tout  ceci   a  parfois  facilité  l'aménagement  du  territoire.  Parfois,  tout  s'est  embrouillé  et  on  a  ainsi   pu   voir   des   zones   artisanales   ou   des   mini-­‐zones   industrielles   se   côtoyer   et   demeurer   hélas  à  moitié  vides.   L'aménagement   du   territoire   qui   concerne   l'habitat,   les   transports,   les   activités   commerciales   recherche   donc   une   harmonie   spatiale   entre   les   besoins   humains.   Typiquement,  Paris  (  pris  au  sens  large  )  est  une  aberration  :  beaucoup  d'emplois  sont  à   l'Ouest  (  La  Défense,  etc  )  tandis  que  les  logements  sont  à  l'Est  depuis  Montreuil  jusqu'à   Marne-­‐la-­‐Vallée.   L'aberration   est   à   son   comble   lorsqu'on   analyse   les   pratiques   ferroviaires  et  que  l'on  découvre  que  de  plus  en  plus  de  personnes  viennent  travailler  à   Paris  tout  en  vivant  de  plus  en  plus  loin  :  Vendôme  (  effet  Tgv  ),  Rouen,  Montargis  et   Reims  (  effet  Lgv  ).   Toutes  les  études  le  démontrent  à  l'unisson,  en  vingt  ans,  les  temps  de  trajet  "  domicile-­‐ travail   "   ont   vraiment   augmenté   et   ceci   est   un   des   premiers   échecs   de   l'Etat   et   de   l'aménagement  du  territoire.  Parenthèse  intéressante,  l'Etat  n'a  jamais  voulu  en  2010   inclure   dans   la   notion   de   pénibilité   le   trajet   domicile-­‐travail   même   lorsque   celui-­‐ci   dépassait  trois  heures  par  jour.  (  débat  sur  les  retraites  ).   Ces  navettes,  ce  "  commuting  "  quotidien  est  épuisant  et  réduit  le  temps  libre  à  sa  plus   simple   expression   :   il   démontre   la   rouille   d'un   bel   outil   initialement   performant   qui   s'appelle  la  Datar  :  Délégation  à  l'Aménagement  du  Territoire  et  à  l'Action  Rurale.   Instituée  par  le  Décret  du  14  Février  1963  (  -­‐  il  y  a  donc  près  de  50  ans  -­‐  ),  la  Datar    a  eu   plusieurs   pères   dont   le   célèbre   homme   politique   de   la   IVème   République   :   Eugène   Claudius   Petit   qui   ne   cessa   de   militer   pour   que   l'on   évite   ce   que   le   géographe   Jean-­‐ François  Gravier  avait  nommé  "  Paris  et  le  désert  français  "  dès  1947.   De  1963  à  1974,  l'action  de  la  Datar  fut  relativement  aisée  car  il  s'agissait  de  répartir  des   surplus  avec  des  moyens  budgétaires  :  ainsi,  pour  attirer  telle  usine  à  tel  endroit,  l'Etat   lui  accordait  une  Pat  :  prime  à  l'aménagement  du  territoire  généralement  définie  par   emploi  net  créé.   A   partir   de   la   crise   de   1973,   les   choses   se   sont   tendues   et   le   freinage   budgétaire   a   contraint   la   Datar,   initialement   définie   comme   une   Administration   de   mission   (   de   "   coups  "  )  à  devenir  une  structure  économe  de  ces  deniers  (  administration  de  "  coûts  "  ).   De  hautes  personnalités  comme  Olivier  Guichard  et  surtout  l'éminent  Jérôme  Monod  (   réputé   pour   sa   parfaite   connaissance   de   la   carte   cantonale   )   avaient   des   capacités  
    •   94   d'influence   sur   le   secteur   privé   que   n'ont   pas   eu   leurs   successeurs   tels   le   Préfet   de   région  André  Chadeau  ou  plus  récemment  le  préfet  Nicolas  Jacquet  voir  l'actuel    "  datar  "   le  Préfet  Emmanuel  Berthier.  A  sa  décharge,  le  climat  de  disette  budgétaire  est  encore   pire  qu'il  y  a  dix  ans.   L'aménagement  du  territoire  n'est  plus  militant  comme  du  temps  de  Philippe  Lamour   qui  écrivait  dans  60  millions  de  Français  (  en  1967  )  :  "L'aménagement  du  territoire  /.../   c'est  la  croisade  de  tous  les  Français  pour  la  conquête  et  la  construction  de  leur  avenir.   C'est  l'expression  nouvelle  de  l'esprit  civique  ".   C'est  dans  cet  esprit  civique  que  se  trouve  le  creuset  de  l'espoir  du  vivre  ensemble.   Les   militants   convaincus   se   sont   malheureusement   estompés   au   profit   de   fins   connaisseurs  des  rouages  de  l'Etat  et  des  réunions  interministérielles  à  n’en  plus  finir  :   là  où  il  fallait  continuer  à  générer  des  externalités  (  au  sens  économique  de  ce  terme  )  la   Datar  s'est  faite  engluer  dans  des  débats  subalternes  et  ainsi  la  loi  Pasqua  du  4  Février   1995   n'a   pu   aboutir   à   faire   émerger   un   de   ses   principaux   buts   :   l'élaboration   d'un   schéma  national  d'aménagement  et  de  développement  du  territoire.   Voilà  une  erreur  que  l'on  ne  cite  jamais  et  qui  est  pourtant  devant  nos  portes.   Le   quinquennat   qui   s'amorce   permettra-­‐t-­‐il   de   relancer   la   notion   d'aménagement   du   territoire,   nul   ne   le   sait   encore  ?   Et   objectivement,   l’ex-­‐leader   des   Verts   semble   davantage   préoccupée   par   la   maîtrise   incontestablement   complexe   du   Ministère   du   Logement  que  par  l’aménagement  du  territoire.   Le  bilan  actuel  est  objectivement  alarmant  :   1  )  Congestion  de  la  Région  parisienne.   2  )  Crise  généralisée  des  banlieues  notamment  en  matière  de  services  publics.   3  )  Désertification  rurale  ici  ou  là.   4  )  A  l'inverse,  rurbanisation  (  citadins  revenant  vers  la  campagne  ).   5  )  Mitage  des  terres  agricoles  fertiles  par  des  lotissements  (  Exemple  carte  aérienne  de   la  Seine  et  Marne  entre  1999  et  2009  ).   6  )  Friches  industrielles  non  réhabilitées.   Tous  ces  éléments  incontestables  plaident  pour  une  relance  de  la  Datar  et  des  Fonds   régionaux  européens  qui  doivent  accepter  de  voir  leurs  instances  de  décisions  ouvertes   à  des  associations  et  à  des  personnalités  du  monde  de  l'entreprise.   Seule   innovation   récente   :   la   notion   de   climat   et   de   trame   verte   et   bleue   que   les   lois   Grenelle  I  et  II  ont  incluses  dans  l'aménagement  du  territoire.  Bilan  mitigé...   A   l'heure   où   la   mondialisation   rend   mobiles   les   capitaux   et   le   choix   des   lieux   de   production  (  donc  le  lieu  où  vit  le  facteur  travail  ),  il  nous  semble  urgent  de  fédérer  (   voire  fusionner  )  les  politiques  d'attractivité  du  pays  et  l'aménagement  du  territoire.   Ni   le   pouvoir   précédent   ni   l’actuel   n’ont   engagé   de   réflexion   sur   ce   thème   économiquement  défendable  et  administrativement  pertinent.   A   l'heure   où   l'on   sait   qu'il   vaut   mieux   (   coût   pour   la   collectivité   publique   )   qu'une   personne  âgée  reste  chez  elle  le  plus  longtemps  possible,  on  peut  souhaiter  que  le  plan   dépendance   (   ou   autonomie   pour   utiliser   le   nouveau   vocable   )   comporte   un   volet   aménagement  du  territoire.  
    •   95   Il  y  a  plusieurs  années,  la  Poste  avait  développé  le  concept  de  polyvalence  postale  en   zone   rurale.   Cela   voulait   dire,   par   exemple,   que   la   distribution   du   courrier   pouvait   s'accompagner  de  distribution  de  quelques  petites  "courses"  :  pain,  journal.   Ce  que  nos  anciens,  en  campagne,  appellent  leurs  «  commissions  ».   Face  au  tassement  de  son  chiffre  d'affaires  dû  notamment  au  développement  des  mails   et  à  l'ouverture  à  la  concurrence,  la  Poste  s'est  repliée  sur  sa  coquille  et  propose  des   agences  postales  de  type  croupion  dans  des  coins  de  supérettes.  Est-­‐ce  économiquement   valable  pour  son  compte  d'exploitation  ?    Certainement,  oui.   Est-­‐ce  pertinent  pour  des  millions  de  gens  ?    Un  calcul  macro-­‐économique  sérieux  a-­‐t-­‐il   été  fait  ?    On  présuppose  la  réponse  et  on  ne  peut  que  regretter  que  la  rouille  des  outils   suscitée  par  les  décideurs  ne  soit  l'inconfort  journalier  de  millions  de  citoyens  devenus,   sur  ce  thème,  de  simples  sujets.   Madame  Duflot  a  longtemps  milité  pour  l’agriculture  de  proximité  et  est  fort  diplômée   en  économie  urbaine  :  ses  compétences  étant  par  conséquent  clairement  présupposées,   reste  à  attendre  ses  travaux  concrets.     Récemment   attaquée   sur   ces   choix   en   matière   d’attribution   de   Légion   d’Honneur,   la   Ministre  a  répondu  par  un  tweet  accompagné  d’une  photo  où  des  bonbons  (  smarties  )   étaient   alignés   selon   telle   ou   telle   couleur.   Face   à   une   telle   profusion   d’idées,   les   alignements  de  Carnac  ou  des  résineux  du  Morvan  restent  ébahis  et  forment  le  vœu  que   l’imagination  soit  aussi  longtemps  que  possible  au  pouvoir.   Quant  à  la  Nation  et  au  peuple  qui  la  compose  il  a  pour  souvenir  les  paroles  de  Claude   Nougaro  dans  sa  célèbre  «    Cécile  «  :  «    On  est  nez  à  nez,  les  yeux  dans  les  yeux  et  quel  est   le  plus  étonné  des  deux  ?  «    Sincèrement,  en  matière  d’aménagement  du  territoire,  il  y  a   urgence.   Concernant   la   surprenante   égalité   supposée   des   territoires,   des   dizaines   d’exemples   montrent   que   ce   terme   est   porteur   de   malentendus.   Demandez   à   Stéphane   Richard   (   France  Telecom  /  Orange  )  ou  Xavier  Niel  (  Free  )  si  leurs  entreprises  sont  en  capacité  de   déployer  partout  un  réseau  de  fibre  optique  pour  l’internet  à  très  haut  débit.  A  Melun  ou   à  Nantes  mais  pas  à  Quérigut  (  Ariège  où  s’est  tenu  en  1983  un  colloque  sur  l’avenir  de   l’aménagement  du  territoire  ).   Pour  poursuivre,  plus  gravement,  en  tenant  en  mains  la  Constitution  et  le  principe  de   précaution  qui  y  figure,  est-­‐il  crédible  de  penser  que  les  habitants  de  Feyzin  et  du  couloir   de  la  chimie  seront  un  jour  sur  un  pied  d’égalité  avec  ceux  de  Châteauroux  ou  Béziers  ?   L’égalité  du  territoire  ne  saurait  se  dissoudre  dans  une  jarre  de  smarties  mais  est  une   appellation   peu   prometteuse   à   l’aune   des   enjeux.   Pour   l’heure,   de   plus   en   plus   de   moyens  de  l’Etat  sont  consacrés  à  raccommoder  les  choses  y  compris  avec  des  forces  de   l’ordre.   En  matière  de  territoire,  nous  craignons  clairement  ce  face  à  face  entre  l’Etat  et  la  Nation   et  nous  en  remettons  à  une  phrase  de  Chateaubriand  :  (  in  Mes  pensées  )  :  «  Deux  amis   qui  souffrent  sont  quelquefois  des  heures  entières  sans  se  parler.  Quelle  conversation   vaudrait  ce  commerce  de  la  pensée  dans  la  langue  muette  du  malheur  ?  »   Le  quinquennat  du  Président  Hollande  sera  aussi  évalué  en  fonction  de  sa  politique  vers   les   territoires.   Ce   n’est   pas   seulement   notre   conviction,   c’est   une   certitude   historique   étayée  par  les  travaux  lumineux  de  feu  notre  Professeur  en  Sorbonne  Philippe  Aydalot   solide   précurseur   de   l’économie   territoriale.   Ces   aboutissements   traversent  
    •   96   certainement   l’esprit   de   Monsieur   Alain   Rousset   en   ses   qualités   de   Président   de   la   Région  Aquitaine  et  de  Président  de  l’Arf  :  Association  des  Régions  de  France.   Puissent  des  élus  de  son  rang  intellectuel  et  électif  contribuer,  in  concreto,  à  faire  revivre   l’aménagement   du   territoire   pour   l’instant   hélas   traité   au   rang   de   Carambar   des   préoccupations  ministérielles  comme  pourrait  le  dire  un  certain  Jean-­‐Luc  Mélenchon.      
