ECLECTISME ET POLYCHROMIE    EN ARCHITECTURE       AU XIXe siècle
Eclectisme : du grec eklegein = choisir(mot emprunté au vocabulaire philosophique de Victor Cousin, professeur titulaire à...
Il s’applique particulièrement à l’architecture publique liée à ladiffusion du savoir : musées, écoles d’art, bibliothèque...
Félix Duban : Ecole des Beaux-Arts Paris1832-1870
Félix Duban : Ecole des Beaux-Arts Paris
Félix Duban : Ecole des Beaux-Arts Paris
Félix Duban : Ecole des Beaux-Arts ParisPortique Renaissance de l’aile détruite duchâteau d’Anet (Eure-et-Loir)
Félix Duban : Ecole des Beaux-Arts ParisCour vitrée (salle des moulages)
Félix Duban : Ecole des Beaux-Arts Paris. Cour vitrée avant restauration
Félix Duban : Ecole des Beaux-Arts Paris. Cour vitrée après restauration
Félix Duban : Ecole des Beaux-Arts Paris. Façade sur le quai Malaquais
Félix Duban : Ecole des Beaux-Arts Paris. Cour du Mûrier
Paul Delaroche, Hémicycle de l’Ecole des Beaux-Arts, 1836Fresque de 75 artistes de l’Antiquité et de la Renaissance jusqu’...
Henri Labrouste : Bibliothèque Sainte-Geneviève Paris 1844-1848
Henri Labrouste : Bibliothèque Sainte-Geneviève Paris
Henri Labrouste : Bibliothèque Sainte-Geneviève Paris
Henri Labrouste : Bibliothèque Sainte-Geneviève Paris
Henri Labrouste : Bibliothèque Sainte-Geneviève Paris
Henri Labrouste : Bibliothèque Sainte-Geneviève Paris
Henri Labrouste, Bibliothèqueimpériale (actuelle BN rue deRichelieu), salle de lecture,1858-1868
Henri Labrouste,Bibliothèque impériale(actuelle BN rue deRichelieu), plan de la sallede lecture
Henri Labrouste, Bibliothèqueimpériale (actuelle BN rue deRichelieu), salle de lecture, détaild’une coupole
Henri Labrouste, Bibliothèqueimpériale (actuelle BN rue deRichelieu), magasins en sous-sol
Charles Questel, Musée-bibliothèque, Grenoble, 1863-1872
Charles Questel, Musée-bibliothèque, Grenoble, 1863-1872, détail du fronton
Plan du musée-bibliothèque: Vestibule en bas,musée à gauche, bibliothèque à droite
Charles Questel, Musée-bibliothèque, vestibule
Charles Questel, Musée-bibliothèque, plafond peint du vestibule
Charles Questel, Musée-bibliothèque, musée
Charles Questel, Musée-bibliothèque, salle de lecture
LA POLYCHROMIE EN ARCHITECTURE
.Thème spécifique de la polychromie en architecture au XIXe siècle qui trouve son origine dans laredécouverte de la polych...
Prosper Morey (1805-1886), Maison duchapiteau coloré, Pompéi, relevé d’uneparoi peinte, mine de plomb, gouache,aquarelle
Prosper Morey (1805-1886), Pompéi,relevé d’une paroi peinte, mine de plomb,gouache, aquarelle.
Jacques Ignace Hittorff, Restitution en couleurd’une partie de l’entablement et de la couvertured’un temple, Architecture ...
Jacques Ignace Hittorff, Frontispice,chromolithographie, Restitution du templed’Empédocle à Sélinonte, ou l’architecturepo...
Charles Garnier , [temple de Jupiterpanhellenien, Egine , Grèce ] Façadeangulaire du temple, pl. 24, Revue généralede l’Ar...
