rome histoire de l'architecture

  • 3,499 views
Uploaded on

usek Lebanon

usek Lebanon

More in: Design
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
3,499
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
1,154
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. UNIVERSITÉ SAINT-ESPRIT DE KASLIK - FACULTÉ DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUÉS HISTOIRE ET THÉORIE DE L’ARCHITECTURE I 06-ROME 14/04/13 200920/06/ROME
  • 2. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME Le monde romain aux Ier et IIe siècles Ap. J.-C.
  • 3. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME Fondation de Rome On connaît très peu l’histoire de l’origine de Rome. Selon la mythologie, Rome est fondée par Remus et Romulus en 753 Av. J.-C. Rome à ces débuts est une série de villages sur les collines à l’Est du Tibre. Raisons écologiques oLe Tibre est navigable jusqu’à cette région oLes collines sont facilement défendables
  • 4. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROMERome passe par trois grandes étapes politiques:• Le Royaume romain:o Autour du 7ème siècle contrôle des Etrusques sur la région, formation d’une monarchie.• La République romaine:oVers la fin du 6ème siècle, perte du pouvoir des Etrusques, reprise du pouvoir par les Latins, création d’un gouvernement de forme républicaine à Rome.• L’Empire romain:oDéclin des Etrusques à cause de l’influence grandissante de Rome.o273 av. J.-C. Rome devient la force dominante de la région.o265 av. J.-C. Conquête de toute la botte italienne.o264 Début des hostilités avec Carthage. 146 av. J.-C. Défaite définitive de Carthage.o146 av. J.-C. Conquête de la Grèce dans la bataille de Corinthe.oEntre 64 et 61 av. J.-C. Conquête de la Syrie, de la Phénicie et de Palestine.oEn 30 av. J.-C. Rome contrôle tout le bassin méditerranéen (dernière conquête l’Egypte).
  • 5. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROMEConséquences culturelles:• Rome subit très tôt l’influence de la civilisation grecque.• Ce sont les Etrusques, établis dans le nord de l’Italie et probablement venus d’Asie Mineure, qui regroupèrent les villages élevés sur les collines du Tibre en une bourgade qu’ils appelèrent Rome. Déjà très hellénisés, ils furent soumis au milieu du IIIe siècle puis absorbés par les Romains au Ier siècle, époque à laquelle Rome avait étendue la domination à la Grèce et à l’Asie Mineure.• Conquises par Rome au début du siècle suivant, les colonies grecques d’Italie avaient élaboré une architecture autonome, dont le style s’était éloigné des modèles classiques. Sous l’influence étrusque, elle tendait au gigantisme et à l’axialite, accumulant les temples en un seul lieu comme à Sélinonte en Sicile.• Sous le règne de l’empereur Auguste, ce double héritage aboutit à une forme d’art et d’architecture romaine autonome, qui dura 400 ans.
  • 6. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME Cette multiplicité des influences culturelles qui marquent l’histoire de Rome dès ses débuts va influencer l’architecture romaine dont les manifestations seront complexes.
  • 7. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROMELes éléments d’influence:• Les connaissances techniques des Etrusques, excellents ingénieurs dans le domaine des ponts et chaussées, de la construction des tunnels et des voûtes furent approfondies.• L’influence de l’architecture grecque classique se limita par contre aux éléments purement décoratifs comme au Colisée, par exemple, où les ordres des colonnes furent plaqués sur les étages de la façade pour masquer les rangées d’arcades porteuses.
  • 8. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME• Déjà très apprécié à l’époque hellénistique, le chapiteau corinthien s’impose à Rome. Afin de le rendre plus somptueux encore, il fut transformé en chapiteau composite, resplendissant de volutes richement décorées au-dessus d’une couronne de feuilles d’acanthe.• Autre élément typique romain, les corniches coudées, saillant à angle droit au-dessus des colonnes purement décoratives flanquant les façades. Innovation dans les ordres: -Ordre toscan -Ordre composite
  • 9. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME• La planification urbaine était conforme au quadrillage régulier des villes étrusques et des colonies grecques, auquel on ajouta deux grands axes nord- sud et est-ouest. Situé à l’intersection de ces deux artères principales, le forum était une forme perfectionnée de l’agora grecque.
  • 10. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME• Le forum romain: Les Romains en firent une place fermée, entourée de bâtiments publics de plan généralement axial comme la basilique, marché couvert et cour de justice, d’arcs de triomphe ou de temples.
