Livre libres contributions economiques tome 2

2,648 views
2,559 views

Published on

Tome 2 / Libres contributions économiques.
Economie politique et éclairage sur la crise.

Published in: Business
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
2,648
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
21
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Livre libres contributions economiques tome 2

  1. 1.   1                                                                                                              Risques,  espoirs                                                                   et  libres  contributions  économiques          
  2. 2.   2   Introduction       Six  ans.   Six  ans  que  le  mot  crise  sévit  autant  dans  nos  esprits  que  dans  les  vies  quotidiennes   occidentales  et  singulièrement  européennes.   Une  crise  économique,  c'est  autant  la  destruction  d'espoirs  humains  que  la  réalisation   de  risques,  qu'ils  soient  financiers  ou  industriels  ou  de  toute  autre  nature.   Une  crise  économique,  c'est  un  défi  pour  l'entendement  des  gouvernants  et  une  gageure   pour  les  économistes  qui  sont  supposés  être  les  mieux  à  même  de  tenter  d'esquisser  des   pistes  de  sortie  des  difficultés.   Une  crise  économique  de  cette  intensité  et  de  cette  durée  sera  forcément  la  mère  d'une   société  différente.   En  cela  nous  rejoignons  les  propos  du  professeur  Albert  Jacquard  tenu  à  Laval  lors  d'une   conférence   (   4   novembre   2008   )   :   "   Ce   qui   se   passe   à   Wall   Street   depuis   cet   été   est   grotesque.   Arrêtons-­‐nous   !   Nous   avons   la   chance   de   constater   que   le   capitalisme   a   échoué.  Pourquoi  ne  pas  essayer  une  autre  structure  ?  Nous  ne  vivons  pas  une  crise.   Nous  vivons  une  mutation  de  notre  monde.  Les  jeunes  auront  à  bâtir  ce  monde  nouveau,   et  non  perpétuer  l'ancien  ".   Effectivement,   il   s'agit   bien   d'une   mutation   en   profondeur   où   la   notion   de   confiance   chère  à  Alain  Peyrefitte  est  attaquée  de  toutes  parts.   L'évaporation  de  la  confiance  explique  la  raréfaction  du  crédit  (  "credit-­‐crunch"  )  bien   davantage  qu'une  hypothétique  rareté  des  liquidités.   Ceci   atteste   que   la   question   bancaire   n'est   pas   résolue   et   que   ce   secteur   crucial   pour   l'économie  porte  en  lui  les  ressorts  d'une  crise  systémique.   Une  première  partie  de  cet  ouvrage  est  donc  dédiée  à  la  situation  des  banques  et  à  leur   supervision.   Puis,   nous   vous   proposons   d'examiner   les   risques   d'érosion   sociétale   parmi   lesquels   figurent  le  chômage  et  la  crainte  du  déclassement  social  dont  on  relève  qu'elle  est  une   notion  en  extension.   Est-­‐il  humainement  satisfaisant  d'envisager  vivre  dans  une  société  au  sein  de  laquelle   cinq  millions  de  gens  sont  précarisés  et  dix  millions  dans  la  crainte  d'être  déclassés  ?  En   commençant  par  la  perte  de  leur  capacité  à  conserver  leur  logement.     L'érosion  sociétale  appelle  à  davantage  d'humanité  et  nous  prendrons,  à  cet  effet,  un   exemple  d'une  profession  réglementée.     Nous  aborderons  alors  le  thème  de  l'espoir  à  travers  une  analyse  critique  du  rapport  de   Louis  Gallois  et  une  série  de  chapitres  qui  traiteront  de  l'innovation.     Jamais  l'humanité  n'a  inventé  autant,  aussi  vite  et  dans  autant  de  domaines  distincts.   Certains  verront  là  le  triomphe  de  l'analyse  de  J.  Schumpeter  mais  il  faut  surtout   entrevoir  les  nouvelles  puissances  qui  vont  être  données  à  l'Homme  et  former  le  vœu   qu'il  saura  les  utiliser  à  bon  escient.  
  3. 3.   3     Pour  terminer  cette  introduction,  nous  émettons  une  parole  à  valeur  –  après  d'intenses   réflexions  –  de  postulat  :   La  crise  est  là.  Elle  apporte  détresses  et  difficultés  autant  que  perspectives  d'un  nouveau   monde.   Si  le  cycle  Juglar  se  vérifie,  nous  avons  entre  quatre  à  sept  ans  d'épreuves  :  peut-­‐être  pas   sept  ans  de  malheurs  mais  sept  ans  d'angoisses  comme  nous  l'avons  écrit  dans  "  Crise  et   Libres  contributions  économiques".   Ce  n'est  jamais  satisfaisant  que  des  millions  de  gens  aient  peur  du  lendemain  :  que  les   forces   de   l'espoir   que   nous   évoquerons   ici   soient   au   rendez-­‐vous   de   notre   histoire   collective.     Avec  l'expression  de  mon  dévouement,    Mars  2013.                                              
  4. 4.   4   Sommaire       L'INEVITABLE  QUESTION  DES  RISQUES  BANCAIRES       I.    Les  banques  et  l'archipel  de  la  cupidité     II.    La  supervision  bancaire  :  entre  progrès  et  supercherie     III.    La  BCE  et  la  supervision  bancaire  :  de  l'ambition  !     IV.  Une  supervision  bancaire  a  minima     V.    La  compliance  :  roue  de  secours  ou  outil  d'envergure  ?     VI.    Les  banques  et  le  rapport  Liikanen  :  passion  ou  raison  ?     VII.  L'obligation  de  testament  des  banques     VIII.    Les  ressorts  de  la  crise  systémique     IX.    Jusqu'où  iront  certaines  banques  ?       L'INCONTOURNABLE  EROSION  SOCIETALE  ET  SES  RISQUES       X.      La  vraie  crainte  du  déclassement  social     XI  :    Le  chômage  :  "on  a  tout  essayé"  ?     XII.      La  délicate  question  des  salaires  en  France     XIII.    A  la  rentrée,  il  faut  qu'on  se  parle  !     XIV.    Une  société  en  manque  d'humanité     XV.    Le  coût  croissant  de  la  dépendance  et  l'implosion  possible     XVI.      Jeux  en  ligne  et  poison  social  en  devenir         LES  RISQUES  VISANT  L'ETAT  :     XVII.      Des  consultants  contestables     XVIII.      Le  Défenseur  des  droits  :  complications  pour  l'entreprise  ?  
  5. 5.   5     XIX.            La  CNIL  et  le  chef  d'œuvre  en  péril     XX.            2012-­‐2015  :  vers  un  calendrier  infernal     XXI.          2013-­‐2015  :  les  "  3  sorcières  "  ?     XXII.        Confiance  et  politique  économique         L'ESPOIR    EN    ECONOMIE  :     XXIII.      Pour  que  revive  l'aménagement  du  territoire     XXIV.    Hélas,  nous  sommes  Gallois-­‐sceptiques     XXV.      Compétitivité  hors-­‐prix  et  externalités     XXVI.        Entreprises  innovantes  :  urgence  !     XXVII.      L'innovation,  pari  mais  nécessité     XXVIII.    L'innovation,  matrice  de  l'expansion         EN  GUISE  DE  CONCLUSION  :       XXIX.      De  l'espoir  en  économie       ANNEXE  :    NOS  TWEETS  CORDIAUX  AVEC  LE  MONDE  DE  L'ECONOMIE  :     Tweets  retweetés  par  le  site  web  du  journal  Le  Monde,  supplément  Economie.                  
  6. 6.   6   I   Les  banques  et  l'archipel  de  la  cupidité       Les   banques   ont   été,   une   fois   de   plus,   prises   dans   une   tourmente   médiatique   et   des   tourments  judiciaires  notamment  par  le  biais  de  ce  que  l'on  nomme  l'affaire  Barclays  au   sein  de  la  City.   Autant  le  dire  tout  de  suite,  les  choses  sont  simples  –  pour  nous  –  au  plan  du  ressenti   humain.  Quand  nous  pensons  au  courage  des  pilotes  de  la  R.A.F  en  1940  opportunément   vanté   par   Winston   Churchill,   nous   sommes   résolument   anglophiles.   Quand   nous   commençons  à  cerner  ce  qui  semble  s'être  passé  à  la  City  depuis  plusieurs  mois,  nous   sommes   pris   d'une   anglophobie   strictement   définie   à   une   petite   et   puissante   aire   géographique,   celle   de   l'archipel   de   la   cupidité   que   ses   actions   parfaitement   répréhensibles  parcourent  et  délimitent.   Archipel  géographique  car  toute  la  City  ne  saurait  être  touchée.  Archipel  de  la  cupidité   car   seule   l'envie   d'être   "   greedy   "   peut   expliquer   des   comportements   aussi   grossièrement  fautifs.   Rentrons  donc  dans  l'horlogerie  de  la  perversité  de  certains  financiers  qui  portent  beau   mais  n'ont  pas  de  concordance  entre  la  qualité  de  leurs  costumes  et  l'étroitesse  de  leurs   âmes.   Pour  aller  droit  au  but  tel  un  footballeur  espagnol  :  il  y  a  eu  fraude  sur  le  Libor  qui  est  le   "  London  Interbank  Offered  Rate  ",  c'est  à  dire  le  taux  du  marché  monétaire  à  Londres.   Ce   qui   est   important   –   et   devient   la   clef   de   la   question   –   c'est   que   le   Libor   est   une   moyenne  déterminée  entre  les  taux  du  marché  bancaire  (  toujours  à  Londres  )  à  une   certaine  maturité  et  telle  ou  telle  devise  (  Livre,  Euro  ou  Dollar  ).   Plus   concrètement,   les   banques   de   la   City   sont   consultées   chaque   jour   par   la   BBA   (   British   Banking   Association   )   qui   prend   note   des   taux   maximum   que   les   banques   acceptent   de   souscrire   lorsqu'elles   empruntent   et   des   taux   minimum   que   les   mêmes   banques  sont  prêtes  à  concéder  à  leurs  clients.  La  BBA  joue  alors  le  rôle  d'une  sorte  de   chambre  de  compensation  chère  à  l'économiste  Léon  Walras  et  fournit  la  valeur  et  la   tendance  des  taux  d'intérêts.   Comme  le  lecteur  averti  l'aura  pressenti  voire  deviné,  il  y  a  eu  entente  entre  plusieurs   grandes  banques  pour  faire  évoluer  le  Libor  dans  un  sens  qui  leur  était  favorable.   Trois  épiciers  et  une  supérette  au  coin  de  votre  rue  peuvent  aussi  se  mettre  d'accord   pour   un   bricolage   défavorable   aux   consommateurs.   Jusque   là,   rien   de   nouveau   en   économie.  Sauf  que  dans  le  cas  du  Libor,  l'archipel  de  la  cupidité  a  généré  une  fraude  de   la   taille   d'un   bloc   de   continent   car   le   Libor   est   le   taux   retenu   pour   des   millions   de   transactions.   Un  chiffre  :  un  chiffre  doit  être  cité.  Il  se  suffit  à  lui-­‐même.  Il  y  a  un  consensus  de  place   pour  considérer  que  le  Libor  sert  de  support  à  350  000  milliards  de  dollars  (  trois  cent   cinquante  mille  milliards...)  de  transaction.  On  imagine  une  fraude  ne  portant  que  sur  3   %   des   transactions   viciées   à   hauteur   de   5   %   :   à   vos   calculettes,   amis   de   la   finance   dérégulée  comme  le  Professeur  Jean-­‐Jacques  Rosa  et  autres  Alain  Madelin.  
