Synthese_villages_mouilles
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Synthese_villages_mouilles

on

  • 2,638 views

 

Statistics

Views

Total Views
2,638
Slideshare-icon Views on SlideShare
639
Embed Views
1,999

Actions

Likes
0
Downloads
11
Comments
0

7 Embeds 1,999

http://territoiresenresidences.wordpress.com 1966
http://dev.la27eregion.fr 18
https://territoiresenresidences.wordpress.com 7
http://blog.la27eregion.fr 4
http://www.la27eregion.fr 2
http://la27eregion.fr 1
http://translate.googleusercontent.com 1
More...

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Synthese_villages_mouilles Synthese_villages_mouilles Document Transcript

    • Synthèse de l’atelier du 13 juin 2012La thématique : Les Villages MouillésPour le temps d’une réunion, l’équipe de la Transfo Villages du Futur propose aux acteursrégionaux et territoriaux de réfléchir collectivement à l’avenir des villages dit « mouillés »c’est-à-dire traversés par des canaux et des voies navigables de Bourgogne. L’occasiond’envisager de nouveaux usages et de nouvelles formes de vie. Imaginons l’avenir descanaux pour dessiner l’avenir des villages ! La journée se déroule au port du canal deDijon, à bord de la Péniche Cancale, bistrot et cabaret flottant.La Région Bourgogne termine sa période d’expérimentation de gestion des canauxbourguignons. Riche en enseignements, cette phase a permis de mesurer et de confir-mer la richesse de ce patrimoine architectural considérable, de ses atouts touristiqueset environnementaux. Un acte 2 s’ouvrira à partir de janvier 2013… la Région a pourambition de poursuivre son soutien aux voies navigables de Bourgogne, notammentpar la mise en œuvre d’une stratégie de valorisation touristique et d’actions concrètesde développement.La journée du 13 juin est l’occasion d’un « brainstorming » géant avec les acteurs deterrain les plus engagés. Il est alors question d’imaginer des projets innovants qui, nousl’espérons, pourront demain se concrétiser…Des portraits de villages ont été dressés (Cravant, Cry-sur-Armançon, Fragnes et Gros-bois-en-Montagne), soulignant l’importance de la voie d’eau / du réservoir pour cesterritoires ruraux, véritable lien vers l’extérieur. Ils viennent compléter la synthèse.
    • Programmede la journée 12h00 – Midi Villages Présentation de projets innovants et d’expé- riences rurales autour de l’eau 13h00 – Buffet 14h00 – Chantier Villages En partant des canaux et des villages à proximité, comment penser l’avenir des ser- vices et des politiques régionales ? Atelier créatif en groupes 16h00 – Restitution collective
    • La péniche Cancale, c’est…Une péniche de 39 m (gabarit Freycinet) de type « Cherbourg » construite en 1951 àl’Arsenal de Toulon, utilisée pendant plus de 50 ans pour le transport de marchandises,et transformée entre octobre 2008 et septembre 2009 à l’Atelier fluvial de St Jean deLosne.Un emplacement exceptionnel au Port du Canal de Dijon, dans un quartier charmantà proximité du centre-ville historique, au début de la route de Beaune. Quartier qui vaconnaître un renouvellement important dans les prochaines années : tramway, transfor-mation des casernes et de l’hôpital, implantation de logements, services, équipements…Un établissement flottant pouvant recevoir 99 personnes à quai et 12 personnes ennavigation. Une cale aménagée de 132 m2, qui comprend une salle de 85 m2 avec unescène 4×4 m et un bar de 4m, une loge rapide, une cuisine, des sanitaires et des es-paces de stockage. Aux beaux jours, un pont-terrasse permet d’accueillir les clients dubistrot et les publics des spectacles, tout autant que des artistes pour des manifesta-tions exceptionnelles.La Péniche Cancale est exploitée par : L’AUTRE BOUT DU MONDE, Coopérative cultu-relle et solidaire.Elle développe en outre des actions en faveurs des habitants du quartier du port (mar-chés hebdomadaires, participation active à la fête du port…). Elle envisage à ce titre defédérer les différents acteurs et publics intéressés par le développement du port.SITE INTERNET : www.penichecancale.com