  • 11. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME Vue générale du forum romain
  • 12. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME•Les temples: Comme chez les Etrusques, les temples étaient élevés sur de hauts socles, avec unperron à l’entrée principale, les murs postérieurs et latéraux de la cella restant nus ou décorésde simples colonnes murales.
  • 13. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME• Cette architecture urbaine brillait également dans la construction de théâtres somptueux, de stades, de thermes et de villas dotées de vastes jardins et terrasses, de salles hypostyles et de colonnades descendant parfois jusqu’à la mer. Pour faire face à la forte croissance de la population des villes, il fallut édifier des immeubles, premiers exemples oThermes de Dioclétien, Tepidarium, Rome de constructions collectives.
  • 14. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROMELes formes de la construction romaine découlent d’un langage nouveau qui reposesur la conquête effective de l’élément expressif propre à l’architecture: L’ESPACE• Architecture grecque: le concept d’espace se limitait à une articulation plastique des surfaces extérieures et des volumes offerts à la lumière, sources d’une jouissance purement contemplative.• Architecture romaine: l’espace est envisagé comme le lieu concret de l’action et de l’expérience humaines, il devient l’objet même de l’expression formelle.oL’espace est délimité par des enveloppes de murs incurvés qui le façonnent. L’architecture est l’expression de l’espace qui se réalise par la création d’intérieurs centrés.oCette conception de l’architecture trouve une expression privilégiée dans l’usage du mortier et dans l’adoption de l’arc et de la voûte comme principe constructif (resté jusqu’alors en marge de la culture architecturale et totalement étranger à la civilisation Grecque classique)
  • 15. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROMEL’usage du béton:oConstitution: mélange de calcaire, de moellons, d’eau et de terre volcanique venue dePuzzuoli. Une fois coulé dans des moules, le mélange était séché et utilisé sous forme debriques.oPar rapport à la pureté du marbre, le béton est un matériau pauvre.oAvec lui la disposition des éléments est indifférente; elle est uniquement soumise à unimpératif de liaison continue.oLe béton s’adapte plastiquement à n’importe quelle configuration de cintres, il permet decréer des voûtes dont l’ampleur ne dépend plus de la dimension des blocs et qui constituentaprès prise et séchage, un solide monolithe artificiel étroitement uni à la maçonnerie despiédroits.oOn obtient ainsi une coque ininterrompue et parfaitement homogène, qui crée une séparationnette entre l’espace extérieur et celui qui contient l’édifice.
  • 16. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROMELe système structural:•Architecture grecque: Utilisation de dispositifs structuraux rectilignes simplement soumis àune action de compression, formes d’une superposition d’éléments horizontaux et verticaux•Architecture romaine: Construction à partir de modules avant tout curvilignes, engendrés parla poussée des couvertures en voûtes, mieux adaptés à la nécessite de rehausser et d’élargirl’intérieur des bâtiments en assurant à l’espace des formes continues.L’utilisation du béton, et l’application de la technique de construction des voûtes et descoupoles à une échelle sans cesse plus grande, ont permis aux Romains de réussir à créerd’énormes salles sans supports intermédiaires . (exemple: le Panthéon)
  • 17. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROMELa forme de la construction romaine:La logique du système de construction de l’édifice romain voûté conditionne la disposition ausol de ses murs de fondation – destinés à contrebalancer les poussées des grandes couvertures– et elle fixe de façon précise les caractéristiques typologiques de l’édifice.Le rapport entre les impératifs liés à la technique de maçonnerie et l’art de l’expression spatialedétermine la multiplicité des solutions de composition simples qui se trouvent à la base duvaste répertoire typologique romain.
  • 18. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME Grande variété de formes oBasilique de Maxence, Rome oLe Panthéon, Rome
  • 19. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME Le Panthéon
  • 20. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME
  • 21. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME Historique du site: Le Panthéon est bâti sur le site d’un ancien Temple construit en 27 dédié à Mars et à Vénus o Le bâtiment brûle en 80 Ap. J.-C. o Reconstruit par l’Empereur Domitien o Frappé par la foudre en 110 Ap. J.-C. o L’Empereur Hadrien décide de construire le Panthéon en 118 Ap. J.-C. o Construit comme Temple de tous les Dieux (par la suite il sera transformé en église)
  • 22. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME
  • 23. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROMEDescription de l’extérieur:Portique contenant trois séries de huit colonnes o Chaque colonne pèse 60 tonnes o Hauteur de 14 mètres / Granite égyptien o Elles supportent un entablement.