  7. 7.   7   Concrètement,  où  en  sommes-­‐nous  ?   L'archipel  de  la  cupidité  ayant  été  démasqué,  quelques  personnes  sont  démises  de  leurs   fonctions   tel   l'emblématique   Président   de   la   Barclays.   Pendant   ce   temps-­‐là,   les   Etablissements   bancaires   toujours   subtils   négocient   –   derrière   d'épaisses   portes   capitonnées  –  l'abandon  des  poursuites  judiciaires  moyennant  le  paiement  d'amendes   records.  Le  chiffre  de  360  millions  d'Euros  est  avancé  pour  la  Barclays,  de  190  millions   d'euros  pour  la  Royal  Bank  of  Scotland,  et  le  chiffre  est  secret  pour  UBS,  HSBC,  etc.   Il  y  a  plusieurs  années,  le  Conseil  de  la  Concurrence  avait,  en  France,  infligé  des  amendes   importantes   aux   cimentiers   et   aux   lessiviers   pour   ententes   :   le   seul   défaut   de   raisonnement,  c'est  que  le  préjudice  est  reconstitué,  recalculé  et  jamais  déterminé  de   manière   quasi-­‐certaine.   Et   si   la   Barclays   avait   réussi   à   engranger   3   milliards   d'euros   depuis  le  temps  que  cette  danse  malsaine  sur  le  Libor  durait,  cela  veut  dire  qu'elle  aurait   à  régler  12  %  de  son  "erreur".  On  voit  bien  qu'il  y  a  question  et  la  proportionnalité  des   amendes  rapportée  aux  montants  probables  des  fraudes  interpelle  la  raison.   De  manière  fort  britannique  et  lucide,  le  Gouverneur  de  la  Banque  d'Angleterre  s'insurge   contre   "   la   tromperie   comme   moyen   de   faire   de   l'argent   ".   L'assistante   d'une   banque   payée  1.400  euros  nets  partage  sûrement  son  point  de  vue  et  attend  le  futur  séminaire   des  cadres  où  la  question  de  la  "  fierté  d'appartenance  à  la  firme  "  sera  traitée  par  un   consultant  assez  bien  rémunéré.  See  what  I  mean.   Nous  l'avons  déjà  énoncé  :  l'archipel  de  la  cupidité  est  un  foyer  de  grave  démotivation   des   travailleurs,   de   repoussoir   pour   les   clients   et   de   risque   pour   la   confiance   inter-­‐ bancaire  dont  le  Libor  est  le  taux  phare.   Mais  dans  cette  crise  bancaire  qui  s'étire  depuis  2008,  il  y  a  toujours  un  moment  un  rien   pathétique   :   la   City,   connue   pour   son   grand   libéralisme,   vient   de   demander   plus   de   régulation  et  vient  –  par  l'intermédiaire  de  l'Association  des  banques  britanniques  –  de   suggérer  au  Gouvernement  de  superviser  la  fixation  du  Libor.   Au  plan  méso-­‐économique,  cela  prouve  que  les  firmes  transnationales  peuvent  se  jouer   des  régulations  et  fausser  le  thermomètre  cardinal  de  la  finance  mondiale.  Insoutenable.   Au  plan  macro-­‐économique,  cela  suppose  une  révision  de  plein  de  données  quantifiées   fondées  sur  des  analyses  Libor  qui  sont  désormais  entachées  d'erreurs  de  conception  :   vaste  programme  pour  les  quantitativistes.   Au   plan   micro-­‐économique,   si   nous   étions   au   board   de   Coca-­‐Cola   et   que   nous   avions   emprunté  sur  base  Libor  plus  alpha,  nous  aurions  des  petites  questions  de  confiance    à   poser  à  nos  amis  cupides.   Suez,   Panama,   Stavisky,   La   garantie   foncière,   etc   :   tous   les   temps   ont   été   peuplés   de   scandales.   En   revanche,   dans   le   contexte   d'un   système   où   c'est   précisément   la   dynamique   inter-­‐bancaire   qui   a   fait   défaut   en   2008   suite   à   la   faillite   de   Lehman   Brothers,  n'était-­‐il  pas  très  hasardeux  de  tricoter  avec  l'authenticité  du  Libor  même  par   cupidité  ?   "  La  valeur  ou  l'importance  d'un  homme,  c'est  comme  pour  tout  autre  objet,  son  prix,   c'est   à   dire   ce   qu'on   donnerait   pour   disposer   de   son   pouvoir   :   aussi   n'est-­‐ce-­‐pas   une   grandeur  absolue,  mais  quelque  chose  qui  dépend  du  besoin  et  du  jugement  d'autrui.  "   (  Hobbes,  in  Léviathan  ).  
  8. 8.   8   Les   grands   banquiers   de   Londres   avaient   beaucoup   de   pouvoir   et   étaient   des   gens   enviés  en  valeur  absolue.  Les  banques  vont  absorber  ce  choc  et  le  monde  a  besoin  d'elles   ce   qui   rend   un   rien   fataliste.   En   revanche,   pour   certains   le   jugement   d'autrui   cher   à   Hobbes   va   s'exercer   :   l'archipel   de   la   cupidité   vient   de   les   transformer   en   fucacées   desséchées  car  loin  de  la  marée.  C'est  ainsi,  l'argent  change  de  cheval  quand  celui-­‐ci  n'a   plus  le  talent  requis  et  gageons  que  les  arrangements  en  cours  entre  les  autorités  et  les   banques  vont  faciliter  de  nouvelles  brillantes  carrières  :  puissent-­‐elles  avoir  au  revers  de   leurs  vestes  impeccables  brodé  le  mot  vertu....   Pour  conclure,  ces  récents  évènements  sont  moins  festifs  que  les  60  ans  de  règne  de  la   Reine  et  interpelle  les  travaux  de  centaines  de  personnes  :  ceux  chargés  de  l'anticipation   des  crises  à  travers  l'analyse  des  statistiques.   Pour  ne  citer  que  les  plus  grandes  institutions,  le  FMI  a  lancé  depuis  quelques  années  un   programme  "  Data  link  "  et  tend  à  développer  un  groupe  qui  réunit  les  grandes  agences   statistiques  des  principaux  pays.  Plus  compromise  par  des  affaires  de  type  Barclays,  la   BRI  (  Banque  des  Règlements  internationaux  )  collecte  des  données  à  partir  des  bilans   consolidés  des  Etablissements.  On  mesure  ici  les  limites  de  l'approche  bilancielle  si  les   conditions  d'obtention  du  produit  net  bancaire  sont  frauduleuses.   Des   efforts   sont   en   cours   pour   ce   qui   a   trait   à   l'exposition   des   banques   aux   risque-­‐ devises   et   aux   produits   dérivés   simples   mais   une   large   indétermination   subsiste   concernant   les   dettes   complexes   :   autrement   dit,   les   engagements   hors-­‐bilan,   les   contrats   d'échange   sur   le   risque   de   défaut   (CDS   ),   les   produits   structurés   du   type   obligations  adossées  à  des  emprunts  (  CDO  ),  etc.   La   capacité   des   décideurs   publics   et   des   Régulateurs   d'anticiper   l'onde   de   choc   exact   d'un  point  de  crise  (  black  spot  )  est  encore  très  en-­‐deçà  des  besoins  :  pour  schématiser,   le   seuil   de   déclenchement   des   alarmes   incendie   n'est   pas   véritablement   à   un   niveau   qualifiable  de  satisfaisant.  Quant  à  la  prévention,  elle  relève  –  en  pratique  –  de  l'illusion   tant   les   crises   successives   ont   montré   que   l'archipel   de   la   cupidité   était   un   animal   dangereux  par  la  toxicité  des  phénomènes  qu'il  induit.   Dans   un   monde   économique   où   il   est   avéré   que   les   anticipations   rationnelles   et   les   asymétries  d'information  sont  deux  notions  qui  sont  objectivement  pertinentes,  l'affaire   de  la  Barclays  et  de  la  City  nous  plonge  vers  une  zone  de  risques  du  fait  de  banquiers  qui   ne  veulent  jamais  croire  que  le  panneau  sens  interdit  de  nos  villes  peut  avoir  un  sens  en   finance.   Finalement,  à  ces  banquiers,  certainement  admirateurs  de  la  Suisse  qui  fête  Rousseau  en   ce  moment  (  pour  son  300ème  anniversaire  ),  on  a  juste  envie  de  leur  faire  écrire  à  l'infini   une  des  phrases  de  ce  beau  philosophe  :    "  L'argent  qu'on  possède  est  l'instrument  de  la   liberté;  celui  qu'on  pourchasse  est  celui  de  la  servitude  ".    J.J  Rousseau,  in  Confessions.   Par   leurs   comportements   répréhensibles,   ils   ont   directement   contribué   à   accroître   le   risque   systémique   et   l'aléa   sur   le   poste   comptable   '   dettes   bancaires   "   de   milliers   d'entreprises.      
