1997   Angleys Marie Maxence   Intelligence Economique   11
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

1997 Angleys Marie Maxence Intelligence Economique 11

on

  • 1,225 views

Un aperçu sur l’intelligence économique

Un aperçu sur l’intelligence économique
à travers les travaux du colloque du 26 février 1997

Statistics

Views

Total Views
1,225
Views on SlideShare
1,209
Embed Views
16

Actions

Likes
0
Downloads
7
Comments
0

3 Embeds 16

http://www.lmodules.com 14
http://www.linkedin.com 1
https://www.linkedin.com 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

1997   Angleys Marie Maxence   Intelligence Economique   11 1997 Angleys Marie Maxence Intelligence Economique 11 Document Transcript

  • UN APERÇU SUR L’INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE à travers les travaux du colloque du 26 février 1997 « La France en guerre économique : quelle riposte, quelles armes, quels acteurs ? » INTRODUCTION L’intelligence économique est devenue un sujet à la mode, en tous cas d’actualité. Les ingénieurs des Mines ont pu s’en rendre compte, à la simple lecture des news magazines et de la presse économique de ces derniers mois, sans même évoquer les publications spécialisées. Aussi le présent article ne vise-t-il pas à reprendre ce qui a été déjà publié par ailleurs. Mais il se limitera volontairement à tenter de mettre en lumière quelques points marquants d’un récent colloque sur le sujet. Ce colloque s’est tenu mardi 26 février 1997, dans les locaux de l’Assemblée Nationale, à l’invitation du député Olivier Darrason, rapporteur du budget de l’armée de l’air. Il était co-organisé par l’un des groupes parlementaires de l’Assemblée et l’ACFCI (Assemblée des Chambres Françaises de Commerce et d’Industrie). L’accroche en était : « La France en guerre économique : quelle riposte, quelles armes, quels acteurs ? » CONTEXTE ET DÉFINITIONS Malgré un frémissement médiatique récent, le concept d’intelligence économique (IE) est très loin d’être clarifié et universellement accepté, d’abord parmi les « décideurs », a fortiori dans le grand public. La plupart des intervenants ont judicieusement d’abord tenté d’éclairer le contexte, et ensuite proposé des définitions. Un contexte de mondialisation, de réseaux, de croissance de l’économie de l’immatériel, de surabondance de l’information disponible, mais aussi de guerre de l’information a été dépeint. Une des définitions classiques de l’IE (ou IEC : Intelligence Economique et Concurrentielle) peut être exprimée ainsi : la capacité des entreprises ou des organisations à maîtriser et utiliser l’information sur leur environnement concurrentiel, technologique, économique, mais aussi social, juridique, politique et médiatique. Maîtriser l’information s’entend dans toutes ses phases : la recueillir ou la chercher, l’analyser, la recouper et la vérifier, en tirer les synthèses qui permettent les bonnes décisions stratégiques, enfin en maîtriser la diffusion. Des définitions plus imagées ont été également proposées, telles que « la capacité de réaction aux signaux faibles », ou « l’adaptation d’un organisme en mutation à son environnement ». La quasi-totalité des orateurs, en particulier Jean Guisnel, journaliste au Point, auteur d’un ouvrage dans le domaine, a tenu à souligner aussi que l’IE se différencie radicalement de l’espionnage au sens traditionnel du terme, en ceci qu’elle travaille sur de l’information « ouverte », c’est à dire légalement accessible. Toute utilisation de méthodes illégales ou frauduleuses en est exclue. 1/4 1997 _ ANGLEYS Marie-Maxence _ Intelligence Economique _ 11 18-mar-2010
  • QUE FONT LES AUTRES NATIONS ? Naturellement, il est intéressant d’étudier quelle est la pratique de l’IE dans différents pays. Philippe Caduc, directeur général de l’ADIT (Agence pour la Diffusion de l’Information Technologique), a analysé plus particulièrement le cas des Etats-Unis et du Japon. D’aucuns auraient pu penser que le Japon, d’une stratégie concertée d’acquisition légale de technologies étrangères, jusqu’aux anecdotes bien connues des visites d’entreprises où les cravates trempent accidentellement dans les cuves et les semelles de chaussures agrippent opportunément des copeaux d’usinage, constituerait l’épouvantail (ou le modèle) du forum. Même si ces éléments ont été évoqués, il n’en a rien été. La plupart des analyses ont plutôt convergé pour souligner la redoutable puissance américaine en matière d’IE. Ont été développés, parmi d’autres points : • La stratégie de projection de puissance et de domination sur les autres nations, convertie au début des années 90 du terrain militaire (guerre froide) au domaine civil (guerre économique). Les ressources correspondantes (CIA, NSA, ...) ont été fortement redéployées sur ce nouveau champ d’action. • Un outil formidable au service de cette stratégie : le « parapluie informationnel », équivalent actuel du « parapluie nucléaire » en son temps. (Exemple d’application : la couverture médiatique de la guerre du Golfe, les images fournies aux médias du monde entier étant 100 % américaines.) • Une forte agressivité de la doctrine américaine, avec l’emploi d’une panoplie de moyens offensifs (la fameuse « war room ») et défensifs (loi d’Amato, ...). • La position dominante des USA dans les technologies de l’information (maîtrise des grandes bases de données, domination de facto sur Internet, ...), et bien des problèmes, enjeux et risques qui y sont attachés : interception des communications, dépendance des fournisseurs, traçabilité des requêtes (qui s’intéresse à quoi ?), diffusion restreinte (US only). • La domination ou le monopole de fait américain dans d’autres domaines pourrait se transformer en menace dans un contexte de guerre de l’information. Les plus grandes entreprises françaises ont-elles pesé les risques pris en confiant leurs données financières et stratégiques aux cabinets d’audit et de conseil - les big six -, tous anglo-saxons ? 2/4 1997 _ ANGLEYS Marie-Maxence _ Intelligence Economique _ 11 18-mar-2010