Jacques-Ignace Hittorff, égliseSaint-Vincent-de-Paul, Paris, 1824-1844
Jacques-Ignace Hittorff, église Saint-Vincent-de-Paul, Paris, 1824-1844
Jacques-Ignace Hittorff, église Saint-Vincent-de-Paul, Paris, 1824-1844
Jacques-Ignace Hittorff, église Saint-Vincent-de-Paul, Paris, 1824-1844
Jacques-Ignace Hittorff, église Saint-Vincent-de-Paul, Paris, 1824-1844
Jacques-Ignace Hittorff, la rotonde du Panorama, Champs-Elysées, Paris, 1839
Hittorff, cirque d’Eté au carré Marigny
Jacques-Ignace Hittorff, Cirque d’hiver, Paris, 1852
Jacques-Ignace Hittorff, Cirque d’hiver, Paris
Jacques-Ignace Hittorff, Cirque d’hiver, Paris
Jacques-Ignace Hittorff, Cirque d’hiver, Paris
Jacques-Ignace Hittorff, Cirque d’hiver, Paris
Jacques-Ignace Hittorff, Cirque d’hiver, Paris
La Maison pompéienne du Prince Napoléon, Avenue Montaigne, Paris, 1856
J. Laplanche,« Atrium, maisondu PrinceNapoléon », 1863,Album Vues de laMaison pompéiennedu Prince Napoléon40 épreuves surp...
Pierre-Ambroise Richebourg,intérieur de la bibliothèque de la Maisonpompéienne du Prince Napoléon avenueMontaigne, 1866
Pierre-Ambroise Richebourg,Vue dans la serre de la Maisonpompéienne du Prince Napoléon avenueMontaigne, 1866
Répétition du joueur de flûte et de la femme de Diomède chez le prince Napoléon danslatrium de sa maison pompéienne, 1860 ...
Friedrich von Gärtner, Pompeianum, Aschaffenburg pourLouis Ier de Bavière (inspiré de la maison des Dioscures àPompéi), 18...
Friedrich von Gärtner, Pompeianum, Aschaffenburg sur le Main pour Louis Ier de Bavière (inspiré de lamaison des Dioscures ...
Atrium et excèdre
Friedrich von Gärtner, Pompeianum, Aschaffenburg
Triclinium             Friedrich von Gärtner, Pompeianum, Aschaffenburg
Friedrich von Gärtner, Pompeianum, Aschaffenburg
Charles Garnier (1825-1898)
Charles Garnier, Opéra et avenue de l’Opéra, Paris
Charles Garnier, Opéra et avenue de l’Opéra, Paris
Charles Garnier, Opéra, Paris, 1861-1872
Charles Garnier, Opéra, Paris, 1861-1872
Apollon, la Poésie et la Musique par Aimé Millet, groupe placé au sommet de lOpéra etsupportant le paratonnerre, (vers 186...
Gauche : Fronton de l’avant-corps ouest. L’architecture et l’Industriedroite : Frise, corniche de l’entablement sur le ret...
Frise supérieure del’attique : masques deKlagmann selon la dorure« à effet »
Dôme de la Salle : détail du lanternon
La Poésie par Charles Gumery (1827–1871), groupe en bronze doré couronnant le côté droit de lafaçade principale
Claustra de la loggia : travées Mozart et Beethoven
Claustra de la loggia : travée Beethoven
Avant-corps de la façade principale
Portique de l’opéra : détail
Jean-Baptiste Carpeaux, La danse, original (Orsay) et copie de Paul Belmondo, 1964
Maquette de l’Opéra, musée d’Orsay
Escalier d’honneur de l’opéra
Les mosaïques de l’Opéra GarnierApplication de 300 m2 de mosaïques sur les sols et dans la loggia au-dessus de l’escalier,...
Garnier : « la lumière qui étincellera, les toilettes qui resplendiront, les figures qui seront animées etsouriantes, les ...
La salle de l’Opéra
Baignoires de la salle : détail
Jules-Eugène Lepneveu, lesmuses et les heures du jour et dela nuit, 1872.Plafond déposé en 1968 au muséed’Orsay
Décor peint du plafond de la Salle en 1964 par Marc ChagallComposition conçue comme une Olympe, dans laquelle il rendra ho...