  9. 9.   9   II   La  supervision  bancaire  entre  progrès  et  supercherie       Le  sommet  européen  du  18  Octobre  2012  a  été  l’occasion  d’une  remise  à  plat  du  dossier   délicat  du  projet  de  supervision  bancaire.  Depuis  la  crise  de  2008,  ce  projet  n’est  pas  un   luxe  superfétatoire.  Mais  de  la  nécessité  au  progrès,  il  peut  aussi  y  avoir  supercherie.     La  crise  de  2008  est  le  reflet  causal  de  surendettements  particuliers,  institutionnels  et   étatiques  :  elle  a  surtout  été  le  révélateur  des  liens  considérables  de  type  interbancaire   d’où   les   risques   issus   de   la   faillite   de   Lehman   Brothers.   A   un   moment,   de   nombreux   décideurs  ont  craint  un  effet-­‐domino  tandis  que  le  marché  interbancaire  se  tarissait  par   manifestations  de  prudence  mutuelle  des  établissements  financiers  occidentaux.   Dès  2009,  il  a  été  engagé  une  réflexion  importante  afin  de  réduire  le  niveau  de  risque.   Ainsi,  lors  du  mois  de  février  2009  paraissait  le  rapport  émis  par  Jacques  de  Larosière    (   ancien   directeur   général   du   FMI,   ancien   Gouverneur   de   la   Banque   de   France,   ancien   président  de  la  BERD  )  sur  la  refonte  du  système  de  supervision  financière  européenne.   Ce  rapport  public,  destiné  à  la  Commission  européenne,  recommandait  la  création  de   deux   structures   afin   de   pouvoir   réaliser   une   supervision   bancaire.   Après   l’action   du   commissaire  européen  McCreevy  à  la  fin  de  2009,  le  règlement  du  24  novembre  2010  (   EC  :   1093/2010   )   est   adopté   et   instaure   la   création   de   l’Autorité   Européenne   de   Surveillance  (  parfois  aussi  nommée  Autorité  Bancaire  Européenne  ).   L’objectif   de   l’ABE   est   clair  :   il   s’agit   de   veiller   à   l’efficacité   du   système   européen   de   surveillance  financière.  Cette  Autorité  est  entrée  en  fonction  opérationnelle  à  compter   du  1er  Janvier  2011  :  au  lendemain  du  Nouvel  An  pour  reprendre  le  titre  d’une  tribune   du  commissaire  Michel  Barnier  (  site  Le  Cercle  Les  Echos  :  17/10/2012  ).   L’ABE   est   dotée   de   la   personnalité   juridique   et   doit   s’assurer   de   la   transparence,   l’intégrité  et  l’efficacité  des  marchés  financiers  tout  en  veillant  au  caractère  sécurisé  des   prises  de  risques  de  crédit.   A  ce  stade,  on  pourrait  se  satisfaire  de  la  situation  mais  deux  bémols  –  parmi  d’autres  –   viennent  nuancer  le  progrès  apparent.  D’une  part,  le  calendrier  européen  est  toujours   truffé  d’aléas  :  d’une  idée  du  début  2009,  on  aboutit  à  un  outil  performant  seulement  au   début   de   2011.   Deux   ans,   donc.     Deuxième   bémol,   lorsque   la   quatrième   banque   espagnole   (   Bankia   )   frôle   la   faillite   et   conduit   l’Etat   à   une   nationalisation   précipitée   début  2012,  on  n’a  guère  vu,  lu  ou  entendu  l’ABE.  Idem  pour  la  situation  complexe  de   Dexia.  Le  progrès  se  serait-­‐il  mué  en  bureaucratie  voire  en  supercherie  ?  La  question  est   posément  et  objectivement  ouverte.     L’ABE   est   chargée   de   piloter   les   évaluations   des   risques   qui   visent   à   déterminer   la   solidité  des  banques.  Lorsque  des  "stress  tests"  ont  été  réalisés,  les  premiers  modules   n’incluaient   pas   dans   leur   périmètre   l’analyse   des   créances   liées   à   des   dettes   souveraines.   Là   encore,   une   question   de   principe   se   pose   tant   était   déjà   connue   l’ampleur  des  déficits  publics.  L’inanité  des  efforts  des  auditeurs  est  établie  s’il  y  a  un  tel   défaut   de   périmètre.   Où   est   le   progrès  ?   Faut-­‐il   y   voir   une   supercherie   au   sens   de  
  10. 10.   10   duperie  ?  Oui,  les  premiers  stress  tests  ont  été  un  marché  de  dupes  à  meilleure  preuve   les  établissements  mal  évalués  lorsque  l’ensemble  des  risques  souverains  a  été  intégré   dans  le  champ  des  tests.   Après  ce  rappel  et  la  description  de  ce  progrès  en  cours  de  déploiement  se  pose  bien   évidemment  une  question-­‐clef  :  nous  avons  tous  entendu  les  Chefs  d’Etat  déclarer  que  la   supervision  bancaire  allait  être  conduite  et  exclusivement  pilotée  par  la  Banque  Centrale   Européenne.  Quid  de  l’avenir  de  l’ABE  ?   Le   commissaire   Barnier   a   écrit   le   17   courant  :   «  Au   cours   des   négociations   actuelles,   nous  pouvons  affiner  les  rôles  des  autorités  nationales  et  européennes,  mais  l’autorité   ultime  doit  appartenir  à  la  BCE  ».  Le  propos  est  en  cohérence  avec  celui  des  exécutifs   mais  quelle  traduction  concrète  comprendre  derrière  le  verbe  «  affiner  ».   La  BCE  est  à  Francfort  et  la  Chancelière  Merkel  a  très  clairement  indiqué  que  le  siège  de   la  supervision  y  serait  aussi.  Pendant  ce  temps-­‐là,  l’ABE  a  son  siège  à  Londres...    Dilution   de  l’ABE,  Subdivision  au  sein  de  la  BCE,  Dissolution  de  la  personne  morale  ABE  devenant   alors  un  département  de  la  BCE  ?    Ce  sont  des  questions  non  encore  tranchées  où  chacun   voit  bien  les  enjeux  de  pouvoir  technique  et  supra-­‐national.   En  termes  de  calendrier,  les  décisions  prises  au  sommet  d’hier  ont  fait  glisser  les  dates   de   mise   en   œuvre   de   près   d’un   an   ce   qui   pose   certainement   problème   aux   banques   espagnoles  en  quête  de  soutien.  Le  propos  volontariste  de  Michel  Barnier    (  «    L’union   bancaire  pour  le  Nouvel  An  »)  est  donc  démenti  par  le  résultat  de  la  négociation  et  nous   amène  à  l’Hiver  –  au  mieux  -­‐,  disons  par  conséquent  à  la  fin  de  2013.   S’agissant  de  2013  et  de  propos  volontaristes,  il  a  été  assez  surprenant  de  voir  une  haute   personnalité  française  déclarer  au  journal  Le  Monde  que  la  sortie  de  crise  de  l’euro  était   tout  près  d’être  acquise.  D’une  part,  rien  n’est  moins  sûr  puisque  l’Espagne  demeure  une   mine   flottante   qui   dérive   puisque   son   gouvernement   ne   veut   pas   voir   la   réalité   des   créances  douteuses  détenues  par  son  système  bancaire  et  l’ampleur  des  engagements   financiers  des  Régions.  D’autre  part,  il  nous  semblait  que  bien  des  pays  n’ont  pas  encore   ratifié   le   Traité   instaurant   le   MES.   N’est-­‐il   pas   présomptueux   –   voire   condescendant   pour  d’autres  démocraties  –  de  considérer  ces  votes  confirmatifs  comme  certains  ?   Entre   la   position   française   du   29   Juin   (   lors   d’un   sommet   important   )   et   la   posture   actuelle,  on  sent  l’hubris  prospérer  au  détriment  de  la  lucidité  quant  à  la  complexité  des   travaux  européens.  Là  aussi,  les  progrès  réalisés  vers  la  supervision  bancaire  méritent   de  ne  pas  être  spoliés  par  des  questions  de  pouvoir  ou  d’ego.  Ceci  serait  –  au  regard  des   enjeux  –  une  supercherie  au  sens  de  tromperie  des  peuples.   Comme  le  rappelle  Michel  Barnier,  «    Entre  2008  et  2011,  les  contribuables  de  l’UE  ont   dû  mobiliser  4500  milliards  d’euros  en  aides  et  garanties  publiques  à  leurs  banques  ».   Paradoxe  non  savoureux,  les  mêmes  banques  pour  diverses  raisons  (  aversion  au  risque   en  situation  de  croissance  atone,  application  progressive  des  ratios  Bâle  III,  etc  )  font   subir   à   l’économie   un   resserrement   du   crédit   (   «  credit   crunch  »)   qui,   alliée   à   une   pression  fiscale  accrue,  n’est  pas  de  bon  augure.   Notre  Europe  a  décidément  un  rapport  au  temps  et  à  la  linéarité  qui  rend  perplexe.   Rapport  au  temps  contestable  si  l’on  songe  que  le  premier  rapport  Lamfalussy  destiné  à   permettre  l’élaboration  de  règlementations  financières  remonte  à  plus  de  dix  ans  :  2001.  