    •   97                                  
    •   98   XXIV   Hélas,  nous  sommes  Gallois-­‐sceptiques       L'espoir,  pour  notre  pays,  passera  par  la  réhabilitation  de  l'industrie.   Réhabiliter  son  image  auprès  des  jeunes  de  tous  niveaux  scolaires,  réhabiliter  son  attrait   pécuniaire   pour   ce   que   les   économistes   nomment   le   facteur   capital,   réhabiliter   ses   perspectives   pour   ceux   qui   ont   la   courageuse   fibre   d'entrepreneurs   et   non   de   repreneurs  opportunistes.   L'espoir   reviendra   si   la   compétitivité   industrielle   est   restaurée   et   que   l'Etat   tient   son   rang  :  celui  que  la  Nation  attend  de  lui.   La   crédibilité   professionnelle   et   la   rigueur   d’esprit   de   Monsieur   Gallois   laissait   donc   espérer   un   rapport   traitant   de   la   compétitivité   de   notre   pays.   Au   lieu   de   cela,   une   analyse   minutieuse   et   respectueuse   de   son   texte   contraint   à   la   lecture   d’un   rapport   d'inspiration  administrative  plus  qu’opérationnelle.  Face  à  ces  conclusions  et  méthodes   d’investigation,  nous  sommes  donc  hélas  Gallois-­‐sceptiques.   Le   rapport   Gallois   remis   le   5   novembre   2012   fait   suite   à   une   lettre   de   mission   du   Premier   ministre   Ayrault   en   date   du   11   juillet.   Il   porte   le   titre   de   «     Pacte   pour   la   compétitivité  de  l’industrie  française  »  et  comprend  six  parties  :  d’une  part  un  diagnostic   sur   l’inexorable   érosion   de   nos   positions   industrielles   et   d’autre   part   l’énoncé   de   22   propositions  à  valeur  d’axes  de  progrès.  (  déjà  diffusées  par  ailleurs  ).   Dans   cette   contribution,   il   semble   requis   de   proposer   au   lecteur   une   axiomatique   critique  née  de  notre  déception  en  tant  que  citoyen  et  analyste  des  faits  économiques.   1  )  La  définition  de  la  compétitivité  oriente  la  réflexion  :   Comme  dans  des  dizaines  de  sujets,  la  définition  primaire  donnée  à  la  notion  à  étudier   oriente   la   réflexion   voire   conditionne   ce   que   l’on   nomme   le   RHD  :   raisonnement   hypothético-­‐déductif.  Dans  le  cas  présent,  le  rapport  Gallois  retient  pour  définition  de  la   compétitivité  celle  issue  d’un  organisme  respectable  –  de  rang  constitutionnel  (  articles   69  et  suivants  de  la  Constitution  du  4  Octobre  1958  )  et  d’importance  sociétale  –  à  savoir   le  Conseil  économique  et  social  et  de  l’environnement  (  CESE  ).   Ainsi,  dans  un  simple  renvoi  de  bas  de  page  -­‐  alors  qu’il  s’agit  tout  de  même  du  sujet  du   titre  du  rapport  -­‐,  Monsieur  Gallois  nous  rappelle  que  :  «    La  compétitivité  est  la  capacité   de   la   France   à   améliorer   durablement   le   niveau   de   vie   de   ses   habitants,   et   à   leur   procurer   un   haut   niveau   d’emploi   et   de   cohésion   sociale,   dans   un   environnement   de   qualité.   Elle   peut   s’apprécier   par   l’aptitude   des   territoires   à   maintenir   et   à   attirer   les   activités,  et  par  celle  des  entreprises  à  faire  face  à  leurs  concurrentes  ».  (  p.  5  sous  note  1   ).   Son   choix   est   donc   de   retenir   une   définition   extensive   (   pouvoir   d’achat,   harmonie   sociale,  écologie,  attractivité  du  pays,  concurrence  )  qui  englobe  beaucoup  d’éléments   dans  la  compétitivité.  Or,  ce  qu’une  notion  gagne  en  extension,  elle  le  perd  en  capacité  de   résolution  des  difficultés  qu’elle  véhicule.  Autrement  dit,  le  concept  est  évolutif  suivant   le  niveau  d’agrégation  de  l’analyse  à  mener  :  niveau  micro-­‐économique  de  l’entreprise,   niveau  méso-­‐économique  du  secteur  ou  bien  sûr  niveau  macro-­‐économique.  
    •   99   En   retenant   une   telle   définition,   le   rapport   Gallois   se   place   de   facto   en   futur   commentateur   et   analyste   des   politiques   publiques   existantes   et   non   en   «  geyser   à   idées  »  comme  le  Général  de  Gaulle  aimait  à  appeler  Louis  Armand    (  Rapport  Armand-­‐ Rueff  de  1959  ).   La  compétitivité  n’est  pas  un  concept  statique  et  sa  définition  a  évolué  en  30  ans,  date  à   laquelle   Monsieur   Gallois   était   Directeur   Général   de   l’Industrie   sous   la   tutelle   ministérielle  de  Jean-­‐Pierre  Chevènement  :  voir  Assises  nationales  de  l’industrie  du  16   novembre  1982  clôturée  par  le  Président  François  Mitterrand.   Michaël   Porter,   auteur   de   «  L’avantage   concurrentiel  »     considère   que   «     Chercher   à   expliquer  la  compétitivité  au  niveau  national  est  incorrect.  Ce  qu’on  doit  comprendre,  ce   sont  les  déterminants  de  la  productivité  et  le  taux  de  croissance  de  la  productivité.  Pour   trouver  des  solutions,  on  devrait  se  focaliser,  non  pas  sur  l’ensemble  de  l’économie,  mais   plutôt  sur  des  industries  spécifiques  ou  encore  des  segments  d’industrie  ».  (  1990  ).   Si  le  rapporteur  Gallois  est  totalement  fondé  à  écrire  que  l’industrie  «    dépend  de   l’écosystème  crée  par  les  politiques  publiques  »  (  p.  5  )  -­‐  ne  serait-­‐ce  que  par  la  question   des  externalités  et  de  la  compétitivité  hors-­‐prix  (  voir  notre  chapitre  infra  )     -­‐  il  énonce  lui-­‐même    que  «  le  tissu  industriel  est  insuffisamment  solidaire  »  et  que  les   entreprises  «  n’identifient  pas  les  intérêts  communs  »  (  p.  13  ).   Dès   lors,   il   est   regrettable   qu’il   ne   développe   pas   davantage   cette   approche   de   la   compétitivité   par   filière   ce   qui   lui   aurait   évité   de   rester   allusif   sur   les   mutualisations   d’efforts  à  l’export,  sur  le  portage  à  la  grande  exportation  et  sur  la  capacité  à  générer  une   chaîne   de   valeur   où   chaque   entreprise   se   doit   de   contribuer   efficacement   à   la   compétitivité  du  produit  final.   Notre  premier  foyer  de  scepticisme  face  au  présent  rapport  vient  de  sa  définition  trop   extensive  de  la  notion  de  compétitivité  qui  l’éloigne  de  la  réalité  quotidienne  de  l’acte  de   production  qui  est  une  somme  d’actions  avec  souvent  une  somme  d’acteurs.  Ce  sont  ces   sommes  plus  ou  moins  réussies  qui  font  nos  succès  ou  nos  échecs,  voir  le  cas  du  contrat   non   signé   dans   le   nucléaire   à   Abu   Dhabi   où   Areva,   Total   et   EDF   étaient   supposés   travailler  de  concert.   La  définition  étant  acceptable  mais  perfectible,  Monsieur  Gallois  ne  traite  pas  dans  son   rapport  des  divisions  à  la  française.  Laissons  la  parole  à  un  industriel  reconnu,  Henri   Lachmann,  (  Président  du  conseil  de  surveillance  de  Schneider  Electric  )  qui  déclarait   dans   le   journal   «  20   minutes  »   le   14   septembre   2012  :   «     Nous   n’avons   pas   encore   compris   que   nous   nous   étions   globalisés   et   que   nous   avons   un   intérêt   objectif   à   travailler  avec  les  autres.  On  ne  gagne  jamais  seul.  Les  victoires  sont  toujours  collectives.   Aujourd’hui,   la   France   est   totalement   cloisonnée.   Paris   ne   voit   pas   la   Province.   Le   secteur  public  est  séparé  du  secteur  privé.  L’éducation  est  séparée  des  entreprises.  C’est   un  pays  à  36000  frontières  internes  avec  en  plus  des  frontières  très  strictes  vis-­‐à-­‐vis  des   autres  pays  ».   Au  nom  de  la  considération  intellectuelle  qu’il  convient  de  porter  à  Louis  Gallois,  il  est   sincèrement   regrettable   que   son   travail   n’évoque   pas   cette   réalité   et   se   contente   d’enfoncer   une   porte   ouverte   (   «  il   faut   rapprocher   le   système   éducatif   et   les   entreprises  »     p.   37   )   et   de   rappeler   –   sans   proposition-­‐phare   –   qu’il   «     faut   faire   travailler  les  acteurs  ensemble  »  :  titre  de  la  troisième  partie  du  rapport  en  page  31.   Nulle  part    n’est  développée  une  trame  de  proposition  en  matière  d’économies  d’échelle   ou  une  esquisse  de  politique  d’incitation  à  l’effet  d’expérience.  Rien  n’est  dit  sur  le  défi  
    •   100   d’intégrer  des  nouvelles  technologies  dans  un  process  de  production  où  la  loi  de  Wright   a   longtemps   été   la   clef   de   la   compétitivité.   Pour   mémoire,   cette   loi   a   été   identifiée   lorsque   le   produit   est   inchangé,   que   la   définition   du   poste   de   travail   est   stable  :   on   aboutit   alors   au   fait   que   l’opérateur   est   d’autant   plus   productif   qu’il   est   en   présence   d’accoutumances.  Certains  retrouveront  ici  la  célèbre  «  learning  curve  »  chère  au  Boston   Consulting  Group.  Des  études  d’autres  cabinets  de  consultants  estiment  que  notre  pays   serait   en   mauvaise   position   concurrentielle   relative   lorsqu’un   flot   trop   nourri   d’innovations  est  introduit  dans  les  lignes  de  production.   Dans  un  document  de  l’AFNOR  de  1998  (  «  La  compétitivité  par  la  maîtrise  des  coûts  »  ),   il  est  exposé  plusieurs  foyers  de  charges  à  maîtriser  :  le  rapport  Gallois  est  loin  d’être   exhaustif   ce   qui   obère   sa   portée.   De   surcroît,   il   faut   noter   la   définition   retenue   de   la   compétitivité   par   l’AFNOR  :   page   6  :   «  Etre   compétitif   c’est   pouvoir   supporter   la   concurrence  du  marché.  /.../  Les  entreprises  ont  pratiquement  toujours  la  volonté  de   maîtriser   leur   situation   économique.   Il   devient   par   contre   plus   difficile   de   choisir   les   moyens  appropriés  au  suivi  de  l’évolution  de  la  vie  des  produits  et  surtout  de  savoir  les   appliquer  ou  il  faut  quand  il  faut  ».     Tel  est  bien  un  des  manques  du  rapport  Gallois  :  par  la  définition  retenue  du  concept  à   étudier  et  par  une  sorte  d’obsession  de  l’identité  des  destinataires,  on  se  retrouve  avec   un  rapport  excessivement  orienté  vers  des  hauts  responsables  étatiques  et  non  vers  une   collectivité  de  décideurs.  Sans  diluer  son  ambition,  nous  pensons  que  le  rédacteur  aurait   largement   pu   consacrer   dix   pages   supplémentaires   aux   externalités,   à   la   logique   concrète  du  produire  ensemble,  à  l’analyse  par  filière  (  voir  méso-­‐économie  et  Stuart   Holland  ).   Au   demeurant,   lorsque   le   Premier   ministre   Alain   Juppé   avait   demandé   en   1996   un   rapport   au   Sénateur   Philippe   Marini   sur   «     la   modernisation   du   droit   des   sociétés  »,   nombre   de   lecteurs   furent   comblés   par   un   document   de   bonne   tenue   technique   et   d’intérêt   opérationnel.   De   même,   le   rapport   qui   mena   à   l’adoption   de   la   convention   Belorgey  (  droit  à  l’assurance  pour  les  personnes  ayant  un  grave  aléa  de  santé  )  en  1991   a  été  un  document  à  la  fois  tourné  vers  ses  commanditaires  étatiques  et  vers  la  société   civile.   Et   que   dire   du   rapport   Nora-­‐Minc   de   1978   sur   l’informatisation   de   la   société   française.   2  )  Société  complexe  et  Etat  attentif  :   De   notre   expérience   citoyenne   et   intellectuelle,   nous   retirons   la   profonde   conviction   qu’une  société  complexe  ne  peut  pas  parvenir  à  garantir  un  pacte  économique  et  social   digne  de  ce  nom  sans  un  Etat  attentif  et  mobilisé.   Face  aux  détresses  sociales  dont  certaines  émettent  des  signaux  de  faible  intensité,  l’Etat   doit  être  attentif.  A  l’opposé  des  préoccupations,  l’Etat  doit  être  attentif  aux  conditions   stratégiques   d’accès   d’Areva   en   termes   d’uranium.   Dans   les   deux   cas,   il   faut   par   conséquent  un  Etat  attentif  (  récepteur  d’informations  comme  l’a  démontré  le  linguiste   Ferdinand  de  Saussure  )  et  mobilisé  c’est  à  dire  concentré  et  cohérent.   Le   rapport   Gallois   et   ses   22   propositions   a   clairement   opté   pour   un   travail   visant   à   épauler  la  cohérence  de  l’Etat  notamment  pour  endiguer  «    le  culte  de  la  règlementation   couplé  avec  son  instabilité  qui  constituent  un  vrai  handicap  »  (  p.  11  ).  Ainsi  il  lance  un   appel   à   la   stabilité   quinquennale   de   plusieurs   dispositifs   publics  :   crédit   impôt   recherche,   dispositifs   Dutreil   (   transmissions   d’entreprise   ),   contribution   économique  
