Conquête des marchés étrangers

  • 231 views
Uploaded on

 

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
231
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1

Actions

Shares
Downloads
4
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Conquête des marchésétrangers
  • 2. Pourtant les possibilités de créations de richesses dans cet environnement dechangements tectoniques sont sans précédents. Les économies émergentes etleurs classes moyennes en pleine ascension compteront sur l’appui du reste dumonde pour construire leur infrastructure, concevoir et alimenter leurs modes detransport, ainsi que pour nourrir, loger et éduquer leurs citoyens.Les capacités canadiennes, telles l’énergie, l’exploitation minière,l’agroalimentaire, les technologies de linformation et de linformatique,laérospatiale, l’éducation et le tourisme peuvent se positionner pour profiteravantageusement de laugmentation des flux commerciaux mondiaux provoquéepar ces économies montantes.Nous, dans la région de lAtlantique, possédons bon nombre des «matièrespremières» nécessaires à la réussite.Les questions importantes
  • 3. Le PIB des économies émergentes représenteaujourdhui près de la moitié du PIB mondial etprogresse à un rythme plus de deux foissupérieur au taux de croissance des économiesoccidentales.La population de l’Asie est en plein processusdurbanisation massive à un rythme sansprécédent dans lhistoire de lhumanité.D’ici 2025, 52 % de la consommation de la classemoyenne mondiale (environ 22 milliards dedollars) sera attribuable à la classe moyenne enAsie et environ la moitié de ce pourcentageviendra de Chine.En Indonésie uniquement, plus de 90 millions depersonnes, soit 2,5 fois la population du Canada,intégreront la classe moyenne. Le Brésil a unenouvelle classe moyenne atteignant près dudouble de la population du Canada.Les questions importantes2012 2013 2014Écon.avancée1,2 1,2 2,2É.-U. 2,2 1,9 3,0Zoneeuro-0,6 -0,3 1,1Japon 2,0 1,6 1,4UK 0,2 0,7 1,5Canada 1,8 1,5 2,4Chine 7,8 8,0 8,2Inde 4,0 5,7 6,2Brésil 0,9 3,0 4,0Russie 3,4 3,4 3,8Perspectives decroissance(FMI, avril 2013)Monde à deux vitesses : les faits1-2 %monde5-8 %monde
  • 4. Suisse et Singapour sont lespays les plus prospères et lesplus compétitifs dans le mondeet une source essentielle deleur compétitivité nest pas lesressources naturelles mais surla base de succès dans lecommerce international.Les facteurs critiques desuccès sont les suivants:– Sélection des industries et dessecteurs «champion».– Large coordination entresecteur public, secteur privé etles institutions académiques.Les questions importantes
  • 5. MaisPlus de 75 % des exportations internationales du Canada atlantique s’en vont auxÉtats-Unis et moins de 500 entreprises participent à notre effort d’exportation.Même si les États-Unis sortaient éventuellement de l’ornière d’une croissanceinsuffisante, ce qui est discutable, nous ne pouvons plus nous permettre dedépendre ainsi d’un seul marché en proie à des difficultés d’une telle importance –et de ne compter que si peu d’entreprises opérant à l’international.Le problème c’est que d’autres régions, souvent mieux organisées et mieuxfinancées, voient les mêmes possibilités. Elles sont en train de nouer des liensétroits entre les secteurs public et privé et de mobiliser ces ressources pour faire deschoix éclairés sur les meilleurs endroits où créer des champions nationaux etmondiaux. Elles ont adopté une stratégie commerciale mondiale bien ciblée – etc’est ce dont a besoin dès maintenant le Canada atlantique.Les questions importantes
  • 6. Ce qui est nécessaireIl nous faut une stratégie commercialeplanétaire et d’investissement qui soitclairement définie, modulaire et à l’échellede la région, si nous voulons que lesCanadiens et Canadiennes de l’Atlantiquesoient en mesure de saisir les incroyablespossibilités qui s’offrent dans lesmarchés émergents.Il nous faut une stratégie commercialeplanétaire et d’investissement qui soitclairement définie, modulaire et à l’échellede la région, si nous voulons que lesCanadiens et Canadiennes de l’Atlantiquesoient en mesure de saisir les incroyablespossibilités qui s’offrent dans lesmarchés émergents.
