Your SlideShare is downloading. ×
Compte Rendu des congrès RSE & Leadership du 29 Mars
Compte Rendu des congrès RSE & Leadership du 29 Mars
Compte Rendu des congrès RSE & Leadership du 29 Mars
Compte Rendu des congrès RSE & Leadership du 29 Mars
Compte Rendu des congrès RSE & Leadership du 29 Mars
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Compte Rendu des congrès RSE & Leadership du 29 Mars

1,416

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
1,416
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2
Actions
Shares
0
Downloads
4
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. 9.30-11.00 : Energy : saving for sharing !Transition énergétiqueDe la planète au territoireBernard LAPONCHE, ancien directeur général de l’ADEME, membre fondateur de GLOBAL CHANCEIdée que la transition énergétique n’est pas un choix politique mais une obligation.Monde : consommation d’énergie primaire (2008 : 12,2 milliards de tep)Pétrole 33%, charbon 27%, gaz 21%, 6% uranium, 10% biomasse, 3% ER hors biomasseEnergies de stock : 87%, énergies de flux (renouvelables) : 13%Consommation d’énergie primaire par habitant (2008)Chine 1,5 tep, Inde 0,5, UE 3,5, Etats-Unis 7,5Chine et OCDE : la consommation d’énergie primaire (2008)La Chine consomme plus de charbon, mais l’OCDE consomme beaucoup plus de pétrole, de gaznaturel et d’électricité primaire.Les contraintes : - Réserves limitées et augmentation des prix des sources d’énergie de stock (pétrole en premier lieu) constante dans nos pays et croissante dans les pays émergents. - Emissions des gaz à effet de serre (CO2, CH4) - Accidents graves : pétroliers, mines de charbon, catastrophes nucléaires - Pollutions et déchets : radioactifsTransition énergétique : une stratégie universelle - Réduction des consommations des pays riches par la sobriété et l’efficacité, éradication de la précarité énergétique - Convergence au lieu de rattrapage : obligation d’efficacité énergétique - Rééquilibre en faveur des énergies de flux renouvelables : diminution d’énergie de stocks - Nouveaux acteurs : entreprises, collectivités, territoriales, citoyenswww.global-chance.orgPourquoi devrions-nous faire attention, prendre en considération, la politique de sécuritéénergétique ?Politique allemande fortement consacré à l’efficacité énergétique : décarbonisation de l’énergieL’âge d’or du pétrole à bas prix à disparu. 3% de la richesse allemande a été transféré au Moyen-,Orient.2008 : taux plus élevé d’importation du gaz et du pétroleComment financer les investissements dans le secteur de l’énergie ?Comment l’on peut déclencher la demande pour une efficacité énergétique ?Efficacité énergétique sur les bâtiments : les nouveaux doivent être BBC ou BEPOSOptions énergétiques : appareils électriques, voiture, électroménagers. Normes pour les différentsappareils au niveau européen. Programmes de soutien pour des économies d’énergie : entreprises,ménagesEfficacité énergétique passiveEfficacité énergétique active : adapter la consommation à la réalité de l’énergie qui est disponible,automatiser la consommation
  • 2. Rexel : société leader qui conçoit et distribue des solutions électriquesEnquête : l’efficacité énergétique pour 70% des clients finaux est un problème. Le client final est prêtà faire des efforts, sans que ça lui coûte plus cher, avec un retour sur investissement rapide. 40% despersonnes ne comprennent pas ce qu’est le prêt à taux zéro.Aider à financer, à faire des audits énergétiques. Associer une banque pour le financement,partenariats avec des GIE, des bureaux d’étude pour apporter au client une solution globale uneefficacité énergétique active et passive.11.30-13 .00 : Valuing non-financial performanceJean-Christophe Carrau, CSR development & Consultant – Global Service Iso 26000, DNV BUSINESSASSURANCE FRANCEVecteurs de développement permettant de créer de la richesse dans l’entreprise.DNV : fondation norvégienne, indentification des risques sur l’environnement, sur les personnesdans les activités.300 bureaux, 100 pays, 8 500 employésFondation indépendante établie en 1864.Recherche et développement permettant