Plafond de la salle décoré par Marc Chagall en 1964
Plafond de Marc Chagall
le grand foyer de l’Opéra
Paul Baudry, plafond du grand foyer de l’Opéra :scènes mythologiques autour du triomphe de Sainte-Cécile
Charles Garnier, Opéra de Monte Carlo
LOpéra de Kiev                                                Théâtre municipal de Rio           Philharmonie de Varsovie ...
PAUL SEDILLEArchitecte, peintre, théoricien de la polychromie architecturale1867 : rencontre et collaboration avec le faïe...
Paul Sédille – Jules LoebnitzPorte des Beaux-Arts = porche monumental de la section francaise des beaux-arts à l’expositio...
Hôtel Sédille, 28 boulevard Malesherbes, Paris VIIIe arrondissement
Paul Sédille, faïencerie Loebnitz, 4 rue de la Pierre Levée, Paris, 11e arrond. 1884
Paul Sédille, Magasin du Printemps, boulevard Haussman ParisMarrey, Bernard. Les grands magasins des origines à 1939 (Pari...
Paul Sédille, le 32 Rue Eugène Flachat, 1892
Paul Sédille, Villa Weber, rue Erlanger, ParisPlanche tirée de CHABAT Pierre, La brique et la terre cuite : étude historiq...
Paul Sédille, Villa Weber, 9, rue Erlanger, Paris, 1884
James W. Campbell & Will Pryce, Lart et lhistoire de la brique. Bâtiments privés et publics du mondeentier, Paris, Citadel...
Jules Saulnier, Moulin de la chocolaterie Menier à Noisiel, 1872 (restauration Reichen et Robert)
Pavillon de l’exposition universellede 1889, actuelle bibliothèqueSchoelcher à Fort-de-France(Martinique)
Henry Espérandieu, Palais Longchamp, Marseille, 1862-1869
Jardin d’acclimatation du Palais Longchamp
Henry Espérandieu, Palais Longchamp, Marseille, 1862-1869
Henry Espérandieu, Palais Longchamp, Marseille, 1862-1869, nymphée
Henry Espérandieu, Palais Longchamp, Marseille, 1862-1869
Henry Espérandieu, Palais Longchamp, Marseille, 1862-1869
Henry Espérandieu, Palais Longchamp, Marseille, 1862-1869 escalier d’honneur
Henry Espérandieu, PalaisLongchamp, Marseille, 1862-1869Escalier d’HonneurTableau marouflé de Pierre Puvis deChavannes : M...
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Eclectisme et polychromie
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Eclectisme et polychromie

1,659

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
1,659
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2
Actions
Shares
0
Downloads
76
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Eclectisme et polychromie

  1. 1. ECLECTISME ET POLYCHROMIE EN ARCHITECTURE AU XIXe siècle
  2. 2. Eclectisme : du grec eklegein = choisir(mot emprunté au vocabulaire philosophique de Victor Cousin, professeur titulaire à laSorbonne) En architecture, une forme particulière d’éclectisme correspond à une pratique subtile de laréférence aux styles architecturaux du passé :mêler de façon raisonnée et adaptée à la fonction de l’édifice citations et références historiques pour ancrercet édifice dans son contexte socio-culturel et dans la continuité historique.Cf César Daly : « L’Ecole éclectique traite le passé entier comme une espèce de garde-meuble […]pour les éclectiques, le passé est un portefeuille de motifs » Langage épigraphique = le monument devient bavardlangage architectural et programme ornemental dont les éléments justifient ou expliquent : -son origine -sa vocation -son ancrage dans le site urbain. = volonté d’assimilation et d’intégrationOn parle alors d’éclectisme raisonné : plus difficile à repérer mais beaucoup plus riche etoriginal que la citation pure et simple d’un style pour habiller un monument.