    • Midi VillagesOnze projets ont été présentés lors de ce Midi Villages > Halte nautique à Fragne, Présenté par Gilles GONNOT, Maire de Fragnes (71) Profitant d’un grand terrain disponible entre le canal du Centre, les écoles et la rue principale, la commune de Fragnes a, depuis 1999, développé une halte nautique. La commune a notamment revalorisé le chemin de halage en créant une voie verte, et a répondu à la demande en commerces de proximité en construisant des bâtiments commerciaux ou encore un pôle d’accueil touristique. Depuis 2004, la fréquentation du site ne cesse d’augmenter grâce à une large gamme de services offerts aux plai- sanciers et touristes et le village a gagné en notoriété. Contact : mairie.fragnes@wanadoo.fr / http://www.fragnes.fr/ > Le Canal du Nivernais : la civilisation m-canal Présenté par Frédéric DURVILLE, Directeur du Syndicat Mixte d’Equipement touristique du Canal du Nivernais Dans un souci de mieux orienter, informer et échanger avec ses touristes, plaisan- ciers et prestataires touristiques, le canal du Nivernais s’équipe en technologie numérique. Le canal devient une véritable colonne vertébrale numérique doté de bornes et antennes connectées au réseau pour offrir un accès à internet en Wifi, un site web, ainsi qu’une application mobile accessible par des QR Code positionnées sur des guides touristiques, signalétiques ou en adhésifs. L’inauguration officielle du «  Canal numérique  » du canal du Nivernais avait lieu samedi 30 juin 2012 au Port des Pougeats à l’étang de Baye. Contact : f.durville.canalnivernais@orange.fr > Les ascenseurs à bateaux Présenté par Nadège JARDEAUX, Chargée de mission Tourisme fluvial, Conseil Régional de Bourgogne L’ascenseur à bateaux est un dispositif de franchissement de dénivelé pour bateaux. Les premiers modèles mis au point en Angleterre datent du 18ème et 19ème siècle. En Moselle, un ascenseur à bateaux par plan incliné permet de franchir un dénivelé de 44 mètres en seulement 4 minutes alors qu’il nécessitait auparavant 17 écluses. En Ecosse, un système de rotation par nacelles horizontales permet de franchir une dénivellation de 24 mètres en 15 minutes. Les deux sites constituent aujourd’hui des attractions touristiques majeures pour leurs régions. Contact : njardeaux@cr-bourgogne.fr > « Villages mouillés ?»  Présenté par Patricia GAUDET, Directrice Canaux et Tourisme, Conseil Régional de Bourgogne Par une approche conceptuelle, « Villages mouillés » se penche sur la définition même de l’eau et porte un éclairage sur les différents états de cet élément, os- cillant entre gel, crue ou encore sécheresse. Des enjeux météorologiques recensés et actualisés en ligne site internet de la région (http://www.region-bourgogne.fr/ canaux/). La présentation de Patricia Gaudet nous amène à « considérer que l’eau participe
    • d’un phénomène mondial et ne se créé pas » et invite à penser les villages autourd’un futur commun, et d’une ressource précieuse et fragile face aux défis du chan-gement climatique.Contact : pgaudet@cr-bourgogne.fr> Le canal, source d’inspiration ?Présenté par Patrice WARNANT, Architecte, Atelier d’architec-ture et d’urbanisme ABWPatrice Warnant, architecte installé à Nevers a eu l’occasion de créer des bâtimentsaux abords du canal. Il s’est inspiré de ce paysage particulier notamment pour laMaison du Bazois, sorte d’écluse au bord de l’eau ou encore la Capitainerie du portde Tannay en forme de container, tout en bois, référence au passé portuaire du lieuoù transitait le bois.> Le canal du Nivernais, outil numérique. Stratégie de commu-nication et de marketing commune pour l’ensemble du linéaire(Yonne et Nièvre)Présenté par Patrice MARTIN, ADRT 58www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=F4guSUB8QY0> Rando Croquis,Présenté par Augustine SAULGEOT, Chargée de mission Environ-nement, tourisme, ZDE, haut débit, Communauté de communesAuxois Sudhttp://www.randocroquis.com/Le projet Rando Croquis est né de la volonté d’apprendre et d’enseigner le dessinen milieu naturel. Onze stations seront installées sur un sentier en plein air, au cœurd’un environnement au patrimoine fluvial important, dans une région où l’enjeutouristique est de taille puisque l’Auxois se situe à la jonction de l’A38 et de l’A6.Rando Croquis participe à valoriser le patrimoine local et est en plus un outil péda-gogique de sensibilisation à l’environnement.Contact : asaulgeot@ccauxoissud.fr 