  • 24. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROMEDescription de l’intérieur:Une salle à plan circulaire.oVolume intérieur : cylindre sur lequel reposeun dôme hémisphérique.oDôme de 43.2 mètres.oUne abside face à l’entrée.oDe chaque côté de l’abside des enfoncements(alternativement en formes circulaires etrectangulaires) séparés par des colonnes.
  • 25. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROMEo La seule source de lumière est l’oculus au centre du dôme (8.7 mètres).o Le mouvement du soleil crée des effets de lumière sur les différentes sortes de marbres.o Cinq séries de 28 caissons. Ils diminuent de dimensions en s’approchant de l’oculus.o Le tambour sur lequel le dôme est posé est de 6 mètres d’épaisseur .- Problème du poids: Variation dans l’épaisseur du ciment (progressivement aminci vers le haut)- Le coffrage a aussi aidé à réduire le poids
  • 26. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME• Le Panthéon est l’expression synthétique de la nouvelle tradition architecturale romaine bétonnée, fondée sur la maçonnerie et sur le système de construction en voûte.
  • 27. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME• Le volume spatial est caractérise par la parfaite équivalence des mesures qui l’engendrent: le rayon de la voûte hémisphérique coïncide avec la hauteur des piédroits et avec le rayon de la rotonde interne.
  • 28. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME• La compacité de la structure en maçonnerie qui détermine la forme et le caractère de l’édifice est représentée par un système de construction articulée, fondée sur l’élimination des masses inertes, qui concentre les charges sur 16 contreforts rayonnants résultant de la disposition des niches internes et externes.• La continuité des murs, interrompue par les niches, est ensuite recomposée visuellement par les architraves des colonnes.
  • 29. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME• La lumière zénithale, en se diffusant de haut en bas, annule tout contraste de clair- obscur, conférant une unité et une sorte d’immatérialité à la maçonnerie. Avec le Panthéon se trouve désormais fixé un archétype qui constituera un incontournable point de repère pour toute l’architecture occidentale.
  • 30. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME Si l’architecture grecque incite l’observateur à s’attarder sur l’expérience analytique de l’examen des détails, l’architecture romaine se présente synthétiquement comme un théâtre destiné à la représentation sensible de l’unité tangible de la forme.
  • 31. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROMEL’esthétique formelle de l’architecture romaine:•En dehors des grands travaux d’infrastructure, ou nulle décoration véritable ne se surajouteaux arcades de soutien, l’esthétique formelle de l’architecture romaine , à l’époque impérialesurtout, repose systématiquement sur l’adoption des ordres tels qu’ils se présentent dans lasyntaxe architecturale grecque.•Ceux-ci sont rarement employés dans leur fonction structurelle, mais plus typiquementcombinés avec les éléments distinctifs des nouvelles méthodes de construction (maçonnerie deblocage, arcs, voûtes).•Invention du temple pseudo-périptère, par opposition au temple grec: les murs jouent unrôle essentiel de résistance aux charges, qui fait que les colonnes engagées de l’entablementperdent leur fonction statique primitive, ne conservant que celle, tout aussi nécessaire, dereprésenter la construction.
  • 32. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME La Maison CarréeLa Maison Carrée demeure le temple romain le mieux préservé.Commanditée par Marcus Vipsanius Agrippa (63–12 av. J.-C.) dédiée à ses fils, Caius et Lucius.
  • 33. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROMEoElevée sur un soubassement de près de 3m de hautoUne entrée unique orientée vers l’ouest, précédée d’une volée de marches qui conduit à unportiqueoPortique de 6 colonnes corinthiennes de 10m de haut.oL’entablement qui surmonte les colonnes comprend une riche frise sculptée de délicats reliefsde rinceaux d’acanthe.oA l’extérieur la cella est bordée decolonnes corinthiennes engagées,éléments décoratifs et non structurels.
