Syntheses villages retraités

  • 601 views
Uploaded on

 

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
601
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1

Actions

Shares
Downloads
5
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Synthèse de l’atelier du 13 Avril 2012La Thématique : Les Villages RetraitésUne soixantaine d’élus, de porteurs de projets, de techniciens, d’acteurs sociaux étaientréunis pour participer à la journée créative sur la question des villages retraités.Nous abordons la thématique de la semaine de manière très ouverte à partir des ques-tionnements ci-dessous.Le monde rural vieillit, attirant de jeunes retraités et vieillissant naturellement.Comment anticiper ce vieillissement général et faire de la présence des séniors uneressource sociale (temps nécessaire à l’investissement associatif et politique) et écono-mique (produits et services spécifiques) ? Comment penser les relations intergénéra-tionnelles ? Comment travailler la question de l’accueil de nouvelles populations danscette perspective ?La campagne ne devient-elle pas le lieu refuge pour se pauser, faire un pas de côté, et àce titre, un territoire de retraite qui concerne les jeunes retraités comme les actifs ?
  • 2. Programmede la journée 12h00 – Midi Villages : Présentation de projets innovants autour du vieillissement en milieu rural 13h00 – Buffet 14h00 – Chantier Villages : Comment faire des retraites en Bourgogne des ressources pour le territoire? Atelier créatif en petits groupes à partir de questions choisies. 17h00 – Restitution collective
  • 3. Sept projets ont été présentés lors de ce Midi Villages. > Le clos intergénérationnel à Nanton. Présenté par Franck MOREL, Chargé de mission Politiques terri- toriales, Conseil Régional Suite au don d’un terrain réalisé par un habitant, le village de Nanton (587 habitants) a inauguré en 2010 un « clos intergénérationnel », série de bâtiments, services et logements construits autour d’une idée directrice : le mélange des populations. Au cœur du hameau de ce village éclaté, les personnes âgées trouvent désormais un lieu qui leur permet de continuer à vivre de manière autonome, dans un environne- ment social et générationnel mixte. > Le Réseau Gérontologique du Pays Charolais. Présenté par Roselyne Querrien, coordinatrice du Réseau du Pays Charolais Le Réseau Gérontologique du Pays Charolais agit sur un vaste territoire (2375 km2) caractérisé par  une densité de population très faible et une population vieillissante. Composé d’une équipe pluridisciplinaire, il cherche à apporter une réponse adap- tée aux besoins des personnes âgées dépendantes en assurant une prise en charge globale et coordonnée en permettant le maintien à domicile dans des conditions sanitaires et sociales optimales. > Projet d’un quartier en extension de bourg pour personnes âgées. Présenté par William PAJOT, maire de Melisey (89) A 1h30 de Paris et 6 minutes de Tonnerre, le village de Melisey (300 habitants) offre un cadre de vie agréable, des services et des équipements médicaux de proximité. Aussi, William Pajot, maire de la commune propose de créer une extension de bourg, qui devient un quartier pour les personnes âgée, en attirant les urbains en quête de retraite paisible. > La Maison Ouverte à Paris, lieu d’accueil de jour atypique et créatif. Présenté par Gisèle BESSAC, fondatrice de deux mai- sons ouvertes à Paris et exerçant aujourd’hui en indépendante pour du conseil et de la Formation dans les domaines sociaux, médico-sociaux et sociaux-culturelles Gisèle Beyssac a expérimenté pendant plusieurs année la mise en place de lieux atypiques qui permettent l’épanouissement tout au long de l’avancée en âge sans stigmatiser la vieillesse. Proposant tous les services de santé, d’accueil, d’écoute, les Maisons ouvertes sont aussi des lieux d’échanges de rencontre intergénérationnels. Dans ce projet, la créativité participe fortement et positivement à l’action sociale en décuplant ses potentiels.