    • > Aménager les berges à la mode naturelle …Présenté par Alice LANDAIS-DEMILLAC, précedemment techni-cienne à l’Institution du Canal d’Ille et Rance Manche Océan NordAvec l’appui en maitrise d’ouvrage de l’I.C.I.R.M.O.N, Etablissement Public Territorialchargé de l’entretien, de la gestion, de l’aménagement et du développement tou-ristique de la voie navigable empruntant la Rance, l’Ille et la Vilaine, une opérationde réaménagement des berges altérées a été engagée sur la base d’une approche« plus douce de l’Homme dans son milieu en adoptant une conception écologiquede ces travaux ». L’idée est en fait de recréer une berge à partir de son modèleoriginal en respectant ses fonctions naturelles et anthropiques et en privilégiantégalement des techniques douces telles que l’utilisation des chevaux. Le résultatest positif à différents niveaux : les berges sont refleuries, gagnent en biodiver-sité, elles retrouvent des fonctions importantes, la qualité de l’eau est accrue et lesgains sont également financiers puisque les techniques mises en œuvre sont moinscoûteuses.Contact : alicelandais@hotmail.fr> Le village mouillé d’aujourd’huiPrésenté par Jacky MICHEA, retraité, ex-Adjoint au Directeur,Direction des Transports et Intermodalité, Conseil Régional deBourgogneUne analyse du village contemporain est nécessaire pour penser le village du futur.Le « village mouillé » se caractérise par deux constats majeurs :- il est coupé par sa voie d’eau. En effet, les villages se sont construits d’un côté oude l’autre du canal et n’offrait que peu de franchissement.- le village tourne le dos à sa voie d’eau qui n’était utilisée que pour sa fonction detransport.Sur ces constats, le « village mouillé » du futur doit, pour se développer, requalifierles voies de circulation le long du Domaine Public Fluvial et assurer la continuité detoutes les routes.
    • > L’ethnopôle Maison du Fleuve RhônePrésenté par Stéphanie BEAUCHENE, Directrice de la Maison duFleuve RhôneSitué sur la rive droite du Rhône à Givors, ce pôle de compétence et de ressourcesest la vitrine du fleuve depuis 20 ans. Il est le lieu de réflexion et de connaissances,de médiation scientifique et culturelle, d’échange et de débats, de sensibilisationdes citoyens aux enjeux contemporains du fleuve. Une des tâches que se donne laMaison du Fleuve est également de faire face à la mauvaise image souvent asso-ciée au Rhône, notamment à cause des pollutions et alors de montrer que le fleuven’est pas seulement artificialisé, et de l’appréhender plutôt comme un « fabuleuxanalyseur de la manière dont les gens vivent » en comprenant comment notresociété vit avec son milieu.Contact : stephanie.beauchene@maisondufleuverhone.org> Rives créatives : quand l’art s’en mêlePrésenté par Patricia GAUDET, Directrice Canaux et Tourisme,Conseil Régional de BourgogneLieux de flux par excellence, les voies navigables sont aussi des lieux de création.Ainsi, par exemple en juillet 2011, le département du Jura organisait la deuxièmeédition de « Courant d’art », un chemin d’art contemporain avec présentationde sculptures monumentales installées le long de la véloroute entre Dole et Or-champs. Des œuvres éphémères et installations étaient parsemées le long du canalou sous les ponts.Une opération « art contemporain » a en outre été organisée sur le DoubsL’artiste Robert Smithson, référence du Land Art, a quant à lui imaginé une « Ileflottante pour voyager autour de l’île de Manhattan », installation de 10m sur30m emplie de rochers et de terre et plantée d’arbres, tirée par un remorqueur.Contact : pgaudet@cr-bourgogne.frTous ces projets sont à retrouver sur la Cartographie Dynamique des Initiatives, outil-prototype de veille collaborative sur les signaux des villages du futur.N’hésitez pas à nourrir la carte en faisant partager vos projets et découvrir ceux desautres contributeurs.http://ppcartographie.com/bourgogne/