  3. 3. Il s’applique particulièrement à l’architecture publique liée à ladiffusion du savoir : musées, écoles d’art, bibliothèques…architecture rationaliste, notion d’éclectisme raisonné et d’architectureépigraphique.Exemples parmi d’autres de constructions qui montrent la réflexiond’un architecte par rapport à un bâti existant ou à un urbanismeexistant qui va déterminer son parti-pris architectural et décoratif Félix Duban : Ecole des Beaux-Arts Paris Henri Labrouste : Bibliothèque Sainte-Geneviève Paris Bibliothèque impériale (actuelle BN rue de Richelieu) Léon Vaudoyer : Conservatoire National des Arts et Métiers Charles Questel : Musée-bibliothèque de Grenoble Henri Espérandieu : EBA-Bibliothèque et Musée-Muséum Longchamp de Marseille
  4. 4. Félix Duban : Ecole des Beaux-Arts Paris1832-1870
  5. 5. Félix Duban : Ecole des Beaux-Arts Paris
  6. 6. Félix Duban : Ecole des Beaux-Arts Paris
  7. 7. Félix Duban : Ecole des Beaux-Arts ParisPortique Renaissance de l’aile détruite duchâteau d’Anet (Eure-et-Loir)
  8. 8. Félix Duban : Ecole des Beaux-Arts ParisCour vitrée (salle des moulages)
  9. 9. Félix Duban : Ecole des Beaux-Arts Paris. Cour vitrée avant restauration
  10. 10. Félix Duban : Ecole des Beaux-Arts Paris. Cour vitrée après restauration
  11. 11. Félix Duban : Ecole des Beaux-Arts Paris. Façade sur le quai Malaquais
  12. 12. Félix Duban : Ecole des Beaux-Arts Paris. Cour du Mûrier
  13. 13. Paul Delaroche, Hémicycle de l’Ecole des Beaux-Arts, 1836Fresque de 75 artistes de l’Antiquité et de la Renaissance jusqu’à l’époque contemporainePhilibert De L’Orme et Nicolas Poussin sont les figures tutélairesQuatre « allégories » féminines : grecque, romaine, gothique, RenaissanceAu centre Ictinos (arch.) Appelle (peint.) Phidias (sculpt.)
  14. 14. Henri Labrouste : Bibliothèque Sainte-Geneviève Paris 1844-1848
  15. 15. Henri Labrouste : Bibliothèque Sainte-Geneviève Paris
  16. 16. Henri Labrouste : Bibliothèque Sainte-Geneviève Paris
  17. 17. Henri Labrouste : Bibliothèque Sainte-Geneviève Paris
  18. 18. Henri Labrouste : Bibliothèque Sainte-Geneviève Paris
  19. 19. Henri Labrouste : Bibliothèque Sainte-Geneviève Paris
  20. 20. Henri Labrouste, Bibliothèqueimpériale (actuelle BN rue deRichelieu), salle de lecture,1858-1868
  21. 21. Henri Labrouste,Bibliothèque impériale(actuelle BN rue deRichelieu), plan de la sallede lecture
  22. 22. Henri Labrouste, Bibliothèqueimpériale (actuelle BN rue deRichelieu), salle de lecture, détaild’une coupole
  23. 23. Henri Labrouste, Bibliothèqueimpériale (actuelle BN rue deRichelieu), magasins en sous-sol
  24. 24. Charles Questel, Musée-bibliothèque, Grenoble, 1863-1872
  25. 25. Charles Questel, Musée-bibliothèque, Grenoble, 1863-1872, détail du fronton
  26. 26. Plan du musée-bibliothèque: Vestibule en bas,musée à gauche, bibliothèque à droite
  27. 27. Charles Questel, Musée-bibliothèque, vestibule
  28. 28. Charles Questel, Musée-bibliothèque, plafond peint du vestibule
  29. 29. Charles Questel, Musée-bibliothèque, musée
  30. 30. Charles Questel, Musée-bibliothèque, salle de lecture
  31. 31. LA POLYCHROMIE EN ARCHITECTURE
  32. 32. .Thème spécifique de la polychromie en architecture au XIXe siècle qui trouve son origine dans laredécouverte de la polychromie antique et dont l’apogée se situe en France sous le Second Empire.Replacer les musées-bibliothèques dans ce contexteL’Antiquité inspiratrice :Les architectes développent la polychromie extérieure :3 architectes majeurs dans la redécouverte, l’expérience et la théorie de la polychromie architecturale : Jacques-Ignace Hittorff (Cologne, 1792-Paris, 1867) Charles Garnier (Paris,1825-Paris, 1898)Paul Sédille (1836-1900) Portrait à la mine de plomb par Ingres
  33. 33. Prosper Morey (1805-1886), Maison duchapiteau coloré, Pompéi, relevé d’uneparoi peinte, mine de plomb, gouache,aquarelle
  34. 34. Prosper Morey (1805-1886), Pompéi,relevé d’une paroi peinte, mine de plomb,gouache, aquarelle.