  • 4. > Le réseau Or Gris. Séniors et développements ruraux.Présenté par Odile PLAN, qui a fondé BIPLAN : «Territoires, for-mation, réseaux»Odile Plan souhaite avant tout renverser les habitudes pour traiter du vieillissementde manière positive, sans forcément l’associer au médical. Pour ce, elle parle d’ « OrGris », de potentialités des seniors et avec ce projet cherche à recueillir les actionsinnovantes et à mettre en réseau les acteurs sur les territoires. Ces différents blogsoffrent de nombreuses ressources.> De l’habitat partagé initié par un groupe de Hollandais instal-lés dans la Nièvre. Présenté par Hervé ROBERT, Dispositif Eco-Village-Avenir, Conseil RégionalChargé du dispositif Eco-Village-Avenir, Hervé Robert est appelé dans le NivernaisMorvan par un groupe d’hollandais, pour venir en appui à trois projets d’aménage-ment d’habitats partagés adaptés à leur vieillissement. Conçus par Levien De Putteret son cabinet d’architecture Celzy, ces projets privés contribuent à inventer de nou-velles formes d’habitat.> Le pôle Générations à Saint Apollinaire. Présenté par PierreHenri DAURE, Directeur de la FEDOSAD de Dijon (FédérationDijonnaise des Œuvres de Soutien à Domicile)La commune de Saint-Apollinaire en Côte d’Or a profité en 1997 de la constructiond’un nouveau quartier dans la ville pour se doter d’un pôle intergénérationnel. Ausein de ce quartier, 4 bâtiments mélangeant logements (attribués pour moitié à desretraités et pour moitié à des jeunes couples), structures liées à la petite enfance,unité de vie pour personnes âgées ou encore équipements municipaux, constituentle pôle « Générations ». Tous ces projets sont à retrouver sur la Cartographie Dynamique des Initiatives, outil-prototype de veille collaborative sur les signaux des villages du futur.N’hésitez pas à nourrir la carte en faisant partager vos projets et découvrir ceux desautres contributeurs.http://ppcartographie.com/bourgogne/
  • 5. Chantiers-VillagesAprès le Midi Village, nous nous installons autour de 5 tables : l’atelier commence. Chaquetable propose un type de village différent : un bourg rural déclinant, un plus dynamique,un village rural isolé, un village rural éclaté, un village périurbain. Chacun choisit sa tableen fonction de son lieu de vie ou de ses intérêts professionnels.Nous commençons par construire en une vingtaine de minutes, à l’aide de maisons enpapier et des figurines «Playmobil», la physionomie de notre village, définissant aussi sapopulation, ses atouts, ses activités économiques et lieux de vie, ses fragilités…. Le maireest élu, un script désigné. L’animation est réalisée conjointement entre l’équipe 27èmeRégion et les agents du Conseil Régional devenus complices.L’objectif de l’atelier est alors donné : comment améliorer la vie du village pour se projeterdans le futur. Des fiches idées permettent de consigner les projets inventés et débattuscollectivement. Cinq grandes questions viennent étayer l’atelier et relancer les débats.Comment accompagner le vieillissement ? Comment mieux profiter des retraités actifs ?Comment mobiliser les habitants temporaires ? Comment améliorer les intergénération-nelles ? Quel rôle des collectivités ?L’atelier, tout à fait expérimental, est l’occasion de changer de rôles et de cadre, et de dis-cuter de problème de fond. Ce travail, ancré dans des villages fictifs, montre l’importancede réponses adaptées et spécifiques qui prend compte des ressources locales et lescontraintes (l’éloignement de certains bourgs, les paysages, la présence de commerceset d’activités, les atouts naturels...).Aperçu des réflexions et idées qui ont émergé par question :
  • 6. > Comment accompagner le vieillissement au village ?La nature des débats : Pour ne pas isoler les personnes âgées, il s’agit alors d’anticiperle vieillissement pour préserver au maximum l’autonomie et la santé.Tous souhaitent consolider un système de santé souvent fragile, et mieux coordonnerles acteurs du maintien à domicile. Mais au delà du soin, il semble essentiel de repen-ser les lieux et moments de sociabilité, les liens de voisinage ou intergénérationnels.Les idées/ projets :- Des nouvelles formes d’habitat : habitat partagé, habitat intergénérationnel....Le programme Cœurs de Village a été un terrain d’expérimentation d’urbanismerural qui a contribué à diffuser de nouvelles façons de penser l’aménagement. Dansles nouvelles générations de projets, on recherche la circulation de ces espaces versles centres bourgs pour ne pas isoler les personnes agées.- Projet de santé : au delà des maisons de santé comme lieux de regroupement desthérapeutes, l’importance de penser le projet de santé à l’échelle du territoire.- La mise en place d’ateliers et d’activités communes favorise la mobilité mais aussile bien être !Comment sortir des cadres techniques et d’approches stigmatisantes ?