    • Chantiers-VillagesAprès le Midi Village, nous nous installons autour de 5 tables : l’ateliercommence. Chaque table propose un type de village différent : un bourgrural déclinant, un plus dynamique, un village rural isolé, un village ruraléclaté, un village périurbain. Chacun choisit sa table en fonction de sonlieu de vie ou de ses intérêts professionnels.Nous commençons par construire en une vingtaine de minutes, à l’aide demaisons en papier et des figurines « Playmobil », la physionomie de notrevillage, définissant aussi sa population, ses atouts, ses activités écono-miques et lieux de vie, ses fragilités… Le maire est élu, un script désigné.L’animation est menée conjointement par les agents de la Direction del’aménagement du Conseil Régional et la Direction des canaux et du tou-risme. L’équipe 27ème Région accompagne plus en distance et le capi-taine de bord rappelle le timing.L’atelier, tout à fait expérimental, est l’occasion de changer de rôles et decadre, et de discuter de problèmes de fond. Ce travail, ancré dans des vil-lages fictifs, montre l’importance de réponses adaptées et spécifiques quiprend compte des ressources locales et les contraintes (l’éloignement decertains bourgs, les paysages, la présence de commerces et d’activités, lesatouts naturels...).
    • Un temps de restitution prévu en fin d’après midi permet à chaquegroupe de présenter son village aux autres et les solutions inventéespour répondre aux problématiques posées.Le Gouleau, village isolé, éco-village connecté. un viticulteur, une maison éclusière,quelques marchands ambulants, un marché et un gîte rural.La Tuilerie, avec sa brasserie désaffectée, son ancienne fabrique de tuile en ruine sapopulation en baisse (1 502 habitants aujourd’hui et 3 010 en 1850) répond aux caracté-ristiques du bourg rural déclinant. La Tuilerie s’est développé d’un côté du canal, les mai-sons lui tournant le dos. Sur l’autre rive, le passé industriel du village, des embarcadères,une base de loisirs et la voie ferrée.Tonnerre de Brest, village bourg, qui s’est organisé et développé autour d’un centre his-torique situé uniquement sur une rive du canal. De l’autre coté, peu de choses et de liens,une zone industrielle, des anciens bâtiments menaçant de ruine. Le canal divise depuisdes décennies la commune en deux.Mouillarzy, village péri-urbain situé à une vingtaine de km d’une grande ville, 2.000 ha-bitants, dispose des commerces, services publics, ZAE, une friche industrielle, un parcd’éoliennes, quelques éléments patrimoniaux à valoriser davantage. Son territoire est tra-versé par le canal mais le lien entre les plaisanciers et la population locale ne se fait pas.Bellerive les Plages, village réservoir est constitué de plusieurs hameaux et d’un bourg.1.000 habitants, quelques services (Poste, boulangerie, marché ponctuel). L’éloignemententre le canal (fréquenté) et le réservoir (quelques km) est un handicap pour Bellerive lesPlages. Le principal enjeu est d’attirer les plaisanciers du canal vers le village.
    • Aperçu des réflexions et idées qui ont émergé pour chaque question :> Comment rassembler les habitants autour du canal ?La nature des débats : Pour rassembler, il faut avant tout réfléchir à ce quifait lien entre tous les types d’acteurs, ce qui fédère et comment le dévelop-per. Le flux du canal est bien présent, mais il n’est pas reconnu dans tous lesvillages. Alors parfois, il s’agit de redonner du sens à ce qui a pu exister, enrendant compte de l’histoire, en recensant le patrimoine (bâti et humain)Rassembler c’est aussi ne pas laisser le village isolé et le relier aux autres pourpartager des problématiques communes, échanger.Les idées/ projets :Au Gouleau : - Alimenter en énergie l’ensemble des habitations grâce au canal comme ac-tion fédératrice.- Une artiste en résidence à l’année dans la maison éclusière invite les pas-sants et habitants à visiter ses créations.- Entre la rivière et le canal, un espace très fertile permet de travailler unpotager en agriculture biologique tenu par les habitants et volontaires depassage.- Le Maire donne rendez-vous à tout nouvel habitant à la maison éclusièrepour lui remettre sa carte d’électeur.A La Tuilerie :- Recréer une économie sur les abords du canal dans l’ancienne tuilerie avecdes activités liées aux lieux (entreprise de dépollution des eaux, …).- Désigner des « ambassadeurs du patrimoine » chargés de transmettre l’his-toire du village d’aujourd’hui et d’hier. En effet, qui mieux que l’habitant lui-même peut « vendre » son village ?- Rassembler la mémoire des anciens pour mieux la transmettre  ; le canalsupport du fret, comme prétexte à retracer le passé industriel et manuel,- Utiliser la capitainerie comme lieu de rassemblement des habitants autourde la culture.