  • LES ENTREPRISES FRANÇAISES Quel est le rapport entre Aung San Suu Kyi (Prix Nobel de la Paix 1991), le World Wild Fund for Nature (Fonds mondial pour la nature), des universités australiennes et Internet ? Hervé L’Huilier, directeur des moyens généraux et assistance technique chez Total, a relaté l’expérience en cours du projet d’exploitation de gaz offshore et de construction d’un gazoduc en Birmanie. Il a brossé un tableau saisissant des menées de différents lobbies, et des pressions exercées sur sa société par des moyens nombreux et variés, y compris l’influence de l’opinion publique internationale et l’appel au boycottage. Utilisant un modèle de Porter enrichi, l’orateur a présenté une cartographie « simplifiée » des intervenants très divers et de leurs liens (associations écologistes, Eglises, universités, forums sur Internet et spécialistes autoproclamés, nations « amies » et néanmoins rivales, compagnies pétrolières concurrentes, etc.). Déplorant notre vision souvent territoriale et « XIXe siècle » de la puissance des nations, il a appelé chercheurs, universitaires, géopoliticiens, à dresser les véritables cartographies actuelles de la présence et des intérêts dans le monde, des Etats-Unis, de l’Allemagne, de la France, etc. Peut-être serions-nous surpris par les enseignements à tirer de ces « ensembles discontinus à la surface du globe » ainsi dessinés ? D’autres témoignages, comme celui de Jean-François Barth, chargé de mission chez Dassault Aviation, ont souligné l’importance du travail en réseau. Caractérisant l’IE comme une « action collective de l’entreprise », ce dernier en a situé les véritables enjeux en termes d’hommes et de culture d’entreprise, plus que d’outils et de méthodologies. POUVOIRS PUBLICS ET CHAMBRES DE COMMERCE S’il fallait craindre un manque d’intérêt ou de mobilisation des pouvoirs publics et du monde consulaire dans le domaine de l’IE, nous voilà rassurés. Devant plusieurs de ses collègues députés, Olivier Darrason a évoqué des enjeux forts dans le contexte d’une « guerre économique » : éviter l’ « émigration clandestine du génie français », « protéger le patrimoine », et « promouvoir la France », toutes choses au cœur de la mission de l’homme politique. Philippe Clerc, chargé de mission auprès du préfet régional de Basse-Normandie, a décrit le dispositif pilote mis en place localement, insistant sur le partenariat administration- entreprises. Christian Daviot, conseiller technique auprès du ministre de l’Economie et des Finances Jean Arthuis, bien que ne parlant qu’en son nom personnel, a souligné, entre autres, les rôles de précurseur et d’impulsion de l’Etat, récusant tout monopole public ou privé de l’IE. Gérard Trémège, président de l’ACFCI, a affirmé l’ambition des Chambres de Commerce : constituer la colonne vertébrale de l’offre IE en direction des entreprises, spécialement les PME. Des initiatives ont été évoquées, comme celle du réseau RESIS, initié par la CCI de Niort, et fédérant déjà sept Chambres de Commerce et d’Industrie. 3/4 1997 _ ANGLEYS Marie-Maxence _ Intelligence Economique _ 11 18-mar-2010
  • EN GUISE DE CONCLUSION Malgré des questions répétées et précises sur ce point, les institutions européennes ont été jugées peu opérantes pour développer une IE au service des intérêts de la France. Et de nombreux intervenants, pouvoirs publics en tête, d’en appeler, comme source essentielle de motivation et d’efficacité de l’intelligence économique au service de la France, au « patriotisme économique ». Vaste programme ! Marie-Maxence Angleys (E 1979) Juin 1997, adaptation mars 2010 Marie-Maxence Angleys, fondateur et dirigeant d’Adveniat, conseille et accompagne des créateurs, dirigeants et repreneurs d’entreprises à fort potentiel, particulièrement dans les domaines de la stratégie de développement, du financement, et du marketing. Marie-Maxence Angleys, 51 ans, est Ingénieur Civil des Mines, diplômé de l'Ecole Nationale Supérieure des Mines de Saint-Etienne. Il a exercé des responsabilités de vente et de marketing dans de grandes entreprises du secteur informatique (Tektronix, Matra Datavision), en France et à l’international. Depuis 1995, il a collaboré et mené des missions opérationnelles et de conseil auprès de plusieurs dizaines de start-ups et PME. Il intervient également pour le compte d’investisseurs, d’organismes de financement (Oséo), et de structures d’accompagnement (incubateurs, technopoles, etc.). Il enseigne dans plusieurs écoles d’ingénieurs et de management. Contact M. Marie-Maxence ANGLEYS ADVENIAT - 24, rue Jean Duplessis 78150 Le Chesnay - France Tél. : +33 (0) 1 39 66 16 30 Fax : +33 (0) 1 39 66 16 59 Mob. : +33 (0) 6 60 50 63 72 angleys@adveniat.net http://fr.linkedin.com/in/angleys Les propos reportés dans le présent article n’ont pas été relus par les intervenants ; ils n’engagent que l’auteur. Cet article (avec de très légères variantes) a été publié dans la Revue des Ingénieurs n° 397 de juillet 1997. © Marie-Maxence Angleys 1997-2010 - Tous droits réservés. 4/4 1997 _ ANGLEYS Marie-Maxence _ Intelligence Economique _ 11 18-mar-2010