  • 34. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME•L’association du module colonne-entablement avec l’arc, dans lesportes des villes et les arcs detriomphe, instaure un rapportdialectique entre les deuxregistres de l’art de bâtir: celui dela construction et celui de lareprésentation.oArc de triomphe de Titus, Rome
  • 35. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME•Dans les édifices publics, les ordres architecturaux sont souvent étagés suivant la séquencecanonique fixée par Vitruve, comme on peut le constater pour les arcades du Colisée.•Construction et représentation ne coïncident plus dans les éléments du système trilithiquegrec, mais de « l’ouvrage naturel » (la structure du mur) se dégage un dispositif « artificiel »idéalisé (les ordres classiques), dont la fonction est essentiellement de caractérisation.Dépourvue de système décoratif particulier pour moduler la lumière à la surface des murs,l’architecture romaine greffe sur ses propres modes de construction les attributs plastiques dulangage des bâtisseurs grecs, exprimés par les ordres architecturaux.
  • 36. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME L’Amphithéâtre Flavien (Le Colisée)
  • 37. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROMEDescription de l’Architecture:o Forme elliptiqueo Axe principale : 188 mètreso Axe mineur : 156 mètreso Façade de 48.50 mètreso Deux étages en sous-sol
  • 38. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROMESystème dentrée• 80 entrées dans larène (quatre réservées aux personnages importants)• Possible de faire rentrer 50 000 personnes en 15 minutes et de les faire sortir en 5
  • 39. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME• Arène• Larène elliptique  Axe principal de 86 mètres  Axe mineur 54 mètres  Entourée dune barrière avec des archers pour protéger les spectateurs  Sol en bois sur lequel il y a du sable pour absorber le sang
  • 40. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME• Sous-sol• Les cages des bêtes sauvages• Les donjons• Ascenseurs qui sont capables de faire apparaître des gens et des animaux soudainement dans l’arène
  • 41. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME Nature des évènements • Les jeux gladiatoriaux • Les courses de chariots • Les exécutions des criminels
  • 42. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME Premier étage: o Voûtes de l’arcade inférieure (quatre-vingts voûtes) - Quatre entrées principales o Piliers entre les voûtes o Devant les piliers des semi-colonnes d’ordre dorique supportent un entablement
  • 43. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME Deuxième étage: o Projection de l’entablement du premier étage soutient une deuxième arcade o Colonnes dordre ionique qui soutiennent un entablement
  • 44. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME Troisième étage: o Arcades, piliers et colonnes d’ordre Corinthien o Deuxième et troisième arcades contiennent des statues
  • 45. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME Quatrième étage: o Pilastres corinthiens o Au-dessus des pilastres se tenait un entablement.
  • 46. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME o Supports du Velarium
  • 47. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROMELes édifices pour le spectacle se présentent comme de véritables bâtiments:oOn sent dans cette construction une nette volonté de réaliser un monument, un édifice publicà tous points de vue, qui se présente comme tel dans son rapport avec les autres bâtiments.
  • 48. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROMEHistorique:Afin de manifester la puissance de l’empire, Vespasien lance l’édification du premier cirquepermanent de Rome, l’amphithéâtre Flavien (inauguré par Titus en 80), qui clôt la perspectivemonumentale de l’axe du Forum romain.Rôle symbolique:Dans la Rome impériale, le Colisée, joue un rôle symbolique précis: les exhibitions de gladiateursdans l’arène réitéraient sous les yeux du peuple romain le spectacle du « triomphe ».Le Colisée constituera un type qui servira de modèle à tous les amphithéâtres ultérieurs.
  • 49. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME Le sanctuaire de la Fortuna Primigenia
  • 50. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME•Ce sanctuaire situé à Préneste (Palestrina) revêt une importance exceptionnelle, en raison del’originalité de son ordonnancement architectural.•Il a été conçu pour être vu de face, et un axe de symétrie central – un cardo visuel qui montesur 90m en suivant la pente de la colline et oriente le complexe monumental du nord au sud,reproduisant sur le site naturel les composantes de l’ordre cosmique – règle sa disposition.•Le schéma d’ensemble reflète la procédure rituelle: de l’aire sacrée du bas, un parcoursramène à chaque niveau à l’axe central et conduit, après trois étages successifs, à unequatrième terrasse sur laquelle repose le temple en position dominante encadré par une cour àportiques fermée sur trois côtés.•La typologie de ce complexe monumental peut se rattacher aux grands espaces publicshellénistiques à portiques et aux sanctuaires grecs, mais les potentialités expressives desouvrages réalisés en béton, jointes à l’unité axiale de la composition romaine en perspective ,restent des éléments d’une grande nouveauté, propres à donner naissance à de multiplessolutions architecturales inédites dans un indissociable rapport entre façade artificielle etpaysage naturel.