  11. 11.   11   Si  le  brillant  Nouriel  Roubini  a  eu  une  analyse  prémonitoire  et  fine  de  la  crise  de  2008,   convenons   que   l’Europe   aurait   mieux   vécu   toutes   ces   bourrasques   si   les   travaux   d’Alexandre  Lamfalussy  avaient  été  traduits  en  actes.   Rapport  à  la  linéarité  contestable.   En   matière   financière,   l’Union   européenne   a   adopté   fin   2002   (   il   y   a   dix   ans   très   exactement  )  le  «  processus  Lamfalussy  »  qui  prévoit  quatre  niveaux  pour  optimiser  le   travail  législatif.   1  )  Elaboration  de  la  législation  (  Commission  )   2   )   Mesures   d’exécution   (   concertation   avec   les   autorités   de   régulation   des   Etats   membres  )   3  )  Coopération  des  régulateurs    (  recherche  de  convergences  des  droits  nationaux  )   4  )  Contrôle  du  respect  du  droit  (  contrôles  de  la  Commission  européenne  et  éventuelle   sanctions  des  Etats  divergents  ).   Hier,   un   nouveau   type   de   supervision   bancaire   est   né.   Va-­‐t-­‐on   faire   tabula   rasa   des   travaux   de   l’ABE   ou   les   absorber   au   sein   de   la   BCE   en   respectant   le   processus   Lamfalussy  ?    Idem  pour  notre  ACP  :  Autorité  de  Contrôle  Prudentiel  (  française  ).   Quand   on   voit   ce   piètre   rapport   au   temps,   on   s’émeut.   Quant   on   voit   ce   manque   de   respect  de  la  linéarité,  on  s’insurge.   Notre  propos  est  très  net  :  il  nous  semble  que  renforcer  et  élargir  les  missions  de  l’ABE   eût  été  plus  avisé  et  moins  coûteux  en  temps  que  de  tout  basculer  vers  la  BCE.   Dans   nos   bureaux   respectifs,   nous   avons   tous   un   jour   expérimenté   une   migration   informatique  et  en  connaissons  les  risques.  Il  y  a  progrès  mais  après.  En  économie  de   crise,  il  est  risqué  de  faire  attendre  l’après.   Quant  à  dire  que  plus  de  6000  banques  seront  sous  la  coupe  réglée  du  régulateur  avant   la  fin  de  2013,  c’est  de  manière  quasi-­‐assurée  une  supercherie  de  mauvais  aloi.   Supercherie  de  calendrier,  de  linéarité  mais  aussi  –  hélas  –  de  faisabilité  technique.   "  Une  activité  notable  du  banquier  est  la  prise  ou  réception  d'engagements  significatifs  (   opérations  de  hors-­‐bilan  )  sans  qu'il  y  ait  transfert  de  fonds.  Il  peut  en  découler  que  ces   engagements   ne   génèrent   pas   d'écritures   comptables   dans   les   systèmes   généraux.   La   non-­‐prise  en  compte  de  ces  éléments  peut  être  difficile  à  déceler.  "   Jean-­‐Luc  Siruguet,  "  Le  contrôle  comptable  bancaire  ".  (  Revue  Banque  Edition  :  page  86   ).     Bien  des  banquiers  et  des  auditeurs  ne  méconnaissent  pas  cette  difficulté  de  détection   qui  rend  les  volontés  de  progrès  nettement  plus  relatives  même  s’il  faut  poursuivre  sur   ce  chemin  requis  de  la  supervision.     La  supervision  n’est  ni  superfétatoire  ni  superflue  :  aux  dirigeants  de  ne  pas  la  souiller   de  supercheries.        
  12. 12.   12   III   La  BCE  et  la  supervision  bancaire  :  de  l’ambition  !       Le  système  bancaire  est  en  position  –  assez  légitime  -­‐  d’accusé  depuis  la  crise  de  2008  et   ne  manque  pas  de  procureurs.  Ici  ou  là  des  plaidoiries  tentent  cependant  d’expliquer   que   l’autorégulation   est   une   voie   de   sortie   crédible.   Pour   notre   part,   loin   de   ces   plaidoiries  parfois  très  contestables,  nous  énonçons  un  plaidoyer  pour  une  supervision   bancaire  dotée  d’ambition  pour  répondre  au  niveau  de  risque  systémique  encouru.   Selon   un   récent   accord   entre   les   Chefs   d’Etats   européens,   la   Banque   centrale   européenne  (  BCE  )  va  se  voir  confier  la  mission  d’être  l’acteur  central  de  la  supervision   bancaire  qui  a  été  décidée.   Précision  à  titre  liminaire  :   Pour   être   précis,   il   vaudrait   mieux   écrire   que   la   supervision   a   vu   son   existence   de   principe  retenue  car  de  l’exposé  des  motifs  du  récent  sommet  européen  au  texte  finalisé,   il  va  y  avoir  des  heures  de  négociation.  Ainsi,  chacun  a  bien  retenu  que  les  membres  de   l’Union   ne   sont   pas   d’accord   sur   le   périmètre   de   la   supervision   qui   pourra   ainsi   comporter   des   seuils   en-­‐deçà   desquels   le   rôle   de   contrôle   continuera   de   relever   des   autorités   prudentielles   nationales.   Ces   seuils   pourront   être   liés   au   total   de   bilan   de   l’établissement   bancaire   concerné   ou,   de   manière   plus   singulière,   au   rapport   entre   la   taille  du  bilan  et  le  produit  intérieur  brut.   Supervision  et  effets  de  seuils  :   Sur  ce  dernier  point,  que  le  lecteur  prenne  une  calculette  basique  et  effectue  ce  type  de   raisonnement  entre  le  total  de  bilan  de  Lehman  Brothers  version  2008  et  le  PIB  nord-­‐ américain.   Sincèrement,   et   sans   volonté   de   dénigrement,   certains   ont   parfois   l’art   de   lancer   en   l’air   des   idées   qui   ne   peuvent   retomber   qu’avec   la   taille   de   grêlons   destructeurs   du   travail   du   vigneron.   Alors   qu’il   s’agit   de   parer   un   risque   systémique,   certains  utilisent  la  polémique  pour  mieux  bâtir  un  univers  de  clémence  autour  de  leurs   banques  domestiques.   Sur  ce  plan,  on  ne  peut  que  s'étonner  de  la  position  laxiste  de  l'Allemagne  loin  de  sa   rigidité  et  de  son  orthodoxie  en  matière  de  budgets  publics.   Si   la   Commission   européenne   demeure   –   à   raison   –   opposée   à   ces   introductions   de   seuils,  notre  pays  a  –  selon  des  sources  concordantes  –  fléchi  et  souscrit  à  cette  piètre   idée.  Pour  prendre  une  comparaison  crue  mais  lisible,  ce  n’est  pas  la  taille  de  la  tumeur   qui  compte,  c’est  sa  consistance  maligne  ou  non.  De  la  même  manière,  certaines  filiales   de  Natixis  (  réhausseur  de  crédit  CIFG  )  étaient  objectivement  en  zone  de  risque  et  pas  le   groupe  BPCE.     La  politique  des  seuils,  c’est  le  futur  cercueil  d’une  véritable  sécurité  bancaire  sur  notre   continent  car  elle  laissera  trop  de  clapets  ouverts  par  lesquels  le  marché  interbancaire   pourra  être  atteint.   Supervision  de  demain  et  gestion  de  l’existant  :  
  13. 13.   13   Dans  le  chapitre  précédent,  nous  avons  notamment  posé  la  question  de  l’articulation   entre  l’existant  et  le  futur  projet  :  autrement  dit,  les  liens  entre  l’actuelle  ABE  (  Autorité   Bancaire  Européenne  basée  à  Londres  )  et  la  future  commission  de  supervision  de  la   BCE.  Ce  point  d’évidence  significatif  reste  à  négocier  sauf  à  oser  dire  que  l’ABE  n’aurait   eu  aucune  valeur  ajoutée  depuis  son  entrée  en  fonction  opérationnelle  du  1er  janvier   2011.     Supervision  et  insertion  dans  le  dispositif  BCE  :     Avant  d’aborder  le  sujet-­‐clef  des  risques  bancaires,  il  convient  d’analyser  les  questions   que  draine  la  supervision  à  partir  de  la  notion  de    «  return  on  management  ».     Dans  «  Les  systèmes  de  mesure  de  la  performance  »    (  Harvard  Business  Review  et   Editions  d’Organisation  ),  Robert  Simons  et  Antonio  Davila  définissent  le  return  on   management  (ROM  )  comme  le  ratio  entre  «  l’énergie  productive  dégagée  par   l’organisation  et  le  temps  et  l’attention  consacrés  par  le  direction  ».  Ils  en  déduisent  cinq   tests  de  vérification  pour  juger  de  la  qualité  du  ROM  que  nous  rapportons  ci-­‐après  :     a  )  Le  personnel  connait-­‐il  les  opportunités  qui  ne  correspondent  pas  à  la  mission   stratégique  de  l’entreprise  ?   Autrement  dit,  les  personnels  de  la  BCE  confrontés  à  un  métier  de  taille  nettement  accru   en  supervision  seront-­‐ils  assez  formés  pour  ne  retenir  que  ce  qui  peut  constituer  un   risque  systémique  et  ne  pas  s’égarer  dans  la  masse  d’informations  à  traiter  ?     b  )  Les  dirigeants  savent-­‐ils  ce  qui  pourrait  porter  un  coup  fatal  à  la  société  ?   Autrement  dit,  le  top-­‐management  de  la  BCE  doté  d’un  outil  de  supervision  bancaire   parviendra-­‐t-­‐il  à  détecter  les  liens  éventuels  entre  les  banques  et  le  «  shadow  banking  »   réalisé  par  les  institutions  financières  non  bancaires.     c  )  Les  dirigeants  peuvent-­‐ils  se  rappeler  facilement  les  principaux  indicateurs   permettant  un  diagnostic  ?   C’est  ici  un  point  critique  de  la  supervision  qui  doit  panacher  des  grilles  de  lecture   normées  et  assez  uniformisatrices  avec  des  réflexes  opportunistes  de  fin  limier  qui   traque  l’écart  innovant  à  la  prudence  voire  à  la  sincérité  des  comptes.     d  )  L’organisation  est-­‐elle  soumise  à  un  flot  ingérable  de  documents  et  de  procédures  ?   Là  encore,  ce  n’est  pas  un  point  mineur  des  rouages  d’une  supervision  d’autant  que  la   dématérialisation  de  certaines  pièces  peuvent  laisser  la  place  à  des  pratiques   d’informations  numérisées  falsifiées.  Des  relevés  de  créances  douteuses  très  imparfaits   dans  certaines  banques  espagnoles  ont  montré  la  vraisemblance  de  ce  type  de  dérives.     e  )  Les  collaborateurs  ont-­‐ils  la  même  façon  de  voir  l’évaluation  des  performances  que   les  dirigeants  ?   Cette  question  en  recouvre  deux  :  est-­‐on  sûr  que  Messieurs  Draghi,  Noyer  et  Liikanen   ont  la  même  approche  conceptuelle  et  opérationnelle  de  la  supervision  bancaire?  Pour   nous  contenter  de  leurs  déclarations  et  écrits  publics,  nous  voyons  déjà  des  nuances,   pour  ne  pas  dire  plus.  Deuxième  paramètre  :  quels  seront  les  coïncidences  (  le  taux  de   superposition  )  de  vues  entre  les  Gouverneurs  et  les  collaborateurs  de  haut  niveau   chargés  du  pôle  supervision  de  la  BCE  ?  