    • A Tonnerre de Brest :- Créer des cheminements créant du lien entre centre historique et autre rive du canal,- Engager, dans le cadre d’une démarche de démocratie participative une réflexion liée àl’aménagement des berges du canal- Privilégier le fret pour l’entreprise- Réinvestir le bâtiment et proposer d’en faire un lieu multi usageA Mouillarzy :- Créer au bord du canal un lieu de rencontre entre touristes et habitants, intergénéra-tionnel et attractif (parc, cheminements…)- Développer sur la friche industrielle un site de logements sur pilotis avec des garages àbateaux pour l’hivernage (complément de revenu pour les habitants en louant l’emplace-ment)- Mettre en place des marchés flottants, des vides greniersA Bellerive les Plages :- Développer les moyens de se déplacer entre le canal et le village / réservoir : station devélo libre / rickchauds, navette fluviale- Développer des dispositifs permettant d’informer les touristes sur le canal sur les mani-festations et événements du village,- Mettre en place le toboggan du canal
    • > Comment le canal devient acteur de la vie culturelle du village ?La nature des débats : L’enjeu ici est d’appréhender le canal non plus comme une simplevoie mais pour lui-même, comme une ressource et tirer parti de cette particularité quepossède les villages mouillés pour re-imaginer une vie culturelle.Les idées/ projets :Au Gouleau- Le Club des Aînés s’invite dans les écoles et vient raconter l’histoire du village auxenfants.- Des apéritifs le dimanche, après la messe, organisés en partenariat avec le viticulteurbio.- Un festival d’objets flottants non identifiés.- La fête des petits moulins à eau pour les moins de 13 ans.- Rando Croquis en lien avec l’artiste en résidence dans le village.A La Tuilerie :- Les habitants proposent aux touristes des visites guidées de leur village.- La capitainerie est utilisée comme local associatif et exploitée l’été pour la saisonculturelle.- Transmission de la mémoire : les habitants étant ambassadeurs de leur histoire indus-trielle, qui « donne du sens » au canal.A Tonnerre de Brest :- Une bibliothèque et une MJC itinérante tenue par des étudiants.- Sur plusieurs années, un artiste travaille une œuvre éphémère sur un espace en fricheà partir de la ressource du canal. Un workshop avec des étudiants en architecturelogés chez l’habitant pour l’occasion pourrait enrichir l’événement pendant un mois.A Mouillarzy:- Créer du lien entre les touristes et les habitants dans le village et ceux en amont eten aval : MJC, bibliothèque, classes d’eau, lieu culturel… à bord d’un bateau, itinérant lelong du canal.- Mettre en place des fêtes populaires, cinéma de plein air.- Faire du canal un produit phare d’un mini parc d’attraction (réalisation d’une ma-quette reproduisant le fonctionnement, musée du canal…).A Bellerive les Plages:- Des résidences d’artistes auxquelles les plaisanciers pourraient participer en créantdes jeux de lumière, fresque sur le mur du réservoir.- Des activités subaquatiques pour visiter le château sous l’eau.- Une plateforme « événement » flottante est installée au centre du réservoir, pouvantêtre déplacée par un bateau.