  • 51. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME •Pour Rome, l’architecture était l’expression de la puissance. •Usage de l’arc: Il paraît tout à fait symptomatique que l’arc ait été l’élément le plus marquant de l’architecture romaine. Tandis que les colonnades, comme le péristyle grec, sont plutôt statiques et dégagent une impression de paix, les arcades elles, sont mouvementées et dynamiques. Elles sont l’expression même de l’élan et de l’expansion vers oAqueduc du Gard, Nîmes le lointain, des attributs en parfaite adéquation La suprématie des Romains était en grande avec la soif d’expansion de l’Empire romain, qui partie liée aux capacités de leurs ingénieurs. conquit de vastes territoires, où il implanta son Constructions urbaines et routes architecture, construisit de grandes routes, et témoignent de leurs connaissances approvisionna les villes en eau douce par des techniques tout autant que de leur talent aqueducs qui la transportaient sur des distances d’organisation. considérables.
  • 52. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME Temple de Bacchus, Baalbek
  • 53. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME Temple de Bacchus, Baalbek
  • 54. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME•La légende de la naissance de Rome: un noyau principal, la Roma quadrata, fondéesur le Palatin par Romulus, suivant le rite étrusque.•Cette dénomination suggère l’hypothèse d’une quadripartition initiale par les deuxaxes orthogonaux structurants de l’urbanisme romain, le cardo et le decumanus, quivisaient à conférer à l’établissement une structure régulière tout en l’insérant defaçon stable au sein d’un ordre cosmique.•Le Palatin (Palatium) apparaît donc comme le centre symbolique du monde romainen expansion et va, de ce fait, à partir d’Auguste, abriter de manière durable larésidence des empereurs.
  • 55. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROMELe plan des premières demeures impériales de l’époque d’Auguste reprend, sousune forme élargie, le type de la domus patricienne Les divers espaces de la vie publique Vie publique Vie privée s’organisent autour de l’atrium (cour couverte), le tablinum s’ouvre dans l’axe de l’entrée et, plus à l’intérieur, les appartements privés sont desservis par le peristylium. D’autres cours de service et un second péristyle d’entrée aux jardins privés enrichissent en la Plan d’une maison romaine complétant cette disposition initiale. d’après Vitruve 1. Vestibulum Les agrandissements ultérieurs du noyau 2. Atrium d’origine vont entraîner la transformation de 3. Impluvium toute la colline du Palatin en un unique et 4. Alae grandiose complexe résidentiel, qui sera la 5. Tablinum 6. Peristylium demeure des empereurs jusqu’à une époque 7. Exedra tardive.
  • 56. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME Avec Domitien, l’ensemble palatial s’articule en deux parties distinctes (chacune développant le schéma de la maison regroupée autour d’un ou deux péristyles): -La Domus Flavia: elle donne sur des lieux publics et réunit les espaces de représentation destinés à la vie publique. -La Domus Augustana: elle rassemble des pièces de plus petites dimensions réservées à la vie privée de l’empereur. -Sur le côté Est, le Stade palatin clôture ce groupement de résidences impériales.•La dimension exceptionnelle des salles de la Domus Flavia, qui fait appel à des solutionsplastiques et techniques sans précédent, est censée évoquer la présence divine de l’empereur.
  • 57. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME•Rome est marquée par une organisation spontanée. La structure du terrain estdécisive, elle détermine les localisations et les orientations.La maquette de Rome du musée de la Civilisation romaine restitue l’aspect de la capitale de l’Empire au temps deConstantin (306 – 337). Elle permet de se rendre compte de la densité des constructions, de l’organisation d’ensemble, dela complexité des circulations et des adductions d’eau.
  • 58. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME•Même dans l’aménagement du Forum – centre religieux et politique de Rome et detout l’Empire : persistance des caractères naturels du site (plutôt qu’un véritableprojet d’urbanisme). oUne vallée entre les 7 collines sur lesquelles les villages primitifs étaient bâtis oLieu naturel de rencontre et de commerce pour les populations de ces pagi. oImplantation progressive des édifices monumentaux: les tribunaux (le tabularium, bâtiment des archives qui fixe le type d’édifice institutionnel romain à deux rangées de galeries superposées), les temples, les monuments honorifiques et commémoratifs.