d’anticiper les changements climatiques ou en matière degouvernance par exemple.Objectifs : protéger la vie, les biens et l’environnementValorisation de la performance non financièreRetour sur investissement de la contribution au développement durable ?Identification des vecteurs de performanceQuoi mesurer et pourquoi ?Les indicateurs financiers permettent de savoir si l’entreprise a généré de la richesse suite à sesengagements.5 vecteurs de développement : - Le capital humain : comment le développement du personnel va permettre d’accroître la satisfaction des clients ? Benchmark - La conformité réglementaire : risque d’être hors conformité - La marque et la réputation - L’accès au marché : à travers l’innovation et la technologie, générer de la valeur à travers l’application du travail de recherche - L’efficacité organisationnelle : systèmes de management environnementaux, relatifs aux droits de l’homme pour améliorer son efficacité.Michael Polya – Business Development Strategy, State Street Global Advisors, une des plusgrandes banques mondiale et un des plus grands gestionnaires de fondsProjet DelphiSustainability for Financial GeeksJaime Silos – Corporate Development, ForéticaAperçu du projet :Grade de la durabilité de la création économique ? Il est dit que les champions de la RSE sont trèsintimes avec leurs clients. Les entreprises durables sont plus efficaces et arrivent à réduire leurscoûts d’opération, faible risque d’investissement. Identifier les bons proxys pour chaque action.
  • 3. Méthodologie :Examiner 2 facteurs : - La qualité de l’entreprise en termes de rentabilité : marge de profits x croissance x efficacité = rentabilité de l’industrie ou de l’entreprise - La structure : coût du capitalLes leaders en durabilité ont une marge supérieure (+15%), 60% des leaders ont une croissance pluslente que leurs concurrents (= perte des parts de marché), meilleurs résultats pour l’efficacité (94%des entreprises ont les meilleurs marchés en termes de turnover) = rentabilité globale ??Retour sur investissement x leverage = retour sur capital6 entreprises sur 10 ont un retour sur capital positif.Coût du capital, dérivé du risque total = risque opérationnel (risque des actifs) + risque financierLes entreprises durables ont un risque opérationnel moins élevé, elles augmentent leurs risques etleurs dettes puisqu’elles peuvent se le permettre.Coût moyen pondéré du capital : 6 entreprises sur 10 ont un coût moins élevé que la moyenne dusecteurConclusion : la durabilité ne rend pas forcément les entreprises plus rentables, mais certainschampions ont pu battre leurs concurrents.14.00-15.30 : Le DD, levier de performance et nouveau business model del’entrepriseLa RSE induite de la performance financière mais peuLa performance RSE induit de la RSE, un peu plus, mais reste limitéLa RSE a plus d’effet sur la performance comptable que sur la performance mesurée par les marchésfinanciersL’ISR réduit le coût du capital - A priori, nonLe consommateur vert et éthique accepte des prix plus élevés - A priori, non : En moyenne, la part de marché des produits verts ou du commerce équitable est très modeste et ne concerne que les entreprises opérant sur les marchés fiscauxAméliorer la performance environnementale augmente la productivité en limitant la consommationde matières premières et d’énergie - Invalidé par des nombreuses étudesL’employé est plus motivé et/ou accepte une rémunération plus modeste - Validé par quelques trop rares étudesLa RSE réduit les oppositions locales à la réalisation d’investissements source de nuisances - Pas d’études quantifiant l’effetLa RSE permet d’éviter des politiques publiques plus coûteuses - Pas d’études quantifiant l’effetLa performance sociale et environnementaleUne question plus importante que la précédente - Sinon du pur greenwashingDes évaluations très parcellaires - Responsible Care - L’adoption des standards ISO 14000 a un effe t fortement positif