    •   101   territoriale,   incitation   sociales   à   destination   des   jeunes   entreprises   innovantes,   dispositifs  fiscaux  en  faveur  de  l’investissement  (  IR  PME  et  ISF  PME  ).  (  p.  20  ).   Et   pourtant,   faute   de   démonstration   –   car   il   n’y   a   que   des   énoncés   plus   ou   moins   péremptoires  –  le  scepticisme  l’emporte.   Trois   motifs   l’alimentent.   Tout   d’abord,   l’instabilité   législative   et   fiscale   est   un   fait   français   que   la   crise   accentue.   Monsieur   Gallois   ne   peut   manquer   de   savoir   qu’un   collectif  budgétaire  est  déjà  en  préparation  pour  le  premier  trimestre  2013.  Puis,  il  nous   dit  que  «  les  nouvelles  règles  prudentielles  (  Bâle  III  )  pèseront  inévitablement  sur  l’offre   de  crédit  des  banques  »  (  p.  12  )  précisément  au  moment  où  les  Etats-­‐Unis  ont  confirmé   leur   volonté   de   s’exonérer   partiellement   de   l’application   de   ces   règles   (   information   officialisée  après  la  remise  du  rapport  ).  Voilà  un  point  qui  risque  de  modifier  le  futur  –   et   imminent   –   examen   en   Conseil   des   ministres   de   la   loi   bancaire.   (   séparation   des   activités  de  dépôts  des  activités  à  haut  risque  selon  les  vœux  du  rapport  européen  dit   Liikanen  ).  Enfin,  quatre  sujets  abordés  de  front  par  le  rapport  Gallois  pourraient  être   taxés   de   serpents   de   mer.   Il   s’agit   respectivement   de   la   réforme   éducative   (   rapprochement  avec  les  entreprises  ),  du  respect  des  règles  du  crédit  interentreprises,   de   la   question   cruciale   du   transfert   d’une   large   part   des   cotisations   sociales   vers   un   financement  collectif  par  l’impôt  (  TVA,  CSG,  taxe  écologique  )  et  enfin  de  l’introduction   dans   notre   droit   d’un   régime   préférentiel   pour   les   petites   entreprises   à   l’image   du   «  Small  business  Act  nord-­‐américain  :  page  27.   Des  personnalités  aussi  diverses  que  Claude  Allègre,  François  Bayrou,  Xavier  Darcos  ou   Luc   Ferry   ont   toutes   engagées   une   tentative   de   passerelle   crédible   entre   les   mondes   éducatif   et   socio-­‐professionnel.   On   mesure   tristement,   pour   nombre   de   destins   de   jeunes,  l’échec  de  ces  tentatives.  Lire  le  rapport  Gallois  qui  ne  veut  pas  prendre  le  temps   d’écrire  une  ou  deux  pages  de  conviction  sur  cet  important  sujet  et  se  contente  de  poser   le   problème   tel   quel   laisse   le   lecteur   rempli   d’une   certaine   amertume   car   Monsieur   Gallois  aurait  pu  être  une  voix  forte  au  lieu  de  répéter  encore  une  fois  ce  que  tout  le   monde  sait.   Sur   le   respect   des   règles   du   crédit   interentreprises,   Monsieur   Gallois   en   appelle   aux   commissaires  aux  comptes  et  leur  rappelle  qu’ils  doivent  inscrire  cette  question  au  sein   de  leurs  «  avis  »  (sic  )  alors  qu’il  s’agit  d’une  question  qui  relève,  selon  une  réponse  de  la   Commission  juridique  de  la  CNCC  (  Compagnie  Nationale  des  Commissaires  aux  comptes   )   de   la   troisième   partie   du   rapport   annuel   du   Cac   qui   peut,   en   cas   de   manquement,   recourir  à  des  mesures  coercitives  y  compris  la  révélation  de  faits  délictueux  auprès  du   Procureur  de  la  République  (  Source  :  Francis  Lefebvre,  mémento  Audit  ).   Enfin,  s’agissant  du  Small  business  Act  qui  serait  effectivement  opportun  et  bienvenu,  il   faut  se  remémorer  qu’un  rapport  sénatorial  N°374  de  1997  traitait  exhaustivement  de   cette   question   et   que   les   gouvernements   successifs   influencés   –   notamment   –   par   la   Direction  du  Budget  n’ont  jamais  voulu  traduire  ce  constat  limpide  en  actes.   Notre   état   d’esprit   gallois-­‐sceptique   est   à   son   comble   car   là   encore,   le   rapport   est   décidément   trop   allusif.   Tel   un   lipogramme   de   Georges   Perec,   l’auteur   et   ses   deux   adjoints  (  Messieurs  Lubin  et  Thiard  )  ont  décidé  de  supprimer  plus  qu’une  voyelle  mais   un  mot  entier  :  celui  de  plaidoyer.   Alors   même   qu’ils   appellent   à   «  un   choc   de   confiance  »     allant   au-­‐delà   du   «  choc   de   compétitivité  »   (   p.   22   ),   ils   ne   font   guère   d’assauts   de   rhétorique   pour   emporter   la  
    •   102   conviction.  D’autant  plus  regrettable  que  le  «  buzz  »  était  fait  autour  de  ce  rapport  et  que   l’attention  de  millions  de  gens  était  captée  voire  acquise.         3  )  La  question  de  l’innovation  :  un  pivot  stratégique   Dans   le   rapport   Debonneuil   et   Fontagné   du   Conseil   d’analyse   économique   intitulé   «  compétitivité  »  (  parution  en  2003  ),  il  est  clairement  établi  le  lien  entre  innovation  et   compétitivité  d’une  entreprise  et  plus  généralement  d’une  Nation.   Sur   ce   sujet,   le   rapport   Gallois   est   confirmatif   et   ajoute   un   point   important   souvent   méconnu  :  «    La  France,  contrairement  aux  idées  reçues,  est  une  terre  d’émergence  de   PME   innovantes,   souvent   révélées   par   le   programme   des   Investissements   d’Avenir   et   par  les  projets  collaboratifs  des  pôles  de  compétitivité  »  (  p.  14  ).   L’innovation  est  donc  un  pivot  stratégique  pour  notre  «  ambition  industrielle  :  la  montée   en  gamme  »  (  titre  de  la  deuxième  partie  du  rapport,  p.  18  ).   La   cinquième   partie   du   rapport   Gallois   s’intitule  :   «  Pour   une   politique   industrielle   européenne  »   et   expose   la   mise   à   jour   par   la   Commission   de   Bruxelles   de   sa   «  Communication  de  2010  sur  une  industrie  européenne  plus  forte  »  (  p.  47  ).  A  la  suite,   cette  partie  du  rapport  traite  du  PCRDT,  c’est  à  dire  d’un  programme  cadre  de  recherche   et   développement   technologique   qui   devrait   concerner   la   période   2014-­‐2020.   Selon   Monsieur  Gallois,  cette  perspective  «    doit  être  saluée  tant  elle  va  dans  le  bon  sens  »  :  elle   devrait  représenter  un  budget  global  de  80  milliards  d’euros.   Tant  sur  le  fond  que  sur  la  forme,  le  rédacteur  respecte  bien  la  lettre  de  mission  signée   du   Premier   Ministre   qui   lui   indiquait  :   «  enfin,   certaines   évolutions   en   matière   de   politique  européenne  ou  dans  le  cadre  de  nos  échanges  internationaux  pourraient  vous   apparaître  souhaitables  »   Pour  notre  part,  une  certaine  déception  doublée  d’un  scepticisme  avéré  concerne  cette   partie  du  rapport  qui  est  très  en  retrait  des  compétences  de  l’auteur  dont  il  faut,  avec  un   peu  de  solennité,  rappeler  qu’il  a  –  à  la  même  époque  -­‐  fort  bien  représenté  la  France  au   sein   du   groupe   d’experts   réunis   autour   du   Gouverneur   de   la   Banque   de   Finlande   –   Monsieur   Liikanen   –   sur   la   question   de   la   réforme   des   structures   et   périmètres   bancaires.   Cela  signifie  que  les  accès  à  l’Europe  pour  un  homme  du  rang  social  de  Monsieur  Gallois   sont  fluides  et  proactifs.  Dans  ce  contexte  de  compétences  et  de  facultés  d’accès,  nous  ne   comprenons  pas  pourquoi  son  rapport  n’évoque,  en  nul  endroit,  le  programme  COSME   qui  est  décidé  et  couvrira  la  période  2014  à  2020.   Ce   programme   est   destiné   «     à   la   compétitivité   des   entreprises   et   des   petites   et   moyennes   entreprises  ».   Notre   étonnement   nous   conduit   à   inclure   le   lien   vers   la   présentation   émanant   de   la   Commission   européenne  :   http://ec.europa.eu/cip/cosme/index_fr.htm     De  la  lecture  rapide  ou  détaillée  de  ce  lien,  on  déduit  que  le  rapport  Gallois  a  fait  peu  de   cas  de  l’Europe,  en  vérité.  
    •   103   Dans  sa  conférence  de  presse  du  13  Novembre,  le  Président  Hollande  a  dit  nettement  :  «     Le  déclin  n’est  pas  notre  destin  ».  Nous  ajoutons,  à  nos  rang  et  place,  une  suite  à  cette   phrase  :  «    ...à  condition  que  l’Europe  soit  notre  dessein  ».  Manifestement  le  programme   COSME  est  méconnu  d’un  rapport  qui  indique  par  ailleurs  que  «    La  France  doit  être  plus   active  et  surtout  s’exprimer  d’une  voix  unique  sur  ces  sujets  (  brevets  et  normes  )  dans   les  enceintes  européennes  /.../  où  notre  présence  est  parfois  insuffisante  «  .  (  p.  26  ).   Monsieur  Gallois  parle  de  choc  de  confiance  :  dans  «  La  société  de  confiance  »,  l’éminent   Alain  Peyrefitte  a  minutieusement  explicité  ces  fragments  de  vie  sociétale  qui  finissent   par  créer,  ou  non,  la  confiance  vis  à  vis  des  Gouvernements.    Dans  le  cas  de  ce  rapport,  la   non-­‐exhaustivité  sur  un  programme  non  majeur  mais  toutefois  prometteur  et  déjà  en   cours  de  déploiement  laisse  un  sentiment  de  malaise  sur  le  caractère  franco-­‐français  des   lignes  de  l’ancien  Président  de  la  SNCF.   4  )  Une  divergence  :  le  pacte  social.   Monsieur  Louis  Gallois  écrit  en  page  55  :  «    Les  circonstances  de  la  2ème  guerre  mondiale   et  de  la  Libération  avaient  permis  d’élaborer,  en  1946,  un  Pacte  qui  a  permis  les  «  Trente   glorieuses  »  ;  chacun  sent  aujourd’hui  que  ce  Pacte  négocié  il  y  a  60  ans  est  à  bout  de   souffle,  qu’il  ne  fonctionne  plus  et  qu’il  «  fossilise  »  (sic)  le  dialogue  social.  Il  faut  en  bâtir   un  nouveau  ».   Autant   la   page   57   sur   la   sécurisation   de   l’emploi   nous   semble   conforme   à   la   réalité,   autant  la  phrase  précitée  ne  nous  invite  qu’à  l’expression  d’une  divergence.   En  premier  lieu,  l’auteur  oublie  qu’il  y  a  eu  des  luttes  sociales  –  notamment  dans  les   mines  –  et  que  le  pacte  social  qui  a  émergé  des  années  46  et  suivantes  n’a  pas  été  simple.   Pour  être  clair,  qu’un  des  collaborateurs  de  l’ancien  manager  d’EADS  regarde  la  date  de   créations  des  CRS  et  la  biographie  de  Jules  Moch.   En  deuxième  lieu,  toutes  les  études  d’histoire  économique  (  voir  Professeur  Jean-­‐Charles   Asselin  )  conviennent  de  l’importance  du  plan  Marshall  qui  a  aidé  à  la  reconstruction  de   l’Europe  de  l’Ouest  et  à  l’amélioration  du  niveau  de  vie.  Facteur  capital  et  facteur  travail   donnent,   comme   diraient   Monsieur   Malinvaud   ou   feu   Jean   Fourastié,   les   trente   glorieuses  d’autant  qu’il  y  a  l’importance  statistique  reconnue  du  facteur  résiduel.   En  troisième  lieu,  affirmer  que  le  dialogue  social  est  «  fossilisé  »  revient  à  omettre  qu’en   temps  de  crise  «    il  y  a  moins  de  grain  à  moudre  »    comme  le  disait  le  prédécesseur  de   Marc  Blondel  chez  Force  ouvrière  :  Monsieur  André  Bergeron.   Lorsque  les  budgets  publics  étaient  moins  contraints,  lorsque  les  implantations  d’usines   étaient   plus   nombreuses,   la   DATAR   (   Délégation   à   l’Aménagement   du   Territoire   et   à   l’Action  Régionale  )  avait  un  rôle  plus  éminent,  moins  fossilisé  que  maintenant.   Le  lecteur  attentif  aura  noté  que  Monsieur  Gallois  retient  la  définition  de  la  compétitivité   du  CESE  où  l’aménagement  du  territoire  est  mentionnée  mais  ne  cite  en  rien  la  DATAR   dans  son  texte.  Elle  pourrait  être  un  maillon  de  cohésion  productive  et  spatiale.   Sur   le   pacte   social,   nous   préférons   lire   et   relire   l’excellent   texte   d’Antoine   Riboud   de   1986  :  «    Modernisation,  mode  d’emploi  ».  C’est  impressionnant  de  voir  l’actualité  qu’ont   conservé  certaines  de  ses  analyses.   Sur  le  fond,  ce  n’est  pas  le  pacte  social  qui  est  fossilisé,  c’est  une  partie  du  monde  du   travail  qui  pense  (  et  crie  ?  )  à  «    la  trahison  des  clercs  »  (  Julien  Benda  et  crise  des  élites  )   tandis  que  la  société  est  en  phase  d’anomie  :  terme  que  Durkheim  définissait  comme  une   situation  de  dérèglement  social  par  dilution  des  valeurs  d’un  groupe.  