  • 59. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME Centre réel et idéal de la capitale du monde romain antique, le Forum constitue, avec sa succession ininterrompue de monuments, la représentation d’une vision formelle unitaire, qui interprète les caractères persistants d’un lieu prédestiné en réalisant un « événement urbain » unique et inimitable.
  • 60. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME•Extension du Forum à l’époque impériale: oContrairement au développement de la partie centrale, produit de stratifications et agrégations successives de monuments oExtension à l’époque impériale vers le nord, à travers une suite de places bien dessinées oProjet d’ensemble cohérent pour chacune de ces places, régi par les critères généraux (axialité et symétrie) qui sont à la base de l’aménagement urbain romain.
  • 61. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME•Après la colonisation de l’Italie par les Romains à partir du IVe siècle•Apparition d’établissements urbains à structure régulière oContraste avec l’aménagement de la capitale Rome développée sans programme défini (période républicaine) oPlan type des villes de fondation nouvelle: plan hyppodamien (influence grecque et étrusque) oIntroduction supplémentaire d’un nouveau système d’orientation: croisement orthogonal de deux axes Cardo (Nord-Sud) et Decumanus (Est- Ouest) oEmplacement du forum au croisement de ces deux axes. oRite de fondation des villes: prêtre arpenteur qui divise le territoire en 4 régions - quadripartition symbole de la voûte céleste.
  • 62. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME Que nous indique la grille géométrique orientée? Une volonté ordonnatriceTout est minutieusement prévu et mesuré:•L’emplacement des espaces institutionnels civils et religieux (forum)•Des édifices publics (théâtre, thermes)•Des maisons patriciennes (domus)•Des immeubles d’habitations à plusieurs étages (insulae)Ce modèle de plan est reproduit dans toutes les nouvelles colonies mais lié à unecapacité d’adaptation à des sites chaque fois différents.
  • 63. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROMEQu’est-ce que le Castrum?Le Castrum est le camp de l’armée romaine.•La disposition des camps de l’armée est analogue à celles des citées de fondation•Malgré leur nature temporaire de « villes éphémères », beaucoup de camps onttransmis leur configuration à des centre urbains initialement militaires, et à uneépoque plus tardive aux demeures patriciennes et impériales fortifiées.
  • 64. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROMENormes du Castrum:•Campement de forme presque carrée (600x 700 m) divise par le cardo et ledecumanus.•Au croisement : maison du commandant etquartier général (praetorium).•Les deux axes débouchent sur 4 portesd’accès.•L’ensemble est divisé en trois secteurs.Le plan axial rigide rappelle celui des AB: cardoforums de l’époque impériale. CD: decumanos P: praetorium
  • 65. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROMELe palais de Dioclétien (vers 300) est aussi construit sur le schéma du castrum.•A la fois ville et citadelle, résidence et sanctuaire du divin empereur.•Représentation symbolique du pouvoir impérial au faîte de sa puissance maiscontraint de lutter contre un irrévocable déclin.
  • 66. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME•Il reprend de manière articulée le type de la villa patricienne fortifiée du Bas-Empire,anticipant sur les caractères de l’architecture défensive médiévale.•Deux voies principales à portiques, séparent les zones destinées aux militaires, desquartiers impériaux (le palatium proprement dit). Typologie du praetorium: transformation par une transcription du cérémonial de cour avec la formation d’un « complexe glorificateur ». Au-dessus d’un haut mur aveugle, la façade côté mer est résolue par le motif institutionnel de la suiteZone du Zone du d’arcades encadrées par les ordrestemple mausolée architecturaux. La hiérarchie de l’organisation interne est reflétée dans la composition de la façade par l’introduction de trois grandes Hall des cérémonies précédé par un atrium arcades au niveau de l’axe découvert, cadre architectural aux apparitions principal. de l’empereur.
  • 67. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME•Fondé sur le système cardo-decumanus, l’urbanisme romain mesure et divise l’espaceen prévoyant l’emplacement de chacun des éléments constitutifs de la ville: oSchéma quadripartite initial donnant lieu à l’architecture articulée du forum, où chaque aspect de la vie collective est représenté par la diversité des types de monuments et par leur localisation précise: −Le temple, les basiliques et les autres édifices institutionnels sur le forum −Les théâtres, les amphithéâtres et les thermes à proximité des grands axes routiers.