  35. 35. Jacques Ignace Hittorff, Restitution en couleurd’une partie de l’entablement et de la couvertured’un temple, Architecture antique de la Sicile,recueil des monuments de Ségeste et de Sélinonte,mesurés et dessinés par J.-I. Hittorff et L. Zanth.Suivi de Recherches sur l’origine et ledéveloppement de l’architecture religieuse chez lesGrecs,par J.-I. Hittorff, Paris, Jules Renouard, 1826et suivantes, pl. 40.
  36. 36. Jacques Ignace Hittorff, Frontispice,chromolithographie, Restitution du templed’Empédocle à Sélinonte, ou l’architecturepolychrome chez les Grecs. Par J. J.Hittorff, architecte. Atlas, Paris,typographie de Firmin Didot Frères, 1851.
  37. 37. Charles Garnier , [temple de Jupiterpanhellenien, Egine , Grèce ] Façadeangulaire du temple, pl. 24, Revue généralede l’Architecture et des Travaux publics,vol. XVI, 1858.
  38. 38. Jacques-Ignace Hittorff, égliseSaint-Vincent-de-Paul, Paris, 1824-1844
  39. 39. Jacques-Ignace Hittorff, église Saint-Vincent-de-Paul, Paris, 1824-1844
  40. 40. Jacques-Ignace Hittorff, église Saint-Vincent-de-Paul, Paris, 1824-1844
  41. 41. Jacques-Ignace Hittorff, église Saint-Vincent-de-Paul, Paris, 1824-1844
  42. 42. Jacques-Ignace Hittorff, église Saint-Vincent-de-Paul, Paris, 1824-1844
  43. 43. Jacques-Ignace Hittorff, la rotonde du Panorama, Champs-Elysées, Paris, 1839
  44. 44. Hittorff, cirque d’Eté au carré Marigny
  45. 45. Jacques-Ignace Hittorff, Cirque d’hiver, Paris, 1852
  46. 46. Jacques-Ignace Hittorff, Cirque d’hiver, Paris
  47. 47. Jacques-Ignace Hittorff, Cirque d’hiver, Paris
  48. 48. Jacques-Ignace Hittorff, Cirque d’hiver, Paris
  49. 49. Jacques-Ignace Hittorff, Cirque d’hiver, Paris
  50. 50. Jacques-Ignace Hittorff, Cirque d’hiver, Paris
  51. 51. La Maison pompéienne du Prince Napoléon, Avenue Montaigne, Paris, 1856
  52. 52. J. Laplanche,« Atrium, maisondu PrinceNapoléon », 1863,Album Vues de laMaison pompéiennedu Prince Napoléon40 épreuves surpapier albuminé 63du princeNapoléon
  53. 53. Pierre-Ambroise Richebourg,intérieur de la bibliothèque de la Maisonpompéienne du Prince Napoléon avenueMontaigne, 1866
  54. 54. Pierre-Ambroise Richebourg,Vue dans la serre de la Maisonpompéienne du Prince Napoléon avenueMontaigne, 1866
  55. 55. Répétition du joueur de flûte et de la femme de Diomède chez le prince Napoléon danslatrium de sa maison pompéienne, 1860 (Musée National du Château et de Trianon,Versailles)
  56. 56. Friedrich von Gärtner, Pompeianum, Aschaffenburg pourLouis Ier de Bavière (inspiré de la maison des Dioscures àPompéi), 1840-1848.