  • 7. Nous devons nous concentrer sur les secteurs d’activité stratégiques et les zonesgéographiques mondiales stratégiques où nous croyons être en mesure d’êtreconcurrentiels sur la scène internationale.– Les secteurs cibles, en plus du secteur énergétique déjà ciblé, incluraient probablementla défense et la sécurité, l’aérospatial, la technologie de linformation et descommunications, la technologie des océans, léducation et la formation, ainsi que letourisme et lagroalimentaire.– il nous faut créer un « Comité directeur Conquête des marchés étrangers » pour bienétablir l’orientation, vérifier la précision des objectifs et voir à ce que chacun agisse enfonction de cet enjeu fondamental. .– le Comité directeur doit être de haut calibre – un groupe représentatif de dirigeants dusecteur privé et de hauts fonctionnaires qui utiliseront au mieux leur savoir, leur libreaccès et leur champ d’influence pour assurer un alignement des objectifs et desactivités dans l’optique du Canada atlantique.Nos «grandes idées»
  • 8. Chaque groupe de travail sectoriel devrait être mandaté pour élaborer un planstratégique régional détaillé pour son secteur industriel.– Pour contribuer à « faire « la conquête des marchés étrangers » à léchelle et à lavitesse nécessaires, ces plans sectoriels devraient prévoir cinq documents de travailannuels destinés au renforcement des processus d’affaires, des compétencespertinentes à l’échelle mondiale, le renforcement de la compétitivité et l’expansion duflux des échanges commerciaux dans chaque secteur.– Ces plans devraient recommander des activités de soutien dans les domaines de laformation (y compris l’immigration), recherche universitaire appliquée, processusgouvernementaux et innovation et productivité.– Il nous faut également mesurer notre succès. Nous devons donc suivre la performancecommerciale mondiale du Canada atlantique par rapport à un groupe de payshomologues à l’aide de mesures ciblées, notamment la croissance des exportations, lapénétration commerciale et la part des exportations vers les marchés émergents.Nos «grandes idées»
  • 9. Nous consacrerons nos efforts à augmenter le nombre de petites et moyennesentreprises (PME) du Canada atlantique qui sont prêtes à exporter. Les PMEaxées sur la croissance sont essentielles à la progression de l’emploi et à lacréation de la richesse dans chaque pays et région du monde. Pour croître, lesPME doivent commercer; et elles ont besoin d’acquérir les compétences qui leurpermettront d’être concurrentielles sur les marchés mondiaux.– le secteur privé, en partenariat avec les gouvernements de l’ensemble du Canadaatlantique, ainsi que les agences et organismes fédéraux, devraient mettre sur pied des« missions commerciales inversées », en se concentrant sur les débouchés mondiauxles plus prometteurs.– Une mission commerciale inversée est une nouvelle conception de la missioncommerciale où nous amenons chez nous les débouchés mondiaux, plutôt que de sedéplacer vers eux. Les missions inversées peuvent mettre à contribution littéralementdes milliers de nos entreprises locales, particulièrement des PME, et ce, à bien meilleurcoût et pour des résultats supérieurs, par rapport à tout ce que nous faisonsactuellement.Nos «grandes idées»
  • 10. Les propositions formulées ci-dessus sont suffisamment ambitieuses et,espérons-le, emballantes, mais elles ne sont pas impossibles à réaliser – loin delà.Elles se concrétiseront grâce à des milliers de gestes personnels posés par despersonnes passionnées et engagées qui veulent voir le Canada atlantique réussirdans le monde changeant et stimulant daujourdhui.Voici des gestes que vous pouvez poser, en tant que chef d’entreprise de notrerégion, afin d’aider à bâtir un Canada atlantique meilleurQuest-ce que vous pouvez faire
  • 11. Renseignez-vous sur les pays BRICS.Organisez une « mission commerciale inversée » ou participez-y.Procédez à une analyse stratégique concurrentielle de votre entreprise:Envisagez d’accéder aux marchés mondiaux.Servez de mentor à un nouvel immigrant au Canada atlantique.Portez-vous volontaire pour participer à un groupe de travail sectoriel régional.Participant à l’élaboration de stratégies régionales économiques et dexportation.Quest-ce que vous pouvez faire
  • 12. Nous vous remercions de votre participation et de votreengagement envers cette cause. Il s’agit de laisser enhéritage à nos enfants et à nos petits-enfants unéventail de possibilités inimaginables il y a à peine unegénération.Ensemble nous ferons toute la différence.