  • 68. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME Les Forums impériaux Pompéi: Forum principal 1. Capitolium 2. Marché 3. Temple d’Apollon 4. Basilique 5. Curie 6. Comitium 7. Edifice d’Eumachia 8. Temple de Vespasien 9. Trésor public•La forme rectangulaire est définie par la disposition des monuments, reliés par unpéristyle.
  • 69. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME•Nette différence fonctionnelle avec la cité grecque où l’édifice monumental estexclusivement réservé aux dieux et se dressait sur l’acropole, tandis que les bâtimentsdestinés aux assemblées civiles, dénués de façade spécifique, donnaient sur l’agorapar l’intermédiaire d’un portique (stoa) qui conférait une allure homogène à la place.•Le Forum romain rassemble toutes les institutions, y compris religieuses, de la villedans des édifices qui se présentent comme des unités monumentales distinctes.•En général, le temple – capitolium symbole de l’expansion romaine, émanation dutemple primitif érigé à Rome sur la colline du Capitole – est l’élément générateur de ladisposition axiale de la place, il est en position dominante détaché du sol par un hautpodium souvenir de l’acropole d’origine.
  • 70. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME•Parmi les autres bâtiments institutionnels associés à l’espace du forum, le plussignificatif est la basilique. •Edifice public par excellence: abrite les réunions civiles, judiciaires ou commerciales. •Constitué d’une salle hypostyle ménageant un vaste espace central. •Elle peut se raccorder au forum suivant les deux modalités suivantes: disposition le long d’un des grands côtés ou disposition transversale. •Généralement couverte en bois. •Divisée en galeries ou nefs (3 ou 5) par des rangées de colonnes à deux ordres surmontées d’architraves. •L’éclairage est obtenu grâce à la différence de hauteur entre le vaisseau central et les espaces latéraux: ouvertures pratiquées dans les murs les plus hauts. •La façade principale est reliée aux portiques du forum par un double ordre de loges.
  • 71. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME •Le schéma de la basilique fixe un type architectural extrêmement flexible – et donc largement répandu – auquel on peut rapporter, outre les basiliques judiciaires, de multiples halls et vestibules de palais, des cellas de temples, des salles thermales, des parascaenia de théâtres, jusqu’à l’élaboration du type de la basilique chrétienne, ou le même schéma sera appliqué, avec une orientation modifiée.
  • 72. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME La basilique de Maxence•Dernière basilique impériale édifiée sur le Forum romain•Vaste salle rectangulaire médiane se présentant comme une séquence de troistravées centrées sur plan carré, couvertes de voûtes d’arrêtes•De chaque côté, trois espaces voûtés en berceau y sont annexés, occupant laprofondeur des murs de soutien de la voûte centrale.•La voûte centrale paraît supportée par des colonnes dégagées sous de grossesconsoles reposant sur les véritables supports en maçonnerie.•La solution structurelle adoptée répond à la nécessite de relever la couverture de lasalle principale pour assurer à celle-ci un éclairage latéral.•Les murs transversaux, sur lesquels reposaient réellement les voûtes, étaient ainsirehaussés et sortaient, avec un profil incliné, du volume interne de l’édifice, dépassantles terrasses de couverture des ailes pour se transformer en contreforts extérieurs. Ilspréfiguraient le système ultérieur des arcs-boutants.
  • 73. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME
  • 74. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME La question du décor urbain•Conjuguant les motifs de l’urbanisme hellénistique et les qualités scénographiques etspatiales de l’architecture romaine, la question du décor urbain trouve sa solution, àl’époque impériale, dans la transformation de la voirie en un système architecturalcontinu.•La rue à portiques acquiert une physionomie propre, complètement indépendantedes façades des édifices auxquels elle confère une uniformité.•Les portes des villes et les extrémités et embranchements des routes, revêtent uneimportance architecturale particulière, reflétée par le type de l’arc de triomphe.
  • 75. UNIVERSITE SAINT-ESPRIT DE KASLIK HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE IFACULTE DES BEAUX-ARTS ET DES ARTS APPLIQUES 200920/06/ROME Pompéi, vue du forum principal Timgad, arc dit de Trajan (fin du IIe siècle apr. J.-C.) Gerasa (Jordanie), vue du cardo bordé de colonnes