  57. 57. Friedrich von Gärtner, Pompeianum, Aschaffenburg sur le Main pour Louis Ier de Bavière (inspiré de lamaison des Dioscures à Pompéi), 1840-1848.
  58. 58. Atrium et excèdre
  59. 59. Friedrich von Gärtner, Pompeianum, Aschaffenburg
  60. 60. Triclinium Friedrich von Gärtner, Pompeianum, Aschaffenburg
  61. 61. Friedrich von Gärtner, Pompeianum, Aschaffenburg
  62. 62. Charles Garnier (1825-1898)
  63. 63. Charles Garnier, Opéra et avenue de l’Opéra, Paris
  64. 64. Charles Garnier, Opéra et avenue de l’Opéra, Paris
  65. 65. Charles Garnier, Opéra, Paris, 1861-1872
  66. 66. Charles Garnier, Opéra, Paris, 1861-1872
  67. 67. Apollon, la Poésie et la Musique par Aimé Millet, groupe placé au sommet de lOpéra etsupportant le paratonnerre, (vers 1860-1869).
  68. 68. Gauche : Fronton de l’avant-corps ouest. L’architecture et l’Industriedroite : Frise, corniche de l’entablement sur le retour du bâtiment : la lyre
  69. 69. Frise supérieure del’attique : masques deKlagmann selon la dorure« à effet »
  70. 70. Dôme de la Salle : détail du lanternon
  71. 71. La Poésie par Charles Gumery (1827–1871), groupe en bronze doré couronnant le côté droit de lafaçade principale
  72. 72. Claustra de la loggia : travées Mozart et Beethoven
  73. 73. Claustra de la loggia : travée Beethoven
  74. 74. Avant-corps de la façade principale
  75. 75. Portique de l’opéra : détail
  76. 76. Jean-Baptiste Carpeaux, La danse, original (Orsay) et copie de Paul Belmondo, 1964
  77. 77. Maquette de l’Opéra, musée d’Orsay
  78. 78. Escalier d’honneur de l’opéra
  79. 79. Les mosaïques de l’Opéra GarnierApplication de 300 m2 de mosaïques sur les sols et dans la loggia au-dessus de l’escalier, autour des voûtes à pénétration :Technique redécouverte en mettant au point son industrialisation.Plaques réalisées en atelier puis posées selon la technique de l’inversion
  80. 80. Garnier : « la lumière qui étincellera, les toilettes qui resplendiront, les figures qui seront animées etsouriantes, les rencontres qui se produiront, les saluts qui s’échangeront, tout aura un air de fête et deplaisir » Inauguration officielle de l’Opéra sous la IIIe République
  81. 81. La salle de l’Opéra
  82. 82. Baignoires de la salle : détail
  83. 83. Jules-Eugène Lepneveu, lesmuses et les heures du jour et dela nuit, 1872.Plafond déposé en 1968 au muséed’Orsay
  84. 84. Décor peint du plafond de la Salle en 1964 par Marc ChagallComposition conçue comme une Olympe, dans laquelle il rendra hommage à quatorzecompositeurs, peuplée de personnages dopéra. On reconnaîtra ainsi Boris Godounov,de Moussorgski, La Flûte enchantée, de Mozart, Tristan et Isolde, de Wagner, Roméo etJuliette, de Berlioz, un sujet non précisé, de Rameau, Pelléas et Mélisande, de Debussy,Daphnis et Chloé, de Ravel, LOiseau de Feu, de Stravinsky, le Lac des Cygnes, deTchaïkovski, et enfin Giselle, dAdam. Le disque central évoque Carmen, de Bizet, LaTraviata, de Verdi, Fidelio, de Beethoven, Orphée et Eurydice, de Gluck.