  14. 14.   14   Supervision  et  monitoring  des  risques  :     La  raison  d’être  d’une  supervision,  qu’elle  soit  industrielle  (  réduction  des  rebuts  par  des   tests  qualité  )  ou  financière  (  exploitation  des  stress  tests,  examen  des  documents   comptables,  etc  )  est  toujours  le  monitoring  des  risques  dans  la  perspective  d’une   politique  de  prévention  des  risques  primaires  voire  d’une  crise  systémique.     Dans  une  série  d’articles  intitulée  «    Leur  regard  sur  les  crises  du  siècle  »  ,  Le  Monde  a   publié  le  26  Août  2009  une  analyse  intéressante  de  l’ancien  ministre  Edgar  Pisani.  Celui-­‐ ci  déclarait  :  «    Mon  rêve,  voyez-­‐vous,  serait,  qu’un  jour,  le  monde  décide  de  faire  une   étude  réelle  du  destin  qu’il  se  prépare.  Afin  de  chercher  la  meilleure  route  à  suivre  et  les   précautions  à  prendre.  Le  monde  d’aujourd’hui  me  parait  malheureusement  incapable   de  penser  celui  qu’il  fabrique  pour  demain  ».     Si  la  supervision  est  une  résultante  épuisée  de  compromis  de  négociateurs  aux  corpus   conceptuels  trop  divergents,  la  BCE  risque  de  ne  pas  avoir  les  moyens  de  l’ambition   d’une  véritable  politique  de  supervision.   Face  aux  risques  bancaires,  nous  estimons  totalement  légitimes  que  l’ambition  soit  le   mot  de  passe  confié  avec  sérieux  à  la  banque  centrale.     En  date  du  jeudi  28  novembre  2012,  le  Parlement  européen  a  adopté  un  texte  visant  à   imposer  un  contrôle  démocratique  accru  sur  la  supervision  et  notamment  le  fait  que  le   président  du  conseil  de  supervision  voit  sa  nomination  approuvée  par  ledit  Parlement.   Tout  ceci  semble  légitime.  En  revanche,  les  lobbys  étant  déjà  finement  à  l’action,  les   eurodéputés  ont  adopté  en  commission  des  Finances  un  texte  en  faveur  de   l’implantation  de  seuils  dont  nous  avons  déjà  exprimé  les  réticences  qu’ils  doivent   inspirer.     Examinons  les  principaux  risques  bancaires  :     a  )  Le  risque  de  taux  d’intérêt  :   Compte-­‐tenu  de  la  coexistence  de  taux  fixes  et  variables  au  bilan  des  banques,  Le  produit   net  bancaire  peut  être  affecté  de  manière  plus  significative  que  par  le  passé.     b)  Le  risque  de  change  :   Plusieurs  courants  de  pensée  économique  tablent  sur  un  risque  de  choc  monétaire   croissant  qui  ne  manquerait  pas  d’exposer  certains  opérateurs  bancaires.     c)  Le  risque  opérationnel  :   Normalement  couvert  par  l’existence  de  PRA  (  plan  de  reprise  d’activités  )  ce  risque   n’est  pas  à  négliger  compte-­‐tenu  de  possibilités  d’aléas  informatiques  (  accidentels  ou   malveillants  ).     d  )  Le  risque  souverain  :   Celui-­‐ci  était  traditionnellement  cantonné  à  une  série  de  pays  (  approche  risque-­‐pays  de   la  Coface  par  exemple  )  mais  peut  désormais  concerner  un  nombre  nettement  plus   important  de  zones  géographiques  à  commencer  par  la  zone  euro  avec  le  risque  de   défaut  grec  et  les  incertitudes  espagnoles.    
  15. 15.   15   e  )  Le  risque  d’illiquidité  :   Ce  risque  est  avéré  lorsque  l’établissement  bancaire  est  en  crise  de  trésorerie  suite  à  un   volume  d’emplois  dépassant  ses  ressources  et  suite  à  une  défiance  des  marchés  qui  ne   veulent  pas  le  refinancer.  Un  exemple  récent  traité  dans  l’urgence  :  Bankia.  Un  exemple   récent  traité  dans  le  temps  étiré  (  mais  salvateur  ?  )  :  Dexia.     f  )  Le  risque  de  contrepartie  :   Ce  risque  essentiel  recouvre  le  risque  de  défaut  d’un  client  qui  provoque  des  pertes  pour   l’établissement  bancaire  (  créances  irrécouvrables  )  et  peut,  par  effet-­‐domino,  atteindre   les  conditions  de  survie  de  l’ensemble.     «    Le  monde  d’aujourd’hui  me  parait  malheureusement  incapable  de  penser  celui  qu’il   fabrique  pour  demain  »  (  E.  Pisani  )  est  ici  notre  boussole.  Il  suffit  de  relire  le  livre  de   Mathieu  Pigasse  et  Gilles  Finchelstein  (  «  Le  monde  d’après,  une  crise  sans  précédent  »  )   qui  démontre  clairement  que  la  crise  de  2008  n’avait  pas  été  envisagée  à  l’échelle  qui  fût   véritablement  la  sienne.     La  zone  euro  a  prêté  environ  250  milliards  d’euros  à  la  Grèce.  Que  se  passerait-­‐il  en  cas   de  défaut  ?    Comment  les  créanciers  privés  qui  ont  abandonné  en  2011  un  peu  plus  de   100  milliards  d’euros  ont-­‐ils  pu  répercuter  ces  pertes  dans  leurs  bilans  ?     La  supervision  doit  avoir  de  l’ambition  car  le  monde  financier  demeure  soumis  à  des   forces  dont  la  traction  destructrice  de  valeur  est  importante.       Poser  des  seuils,  c’est  gommer  le  nombre  de  jurisprudences  françaises  «  d’extension  de   la  procédure  collective  »  au  groupe  lorsque  la  trésorerie  d’une  filiale  est  déficiente.   Poser  des  seuils,  c’est  oublier  la  triste  aventure  de  la  chaîne  de  télévision  «  La  5  »    qui   avait  failli  altérer  la  continuité  d’exploitation  de  tout  le  groupe  Lagardère.  Poser  des   seuils  c’est  priver  le  régulateur  central  européen  d’une  vision  périscopique  face  aux   mines  flottantes  dérivantes  que  sont  certains  établissements.     Trois  remarques  additionnelles  :     a  )  Les  dangers  miltoniens  :   L’idée  qu’une  banque  centrale  soit  cantonnée  dans  un  rôle  de  stricte  définition  d’une   politique  monétaire  et  qu’elle  ne  puisse  pas  être  interventionniste  relève  de  la  théorie   de  Milton  Friedman  qui  a  montré  sa  nocivité.  Nous  avons,  en  Occident,  jugulé  l’inflation   dans  de  telles  conditions  qu’une  politique  de  crédit  à  très  faible  taux  a  rendu  éligible  des   citoyens  à  la  condition  de  fort  emprunteur  alors  qu’ils  n’auraient  pas  dû  s’engager  dans   cette  voie  risquée.  (  subprimes,  etc  ).   Cette  monétarisation  étendue  du  risque  est  une  des  clefs  pour  l’étiologie  de  cette  crise   qui  désiormais  frappe  près  de  18,9  millions  de  sans-­‐emplois  en  Europe.     b  )  L’apport  validé  d’Hyman  Minsky  :   Minsky,  reprenant  un  point  de  l’analyse  keynésienne,  a  démontré  le  rôle  de  la  monnaie   et  de  ses  agents  traitants  directs  (  banque,  outils  de  crédit,  endettement,  etc  )  et  a   formulé  dès  1977  son  «    hypothèse  d’instabilité  financière  ».  De  ces  travaux  nous   semblent  découler  une  bonne  intelligibilité  de  la  crise  présente  et  donc  un  foyer  de  notre   plaidoyer  pour  une  supervision  dotée  d’ambition.  