    •   104     5  )  Devenir  du  rapport  Gallois  :   La   porte-­‐parole   du   Gouvernement,   Madame   Vallaud-­‐Belkacem,   a   indiqué   derechef   ne   plus  souhaiter  entendre  le  mot  «  couac  ».  S’agissant  du  rapport  Gallois,  il  y  aura  donc  un   «  hic  »  non  pas  tant  sur  le  nombre  de  propositions  qui  seront  reprises  et  traduites  en   actes  par  les  Pouvoirs  publics  que  par  le  calendrier  de  leurs  mises  en  œuvre.  Ainsi  alors   qu’il  y  a  incontestablement  urgence,  la  réforme  de  la  TVA  est  fixée  à  2014  et  le  crédit   d’impôt   compétitivité   qui   a   démarré   début   2013   pose   question   suivant   son   degré   de   formalisme  requis  (  Effet  d’aubaine  ?  ).   Pour  notre  part,  alors  que  la  DATAR  et  d’autres  organismes  sont  laissés  de  côté,  nous   avons  noté  que  tel  Jacques  Chirac  (  qui  affectionnait  les  Hautes-­‐Autorités,  les  Conseils   Nationaux,  les  Agences,  etc  )  Monsieur  Louis  Gallois  ne  résiste  pas  à  la  tentation  –  par   procuration   indirecte   -­‐   de   lever   l’impôt   en   prônant   la   création   d’un   nouvel   outil   administratif  :  la  Commissariat  à  la  Prospective.   Dans  les  pays  anglo-­‐saxons,  la  revue  d’utilité  des  QUANGOS  (  Quasi  Non  Governemental   Organizations  )  est  effectuée  régulièrement.  De  Tony  Blair  à  David  Cameron  en  passant   par  le  Président  réélu  Obama.  En  France,  nous  sédimentons  les  strates  et  apprécions  le   mille-­‐feuille  administratif.   En   conclusion,   nous   souhaitons   livrer   à   la   réflexion   du   lecteur   deux   points   d’importance  :   Tout   d’abord,   le   rapport   Jacquemin   et   Pench   de   1997   avait   repris   les   travaux   d’un   groupe   consultatif   sur   la   compétitivité   mis   en   place   par   l’ancien   Président   de   la   Commission  européenne  :  Monsieur  Jacques  Santer.   Ce   rapport   permet   d’établir   des   points   communs   avec   des   dizaines   de   textes   sur   la   compétitivité.   Analyse   en   terme   de   niveaux   (   macro,   branche,   micro   ),   de   facteurs   de   production   (   dont   le   facteur   résiduel   que   Monsieur   Gallois   n’aborde   hélas   pas   ),   de   politiques   publiques.   Puis,   les   auteurs   de   1997   ont   noté   que   les   préconisations   sont   souvent   très   convergentes  :   concurrence   à   renforcer   mais   contrôler,   simplification   administrative,   subventions   à   l’innovation,   liens   avec   l’enseignement,   valorisation   du   capital  humain,  etc.   Il  y  a  donc  diagnostic  partagé  depuis  des  années  et  répétition  des  recommandations  ce   qui  induit  un  questionnement  sur  la  profondeur  de  la  volonté  politique.   Parlant   de   volonté   politique,   l’ancien   député   socialiste   Michel   Charzat   n’en   manqua   point   lorsqu’il   remit   un   rapport   au   Premier   ministre   Lionel   Jospin   en   2001   où   il   soulignait  l’importance  «    d’attirer  ou  de  maintenir  sur  notre  territoire  les  talents,  les   capitaux,  les  centres  de  décisions  économique,  scientifique  et  culturel  ».   Conclusion  :   Premier  volet  de  notre  conclusion  :  le  rapport  Gallois  se  garde  bien  d’évoquer  certaines   problématiques  d’actualité  ce  qui  rend  difficile  l’acceptation  d’autres  parties  du  propos.   Deuxième   volet   de   notre   conclusion  :   Monsieur   Gallois   est   un   homme   très   occupé,   professionnellement  multipositionné  comme  disent  les  sociologues.   A  partir  du  moment  où  il  était,  au  même  moment,  un  des  experts  du  Groupe  Liikanen,   peut-­‐être  était-­‐il  excessif  de  lui  demander  un  tel  exercice  à  dominante  solitaire.  
    •   105   Pour  notre  part,  soucieux  du  travail  collectif  et  de  la  parité,  nous  aurions  milité  pour  un   groupe  de  travail  –  une  task  force  –  composé  de  Mesdames  Patricia  Barbizet,  Véronique   Morali  (  notamment  administrateur  de  Coca-­‐Cola  Inc  ),  Henri  Lachmann  et  Jean-­‐Louis   Beffa.  Le  secrétaire  des  débats  pouvant  alors  être  le  regretté  Olivier  Ferrand.   En   notre   for   intérieur,   tout   le   monde   a   relevé   notre   respect   pour   l’homme   qui   est   l’auteur  du  rapport  Gallois  mais  nous  demeurons  Gallois-­‐sceptique  face  aux  omissions   volontaires  et  à  quelques  lacunes  qui  donnent  à  ce  texte  un  goût  d’inachevé.  Pour  ne  pas   dire  plus.   «    Ce  qu’on  touchait  avec  les  mains,  on  le  lit  avec  l’œil  »  (  p.  138  )  a  écrit  Antoine  Riboud   dans  le  rapport  précité  de  1986  en  rapportant  les  propos  d’ouvriers  désormais  face  à   des  machines  à  commande  numérique.  Pour  avoir  côtoyé  le  monde  industriel,  je  regrette   qu’un  rapport  du  rang  de  celui  remis  en  début  de  ce  mois  de  Novembre  2012  n’ait  pas   évoqué  en  quelques  pages  la  formidable  mutation  du  travail  industriel  et  la  source  de   compétitivité   que   représente   la   juste   adaptation   des   hommes   et   des   femmes   à   la   modernité.   Louis  Gallois  aurait  pu  exposer  cet  aspect  des  choses  aux  deux  décideurs  pressés  que   sont  désormais  Messieurs  Hollande  et  Ayrault.  L’opinion  aurait  aussi  beaucoup  appris.   En  fait,  Louis  Armand  ou  l’ancien  ministre  André  Giraud  auraient  bâti  autrement  leurs   démonstrations.  Mais  ils  auraient  pris  le  soin  de  les  élaborer  et  de  les  diffuser.   «    Pour  agir,  les  agents  économiques  ressentent  le  besoin  d’un  cadre  de  référence  que   l’Etat  ne  peut  seul  apporter  mais  auquel  il  peut,  dans  la  situation  actuelle,  puissamment   contribuer  ».  (  p.  410,  Actes  des  journées  de  travail  sur  l’industrie,  15  et  16  Novembre   1982  ).   Puisse  cette  citation  de  Monsieur  Gallois  rester  exacte  à  30  ans  d’intervalle  :  que  l’Etat   contribue  activement  à  la  compétitivité  mais  que  d’aucuns  ne  surestiment  pas  non  plus   son  rôle.   Fournir  les  moyens  de  la  compétitivité,  ce  n'est  pas  se  substituer  aux  entrepreneurs  ni   les   vilipender   comma   aime   à   la   faire   d'aucuns   dont,   hélas,   Arnaud   Montebourg   dont   l'intelligence   paraît   souvent   happé   par   le   caractère,   donc   par   une   dimension   peu   rationnelle.  