  • 4. Ce qu’il retient - Presque tout reste à faire en matière d’évaluation environnementale et sociale de la RSE - Un effet de la RSE sur la performance financière positif mais modeste - Beaucoup reste à faire pour quantifier l’influence des différents mécanismes créateur de valeur (sauf sur l’ISR…)BNP PARIBAS : Nathalie Jaubert, Responsable Produits – Délégation à la RSEMieux analyser les risquesAudits environnementaux et sociaux (ex : Apple)Secteur de l’informatique, des médicaments, travail des enfants, pollutionAccompagner ou anticiper la transition énergétique ?Financement des producteurs d’énergie : - Réchauffement climatique - Accès à l’électricité, au transportLes énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, des marchés : - Nouveaux - HétérogènesEvolution des secteurs traditionnels : - Transport - Construction, logement… -Offrir des produits et services à des populations exclus du système financier - Marchés matures : beaucoup de clients solvables mais peu ou mal connus (CDD, seniors) - Marchés émergents : des outils à développer pour répondre à des besoins spécifiques (microfinance, mobile banking, mass retail)DANONE – Olivier Delamea, Directeur Général Danone Produits FraisComment créer de la valeur pour l’ensemble des parties prenantes ?L’alimentation, un thème au cœur des enjeux sociauxLa planète devra demain assurer l’alimentation de plus de 9 milliards d’individus50% empreinte éco & environ, + 99% des produits transports dans leurs usinesLeurs enjeux autour du lait : - Besoin d’un lait de qualité et compétitif - Pérennité exploitations des éleveurs Danone - Fierté salariés d’agir pour notre amont laitier - Connaissance origine & qualité du lait des yaourts DanoneActeurs pour un lait durable, une unicité qui repose sur 4 axes : - Compétitivité - Qualité et valeur nutritionnelle - Développement environnementale - CommunicationRésultat : en bonne voieEconomie du futur : celui du partage« L’accès va triompher de la propriété »
  • 5. 16h00 à 17h30 : Social Innovation in Europe : Demographic Change andActive AgeingSarah Dekkiche, Services Coordinator, CSR EuropeLa population européenne diminue et vieillit. En 2025 la proportion des jeunes va diminuer dans lesentreprises les impôts vont augmenter….Demographic-risk.eu2 questions : Grâce à ce projet, on voudrait sensibiliserMain d’œuvre vieillissante et une main d’œuvre plus jeuneLes décideurs politiques ont décidé d’encourager : - La participation des femmes - Assurer que les mères peuvent assurer leur travail - L’éducation continue - Encourager les gens à rester plus longtemps dans leur travail - Encourager la solidarité entre les générations - Aider les jeunes qui commencent - Accès plus égalitaire - Beaucoup de planification de la force de travail - Egalement améliorer le branding des employés - Egalement faire en sorte que la culture de l’entreprise soit diverse - Avoir des arrangements de travail flexible (à temps partiel) - Gérer les performances et récompensés.En Europe nous avons décidé d’examiner le phénomène de vieillissement de la population.Les consommateurs vieillissent Les produits doivent-ils s’adapter ?35millions de personnes âgées en 2050. Il y aura un manque de travailleur compétent cependantl’Europe peut rester innovatrice et compétente. Il se trouve qu’aujourd’hui un grand nombred’employé atteigne l’âge de la retraite en laissant un manque dans l’entreprise, le transfert decompétences ne se fait pas toujours. Nous sommes tous humains mais l’âge se fait sentir. Il y a deschoses que les choses que les sociétés ayant une population vieillissante, cela se fait sentir.Les actifs vieillissant et la création de produit pour les séniors.Mario Romao, Senior Policy Manager, INTELMise en place de maisons amicales où les personnes âgées pour que les personnes âgées vive àpartir de cette période, il y a eu beaucoup d’heures de musiques, d’enregistrement, d’interviews.Création en 2011 d’une startup par Intel et General Electric Care innovations => gestion de lamaladie de la vie en indépendanceEntreprise où pour le moment tout fonctionne bien, expérience centrée sur le monde réel pas sur leschoses en laboratoire, plus concret, plus vrai. Cette expérience s’est déroulée avec de vraies maisonset de vraies personnes.

×