  • 7. > Comment mieux profiter des retraités actifs ?La nature des débats :  Parler de « retraités actifs », c’est concevoir cette catégoriede personne comme une ressource. Tout l’enjeu est de savoir comment capter cesénergies ! Comment proposer des cadres spécifiques pour susciter l’initiative, dansun esprit d’ouverture et de mobilisation ?Les idées/ projets :- Créer un « conseil des volontaires » pour lequel les villageois se mobiliseraient letemps de la mise en place du projet.- Créer une épicerie volontaire —à la place du dernier commerce fermé— lieu derencontre pour les villageois.- Faire entretenir et embellir des espaces publics communaux par des équipes debénévoles en répartissant les secteurs d’interventions.> Comment mobiliser les habitants temporaires à la vie du village ?La nature des débats :  Qu’ils soient originaires du village, propriétaires de maisonssecondaires, touristes de passage ou habituels, les habitants temporaires font partisdu village et l’enjeu ici est bien de les rattacher au maximum de la vie communale.Les idées/ projets :- Créer une «conciergerie municipale» : lieu où chaque habitant peut savoir si unhabitant temporaire est arrivé ou quand-a-t-il prévu d’arriver et pour combien detemps il sera présent. C’est aussi le lieu des petites annonces, des échanges entrehabitants : connaissance de chaque habitant temporaire de ses compétences, sestalents, ses disponibilités...- Créer un « réseau social des habitants temporaires » pour se tenir au courant dela vie ici et ailleurs (exemple : je suis à Paris cette semaine, je compte me rendre ausalon du livre porte de Versailles, si quelqu’un du village souhaite que je lui rapporteune info, que j’aille sur un stand particulier…).- Proposer des événements communaux, sur le modèle des repas de voisins oùchacun amène sa spécialité.
  • 8. > Comment améliorer les relations intergénérationnelles ?La nature des débats : S’attacher au vieillissement oui, mais ne pas les isoler les per-sonnes âgées du tissus social local ! Comment encourager les échanges entre géné-rations ? Comment créer des liens entre des gens d’ici et ceux venus d’ailleurs ?Les idées/ projets :- « Papies, Mamies d’ici » : pour pallier à l’éloignement des familles, ce projet per-met de jumeler l’ocalement des retraités volontaires et des enfants.- Créer un « Verger Conservatoire » : lieu pédagogique et d’échange saisonnier, quipermet de rassembler l’ensemble du village autour de la cueillette et de la venuedu pressoir.- Créer des logements en centre-bourg pour héberger confortablement l’hiver lespersonnes âgées habitants dans les hameaux isolés. Le reste de l’année, stagiaireset étudiants bénéficient de ces services.- Nommer un « Mr Village » en charge de mobiliser les personnes âgées pour desrencontres avec les enfants lors de déjeuner ou d’activités avant le retour en classe.- Mettre en place une base de données « experts » permettant aux plus jeunes ouaux novices d’obtenir des informations ou des formations dans divers domaines.> Quel nouvel accompagnement des collectivités locales ?La nature des débats :Le constats est unanime : les élus n’ont pas nécessairement les compétences pourporter seuls des projets, et les démarches administratives sont complexes et épui-santes. Localement, on espère voir arriver des outils clairs et surtout un accom-pagnement humain sur la longueur, précis, global et bienveillant ! Est ce vraimentpossible ?Les idées/ projets :- Capitaliser et diffuser les bonnes pratiques, organiser des voyages d’études, desjournées d’échanges et d’information.- Créer une Fondation territoriale pour capter l’épargne locale et sortir du systèmede monétarisation des activités pour fluidifier les échanges.- Donner un droit à l’expérimentation hors cadre règlementaire.- Proposer aux collectivités un accompagnement dans la mise en œuvre des pro-jets (logigramme).- Conditionner les projets (par exemple obliger la concertation préalable dans lesprojets) et associer au maximum les usagers en affirmant la concertation commeélément de procédure.