    •   106   XXV   Compétitivité  hors-­‐prix  et  externalités       Comme   l'a   démontré   le   débat   de   2012   autour   du   rapport   Gallois,   il   convient   de   distinguer  au  sein  de  la  notion  de  compétitivité  la  composante  prix  de  la  composante   hors-­‐prix.   Ainsi,   les   économies   externes   (   les   externalités   )   sont   rarement   traitées   au   rang  qu’elles  devraient  occuper.  Abordons  ici  leurs  apports  à  la  compétitivité.   Si   vous   interrogez   un   chef   d’entreprise   même   assez   pointu   en   économie,   il   n’est   pas   certain   que   le   concept   d’externalités   ne   lui   fasse   tendre   l’oreille   ou   émettre   une   définition  assez  précise.  Ce  concept  est  vu  rapidement  pendant  les  études  et  après,  bien   peu  s’en  préoccupent  alors  qu’il  est  une  des  clefs  de  notre  redressement  productif  pour   utiliser  l’intitulé  du  ministère  conduit  par  Monsieur  Arnaud  Montebourg.   Une  externalité  est  définie  comme  tout  effet  créé  par  autrui  lorsqu’il  procure  à  un  agent   économique   un   avantage   généralement   gratuit.   On   cite   traditionnellement   le   petit   restaurant  qui  voit  sa  clientèle  augmenter  suite  à  l’arrivée  du  siège  social  d’une  grande   entreprise.   Plus   significativement,   il   y   a   externalité   positive   lorsqu’une   ligne   de   TGV   permet  aux  voyageurs  de  gagner  du  temps,  au  foncier  entourant  les  gares  de  prendre  de   la   valeur   et   aux   entreprises   de   pouvoir   attirer   du   personnel   de   qualité   (   que   l’éloignement  initial  rebutait  ).     Une  externalité  est  donc  une  sorte  de  bonus  auquel  l’agent  économique  bénéficiaire  n’a   pas  contribué.  Ce  concept  traduit  concrètement  l’interdépendance  des  différents  acteurs   économiques  :   ainsi,   on   a   souvent   utilisé   l’exemple   de   l’apiculteur   situé   près   d’un   horticulteur.   Les  externalités  positives  sont  donc  des  foyers  qui  viennent  alimenter  la  compétitivité   hors-­‐prix  du  fait  de  leur  impact  sur  les  ressources  humaines  (  qualité  du  personnel,  etc  ),   de  leur  impact  sur  la  valeur  de  l’entreprise  déjà  installée  (  foncier  en  hausse,  etc  ),  de   leur  impact  sur  les  charges  variables  (  meilleure  maîtrise  du  poste  logistique,  etc  ).   Bien   entendu,   dans   le   cas   du   poste   transport,   on   voit   bien   que   les   éléments   sont   intimement  liés  :  d’un  côté  une  bonne  logistique  permet  de  livrer  dans  des  délais  plus   courts  (  compétitivité  hors-­‐prix  )  et  d’un  autre  de  mieux  tenir  la  dépense  (  compétitivité-­‐ prix).   Il  est  probablement  regrettable  que  cette  attention  aux  externalités  positives  ne  soient   pas  davantage  diffusée  dans  les  écoles  de  commerce  et  auprès  des  responsables-­‐terrains   des  Chambres  de  commerce.   Mais  qui  dit  bonus  comme  ci-­‐dessus  développé,  peut  aussi  dire  malus  :  on  parle  alors  de   déséconomie   externe   ou   encore   d’externalités   négatives.   Il   s’agit   des   cas   où   un   agent   économique   vous   contraint   à   engager   des   dépenses   non   prévues.   L’Etat   est   alors   cité   dans   le   cas   de   la   construction   du   boulevard   périphérique   qui   a   affecté   la   valeur   des   immeubles   qui   en   sont   proches   mais   aussi   –   et   surtout   –   la   santé   des   riverains   de   surcroît  souvent  condamnés  à  payer  des  travaux  d’isolation.   De   manière   plus   insidieuse,   une   externalité   négative   réside   dans   l’allongement   tendanciel   du   temps   de   trajet   domicile-­‐travail   qui   n’a   jamais   pu   être   intégré   dans   la  
    •   107   notion   de   pénibilité   du   travail   (   même   au-­‐delà   de   trois   heures   par   jour   )   lors   de   la   dernière  réforme  des  retraites.  De  même  certains  économistes  considèrent  une  mobilité   professionnelle  subie  comme  une  externalité  négative.   Autrement   dit,   si   une   usine   enregistre   parfois   un   taux   de   rebut   dépassant   sa   norme   sectorielle,  cela  peut  provenir  d’une  altération  des  capacités  du  facteur  travail  :  celle-­‐ci   étant  issue  d’externalités  négatives  générant  stress  et  fatigue.    (  taux  d’incidents  sur  les   lignes  du  RER,  retards  aériens,  etc  ).   De   nos   jours,   ce   sont   les   multiples   foyers   de   pollution   qui   sont   usuellement   désignés   comme  des  déséconomies  externes.  (  embouteillages,  déchetteries  sauvages,  etc  )   Au   plan   théorique,   l’existence   incontestable   d’externalités   trouble   le   raisonnement   de   l’optimum   de   Pareto   puisqu’elles   peuvent   empêcher   une   allocation   optimale   des   ressources.   Les   externalités   sont   donc   un   passager   clandestin   qui   pollue   ou   vient   améliorer  la  réalisation  d’un  business  plan.   Au  plan  concret,  on  voit  bien  que  si  un  maire  d’une  commune  limitrophe  à  un  centre  de   recherches   biotechnologiques   sait   construire   des   lotissements,   on   déclenche   un   processus  plus  que  collectivement  gagnant.  C’est  à  une  réflexion,  reposant  sur  les  outils   de  l’aménagement  du  territoire  et  de  son  attractivité  internationale,  que  nous  appelons   le  ministère  de  l'industrie  alias  le  ministère  du  redressement  productif.  Développer  les   externalités  positives,  c’est  servir  le  dynamisme  de  notre  compétitivité.   Autre   point   d’importance,   nous   sommes   surpris   par   le   peu   de   lien   qui   existe   dans   la   littérature  entre  externalités  et  facteur  résiduel.   Rappelons  que  le  facteur  résiduel  est  la  partie  «  inexpliquée  »  de  la  croissance.  A  côté  de   la   combinaison   des   facteurs   de   production   que   sont   respectivement   le   capital   et   le   travail,   les   économistes   Carré,   Dubois   et   Edmond   Malinvaud   (   longtemps   à   la   tête   de   l’I.N.S.E.E   )   en   utilisant   la   fonction   de   Cobb-­‐Douglas   ont   réussi   à   démontrer   dans   les   années  70  que  sur  un  taux  de  croissance  de  5%  (  chiffre  qui  fait  rêver  de  nos  jours...)  le   facteur  travail  a  contribué  à  hauteur  de  1%,  le  facteur  capital  à  hauteur  de  1,5%.  Ainsi,  le   facteur   mystère   dit   résiduel   a   pesé   sur   2,5%   soit   la   moitié   du   taux   nominal   de   croissance.   Quand  bien  même  leur  calcul  serait  un  peu  erroné  –  ce  qui  n’a  jamais  été  démontré  –   cela  prouve  l’importance  des  autres  éléments  hors  travail  et  capital  comme  la  formation   professionnelle   du   personnel,   l’impact   d’une   innovation   maîtrisée   ou   la   politique   de   grappes  d’innovation  (  voir  www.franceclusters.fr  ).  Là  encore,  on  touche  clairement  aux   ingrédients  du  redressement  productif  et  à  la  compétitivité  hors-­‐prix  où  notre  Nation  a   un  véritable  effort  à  accomplir.   La  matière  est  vaste  mais  une  conclusion  s’impose  :  si  nous  voulons  que  notre  pays  ne   voit   pas   ses   salariés   trop   souffrir   des   temps   sombres   (   prévisions   «  réajustées  »   de   croissance  pour  2013  ),  il  faut  engager  des  dynamiques  de  réflexion  sur  les  externalités   en  gardant  à  l’esprit  que  c’est  ainsi  que  l’on  alimente  favorablement  le  facteur  résiduel   donc  une  part  de  la  croissance  qui  nous  fait  défaut  et  demeure  le  pivot  et  la  solution  à   beaucoup  de  nos  défis  à  commencer  par  la  tenue  des  finances  publiques.   Selon   nous,   en   matière   d’externalités,   les   décideurs   français   ont   rarement   «  l’esprit   jeune  »  que  le  philosophe  Gaston  Bachelard  mort  il  y  a  un  peu  plus  de  cinquante  ans  (  16   Octobre  1962  )  rapporte  fort  justement  dans  un  passage  de  son  livre  (  La  formation  de   l’esprit  scientifique  )  :  «    Face  au  réel,  ce  qu’on  croit  savoir  clairement  offusque  ce  qu’on  
    •   108   devrait  savoir.  Quand  il  se  présente  à  la  culture  scientifique,  l’esprit  n’est  jamais  jeune.  Il   est   même   très   vieux,   car   il   a   l’âge   de   ses   préjugés.   Accéder   à   la   science,   c’est   spirituellement   rajeunir,   c’est   accepter   une   mutation   brusque   qui   doit   contredire   un   passé  ».   A  l’heure  de  l’avènement  d’une  société  du  numérique  et  de  l’accélération  de  l’innovation,   oui,  il  faut  assimiler  l’idée  de  Bachelard  et  se  dire  qu’en  matière  de  compétitivité  hors-­‐ prix,  d’externalités  et  de  facteur  résiduel  «    ce  qu’on  croit  savoir  clairement  offusque  ce   qu’on  devrait  savoir  ».    
    •   109                                  
    •   110   XXVI   Entreprises  innovantes  :  urgence  !       Le  duel  âpre  et  tous  azimuts  que  se  livrent  Apple  et  Samsung  ne  se  règle  pas  que  devant   la   Justice  :   il   se   déroule   d’abord   au   travers   leur   course   à   l’innovation   dans   leurs   laboratoires  respectifs.  La  France  est  en  retard  sur  ce  plan  :  oui,  il  y  a  urgence  en  matière   d’entreprises  innovantes.   Une  entreprise  est  caractérisée  par  la  production  qu’elle  est  en  capacité  de  fournir.  Donc   par  la  pertinence  de  sa  fonction  de  production  (  combinaison  capital-­‐travail  )  et  de  son   facteur  résiduel  (  voir  travaux  de  Carré,  Dubois  et  Malinvaud  )  qui  regroupe  le  progrès   technique,  les  externalités  positives,  etc.  (  voir  chapitre  précédent  ).   Notre  pays  est  marqué  depuis  longtemps  par  une  caractéristique  :  nous  savons  générer   de  géniaux  inventeurs  (  André  Citroën,  Jean  Mantelet,  Jacques  Borel,  )  mais  ceux-­‐ci  ont   du   mal   à   développer   une   entreprise   de   taille   significative   et   durable.   A   cet   effet,   l  ‘histoire   chaotique   des   Automobiles   Citroën   est   édifiante.   Mais   elle   est   surtout   révélatrice  de  l’importance  de  l’innovation.  Sans  la  découverte  et  la  mise  au  point  de  la   traction  avant,  la  firme  du  Quai  de  Javel  n’aurait  pas  surmonté  ses  difficultés  financières   de  l’entre-­‐deux-­‐guerres.  Idem  pour  l’ID  qui  allait  ensuite  devenir  la  DS.   L’innovation   peut   donc   être   planche   de   salut   pour   une   entreprise   installée.   Elle   peut   aussi   être   le   moyen   formidable   d’une   croissance   organique   comme   l’industrie   pharmaceutique  le  démontre  avec  l’apparition  de  «  blockbusters  »  :  le  Lipanthyl  pour  les   Laboratoires  Fournier  en  France,  le  Viagra  pour  Pfizer  aux  Etats-­‐Unis.   Moyen   de   survie   ou   moyen   d’expansion   impressionnante,   l’innovation   n’est   jamais   uniforme  :  ainsi,  elle  peut  n’être  qu’incrémentale  (  graduelle  et  limitée  )  et  concerner,   par  exemple,  un  packaging  mais  pas  le  produit  principal.     L’innovation  peut  au  contraire  être  radicale  et  représenter  un  «  breakthrough  »  qui  rend   brutalement  obsolète  les  anciens  produits  :  passage  du  walkman  à  cassettes  au  lecteur   portable  de  CD.  Apparition  des  voitures  hybrides  où  la  Lexus  a  été  vendue  à  plus  de  5   millions  d’unités  dans  le  monde.  Etc.   Si  l’innovation  est  généralement  visualisée  comme  un  nouveau  produit  ou  un  nouveau   service,  elle  peut  aussi  se  loger  dans  une  nouvelle  organisation  ou  un  nouveau  process   de  fabrication  plus  économe  en  matières  premières  (  croissance  verte  ).   Une  chose  est  établie,  le  capitalisme  se  nourrit  d’une  succession  d’innovations  soit  du   côté  de  la  demande  :  exemple  des  besoins  exprimés  des  malades  en  dialyse  ou  en  fin  de   vie   (   appareillages,   anti-­‐douleurs,   etc).   Soit   du   côté   de   l’offre   où   l’électronique   grand   public  est  un  exemple  patent  (  iPad,  smartphones,  etc  )  de  la  pertinence  de  la  Loi  de  Say  :   «  l’offre   crée   sa   propre   demande  ».   Souvenons-­‐nous   du   brillant   slogan   publicitaire   de   Sony  :  «  J’en  ai  rêvé,  Sony  l’a  fait  ».   Selon   Joseph   Schumpeter   (   Théorie   de   l’évolution   économique   1913   ),   ces   formes   d’innovation   variées   sont   issues   des   travaux   d’entrepreneurs   dynamiques   qui   provoquent  ainsi  des  chocs  erratiques  à  valeur  de  variable  exogène.  L’important  étant   que   le   théoricien   de   ce   que   l’on   nomme   l’école   de   l’évolutionnisme   économique  
    •   111   démontre  qu’après  un  choc  innovant  primaire,  on  relève  l’existence  itérative  de  sous-­‐ éléments,  de  grappes  connexes  d’innovation.   Là   où   le   contexte   a   changé,   c’est   que   le   facteur   travail   des   produits   émergents   est   désormais  en  pleine  capacité  de  produire  des  objets  complexes  :  exemple  du  téléphone   d’Apple   assemblé   en   Chine.   La   thèse   de   l’avantage   comparatif   technologique   (   voir   Guruber,   Hufbauer,   etc   )   qui   comportait   trois   phases  :   mise   au   point   (   innovation)  ;   diffusion,   maturité   et   banalisation,   est   désormais   comprimée   dans   un   espace-­‐temps   beaucoup  plus  bref.  Une  innovation  réalisée  dans  la  Silicon  Valley  peut  se  retrouver  en   montage  en  Corée  ou  en  Chine  moins  de  18  mois  plus  tard.   Ainsi  l’innovation  doit  compter  avec  le  mouvement  de  délocalisation.  De  surcroît,  elle   doit  compter  sur  une  ouverture  géographique.  Un  éditorialiste  du  Monde  avait  écrit,  il  y   a  deux  ans,  «  les  dettes  sont  au  Nord  et  les  ressources  au  Sud  ».  En  matière  d’innovation,   on  doit  affirmer  que  les  innovations  sont  principalement  au  Nord  mais  plus  seulement   surtout  si  l’on  songe  à  des  pays  tels  que  l’Inde  et  au  secteur  informatique.   Concernant  la  France,  il  y  a  urgence  car  nous  risquons  d’être  laminés  entre  la  fécondité   innovatrice  des  Etats-­‐Unis  et  celles  des  pays  émergents.   Nous  avons  le  don  pour  empiler  des  idées  et  des  structures  :  le  CEPME  devenu  Oséo,  le   crédit   d’impôt-­‐recherche,   les   pôles   de   compétitivité,   les   colloques   en   tous   genres.   Pendant  ce  temps-­‐là  des  initiatives  plus  discrètes  avancent  avec  brio  tels  les  Instituts   Carnot  ou  France  Clusters  ou  certaines  actions  des  collectivités  locales.   Pour   notre   part,   en   référence   au   pôle   de   Grenoble   soutenu   par   Michel   Destot,   nous   estimons  qu’il  faut  promouvoir  l’innovation  territoriale  en  contribuant  à  mailler  tel  ou   tel   bassin   d’emploi   ce   qui   est   porteur   d’externalités   positives.   Il   nous   est   arrivé   de   croiser,   sur   la   même   zone   industrielle,   des   responsables   qui   n’avaient   jamais   eu   le   réflexe  de  savoir  quels  étaient  leurs  centres  d’intérêts.  Il  est  urgent  de  décloisonner  par   le  dialogue  «  face  to  face  »  qui  débouchera  peut-­‐être  sur  des  vents  porteurs.   Deuxième  idée,  il  faut  accepter  le  «  wandering  thinking  »  c’est  à  dire  la  pensée  errante   qui  permet  de  vagabonder  à  la  recherche  d’idées  .  Par  culture,  par  système  de  formation,   nos   approches   sont   parfois   trop   cartésiennes   là   où   l’innovation   peut   provenir   de   sérendipité.   L’exemple   célèbre   du   Post-­‐it   découvert   par   hasard   à   partir   d’un   besoin   personnel  de  marque-­‐pages  est  connu.   Troisième  idée,  il  est  des  secteurs  où  les  résultats  des  analyses  AMDEC  (  Analyse  des   Modes  de  Défaillances,  de  leurs  Effets  et  de  leurs  Criticités  )  ne  sont  pas  clairement  mis   en  commun  et  remontés  vers  les  bureaux  d’études.  La  gestion  des  incidents  survenus   aux   clients   avec   des   véhicules   Volvo   ou   Toyota   est   traitée   efficacement   au   regard   de   certaines  pratiques  françaises.  (  voir  régulateurs  de  vitesse  sur  modèle  haut  de  gamme   de   l’ancienne   Régie   ).   On   est   encore   loin   de   l’innovation   de   Starbucks   qui   a   instauré   «  mystarbuckidea  »  pour  pouvoir  disposer  même  de  la  plus  insignifiante  –  en  apparence   –  information  de  ses  clients.  L’idée  maîtresse  de  ce  «  bottom-­‐up  »  étant  que  l’on  apprend   souvent  de  ceux  qui  alimentent  votre  compte  de  résultat  !   Quatrième   idée,   comment   serons   traités   les   dossiers   innovants   par   la   future   Banque   Publique   d’Investissement  ?   L’Etat   acceptera-­‐t-­‐il   de   risquer   sa   mise   pour   obtenir   des   gains  ou  allons-­‐nous  trouver  un  nouvel  interlocuteur  dans  un  billard  stérile.  Si  l’ANVAR   y  va,  je  vous  aide  mais  il  faut  que  la  Région  se  mouille.  Ok  vous  avez  l’ANVAR  mais  Oséo   est  trop  en  retrait...  Combien  d’heures  passent  les  développeurs  à  bâtir  un  tour  de  table   et  à  parvenir  à  un  montage  financier  et  synchrone  ?  