  16. 16.   16     c  )  La  tentation  bureaucratique  :   Evidemment  la  supervision  de  la  BCE  peut  tourner  à  la  tentation  bureaucratique  en   devenant  plus  procédurière  et  inquisitoriale  que  pertinente.  Des  systèmes  de  garde-­‐fou   sont  à  prévoir  de  même  que  des  systèmes  de  droits  de  la  défense  (  voir  article  d’Olivier   Bernardi  et  de  Benjamin  Delaunay  :  Agefi,  régulation  bancaire,  28  novembre  2012  sur   les  sanctions  devant  l’ACP  ).  Comme  l’a  toujours  écrit  le  Doyen  Georges  Vedel,  «    les   institutions  deviennent  ce  que  les  hommes  veulent  en  faire  ».  A  tout  prendre,  entre  le   risque  d’un  sinistre  massif  (  voir  la  situation  tendue  de  Groupama  décrite  par  plusieurs   auteurs  dont  l’éminent  Eric  Verhaeghe  )  et  une  supervision  même  trop  tâtillonne,  nous   n’avons  plus  les  moyens  d’hésiter  sauf  à  vouloir  broyer  la  confiance  internationale  qui,   précisément,  nous  aide  à  nous  refinancer.     Conclusion  de  chapitre  :     Dans  cette  affaire  de  supervision  bancaire,  nous  posons  que  demain  est  moins  à   découvrir  qu’à  inventer  voire  façonner.  Il  est  urgent  de  comprendre  que  l’échelle  des   risques  est  réelle  et  que  l’échelle  du  temps  de  l’action  est  nettement  plus  courte.     Techniquement,  pour  ceux  qui  doutent  de  l’opportunité  d’une  supervision  par  idéologie   ou  analyse,  qu’ils  relisent  posément  ces  quelques  lignes  à  nouveau  offertes  à  leur   réflexion  :   "  Une  activité  notable  du  banquier  est  la  prise  ou  réception  d'engagements  significatifs  (   opérations  de  hors-­‐bilan  )  sans  qu'il  y  ait  transfert  de  fonds.  Il  peut  en  découler  que  ces   engagements   ne   génèrent   pas   d'écritures   comptables   dans   les   systèmes   généraux.   La   non-­‐prise  en  compte  de  ces  éléments  peut  être  difficile  à  déceler.  "   Jean-­‐Luc  Siruguet,  in  "  Le  contrôle  comptable  bancaire  ".  (  Revue  Banque  Edition  :  page   86  ).                
  17. 17.   17         IV   Une  supervision  bancaire  a  minima       Le  principe  de  l'Union  bancaire  demandait  de  l'ambition  :  il  faut  dresser  un  constat  de   carence  et  se  contenter  d'un  accord  du  13  décembre  2012  qui  instaure  une  supervision   bancaire   a   minima.   La   prévention   du   risque   systémique   en   Europe   n'est   donc   pas   valablement  assurée  pour  les  années  à  venir.  Tout  ceci  est  objectivement  regrettable.     Les   négociateurs   européens   ont   travaillé   des   heures   pour   aboutir   à   un   résultat   que   certains  ont  qualifié  avec  un  triomphalisme  qui  n'est  pourtant  pas  de  mise.   Reprenons  posément  les  faits.   Il  y  a  un  peu  plus  de  6000  banques  à  superviser.  Par  l'introduction  d'un  seuil  élevé  (  30   milliards   d'euros   d'actifs   ou   plus   de   20%   du   PIB   du   pays   d'origine   ),   la   BCE   ne   sera   compétente   que   pour   environ   200   banques.   Autrement   dit,   les   200   plus   importantes   mais  la  supervision  nationale  restera  de  mise  pour  96%  des  établissements.   Est-­‐celà   une   ambition   européenne   ?   Est-­‐celà   une   prévention   européenne   du   risque   systémique  ?    Le  lecteur  attentif  pourra  reprendre  les  seuils  qui  existent  dans  différents   domaines   du   droit   communautaire   (   concurrence   et   concentrations,   ententes,   etc   )   et   constater   que   l'Europe   n'est   pas   aussi   démunie   que   dans   le   cas   de   la   pseudo   Union   bancaire.   Nous  avons  eu  l'occasion  de  développer  l'effet  pervers  du  système  de  seuils  et  sommes   véritablement  perplexe  face  à  un  tel  accord  que  feu  le  diplomate  Claude  Cheysson  aurait,   à  regret,  qualifié  de  "traité-­‐croupion".   De   surcroît,   tout   praticien   ou   analyste   du   monde   bancaire   sait   bien   que   la   création   monétaire  va  bien  au-­‐delà  des  actifs  et  qu'en  plus  les  engagements  hors-­‐bilan  sont  non   négligeables  et  par  essence  exclus  du  calcul  du  seuil.   Autrement  dit,  ce  sont  les  très  grandes  banques  qui  vont  être  contrôlées  et  on  laissera   les  superviseurs  nationaux  tenter  de  réaliser  leur  mission  face  à  des  entités  bancaires   transnationales.   Pour  convaincre  clairement  et  frontalement  le  lecteur  :  est-­‐on  certain  que  l'Autorité  de   Contrôle  Prudentiel  et  la  Banque  de  France  avaient  une  vision  claire  de  l'exposition  du   Crédit  Agricole  au  risque  de  sa  filiale  grecque  Emperiki  il  y  a  encore  quelques  semaines  ?  
  18. 18.   18   L'accord  ménage  la  susceptibilité  de  certains  pays  dont  l'Allemagne  qui  ne  voulait  pas  de   supevision  BCE  pour  ses  banques  régionales  et  certaines  caisses  d'épargne.  Que  le  pays   vertueux  en  orthodoxie  budgétaire  soit  aussi  souple  en  matière  de  supervision  bancaire   est,  à  tout  le  moins,  une  énigme.  Nous  le  répétons.   L'accord  reconnait  une  compétence  limitée  à  la  BCE  à  la  seule  zone  euro  ce  qui  se   conçoit  au  plan  des  faits  et  du  droit.  Il  reste  donc  à  bâtir  une  articulation  pertinente  des   futures  actions  de  supervision  entre  l'ABE  et  la  BCE.  Nous  avions  écrit  qu'il  faudrait  être   minutieux  sur  ce  point  et  n'aurions  pas  imaginé,  étant  donnée  la  profondeur  de  la  crise   bancaire,  un  accord  aux  contours  aussi  flous  sur  ce  noeud  gordien.   Décidément   le   souffle   chaud   des   pères   fondateurs   de   l'Europe   ou   la   rigueur   des   analystes  du  monde  bancaire  n'auront  pas  atteint  les  paragraphes  de  cet  accord.   Comble   de   la   situation,   le   pays   européen   le   plus   bancarisé,   à   savoir   le   Royaume-­‐Uni,   ainsi  que  la  Suède  et  la  Tchéquie  ne  sont  pas  parties  prenantes  à  l'accord.  Autant  dire   que  des  tensions  de  compétences  et  d'interprétation  vont  exister  entre  l'ABE  basée  à   Londres  et  la  BCE.   Ce   matin,   certains   banquiers   doivent   être   déçus   car   ils   savent   qu'ils   vont   devoir   continuer  à  travailler  avec  la  notion  de  risque  de  contrepartie.  D'autres  moins  friands  de   rectitude  doivent  fêter  le  réveillon  de  la  Saint-­‐Sylvestre  avant  l'heure.  Il  faut  dire  que  le   ministre   français   Pierre   Moscovici   a   cru   opportun   de   dire   que   cet   accord   était   "   un   cadeau  de  Noël  pour  l'ensemble  de  l'Europe".  Comme  l'a  écrit  un  de  ces  prédécesseurs   au  poste  de  ministre  de  l'Economie,  le  reconnu  François  Baroin,  dans  "Journal  de  crise  (   p.  62  )  :  "  L'oubli  pousse  sur  l'histoire  comme  la  mousse  sur  les  tombeaux".   L'ensemble  de  l'accord  dit  du  "cadeau  de  Noël"  n'est  pas  exhaustif  puisque  trois  pays   manquent  à  l'appel  et  la  supervision  est  réduite,  par  le  niveau  important  des  seuils,  à   une   expression   qui   fait   d'elle   une   couverture   radar   poreuse   alors   même   que   les   superviseurs  nationaux  ont  déjà  publiquement  émis  le  besoin  d'un  cran  européen  pour   cette  notion-­‐clef.   L'industrie   bancaire   est   au   cœur   de   nos   vies   de   producteurs   ou   de   consommateurs   :   nous  le  voyons  bien  en  la  période  actuelle  de  resserrement  du  crédit  (  "credit-­‐crunch"  ).   Elle   est   donc   un   maillon   fort   de   la   chaîne   qui   forge   la   confiance   indispensable   aux   rouages  (  marché  inter-­‐bancaire  )  comme  à  l'ensemble  des  échanges.   Ce  maillon  fort  peut  être,  ici  ou  là,  pour  de  multiples  raisons  entaché  par  des  faiblesses   de  certains  de  ses  éléments.   La  supervision  était  un  bouclier  pertinent  pour  la  sécurité  des  transactions  :  elle  a  été   vue  comme  une  contrainte  et  réduite  a  minima  au  prix  de  notre  liberté  future  et  de  notre   quiétude  de  contribuables.   Regrettable.   Il  restera  à  suggérer  aux  amateurs  de  cadeau  de  Noël  la  relecture  de  Léon  Blum  dans  ses   "Nouvelles   conversations   de   Goethe   avec   Eckermann   "   :   "   Toute   société   qui   prétend   assurer  aux  hommes  la  liberté  doit  commencer  par  en  garantir  l'existence".   Si  un  établissement  de  moyenne  taille  fait  défaut  et  qu'il  y  a  un  "bank-­‐run",  nul  doute   que  les  épargnants  inquiets  voudront  que  l'on  rende  sa  liberté  à  leur  argent  et  nul  doute   qu'ils  n'auront  plus  en  tête  les  noms  et  visages  des  négociateurs  de  cet  accord  tristement   marqué  du  sceau  de  l'imprévoyance.    