    • > Quel tourisme du futur ?La nature des débats :  Les canaux et voies navigables sont très fréquentés des touristeset plaisanciers. Récemment, le canal du Nivernais a mis au point un service numériquehaut débit pour répondre aux besoins contemporains et même surfer sur les canaux !Quelles innovations peut-on imaginer pour renouveler l’offre touristique et se démar-quer en étant original ?Les idées/ projets :Au Gouleau- A l’entrée du village un panneau vous indique qu’il faut « Couper votre moteur ». Deschevaux prennent alors le relais pour tirer le bateau.- Des éco-gîtes dans les maisons vacantes.- Imaginer accueillir des touristes qui en accueillent à leur tour d’autres sur le modèle « Visma vie au gîte ».A La Tuilerie :- Une voie verte dédiée aux cyclistes est aménagée le long du canal.- En plus du couch-surfing (passer une nuit chez l’habitant) offrant aux touristes unevéritable immersion dans le village, des anciens silos de la Tuilerie sont équipés pourêtre utilisés en gîte par les touristes et cyclistes de passage pour le développement d’un« tourisme insolite ».
    • A Tonnerre de Brest :- Une bibliothèque et une MJC itinérante tenue par des étudiants.A Mouillarzy:- Développer le tourisme local, accessible à tous : parc de barques, pédalos, canoë- Développer les lieux d’hébergement et les sites d’accueil multimodaux : bateaux, cam-ping car, cyclotourisme…- Utiliser des bateaux pour en faire des logements étudiants l’hiver et des lieux d’héber-gements touristiques l’été.- Faire la promotion des sites touristiques à proximité qui peuvent être visités lorsqu’ilpleut.A Bellerive les Plages :- Dans l’idée d’attirer les touristes sur de longues périodes, on crée des villages va-cances sur pilotis. Le réservoir est également exploité pour de l’hébergement subaqua-tique.- Un restaurant « Atelier des chefs » propose des cours de cuisine avec produits et pois-sons locaux.- Développer des lieux d’hébergement dans le village, des activités commerçantes tour-nées vers le réservoir.
    • > Comment le canal connecte le village au monde ?La nature des débats :  Voie navigable, le canal est déjà en soi un moyen de connexion.Une connexion à différentes échelles suivant d’où l’on vient et où l’on va. Cependant,alors qu’aujourd’hui la connexion est également numérique, comment imaginer la placedu canal à plus grande échelle et comment repenser aussi des connexions plus prochesqui tendent à se perdre ?Les idées/ projets :Au Gouleau- Etant sur le canal du Nivernais, le village est super connecté grâce au canal numérique,ce qui permet la mise en place du télétravail.- Les réseaux sociaux et internet font office de livre d’or et permettent de laisser des com-mentaires et appréciations sur le village lisible dans le monde entier.A La Tuilerie :- L’éloge de la lenteur, une connexion à contre-courant…- Contre le naufrage des services public, un bateau rassemblant mairies et autres ser-vices administratifs passe de village en village à la rencontre des habitants.A Tonnerre de Brest :- Le jumelage entre communes permet de créer des liens avec l’extérieur.- Un lieu est imaginé pour mêler les générations mais aussi la population locale et exté-rieure.
    • - La connexion entre villages se fait autour du canal : il devient un élément central d’unréseau spécifique de mutualisation de services. Un marché flottant approvisionné parles AMAP est alors imaginé.- La connexion au monde est nourrie par le tourisme fluvial qui est aussi un moyend’exporter les produits locaux.A Mouillarzy:- Développer une halte nautique en plein centre du village, pour le relier au monde etfavoriser les échanges avec les habitants, informer sur les événements, sur les servicesproposés par la commune, les commerces, les marchés…- Mettre en place des jumelages avec des villages ayant le même profil que MouillarzyA Bellerive les Plages :- Dans le village, un écran relié à une web-cam permet de voir ce qu’il se passe del’autre côté du mur du réservoir.- Le système du jumelage peut être le moyen de se connecter avec d’autres « villagesréservoir ».- Un lieu d’observation et de recherche est développé sur la micro-centrale de produc-tion électrique du barrage.- Le WIFI est mis en place le long du canal.