    •   112   Cinquième  idée,  le  climat  général  des  affaires.  Il  y  a  près  de  10  ans  (  en  2003  exactement   )  Monsieur  Henri  de  Benoist  présentait  son  rapport  intitulé  :  «  Renforcer  l’attractivité  de   l’économie   française   au   service   de   la   croissance   et   de   l’emploi  »   devant   le   Conseil   économique  et  social.  S’appuyant  sur  une  étude  de  mars  2002  de  Ernst  &  Young  auprès   de   200   chefs   de   grandes   entreprises,   il   déclarait  :   «     Moins   d’un   décideur   sur   six   se   déclare  très  satisfait  du  climat  social  et  du  cadre  juridique  français.  L’appréciation  des   chefs   d’entreprise   est   même   franchement   critique   sur   le   droit   social   et   la   politique   fiscale,   domaines   dans   lesquels   notre   pays   est   classé   au   dernier   rang   européen.  »   A   l’heure  où  un  ministère  porte  le  nom  emblématique  de  «  Redressement  productif  »,  voilà   un  sujet  qui  dépasse  la  droite  et  la  gauche  et  leurs  bilans.   Sixième  idée,  en  guise  d’éclairage  important,  l’étude  de  Mathieu  Brun  et  Flavie  Chai  (   paru  dans  le  Bulletin  de  la  Banque  de  France,  N°187,  du  1ER  trimestre  2012  )  énonce  que   l’analyse   du   fichier   FIBEN   de   la   BdF   rapporte   que   les   PME   industrielles   «     en   forte   croissance  »     ne   représentent   que   7%   du   total   de   cette   catégorie   mais   qu’elles   sont   à   l’origine  de  plus  de  la  moitié  des  emplois  nets  générés.   La  France  a  donc  un  double  défi  :  celui  de  la  concentration,  de  l’élévation  unitaire  de  la   taille  des  firmes  afin  qu’elles  puissent  mieux  discuter  avec  les  donneurs  d’ordre  et  avoir   une   politique   d’exportation.   Deuxième   pan   du   défi,   la   France   doit   susciter   et   accompagner   le   développement   de   ces   entreprises   performantes   dites   «  gazelles  »   où   l’innovation  est  au  cœur  du  développement.   Face   au   défi   des   entreprises   innovantes,   il   faut   opter   pour   des   lignes   directrices   plus   courtes  et  arrêter  les  méandres  des  décisions  publiques  et  bancaires.   Il  y  a,  pour  prendre  un  terme  de  la  Cour  de  cassation  nombre  de  «  perte  de  chance  »  et   ceci  est  préjudiciable  à  l’emploi,  au  commerce  extérieur  et  à  l’avenir  du  pays.   Pour  l’heure,  la  France  est  souvent  ingrate  avec  ses  inventeurs  :  le  génial  Roland  Moreno   s’est  éteint  le  29  Avril  2012  et  les  grands  médias  ont  traité  cela  entre  deux  portes  :  une   brève,  point  barre.   Cet  homme,  dans  sa  vie,  a  fait  plein  de  choses  et  notamment  inventé  la  carte  à  puce  en   1974.   La   prochaine   fois   que   vous   irez   chercher   un   peu   d’espèces   dans   un   DAB   (   Distributeur   Automatique   de   Billets   )   ou   que   vous   badgerez   dans   un   système   sophistiqué,  essayez  de  penser  à  lui,  surtout  si  vous  devez  examiner,  par  vos  fonctions,   un  dossier  d’innovation.   Il  y  a,  au  coin  de  la  rue,  des  gazelles  qui  ne  demandent  qu’à  devenir  des  élands  de  Derby  !    
    •   113       XXVII   L’innovation  :  pari  mais  nécessité.       L’évidence   conduit   à   constater   l’accélération   de   l’apparition   des   nouveaux   produits.   Nous  sommes  en  train  de  vivre  le  début  d’un  cycle  où  l’innovation  va  remplir  un  rôle   vraiment  prépondérant.  L’innovation  est  une  nécessité  mais  elle  demeure  avant  tout  un   pari.  Tournons  un  projecteur  vers  ce  concept  aux  contours  évolutifs.     En  guise  de  première  définition  –  la  plus  consensuelle  possible  –  l’innovation  peut  être   définie   comme   une   invention   qui   trouve   à   se   déployer   à   travers   une   application   économique   concrète.   L’innovation   peut   concerner   un   produit,   une   nouvelle   organisation  ou  un  procédé  de  commercialisation.   Concernant  la  production,  des  dizaines  d’exemples  sont  rapportables  :  prenons  le  cas  de   l’électronique  embarquée  qui  a  profondément  amélioré  la  sécurité  et  les  performances   de  nos  automobiles.  En  matière  d’organisation,  tout  un  chacun  a  déjà  au  moins  une  fois   croisé   dans   sa   carrière   professionnelle   une   équipe   de   consultants   qui   avait   réussi   à   convaincre   la   Direction   générale   de   telle   ou   telle   remise   à   plat   des   organigrammes.   Parfois   sous   de   bons   motifs,   parfois   de   manière   hélas   contre-­‐productive.   Enfin,   en   matière   de   commercialisation,   l’innovation   récente   vient   notamment   de   l’essor   des   ventes  par  internet  et  notamment  du  «  B  to  C  ».  Ceci  concerne  vos  courses  alimentaires   livrées   à   domicile,   vos   vêtements   ou   la   banque   en   ligne.   Elle   vient   aussi   du   développement  des  formules  de  magasins  en  franchise  ce  qui  est  un  moyen  de  diffuser   un  capital  immatériel  essentiel  :  une  marque.   1  )  L’innovation  :  nécessité  face  à  la  concurrence.   Raymond  Vernon  a  démontré  il  y  a  une  cinquantaine  d’années  l’existence  d’un  cycle  de   vie  du  produit.  La  première  phase  est  évidemment  celle  de  l’innovation  par  elle-­‐même.   La  deuxième  phase  du  cycle  est  la  diffusion  et  la  commercialisation  du  nouveau  produit.   La  troisième  et  ultime  phase  est  celle  de  la  maturité  où  le  produit  est  devenu  un  objet  de   «  mass-­‐market  »  voire  un  produit  en  début  de  déclin,  d’obsolescence.   Partant  de  cette  théorie  du  cycle  de  vie,  on  en  déduit  qu’une  entreprise  de  Poitiers  ou   Valence   ne   peut   rester   inerte   face   au   déplacement   inexorable   de   son   produit   sur   la   courbe   précitée.   Condamnée   à   l’action,   l’entreprise   doit   innover   sous   peine   de   voir   s’éroder  ses  parts  de  marché  et  donc  sa  rentabilité  et  au  final  sa  survie.   D’autant   que   bien   des   recherches   économiques   nord-­‐américaines   ont   établi   un   lien   entre   degré   d’innovation   incorporée   et   capacités   de   résistance   concurrentielle.   Le   célèbre  Michael  Porter  (  dans  «  L’avantage  concurrentiel  »  )  a  établi  que  l’innovation  est  
    •   114   une  digue  contre  la  menace  de  nouveaux  entrants  sur  le  marché  où  évolue  l’entreprise.   De   même   elle   réduit   le   risque   de   voir   les   clients   se   tourner   vers   des   produits   de   substitution   ou   acquérir   de   plus   grandes   facultés   de   négociation   (   prix,   etc   ).   Enfin,   l’innovation  est  aussi  un  atout  face  aux  concurrents  actuels.   Pour  ces  deux  raisons  empiriques  et  théoriques  (  Vernon,  Porter  )  l’innovation  est  une   nécessité  au  regard  de  la  concurrence.   Nécessité  que  des  industriels  comme  Marcel  Bich  ou  André  Citroën  ou  Henri  Lachmann  (   Schneider  )  ont  toujours  mise  en  avant  tout  comme  le  génial  publicitaire  David  Ogilvy   qui  déclara  un  jour  :  «  Encouragez  l’innovation.  Le  changement  est  notre  force  vitale,  la   stagnation  notre  glas  ».     2  )  L’innovation  :  nécessité  face  à  la  phase  actuelle  du  capitalisme.   Dans   sa   «  Théorie   du   cycle   des   affaires  »,   Joseph   Schumpeter   a   démontré   que   les   innovations   sont   en   réalité   des   chocs   erratiques,   des   variables   exogènes   qui,   de   plus,   surgissent   en   grappes  :   autrement   dit,   une   innovation   entraîne   plusieurs   autres.   Typiquement,  l’informatique  est  un  exemple  clair  à  visualiser.  Si  votre  nouvel  ordinateur   vous   permet   de   nouvelles   fonctionnalités,   alors   il   faudra   probablement   changer   d’imprimante  pour  qu’elle  soit  en  phase  avec  le  progrès  du  premier  maillon.   Cette   logique   d’apparition   successive   et   de   grappes   d’innovation   est   un   fait   statistiquement  avéré  :  c’est  d’ailleurs  un  des  paramètres  que  les  Pouvoirs  publics  ont   intégré  dans  leur  décision  de  créer  des  pôles  de  compétitivité.  Un  autre  paramètre  étant   le  mythique  succès  de  la  Silicon  Valley  !   Parallèlement   à   cette   logique   de   grappes   de   type   «  pop-­‐up  »,   on   doit   relever   la   pertinence   aigue,   selon   nous,   de   la   loi   de   Say   qui   postule   que   «  l’offre   crée   sa   propre   demande  ».    Il  y  a  vingt  ans,  le  téléphone  portable  n’existait  pas  et  le  monde  fonctionnait.   De   nos   jours,   nous   sommes   presque   tous   dépendants   de   notre   smartphone  :   gain   de   productivité.   Même   remarque   pour   le   micro-­‐ondes   dont   le   taux   d’équipement   des   ménages  valide  le  point  central  de  Say  :  si  le  consommateur  découvre  l’existence  d’un   nouveau   produit,   un   achat   de   nécessité   ou   de   compulsion   a   de   fortes   chances   de   se   matérialiser.  Idem  pour  les  industriels  qui  ont,  par  exemple,  recours  à  de  sophistiqués   logiciels  de  supervision  afin  de  détecter  les  malfaçons  et  de  réduire  les  taux  de  rebuts.   Tant  les  enseignements  de  Schumpeter  et  de  Say  que  des  praticiens  expérimentés  (  voir   FranceClusters.fr   )   rapportent   que   l’innovation   est   une   nécessité   face   au   mouvement   tendanciel  d’accélération  des  découvertes,  face  à  la  vitesse  d’apparition  de  nouveautés   scientifiques.  A  meilleure  preuve,  le  secteur  des  biotechnologies.   3  )  L’innovation  :  pari  financier  et  pari  juridique.   L’innovation  peut  rapporter  significativement  à  l’entreprise  qui  la  stimule.  Mais  elle  est   bien   évidemment   un   coût   avant   d’être   hypothétiquement   rentable.   De   nombreuses   études   (   Coface,   Chambres   de   commerce,   Insee,   Oséo   )   rapportent   que   nous   sommes   depuis  plusieurs  mois  dans  une  phase  de  «  credit  crunch  »  (  resserrement  du  crédit  )  où   il  est  parfois  très  difficile  de  trouver  les  moyens  de  financement  :  le  capital  d’amorçage.   Dans  ce  contexte,  certains  dirigeants  –  convaincus  de  leur  idée  –  décident  de  recourir  à   l’autofinancement.  D’autres  –  plus  serrés  en  trésorerie  -­‐  optent  pour  un  repli  et  ceci  nuit   à   notre   future   compétitivité   sectorielle   puis   nationale.   L’innovation   est   une   variable   complexe   quand   on   est   Directeur   financier.   S’il   s’agit   d’acheter   une   photocopieuse   ou  