  19. 19.   19         V   La  compliance  :  roue  de  secours  ou  outil  d'envergure  ?       La   compliance   (   conformité   )   est   une   fonction   désormais   répandue   et   opérationnelle   dans   nombre   d'entreprises,   pas   seulement   bancaires.   Sa   définition   recouvre   un   vaste   champ  de  prérogatives  mais  l'extension  de  la  notion  pose  question  :  est-­‐ce  une  roue  de   secours  face  aux  dérives  de  certains  exploitants  ou  un  outil  d'envergure  ?   Est-­‐ce  un  moyen  crédible  de  lutter  contre  les  risques  bancaires  ?   La  compliance  mérite,  en  première  approche,  un  rappel  de  son  contenu.  Cette  notion  est   issue   des   travaux   de   Bâle   II   et   du   Règlement   97-­‐02   du   CRBF   (   Comité   de   la   Règlementation  Bancaire  et  Financière  )  qui  concerne  l'activité  des  établissements  de   crédits  mais  aussi  des  entreprises  d'investissement.  Cette  idée  de  supervision  par  une   sorte   de   déontologue   se   trouvait   déjà   dans   une   modification   du   4   Janvier   1989   du   règlement  CBV.   La  Directive  européenne  sur  les  Marchés  d'Instruments  Financiers,  publiée  au  Journal   Officiel  de  l'Union  en  2004,  est  entrée  en  application  en  2007.  Cette  Directive  MIF  (  ou   MIFID   )   a   singulièrement   changé   la   donne   et   rendue   incontournable   la   fonction   de   conformité.   Cette   fonction   est   normalement   indépendante   et   doit   identifier   et   jauger   le   degré   de   non-­‐conformité  de  l'entité  :  c'est  à  dire,  son  taux  d'exposition  aux  risques  de  sanction   judiciaire,   administrative   mais   aussi   son   exposition   à   des   pertes   financières   significatives  voire  (  notion  plus  subtile  )  son  risque  d'atteinte  à  la  réputation.   On  peut  bien  entendu  se  contenter  de  l'approche  littéraire  de  Jean  Grenier  :  "  Dans  une   vie   qui   repose   sur   un   perpétuel   pari,   le   risque   peut   être   un   perpétuel   bonheur   "   (     "Inspirations  méditerranéennes"  ).   Dans   une   première   logique,   les   choses   paraissent   simples   :   l'homme   ou   la   femme   chargée  de  la  conformité  est  là  pour  exercer  une  fonction  de  contrôle  assez  large  et  tous   azimuts.  En  cas  de  risque  excessif,  il  doit  tirer  un  signal  d'alarme  auprès  de  la  Direction   Générale  dont  il  est  généralement  proche  dans  les  organigrammes.   Mais   cette   fonction   de   contrôle,   aux   méthodes   de   travail   assez   voisines   des   investigations   des   commissaires   aux   comptes   (   contrôles   par   sondages,   suivi   de   la   notion   de   continuité   d'exploitation,   droit   de   révélation   )   n'est   pas   si   évidente   car   la   pratique  enseigne  que  la  conformité  contient  une  dimension  pédagogique  (  best  practice   )  et  que  les  opérationnels  en  agences  sont  parfois  heureux  de  trouver  cette  "  roue  de   secours  "  pour  les  dégager  de  l'ornière  de  certains  dossiers  complexes  et  hostiles.   Cette  "  roue  de  secours  ",  la  conformité  doit  l'être  pour  toute  l'entité  elle-­‐même  à  partir   d'une  notion  –  là  encore  –  très  vaste  :  l'exposition  aux  risques  de  pertes  significatives.  
  20. 20.   20   Or,  nous  pensons  que  la  vitesse  de  décision  des  processus  opérationnels  est  largement   supérieure  au  temps  de  la  compliance  qui  suppose  réflexion  et  enquêtes.  Vers  la  fin  des   années  1980,  la  COGEMA  avait  perdu  des  volumes  significatifs  d'argent  sur  le  MATIF  de   l'époque.  (  Cf.  François  de  Wissocq  )  Quid  d'un  déontologue  ?    Plus  récemment  ENRON   était   dotée   d'outils   de   contrôle   interne   dont   l'histoire   a   montré   qu'ils   pouvaient   être   contournés.   On  pourrait  multiplier  les  exemples  où  les  exploitants  ont  dérivé  jusqu'aux  récifs  avant   d'implorer  la  bouée  de  la  compliance.   Et  pourtant,  nous  considérons  la  fonction  de  conformité  comme  utile  (  par  sa  dimension   pédagogique   interne   )   appropriée   (   voir   ses   finalités   fondamentales   )   actuelle   (   lutte   contre  le  blanchiment  )  légitime  (  image  de  marque  et  loyauté  en  informations  dues  au   client  ).   La  conformité  est  aux  côtés  des  clients  dans  les  cas  douloureux  de  perte  de  contact  client   et  d'avoirs  non  réclamés.  Elle  contribue  grandement  à  garantir  la  sureté  des  banques   même   si   chacun   pressent   d'évidence   que   la   compliance   n'est   pas   derrière   chaque   opérateur  dans  une  salle  de  marché....  La  compliance  est  là  pour  éviter  le  pire  dans  le   cadre  de  programmes  de  type  KYC  (  Know  your  Customer  )  qui  détectent  des  risques  de   blanchiment  de  capitaux.   La  compliance  fonctionne  donc  comme  une  roue  de  secours  dans  le  coffre  du  bolide  des   exploitants  et  représente  bien  un  outil  d'envergure.   Pour   le   Groupe   GDF-­‐SUEZ   :   "   Ethique   et   compliance   constituent   ainsi   les   deux   faces   d'une   même   réalité   qui   concerne   tous   les   collaborateurs   du   Groupe   et   qui   par   conséquent  doit  être  portée  à  leur  connaissance  à  travers  une  organisation  dédiée  et  des   référentiels  existants  ".   Sauf  que  l'éthique  est  rarement  définie  dans  un  Code  Dalloz  là  où  des  jurisprudences   concernant  la  compliance  y  seront  bientôt.  Telle  est  notre  conviction  profonde  issue  de   nos  contacts  de  travail  préparatoires  à  cete  contribution.   La  crise  est  rude  et  pousse  à  la  tentation  les  exploitants  en  matière  d'arrangements  de   toutes  sortes  (  window-­‐dressing  )  réalisés  parfois  à  l'insu  des  Comités  d'audit  voire  des   auditeurs  légaux  externes    (  commissaires  aux  comptes,  Autorité  prudentielle  ).   Selon  notre  approche,  la  compliance  devrait  faire  rapport  aux  mandataires  sociaux  voire   à   l'Assemblée   Générale   qui   pourrait   poser   des   questions   pertinentes   de   nature   à   orienter  le  programme  de  travail  des  équipes  de  conformité.   Qui  sait,  au  fond  des  choses,  les  pressions  que  subissent  –  en  interne  –  les  responsables   de  conformité  ?   La  compliance  est  une  notion  vivante  et  ce  chapitre  a  tenté  de  vous  le  rapporter.   Oui,  la  compliance  est  évolutive  et  chaque  décennie  apporte  –  step  by  step  -­‐  sa  pierre  à   l'édifice  d'un  monde  qui  se  veut  moins  incertain.   "  Chacun  d'entre  nous,  dans  ce  vaste  concert  des  mondes,  en  fonction  du  peu  de  temps   qui  lui  est  imparti,  n'a  guère  plus  d'importance  qu'une  fourmi  dans  l'évolution  de  l'infini   ".    Phrase  écrite  par  un  vrai  banquier  et  propriétaire  :  Jean  de  Beaumont  (    "  Au  hasard   de  la  chance  "  1987  ).      