    • Cartes Postales du Futur Issues des ateliers, les cartes postales du futur permettent de prolonger le travail de ré- flexion et de créativité. Une série est imprimée et distribuée par le Conseil Régional pour ceux qui en font la demande. Ci dessous sont présentées les cartes postales issues des ateliers. Ces textes sont des extraits : sur les originales, on trouve aussi des liens vers des projets réels proches sources d’inspiration. Ces propositions illustrées sont libres de droit à mettre en partage et à envoyer... Elles servent à développer les échanges Demander le lot au Conseil Régional !« Votre canal vous semble morose ? CONCOURS D’O.F.N.I. (Objets Flottants Non Identifiés) Donnez lui des couleurs : organisez votre concours d’objets flottants non identifiés! Au programme, des objets insolites, fabriqués à partir de matériaux recy- clés, détournés...! Qui sera le plus beau ? Le plus rapide? Une nouvelle fête du village au bord de l’eau ! «« Des fermes abandonnées, des silos plus HABITATS RECONVERTIS utilisés, des granges en ruines... Pourquoi ne pas réutiliser ces bâtiments représen- tants notre territoire pour offrir un dé- paysement total aux touristes, venus pour cela après tout ! Transformons-les en lieux de gîtes hors du commun : quoi de plus insolite que de passer une nuit dans un silo à grains ou dans un moulin ? «
    • « Les terres situées le long du canal ne sont-elles pas propices à la culture potagère, tentée par la proximité de l’eau ? Et le temps de la germinationLE SLOw FOOD ne rejoint-il pas la douceur des plaisirsCANAL de la navigation, du bien-vivre et du bien-manger … Alors pourquoi ne pas créer des berges gourmandes, nouveaux pay- sages linéaires et colorés ? Chaque habitant pourra s’en occuper à sa guise, un arrosoir toujours rempli à proximité ! Complicités multiples : avec la terre et l’eau, avec les saisons, avec ses voisins ou avec les plaisan- ciers du bout du monde. Echange de graine ou de secret de jardinier, dîner improvisé, … autant d’occasions de « réapprendre l’essentiel et d’innover autour de récoltes bio !COUPERLES MOTEURS ! « Obligeons les bateaux entrants dans le village à couper leurs moteurs. Une fois le moteur arrêté, des che- vaux les tirent jusqu’à l’arrêt, per- mettant aux plaisanciers de contem- pler le paysage au gré du vent et de renouer avec la pratique ancienne du halage. Adieu la vitesse de la ville ! Un bon geste pour la planète, joignant l’utile « l’agréable !LE MARCHÉFLOTTANT « Et si demain, vous faisiez votre mar- ché au bord de votre canal ? Régulièrement, votre marché flot- tant s’arrêtera à votre village, vous permettant de remplir vos paniers, d’échanger des nouvelles et de réap- provisionner le bâteau à l’aide des agriculteurs et éleveurs de votre région. Avant de lever le voile pour s’arrêter au village « suivant...
    • « Le concours des mini-moulins du vil- LES MINI-MOULINS DU VILLAGE lage est interdit aux enfant de plus de 12 ans. Le principe ? De leurs petites mains, les enfants doivent créer leur propre mou- lin à eau, capable de produire assez d’énergie pour allumer une diode de 1,2 Volts. Pour sensibiliser les enfants aux énergies renouvelables ! «« L’écluse de votre village ne vous a ÉCLUSE-MOI ! jamais semblé belle, vous n’y avez jamais porté grand intérêt... Plutôt que d’en faire un défaut, faites- en un atout ! Organiser un festival du village autour de lui : cinéma en plein air pour tous et projection artistique, où l’espace, les sons et lumières s’en- tremêlent pour nous laisser rêveurs... Non seulement, cela permet de faire connaître votre village mais aussi de revaloriser son patrimoine culturel ! Votre écluse longtemps écartée, de- « vient le centre de la vie du villa« Votre village se vide de ses services publics ? La Poste, le Trésor public, les LE BÂTEAU LE BÂTEAU services administratifs et sociaux… ont DES SERVICES PUBLICS DES SERVICES PUBLICS déserté votre commune ? Un bateau itinérant peut les accueillir ! Une à deux fois par semaine, le bateau des services publics viendra s’amarrer à la halte nautique communale et accueil- lera les administrés. Il repartira ensuite vers d’autres communes de la voie d’eau, permettant ainsi une utilisation collec- tive et des coûts de fonctionnement réduits. Une façon originale de rendre service (public) aux territoires mouillés ruraux ! «