    •   115   une   machine-­‐outil   numérique,   on   connait   le   coût   d’acquisition   et   les   frais   annexes,   la   durée  d’amortissement,  etc.  Dans  le  cas  d’une  innovation,  on  investit  toujours  «  un  peu  »   sans  savoir.  Il  y  a  là  une  dimension  de  défi,  de  pari  sur  l’avenir.   Quant   au   registre   juridique,   il   est   marqué   par   une   complexité   croissante   en   matière   d’innovation.  D’un  côté  la  loi  et  les  jurisprudences  reconnaissent  pleinement  les  droits   de  la  propriété  industrielle  (  sous  réserve  de  bonne  validité  des  brevets,  etc  ),  d’un  autre   côté   nous   savons   bien   que   des   produits   sont   imités   et   soumis   à   ce   fléau   de   la   contrefaçon.   Alors   que   l’innovation   vous   donnait   traditionnellement   une   longueur   d’avance  sur  vos  concurrents  et  l’occasion  de  restaurer  votre  marge  de  manière  presque   monopolistique,   désormais   les   incertitudes   de   la   mondialisation   peuvent   vous   contraindre  à  prévoir  un  budget  litiges  lorsque  votre  innovation  passe  au  stade  de  la   production.   Voire   avant   si   votre   firme   est   mal   protégée   en   matière   d’intelligence   économique.   Malgré   les   progrès   de   l’OMC   et   la   sensibilité   personnelle   du   dynamique   Pascal   Lamy,   l’innovation  est  plus  risquée  au  plan  juridique  qu’il  y  a  quelques  années.  Elle  est  donc,  là   aussi,  un  pari.  Un  pari  parfois  lassant  pour  le  compétiteur  de  bonne  foi.   4  )  L’innovation  :  pari  humain  et  nécessité  de  basculement.   L’innovation  est  un  pari  humain  et  le  restera  toujours  par-­‐delà  le  fort  développement   des  systèmes  d’intelligence  artificielle.  Ce  pari  humain  est  désormais  visualisé  à  travers   des  «  task  forces  »  qui  enfilent  réunion  après  réunion  et  travaillent,  par  exemple,  comme   les   chercheurs   de   l’industrie   aéronautique.   On   imagine   mal   un   homme   seul   face   au   projet  de  conception  de  la  suite  de  l’Airbus  A350.   Ce  travail  nécessairement  collectif  pose  toutefois  un  défi  :  celui  du  «  time-­‐to-­‐market  »  :   autrement  dit  du  délai  requis  entre  l’innovation  et  la  mise  en  commercialisation  du  fruit   de  celle-­‐ci.  Parallèlement,  il  faut  parfois  se  méfier  des  méthodes  collectives  classiques  de   réflexion  qui  ne  stimulent  pas  toujours  la  vraie  créativité.  LE  QQOQCPC  (  Qui,  quoi,  où,   quand,  comment,  pourquoi,  combien  ?  )  n’est  pas  toujours  la  meilleure  écurie  de  pensée.   Certains  travaux  ponctuels  ont  montré  que  des  groupes  de  réflexion  trop  structurés  et   formatés   débouchent   sur   des   innovation   graduelles   (   incrémentale   )   et   pas   sur   des   «  break-­‐through  »,  pas  sur  des  innovation  radicales.   Il  faut  donc  savoir  organiser  la  pensée  plurielle  sans  la  canaliser  en  n’oubliant  jamais  la   forte  pertinence  du  concept  de  «  serendipity  »  (  sérendipité  )  qui  correspond  à  la  notion   de  découverte  fortuite.    L’industrie  pharmaceutique  a  ainsi  obtenu  des  «  blockbusters  »   sans  qu’ils  soient  directement  issus  de  la  recherche  initialement  conduite.   Ce  formidable  pari  humain  est  donc  celui  de  la  créativité,  celui  de  la  discussion  interne   entre   doute   et   estime   de   soi,   celui   de   la   maîtrise   du   changement.   Les   hommes   et   les   femmes   qui   ont   pour   mission   d’innover   doivent   avoir   des   capacités   cognitives   aux   aguets,  de  la  rigueur  et  en  même  temps  une  pensée  errante  et  fouineuse  (  «  wandering   thinking  »  ).   Mais   au   traditionnel   pluriel   d’hommes   et   femmes,   on   peut   aussi   mettre   le   mot   d’innovateur  au  singulier.  Il  existera  toujours,  dans  l’espèce  humaine,  des  hommes  ou   des   femmes   –   travaillant   en   solitaire   –   qui   innoveront.   Je   pense   ici   à   l’exemple   remarquable   de   Roland   Moreno,   inventeur   français   de   la   carte   à   puces,   qui   a   révolutionné  nos  vies.  
    •   116   Il   demeure   l’illustration   de   cette   phrase   du   mathématicien   Henri   Poincaré  :   «  L’esprit   n’use   de   sa   faculté   créatrice   que   quand   l’expérience   lui   en   impose   la   nécessité  ».   L’innovation   est   bien   un   pari   mais   aussi   une   nécessité   directement   ancrée   dans   le   cerveau  de  l’innovateur  qui  est  un  creuset  de  basculement  de  concepts.   Roland  Moreno  lui-­‐même  a  écrit  (  dans  «  La  théorie  du  bordel  ambiant  »  1990  )  :  «  Plus   on  s’ouvre  aux  innovations,  plus  on  prend  le  risque  de  n’être  qu’une  coquille  de  noix   ballottée  d’une  théorie  à  une  autre,  abandonnant  sans  cesse  son  explication  du  monde,   son  système  de  valeurs,  de  références  ».    La  clarté  de  ce  propos  venant  d’un  homme  qui   fût  souvent  qualifié  de  génie  s’impose  à  l’esprit.  L’innovateur  est  face  à  son  basculement   intérieur  comme  l’écrivain  face  à  une  feuille  de  brouillon  peu  déchiffrable.   Au  demeurant,  cette  nécessité  de  basculement  existe  aussi  au  moment  où  la  décision  de   lancer  l’innovation  en  production  est  prise.  Cela  suppose  fréquemment  de  reformater  les   outillages,  de  former  les  personnels,  de  motiver  les  forces  de  vente,  etc.   Si  le  passage  de  l’invention  à  l’innovation  est  un  art  complexe  et  assez  peu  modélisable,   le   passage   de   l’innovation   au   monde   de   la   production   peut   supporter   une   logique   de   jalons.   A  l’heure  où  nos  sociétés  occidentales  sont  marquées  par  une  douleur  sociale  (  crise,   chômage  )  et  ce  que  Durkheim  appelait  une  anomie    (  situation  de  dérèglement  social   par  dilution  des  valeurs  d’un  groupe  ),  il  nous  semble  que  seule  l’innovation  est  à  même   de   constituer   un   des   feux   verts   dans   cet   univers   de   feux   clignotants   qui   sont,   pour   certains,  préoccupants.  (  voir  études  du  CREDOC  ).   Récemment  (  le  27  Octobre  2012  dans  Atlantico  ),  un  jeune  entrepreneur  nommé  Bertin   Nahum  a  indiqué  qu’il  regrettait  que  la  taille  de  sa  PME  ne  lui  ait  fermé  des  marchés  par   manque   supposé   de   crédibilité   selon   les   donneurs   d’ordre   potentiels.   Pour   votre   information,  il  dirige  Medtech  (  assistance  robotique  à  la  chirurgie  )  et  vient  d’être  élu   4ème  entrepreneur  le  plus  révolutionnaire  au  monde  selon  le  magazine  Discovery  Series.   Il  y  a  donc  un  problème  spécifique  français  vis  à  vis  de  l’innovation  et  notre  Nation  a  la   nécessité  de  gagner  ce  pari  pour  demain.   Souvenons-­‐nous  simplement,  dans  un  coin  de  notre  bibliothèque  neuronale  de  l’opinion   étayée   d’Antoine   Riboud,   formidable   développeur   de   BSN   puis   de   Danone  :   «  L’innovation  est  une  alliance  entre  recherche,  marketing,  instinct,  imagination,  produit   et  courage  industriel  ».    
    •   117         XXVIII   L’innovation  :  matrice  de  l’expansion.       Comme  nous  l'avons  esquissé  dans  les  chapitres  qui  précèdent,  l’innovation  est  un  des   principaux   facteurs-­‐clefs   de   succès   des   entreprises.   Sans   innover,   la   firme   voit   sa   concurrence   la   dépasser   et   prendre   ses   parts   de   marché.   Si   l’innovation   est   bien   la   matrice  de  l’expansion  –  et  donc  un  gage  d'espoir  -­‐  ,  nous  devons  examiner  à  quelles   conditions  l’alchimie  peut  fonctionner.   Depuis  la  théorie  du  cycle  de  vie  du  produit  élaborée  par  Raymond  Vernon,  il  est  établi   qu’un  produit  parvenu  à  maturité  peut  vite  verser  dans  l’obsolescence  et  donc  le  déclin   commercial.  La  phase  actuelle  du  développement  humain  rapporte  chaque  jour  que  le   nombre  d’innovations  va  croissant.  Sachant  que  l’innovation  est  une  invention  parvenue   au  stade  d’application  économique  tangible,  on  en  déduit  que  l’innovation  est  au  cœur   d’un  processus  dynamique.  L’innovation  a  un  amont  plein  de  rebonds  et  un  aval  crucial.   En   amont   de   l’innovation   se   trouvent   en   effet   l’acte   de   création,   l  ‘univers   de   la   découverte  et  le  labeur  du  chercheur.  En  aval  de  l’innovation  se  trouvent  sa  protection   juridique  (  brevets,  etc  ),  sa  faisabilité  en  séries  par-­‐delà  le  stade  du  prototypage  et  sa   contribution  au  choc  exogène  qu’est  le  progrès  technique  notamment  décrit  par  Joseph   Schumpeter  qui  a  écrit  sur  la  notion  d’innovation  par  successions,  par  grappes.   Tout   d’abord,   il   y   a   consensus   sur   la   nécessité   de   l’innovation.   Comme   l’a   développé   Watts  Wacker  (  dans  «  Les  100  règles  d’or  du  management,  2007  )  :  «    Celui  qui  détient   les  convictions  les  plus  rigides  sur  l’avenir  est  la  personne  la  moins  prête  à  l’affronter  ».   L’innovation  suppose  donc  une  prédisposition  intellectuelle  et  organisationnelle  :  elle  ne   saurait   se   déployer   à   l’ombre   d’arbres   trop   grands   et   d’un   forêt   trop   dense.   Cela   implique  d’accepter  que  des  «  petites  »  équipes  de  chercheurs  évoluent  dans  leur  coin   afin  de  tabler  sur  l’émergence  féconde  de  cette  notion  aussi  belle  que  mystérieuse  que   celle  de  sérendipité  :  la  découverte  fortuite.   Ainsi  la  PME  de  biotechnologie  (  récemment  primée  et  précitée  au  chapitre  précédent  )   dirigée  par  M.  Bertin  Nahum  (  Medtech  )  qui  traite  des  questions  d’aide  robotique  à  la   chirurgie  a  progressé  par  tâtonnements,  comme  nombre  de  sociétés  innovantes.   Puis,  l’innovation  exige  finalement  davantage  que  la  seule  prédisposition  intellectuelle  et   organisationnelle  :   elle   s’oppose   par   nature   à   l’entreprise   noyée   d’autopoïèse.   Est   de   nature  autopoïétique  une  firme  qui  forme  un  système  «    qui  se  suffit  à  lui-­‐même,  qui   puise  dans  son  organisation  à  la  fois  ses  causes  et  ses  effets  «    (  de  Niklas  Luhman  cité  