  21. 21.   21           VI   Les  banques  et  le  rapport  Liikanen  :  passion  ou  raison  ?       Dans   une   France   marquée   par   le   poids   de   la   Loi   de   finances   pour   2013   et   par   l’accumulation  –  hélas  -­‐  des  plans  sociaux,  une  information  importante  a  été  engloutie   par  le  flot  incessant  des  «  news  ».  Il  s’agit  de  la  parution  d’un  rapport  européen  relatif  à   l’avenir  des  banques.  Alors  que  le  Gouvernement  propose  au  Parlement  d'adopter  une   loi  bancaire  (  début  2013  )  à  la  française  dite  loi  Moscovici,  examinons  les  enjeux  de  la   future  Directive  européenne.   Même  si  la  matière  que  nous  allons  traiter  est  sérieuse,  commençons  par  une  anecdote   savoureuse.  En  Février  2012,  le  Commissaire  européen  Michel  Barnier  a  demandé  que   soit   composé   un   groupe   d’experts   afin   de   proposer   des   adaptations   structurelles   à   l’exercice   de   la   profession   bancaire.   Un   peu   plus   de   dix   personnes   se   sont   réunies   régulièrement   sous   la   présidence   de   Erkki   Liikanen,   Gouverneur   de   la   Banque   de   Finlande  et  membre  du  directoire  de  la  BCE.   Le  clin  d’œil  franco-­‐français  vient  du  fait  que  le  seul  français  membre  de  la  commission   Liikanen  n’était  autre  qu’un  certain  Louis  Gallois.  On  observera,  au  scanner,  sa  puissance   de  travail  incontestable  tout  en  pensant  aux  travaux  de  l’historien  et  sociologue  Gérard   Vincent   qui   stigmatisait   dans   son   ouvrage   «  Les   jeux   français  »   le   danger   de   ce   «  multipositionnement  »  (sic)  d’éminentes  personnalités.  A  l’heure  où  le  rapport  Gallois   relatif   à   la   compétitivité   reçoit   un   accueil   assez   étonnant   et   ingrat   de   la   part   de   ses   commanditaires,  on  observera  que  le  rapport  Liikanen  remis  le  2  Octobre  2012  n’a  pas   reçu  –  fort  heureusement  –  le  même  traitement.   Cette  remarque  d’introduction  effectuée,  passons  donc  au  centre  du  sujet  résumé  par  le   titre   même   du   document  :   «  Rapport   de   la   commission   d’experts   européen   sur   la   réforme  bancaire  ».  Ce  rapport  se  veut  à  finalité  opérationnelle  :  autrement  dit,  il  sera   pour   une   large   partie   la   matrice   de   futures   Directives   de   Bruxelles   visant   à   assurer   l’efficacité  et  la  stabilité  des  banques.   En  premier  lieu,  le  rapport  Liikanen  a  été  influencé  par  l’idée  d’un  retour  aux  principes   du  Glass-­‐Steagall  Act  de  1933  malencontreusement  abrogé  par  le  Président  Clinton  en   1999.  De  nombreux  analystes  et  économistes  militaient  pour  cette  solution.  Le  rapport   la  repousse  et  milite  pour  une  séparation  des  activités  de  marché  fortement  risquées  du   reste  des  établissements  bancaires.   Autrement  dit,  les  travaux  du  groupe  du  Gouverneur  Liikanen  rejette  l’idée  en  vogue  qui   viserait   à   séparer   les   activités   de   banques   de   dépôts   de   celles   des   banques   d’investissement.  
  22. 22.   22   Le   dispositif   préconisé   est   plus   subtil  :     les   experts   se   prononcent   en   faveur   d’une   «  compartimentation  »   (ring-­‐fencing)   des   fonds   dédiés   à   des   activités   de   marché   pour   compte  propre  de  celles  effectuées  pour  compte  de  tiers.  Ainsi,  il  s’agit  de  prévenir  les   risques  et  d’établir  un  véritable  pare-­‐feu  crédible  avec  les  activités  de  «  retail-­‐banking  ».   Concrètement,  cela  signifie  que  le  trading  devrait  être  juridiquement  isolé  en  ayant  ses   propres   dotations   en   capital   et   ses   propres   résultats   sans   que   ceux-­‐ci   ne   puissent   impacter   les   activités   de   banques   de   dépôts.   Cette   quête   d’autonomie   comptable   des   traders  est  une  idée  notamment  issue  de  la  commission  britannique  Vickers  et  de  la  loi   américaine  Dodd-­‐Franck.   Si   cette   proposition   fait   son   chemin,   elle   visera   les   seules   activités   de   trading   à   haut   risque  et  d’autres  produits  comme  le  crédit  aux  hedges  funds,  etc.   Pour  la  Fédération  Française  des  Banques  (  FFB  ),  ce  «    rapport  reconnait  l’efficacité  du   modèle   de   banque   universelle   au   service   des   clients  »   mais   «  laisse   ouverte   de   nombreuses  questions  ».  Il  convient  d’en  citer  une  qui  n’est  pas  neutre  pour  l’activité   économique   d’un   pays,   on   ne   sait   pas   si   le   «  private   equity  »   sera   englobé   dans   le   périmètre  de  la  zone  d’activité  à  hauts  risques.   En  deuxième  lieu,  on  ne  peut  qu’être  un  peu  sur  la  réserve  face  à  un  projet  de  réforme   aux  frontières  d’application  incertaine.  Pour  oser  une  formule  simple  à  mémoriser  :  le   rapport   Liikanen   ne   casse   pas   la   banque   universelle   mais   ne   sera   pas   d’application   universelle.   En   effet,   du   fait   des   seuils   d’application   définis   par   le   rapport,   seule   une   vingtaine   de   banques   seront   concernées   dans   l’Union.   Dont   quatre   en   France  :   BNP   Paribas,  BPCE,  Société  Générale  et  Crédit  Agricole  (  encore  convalescent  de  son  aventure   grecque).   Au  plan  conceptuel,  on  se  dit  que  des  contrats  de  sous-­‐traitance  entre  grandes  et  petites   banques  vont  faire  florès  et  reporter  le  risque  à  l’étage  d’en-­‐dessous.  Or,  par  les  liens   interbancaires,   n’est-­‐ce   pas   une   voie   venimeuse   pour   le   pare-­‐feu   que   l’on   cherche   à   élaborer  ?   En  troisième  lieu,  les  experts  réunis  autour  du  Gouverneur  Liikanen  recommandent  une   réforme  des  rémunérations  et  une  meilleure  cohérence  de  celles-­‐ci  face  à  l’intérêt  social   des   établissements   bancaires.   Notamment   en   versant   des   bonus   sous   forme   d’obligations   à   maturité   assez   longue   pour   motiver   les   traders   à   la   durabilité   du   caractère  sain  de  l’exploitation  bancaire  qui  les  fait  travailler.   En  quatrième  lieu,  concernant  ce  chantier  d’envergure,  nous  rappellerons  notre  position   qui   consistait   à   vivement   préconiser   d’accorder   le   statut   de   mandataire   social   aux   principaux  traders  opérant  dans  des  filiales  dédiées.  Double  avantage  :  la  possibilité  de   la   révocation   ad   nutum   et   aussi   l’exigence   de   loyauté   juridiquement   définie   par   des   chartes  de  bonne  gouvernance  mais  surtout  encadrée  par  des  jurisprudences  rendues   sous   l’impulsion   du   Doyen   Pierre   Bézard   de   la   chambre   commerciale   de   la   Cour   de   cassation.   Pour  mémoire  et  en  guise  de  conclusion,  un  extrait  de  notre  ouvrage  "  Crise  et  libres   contributions  économiques"  en  son  chapitre  II  intitulé  «  Quatre  ans  après,  désarroi  et   maintien  de  l’industrie  bancaire  »  :   «  Au   prix   de   modifications   de   formes   organisationnelles   évidemment   admissibles   et   gérables,  l'industrie  bancaire  pourrait  aisément  élargir  le  nombre  de  ses  mandataires   sociaux  dans  le  but  avoué  d'une  diffusion  de  la  responsabilité.  
  23. 23.   23     Cette   extension   numérique   –   que   les   Pouvoirs   publics   pourraient   quant   à   eux   sans   difficultés   majeures   requérir   –   permettrait   ainsi   d'intégrer   les   rémunérations   –   par   exemple  des  traders  –  sous  le  coup  des  dispositions  de  l'article  L  225  –  102  –  1  du  Code   de  commerce  (  traitant  du  Rapport  annuel  sur  les  rémunérations  et  avantages  )  dont  on   observera   au   demeurant   que   leur   respect   est   soumis   à   attestation   (   en   exactitude   et   sincérité  )  des  commissaires  aux  comptes  depuis  la  promulgation  du  décret  de  2006.  (  D.   2006  –  1566  du  11  Décembre  2006,  article  54  ).     Notre   proposition   a   certes   un   impact   organisationnel   à   calibrer   (   créations   de   filiales   thématiques   dédiées   entrainant   la   création   de   mandats   sociaux   )   mais   peut   être   déployée  à  strict  droit  constant  ce  qui  constitue  un  atout  au  regard  de  deux  éléments   bien  identifiés  :  d'une  part,  l'encombrement  parlementaire    post-­‐présidentielle...  )  du  fait   d'autres  réformes  à  mettre  en  œuvre,  d'autre  part,  la  nécessaire  recherche  d'une  quote-­‐ part  maximale  de  stabilité  des  situations  juridiques.     Si  décisions  il  y  a  dans  le  secteur  bancaire,  notre  analyse  nous  conduit  à  énoncer  qu'elles   seront   tôt   ou   tard   transposées   à   d'autres   secteurs   ce   qui   n'altère   pas   la   faisabilité   opérationnelle  de  la  proposition.     Une  certitude  demeure  ancrée  :  ce  n'est  pas  le  montant  nominal  des  rémunérations  qu'il   faut   soumettre   à   la   toise,   c'est   l'exposition   au   risque   que   l'exercice   irrationnel   d'un   métier  fait  courir  à  l'ensemble.  »     Puisse  l’Europe  bancaire  faire  un  vrai  pas  vers  des  filiales  thématiques  dédiées  à  valeur   de  compartiments  étanches  d’un  sous-­‐marin  nommé  stabilité  bancaire.   Convenons   qu’il   serait   irresponsable,   à   l’heure   du   HFT   (   high   frequency   trading   )   d’attendre  les  méfaits  sociaux  et  sociétaux  d’un  futur  Nick  Leeson  (  Banque  Barings  en   2001  )  ou  d’un  autre  Jérôme  Kerviel  (  Société  Générale  ).      

×