  85. 85. Plafond de la salle décoré par Marc Chagall en 1964
  86. 86. Plafond de Marc Chagall
  87. 87. le grand foyer de l’Opéra
  88. 88. Paul Baudry, plafond du grand foyer de l’Opéra :scènes mythologiques autour du triomphe de Sainte-Cécile
  89. 89. Charles Garnier, Opéra de Monte Carlo
  90. 90. LOpéra de Kiev Théâtre municipal de Rio Philharmonie de Varsovie vers 1900
  91. 91. PAUL SEDILLEArchitecte, peintre, théoricien de la polychromie architecturale1867 : rencontre et collaboration avec le faïencier Jules Loebnitz (1836-1895)Janvier 1871 : voyage en Andalousie : Séville, Grenade, CordoueLoebnitz oriente sa production de faïence vers le décor architectural selon l’ornementationabstraite et florale de l’art islamique1887 « Étude sur la renaissance de la polychromie monumentale en France », Transactionsof the Royal Institute of British Architects, n. s. :« l’architecture est l’émanation directe dela nature, […] la couleur est la manifestation même de la nature ».
  92. 92. Paul Sédille – Jules LoebnitzPorte des Beaux-Arts = porche monumental de la section francaise des beaux-arts à l’expositionuniverselle de 1878Collaboration récompensée par une médaille d’or
  93. 93. Hôtel Sédille, 28 boulevard Malesherbes, Paris VIIIe arrondissement
  94. 94. Paul Sédille, faïencerie Loebnitz, 4 rue de la Pierre Levée, Paris, 11e arrond. 1884
  95. 95. Paul Sédille, Magasin du Printemps, boulevard Haussman ParisMarrey, Bernard. Les grands magasins des origines à 1939 (Paris, 1979): 97-109.
  96. 96. Paul Sédille, le 32 Rue Eugène Flachat, 1892
  97. 97. Paul Sédille, Villa Weber, rue Erlanger, ParisPlanche tirée de CHABAT Pierre, La brique et la terre cuite : étude historique de lemploi de ces matériaux, fabrication etusages, motifs de construction et de décoration choisis dans larchitecture des différents peuples, Morel et Cie, 1886, 80planches chromolithographiées
  98. 98. Paul Sédille, Villa Weber, 9, rue Erlanger, Paris, 1884
  99. 99. James W. Campbell & Will Pryce, Lart et lhistoire de la brique. Bâtiments privés et publics du mondeentier, Paris, Citadelles Mazenod, 2004M. Kornmann et CTTB, Matériaux de construction en terre cuite, fabrication et propriétés, Paris, Septima,2007
  100. 100. Jules Saulnier, Moulin de la chocolaterie Menier à Noisiel, 1872 (restauration Reichen et Robert)
  101. 101. Pavillon de l’exposition universellede 1889, actuelle bibliothèqueSchoelcher à Fort-de-France(Martinique)
  102. 102. Henry Espérandieu, Palais Longchamp, Marseille, 1862-1869
  103. 103. Jardin d’acclimatation du Palais Longchamp
  104. 104. Henry Espérandieu, Palais Longchamp, Marseille, 1862-1869
  105. 105. Henry Espérandieu, Palais Longchamp, Marseille, 1862-1869, nymphée
  106. 106. Henry Espérandieu, Palais Longchamp, Marseille, 1862-1869
  107. 107. Henry Espérandieu, Palais Longchamp, Marseille, 1862-1869
  108. 108. Henry Espérandieu, Palais Longchamp, Marseille, 1862-1869 escalier d’honneur
  109. 109. Henry Espérandieu, PalaisLongchamp, Marseille, 1862-1869Escalier d’HonneurTableau marouflé de Pierre Puvis deChavannes : Marseille grecque
  1. Gostou de algum slide específico?

    Recortar slides é uma maneira fácil de colecionar informações para acessar mais tarde.

×