    •   118   par  André-­‐Jean  Arnaud  et  Pierre  Guibentif  dans  :  Niklas  Luhman,  observateur  du  droit,   1993  ).  L’innovation  ne  peut  se  déployer  en  vase  hermétique,  elle  impose  une  ouverture   au  monde  extérieur  de  celui  qui  en  est  le  géniteur  à  savoir  l’inventeur.  C’est  d’ailleurs  ce   qu’a  démontré  l’irruption  de  l’invention  de  la  carte  à  puces  par  feu  le  talentueux  Roland   Moreno.   L’innovation,  pour  alimenter  l’expansion  de  demain  conduit  à  s’inscrire  dans  l’ordre  de   la   faisabilité   matérielle.   Ainsi   certaines   colles   destinées   à   l’aéronautique,   certes   innovantes,  n’ont  pas  franchi  avec  succès  la  barrière  légitime  des  normes  de  sécurité  de   l’aviation  civile.  L’invention  peut  mener  à  changer  de  paradigme  mais  l’innovation  ne   peut  prospérer  que  si  les  outillages  industriels  et  autres  sont  réalisables.   En  revanche,  nous  vivons  une  phase  incroyable  du  capitalisme  où  d’un  côté  une  crise   économique  et  des  souffrances  sociales  sont  bien  réelles  et  d’un  autre  côté  un  champ   nouveau  s’ouvre  dans  des  dizaines  de  secteurs  :  les  biotechnologies,  l’imagerie  médicale,   l’informatique  et  le  «  cloud  »,  la  révolution  verte  de  la  nouvelle  domotique,  etc.   Au  moment  où  les  chercheurs  sont  en  train  d’établir  leurs  programmes  de  collecte  de   données   préalables   à   leur   réflexion,   les   milliers   de   pages   de   savoir   humain   leur   sont   désormais   accessibles   avec   indexation   automatique   ainsi   que   des   bases   de   données   hyperspécialisées.  Cette  innovation  silencieuse  est  capitale  dans  bien  des  cas  concrets  de   créativité.  D’autant  que  pour  convaincre  en  interne  (  ou  en  externe  :  bailleurs  de  fonds  et   capital  d’amorçage  ),  les  inventeurs  ont  «    à  être  explicite  comme  jamais  nous  n’avions   eu  à  l’être  auparavant,  sur  tout  ce  qui  est  en  jeu  dans  les  processus  de  conception  et  de   création  »  H.A  Simon  –  prix  Nobel  d’Economie  1978  -­‐    (  Sciences  des  systèmes,  sciences   de  l’artificiel,  1991  ).    Ceci  vient  d’une  société  de  plus  en  plus  exigeante  (  voir  le  principe   de  précaution  à  valeur  constitutionnelle  )  et  de  plus  en  plus  complexe.   Nous   pensons   d’ailleurs   que   l’innovation   pourrait   être   répartie   selon   son   degré   de   sonorité  sociétale.  Tels  le  diabète  ou  le  glaucome  (  maladies  silencieuses  au  long  cours  ),   certaines   innovations   sont   silencieuses   et   peu   connues   du   grand   public  :   ainsi   les   étiquettes  RFID  qui  bouleversent  l’univers  du  suivi  marketing  et  facilitent  la  logistique.  A   l’opposé,   des   produits   grand   public   (   Airbag   automobile,   smartphone,   etc   )   sont   plus   bruyants  et  font  partie  du  «  must  have  »    du  consommateur  moderne.  On  retrouve  là  la   formule  enthousiaste  de  l’ancien  patron  de  General  Electric,  Jack  Welch,  qui  déclarait  en   juillet   1997  :   «  Le   marché   est   plus   grand   que   nos   rêves  »   et   alimente   le   titre   de   cette   contribution  qui  contient  le  mot  expansion.  De  nombreux  cas  ont  en  effet  attesté  de  la   justesse  de  la  loi  de  Say  qui  postule  que  «  l’offre  crée  sa  propre  demande  ».   Le  passage  de  l’acte  de  création  à  la  phase  de  découverte  puis  au  stade  de  l’innovation   comporte  une  forte  dose  de  mystère  et  il  n’y  a  pas  de  cours  de  mystagogie  économique   dans  nos  grandes  écoles  de  management.  Face  au  futur  composé  d’objets  à  mémoire  de   forme,  de  reconnaissance  vocale  tous  azimuts,  de  sécurité  biométrique  complexe,  l’être   humain  reste  démuni  quant  au  champ  explicatif  de  ce  phasage  qui  se  déroule  depuis  la   feuille  blanche  à  l’objet  ou  le  service  commercialisé.   Comme   chez   certains   poètes,   il   y   a   création   avec   perception   simultanée   c’est   à   dire   synesthésie   tournée   vers   nos   différents   sens.   Ainsi   feu   Marcel   Dassault   aimait   à   dire   qu’un  avion  de  chasse  devait  être  une  machine  efficace  mais  qu’il  «  devait  être  beau  ».  Au   terme  de  notre  réflexion,  il  est  marquant  de  constater  que  la  phrase  de  Léonard  de  Vinci   à  valeur  de  devise  (  «  Ostinato  rigore  »  )  expliquant  que  l’exploration  du  possible  doit   être  «  obstinément  rigoureuse  »  demeure  exacte  même  si  le  mot  rigoureux  ne  doit  pas  
    •   119   shunter  la  pulsion  créatrice  insensée  d’un  Jean  Bertin  (  inventeur  de  l’Aérotrain  dans  les   années  1970  )  ou  d’un  John  Galliano  (  avant  ses  errances  verbales  coupables  ).   L’ancien   Président   de   L’Oréal   (   firme   clairement   innovatrice   )   François   Dalle   et   Jean   Bounine   ont   remis   un   rapport   intitulé   «     Pour   développer   l’emploi  »   en   1987   où   ils   insistaient   sur   le   rôle-­‐clef   de   l’innovation.   Tel   le   rapport   Gallois   de   2012,   l’Etat   n’appliqua  qu’une  partie  congrue  de  ces  recommandations  et  nous  ne  pouvons  que  le   constater  pour  mieux  le  déplorer.   Souvenons-­‐nous   du   jugement   de   l’’emblématique   publicitaire   David   Ogilvy  :   «     Encouragez  l’innovation.  Le  changement  est  notre  force  vitale,  la  stagnation  notre  glas  ».   Son  analyse  fondée  en  micro-­‐économie  est  transposable  en  macro-­‐économie,  face  à  la   crise  économique  il  y  a  un  défi  pour  notre  intelligence  collective  et  pour  notre  capacité  à   penser  ensemble.   Souvent,   il   m'arrive   de   penser   à   ces   centaines   d'idées   qui   traversent   des   esprits   de   France  qu'hélas  notre  Nation  ne  sait  que  très  peu  capter  et  jauger.   Un   vrai   manque   à   gagner   en   compétitivité   faute   de   moissonneuse-­‐batteuse   à   épis   d'idées.   Compte-­‐tenu   de   l'impact   croissant   des   actifs   incorporels   dans   les   bilans   des   grandes   sociétés,  il  ne  serait  pas  absurde  de  concevoir  une  itération  des  idées  pertinentes  par  ces   firmes.   En  touts  hypothèses,  il  y  a  une  perspective  à  envisager  et  un  outil  de  récolte  à  inventer.    
    •   120               XXIV   De  l'espoir  en  économie       Le  présent  ouvrage  a  d'abord  traité  de  la  question  du  risque  systémique  et  des  risques   bancaires.   Le   lectorat   aura   perçu   notre   déception,   en   tant   qu'européen   convaincu,   que   les   régulations  en  cours  de  déploiement  soient  un  progrès  mais  aussi  une  suite  de  voies  et   moyens  aisés  à  contourner.   L'optimiste   se   dira   que   tout   ceci   est   mieux   que   le   néant   et   que   ce   pas   vers   l'union   bancaire  est  salvateur.   Pour  notre  part,  nous  posons  une  question  simple.  Imaginons  ces  dispositifs  en  place  en   2006.  Dans  quelle  mesure  auraient-­‐ils  protégé  notre  continent  et  singulièrement  la  zone   euro  de  tous  les  tracas  qu'ils  ont  traversés  ?   Ainsi   est   notre   monde   moderne   :   une   réunion   d'esprits   de   plus   en   plus   fins   qui   aboutissent   à   des   textes   raffinés   mais   éloignés   de   "   la   violence   de   la   monnaie   "   pour   reprendre  le  titre  d'un  livre  déjà  ancien  de  Michel  Aglietta  et  André  Orléan.   Objectivement,   les   volet   financier   et   monétaire   continuent   de   générer   une   forte   incertitude  dans  ce  début  de  siècle.   Le   risque   a   toujours   été   inhérent   au   système   capitalisme   au   sens   du   risque   de   l'entrepreneur  tels  les  premiers  investisseurs  dans  les  compagnies  de  chemins  de  fer.   Là,  il  s'agit  du  risque  de  destruction  de  valeurs  suite  à  une  crise  systémique  d'ampleur   variable.  
    •   121   Comme  l'a  écrit  Georges  Bernanos  (  "  Les  grands  cimetières  sous  la  lune  "  )  :  "  Le  monde   est  au  risque.  Le  monde  sera  demain  à  qui  risquera  le  plus,  prendra  plus  fermement  son   risque".   Le  défi  est  de  laisser  le  risque  survivre  jusqu'au  seuil  à  partir  duquel  il  suscite  –  tel  un   poison  –  le  risque  létal  pour  le  système.   Nous  savons  bien  qu'un  trader  de  Singapour  ou  de  Londres  sait  parfaitement  faire  vivre   la   phrase   de   Bernanos.   Alors,   il   faut   se   contenter   de   règles   à   valeur   de   garde-­‐fous   et   d'éthique  personnelle  voire  de  lucidité  professionnelle.   S'agissant  de  lucidité,  elle  conduit  à  mesurer  la  souffrance  sociale  que  la  crise  impose  à   des   millions   de   travailleurs   privés   d'emploi   ou   obligés   d'accepter   des   conditions   salariales  minorées.   Oui,   depuis   2008,   une   foule   est   soumise   à   une   pression   rugueuse   comme   de   la   lave   froide  et  doit  accepter  des  mobilités  professionnelles  subies,  des  horaires  décalés,  une   vraie  précarité.   Demain  se  construit  avec  la  volonté  politique  d'aujourd'hui  et  il  faut  souhaiter  que  les   dirigeants  européens  appréhendent  que  le  risque  serait  de  construire  durablement  une   société  dont  la  trilogie  n'aurait  rien  de  musicalement  harmonieux  :  les  déclassés  exclus   du   système,   la   classe   salariale   centrale   sous   pression   et   sous   incertitudes,   la   strate   supérieure   où   les   accidents   de   carrière   ne   sont   que   de   vagues   et   brefs   incidents   de   parcours.   Cette   perspective   est   entrevue   par   certains   sociologues   et   elle   est   glaçante   pour   qui   respecte  autrui.   Pour   notre   part,   nous   avons   développé   des   pages   qui   amènent   à   faire   prospérer   des   foyers  d'espoir.   Nous  faisons  nôtre  la  phrase  du  romancier  Enrique  Vila-­‐Matas  :    "  Notre  espoir  réside   désormais  dans  la  résistance  de  notre  être  face  aux  prévisions  de  notre  esprit  ".   Si  un  statisticien  des  années  60  avaient  traçé  des  courbes  à  partir  de  la  tertiarisation   prévisible  de  l'économie  et  de  la  consommation  corrélée  de  papier  dans  les  bureaux,  il   aurait   été   franchement   alarmiste   quant   à   la   consommation   de   pâte   à   papier   et   ses   conséquences  écologiques.   Depuis   les   années   2000,   la   formidable   diffusion   du   mail   et   du   "paper-­‐free"   a   radicalement   changé   la   donne   tout   comme   l'usine   de   désalinisation   d'eau   de   mer   qui   permet  désormais  d'alimenter  la  quasi-­‐totalité  de  Barcelone  et  de  son  agglomération.   L'humanité  a  des  défis  énormes  devant  elle  mais  elle  a  des  cerveaux  d'importance  pour   y  faire  face.  Ce  n'est  ni  un  vœu  pieux,  ni  un  dogme  :  c'est  un  constat.   Oui,   nous   sommes   dans   le   camp   de   l'espoir   par   conviction   au   terme   d'un   sentiment   ultime  dicté  par  notre  analyse  des  situations  examinées.   Cet   ouvrage,   fidèle   à   l’école   de   Gurvitch,   a   traité   du   microsocial,   du   groupal   et   maintenant  du  global.   Pour  conclure,  en  laissant  encore  tant  de  questions  ouvertes,  nous  aurons  recours  à  une   référence  liée  à  notre  goût  pour  les  forêts  du  Morvan  :    «    Si  une  forêt  surgit  pour  vous   empêcher  d’avancer,  écartez  les  arbres.  Les  ronces  vous  suivront.  »    (  Eugène  Ionesco,    "   Notes  et  Contre-­‐notes  "  ).  
    •   122   Que  les  épines  des  ronces  du  déclassement  ne  s’enfoncent  pas  trop  profondément  dans   le  corps  social,  déjà  fatigué  et  inquiet,  de  notre  Nation  pour  les  mois  qui  restent  à  devoir   subir  cette  crise  au  format  désormais  clairement  historique.   Avec  l'expression  de  mon  dévouement,    quantum  valeat.     Mars  2013.     XXX   Annexe     Nos  tweets  cordiaux  avec  "  Le  Monde  de  L'Economie  "       (  BOD  :    Tweets  adressés  sur  support  papier  à  votre  adresse  postale  ).         Texte  publicitaire  :  quatrième  de  couverture  /  rédigé  par  BOD.