• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Argumentaire - Pour ne pas fermer la raffinerie Shell
 

Argumentaire - Pour ne pas fermer la raffinerie Shell

on

  • 1,344 views

Pourquoi la fermeture de la Raffinerie Shell de Montréal Est est une aberration ? Quelle différence entre la réalité, la viabilité économique de la Raffinerie et les mythes, les rumeurs qui ...

Pourquoi la fermeture de la Raffinerie Shell de Montréal Est est une aberration ? Quelle différence entre la réalité, la viabilité économique de la Raffinerie et les mythes, les rumeurs qui courent ?
Voici un document qui vous permettra de mieux comprendre la situation et de vous engager aux côtés des employés de la raffinerie Shell et de leurs familles !

Statistics

Views

Total Views
1,344
Views on SlideShare
1,314
Embed Views
30

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

4 Embeds 30

http://www.slideshare.net 25
http://www.linkedin.com 2
https://www.linkedin.com 2
http://www.slideshare.net:80 1

Accessibility

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Argumentaire - Pour ne pas fermer la raffinerie Shell Argumentaire - Pour ne pas fermer la raffinerie Shell Presentation Transcript

    • Pour  maintenir  le  raffinage  dans  l’Est   de  Montréal  et  sauver  la   pétrochimie  au  Québec     Argumentaire  produit  par  la  Sec=on   locale  121  du  SCEP-­‐FTQ   19  janvier  2010   1  
    • Contexte     •  Décision  unilatérale  de  Shell   –  Transformer  en  terminal  son  usine  de  raffinage  de  l’Est   de  Montréal   •  Perte  de  800  emplois  directs  de  qualité,  bien  rémunérés   •  Perte  de  3  500  emplois  indirects   •  Difficultés  financières,  voire  fermetures  d’entreprises   connexes,  de  commerçants  de  la  région,  de  fournisseurs     comme  Marsulex  qui  récupère  et  traite  le  soufre   •  Effets  d’entraînement  néga=fs  sur  la  raffinerie  Suncor  voisine   (Pétro-­‐Canada)  et  le  pipeline  Montréal-­‐Portland  que  les  deux   sou=ennent  et  u=lisent.   •  Menace  à  la  survie  de  l’industrie  pétrochimique  et   appauvrissement  du  Québec   2  
    • Impacts  néga=fs     •  Quasi  dispari=on  du  raffinage  dans  l’Est  de  Montréal  et  fragilisa=on   de  tout  le  secteur  industriel  de  la  pétrochimie,  un  moteur  au   Québec     •  Perte  d’emplois  massives  dans  une  région  déjà  lourdement  affectée   •  Perte  d’exper=se  et  de  «know  how»,  mise  en  péril  du  projet  de   l’ins=tut  de  la  chimie  et  de  la  pétrochimie  d’obtenir  le  statut  d’école   na=onale  et  de  la  pérennité  des  stages  en  milieu  de  travail  lors  des   forma=ons   •  Diminu=on  importante  de  la  sécurité  énergé=que  du  Québec  et   augmenta=on  de  la  dépendance  face  à  l’importa=on,  un  argument   u=lisé  par  le  gouvernement  du  Québec  pour  jus=fier  d’aller  de   l’avant  avec  le  projet  Rabaska  et  qui  demeure  aussi  valable   •  Augmenta=on  probable  des  prix  de  l’essence   3  
    • Un impact métropolitain Localisation des travailleurs de la raffinerie de Montréal-Est BILAN: 25 % Montréal 25 % Rive-Sud 50 % Rive-Nord SOURCE:     Échan=llon  de  330  sur   550  travailleurs  directs  de   la  raffinerie  
    • Quand  la  rumeur  s’emballe…   •  Toutes  sortes  de  mythes  circulent   rela=vement  à  la  fin  des  ac=vités  de  raffinage.   •  Pour  y  voir  plus  clair,  nous  les  reprenons  un   par  un.   5  
    • Medre  fin  aux  mythes   •  La  plupart  des  travailleurs  visés  par  la  mise  à  pied   prendront  leur  retraite…   –  FAUX.  Plus  des  ¾  ont  moins  de  50  ans,  dont  plus  de  55   %  ont  moins  de  40  ans.  Pour  certains,  il  s’agit  de   couples,  parents  de  jeunes  enfants,  travaillent  tous  les   deux  à  la  raffinerie.   •  La  raffinerie  est  désuète  et  trop  vieille.   –  FAUX.  Des  inves=ssements  importants  ont  été  faits  au   fil  des  ans  pour  moderniser  les  unités  de  produc=on   et  pour  rendre  les  équipements  conformes  aux   normes  environnementales  (soufre  dans  l’essence,  le   diesel,  traitement  des  eaux,  etc.)   6  