  • 9. Liens utilesPour découvrir ce qui a été produit lors de la dernière cession surles villages retraités, retrouvez un aperçu sur le blog de la TransfoBourgogne :http://territoiresenresidences.wordpress.com/category/la-transfo/la-transfo-bourgogne/La cartographie dynamique des initiatives, l’outil prototype de veillecollaborative sur les signaux des villages du futur (en construc-tion) :http://ppcartographie.com/bourgogne/Découvrir le site de la 27e Région pour découvrir le laboratoirede transformation des politiques publiques et le programme de LaTRANSFO :http://www.la27eregion.fr/
  • 10. Cartes Postales du Futur Issues des ateliers, les cartes postales du futur permettent de prolonger le débat. La série est imprimée et distribuée dans la Région. Ci dessous sont présentées les cartes postales issues des ateliers. Ces textes sont des extraits : sur les vraies, on trouve aussi des liens vers des projets réels proches ou inspirants. Ces propositions illustrées sont libres de droit, sources d’inspiration à mettre en partage et à envoyer... Elles servent à donner des idées et à développer les échanges entre porteurs de projets. Demander le lot au Conseil Régional !« Comment organiser une gestion collective des projets municipaux? Les bénévoles associatifs semblent être en voie d’extinction, les conseillers mu- nicipaux sont exténués... Aussi il a fallu développer un nouveau modèle. En mettant dès maintenant en place dans vos mairies le conseil des volon- taires. Ce conseil se réunit tous les 2 mois pour mettre en place les actions des mois à venir. Toutes les compétences sont sollicitées! «« Impossible d’avoir une épicerie multi-services sur votre commune? Qu’à cela ne tienne, les habitants des villages bourguignons ont mis en place les épiceries volontaires : des espaces tenus par des bénévoles qui se relaient pour assurer permanences et animation dans ces lieux d’un nouveau genre. Avec une souplesse dans les services qu’ils délivrent, ils redonnent des temps et des espaces collectifs dans les vil- lages. «
  • 11. « Régulièrement, la mairie de votre village propose la journée du bénévo- lat. Tous les volontaires se retrouvent sur la place du village, se rencontrent, un buffet est organisé et la liste des tâches est annoncée. Replanter la pe- louse du monument au mort, réparer le toit du lavoir, repeindre les murs de l’école. Faisons le ensemble ce sera plus facile et bien plus drôle. Et notre « village n’en sera que plus agréable...« Marre des dossiers de subventions complexes, et des échéances incom- patibles avec les dynamiques locales ! La création d’une fondation territo- riale permet de capter l’épargne lo- cale et de financer des micro projets locaux de manière plus réactive. Le Conseil Régional devient guide tech- nique pour la mise en place de ce type de fondations. Celles ci peuvent recevoir des dons mais aussi être un « lieu d’épargne pour financer des mi- cros crédits.« Comment dans notre petit village recréer des temps de rencontre et des lieux pour converger ? Le ver- ger conservatoire est le fruit du don de boutures des habitants de tout le village. Il est devenu un lieu pédagogique et même de recherche puisqu’il accueille des étudiants autour de la culture des anciennes variétés. Des guides bénévoles ac- cueillent les enfants des écoles des « petites villes alentours. [...]
  • 12. « Votre village regorge de bonnes vo- lontés, et les liens sociaux ne de- mandent qu’à s’épanouir mais par quel bout activer la vie locale? Quels dispostifs mettre en place pour les ca- naliser et les developper? Faites appel au connecteur de proximité qui vous donnera des idées et des contacts et animera des séances d’émergences d’idées ! Il vous donnera les clefs pour faire de votre village un exemple de cohésion sociale et de dynamisme. «« TEMPS ? Territoires En Monnaie Par- tagée et Solidaire ! En Bourgogne, plusieurs territoires testent pour le développement d’une monnaie Fondante indexée sur le temps passé et dédiée à l’échange de coup de main entre les habitants. Appliquée sur le territoire cette mon- naie est aussi entrée dans les mairies et alimente le nouveau réseau de Bénévoles Municipaux. «« Beaucoup d’habitants des villages ne sont pas là toute l’année. La mairie du village est devenue la concier- gerie municipale permet à chaque habitant de venir aux nouvelles lors de son retour au village ! Pour ceux d’ici, on peut savoir quand reviennent les voisins et trouver là les petites annonces. Et pour prendre des nou- velles à distance, un réseau social du village permet de se tenir au cou- rant de la vie au village mais aussi de l’actualité des habitants temporaires dans leur vie quotidienne “hors du « village”.
  • 13. « Vous n’arrivez plus à donner les infor- mations locales? Alors remettez au goût du jour, vous aussi, et sur sur votre territoire, les crieurs publics d’antan. A bord des véhicules communaux munis d’un mégaphone, ces nouveaux acteurs territoriaux passent sur vos territoires pour annoncer à tous ce qu’il s’y passe. Retrouvez aussi les news sur la radio «les crieurs de Bourgogne» ! «« Besoin de revitaliser le tissu associatif du territoire? La Communauté de Commune ré- cence les différents espaces dispo- nibles pour travailler à plusieurs, pour faire des travaux, pour organiser un repas (granges, anciens bistrots, près, péniches, anciennes locomotives). Elle propose aussi un calendrier pour donner utiliser ces lieux pour les pro- jets municipaux ou associatifs. Cette mutualisation ouvre de nou- « velles possibilités pour tous.« Les hôpitaux de jour? C’est un peu dépassé, non? Depuis que la Région a accompagné certains villages périurbains dans leur transition, un nouveau modèle est ap- paru : «les villages de jour». Le coeur du village est amménagé pour fournir aux personnes âgées un quotidien au plus proche de leurs besoins par la présence de commerces, services de santé et activités nombreuses : ateliers, séances de cinéma, bistrots chanson... «