    • Medre  fin  aux  mythes  (suite)   •  Shell  prétend  fermer  dans  l’Est  parce  que  la   capacité  de  la  raffinerie  n’est  pas  assez  grande.   –  FAUX.  La  raffinerie  de  Shell  à  Sarnia  (Ontario)   produit  75  000  barils  par  jour,  presque  deux  fois   moins  que  les  130  000  barils  par  jour  raffinés  dans   l’Est  de  Montréal.  Shell  dans  l’Est,  c’est  25  %  de  la   capacité  de  raffinage  du  Québec     7  
    • Medre  fin  aux  mythes  (suite)   •  Medre  fin  au  raffinage,  c’est  bon  pour   l’environnement!   –  FAUX.  Ce  qui  permet  de  réduire  les  GES,  c’est  de   diminuer  le  nombre  d’autos  sur  les  routes,  ce  qui  n’a   rien  à  voir  avec  le  raffinage.  Pire,  en  cessant  de   raffiner  dans  l’Est,  on  devra  importer  les  produits   raffinés,  ce  qui  non  seulement  diminue  notre   autonomie  énergé=que,  mais  augmente  le  trafic   mari=me  en  faisant  passer  le  nombre  de  bateaux   transportant  des  produits  pétroliers  vola=ls  d’une   dizaine  par  ANNÉE  à  2  ou  3  par  JOUR,  selon  nos   es=més.     8  
    • Medre  fin  aux  mythes  (suite)   •  La  raffinerie  n’est  pas  rentable.   –  FAUX.  La  raffinerie  Shell  de  Montréal-­‐Est  a  fait  des  profits   importants  au  cours  des  18  dernières  années  sauf  en  2009,  suite   à  la  modifica=on  des  normes  comptables.  Elle  n’a  pas  perdu  son   marché,  composé  notamment  de  281  sta=ons  service.  Le   marché  et  la  rentabilité  sont  au  rendez-­‐vous,  la  fermeture  est   une  décision  administra=ve  économiquement  non  fondée.   •  La  pétrochimie  n’est  pas  une  industrie  d’avenir  avec  le   développement  des  énergies  vertes.   –  FAUX.  La  pétrochimie  ne  produit  pas  que  de  l’essence,  il   fabrique  des  combus=bles  pour  les  avions,  il  fournit  les   industries  pharmaceu=que,  du  plas=que  et  des  produits   chimiques   9  
    • Medre  fin  aux  mythes   •  Une  fois  que  Shell  a  annoncé  son  inten=on  de   cesser  le  raffinage,  il  faut  se  résigner  car  il  n’y   a  plus  rien  à  faire.   –  FAUX.  Après  avoir  annoncé  la  fin  de  ses  ac=vités   et  suite  à  une  mobilisa=on  du  milieu  et  des   travailleurs,  Shell  a  vendu  à  des  inves=sseurs  qui   ont  con=nué  à  l’opérer  une  raffinerie  située  aux   Etats-­‐Unis,  en  Californie     10  
    • Ce  que  nous  demandons   •  Le  main=en  des  ac=vités  de  raffinage  dans   l’Est  de  Montréal   –  Soit  par  la  poursuite  des  ac=vités  de  Shell   –  Soit  par  la  vente  de  ces  ac=vités  à  un  autre   opérateur   •  Un  appui  à  l’industrie  pétrochimique,  qui   contribue  à  la  diversifica=on  des  sources   d’approvisionnement  énergé=que   11  
    • Pourquoi  medre  des  efforts     dans  ce  dossier?     •  Pour  des  emplois  qualifiés  et  de  qualité.  Des  milliers   d’emplois  perdus  dans  l’Est,  c’est  une  hécatombe!   •  Pour  l’ac=vité  économique  d’une  région  et  la  survie  de   nombreuses  entreprises  connexes   •  Pour  la  pérennité  d’un  secteur  où  nous  possédons  une   exper=se,  un  ins=tut  de  forma=on,  une  concerta=on   industrielle   •  Pour  les  retombées  économiques  de  240  M$  par  année   qui  se  comparent  avantageusement  au  Grand  Prix  de   Montréal  avec  ses  75  M$,  pour  lequel  les  3  paliers  de   gouvernement  se  sont  mobilisés  avec  empressement…   12